Version classiqueVersion mobile

Mesures de l'écrivain

 | 
Björn-Olav Dozo

Deuxième partie

8. Les capitaux

Texte intégral

1Cette première étude fondée sur des variables analytiques nous a permis de mettre en évidence des grands profils d’écrivains, liés aux générations socio-littéraires et à leur classe socio-professionnelle. Elle a aussi permis de dégager des rôles littéraires peu mis en lumière jusque-là : les animateurs de la vie littéraire.

2Dans cette partie, nous souhaitons développer une approche à partir de variables synthétiques. Outre les générations socio-littéraires, que nous utiliserons à nouveau, nous allons définir quatre variables synthétiques, dont une sera divisée en deux : le capital relationnel, le capital économique, le capital culturel et la reconnaissance symbolique, qui sera envisagée pour chaque écrivain en Belgique et en France. Nous n’avons pas repris le concept de capital symbolique, préférant une dénomination d’indice plus neutre : le capital symbolique est composé d’une série de dimensions (notamment discursives, mais aussi comportementales) très délicates à évaluer quantitativement. Nous nous contentons donc, sous l’appellation « reconnaissance symbolique », de repérer une série d’indices concrets, qui participent aussi du capital symbolique, mais qui ne permettent pas d’en rendre compte dans toute sa complexité. Nous reviendrons sur ces indices concrets dans la section qui est dédiée à cette variable.

3Avant cela, il nous semble important de clarifier conceptuellement ce que nous entendons par « capital relationnel ». Cette notion constitue à nos yeux l’articulation pratique entre la théorie des champs, qui utilise abondamment les autres capitaux, notamment le capital social, et l’analyse structurale des réseaux, qui emploie aussi la notion de capital social.

8.1. CAPITAL SOCIAL OU CAPITAL RELATIONNEL ?

4Le capital social est à l’intersection de la théorie des champs et de l’analyse des réseaux sociaux. Il constitue en quelque sorte le joint ou le connecteur pratique qui permet à l’utilisateur d’unir les deux théories, au-delà des considérations épistémologiques. Mais il n’existe pas de définition unique du capital social. Ces vingt dernières années ont vu les travaux sur cette forme de capital proliférer de manière exponentielle. Ces travaux s’inscrivent pour beaucoup dans la lignée de ceux produits par Robert Putman, professeur de sciences politiques à Harvard, qui a contribué à lancer l’intérêt pour le capital social, avec son article «Bowling Alone. America’s Declining Social Capital» (1995, trad. 2006) et son ouvrage Bowling Alone. The Collapse and Revival of American Community (2000). Pour se convaincre de cette influence et de l’impulsion donnée, il suffit de lire l’introduction du recueil d’articles dirigé par Antoine Bevort et Michel Lallement. Ceux-ci montrent, à partir d’un corpus dont ils reconnaissent la non-exhaustivité et donc d’une certaine manière le biais, mais qui permet malgré tout de se faire une bonne idée de l’explosion du nombre de travaux consacrés à cette notion, qu’il existe un « effet Putman » :

Le nombre d’articles et d’ouvrages consacrés au capital social commence à augmenter après la publication de «Bowling Alone: America’s Declining Social Capital» (1995) et atteint son acmé un an après la parution de Bowling Alone (2000) (graphique 1 [figure 21 ici]) (Bevort et Lallement, 2006, p. 20–21).

  • 168 Bevort et Lallement, 2006, p. 21.

Source : Science direct
Figure 21 – Graphique de l’évolution du nombre de publications concernant le capital social168

  • 169 Houard et Jacquemain, 2006.

5Mais la définition de Putman, si elle se réclame des travaux de James Coleman, professeur de sociologie à Harvard et promoteur d’une théorie des capitaux (capital humain et capital social, nous y reviendrons), induit un autre usage du capital social que celui que nous comptons utiliser : Putman fait de ce capital un indice de la cohésion d’un groupe, d’une société, etc., donc d’un collectif, là où il était conçu généralement comme la propriété d’un individu. Chez Putman, le capital social devient ainsi une « forme de bien public »169, mesuré à partir d’indicateurs très généraux, comme le taux de participation à des élections, le nombre d’adhérents à de grandes associations nationales, etc. Cette extension de la définition a lancé des travaux dans de nombreuses directions et dans de nombreux domaines (notamment, d’après le repérage de Bevort et Lallement, dans les domaines de la santé, du développement économique et de la socio-économie).

6Néanmoins, cette orientation de la définition vers la notion de bien collectif, nécessaire pour la rendre opératoire dans ces domaines, ne rencontre pas nos attentes : ces travaux sont très éloignés de notre pratique et, finalement, ne nous concernent pas réellement. Il était cependant nécessaire de passer par cette mise au point pour différencier notre usage du concept (que l’on ramène à l’individu) de celui qui prévaut à l’heure actuelle dans d’autres domaines (et qui considère le capital social comme un bien collectif). La notion a eu au départ un fort ancrage sociologique. C’est à partir de cette conception sociologique classique que nous souhaitons travailler. Nous allons donc commencer par baliser les usages des auteurs que nous avons déjà étudiés, pour ensuite élargir notre propos et considérer les développements possibles de la notion.

7Ainsi, Denord, dont les travaux s’inspirent de la théorie de Bourdieu, distingue deux éléments dans le capital social. Il entend mettre l’accent sur le capital social des acteurs,

entendu à la fois comme une ressource dont la possession est liée à l’appartenance à un ou plusieurs groupes, dont les membres sont unis par des relations objectives et/ou effectives, et comme le produit d’une structure relationnelle donnée, au sein de laquelle elle est inégalement distribuée (Denord, 2003, p. 180).

8On le voit, le capital social est ici présenté comme duel, et les références que donnent Denord renvoient à l’article fondateur de Pierre Bourdieu (1980b) et à celui, non moins fondateur, de James Coleman (1988). Wouter de Nooy va aussi dans le sens d’un aspect duel du capital social ; cependant, il part non pas de la théorie des champs, mais de l’analyse des réseaux sociaux :

In social network analysis, two approaches towards social capital can be distinguished. One approach, represented by Lin (2001) and Boxman et al. (1991), stresses the quality of the resources accessible through intersubjective relations, whereas the other approach, represented by Burt (1992), focuses exclusively on the pattern of relations. Although the former approach is inspired by rational action theory, which is not exactly Bourdieu’s cup of tea, it is probably closer to his ideas than the purely structural approach because the former takes into consideration indicators of economic or cultural capital owned by a person’s contact (de Nooy, 2003, p. 319–320).

9On constate donc, tant du côté des bourdieusiens que du côté de l’analyse structurale, que le capital social englobe deux types de données assez différentes. Pour mettre les choses à plat, il n’est dès lors pas inutile de retourner aux définitions fondatrices, à commencer par celle de Bourdieu.

8.1.1. Bourdieu et Lin

10On l’a vu, la théorie de Bourdieu est relationnelle, c’est-à-dire que celui-ci pense les positions des individus les unes par rapport aux autres, toutes formant un « champ ». Les tensions et les rapports de force de ce champ s’expriment dans les prises de position des agents et régissent les relations entre ceux-ci, via leurs positions. Les relations effectives ne sont pas étudiées pour elles-mêmes. Le capital social ne prend en compte ces relations effectives que dans la mesure où elles permettent à l’agent d’accéder à des ressources autres que les siennes propres. Bourdieu n’étudie le capital social que dans la mesure où ce capital joue un rôle important dans les rapports de lutte entre agents, pour obtenir des ressources externes à ces agents :

Pour revenir au capital social, construire ce concept, c’est produire le moyen d’analyser la logique selon laquelle cette espèce particulière de capital est accumulée, transmise, reproduite, le moyen de comprendre comment elle se transforme en capital économique et, inversement, au prix de quel travail le capital économique peut se convertir en capital social, le moyen de saisir la fonction d’institutions comme les clubs ou, tout simplement, la famille, lieu principal de l’accumulation et de la transmission de cette espèce de capital, etc. [...].
Il fallait donc construire l’objet que j’appelle capital social — ce qui fait voir d’emblée que les cocktails des éditeurs ou les échanges de comptes rendus sont l’équivalent, dans l’ordre du champ intellectuel, du travail mondain des aristocrates — pour apercevoir que la vie mondaine est, pour certaines personnes, dont le pouvoir et l’autorité sont fondées sur le capital social, l’activité principale (Bourdieu, 2002, p. 56–57).

11Ce « travail social » doit être observé, critiqué et analysé. Il faut aussi, comme Bourdieu le suggère en comparant un certain type d’activité du champ intellectuel et l’activité des agents de la vie mondaine, analyser les composantes du « capital social » dans le champ littéraire. Nous y reviendrons plus tard, car ce « capital social » mobilisé dans le champ littéraire a ses particularités.

12Après cette introduction générale à l’usage que Bourdieu fait de cette notion et afin d’en proposer un usage rigoureux, il faut s’interroger sur ce qu’elle recouvre exactement. Traditionnellement, elle est définie comme l’ensemble des ressources accessibles à un acteur via ses relations. Ainsi dans la définition de Bourdieu :

Le capital social est l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance ou d’interreconnaissance ; ou, en d’autres termes, de l’appartenance à un groupe, comme ensemble d’agents qui ne sont pas seulement dotés de propriétés communes (susceptibles d’être perçues par l’observateur, par les autres ou par eux-mêmes) mais sont aussi unis par des liaisons permanentes et utiles. Ces relations sont irréductibles aux relations objectives de proximité dans l’espace physique (géographique) ou même dans l’espace économique et social parce qu’elles sont fondées sur des échanges inséparablement matériels et symboliques dont l’instauration et la perpétuation supposent la re-connaissance de cette proximité (Bourdieu, 1980a, p. 2).

13Bourdieu lie de manière indissociable les liaisons et les ressources que l’agent échange via ces liaisons. Cela lui permet d’« attribuer » à un agent — par le même procédé que celui par lequel on « naturalise » un comportement par exemple — des relations et ce à quoi elles lui permettent d’accéder. Néanmoins, nous ne soutenons pas que Bourdieu fige les relations qu’entretient un agent ; au contraire, il insiste sur la dimension dynamique que présente ce capital social :

L’existence d’un réseau de liaisons n’est pas un donné naturel, ni même un « donné social », constitué une fois pour toutes par un acte social d’institution (représenté, dans le cas du groupe familial, par la définition généalogique des relations de parenté qui est caractéristique d’une formation sociale), mais le produit du travail d’instauration et d’entretien qui est nécessaire pour produire et reproduire des liaisons durables et utiles, propres à procurer des profits matériels ou symboliques (Bourdieu, 1980a, p. 2).

  • 170 Degenne et Forsé l’écrivent très explicitement : « L’idée selon laquelle le capital social d’un ind (...)

14Ce n’est pas en ce sens que nous comparons la démarche bourdieusienne à une naturalisation. Notre remarque porte plutôt sur le fait que, de la sorte, il ne met pas en évidence les effets de la structure des relations, de l’agencement structurel du réseau, agencement qui peut avoir des conséquences importantes sur la position d’un acteur par rapport aux ressources disponibles. Sa définition semble renvoyer uniquement à « la possession » d’un réseau durable de relations, sans développer la notion de « réseau durable de relations ». Or cette idée de « possession d’un réseau »170 ne suffit pas pour rendre raison de la position d’un acteur dans le réseau et des avantages qu’il y a à entretenir cette position au sein de ce réseau.

  • 171 Cela ne manque pas d’ironie vu les tendances politiques antagonistes des deux hommes, comme le soul (...)

15Nan Lin propose une approche du capital social similaire à celle de Bourdieu171, approche qu’il fonde sur l’examen des ressources sociales qui existent dans un réseau :

  • 172 Lin insiste ici sur le fait que les relations entre individus ne sont pas seulement à déduire de l’ (...)

On a soutenu en introduction que les ressources sociales constituent l’élément central du capital social. Ces ressources permettent de développer la théorie de la structure sociale et de tester une théorie du capital social. Elles existent dans les relations avec autrui, et leurs indicateurs empiriques permettent de les calculer pour chaque individu. Ainsi, lorsque l’analyse se centre sur les individus, le capital social est au même niveau d’analyse que le capital physique ou humain. Pourtant, on maintient des distinctions conceptuelles claires entre ces différentes formes de capital en ceci que le capital social n’est possible que lorsqu’on examine les relations d’un individu et les ressources accessibles grâce à ces relations. Les mérites relatifs des différentes formes de capital peuvent être évalués. De plus, cette approche évite la confusion entre niveaux micro et macro. Ainsi défini, le capital social est l’investissement d’un individu dans ses relations avec d’autres. Ces relations ne doivent pas nécessairement être des groupes ou des organisations définis172 : de simples liens suffisent. Cela n’implique ni appartenance ni adhésion. Et pourtant, cela permet une spécification de la manière dont les ressources sociales relient les individus aux groupes, ou « créent » même des groupes sociaux ou des structures (Lin, 1995, p. 701).

  • 173 Ces « indicateurs empiriques » équivalent en fait aux indicateurs bourdieusiens permettant de mesur (...)

16Ici encore, le capital social est défini par rapport aux ressources. Grâce à ce que Lin appelle les « indicateurs empiriques »173, les ressources contenues dans le réseau peuvent être mesurées pour chaque individu. Les ressources sociales sont disponibles par l’intermédiaire des relations : les ressources sociales sont

insérées (embedded) dans [le] réseau [de l’individu]. Ce ne sont pas des biens que l’individu possède, mais des ressources accessibles au travers de ses liens directs et indirects. L’accès à ces ressources et leur utilisation sont temporaires et conditionnels puisqu’elles ne sont pas la possession de l’acteur (Lin, 1995, p. 687).

17Lin insiste sur le fait que « le capital social n’est possible que lorsqu’on examine les relations d’un individu et les ressources accessibles grâce à ces relations ». Il cite également d’autres capitaux : physique et humain. Il s’agit de capitaux utilisés par James Coleman dans sa théorie sociologique : Coleman utilise les notions de «financial capital», «physical capital», «human capital», et, on va y venir, «social capital» également. Ces formes de capitaux rencontrent ceux utilisés par Bourdieu. L’histoire des sciences sociales devrait pouvoir comparer ces notions et expliquer si elles sont proches ou non. Nous nous contenterons d’examiner le capital social.

18La proposition de Lin se fonde sur les ressources propres aux individus pris dans le réseau pour définir le capital social. Comme nous l’avons souligné pour Bourdieu, il n’est que peu question de la structure du réseau dans cette définition. Or notre hypothèse est justement que le principal apport que l’analyse structurale des réseaux sociaux peut donner à une théorie sociologique comme celle des champs est cette prise en compte de la structure du réseau, grâce notamment aux nombreux outils d’objectivation et de mesure de la structure qu’elle propose.

  • 174 Voir l’exemple de Michel Forsé, qui explique que le capital social mobilisé par un agent a bien un (...)

19Ainsi, pour deux acteurs ayant les mêmes capitaux économiques et culturels, et ayant le même nombre de relations, leur position dans le réseau jouera un rôle déterminant pour l’accès aux ressources véhiculées par ce réseau174. Pour traiter efficacement les implications de cette remarque, il nous semble nécessaire de dissocier la position dans le réseau des ressources. En effet, ce qui nous intéresse dans l’étude des relations entre agents n’est pas d’étudier la nature de ce qu’ils échangent (qui renvoie aux concepts de capitaux culturel, économique et symbolique), mais comment et avec qui ils peuvent l’échanger.

  • 175 Il cite en fait les mêmes personnes que de Nooy quand celui-ci dresse un rapide bilan des études su (...)

20Lin est conscient de l’absence de prise en compte des propriétés intrinsèques du réseau dans son modèle : il fait remarquer qu’il existe des tentatives175 pour intégrer dans les mesures du capital social les propriétés du réseau. Mais comme il le dit lui-même :

Le mélange des propriétés du réseau avec des ressources qui y sont contenues ne résout pas encore les problèmes conceptuels soulevés par le capital social (Lin, 1995, p. 702).

21Nous ne pouvons qu’être d’accord avec ce constat : mêler deux niveaux, les ressources et les moyens pour accéder à ces ressources (les relations), n’est pas pour clarifier la notion de capital social.

8.1.2. Coleman et Burt

22Tournons-nous maintenant vers le capital social tel qu’il est défini chez Coleman. On va le voir, Coleman envisage déjà de fonder celui-ci sur la structure des relations sociales (ou structure du réseau), ce qui permettra à Ronald S. Burt, professeur de sociologie et de stratégie à l’Université de Chicago, de pousser cette démarche plus loin encore.

23Coleman, dans un article systématique et fondateur sur le sujet (1988), aborde les trois grandes acceptions du capital social. Il le définit ainsi comme partage de ressources (dans la section «Forms of social capital», p. S101–S105 ; c’est l’acception que l’on a rencontrée chez Lin et Bourdieu), comme « avantage structurel » (section «Social structure that facilitates social capital», p. S105–S109 ; Burt approfondira cet aspect du capital social), et comme bien public qui appartient à une communauté ou à une collectivité (section «Public goods aspects of social capital», p. S116–S118 ; acception dont Putman se fera le défenseur).

  • 176 Coleman, 1988, p. S97 : «My aim is […] to import the economists’ principle of rational action for u (...)

24Coleman, en introduisant cette notion de capital social, tente d’identifier toutes ses implications et tout le champ conceptuel qu’elle peut recouvrir. Il ne sépare pas les trois aspects possibles. Au contraire, il les unit, car la notion joue un grand rôle dans sa théorie du social, bien plus important que chez Bourdieu par exemple. Ainsi, Coleman tente explicitement176 d’allier la rational action theory des économistes et l’étude des social organizations des sociologues. Le capital social lui sert de « joint » entre les deux et il l’envisage sous tous ses aspects.

Social capital is defined by its function. It is not a single entity but a variety of different entities, with two elements in common: they all consist of some aspect of social structures, and they facilitate certain actions of actors — whether persons or corporate actors — within the structure (Coleman, 1988, p. S98).

25Cette acception très large du capital social, si elle reste encore assez floue et peu opératoire directement, permet néanmoins de mettre en évidence l’un des aspects de ce type de capital, que les autres théories semblent ignorer, ou du moins ne pas traiter systématiquement : la liaison très forte du capital social avec la structure des relations sociales dans laquelle est pris l’individu.

  • 177 Burt, 1992, p. 18.

26Burt est celui qui prend le plus directement en compte cette structure pour calculer le capital social. On peut même avancer qu’il ne prend en compte que cela, puisque la notion de capital social est entièrement fondée chez lui sur sa théorie des trous structuraux. Burt définit un trou structural comme «a relationship of nonredundancy between two contacts»177. Le capital social qui en découle prend en compte l’ensemble des propriétés d’un réseau, en particulier la cohésion, la densité et l’équivalence des relations de ce réseau.

La théorie des trous structuraux donne un sens concret à la métaphore du capital social. Elle décrit la manière dont la structure d’un réseau offre des avantages compétitifs. Cette théorie résulte d’échanges entre économistes et sociologues au cours des deux dernières décennies. Les idées sociologiques de Georg Simmel et de Robert Merton sur l’autonomie provenant des conflits d’allégeances se sont enrichies des thèses économiques traditionnelles sur le pouvoir du monopole et des oligopoles. Cet apport a produit des modèles de réseau de l’avantage concurrentiel, qui mesurent les opportunités de devenir un intermédiaire entre d’autres acteurs, grâce à des liens faibles (Granovetter, 1973, 1995), en se trouvant dans des positions intermédiaires (Freeman, 1977, 1979) ou encore grâce à de nombreuses relations exclusives (Cook et Emerson, 1978 ; Burt, 1979, 1980, 1982, 1983 ; Cook et al., 1983 ; Markovsky, Willer et Patton, 1988). Ces variations sur le thème de l’intermédiaire (broker) constituent un préalable à la théorie de la concurrence fondée sur les trous structuraux (Burt, 1995, p. 601).

  • 178 Une critique semblable est signalée par Lazega (1997) dans son compte rendu de Burt, 1992. Pour la (...)

27On constate que cette méthodologie très formaliste est au service d’une théorie de la concurrence, qui sous-tend les utilisations faites de cet outil. Le modèle de Burt pourrait ainsi être qualifié de «théorie de l’avantage concurrentiel structural». Elle reprend de manière synthétique plusieurs avancées de l’analyse structurale et a été testée empiriquement dans une grande entreprise. Elle est fondée sur le postulat d’une concurrence entre acteurs. Or, si elle donne des résultats impressionnants dans le monde de l’entreprise, on peut s’interroger sur sa capacité à rendre compte d’un milieu comme la littérature, où la concurrence existe certes — la théorie des champs permet de la mettre en évidence — mais où elle ne constitue pas la seule règle178. Les règles du jeu du champ littéraire ne se bornent en effet pas au profit individuel, et s’il est un lieu où un idéal esthétique peut servir de bannière collective, et donc privilégier les stratégies d’entraide ou de collaboration, c’est bien la littérature. On le sait, la logique qui sous-tend le marché des biens symboliques n’est pas assimilable telle quelle à celle du marché économique. Si l’inversion de la logique du marché économique peut tenir lieu d’analogie à la logique de la sphère de production restreinte, on a vu cependant avec Anheier, Gerhards et Romo que d’autres formes de capitaux se mêlaient, fondés sur leurs logiques et valeurs propres, dans les champs littéraires moins hiérarchisés que celui de la modernité française. On ne peut donc appliquer un modèle de stricte concurrence dans le champ littéraire, et si l’on veut utiliser le modèle de Burt, il faudra l’adapter.

28De plus — et c’est le deuxième reproche que l’on peut adresser à ce modèle — il se concentre sur des micro-faits, sur des cas particuliers qui, si on ne peut les qualifier d’isolés (on prend en compte leur réseau), n’ont pas pour ambition de rendre compte du social dans son ensemble. Chez Burt, l’étude des actions des agents se fonde sur le constat du marché et de la concurrence. L’objectif de l’analyse est de décrire en les objectivant les conditions de réalisation de ces actions prises dans un tissu de relations. Cela pourrait paraître totalement incompatible avec la perspective de la théorie des champs, qui présente une ambition beaucoup plus totalisante d’explication du monde social.

29Néanmoins, il s’agit de la seule théorie qui souligne pleinement les contraintes relationnelles formelles qui pèsent sur les agents. De plus, elle tend à objectiver ces contraintes, en les mesurant au moyen d’outils mathématiques que nous avons présentés, en particulier les calculs de centralité. Sans reprendre telle quelle la conception de Burt, il nous semble néanmoins pertinent de nous inspirer de sa formalisation mathématique.

30Après ce passage en revue des différentes conceptions du capital social, nous allons, dans la section suivante, dresser un bilan concernant la notion de capital social : cela passe par une clarification de l’usage que nous comptons en faire.

8.1.3. Pour un capital relationnel

31Ainsi, si l’on tentait d’utiliser la notion de capital social sans éclaircissement préalable de notre usage, en mêlant les apports des uns et des autres, il y aurait, comme le soulignait Lin, une confusion entre deux niveaux de réalité différents : d’un côté les ressources, qui sont de l’ordre de l’attribution aux agents, et de l’autre les relations, qui concernent les liens entre agents, mais que l’on ne peut réduire au dénombrement de relations par agent pour en faire une caractéristique attributive. En effet, le dénombrement des relations ne représente pas la place de l’agent dans la structure du réseau. L’analyse des réseaux sociaux a développé différentes mesures et outils qui permettent d’évaluer cette place de l’agent dans le réseau, et la structure même de ce réseau. Ces mesures doivent être prises en compte si l’on choisit d’adopter une perspective réticulaire, sans quoi cela reviendrait à se priver d’une partie fondamentale des recherches en la matière.

32Cette prise en compte de la structure du réseau dans lequel s’insère l’agent et de la place de celui-ci dans cette structure doit être nommée et différenciée de la notion traditionnelle en sociologie bourdieusienne de « capital social », au mieux définie comme une collusion entre éléments structurels et attributifs. Nous proposons de nommer « capital relationnel » le capital que l’agent doit à sa position relative dans la structure de son réseau de relations sociales, mesurée grâce aux outils de l’analyse structurale des réseaux sociaux (en particulier, dans les calculs qui suivent, les notions de centralité, mais sans exclusive pour d’autres recherches).

33En posant cette définition du concept, nous proposons donc de ramener au niveau de l’agent les bénéfices qu’il peut tirer de la structure de son réseau. Mais cette opération d’individualisation des propriétés de la structure du réseau se fait en deux temps : on examine les avantages liés à une position dans le réseau, position que l’on « attribue » ensuite à l’agent. La position a différents attributs structurels, et cette position est occupée par un agent. On retrouve dans cette conception structurale de la position la logique qui préside à la définition des positions dans un champ. La différence est que si cette position situe l’agent en rapport avec les autres, elle le fait non pas en fonction des attributs de l’agent, mais en fonction des relations que les agents entretiennent.

34Ce capital relationnel permet de compléter l’évaluation générale de la position de l’agent, en combinant les éléments d’analyse de deux types de positions : ceux acquis grâce à l’étude de la position de l’agent dans le champ, position définie par ses dispositions attributives, et ceux acquis par l’évaluation de sa position structurelle réticulaire, position définie par la structure de ses relations sociales. Sur les quatre grands types de capitaux utilisés par Bourdieu (économique, culturel, symbolique et social), nous en reprenons deux tels quels. Comme précisé plus haut, un indice de reconnaissance symbolique se substitue dans les variables synthétiques au capital symbolique. Quant au capital social, nous souhaitons faire le départ entre les éléments structurels et attributifs. Le capital relationnel, nécessaire pour prendre en compte la position de l’agent dans son tissu de relations sociales, est une composante du capital social. L’autre composante, attributive et centrée sur les ressources, n’est pas utilisée dans l’analyse qui suit, parce qu’elle implique en partie un phénomène de redondance avec les autres variables.

35Cette démarche de combinaison des acquis des deux théories va finalement dans le sens de la recherche actuelle. Même l’un des plus grands promoteurs de l’analyse structurale des relations sociales, Mark Granovetter, prône un tel métissage méthodologique dans la préface de l’édition française du recueil de ses articles les plus connus :

  • 179 Granovetter va plus loin encore ; il cite la fin de son article « Action économique et structure so (...)

On peut toutefois leur [aux auteurs qui étudient les réseaux] faire deux critiques. La première est qu’ils se sont souvent consacrés à des détails de l’analyse des réseaux, délaissant du même coup les questions sociologiques plus générales qui, initialement, avaient été à l’origine de ce courant. Ainsi, les analyses en termes de réseaux ont porté sur des propriétés quantitatives des réseaux sociaux, devenant ainsi très spécialisées et très pointues, voire sectaires. J’ai déjà regretté cette tendance, et ce, à deux reprises au moins : d’un part, dans un article de 1979 et d’autre part, dans mon discours inaugural de la convention annuelle sur les réseaux de 1990 (voir Granovetter, 1990). L’autre défaut de ces travaux — que l’on trouve parfois dans les miens — est qu’ils négligent le cadre culturel, politique et institutionnel plus large dans lequel les réseaux sociaux sont encastrés (Granovetter, 2000b, p. 35)179.

36Microanalyse et isolement d’une variable au détriment des autres : ces reproches classiques faits à la sociologie des réseaux n’ont plus de sens lorsqu’on utilise cette sociologie dans un cadre théorique plus vaste comme la théorie des champs.

8.1.4. Calcul du capital relationnel

37Pour évaluer le capital relationnel de chaque agent, nous avons construit une matrice d’adjacence agents / agents. La fréquentation d’un lieu par un agent entraîne l’existence d’une relation avec tous les autres agents fréquentant ce lieu. Comme nous l’avons expliqué, la matrice tient compte, pour les institutions, du décalage chronologique entre certains agents.

38La matrice contient 267 agents. Pour chacun de ceux-ci, nous avons calculé le nombre de lieux fréquentés et quatre mesures de centralité. Ensuite, les résultats fournis par ces indicateurs ont été normalisés par une règle de trois sous forme de pourcentage, le résultat le plus élevé pour chaque mesure étant considéré comme 100 %. Enfin, nous avons fait une moyenne sur 100 des cinq indicateurs.

39Avant d’en venir aux résultats, il faut apporter quelques précisions sur le réseau constitué par le croisement des différents lieux de sociabilité. Tout d’abord, soulignons que nous avons pleinement conscience des limites d’une telle opération : nous percevons clairement la différence de nature des éléments mis en relation (la signature d’un manifeste est difficilement comparable à la présence durant vingt ans sous la coupole académique, comme l’assistance à un banquet du PEN Club est bien différente de l’animation en duo d’une revue littéraire d’avant-garde). Néanmoins, ce réseau a été construit dans un but bien précis : évaluer la sociabilité des agents au sein de la vie littéraire de leur époque. Le lien entre agents représente finalement une information minimale : il indique simplement que ces agents ont participé ensemble à une action littéraire ou à une institution de la vie littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres. Cette précision est d’une grande importance pour les interprétations que l’on peut formuler à partir de ce réseau. Ses implications ne nous semblent néanmoins pas trop contraignantes ou aliénantes par rapport à notre projet initial et à l’utilisation que nous faisons de ces données : à partir du moment où nous connaissons les limites de ces données, nous devrons être attentif à ne pas surinterpréter ces dernières.

40Les autres variables synthétiques ne pourront pas être quantifiées aussi finement. Nous allons donc recourir à une forme de pondération pour décliner chaque variable en trois modalités : chaque variable aura ainsi, pour chaque agent, une valeur « forte », « moyenne » ou « faible ». Cette pondération doit nous aider à objectiver au maximum la construction des variables synthétiques et donner au lecteur la possibilité de vérifier ce que nous utilisons comme données dans cette opération.

  • 180 Nous les avions au départ réparti en masses équitables (trois fois 89 écrivains), mais le 176e et l (...)

41Pour être comparée aux autres variables, le capital relationnel sera lui-même segmenté en trois groupes. Nous diviserons donc le corpus en trois groupes, le premier de 89, le deuxième de 88 et le troisième de 90 écrivains, en fonction des résultats du calcul précédent180. Le premier tiers aura un capital relationnel dont l’indice va jusque 25,46, l’indice du deuxième tiers est compris entre 25,52 et 34,13 et le troisième entre 34,36 et 75,32. Ces indices n’ont évidemment aucune valeur absolue et permettent seulement de classer relativement le capital relationnel des agents.

42En dépit de la faiblesse dans la répartition en trois groupes, cette série de critères offre une objectivation nuancée de l’évaluation du capital relationnel, en pointant différentes positions structurelles qui offrent un « avantage » particulier pour l’agent qui les occupe et en les considérant sur un mode égalitaire dans la construction de cette variable synthétique.

Tableau 28 – Calcul du capital relationnel

Tableau 28 – Calcul du capital relationnel

8.2. LE CAPITAL ÉCONOMIQUE

43Il s’agit, dans les parties qui suivent, d’évaluer les autres formes de capital détenu par l’agent en fonction d’indicateurs. La démarche d’évaluation comporte un jugement empirique, que nous voudrions le plus clair et explicite possible.

44Le principe général, fondé sur l’exemple des régressions linéaires, est de prendre, pour chaque indice, une valeur neutre, moyenne, ou plutôt médiane, au sens statistique, c’est-à-dire dans ce cas-ci correspondant à la valeur de l’indice situé au milieu de la distribution dans le corpus. Cette valeur tend aussi vers la valeur modale de l’indice dans le corpus. Ensuite, il s’agit d’évaluer pour chaque individu, de manière empirique dans notre cas, l’écart de l’indice par rapport à la norme. C’est ici que l’analogie avec la régression linéaire s’arrête, car dans celle-ci, la variation par rapport à la « normale » est calculée, tandis que dans notre cas, elle n’est qu’évaluée. Enfin, il faut combiner les indications fournies par chaque indice, en pondérant suivant l’importance relative de chacun, et construire ainsi la variable du capital concerné. Trois valeurs sont retenues pour chaque capital : faible, moyen, fort. Cette systématicité dans la construction des variables nous oblige à toujours nous confronter aux indices factuels, eux-mêmes à corréler à l’histoire de l’époque étudiée. Nous souhaitons de la sorte éviter d’édifier un appareil théorique coupé du réel et, au contraire, contraindre la charpente abstraite à s’adapter à la réalité.

45Pour le capital économique, deux indices sériels ont été retenus : la profession et la profession du père. Celle-ci fondera l’origine sociale au sens large grâce aux compléments d’information d’indices ponctuels comme la profession de la mère, les possessions patrimoniales (habitations, domaines, entreprises, titres et quartiers de noblesse, etc.) et l’état civil (situation maritale pour les revenus de l’épouse). La première étape a consisté à dresser la liste des professions exercées par chaque littérateur belge ; il a bien sûr fallu écarter les professions exercées après l’entre-deux-guerres. C’est une évidence, mais il est bon de le rappeler : si quelqu’un est ministre après la guerre, on ne peut lui attribuer les bénéfices de cette profession durant l’entre-deux-guerres. Cette première analyse a été effectuée lors de la préparation de l’indice, c’est-à-dire lors de l’étude des professions. Il faut ensuite évaluer quelle profession correspond au niveau de revenus modal dans notre corpus. Pour cela, nous avons eu recours à une historicisation des revenus liés aux professions — remise en contexte historique limitée certes, mais indispensable pour objectiver les revenus correspondant à chaque profession — grâce aux ouvrages de Scholliers (1985) et de Deprimoz (1954). Bien sûr, il ne sera pas possible de reconstituer avec précision le revenu de chaque écrivain. Mais tel n’est pas notre but. Nous souhaitons seulement dresser un profil économique de chacun, en observant sa trajectoire durant vingt ans, tout en tenant compte de son point de départ financier. Les trois valeurs retenues pour le capital économique (pour rappel : faible, moyen, fort) ne permettent pas une connaissance fine de la situation de chaque individu. Cependant, au niveau macro-structurel, ce type d’indications offre la possibilité de constituer un panorama général de la distribution de ce capital, et ainsi, dans un second temps, de percevoir les correlations avec d’autres types de capitaux, ou avec les générations.

46Nous nous sommes fondés sur la typologie socio-professionnelle mise en place dans le chapitre « Professions » (voir section 7.2.2, p. 107–118). Nous avons attribué à chaque catégorie socio-professionnelle une valeur économique. Ensuite, nous avons procédé de la même façon pour la profession du père. Une fois cette segmentation économique opérée, nous avons passé en revue les professions de chaque agent, en vérifiant, de manière empirique, l’évolution socio-professionnelle à partir des dates d’exercice des professions si nous en disposions. Nous avons attribué à chaque écrivain une première valeur pour le capital économique. Cette valeur a enfin été adaptée en fonction des indicateurs annexes (profession du père et profession de la mère principalement) : lorsqu’une hésitation apparaissait dans l’évaluation du profil socio-économique fondé sur la catégorie socioprofessionnelle, nous avons eu recours à ces indicateurs pour estimer le capital économique de la famille en général et le soutien que l’agent pouvait en obtenir.

47Le lecteur trouvera dans la base de données en ligne du CIEL toutes les professions examinées pour dresser le profil socio-économique des membres de ce corpus. Nous avons évalué 267 profils : comme nous voulons corréler cette variable à d’autres et en particulier au capital relationnel, nous avons repris le corpus des auteurs pour lesquels nous avons mesuré ce dernier. Cependant, il ne nous a pas été possible de compléter toutes les dimensions du profil de chaque agent. Nous avons donc dû supprimer 67 agents, pour lesquels nous ne trouvions pas de renseignements sur l’une des variables (à l’exception du capital relationnel, fondé sur le réseau auquel l’appartenance sert de critère de définition au corpus). Restent donc 200 écrivains pour lesquels nous allons construire les variables synthétiques.

48Passons en revue les principes généraux de segmentation que nous avons mobilisés pour construire ce capital économique.

49Les catégories socio-professionnelles suivantes ont été considérées comme économiquement faibles, relativement au corpus considéré et à l’époque étudiée : les petits agriculteurs, les artisans, les chauffeurs, les professions de la cléricature, les étudiants (stages, etc.), les employés administratifs d’entreprise, les employés de commerce, les employés de la fonction publique, les ouvriers agricoles, les ouvriers qualifiés ou non qualifiés, les secrétaires particuliers et le personnel de service direct aux personnes.

50Les catégories socio-professionnelles suivantes ont été considérées comme économiquement moyennes, relativement au corpus considéré et à l’époque étudiée : les militaires de carrière, les professions de l’information, des arts et du spectacle (en particulier les journalistes ; nous avons été particulièrement attentif à leur cas, car si certains vivent bien de cette profession et pourraient être classés dans le capital économique fort, d’autres apparaissent comme collaborateurs réguliers de journaux sans faire de cette profession leur source de revenus principale), les instituteurs, les professeurs de l’enseignement secondaire, les professions intermédiaires de l’enseignement (les directeurs d’école) et les professions intermédiaires administratives de la fonction publique (les fonctionnaires).

51Les catégories socio-professionnelles suivantes ont été considérées comme économiquement fortes, relativement au corpus considéré et à l’époque étudiée : les cadres administratifs et commerciaux, les cadres de la fonction publique, les cadres et chefs d’entreprise (nous avons néanmoins été attentifs à la taille de l’entreprise), les professeurs d’université et les professions scientifiques, les ingénieurs, les professions libérales (avocat, médecin) et les journalistes à statut professionnel justifiant un capital économique fort.

52Cette classification a servi de guide principal, tant au niveau de l’évaluation des professions de l’écrivain que de celles de ses parents. Néanmoins, il faut garder à l’esprit le côté empirique de l’appréciation du capital de chaque agent : à cette étape, rien n’est automatisé. Nous avons dressé le profil économique du littérateur en opérant à chaque fois un retour aux données brutes, non catégorisées, afin d’éviter d’interpréter à nouveau ce qui est déjà en soi une interprétation, à savoir les catégories socio-professionnelles. Mais les adaptations ponctuelles qu’un tel retour aux données a pu engendrer restent mineures.

53Nous présentons les résultats pour les différents capitaux dans un tableau synthétique (voir section 8.5, p. 247–257).

8.3. LE CAPITAL CULTUREL

54Le capital culturel renvoie, dans notre conception, à la formation de l’agent. Cette formation ne peut se limiter aux études, même si celles-ci en constituent le fondement. Nous souhaitons prendre en considération, de manière empirique encore une fois, les professions de l’agent, mais aussi son cadre familial (grâce aux professions du père et de la mère) et certains de ses hobbies (peinture et arts plastiques par exemple).

55Nous avons également suivi des principes généraux pour établir le capital culturel de chaque agent. Les études suivies par l’agent ont permis d’évaluer une première base de son capital culturel. Celui-ci a ensuite été pondéré par sa profession et par les autres indices cités. Les universitaires, quelle que soit leur spécialisation, sont considérés comme ayant un capital culturel élevé (toujours relativement à la période considérée et à notre corpus, qui est composé, ne l’oublions pas, de littérateurs). Ceux issus des hautes écoles ou d’écoles normales devenus professeurs dans une haute école ou dans une institution culturelle disposent également d’un capital culturel fort. Un capital culturel moyen est attribué à ceux qui ont suivi une formation dans une haute école ou dans une école normale, et qui sont devenus, par exemple, instituteurs. Toutes les professions de l’information, des arts et du spectacle, quel que soit le diplôme obtenu, octroient un capital culturel au moins moyen (combiné avec un diplôme universitaire, il est considéré comme fort). Enfin, ceux qui ont suivi leurs études seulement jusqu’en primaires ou en secondaires, ou ont suivi un préceptorat, partent au départ avec un capital culturel faible. Ce capital peut évidemment être réajusté en fonction des autres facteurs que nous avons mentionnés (professions culturelles ou famille en rapport avec le milieu culturel). Quel que soit le diplôme, une profession culturelle est un indice en faveur du capital culturel.

8.4. LA RECONNAISSANCE SYMBOLIQUE

56Nous avons distingué deux types de reconnaissance symbolique : la première est la reconnaissance symbolique belge, c’est-à-dire celle acquise et utilisée en Belgique ; la deuxième est la reconnaissance symbolique française, acquise en France, mais exploitée en Belgique. L’enjeu de ce découpage est de montrer la double stratégie qui s’offre aux littérateurs. Notre question concerne tout d’abord le découplage possible de ces capitaux : si un agent bénéficiant d’une reconnaissance française possède généralement aussi une reconnaissance belge, l’inverse ne semble pas vrai. Si ce découplage est effectivement confirmé, il faudra s’intéresser à la possible corrélation d’un des capitaux symboliques avec le capital relationnel, indicateur de sociabilité dans la vie littéraire de l’époque. En effet, si une corrélation se confirme, on pourra ainsi pointer quel type de reconnaissance symbolique est accordée aux agents les plus impliqués dans le sous-champ littéraire belge.

  • 181 Cette différence entre les hiérarchies des genres des deux pays peut déjà être vue comme un indice (...)
  • 182 Denis et Klinkenberg, 2005, p. 55–58.

57Après cette mise à plat des enjeux de l’examen de ces reconnaissances symboliques, il convient d’expliquer la construction des deux variables. Nous faisons intervenir plusieurs indicateurs dans cette construction : les prix littéraires, les éditeurs et les genres. En ce qui concerne les prix littéraires, nous sommes particulièrement attentif à l’instance d’attribution et à sa nationalité. La contribution des éditeurs sera évaluée en recourant à la typologie établie plus haut, qui tient compte tant de leur nationalité que de leur catalogue. Enfin, nous postulons une hiérarchie des genres différente dans les deux pays181 : l’examen des données génériques dont nous disposons pour les auteurs belges corroborent en effet le modèle présenté par Denis et Klinkenberg182. Ceux-ci insistent sur le fait que

les différents genres pratiqués à une époque donnée s’organisent en système. En d’autres termes, la définition et la hiérarchie des genres est toujours relationnelle, et c’est la place d’un genre dans le système littéraire général qui détermine son coefficient de légitimité (Denis et Klinkenberg, 2005, p. 56).

58Plus loin, les auteurs pointent le fait que « la problématique des genres et des secteurs n’échappe pas au modèle gravitationnel [qu’ils proposent pour décrire les relations littéraires entre la France et la Belgique] ». Ils affirment ainsi que les littérateurs belges francophones peuvent être réticents à pratiquer les genres les plus légitimés par le centre parisien, à cause de la concurrence forcément plus rude. Ces écrivains se rabattent alors sur les genres moins légitimes. Cependant, la reconnaissance symbolique qu’ils peuvent espérer en retour pour ces pratiques sera plus réduite que s’ils arrivent à s’imposer dans un espace plus concurrentiel. Ainsi, comme on l’a vu, la pratique des auteurs belges dans l’entre-deux-guerres est largement représentée par trois genres : le roman, la poésie et l’essai. L’histoire littéraire montre qu’en France, durant l’entre-deux-guerres, c’est le roman qui bénéficie de la plus grande reconnaissance ; preuve en est que la plupart des ouvrages publiés par des Belges en France sont des romans. La poésie, en revanche, est difficilement exportable en dehors de la Belgique. Elle reste cependant une valeur sûre dans notre pays, car elle ne demande pas autant d’investissement (économique ou humain) que le roman. Quant à l’essai, qui bénéficie aussi d’une légitimité certaine en France, il est investi régulièrement par des Belges grâce à sa perméabilité potentielle aux thématiques locales. Les enjeux de celles-ci ne franchissent toutefois pas les frontières et le retentissement des essais belges en France reste très limité.

59Nous avons recouru à une pondération quantitative et non à une évaluation empirique des données pour chaque agent. Il nous semble en effet qu’une telle quantification est plus propice à une véritable tentative d’objectivation qu’une simple appréciation, même si cette quantification repose sur une échelle arbitraire. Elle permet également de mesurer l’aspect quantitatif des données elles-mêmes : plusieurs prix et plusieurs éditions d’ouvrages ont ainsi plus de poids qu’un seul prix ou une seule édition.

60Pour la reconnaissance symbolique belge, l’échelle d’attribution de points se présente de la sorte : une édition d’un recueil de poésie, d’un roman ou d’un essai rapporte 1 point. Éditer ou rééditer une œuvre, quel que soit le genre, dans une maison appartenant au profil 4 (éditeur de poésie issu d’une revue) rapporte 2 points. Éditer ou rééditer une œuvre, quel que soit le genre, chez un éditeur franco-belge (profil 2) rapporte 1 point. Obtenir un prix attribué par une instance belge rapporte 10 points. Enfin, être élu à l’ARLLF rapporte 5 points.

61Pour la reconnaissance symbolique acquise en France et importée en Belgique, l’échelle adopte les valeurs suivantes : publier un roman chez un éditeur français rapporte 2 points. Éditer ou rééditer une œuvre, quel que soit le genre, chez un éditeur français (profil 1) rapporte 2 points. Éditer ou rééditer une œuvre, quel que soit le genre, chez un éditeur franco-belge (profil 2) rapporte 1 point. Obtenir un prix attribué par une instance française rapporte 10 points.

62Ces valeurs arbitraires n’ont pas de sens en elles-mêmes ; seul leur potentiel discriminant est intéressant. Les échelles ont été établies de manière empirique, en tentant de trouver un équilibre entre les différents critères. Les valeurs de ces capitaux symboliques ne sont pas comparables entre elles en valeur absolue, car leurs échelles sont incommensurables.

63Nous avons ensuite segmenté en trois grands ensembles les valeurs de chaque capital, comme pour les autres capitaux : nous obtenons ainsi, pour chacune des reconnaissances symboliques, les indices possibles « faible », « moyen » et « fort ».

8.5. CORRÉLATIONS ENTRE LES CAPITAUX

64Le tableau suivant reprend la valeur des différents indices pour chaque agent du corpus. Ce corpus est fondé sur le personnel littéraire qui participe aux différents lieux de sociabilité que nous avons utilisés pour construire le capital relationnel. Pour chacun, nous avons appliqué les critères expliqués plus haut pour chaque capital afin d’évaluer celui-ci. Nous avons également apporté le correctif générationnel pour la classe d’âge de chaque agent. La génération qui apparaît dans le tableau suivant est donc la génération socio-littéraire telle que nous l’avons définie plus haut.

65Nous procédons ensuite à une ACM de ce tableau (voir figure 22, p. 258), afin de mettre en évidence les corrélations entre les valeurs des différents capitaux et des générations. Comme pour le graphique produit à partir des variables analytiques, les générations socio-littéraires sont projetées en variables supplémentaires.

Tableau 29 – Synthèse des capitaux

Tableau 29 – Synthèse des capitaux

Fig. 22 – Premier plan factoriel des capitaux ; générations en variables suppl.

Fig. 22 – Premier plan factoriel des capitaux ; générations en variables suppl.

66Le graphique oppose nettement, sur le premier axe, les modalités faibles à gauche aux modalités fortes à droite. De plus, on constate une répartition de la variable générationnelle tout le long de ce premier axe. Comparer celui-ci à une ligne du temps serait une erreur d’interprétation, mais l’image est tentante : de la première génération à droite jusqu’à la sixième à gauche, toutes les modalités sont réparties dans l’ordre sur l’axe. On peut en fait conclure à une forte disparité générationnelle dans la distribution des capitaux.

67Si l’axe 1 oppose les modalités faibles aux modalités fortes, l’axe 2 oppose les capitaux culturel et économique forts (en haut à droite) aux valeurs faibles de ces mêmes capitaux (en bas à gauche). La vie littéraire belge est ainsi largement clivée entre un pôle fortement doté (à droite) et un pôle faiblement doté (à gauche), chaque pôle étant lui-même clivé en deux pôles : pour chaque moitié de graphique, un quadrant concentre les modalités liées au culturel et à l’économique et l’autre celles liées à la reconnaissance et au relationnel.

68Le graphique opère donc un couplage important entre capital relationnel et indice de reconnaissance d’une part et capital culturel et capital économique d’autre part. Il souligne ainsi que la logique de structuration dominante du personnel littéraire belge francophone (et donc du sous-champ littéraire) est fondée sur la reconnaissance et les relations sociales, mais qu’un autre principe divise le personnel littéraire, à savoir la plus ou moins grande possession de capitaux économique et culturel.

69Aux deux groupes qui s’opposent sur la base de la reconnaissance symbolique et du capital relationnel (le quadrant supérieur gauche faisant face au quadrant inférieur droit), s’ajoutent ainsi deux groupes qui s’opposent sur des critères culturels et économiques (le quadrant inférieur gauche se différenciant très nettement du quadrant supérieur droit).

70Ces deux principes structurants s’articulent l’un à l’autre selon la logique constatée au départ : les modalités fortes se rassemblent entre elles, de même que les modalités faibles. On dégage donc un clivage, mettant en avant un pôle dominant et un pôle dominé. Au sein de ces pôles, pour celui de droite, une série de modalités insistent sur une domination littéraire (reconnaissance symbolique et capital relationnel), une autre sur une domination sociale (capitaux économiques et culturels) et, inversement, pour le pôle de gauche, les modalités mettent en avant un manque de reconnaissance et de sociabilité littéraires ou un manque d’ordre socio-économique et culturel.

71Par rapport au graphique fondé sur des variables analytiques (figure 18, p. 195), celui-ci a tendance à accentuer les clivages. La comparaison des deux pointe, malgré cette accentuation, la grande solidité des résultats obtenus, tant par l’une que par l’autre méthode. On retrouvait déjà, dans le graphique à variables analytiques, un pôle dominant (situé à gauche de ce graphique) et un pôle dominé (à droite). Les variables littéraires et sociales se répartissaient ainsi en fonction de leur légitimité selon le premier axe : à gauche les prix français et les éditeurs français, les professions libérales et le clergé, à droite très peu de modalités littéraires, les employés et les études arrêtées après les primaires ou les secondaires.

72Les deux graphiques tendent donc à montrer la même structure relationnelle pour les attributs catégorisant le personnel littéraire, que ces attributs prennent la forme de variables analytiques ou synthétiques. On remarque néanmoins une structuration plus nette et montrant plus d’oppositions pour le graphique utilisant des variables synthétiques (notamment une opposition social/littéraire moins présente, ou en tout cas plus difficilement interprétable, dans l’autre graphique). D’un autre côté, le graphique aux variables analytiques semble plus « parlant », du fait de la présence de différents noms. Pour cette raison, et pour procéder à une analyse du graphique plus fine sur le plan historique, nous avons projeté certains lieux de sociabilité, les générations et plusieurs individus en variables supplémentaires sur le plan factoriel constitué par toutes les variables synthétiques. On obtient ainsi la figure 23 ci-contre.

73La répartition des modalités supplémentaires sur le plan factoriel des capitaux et des générations incite à une interprétation qui relaie et précise les interprétations de l’histoire de la littérature belge francophone traditionnelle. Dans la partie droite se situent les écrivains légitimés, l’ARLLF et la reconnaissance symbolique française forte. En un mot : le pôle institutionnellement dominant du sous-champ littéraire belge francophone. On y retrouve ceux que l’histoire nomme la « génération de 1880 » (nés entre 20 et 30 ans plus tôt), qui se sont illustrés dans le mouvement symboliste et défendent une esthétique de l’art pour l’art. Leur domination est encore importante durant l’entre-deux-guerres, car ils concentrent sur eux tout le capital symbolique français. Néanmoins, la reconfiguration du sous-champ après la Première Guerre mondiale fait de ce profil socio-littéraire une position d’arrière-garde. Comme on a pu le constater tout au long de la seconde partie de ce travail, une évolution des profils sociaux accompagne le passage d’une phase à l’autre (passage de la phase centrifuge à la phase centripète que Klinkenberg (1981) puis Denis et Klinkenberg (2005) ont mis en évidence). On constate donc qu’il est assez normal que la possession d’un capital économique fort, typique du profil social des écrivains de la deuxième moitié du XIXe siècle en Belgique francophone, soit liée à ce pôle d’arrière-garde et oppose ainsi les profils qui le composent aux autres profils socio-littéraires que nous allons décrire.

74Le deuxième profil remarquable est concentré autour du capital relationnel fort, dans le quadrant inférieur droit, en particulier vers l’axe 2. Il rassemble les agents les plus actifs dans la vie littéraire de l’époque et les lieux de sociabilité moins institutionnels que l’ARLLF, qui jouent un rôle important dans l’entre-deux-guerres. On repère ainsi le groupe signataire du Manifeste du Lundi et le PEN Club. La qualité de projection des Scriptores Catholici est extrêmement faible (le cosinus carré est de 0,001 pour l’axe 1 et 0,017 pour l’axe 2) ; il n’est donc pas possible d’en tenir compte directement dans l’interprétation du graphique.

Fig. 23 – Premier plan factoriel des capitaux, avec variables et individus suppl.

Fig. 23 – Premier plan factoriel des capitaux, avec variables et individus suppl.

75Néanmoins, au niveau de l’histoire de la littérature, on sait que ces groupes sont véritablement ceux qui apportent des enjeux neufs dans l’espace littéraire belge francophone de cette période (rapidement et respectivement, le rapport ambigu à la France, l’internationalisation de la littérature et l’émergence d’un « art pour Dieu »). Si ce deuxième profil ne bénéficie pas de la même reconnaissance parisienne que le premier, il partage avec lui une reconnaissance symbolique belge forte. Ce deuxième profil d’écrivains témoigne qu’il est possible de déterminer une forme de reconnaissance propre au sous-champ belge, et que cette reconnaissance symbolique belge est liée à la capacité de ces agents à faire émerger des enjeux certes neufs, mais surtout propres à ce sous-champ. Mais ce n’est pas tout : les corrélations entre capitaux laissent paraître une dimension supplémentaire concernant le fonctionnement du sous-champ. En effet, dans la configuration que nous venons d’expliquer, le capital relationnel semble particulièrement mobilisé. Pour ce deuxième profil, trois facettes se font donc jour : la capacité de ces agents à élaborer des enjeux propres au sous-champ (qui peuvent toujours être décrits comme potentiellement valorisables dans le champ français, moyennant certaines reformulations), leur possession d’un capital symbolique belge plus élevé que celui d’origine française et la mobilisation d’un capital relationnel développé, qui leur assure la circulation au sein du milieu littéraire belge des débats qu’ils ont contribués à créer.

76Si l’on revient au graphique, on repère que l’indice de reconnaissance français moyen est très proche du capital relationnel fort. Ce constat est capital, car il est très révélateur des modalités du fonctionnement du sous-champ littéraire belge francophone : il n’est pas nécessaire d’avoir une reconnaissance énorme pour être en mesure de mobiliser un capital relationnel fort. La première entraîne nécessairement le second, mais l’inverse n’est pas vrai. Nous reviendrons sur cette configuration du sous-champ dans la conclusion.

77Une dernière remarque doit être faite concernant ce deuxième profil : il se situe entre les générations les plus anciennes (GEN 1 et GEN 2) et la génération intermédiaire (GEN 3) qui, avec la quatrième génération, est la plus importante quantitativement (d’où leur position centrale, c’est-à-dire peu discriminante, sur le graphique). Cette troisième génération est celle de la transition entre les deux phases (centrifuge et centripète) et donc celle qui doit assurer la conversion du mythe nordique en autre chose. Il s’agit d’une génération-tampon, dont la physionomie hésite entre le prolongement des profils sociaux des deux premières générations et la prise en compte de la rupture socio-politique qui a eu lieu après la Première Guerre mondiale. Le bouleversement de l’espace des possibles de ces littérateurs, bouleversement causé par cette rupture, contraint ces derniers à renégocier leur place dans le champ littéraire, et de ce fait, à modifier la configuration sociale du champ littéraire lui-même. C’est en effet à partir de cette génération que les profils sociaux des agents littéraires belges francophones subissent une profonde évolution : du profil type du grand bourgeois juriste, on passe en quelque sorte à celui du petit-bourgeois enseignant ou fonctionnaire. Cette modification des profils sociaux est bien entendu corrélée à l’évolution des prises de position esthétiques et de la conception de la littérature défendue par ces agents, évolution qui est au fondement de la périodisation de l’histoire de la littérature belge de Denis et Klinkenberg (2005). Cette troisième génération a donc un profil hybride : tout en conservant des caractéristiques proches des deux premières générations et donc du premier profil, elle se rapproche, par certains éléments, des caractéristiques du troisième profil : celui des quatrième, cinquième et sixième générations.

78Ce troisième profil est quantitativement le mieux représenté. Il est constitué de la masse des littérateurs anonymes que génère tout ensemble littéraire : ceux que l’institution de l’époque ne met pas en avant, ceux qui ne bénéficient que très peu d’une reconnaissance contemporaine à leur activité. Cette majorité des littérateurs belges a une formation moyenne, voire faible, et dispose d’un capital économique moyen ou faible. D’une certaine manière, ce profil est le moins institutionnel des trois ; il constitue la face invisible de l’institution de la littérature, celle que seule une étude tendant vers l’exhaustivité est à même de repérer. Pourtant, au centre de cette nébuleuse de littérateurs méconnus surgissent ceux que l’histoire de la littérature la plus actuelle retient en premier de cette époque : l’avant-garde surréaliste. Pour expliquer cette singularité, il faut penser à la manière dont les indices de ce graphique ont été constitués, notamment le capital relationnel et la reconnaissance symbolique. Pour le premier, bien que les surréalistes participent à de nombreux lieux de sociabilité (les différents manifestes et groupes) dont il a été tenu compte dans le calcul de ce capital, ils ne sont que très peu (voire pas du tout) connectés au reste du réseau formé par les liens entre tous les littérateurs de l’époque. Le surréalisme est un mouvement isolé qui, comme le montre Xavier Canonne (2006), a sa propre forme de sociabilité. Celle-ci repose sur des affinités électives : il faut être choisi pour participer. Cette sélection drastique des liens entretenus ne favorise pas une participation active aux institutions de la vie littéraire. En ce qui concerne la reconnaissance symbolique, le constat est proche : ne bénéficiant pas de la légitimité conférée habituellement par l’institution littéraire contemporaine, les surréalistes, à l’époque, ne peuvent prétendre à une reconnaissance de leurs pratiques. Ce phénomène de double exclusion (relationnelle et symbolique — ci-après, nous préciserons la corrélation déjà soulignée entre ces deux types de capitaux) les fait donc émarger dans la masse des anonymes des lettres belges. L’analyse factorielle, comme outil descriptif, n’est donc pas capable, à partir des modalités que nous avons sélectionnées, de rendre compte de ces parcours et ces stratégies que l’on rassemble généralement sous le terme d’avant-garde. Les agents mobilisant ces stratégies, que Bertrand, Durand et Dubois appellent « contre-institutionnelles » (1983), développent en effet des modalités d’existence et d’action littéraires échappant précisément à l’institution de la littérature qui leur est contemporaine. Après coup, il serait envisageable d’évaluer comment l’institution réintègre en son sein ces stratégies contre-institutionnelles, ne serait-ce qu’en repérant leur présence dominante dans les histoires de la littérature et les manuels scolaires postérieurs et en faisant de cette présence une modalité descriptive pour une autre analyse factorielle. Mais en se limitant aux catégories fondées uniquement sur des faits observables durant la période étudiée, ces stratégies échappent à l’analyse catégorielle. En revanche, comme l’atteste la figure 19 (p. 198), l’analyse structurale des relations sociales est à même de rendre compte de l’existence des ces pratiques d’avant-garde, si l’on étend les lieux de sociabilité étudiés à ceux qui leur sont propres (les manifestes, notamment) : on remarque en effet sur ce graphique une forte cohésion des agents mobilisant ces stratégies contre-institutionnelles et un relatif isolement des lieux d’avant-garde par rapport aux lieux institutionnellement plus reconnus.

79Il est délicat de faire apparaître des anonymes sur le graphique (en choisir un n’aurait pas d’intérêt, sauf à le faire sortir de l’anonymat, en l’empêchant du même coup d’être un représentant de sa classe ; les afficher tous empêcherait toute lisibilité) : nous avons donc choisi de représenter des auteurs qui auront une reconnaissance plus tardive étant donné leur jeunesse (Malva, Dotremont) ou des auteurs atypiques dans l’institution, comme Tousseul.

80Force est de constater que les trois profils que nous venons de poser correspondent en fait à trois « moments » de l’histoire de la littérature belge, qui se côtoient brièvement pendant l’entre-deux-guerres. Cette période constitue en quelque sorte une transition durant laquelle une génération (la troisième) va tenter d’exister en réinventant une position esthétique à partir d’un contexte neuf et de dispositions sociales différentes de celles de ses prédécesseurs. Pour ce faire, ils vont réinvestir la question identitaire pour en modifier les termes définitoires (l’identité fondée sur la langue prendra le pas sur celle de la nation). Cette ouverture vers la France est en grande partie déterminée par un contexte national qui n’autorise plus une identité belge forte. De fait, en ce qui concerne le rendement symbolique, cette ouverture sera plus profitable en termes de reconnaissance symbolique belge que française : la présence en France des écrivains de la troisième génération sera moins visible que celle des littérateurs des générations précédentes. Le questionnement identitaire de l’écrivain belge de la troisième génération et la tendance de son discours vers une assimilation de la production belge à la littérature française aura des effets bien plus visibles en Belgique qu’en France : comme l’a montré Klinkenberg (1992), ce discours produit en fait toute son efficace en Belgique, même s’il se drape des oripeaux du débat sur l’universalité de la langue française.

Notes

168 Bevort et Lallement, 2006, p. 21.

169 Houard et Jacquemain, 2006.

170 Degenne et Forsé l’écrivent très explicitement : « L’idée selon laquelle le capital social d’un individu serait strictement proportionnel au nombre de ses relations est très nettement insuffisante. […] La notion de capital social ne saurait donc se réduire au simple volume des contacts d’un individu, parce que tous ces contacts n’ont pas la même “valeur” » (Degenne et Forsé, 1994, p. 137).

171 Cela ne manque pas d’ironie vu les tendances politiques antagonistes des deux hommes, comme le souligne De Nooy (2003) lorsqu’il rapproche les deux usages qu’ils font de la notion.

172 Lin insiste ici sur le fait que les relations entre individus ne sont pas seulement à déduire de l’appartenance à un groupe ou à une organisation, comme nous l’avons souligné plus haut.

173 Ces « indicateurs empiriques » équivalent en fait aux indicateurs bourdieusiens permettant de mesurer les capitaux économique, culturel et symbolique : « ces ressources peuvent être acquises (l’éducation, le prestige ou l’autorité) ou héritées (l’appartenance ethnique, le sexe, parfois la religion ou les ressources des parents). Elles peuvent être classées en deux catégories : ressources personnelles et ressources sociales. » (Lin, 1995, p. 687).

174 Voir l’exemple de Michel Forsé, qui explique que le capital social mobilisé par un agent a bien un effet propre, si l’on considère « toutes choses égales par ailleurs ». (Forsé, 1997).

175 Il cite en fait les mêmes personnes que de Nooy quand celui-ci dresse un rapide bilan des études sur le capital social : Boxman, Flap et De Graaf, 1989, publié en 1991. Lin cite une seconde étude qui va dans ce sens : Campbell, Marsden et Hurlbert, 1986. Malgré la prise de distance de Lin vis-à-vis de cette approche, de Nooy rapproche ces études de celles de Lin (et aussi de Bourdieu), car elles prennent toujours en compte les ressources sociales du réseau, même si elles tentent d’intégrer dans le capital social la structure des relations et les propriétés du réseau. De Nooy les oppose en fait à l’approche de Burt qui, lui, ne tient compte que des propriétés intrinsèques au réseau, et non plus des ressources sociales.

176 Coleman, 1988, p. S97 : «My aim is […] to import the economists’ principle of rational action for use in the analysis of social systems proper, including but not limited to economic systems, and to do so without discarding social organization in the process. The concept of social capital is a tool to aid in this.»

177 Burt, 1992, p. 18.

178 Une critique semblable est signalée par Lazega (1997) dans son compte rendu de Burt, 1992. Pour la littérature, on peut signaler une autre forme de logique bien présente : celle du don. À ce sujet, voir le dossier que nous avons co-dirigé avec Anthony Glinoer dans la revue COnTEXTES (Dozo et Glinoer, 2009), en particulier l’article de Michel Lacroix (Lacroix, 2009).

179 Granovetter va plus loin encore ; il cite la fin de son article « Action économique et structure sociale », reproduit dans le même ouvrage (p. 75–114, première parution : Granovetter, 1985), où il explique que l’analyse d’encastrement de réseaux n’apporte pas de réponses très générales aux grandes questions sociologiques, puis constate : « En écrivant cela, je cherchais à souligner tout ce qui me sépare d’un “interactionnisme méthodologique” qui suppose une autonomie des réseaux sociaux par rapport à des formations plus vastes et aux structures de pouvoir : mais peut-être n’ai-je pas été assez clair. » (p. 36).

180 Nous les avions au départ réparti en masses équitables (trois fois 89 écrivains), mais le 176e et le 177e avaient le même indice. Pour ne pas pousser ce découpage arbitraire à l’absurde et traiter différemment des individus aux indices identiques, nous les avons tous deux classés dans la catégorie supérieure.

181 Cette différence entre les hiérarchies des genres des deux pays peut déjà être vue comme un indice de l’indépendance relative du sous-champ littéraire belge par rapport au champ français.

182 Denis et Klinkenberg, 2005, p. 55–58.

Table des illustrations

Légende Source : Science directFigure 21 – Graphique de l’évolution du nombre de publications concernant le capital social168
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau 28 – Calcul du capital relationnel
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau 29 – Synthèse des capitaux
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2259/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 22 – Premier plan factoriel des capitaux ; générations en variables suppl.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2259/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 23 – Premier plan factoriel des capitaux, avec variables et individus suppl.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2259/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search