Version classiqueVersion mobile

Mesures de l'écrivain

 | 
Björn-Olav Dozo

Deuxième partie

7. Les indicateurs

Texte intégral

1Après des préliminaires réglant la question des indicateurs sociaux ponctuels, que l’on ne peut mettre en série, et celle de la définition des classes d’âge, nous allons mettre au point une série d’indicateurs pour décrire le personnel littéraire belge francophone. Ces indicateurs sont d’ordre social et d’ordre littéraire. Nous traiterons d’abord des premiers (études, professions, lieux de naissance et des études), puis des seconds (genres pratiqués, maisons d’édition, lieux de sociabilité, revues, prix littéraires). Notre objectif est de les considérer en série, pour y repérer des régularités. Enfin, nous aborderons la question des générations socio-littéraires. Nous proposerons alors une première analyse de ces indicateurs.

7.1. PRÉLIMINAIRES

7.1.1. Indicateurs sociaux ponctuels

2Construire les différentes formes de capitaux des agents repose sur la mise en série d’informations comparables pour chaque agent : les études, les professions, etc. Cependant, certaines données concernant le profil des écrivains ne peuvent subir ce traitement : elles ne prennent sens que dans la vie propre de l’agent concerné. Il s’agit d’un facteur déterminant pour lui, mais le caractère exceptionnel ou contingent de ce facteur ne justifie pas (et ne permet pas) de l’étudier pour chaque écrivain. Ces facteurs sont en quelque sorte des hapax informationnels.

  • 88 Voir à ce sujet l’étude de Vanderpelen, 2004.

3Grâce à ces indicateurs, il est possible d’affiner le profil d’un agent par une série d’analyses ou d’interprétations ponctuelles. Prenons quelques exemples. L’adhésion à un parti politique peut jouer un rôle important pour certains écrivains ; on peut citer le cas de Plisnier, qui fut engagé au sein du Parti communiste belge de 1921 à 1928. La foi religieuse catholique est aussi à prendre en compte, ne serait-ce que pour l’appartenance à des réseaux de cette obédience88. La santé des écrivains ne peut pas non plus être négligée : le cas célèbre d’André Baillon l’illustre à l’envi. Les catégories sollicitées pour ces exemples (engagement politique, foi religieuse, santé) ne sont pertinentes que dans des cas précis, c’est-à-dire lorsque les sphères d’action auxquelles elles appartiennent ont une portée vis-à-vis de la pratique littéraire. Or ces cas sont l’exception plutôt que la règle. Recourir à une mise en série longue et ardue pour ne finalement trouver de pertinence qu’aux seuls cas déjà étudiés par l’analyse singulière nous semble inutile. Pour cette raison, nous mobiliserons les données de la base du CIEL ponctuellement, pour affiner, approfondir, voire corriger le profil de certains écrivains. Cette opération interviendra lorsque nous construirons les différents capitaux à partir des indicateurs sériels (voir chapitre 8, en particulier p. 219–245), en tentant d’évaluer au cas par cas l’impact de l’indicateur pertinent pour l’agent sur chacune des variables. On remarque donc, avec ces variables ponctuelles, que le travail sur des populations d’écrivains ne peut se passer de certains détours par l’individuel et que l’analyse, même informatique, n’est pas automatique.

4Après cette brève mise au point à propos des indicateurs ponctuels, il reste à préciser la nature et l’usage d’une dernière variable au statut particulier : la classe d’âge.

7.1.2. Générations ou classes d’âge ?

5Pour étudier l’évolution des indicateurs, il faut recourir à un marqueur temporel. En fonction des besoins de notre analyse, nous utiliserons deux types de marqueurs : la classe d’âge et la génération socio-littéraire.

6La temporalité est une notion complexe en histoire sociale de la littérature. Dans un travail antérieur sur l’Académie royale de Langue et Littérature française de Belgique, nous avions utilisé la notion de génération. Cependant, dans cette seconde partie, nous voudrions affiner l’approche temporelle de notre corpus, et pour cela définir plusieurs marqueurs diachroniques, en fonction de la temporalité que nous souhaitons prendre en compte. En ce qui concerne la chronologie externe au champ littéraire, elle est fonction en grande partie de l’âge biologique des agents. Les « générations socio-littéraires », telle que nous les concevons, inscrivent au contraire l’agent dans une temporalité propre au champ littéraire, en prenant en compte les contingences du profil de l’écrivain : entrée tardive dans le champ, publication très jeune, fréquentation de personnes plus âgées, autant de possibles que la notion de génération socio-littéraire tentera de cerner et desquels elle souhaiterait rendre raison, car ils sont autant d’indices qui permettent d’envisager l’autonomie du littéraire, c’est-à-dire, en ce cas, la capacité de la sphère littéraire à générer une temporalité propre. Nous y reviendrons à la fin de ce chapitre.

7Néanmoins, pour articuler chronologiquement certaines caractéristiques des profils des agents avec le monde social, et ainsi montrer l’évolution de ces caractéristiques au fil du temps, donc pour avoir une chronologie externe au champ littéraire, il est utile de recourir aux classes d’âge : fondées sur un découpage totalement arbitraire (il s’aligne sur les décennies du calendrier), elles répondent à un objectif différent de celui des générations socio-littéraires. Elles permettent d’introduire de la diachronie au sein du corpus, mais une diachronie externe à lui, non conditionnée par les spécificités de la vie littéraire, afin de pouvoir traiter efficacement les corrélations possibles entre les tranches d’âge et les autres variables extralittéraires, par exemple les études et les professions.

8Sur la population des agents ayant publié un ouvrage durant l’entre-deux-guerres, on répère 9 classes d’âge différenciées par décennie de date de naissance. Une dixième classe regroupe les agents pour lesquels on n’a pas de renseignements. Cependant, les deux classes aux extrémités (1840–1849 et 1920–1929) ont un effectif très réduit, respectivement 3 agents, avec Georges Lecomte (1846–1939), Jules Leclercq (1848–1928) et Charles Dumercy (1848–1934), et 2 agents, Christian Dotremont (1922–1979) et Marcel Mariën (1920–1993). Pour éviter tout hapax ou aberration dans les graphiques qui suivent, on a choisi de les regrouper avec les deux catégories immédiatement supérieure ou inférieure, pour former une classe d’âge « avant 1959 » et une « après 1910 ».

CA jusqu’à 1859 inclus

17

CA 1860–1869 inclus

43

CA 1870–1879 inclus

62

CA 1880–1889 inclus

83

CA 1890–1899 inclus

141

CA 1900–1909 inclus

95

CA 1910 et au-delà

31

CA inconnu

19

Total

491

Tableau 7 – Corpus de l’entre-deux-guerres réparti en classes d’âge

9Nous avons choisi de rendre au moins un des deux indicateurs suivants indispensable pour entrer dans notre corpus de base : les informations sur les études et sur les professions. L’expérience prouve que lorsque l’on dispose pour un auteur d’au moins une de ces données dans la base CIEL, la fiche contient généralement d’autres informations, ce qui est une garantie d’homogénéité au niveau de la complétude de l’information pour la construction des profils du corpus.

10On a ainsi finalement 373 agents répartis sur sept classes d’âge, et deux agents (Léon Coune et Michel Georis) pour lesquels nous ne disposons pas de la date de naissance.

CA jusqu’à 1859 inclus

13

CA 1860–1869 inclus

39

CA 1870–1879 inclus

52

CA 1880–1889 inclus

63

CA 1890–1899 inclus

101

CA 1900–1909 inclus

77

CA 1910 et au-delà

28

CA inconnu

2

Total

375

Tableau 8 – Population avec renseignements sur les études ou la profession répartie en classes d’âge

11Ce tableau reprend donc le nombre d’agents par classe d’âge pour lesquels nous avons des renseignements sur au moins les études ou les professions, et qui ont publié un ouvrage dans l’entre-deux-guerres.

7.2. LES INDICATEURS SOCIAUX

7.2.1. Les études

12Le profil scolaire des agents étudiés est décrit à partir de différentes modalités, qui renvoient aux plus hautes études entamées. Dans l’état actuel des informations collectées, il n’est pas possible de considérer les diplômes obtenus. De plus, en tant que lieu de sociabilité, les campus et écoles sont d’une grande importance pour la vie littéraire, sans que la réussite ou l’échec des études entreprises ne conditionnent particulièrement les liens possibles entre écrivains. Les modalités descriptives pour la catégorie « plus haut cursus scolaire entamé » étaient au départ : « études primaires », « secondaires », « supérieures non universitaires », « universitaires » et « artistiques ». Vu la forte proportion d’études supérieures et universitaires, on a raffiné la catégorisation, en isolant les études dans une école normale des autres études supérieures non universitaires, et en divisant les cursus universitaires en : « droit », « philosophie et lettres », et « autres études universitaires ». En revanche, vu le peu d’agents qui n’ont suivi que l’enseignement primaire, nous avons décidé de fondre les catégories « primaires » et « secondaires » en une seule. Cela donne finalement sept modalités possibles pour décrire les études de chaque agent.

Primaires et secondaire

51

Artistiques

18

École normale

25

Autres études supérieures non universitaires

20

Droit

101

Philosophie et lettres

111

Autres universitaires

39

Total

365

Tableau 9 – Répartition par filières d’études

13Sur le corpus, on trouve donc 3 agents (France Adine, 1890–1977 ; Francis André, 1897–1976 ; Fernand Crommelynck, 1886–1970) n’ayant pas été plus loin que l’enseignement primaire, tout du moins dans sa forme organisée par les pouvoirs publics, et 48 ayant poursuivi et s’étant arrêté au secondaire (inférieur et supérieur confondus). Les catégories qui suivent impliquent la réussite des études secondaires. Après celles-ci, 18 ont fait des études artistiques, 25 l’école normale, 20 d’autres études supérieures non universitaires, 91 le droit, 109 des études de philosophie et lettres (avec une intersection de 31 personnes entre ces deux groupes, soit due, pour les premières classes d’âge, au système de la candidature commune aux études de droit et de philosophie et lettres, soit que les agents ont fait les deux cursus), et 39 d’autres études universitaires. Il faut aussi mentionner 45 agents qui ont fait d’autres études que celles répertoriées ci-dessus, parfois en plus de celles-ci (préceptorat, cours particuliers, cours de langue, stage, cours de pilotage, cours du soir, etc.). Nous choisirons de négliger les autres types de formation. Enfin, sur le corpus des 375 écrivains finalement retenus, l’information manque pour 68 écrivains. Néanmoins, pour ceux-ci, nous disposons de l’information sur leur profession. Or certaines professions demandent un certain type de diplôme. C’est le cas de cinq avocats (Charles Dumercy, 1848–1934 ; René Golstein, 1891 – ? ; José Hennebicq, 1870–1941 ; André Hoornaert, 1884 – ? ; Denis Marion, 1906–2000). On peut raisonnablement postuler que, s’ils exercent cette profession, c’est qu’ils ont obtenu leur diplôme de droit, donc qu’ils ont fait des études dans ce domaine. Il faut donc les ajouter au total des universitaires en droit, ce qui le porte à 96.

14Le tableau suivant établit une relation croisée entre les études entamées et les classes d’âge.

Tableau 10 – Croisement entre les classes d’âge et les filières d’études

15Ramenée en dixièmes, cette relation peut être exprimée sous la forme d’un graphique chronologique, en laissant de côté les études de philosophie et lettres de Léon Coune.

Figure 7 – Plus haut cursus scolaire entamé en fonction des classes d'âge

16Pour comprendre ce que représente ce graphique, il faut garder à l’esprit la façon dont le corpus a été constitué. Les bâtonnets ne dessinent pas l’évolution du nombre d’étudiants par décennie. Chaque valeur renvoie, pour chaque classe d’âge, au nombre sur dix dans cette classe d’âge d’agents ayant fait les études représentées par le bâton, agents qui ont été publiés ou réédités durant l’entre-deux-guerres et sur lesquels nous avons des informations. On a donc un panorama des profils scolaires des agents actifs durant l’entre-deux-guerres répartis par classes d’âge. Par exemple, pour les agents nés durant les années 1860 et encore actifs dans l’entre-deux-guerres, environ la moitié ont fait des études de droit. Ce nombre décroît rapidement en fonction de la classe d’âge, pour se stabiliser à environ un cinquième des agents nés dans les années 1880, 1890 et 1900.

17Que faut-il retenir de ce graphique ? Tout d’abord, une forte diminution des études en droit en fonction des classes d’âge, à l’exception de la dernière, qui voit une brusque remontée. Ensuite, une progression importante des études en philosophie et lettres, qui subit un arrêt important pour les agents nés en 1880, pour reprendre ensuite régulièrement sur deux classes d’âge et baisser légèrement pour la dernière. La rupture observée pour la génération de 1880 est corrélée à une forte hausse de la proportion d’agents ayant arrêté leurs études après les secondaires dans cette même classe d’âge. Il s’agit en fait de la génération qui devait commencer ses études supérieures lors du début de la Première Guerre mondiale et qui en a été empêchée. La montée constante de la proportion d’inscrits en philosophie et lettres se prolonge après cette génération, tandis que le droit se stabilise et les études secondaires comme terminus scolaire diminuent lentement.

18Les conclusions que l’on serait amené à tirer de l’examen des chiffres de la dernière classe d’âge ne doivent pas être prises comme un indice de la tendance ultérieure concernant les études des écrivains actifs après la Seconde Guerre mondiale. En effet, l’effectif de cette classe est fort restreint et assez peu représentatif à cause du critère de constitution du corpus. Les agents qui en font partie répondent à un critère particulier : ils ont publié en volume très tôt dans leur vie. On peut supposer qu’ils disposent assez jeunes d’un capital culturel important et qu’ils pourraient constituer un groupe d’« héritiers » favorisés par leur origine de classe. Cette tendance s’actualiserait dans le choix des études et les pousserait à s’inscrire en philosophie et lettres, mais aussi — et bien plus nettement — en droit, au détriment des autres domaines. Pour le droit, c’est le cas de Henry Bauchau (1913), qui avait un grand-père avocat, de Thomas Owen (1910–2002), dont le père était avocat et professeur, de Théo Léger (1912 – ?), dont l’aïeul Théodore était sénateur, le grand-père était président du tribunal d’Audenaerde et le père administrateur-directeur de l’Office du Petit Crédit Professionnel, de René Blieck (1910–1945), issu d’une famille bourgeoise, ou encore d’Auguste Marin (1911–1940), dont le père était un industriel. Ces écrivains aux origines sociales assez homogènes s’inscrivent en droit et publient une œuvre avant la Seconde Guerre mondiale. Il est donc important de reconnaître le biais du découpage chronologique du corpus quant à sa capacité à rendre compte de l’orientation des études des agents qui animeront la vie littéraire après 1945.

19En vue de reconstituer les trajectoires géographiques des écrivains au début de leur vie, il est intéressant d’étudier les établissements scolaires qu’ils ont fréquentés. Comparés à leur lieu de naissance, on pourra ainsi obtenir de l’information sur la mobilité géographique des étudiants (ce qui autorisera certaines considérations sur le degré de centralisation de la Belgique par rapport à la France). Dans un premier temps, nous allons repérer les lieux d’études secondaires et leur répartition géographique. Ensuite, nous étudierons les lieux d’études supérieures.

20Nous disposons de l’information pour 211 auteurs sur les 491 ayant publié une œuvre dans l’entre-deux-guerres, ou encore pour 211 sur les 307 parmi ces auteurs ayant publié dans l’entre-deux-guerres et pour lesquels on dispose d’informations sur les études (mais, donc, pas nécessairement sur d’hypothétiques études secondaires).

21Les établissements secondaires peuvent se répartir selon les neuf provinces de l’époque, desquelles nous isolons Bruxelles pour évaluer son rôle possible d’attracteur en tant que capitale : Anvers, Brabant, Flandre occidentale, Flandre orientale, Limbourg, Hainaut, Liège, Luxembourg, Namur et la ville de Bruxelles. Une autre raison qui nous pousse à mettre Bruxelles de côté est que la ville constitue un cas particulier vu son effectif important et la présence d’écoles connues pour avoir été le lieu de passage de nombreux littérateurs belges, comme le collège Saint-Michel.

Provinces

Nombre

Dixièmes

inconnu

16

0,6

étranger

7

0,3

Anvers

11

0,4

Brabant

12

0,5

Bruxelles

73

2,8

Flandre occidentale

5

0,2

Flandre orientale

12

0,5

Hainaut

45

1,7

Liège

47

1,8

Limbourg

7

0,3

Luxembourg

17

0,6

Namur

11

0,4

Total

263

10

Tableau 11 – Répartition des agents par province d’origine

22On repère 263 occurrences d’établissements scolaires secondaires pour les 211 personnes sur lesquels nous avons des renseignements. Ces occurrences se répartissent de la sorte sur les dix « provinces ».

23Soit le graphique :

Figure 8 – Répartition des agents par province d’origine

24Trois « provinces » dominent largement : le « grand Bruxelles », Liège et le Hainaut. Près de trois littérateurs sur dix ont fréquenté au moins un établissement scolaire bruxellois, deux au moins un liégeois, et deux au moins un hennuyer. Cela justifie le fait que l’on s’intéresse en détail aux institutions scolaires de ces trois provinces.

25En ce qui concerne Bruxelles, la répartition des écrivains par établissement scolaire est donnée par le tableau 12.

26Le Collège Saint-Michel domine largement : il est fréquenté par 29 écrivains. L’Institut Saint-Louis, à partir duquel se développeront plus tard les Facultés Universitaires Saint-Louis, suit, avec 9 écrivains. Vient ensuite l’athénée de Bruxelles, avec 8 représentants. Ces résultats appellent deux commentaires. Si on ne remet pas ces chiffres en question, on remarque que les collèges et instituts sont des lieux de reproduction importants de la culture légitime : qu’une aussi forte proportion d’écrivains aient fréquenté ces établissements en constitue un bon indice (il faut maintenant s’interroger sur les trajectoires de ces écrivains, les genres pratiqués, leur parcours institutionnel, etc., pour connaître le type de littérature (re)produite). Mais on peut aussi s’interroger sur l’accès à l’information concernant les études : dans quelle mesure n’y a-t-il pas un effet de loupe sur ces établissements parce que ceux-ci organisent leur propre promotion, par le rappel constant qu’une certaine élite s’est assise dans leurs classes ? Les biographies qui ont permis la constitution de la base de données du CIEL ont été sûrement plus enclines à citer le lieu d’études si celui-ci est entouré d’un certain prestige. Mais ce prestige est le fruit d’une mise en valeur d’acquis antérieurs. On retrouve le problème de l’efficace d’un discours identitaire, que Pascale Casanova (1999) a illustré avec le mythe de Paris, qui continue à construire les agents qui construisent son mythe, parce que ceux-ci ont été attirés par ce qui leur préexistait à Paris. Ce mouvement circulaire, qui se nourrit de lui-même, pose la question de l’intrication des faits et du discours.

Lieu

Établissements du « grand Bruxelles »

Bruxelles

Athénée Charles Buls

1

Bruxelles

Athénée Robert Catteau

1

Bruxelles

École Decroly

1

Bruxelles

École française

1

Bruxelles

École moyenne de Saint-Gilles

1

Bruxelles

Institut Saint-Georges

1

Bruxelles

Lycée Daschbeck

1

Bruxelles

Lycée de Saint-Gilles

1

Bruxelles

Lycée royal Gatti de Gamont

2

Bruxelles

Athénée de Bruxelles

8

Bruxelles

Institut Saint-Louis

9

Bruxelles

Collège Saint-Michel (jésuite)

29

Etterbeek (Bruxelles)

Lycée Adolphe Max

1

Ixelles (Bruxelles)

Athénée d’Ixelles

4

Jette (Bruxelles)

Collège Saint-Pierre de Jette

1

Molenbeek-Saint-Jean (Bruxelles)

? Molenbeek

1

Saint-Gilles (Bruxelles)

Athénée de Saint-Gilles

3

Saint-Josse-ten-Noode

(Bruxelles)

Athénée de Saint-Josse-ten-Noode situé rue Traversière

1

Schaerbeek (Bruxelles)

École moyenne de Schaerbeek

1

Schaerbeek (Bruxelles)

Institut Sainte-Marie

1

Schaerbeek (Bruxelles)

Athénée royal de Schaerbeek

4

Total

73

Tableau 12 – Répartition des agents par établissement scolaire à Bruxelles

27Pour Liège, on retrouve cette hégémonie des jésuites :

Lieu

Établissements Liège

Ferrières

Collège Saint-Roch

2

Herve

Collège Royal Marie-Thérèse Herve

1

Huy

École moyenne de Huy

1

Huy

? Huy

2

Liège

École moyenne communale de Liège

1

Liège

Les Filles de la Croix

1

Liège

Collège Saint-Louis Liège

2

Liège

Athénée royal de Liège

6

Liège

Collège Saint-Servais (jésuite)

19

Seraing

Collège épiscopal Saint-Martin

1

Seraing

École moyenne de Seraing

1

Stavelot

École moyenne de Stavelot

1

Verviers

? Verviers

1

Verviers

Athénée royal de Verviers

1

Verviers

Collège communal de Verviers

1

Verviers

Collège Saint-François-Xavier (jésuite)

5

Waremme

Collège Saint-Louis Waremme

1

Total

47

Tableau 13 – Répartition des agents par établissement scolaire à Liège

28Le collège Saint-Servais a vu passer largement plus du tiers des littérateurs liégeois de la période, suivi par l’athénée royal de Liège et par le collège Saint-François-Xavier à Verviers, jésuite lui aussi.

29On peut donc faire le constat de l’existence d’une « griffe » des collèges catholiques, tant à Bruxelles qu’à Liège. Il semble en effet assez clair que la fréquentation d’un tel établissement scolaire est systématiquement mise en avant par les biographes. On repère donc dans ce cas une efficace du discours biographique, qui construit la représentation selon laquelle les écrivains belges sont issus pour la plupart de l’enseignement catholique.

30Enfin, pour le Hainaut, il subsiste plus de lacunes sur le nom des établissements, ce qui s’explique assez bien par le fait que les collèges n’y sont pas aussi dominants.

31Ce sont ainsi les athénées qui dominent : 5 écrivains passent par l’athénée de Mons, 5 par celui de Charleroi, et 4 par celui de Chimay. Le reste est fort dispersé, tant par ville que par établissement au sein de la ville. Il serait tentant de corréler cette plus faible présence des établissements catholiques à la situation politique de la région : le Hainaut reste un berceau socialiste, dont l’une des tendances durant l’entre-deux-guerres est l’anti-cléricalisme. Il pourrait donc sembler logique que le réseau d’enseignement officiel soit plus fréquenté dans cette province.

Lieu

Établissements Hainaut

Ath

? Ath

1

Ath

Athénée royal d’Ath

1

Binche

? Binche

1

Charleroi

? Charleroi

1

Charleroi

Collège communal de Charleroi

2

Charleroi

Collège du Sacré-Cœur (jésuite)

3

Charleroi

Athénée de Charleroi

5

Chimay

? Chimay

1

Chimay

Athénée royal de Chimay

4

Chimay

Collège Saint-Joseph de Chimay

1

Enghien

Collège d’Enghien

1

Jemappes

Saint-Ferdinand à Jemappes

1

Kain

Frères marianistes

1

La Louvière

? La Louvière

1

La Louvière

Collège Saint-Joseph

1

Lessine

École moyenne de Lessines

1

Mons

Collège Saint-Stanislas (jésuite)

1

Mons

Institut Warocqué (Institut Commercial des Industriels du Hainaut)

1

Mons

Lycée

1

Mons

Athénée royal de Mons

5

Sart-les-moines

Sart-les-Moines

1

Soignies

? Soignies

2

Soignies

Collège Saint-Vincent

1

Taintignies

? Taintignies

1

Thuin

Collège communal

1

Thuin

Collège de Thuin

1

Tournai

? Tournai

1

Tournai

Athénée royal de Tournai

1

Tournai

Collège Notre-Dame (jésuite)

2

Total

45

Tableau 14 – Répartition des agents par établissement scolaire dans le Hainaut

32En ce qui concerne l’enseignement supérieur, le nombre des lieux d’enseignement est beaucoup plus réduit et les trois universités francophones complètes structurent fortement la répartition des étudiants. Dresser un tableau de ces lieux ne serait pas pertinent. Nous reviendrons sur les lieux de scolarité, tant secondaires que supérieurs, quand nous étudierons les lieux d’origine des écrivains (voir section 7.2.4, p. 124–128), afin de mettre en évidence une éventuelle mobilité géographique lors de la formation.

7.2.2. Les professions

33Pour chaque agent, nous avons tenté de repérer ses différentes activités professionnelles tout au long de sa vie. Pour certains, nous avons ainsi collationné plusieurs professions successives, avec des renseignements précis sur le lieu où ils travaillaient, les dates de début et de fin, etc. Pour d’autres en revanche, nous n’avons pu trouver qu’une catégorie socio-professionnelle générale, comme « journaliste », ou « enseignant ».

34La base de données du CIEL fournit des informations brutes sur les professions : elle permet ainsi une connaissance fine des cas individuels. Mais pour un traitement statistique, il est impératif de recourir à une nomenclature classificatoire, afin de s’autoriser des regroupements et des opérations par lots. Plusieurs possibilités s’offraient à nous : notre première idée, fondée sur l’intuition, aurait été de créer notre propre nomenclature à partir de la masse de données récoltées. Néanmoins, après différentes tentatives, cette solution n’est pas apparue très convaincante, car elle faisait appel à bien trop de préjugés et présupposait une grande connaissance de l’histoire des professions et des rapports entre celles-ci en Belgique francophone. Notre choix s’est alors porté sur une nomenclature préexistante.

  • 89 Voir le site du SPF Économie - Direction générale Statistique et Information économique, à l’adress (...)
  • 90 Voir le premier chapitre de l’ouvrage d’Alain Desrosières et Laurent Thévenot, qui dresse un bref h (...)
  • 91 Soutenue par quatre institutions : ADVN (http://www.advn.be/), Amsab Institute of Social History (I (...)
  • 92 Au sens anglais, voir plus bas (p. 109).
  • 93 Voir leur site internet : http://www.ilo.org/public/english/bureau/stat/isco/index.htm.

35La Belgique n’a pas de nomenclature socio-professionnelle propre. Elle n’a qu’une nomenclature des secteurs d’activités89. Le France, en revanche, a une longue tradition de catégorisation socio-professionnelle90. D’autres nomenclatures existent aussi à d’autres niveaux institutionnels (européen et mondial notamment) ou pour d’autres usages. Ainsi, la base de données Odis91, qui rassemble des informations historiques sur les structures sociales intermédiaires en Flandre aux XIXe et XXe siècles, respecte un autre standard dans la classification des professions : la HISCO (Historical International Standard Classification of Occupations), nomenclature des « occupations92 » avec une perspective historique. Elle est le pendant à visée historique à l’ISCO (International Standard Classification of Occupations), nomenclature internationale développée par l’ILO (International Labour Organization93) et utilisée par les Nations-Unies pour normaliser les catégories utilisées dans le monde et ainsi produire des statistiques comparatives entre pays. Développée en anglais, elle existe en traductions française et espagnole.

36Toutes ces nomenclatures ont leurs avantages et leurs inconvénients. L’important à notre sens était de ne pas « coller » une nomenclature sur nos données. Il est en effet indispensable de l’interroger, d’en comprendre la logique et la structure, pour l’adapter si nécessaire.

37Notre choix s’est porté sur la nomenclature française de l’INSEE (l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques), pour deux raisons : tout d’abord, elle est très documentée et une longue réflexion sur son histoire, sa construction et ses usages existe déjà ; ensuite, la réalité socio-professionnelle belge francophone, même si elle ne peut être alignée sur le modèle français, a malgré tout de nombreux points communs avec la française, ne serait-ce que par la proximité géographique et par un conditionnement socio-historique commun à plusieurs égards.

38Examinons en détail cette nomenclature. Tout d’abord, il faut revenir sur ce qu’elle classe.

  • 94 Desrosières et Thévenot,2002, p. 7.

Elle résulte d’une longue évolution, spécifique à la France. Cela lui confère un caractère en apparence disparate, qui gêne ou irrite parfois certains utilisateurs ou certains théoriciens. Ceux-ci souhaiteraient réduire sa structure à une logique simple qui, selon les auteurs, devrait être une division en métiers, au sens traditionnel du mot, une décomposition en classes sociales, par exemple sur le modèle marxiste, une grille de qualifications mettant en regard des formations et des emplois, une hiérarchie d’aptitudes reflétant des talents innés, une échelle des statuts dotés de prestiges sociaux différents, ou encore un découpage en milieux regroupant des personnes voisines par leurs comportements sociaux.
Or, il se trouve que la nomenclature PCS [professions et catégories socioprofessionnelles] renvoie peu ou prou à presque tous les aspects énumérés ci-dessus. Seule l’histoire de la façon dont les statisticiens ont enregistré les professions au cours du temps permet d’expliquer un pareil assemblage94.

39La nomenclature PCS est donc dans notre cas un outil à adapter (vu sa longue évolution spécifique à la France), mais la richesse de sa typologie et les différentes strates d’évolution qu’elle contient incitent à penser que les ajustements que l’on va y apporter pour le cas belge ne risquent pas de remettre l’équilibre général de l’ensemble en péril.

40Les différentes logiques énumérées dans l’extrait cité viennent renforcer le doute vis-à-vis de variables faussement analytiques, dont la profession constitue un bon exemple. On doit insister sur les indices recouvrant une multitude de domaines regroupés dans le seul indicateur de la catégorie socio-professionnelle. Le caractère synthétique de cet indicateur se comprend aisément lorsque l’on examine la discipline au fondement de ces classements, la sociologie des professions.

  • 95 La sociologie des professions a une grande tradition aux États-Unis et en Angleterre.

41Dans leur ouvrage d’introduction à cette discipline, premier de la sorte en France95, Claude Dubar et Pierre Tripier expliquent dans l’introduction que l’étude des professions recouvre quatre réalités bien distinctes, en fonction du sens que l’on donne au terme « profession ». Ils résument ces sens dans un tableau que nous reproduisons :

Profession = déclaration
Vocation professionnelle
Sens 1

Profession = fonction
Position professionnelle
Sens 4

Profession = métier
Spécialisation professionnelle
Sens 3

Profession = emploi
Classification professionnelle
Sens 2

Tableau 15 – Les quatre acceptions du terme « profession »

  • 96 Voir une expression comme « profession de foi ». Dubar et Tripier, 2005, p. 4.

42Reprenons l’explication que les auteurs fournissent pour chaque sens. Ainsi, « la profession (sens 1) est quelque chose qui s’énonce publiquement et qui comme la vocation, est lié à des croyances politico-religieuses »96. Il s’agit avant tout d’une représentation personnelle de sa propre activité, qui correspond à l’idée que l’on se fait de son statut, ou de sa vocation. Certains auteurs du corpus ont comme vocation d’être écrivain. C’est du moins ce qu’ils déclarent, ce qu’ils professent. On est donc dans le domaine du discours.

  • 97 Dubar et Tripier, 2005, p. 4–5.

43« Dans le second sens, défini comme “occupation par laquelle on gagne sa vie”, la profession de quelqu’un est activité rémunérée, quelle qu’elle soit. […] La profession (sens 2) est le travail que l’on fait dès lors qu’il permet d’en vivre grâce à un revenu »97. Ce critère est celui qui a été retenu pour les auteurs de la base CIEL. Pour chaque auteur, les différents travaux sources de revenus ont été collectés dans leur diversité et sans classement préalable. Ce classement s’appuie en effet sur le troisième sens du terme « profession ».

  • 98 Dubar et Tripier, 2005, p. 5.

44« Dans le troisième sens, défini comme “ensemble des personnes exerçant un même métier”, le sens du terme profession est proche de celui de corporation ou de groupe professionnel désignant l’ensemble de ceux qui ont le même “nom de métier” ou le même statut professionnel »98. C’est ce sens qui nous permet de regrouper les professions repérées comme source de revenus en des groupes exploitables statistiquement. En fonction du statut professionnel de ces sources de revenus, il est loisible de regrouper les différentes activités rémunératrices des auteurs, et ainsi de les comparer en série. Évidemment, ces regroupements sont sujets à discussion, et peuvent prendre mille formes, selon le critère retenu pour les opérer. Néanmoins, comme nous l’avons signalé plus haut, la nomenclature PCS a l’avantage d’une longue tradition, et a donc affronté l’épreuve du temps, mais bénéficie également d’un retour réflexif sur sa constitution historique, ce qui permet de contrôler finement les regroupements et les choix opérés.

  • 99 Dubar et Tripier, 2005, p. 6.

45Enfin, un quatrième sens est apparu plus récemment : « profession » renvoie dans ce cas-là à la « notion de fonction ou de “position professionnelle” (dans un organigramme) »99. Ce sens spécialisé et renvoyant à un usage propre au monde de l’entreprise par exemple ne sera pas utilisé dans ce travail.

46Dans le cadre de la construction de la variable représentant le capital économique des agents (voir chapitre suivant), les dimensions que nous retiendrons de l’indicateur socio-professionnel sont celles du salaire et du pouvoir d’achat que celui-ci induit. Ainsi, après avoir harmonisé les appellations professionnelles par secteur (donc en utilisant le troisième sens de « profession »), nous utilisons le deuxième sens, en considérant l’activité professionnelle principalement comme une source de revenus, pour établir une hiérarchie économique au sein de chaque secteur, fondée sur l’évaluation des revenus de chaque échelon. Les autres dimensions de la profession (statut social, prestige, etc.) seront traitées ultérieurement, lors de la construction des autres variables. L’ouvrage de Peter Scholliers, Loonindexering en sociale vrede: koopkracht en klassenstrijd in België tijdens het interbellum (1985) et la thèse de Jacques Deprimoz (1954) nous ont guidé dans l’évaluation du pouvoir d’achat et de la relation profession / salaire pour cette période.

47Il faut maintenant se plonger dans les données et préciser ce que nous avons retenu de la nomenclature française, ce qu’elle recouvre pour chaque catégorie et enfin, lors de l’évaluation du capital économique, à quels niveaux de salaires elle peut être corrélée.

  • 100 Voir la nomenclature de l’INSEE : http://www.insee.fr/fr/nom_def_met/nomenclatures/pcs.htm.

48La nomenclature PCS (Professions et Catégories Socio-professionnelles, révisée en 2003100) se décompose en un arbre taxinomique à quatre niveaux d’analyse, chaque niveau supérieur se situant dans une relation hyperonymique avec le niveau inférieur. Transversalement à ces quatre degrés de « finesse d’analyse », huit grands domaines d’activité sont définis. Ils servent de libellés au premier niveau d’analyse : les agriculteurs exploitants (1), les artisans, commerçants et chefs d’entreprises (2), les cadres et professions intellectuelles supérieures (3), les professions intermédiaires (4), les employés (5), les ouvriers (6), les retraités (7) et les autres personnes sans activité professionnelle (8). Nous laissons de côté les catégories 7 et 8.

49Les deuxième et troisième niveaux sont désignés par deux chiffres : la catégorie « employés de commerce (55) » est par exemple l’un des hyponymes de la catégorie « employés (5) ». Le deuxième niveau met au jour les oppositions sociales structurantes basiques :

  • opposition entre secteur public et secteur privé ; par exemple les « cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques (32) » s’opposent aux « cadres d’entreprise (36) » et aux « professions libérales et assimilés (31) », ou encore les « employés de la fonction publique (51) » s’opposent aux « employés administratifs d’entreprise (54) et aux « employés de commerce (55) ») ;

  • opposition concernant la taille de l’entreprise ou de l’institution et sa hiérarchisation ; par exemple, on distingue les « artisans (21) » des « commerçants et assimilés (22) » et des « chefs d’entreprise de 10 salariés ou plus (23) » ;

  • opposition concernant la qualification du travail, donc liée à un diplôme ou une formation ; on fait la différence entre les « ouvriers qualifiés (61) », les « ouvriers non qualifiés (66) » et les « ouvriers agricoles (69) ».

50Les troisième et quatrième niveaux raffinent ces oppositions.

51La réalité socio-professionnelle des auteurs belges francophones nous incite à utiliser une combinaison entre les trois premiers niveaux d’analyse. Il n’est en effet pas utile, pour la population que nous étudions, de recourir à un degré de finesse supérieur en se servant du quatrième niveau : si la multiplication des différences minimes, qui produit une nomenclature de 551 catégories, est tout à fait pertinente sur un corpus plus large, elle ne l’est plus pour notre population. En revanche, utiliser seulement le premier ou le deuxième niveau n’est pas adéquat non plus dans notre cas : certains groupes sont fort représentés (notamment les « cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques (32) »), et il est judicieux de tenter de les différencier entre eux. Mais cette volonté de différenciation, aussi idoine soit-elle pour les catégories à fort contingent, n’est plus adaptée à celles ne comprenant que quelques individus. Les ouvriers, par exemple, sont très peu nombreux. Ils sont donc regroupés sous la catégorie « ouvriers (60) », de manière indifférenciée.

  • 101 Il s’agit ici d’une des principales adaptations de la nomenclature française à la réalité belge, ét (...)
  • 102 Catégorie hybride, qui concerne les deux extrêmes de l’échelle économique : ils sont peu nombreux, (...)

52Les catégories retenues sont, au final, les suivantes : les agriculteurs (catégorie 1 dans la nomenclature PCS) ; les artisans, commerçants et assimilés (catégories 21 et 22), les cadres de la fonction publique (33) ; les cadres d’entreprise (administratifs, commerciaux et techniques, y compris les ingénieurs), regroupés avec les chefs d’entreprise de 10 salariés et plus (catégories 36, 37, 38 et 23) ; le clergé et les religieux (44) ; les professions intermédiaires de la fonction publique (41, 43 et 45) ; les professions intermédiaires en entreprise (46, 47 et 48) ; les instituteurs et professeurs de l’enseignement secondaire (42)101 ; les employés de la fonction publique (50, 51, 52 et 53) ; les employés en entreprise (54, 55 et 56) ; les professeurs d’université ou de hautes écoles et les professions scientifiques (34) ; les professions libérales (31) ; les rentiers ou sans emploi (82 et 85)102 ; les ouvriers (60) ; et enfin, les professions de l’information, des arts et des spectacles (35).

  • 103 Pour une étude de cette catégorie, voir Dozo, 2010a.
  • 104 Pour une problématisation et une étude de la situation actuelle de l’écrivain, voir Lahire, 2006.

53Sur ces 15 catégories, il est nécessaire d’en exemplifier certaines pour les rendre moins opaques. Ainsi, les cadres de la fonction publique regroupent dans notre corpus de 375 agents des ministres, des juges, des sénateurs, des bourgmestres, des diplomates, des ambassadeurs, des députés, des procureurs, des inspecteurs de l’enseignement, etc. La catégorie des professions intermédiaires de la fonction publique comprend des échevins, des directeurs d’école, des chefs ou des attachés de cabinet, des chefs de bureau, etc. Les professions libérales sont presque entièrement composées d’avocats, à l’exception de quelques médecins et assimilés (au nombre de 8). Les professions de l’information, des arts et des spectacles sont constituées pour près des deux tiers de journalistes, rédacteurs en chef, pigistes, chroniqueurs, directeurs de journaux, etc., surtout pour la presse écrite, mais aussi pour la radio et la télévision. Directeurs de théâtre, comédiens, bibliothécaires, hommes ou femmes de lettres et écrivains composent le tiers restant103. Il ne nous a pas semblé pertinent de séparer les gens de lettres et les écrivains professionnels dans une catégorie à part, non seulement en raison du faible contingent de ceux-ci, mais aussi parce que la profession recouvre peu de signification dans le contexte francophone belge de l’entre-deux-guerres. Ils sont en effet très peu à vivre réellement de leur plume à un moment donné (comme Georges Simenon ou Charles Plisnier par exemple). Les étiquettes « écrivain », « homme de lettres » ou « femme de lettres » dans les biographies recouvrent des réalités bien différentes, et dans le cadre du simple repérage des professions, la frontière entre ceux qui vivent réellement de leur production et ceux qui peuvent se consacrer à temps plein à leur œuvre parce qu’ils ont suffisamment de rentes par ailleurs est très délicate à tracer sans un examen approfondi des antécédents familiaux et des détails biographiques de chacun. La professionnalisation du métier d’écrivain reste une question spécifique, que nous n’aurons pas l’occasion de traiter en profondeur dans ce travail104.

54Nous allons analyser le graphique des professions exercées au cours de la vie des écrivains en activité durant l’entre-deux-guerres réparties en fonction de l’appartenance de ces agents aux classes d’âge définies plus haut.

55Pour assurer une meilleure lisibilité au graphique, les catégories « agriculteurs », « artisans et commerçants », « clergé », « professions intermédiaires en entreprise », « rentiers » et « ouvriers » n’ont pas été représentées par un bâton.

Figure 9 – Professions en fonction des classes d'âge

56Les cinq principales courbes à commenter sont les professions de l’information, des arts et des spectacles, les instituteurs et les professeurs de l’enseignement secondaire, les cadres de la fonction publique, les professions libérales et les professions intermédiaires de la fonction publique.

57Les premières dominent largement sur l’ensemble des classes d’âge, malgré la petite baisse pour les générations de 1870 et 1880. Les seconds restent assez constants sur les différentes classes d’âge, avec un « trou » assez inexplicable pour les agents nés dans les années 1860. Les cadres de la fonction publique et les professions libérales chutent dès la génération de 1870, tandis que les professions intermédiaires dans le secteur public progressent lentement mais sûrement.

58On retrouve dans ce graphique une conséquence de l’analyse que l’on avait pu effectuer à propos de l’évolution des études par classes d’âge : à partir de la génération née dans les années 1880, on observe une chute des professions impliquant généralement un diplôme et un capital social élevés, au profit de celles ne nécessitant pas les mêmes acquis sociaux et culturels. Ainsi, parallèlement à la baisse des avocats et des hautes fonctions publiques, on constate, à partir de la génération née après 1880, une augmentation des employés d’entreprise et de la fonction publique et surtout des cadres et des chefs d’entreprise (ce qui correspondrait à l’image du self-made-man, n’ayant pu acquérir de titre dans l’institution scolaire, mais ayant bâti sa propre réussite dans le privé). Restent les professions intermédiaires de la fonction publique, seules à connaître une croissance quasi continue. Ce type de carrière peut avoir connu un certain succès chez les littérateurs, étant donné la sécurité de l’emploi dans les services publics et la régularité des horaires, qui permettent de s’adonner à une autre activité — la littérature — sans nécessairement se professionnaliser dans celle-ci. Ces fonctions intermédiaires trouvent leur actualisation prototypique dans les sinécures d’État, comme les charges de bibliothécaires dans des grandes institutions : Albert Giraud (1860–1929) au Ministère de l’Intérieur, Grégoire Le Roy (1862–1941) à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, ou Franz Hellens (1881–1972) au Parlement.

59En ce qui concerne la dernière classe d’âge, elle appelle les mêmes remarques que celles formulées à propos des études : sa population est dans une situation particulière due à la constitution du corpus ; elle a publié très jeune grâce à l’importance de son capital culturel hérité. La recrudescence du nombre de professions libérales (en grande majorité des avocats) est liée à celle des diplômés en droit. Il faudrait prendre en compte la période d’après-guerre, pour intégrer des agents entrés plus tardivement dans le champ littéraire, afin de voir si ce retour des juristes se confirme. Sur un échantillon plus réduit (les membres littéraires de l’Académie royale de Langue et Littérature française de Belgique), cette recrudescence n’est pas confirmée. Au contraire, au sein de l’ARLLF, la prise en compte des écrivains entrés en littérature après 1945 montre une présence accrue d’enseignants.

Corrélations entre études et professions

60La corrélation entre les études et les professions pour cette classe d’âge permet de formuler l’hypothèse d’une généralisation de ces corrélations à l’ensemble des études et des professions, que nous vérifierons en recourant à une ACM.

61Le premier plan factoriel de la matrice constituée par les 375 agents en tête de ligne et les 22 modalités (composées des études et des professions) est représenté par le graphique page suivante (figure 10).

62Le graphique de l’analyse factorielle permet d’isoler trois groupes de « carrières. » L’axe F1 met en évidence l’opposition la plus structurante au sein des données : à gauche, on retrouve ceux qui n’ont pas fait d’études supérieures, avec des professions qui ne demandent pas de diplôme très élevé : ouvriers, artisans et commerçants, employés (de la fonction publique ou en entreprise). À droite, ceux qui ont un diplôme de l’enseignement supérieur. L’axe F2 permet d’opposer les juristes (études de droit et professions libérales ou cadres supérieurs dans la fonction publique) et les enseignants (école normale ou études de philosophie et lettres, puis instituteurs et professeurs ou professions scientifiques).

63Ces grandes tendances sont assez attendues, mais reflètent bien les types de carrières possibles pour les écrivains belges francophones actifs durant l’entre-deux guerres. La présence au centre du graphique de deux modalités professionnelles indiquent que ce sont des caractéristiques bien réparties parmi les agents, ou du moins qu’elles ne sont pas suffisamment discriminantes pour isoler un groupe qui les posséderait de manière privilégiée. Il s’agit des professions de l’information, des arts et des spectacles, qui comprennent surtout des journalistes, et des professions intermédiaires de la fonction publique, comptant principalement des directeurs d’école et des chefs de service, c’est-à-dire des fonctionnaires et employés promus (ces derniers pouvant ne pas avoir de diplôme de l’enseignement supérieur, ce qui explique la position médiane par rapport au premier axe). Le premier quadrant comporte quant à lui un groupe de modalités marginales (autres études supérieures ou universitaires et études artistiques).

64Nous avons porté les classes d’âge en variables supplémentaires (c’est-à-dire qu’elles n’ont pas participé à la construction des axes, contrairement aux autres modalités). L’analyse factorielle ne permet pas de les départir nettement : les autres oppositions structurelles des données (entre les différentes carrières possibles) sont plus évidentes, et surdéterminent le graphique. Comme nous l’avons vu, il a donc té nécessaire, pour percevoir les corrélations entre ces classes d’âge et les autres variables, de recourir à un examen par tableaux croisés. Enfin, comme exemples, nous avons indiqué plusieurs individus dont la projection sur le plan factoriel était d’assez bonne qualité.

Figure 10 – Corrélations entre les professions, les études et les classes d’âge

  • 105 Il faudrait examiner la présence de ces écrivains dans les institutions littéraires de l’époque. En (...)

65Les trois grands types de profil professionnel pour le personnel littéraire de l’entre-deux-guerres sont donc le juriste, l’enseignant et l’agent du secteur privé, ce dernier se situant tendanciellement hors institution scolaire et loin des lieux du pouvoir105. Si ce cas apparaît plutôt ponctuel dans le temps et dû à un événement exceptionnel (la Première Guerre mondiale), les deux premiers montrent une évolution de la structure du champ littéraire : la carrière juridique semble en perte de vitesse (indépendamment du cas particulier de la dernière classe d’âge, comme nous l’avons vu), tandis que les métiers de l’enseignement s’imposent peu à peu (si l’on combine instituteurs, professeurs — à tout niveau institutionnel — et professions scientifiques). Enfin, deux constantes se dégagent. Le journalisme reste une activité de compromis efficace pour exercer sa plume et la fonction publique un refuge pour les écrivains : au fil des classes d’âge, ceux-ci abandonnent progressivement les hautes fonctions publiques, mais occupent de plus en plus des positions intermédiaires, ceci compensant finalement cela.

  • 106 Cette évolution esthétique fonde en grande partie la périodisation de la production littéraire en B (...)

66Cette évolution des carrières professionnelles confirme donc la rupture entre les phases centrifuge et centripète, en mettant en évidence la différence de recrutement des écrivains entre les deux époques. Ce constat devrait être correlé avec les grandes tendances de l’évolution esthétique106, qui semblent structurellement homologues par rapport à cette évolution des carrières. Faut-il voir un lien entre les professions et les choix esthétiques des écrivains ? L’étude statistique soulève la question, mais ne permet pas de trancher.

67Nous pourrions prolonger cette étude préliminaire dans diverses directions, qui prendront ici la forme d’hypothèses ou de suggestions de recherche.

68D’abord, on pourra avancer que l’origine de la sur-représentation des juristes au sein du personnel littéraire belge serait avant tout, dans l’entre-deux-guerres, un phénomène de représentation, dont l’origine est à chercher du côté de l’héritage du XIXe siècle : la forte présence des juristes dans la première institution littéraire belge aurait ainsi favorisé l’élaboration d’une représentation en partie essentialisée et passée comme « fait de discours » dans l’histoire de la littérature.

69En outre, ce phénomène de représentation devrait être étudié en fonction du poids symbolique et institutionel des juristes au sein du milieu littéraire belge. Dans quelle mesure les écrivains-juristes ont-ils été, plus que d’autres peut-être, des hommes d’institution et, si ce trait se confirme au XIXe siècle, persiste-t-il pour la période ici étudiée ? En d’autres termes, l’habitus des juristes les prédispose-t-il à investir dans les instances de la vie littéraire nationale (à la manière de Picard) et à apparaître ainsi comme dominants au sein de l’institution ?

  • 107 Voir Dozo, 2010c, p. 34–51.
  • 108 Dozo, 2007b.

70Enfin, nous terminerons par un retour sur le constat possible d’un basculement de la carrière de juriste vers celle d’enseignant. L’étude du corpus des écrivains de l’entre-deux-guerres, renforcée par celle sur la population des écrivains de l’ARLLF (de la création de l’Académie aux années 1990)107, laisse à penser qu’un tel changement a bien lieu pour les dernières générations. Nous avions fait deux hypothèses à partir de ce constat108. La première concernait la question du « temps libre » pour la pratique de l’écriture ; celui-ci aurait diminué avec la technicisation du métier de juriste. La profession d’enseignant aurait permis quant à elle de dégager du temps pour l'écriture. La deuxième hypothèse développait l’idée d’une relative « professionnalisation » symbolique de l’écriture, actualisée par la figure du « professeur », dans une lecture indexée sur les schèmes d’analyse classiques de l’histoire de la littérature française.

  • 109 Voir la « Note sur les écrivains enseignants », dans Dozo, 2010c, p. 102–103.
  • 110 Dozo et Provenzano, 2010.

71Ces deux hypothèses, quoique séduisantes, ont dû être mises de côté à la suite d’une vérification empirique du constat premier : sur la population d’écrivains ayant écrit une œuvre entre 1918 et 1960, il n’y a pas d’accroissement significatif de la part d’enseignants par classes d’âge109. L’augmentation constatée sur les dernières classes d’âge de l’entre-deux-guerres est pondérée notamment par l’augmentation des effectifs de ces classes (ceux-ci augmentent quand on prend en compte les œuvres publiées après la Seconde Guerre par des écrivains alors plus âgés). Enfin, concernant l’ARLLF, il ne faut pas la considérer comme un microcosme représentatif de la vie littéraire de l’époque. Nous avons pu montrer ailleurs110 qu’il s’agit plutôt d’une des « scènes consécratoires » parmi d’autres pour les écrivains belges. La sur-représentation des enseignants fait partie de ses spécificités. Les deux hypothèses mentionnées plus haut pourraient en revanche être développées pour cette population particulière.

72Ces remarques constituent autant de pistes à explorer et entendent montrer que l’usage des statistiques, loin d’apporter des réponses définitives, ouvre surtout des voies nouvelles de questionnement.

7.2.3. L’origine sociale

73Nous utilisons principalement la profession du père pour repérer l’origine sociale de l’agent, complétée par la profession de la mère.

74Sur le corpus des écrivains ayant publié dans l’entre-deux-guerres (491 agents), nous disposons de la ou des profession(s) du père pour 215 agents (sur 227 pères identifiés), de la ou des professions de la mère pour 56 (sur 132 mères identifiées). La profession de la mère apparaît rarement comme seule information sur l’origine sociale de l’écrivain (sur les 132 agents ayant une mère identifiée, on a aussi l’identification du père pour 129 d’entre eux). Si l’on compare cette situation au corpus de 375 écrivains dont on connaît soit la profession soit les études, nous disposons de la ou des profession(s) du père pour 208 agents, et de la ou des professions de la mère pour 56. On constate donc qu’il se dégage un noyau d’écrivains d’un peu plus de 200 agents, sur lesquels les données biographiques semblent être plus complètes

75Nous utilisons ici encore la nomenclature socio-professionnelle française, comme pour les professions des écrivains. Néanmoins, au vu des caractéristiques du corpus, il nous apparaît que les regroupements à opérer sont différents. Ainsi, on peut repérer quinze groupes socio-professionnels parmi les professions des pères des 215 agents pour lesquels nous avons pu collecter des renseignements :

Libellé de la catégorie socio-professionnelle

Nombre

Agriculteurs

6

Artisans

18

Commerçants et assimilés

36

Cadres et chefs d’entreprise, ingénieurs et cadres techniques

17

Professions libérales

17

Cadres de la fonction publique

11

Professeurs d’université et de hautes écoles et professions scientifiques

11

Professions de l’information, des arts et des spectacles

19

Professions intermédiaires de la fonction publique

12

Instituteurs et professeurs

19

Professions intermédiaires des entreprises

9

Employés de la fonction publique

26

Employés d’entreprise

10

Ouvriers

22

Rentiers

7

Total

240

Tableau 16 – Professions du père

76En chiffres absolus, la catégorie « Commerçants et assimilés » est la seule à sortir du lot : elle correspond environ au double de la moyenne des autres catégories. Les autres connaissent une répartition assez uniforme, excepté les « agriculteurs » et les « rentiers » — qui cette fois sont de véritables rentiers et non une catégorie de « sans profession » concaténant les rentiers et les chômeurs parce qu’ils s’opposent essentiellement aux autres —, nettement moins nombreux.

77Les professions des mères se répartissent de la sorte :

Libellé de la catégorie socio-professionnelle

Nombre

Agricultrices

3

Artisannes

1

Commerçantes

6

Professions de l’information, des arts et des spectacles

5

Institutrices

4

Employées autres qu’au service direct des personnes

3

Employées au service direct des personnes

11

Ouvrières

4

Sans profession

20

Total

57

Tableau 17 – Professions de la mère

78Ce sous-corpus ne caractérise qu’un peu plus d’un individu sur dix du corpus d’écrivains ayant publié durant l’entre-deux-guerres. Il n’est donc pas possible d’en tirer des renseignements collectifs représentatifs. Néanmoins, ces informations restent utiles ponctuellement pour éclairer le profil d’un écrivain au fil d’une explication.

79Examinons maintenant les professions des pères en fonction des classes d’âge. L’unité, selon le même choix que pour les professions des auteurs, n’est pas l’auteur, mais la profession du père, c’est-à-dire que pour un auteur, on peut connaître plusieurs professions paternelles. Les cas sont rares néanmoins, et l’on connaît au maximum trois professions pour le père d’un seul auteur : il n’y a donc pas de biais inhérent à ce type de comptabilité, comme ce serait le cas par exemple si, pour un effectif de 10 professions pour une classe d’âge, toutes avaient été exercées par la même personne. En chiffres absolus, nous obtenons la répartition suivante :

Tableau 18 – Croisements des professions du père et des classes d’âge des écrivains

80Ces chiffres absolus des professions du père donnent le graphique suivant (figure 11).

81Celui-ci montre bien que les origines sociales des auteurs belges de l’entre-deux-guerres sont multiples. Aucune profession ne s’impose nettement : seules les deux premières classes d’âge se recrutent davantage chez les enfants de commerçants. Ensuite, on tend vers une répartition assez uniforme entre les catégories socio-professionnelles en fonction des classes d’âge. De légères fluctuations interviennent ponctuellement, mais rien de notable sur le long terme ne se dessine, à part ce nivellement dans la diversité.

Figure 11 – Profession du père en fonction de la classe d’âge de l’agent

  • 111 On en revient à la question de ce que représente les statistiques : la prudence est toujours de mis (...)

82Cette incapacité des catégories mobilisées à rendre compte d’une quelconque évolution peut s’expliquer soit par un réel immobilisme social sur sept classes d’âge111, soit par une inadéquation entre les catégories et l’objet à décrire. Étant donné le faible effectif de la population, que les catégories socio-professionnelles émiettent plus qu’elles ne le regroupent, nous allons tenter une approche à partir d’un niveau de généralité plus élevé, en supposant qu’une lentille moins grossissante laissera apparaître une évolution plus générale dans notre objet.

83Pour ce faire, nous regrouperons les « agriculteurs », les « artisans » et les « commerçants et assimilés » dans une catégorie « indépendants » ; les « cadres, chefs d’entreprise, ingénieurs et cadres techniques », les « professions libérales », les « cadres de la fonction publique », les « professeurs d’université et de hautes écoles et les professions scientifiques » et les « rentiers » dans une catégorie « classe sociale supérieure » ; les « professions de l’information, des arts et des spectacles », les « professions intermédiaires de la fonction publique », les « instituteurs et professeurs » et les « professions intermédiaires des entreprises » dans une catégorie « classe sociale moyenne » ; et enfin, les « employés de la fonction publique », les « employés d’entreprise » et les « ouvriers » dans une catégorie « employés/ouvriers ». On obtient alors le graphique suivant :

Figure 12 – Classes sociales en fonction des classes d’âge

84Pour contrer l’effet psycho-visuel de la dernière classe d’âge, qui continue à n’être pas représentative, voici une version du même graphique sans cette dernière :

Figure 13 – Classes sociales en fonction des classes d’âge (sans la dernière classe)

85Les grandes tendances sont beaucoup plus visibles : la classe d’âge de 1890 est le lieu de croisements des quatre courbes ; elle sert de pivot lors du basculement des équilibres. De la sorte, les indépendants se stabilisent après une longue chute, la classe moyenne se maintient, voire augmente légèrement au fil des générations, et la classe sociale supérieure s’effrite au profit des fils d’employés et d’ouvriers. Durant l’entre-deux-guerres s’opère donc un renversement des composés (au sens chimique) des classes d’âge : d’une vie littéraire dominée par des littérateurs issus de la grande bourgeoisie, on passe à un champ littéraire avec des écrivains ayant une origine sociale plus modeste.

7.2.4. L’origine géographique

  • 112 En plus des neuf provinces de l’époque, nous isolons Bruxelles, toujours pour évaluer l’attractivit (...)

86Nos données permettent également d’observer l’origine géographique des écrivains francophones belges. Nous avons pu rassembler des informations sur le lieu de naissance de 451 écrivains sur les 491 de notre corpus. Le tableau suivant les répartit par province112 et par classe d’âge.

Tableau 19 – Province d’origine par classe d’âge

87Grâce au graphique suivant, on peut visualiser, pour chaque province, l’évolution par classe d’âge de la population d’écrivains qui y sont nés. La ville de Bruxelles et la province de Liège dorminent largement, avec près de la moitié des écrivains nés dans un de ces deux lieux si on additionne leurs résultats respectifs. La deuxième classe d’âge (1860–1869) fait exception. Un troisième lieu sort du lot : le Hainaut.

88À partir de ces données, on peut défendre l’hypothèse que le lieu de naissance joue un certain rôle dans la vocation de l’individu : pour devenir écrivain, il faut une structure qui offre un ancrage social et les conditions de possibilité de cette disposition. Les grands centres urbains francophones (Bruxelles, Liège, Charleroi ou Mons) semblent plus propices à cette fonction. Les provinces de Namur ou du Luxembourg, au contraire, sont très peu représentées. Si notre hypothèse semble confirmée pour le Luxembourg, la situation de Namur est plus étonnante.

  • 113 À ce propos, voir de Marneffe, 2007.

89L’écrivain francophone issu des provinces néerlandophones tend quant à lui à disparaître : le Limbourg est à peine représenté ; la Flandre orientale et la Frandre occidentale tendent progressivement vers zéro ; seule la province d’Anvers rivalise avec les provinces francophones aux plus petits effectifs. On peut évoquer l’importante activité des revues littéraires anversoises pour justifier ce constat113.

Figure 14 – Province d’origine par classe d’âge

90Pour affiner notre hypothèse concernant le rôle du lieu de naissance par rapport à la vocation d’écrivain, nous allons recourir à une analyse factorielle croisant l’origine géographique des écrivains et leurs lieux d’études. Nous pourrons ainsi interroger la mobilité géographique lors de la formation scolaire en Belgique.

91Nous disposons de l’information concernant le lieu des études secondaires pour 199 écrivains, représenté par 247 mentions de lieu, et de celle concernant le lieu des études supérieures pour 225 écrivains, qui renvoient à 403 noms de lieu. On constate que ce panel n’est pas exhaustif : nous n’avons pas toutes les données pour tous les écrivains du corpus.

92Au total, les données sur 465 agents ont servi à construire le plan factoriel ci-après. Pour ces agents, nous avions au moins l’un des renseignements suivants : le lieu de naissance, le lieu des études secondaires ou le lieu des études supérieures. La variable « classe d’âge » a été portée en variable supplémentaire.

Figure 15 – Premier plan factoriel croisant le lieu d’origine et le lieu d’études

93Le graphique est assez éloquent : quatre zones apparaissent nettement, équivalentes aux quatre quadrants délimités par les axes. Une lecture cartographique de l’analyse factorielle, dont il faut se méfier habituellement, semble convenir particulièrement bien dans ce cas-ci, vu la nature particulière des données. En effet, ce sont véritablement quatre « zones géographiques » que l’analyse met en évidence. En tournant dans le sens des aiguilles d’une montre et en partant du coin supérieur gauche, on peut ainsi pointer : les provinces flamandes (Flandre orientale, Flandre occidentale, Anvers) ; les provinces qui « produisent » le moins d’écrivains (Namur, Luxembourg), avec le Limbourg à la jonction de cette zone et de la zone suivante ; la province de Liège, îlot indépendant (ou autarcique, selon le point de vue) ; enfin, le Hainaut et le Brabant. Les occurrences « enseignement supérieur Bruxelles » (soit en majorité l’ULB) et « enseignement supérieur Brabant » (soit en majorité l’Université de Louvain) se trouvent sur la partie gauche de l’axe horizontal : les modalités sont partagées tant par les agents venant du Hainaut et du Brabant que par ceux des provinces flamandes ou de Bruxelles.

  • 114 Pour une étude du discours sur l’insularité liégeoise correlé à ces faits, on se référera utilement (...)

94Cette configuration des modalités correspond à une situation bien connue en Belgique : il n’existe que peu de mobilité géographique à travers le pays lors du cursus scolaire. Bruxelles joue le rôle de capitale pour les lieux situés à une distance de moins de cent kilomètres. Au contraire, Liège fonctionne comme un « bassin captant » pour sa population étudiante : on naît à Liège, on y fait ses premières classes puis on y fréquente son Université114. La Principauté joue ainsi un rôle centralisateur pour ses environs (Limbourg et Luxembourg, mais pas Namur).

95Le croisement des classes d’âge et des lieux géographiques n’appelle aucun commentaire particulier : aucune tendance nette ne s’y dégage.

96On constate donc un clivage de la géographie belge en deux pôles d’enseignement, de taille cependant différente : Liège d’un côté, le Brabant et Bruxelles de l’autre. Pour approfondir et problématiser ce constat d’un point de vue littéraire, il faudrait se demander dans quelle mesure cette bipartition des lieux de formation a des conséquences dans le champ littéraire. Peut-on déceler des marques de cette polarisation dans la pratique littéraire ? Le groupe « Anthologie », par exemple, présente-t-il des spécificités esthétiques dues à son ancrage liégeois ? Il faudrait avant tout vérifier si ses membres ont tous effectué leur cursus scolaire dans la Principauté. Nous nous contenterons de pointer ces questions mises en évidence par l’étude statistique de chaque indicateur et resterons fidèle à notre ambition première : suggérer, pour chacun de ceux-ci, des pistes de recherche à explorer.

97Après avoir examiné les variables sociales, externes au champ littéraire, nous allons nous concentrer sur les variables internes à celui-ci. Nous commencerons par étudier les genres littéraires pratiqués par les auteurs belges de l’entre-deux-guerres, à partir d’une étude systématique de leur production recensée dans la base de données du CIEL.

7.3. INDICATEURS LITTÉRAIRES

7.3.1. Genres pratiqués

98Les genres apparaissent sous deux catégories dans la base de données du CIEL : « genre explicite » et « genre implicite ». Le genre est explicite s’il est spécifié dans le titre ou le sous-titre, ou s’il est mentionné entre parenthèses dans la Bibliographie des écrivains francophones de Belgique. Le champ « genre explicite » contient donc l’information littérale, c’est-à-dire la mention du genre telle qu’elle apparaît dans les sources. Par exemple, si le titre mentionne « pièce en trois actes », le champ « genre explicite » contiendra « pièce en trois actes ».

  • 115 Nous tenons à remercier Luc Wanlin, informaticien aux AML, pour nous avoir autorisé cet accès perso (...)

99Nous avons considéré que le genre est implicite s’il n’est pas spécifié dans le titre mais qu’une source extérieure nous livre l’information, s’il est mentionné entre crochets dans la Bibliographie des écrivains francophones de Belgique, ou si un rapide feuilletage du livre permet de l’identifier sans erreur. Nous avons abondamment utilisé le catalogue informatisé des Archives et Musée de la Littérature, auquel nous avons eu un accès personnel étendu115, pour compléter l’information de ce champ.

  • 116 On peut repérer : 1 mention d’« allocution », 15 d’« anthologie », 2 de « ballet », 1 de « bibliogr (...)

100Cette différenciation a une certaine pertinence concernant les pratiques en usage dans ce que Gérard Genette (1987) a appelé le paratexte et concernant l’information qu’il est possible de rassembler sur les genres : 1 530 mentions de genre apparaissent en genre explicite, 1 301 en genre implicite et 1 791 éditions d’ouvrage existent dans la base sur la période sans information de genre. Un tiers environ des ouvrages publiés par des Belges durant l’entre-deux-guerres semblent donc posséder une mention de genre apparente. Il est délicat de mettre cette mesure en perspective, par défaut de point de comparaison aisément accessible. On peut néanmoins ajouter que ces genres mentionnés sont assez stables dans leurs dénominations : même s’il existe de nombreux « petits » genres ou sous-genres116, on isole tout de même 9 genres avec vingt occurrences au moins. On dénombre ainsi 20 mentions de « conférence », 149 de « contes », 24 de « discours », 142 d’« essai », 40 de « nouvelles », 38 de « poèmes », 438 de « poésie », 433 de « roman » et 101 de « théâtre ». Les genres dominants dans les mentions paratextuelles sont donc la poésie (inclus les « poèmes ») et le roman, largement en tête, suivis par les contes, les essais et le théâtre. Nous ne nous lancerons pas dans l’exégèse des mentions implicites, qui ne nous apporterait des renseignements que sur la manière dont les catalogues de bibliothèques (et l’histoire de la littérature) classent les œuvres.

  • 117 Pour la consulter, voir l’adresse suivante : http://phalese.univ-paris3.fr/bdhl/bdhl.php.
  • 118 Sauf à considérer que reprendre certains genres du troisième niveau est une « adaptation » de sa no (...)

101En revanche, pour examiner les tendances génériques qui se dégagent de la production belge durant l’entre-deux-guerres, il est bon de se livrer à une normalisation des dénominations de genres et à un regroupement de ces genres en grandes catégories. Michel Bernard, dans sa thèse de doctorat au fondement de la Banque de Données d’Histoire littéraire117 et publiée sous le titre De quoi parle ce livre ? Élaboration d’un thésaurus pour l’indexation thématique d’œuvres littéraires (1994), s’est livré au même type de catégorisation générale. Néanmoins, étant donné que son corpus s’étend sur une période beaucoup plus large que la nôtre et que cette étendue induit une forte hétérogénéité des pratiques littéraires répertoriées, nous n’utiliserons pas sa catégorisation en trois niveaux118.

  • 119 « Souvenirs et témoignages » est une catégorie syncrétique impliquant la dénomination de deux genre (...)

102Nous avons opté pour une catégorisation endogène par rapport à la pratique mise en évidence dans l’examen des mentions de genres explicites. Nous avons ainsi utilisé les neuf grands genres repérés (« conférence », « contes », « discours », « essai », « nouvelles », « poèmes », « poésie », « roman » et « théâtre »), en regroupant seulement « poésie » et « poèmes » en une seule catégorie et en ajoutant les genres « anthologie », « biographie », « non littéraire », « opéra », « radio », « souvenirs et témoignages » et « voyage ». Seules les catégories « non littéraire » et « radio » ne sont pas mobilisées par le paratexte d’au moins une œuvre de l’entre-deux-guerres119.

103Ces différents « grands genres » vont être utilisés pour classer et regrouper toutes les mentions de genre disponibles. Nous avons ainsi procédé à l’examen des genres présents indifféremment dans les champs « genre implicite » et « genre explicite » de la base de données du CIEL. Sur 4 622 ouvrages, nous obtenons les résultats suivants (les nombres entre parenthèses indiquent le nombre d’occurrences au départ, c’est-à-dire « genre implicite » et « genre explicite » confondus ; le « grand genre » est en tête de ligne ; les différents sous-genres sont énumérés ensuite) :

  • 1791 pour lesquels nous n’avons pas l’information du genre, comme expliqué plus haut ;

  • anthologie (22) : anthologie-essai (5) ;

  • biographie (38) : autobiographie (1) ; biographie – critique – essai (1) ; biographie – essai (3) ; biograpie – souvenirs (1) ; essai – biographie (2) ; essai biographique (1) ;

  • conférence (23) : allocution (1) ; communication scientifique (1) ; conférence – discours (1) ; conférences (3) ;

    • 120 Le genre « prose » a été réparti sur les genres « poésie », « essai » et « conte » en fonction des (...)

    contes (112) : conte judiciaire (1) ; conte – nouvelles (1) ; conte – poésie (2) ; conte (51) ; contes enfantins (1) ; contes et légendes (6) ; contes – poésie (1) ; épopée (1) ; épopée bachique (1) ; fable (2) ; fables morales (1) ; légende (2) ; légende dramatique (1) ; prose120 (1) ;

  • discours (30) : discours – sonnets (1) ;

  • essai (430) : article critique (1) ; chronique (2) ; chroniques (1) ; critique (2) ; dialogue (1) ; dialogues philosophiques (1) ; enquête (1) ; essai – poésie (3) ; essai critique (3) ; essais (25) ; histoire littéraire (1) ; hommage (1) ; manifeste (2) ; mémoire (2) ; mémoires (8) ; monographie (4) ; pamphlet (2) ; propagande (2) ; prose (4) ; réflexions (3) ; reportage (1), tract (13) ;

  • non littéraire (11) : bibliographie (1) ; économie politique (3) ; entretiens (1) ; guide (1) ; méthode (1) ; notes (1) ; notice nécrologique (2) ; ouvrage de référence (3) ; programme théâtre (2) ; rapport (2) ; recettes de cuisine (1) ; thèse (1) ; thèse de doctorat (2) ; traité (1) ;

  • nouvelles (49) : nouvelle policière (1) ; nouvelle – essai (1) ; nouvelle – poésie (1) ; nouvelle (20) ;

  • opéra (2) : ballet (2) ; cantate (1) ; opéra-comique (1) ; opérette (1) ;

  • poésie (606) : aphorismes (3) ; chanson (1) ; chansons françaises (1) ; méditation (1) ; méditations (3) ; ode dramatique (1) ; poème (4) ; poèmes (40) ; poésie en prose (1) ; poésie mise en musique (1) ; poésie – chanson (1) ; poésie – essai (1) ; poésie – prose (2) ; prose (6) ; proses lyriques (1) ; recueil (2) ; recueil de pensées (1) ; recueil de poèmes (1) ; rondeaux (1) ;

  • radio (0) : causeries (1) ; drame radio (2) ; radio-causerie (1) ; radio-causeries (3) ;

  • roman (817) : fiction (13) ; récit (10) ; récit pour les enfants (1) ; récits (2) ; récits épiques (1) ; roman d’aventure (1) ; roman et contes (1) ; roman exotique et d’aventures (3) ; roman gaumois (1) ; roman historique (1) ; roman policier (8) ; roman fantastique (1) ; scénario (1) ;

  • souvenirs et témoignages (22) : souvenir (2) ; souvenirs (9) ; témoignage (2).

  • théâtre (246) : comédie (9) ; comédie-bouffe (1) ; drame (3) ; fable – théâtre (2) ; mystère lyrique (1) ; pièce de théâtre (1) ; théâtre et poésie (1) ; théâtre – comédie (6) ; théâtre – conte de Noël (1) ; théâtre – drame (5) ; théâtre – farce (1) ; théâtre – tragédie (3) ; tragédie – farce (3) ;

  • voyage (3) : journal de voyage (1) ; récit de voyage (14) ; reportage (2) ; souvenirs de voyage (1) ; voyages (1).

104Soient les totaux suivants :

Genre

Total

anthologie

27

biographie

47

conférence

29

contes

184

discours

31

essai

513

non littéraire

33

nouvelles

72

opéra

7

poésie

678

radio

7

roman

861

souvenirs et témoignages

35

théâtre

283

voyage

24

genre inconnu

1791

Tableau 20 – Nombre d’œuvres par genre

105La première question que nous souhaiterions traiter concerne la répartition chronologique des publications de Belges dans l’entre-deux-guerres. Qu’apprend un tableau croisé des genres par année ?

106À partir de ce tableau croisé, nous avons construit un graphique représentant l’évolution en fonction des années du nombre d’éditions d’œuvres écrites par des Belges regroupées par genres. Ce graphique est représenté à la Figure 16.

Figure 16 – Distribution des genres par année

  • 121 Voir l’adresse : http://home.scarlet.be/steeman/biblio1.html.
  • 122 Nous avons établi sa bibliographie à partir du site du Centre Simenon, qui répertorie ses principal (...)

107Trois genres dominent largement : le roman, la poésie et l’essai, suivis par le théâtre et le conte. La domination importante du roman nous a incité à remettre en question les données que nous avions utilisées. Nous avons interrogé en particulier le poids représenté par les œuvres de Georges Simenon et de Stanislas-André Steeman, que l’histoire littéraire a enregistrés comme de « gros producteurs » : ceux-ci pouvaient être responsables d’une « surprésence » de romans et déséquilibrer le graphique. Steeman a publié, d’après la base de données, 19 romans seul entre 1918 et 1940. Une bibliographie complète de ses œuvres corrige ce chiffre et amène à en ajouter 4 seul et 5 en collaboration avec Sintair121. Néanmoins, ces chiffres, même amendés, ne sont pas d’ordre à induire un grand effet sur l’économie générale du graphique. Il en va tout autrement en ce qui concerne Simenon. Sa production est gigantesque et, durant l’entre-deux-guerres, 238 éditions de ses œuvres ont été publiées122 ; il s’agit pour la plupart de premières éditions de nouvelles œuvres et non de rééditions. Cette production se décompose en 7 recueils de contes, 3 recueils de nouvelles, 2 œuvres dont nous n’avons pas identifié le genre et 226 romans. Ce nombre correspond à un peu plus d’un quart des éditions identifiées comme « romans » et publiées par des Belges durant l’entre-deux-guerres. Cela justifie l’établissement d’un deuxième graphique sans les œuvres de Simenon (Figure 17, ci-après).

108En comparant la courbe du roman des deux graphiques (la seule qui soit affectée par l’absence de Simenon), on observe évidemment une différence quantitative importante. Cependant, les différentes tendances en fonction des années sont en quelque sorte équivalentes : la production de Simenon ne fait que souligner l’évolution de la courbe. Elle appuie les grandes tendances mais ne perturbe pas les conclusions générales que l’on peut tirer du graphique : augmentation régulière jusqu’en 1931 (avec un pic plus rapide en comptant les œuvres de Simenon, autour des années 1928–1929), puis chute importante jusqu’au point bas en 1935, puis reprise et stabilisation jusqu’en 1938 et nouvelle chute. Le pic du volume de la production de Simenon se situe à la fin des années 1920, ce qui corrobore son poids dans la production générale de romans par des Belges à cette époque.

109En ce qui concerne les autres genres, il faut pointer l’essai, dont la progression est constante jusqu’en 1938, et la poésie, que nous commenterons par la suite. On observe également un maintien général du conte (en très légère hausse sur la durée) et du théâtre (en légère baisse).

Figure 17 – Distribution des genres par année sans Simenon

110Il faut maintenant s’interroger sur les causes du profil de ces courbes. En effet, comme à d’autres endroits de ce travail, le recours aux statistiques et aux données chiffrées posent plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Nous proposons une interprétation d’ordre macro-économique de la baisse de production située entre 1931 et 1935, en particulier dans le domaine du roman (mais cette baisse concerne la plupart des autres genres également).

111La crise économique de la deuxième décennie de l’entre-deux-guerres, amorcée par le krach de 1929 à Wall Street, semble toucher l’Europe vers la fin de l’année 1930, voire au cours de 1931. Ses conséquences sur l’industrie de l’édition sont désastreuses, car la baisse du niveau de vie se répercute directement sur les pratiques de consommation culturelle.

À l’instar des autres domaines de l’économie, l’édition, qui connaît une phase étale de 1928 à 1932, est véritablement frappée par la crise à partir de 1932 : les dépenses culturelles, en forte hausse depuis la guerre, sont les premières touchées par la baisse du niveau de vie […]. Le chômage augmente, l’activité boursière chute, faillites et liquidations judiciaires se multiplient. (de Conihout, 1986, p. 83).

112Cette crise économique va durer tout au long des années 1930, avec les conséquences notamment politiques que l’on connaît (prise du pouvoir par Hitler en 1933, nationalismes exacerbés dans toute l’Europe, etc.).

113Isabelle de Conihout fait le point concernant la fin de la décennie en France :

L’édition et les industries du livre commencent à émerger du marasme où les a jetées la crise quand arrive la guerre de 1939 (de Conihout, 1986, p. 83).

114La situation décrite à partir d’autres chiffres (principalement ceux du dépôt légal en France) correspond assez bien à l’analyse de nos propres données. Nous pouvons donc avancer que l’influence de la crise économique des années 1930 se dessine nettement sur le graphique.

115Cette explication du profil général des courbes, en particulier du roman, n’épuise pas les réflexions possibles à partir des graphiques. Le cas de la poésie n’a pas encore fait l’objet de commentaire : il est pourtant remarquable à plus d’un titre. C’est l’un des deux seuls genres (avec l’essai) qui connaît une progression assez régulière. Il domine largement le début de la période de l’entre-deux-guerres : on peut l’expliquer par la multiplication des petites ou moyennes revues — modernistes ou pas — (Ça ira !, Anthologie, Le Disque vert, La Renaissance d’Occident, etc.) qui se constituent en maisons d’édition pour éditer des plaquettes de poésie. Nous allons y revenir lors de l’examen des maisons d’édition actives à cette époque.

116L’édition de poésie est une pratique bien différente de l’édition de romans. La poésie subit moins les effets de la crise : elle s’adresse à un public nettement plus spécifique et est donc moins soumise aux fluctuations contingentes de l’industrie des biens culturels ; elle nécessite des coûts de fabrication moindres, ce qui lui garantit encore une fois plus d’indépendance par rapport à la sphère économique ; enfin, elle est rarement distribuée par l’intermédiaire d’un réseau de distribution visant la rentabilité. L’année 1933 est très bonne, et si en 1934 et 1935, la production belge baisse légèrement, le genre semble bénéficier de la relance de l’édition (surtout visible avec le roman, l’essai et la poésie, suivis par le conte) dans les années 1936 et 1937, juste avant la Deuxième Guerre, au moment où l’édition paraît sortir doucement de la crise.

117Mais il n’est pas possible de parler de l’édition de la poésie produite par des Belges francophones sans aborder les éditeurs. De même, il semble délicat de traiter la situation de l’essai sans faire intervenir les maisons d’édition qui lui consacrent une partie de leur catalogue. Pour ces raisons, nous allons consacrer la section qui suit aux éditeurs qui éditent les œuvres des Belges francophones durant l’entre-deux-guerres.

7.3.2. Les éditeurs

  • 123 Citons comme travaux les plus remarquables : Durand et Winkin, 1996, 1999a, 1999b, 2000.

118Cette section est l’occasion de revenir sur un objet de la sociologie de la littérature dont l’étude a connu de beaux développements ces dernières années. L’édition en Belgique francophone (généralement désignée comme l’édition en Communauté française de Belgique) a deux spécialistes reconnus, issus de l’Université de Liège, et qui collaborent généralement dans leurs travaux : Pascal Durand et Yves Winkin123. Leur perspective est celle d’une histoire sociale de l’édition, dont les agents principaux sont les éditeurs ou les maisons d’édition. Leurs travaux se sont particulièrement centrés sur l’édition dans la deuxième partie du XIXe siècle et sur l’édition contemporaine.

119Notre étude diffère de ces travaux tant par les agents considérés que par la période étudiée. Dans le cadre de ce travail, notre principale préoccupation reste les écrivains belges francophones actifs durant l’entre-deux-guerres. Ce n’est qu’incidemment que nous serons amené à formuler différentes considérations sur l’édition : nous souhaitons en effet étudier les lieux de publication des écrivains belges francophones et évidemment, des éditeurs belges francophones en font partie. Notre angle d’approche est donc différent dans ses objectifs.

120Du reste, la période qui nous intéresse n’a pas été abordée de manière systématique. L’étude de certains grands éditeurs (Casterman, dont l’activité se déploie réellement durant l’entre-deux-guerres ; Labor, né en 1926 ; plus tard, Marabout, fondé en 1948, ce qui conduit généralement à quelques remarques sur les conditions préalables à sa création) est souvent prétexte à des considérations plus larges et plus générales sur l’état du champ éditorial durant les années 1920 et 1930. Il existe donc peu de tableaux synthétiques concernant avec précision l’entre-deux-guerres. Les quelques paragraphes que P. Durand et Y. Winkin lui consacrent dans « L’infrastructure éditoriale » (2000) pointent certains faits saillants, mais aucun travail systématique de collecte d’informations sur les catalogues d’éditeurs n’existe à notre connaissance.

121Le chapitre d’Alfred Fierro, « L’édition en français hors de France », s’ouvre sur ces phrases :

Il est difficile de connaître exactement l’importance de l’édition en langue française dans les pays francophones entre les deux guerres, faute de statistiques. Ce n’est qu’en approchant des années 1950 qu’on commence à avoir des chiffres significatifs (Fierro, 1986, p. 91).

  • 124 Cette harmonisation s’est limitée à une uniformisation des manières d’écrire le nom des éditeurs. P (...)

122Cette lacune peut trouver une ébauche de solution grâce à la base de données du CIEL. À partir de la base « œuvres », il est possible de reconstituer des catalogues d’éditeurs, en regroupant automatiquement les titres parus chez le même éditeur. La normalisation des noms d’éditeurs a constitué une opération lourde (environ 13 000 fiches œuvres pour toute la base de données, qu’il a fallu harmoniser124), mais nécessaire pour atteindre l’objectif fixé. Sur notre période, on recense 4 622 éditions d’œuvres, qui présentaient 1 578 étiquettes différentes d’éditeurs. Une fois ce travail d’harmonisation effectué, on arrive à 1 113 éditeurs ou co-éditeurs chez qui des écrivains belges de l’entre-deux-guerres ont publié. Tous ces éditeurs ne sont donc pas belges, et l’on retrouve parmi ceux qui ont édité le plus grand nombre d’œuvres produites par des Belges quelques grands noms français : Fayard, Gallimard, Albin Michel, Plon, etc.

123Nous allons poser plusieurs questions à ce corpus : quelles sont les maisons les plus actives ? quelle est la nationalité de ces maisons d’édition ? qu’éditent-elles ? qui éditent-elles ? Enfin, pour quelques maisons belges, nous rassemblerons des renseignements sur leur ancienneté et leur structure.

124Pour répondre à la première question, nous isolerons, par sélection des plus gros producteurs, un corpus significatif, ce qui nous permettra de ne pas nous contenter d’énumérer une liste d’éditeurs ayant très peu publié, mais, au contraire, de rendre raison de ce catalogage rétrospectif par comparaison et analyse à partir d’un corpus qui peut produire du sens.

125Établir la nationalité de la maison d’édition constitue un bel indice de la tendance des littérateurs belges à jouer la carte du centre parisien : quel est la proportion des œuvres publiées en dehors de la Belgique ? quelles sont les maisons d’édition françaises les plus accueillantes pour la littérature d’origine belge ? existe-t-il des éditeurs belges qui développent une catalogue étendu de littérature belge ?

126S’interroger sur l’ancienneté et la structure des éditeurs belges nous semble important pour inscrire notre étude dans une histoire de l’édition en Belgique, et offrir de la sorte des points de comparaison pertinents avec d’autres périodes mieux connues — nous songeons particulièrement à la deuxième moitié du XIXe siècle.

127Enfin, il restera à s’intéresser aux catalogues proprement dits, en croisant les informations génériques et les catalogues d’éditeurs : une caractérisation générique de ces maisons offrira un indicateur de la hiérarchie des genres en Belgique francophone sur cette période.

128Toutes ces données seront alors rapportées aux auteurs qui sont édités dans ces maisons, afin de compléter leur profil sociologique.

  • 125 Le chiffre de huit œuvres est arbitraire. La liste des éditeurs ayant publié six ou sept œuvres est (...)

129Pour isoler un corpus intéressant, nous allons lister tous les éditeurs, classés par volume de production. Nous reproduisons ci-après la liste des maisons ayant publié au moins 8 éditions d’œuvres durant l’entre-deux-guerres125. Cette liste comprend également la nationalité de la maison d’édition. En grasses apparaissent les éditeurs issus de revues littéraires belges.

Tableau 21 – Nombre d’éditions par éditeur et par année

130Les 111 éditeurs (sur 1 113) les plus productifs se partagent 2 884 éditions d’œuvres, soient près des deux tiers de notre corpus. À côté d’eux, il existe donc une myriade de petites maisons d’édition qui ne publient au total qu’une ou deux œuvres. Ce phénomène devrait être étudié de plus près, pour expliquer les raisons de cet éparpillement. Néanmoins, cette problématique nous écarterait trop de notre objet actuel. On remarque encore une fois que le comptage exhaustif et la mise en série d’une réalité mettent de nouvelles questions en exergue plus qu’elles n’apportent de réponses définitives.

131Sur ces 111 éditeurs, 59 sont belges (B dans la colonne de la nationalité), 11 sont belges mais indiquent parfois, en plus du lieu d’édition belge, un siège à Paris [B/(F)] et 5 semblent être franco-belges (B/F) : dans le catalogue, la référence au lieu d’édition est parfois une ville belge, parfois une ville française, parfois les deux, en fonction du volume) ; 1 est belgo-néerlandaise (B/Ned), 1 franco-belgo-anglaise (B/F/UK) et 32 sont françaises. La mention « chez l’auteur » apparaît pour 24 éditions d’œuvres et pour 281 (sur 4 622), nous n’avons pu identifier la maison d’édition.

132Si la catégorie des éditeurs belges est dominante (ils sont 59), celui des éditeurs français ou ayant partie liée avec la France est très important également : il vaut environ les trois-quarts du nombre d’éditeurs belges. De plus, mais on pouvait s’y attendre, les éditeurs français et apparentés produisent plus d’éditions (1 316) que les éditeurs belges (1 242) — ce qu’on peut considérer comme un indice de leur stabilité — et proposent un catalogue plus large (on peut penser que les auteurs belges ne constituent pas la majeure partie de leur catalogue, contrairement aux maisons d’édition belges). En revanche, si l’on comptabilise ensemble les éditeurs belges et franco-belges, on obtient 1 860 éditions pour cette nouvelle catégorie et 709 éditions pour les éditeurs français. En sachant que les éditeurs qui présentent un profil franco-belge sont souvent au départ issus de Belgique, on peut tirer les conclusions suivantes :

  • les éditeurs belges qui arrivent à s’imposer développent des partenariats avec la France et en particulier, mettent « Paris » en évidence comme lieu d’édition ;

  • ces 16 maisons d’éditions franco-belges publient à elles seules 607 éditions d’œuvres écrites par des Belges. Ce sont donc elles qui dominent le marché de l’édition belge, non les petites maisons belges, qui sont presque quatre fois plus nombreuses (59) pour produire seulement le double (1 242), ni les maisons parisiennes, qui, bien qu’elles soient deux fois plus nombreuses (32) produisent une quantité environ équivalente d’éditions d’auteurs belges (709). Il faudra donc être particulièrement attentif au statut spécifique de ces maisons quand nous étudierons la reconnaissance des auteurs belges ;

  • enfin, les éditeurs français qui publient abondamment (plus de trente éditions) des auteurs belges sont finalement assez peu nombreux (5) ; il est donc d’autant plus remarquable pour un auteur belge d’être édité par un éditeur spécifiquement français.

133Il faut également remarquer qu’environ un quart des maisons belges sont le fruit de l’initiative de revues littéraires qui se sont constituées en maisons d’édition (en grasses dans les tableaux 21 et 22). Comme nous l’avons avancé lorsque nous nous intéressions aux genres, il semble que beaucoup de ces revues publient des plaquettes de poésie. Pour confirmer cette première impression, nous allons croiser les genres et les maisons d’édition, afin d’examiner dans le détail qui publie quoi.

Tableau 22 – Genres par éditeurs

134Les maisons d’édition issues de revues (en grasses dans le tableau) répartissent leur production selon la distribution suivante :

Total

Pas de genre

93

Anthologie

4

Biographie

1

Conférence

2

Conte

13

Discours

2

Essai

43

Non littéraire

2

Nouvelle

5

Opéra

1

Poésie

114

Roman

27

Souvenirs et témoignages

2

Théâtre

40

Voyage

1

Tableau 23 – Genres pratiqués par les éditeurs issus de revues

135Nous pouvons facilement constater que, pour les éditeurs associés à des revues, un genre domine très largement (la poésie), ce qui confirme la première impression concernant le profil de ce type de maisons d’édition.

136À partir des données récoltées, et en nous arrêtant particulièrement sur le volume et la dimension générique des catalogues, nous pouvons dresser une typologie des maisons d’édition publiant des auteurs belges francophones. Ce genre d’exercice a été proposé par Pascal Durand et Yves Winkin pour des trajectoires éditoriales d’écrivains (1996, troisième partie). Notre objectif est de renverser la perspective à la base de leur typologie : nous allons décrire des profils de maisons d’édition en fonction des auteurs qu’elles publient et non retracer la trajectoire des auteurs en fonction des maisons d’édition qui les éditent. Ces deux perspectives sont toutefois complémentaires : il sera d’ailleurs nécessaire de revenir ultérieurement sur les profils d’écrivains, quand nous évaluerons les différents capitaux dont ils disposent.

137Il est possible de dégager cinq grands types de maisons éditant des auteurs belges dans l’entre-deux-guerres. Ces cinq profils rendent compte de la plupart des situations rencontrées. Cependant, comme toute typologie, celle-ci présente des difficultés à classer les cas-limites.

138Le premier profil est celui des maisons d’édition parisiennes publiant des œuvres belges. La mention de l’origine de l’auteur y est la plupart du temps absente et l’auteur est assimilé au catalogue français de l’éditeur. Ces éditeurs, comme Gallimard ou Fayard, sont des généralistes qui défendent une conception universalisante de la littérature et intègrent les Belges à leur catalogue en fonction de la valeur qu’ils accordent aux œuvres de ces écrivains. Au niveau du capital symbolique, l’enjeu pour l’auteur est de bénéficier, par cette publication, d’une reconnaissance venant de la France. Dans une conception universalisante de la littérature, sur le modèle du champ littéraire français, l’écrivain ne peut pas être soupçonné de se faire publier grâce à sa nationalité. Si celle-ci apparaissait trop explicitement, certains pourraient en effet reprocher à l’auteur de profiter d’un effet d’« exotisme » ou d’une « défense et illustration des petites littératures » : le bénéfice en vue d’une participation à la littérature universelle serait moindre. Cette stratégie d’assimilation le fait contribuer pleinement à la « Littérature », position dont il peut tirer un capital symbolique certain en Belgique. Lorsque nous tiendrons compte du lieu d’édition lors de la construction de l’indicateur de reconnaissance des agents, nous évaluerons les publications dans ces maisons d’édition comme un apport significatif.

  • 126 Durand et Winkin, 2000, p. 447.

139Le deuxième profil concerne les maisons d’édition belges qui ont une production quantitativement importante et tentent de donner une image parisienne de leur siège social. Ces maisons sont les acteurs économiques principaux du champ éditorial belge francophone, même si, par leur stratégie d’entrisme, elles se détachent plus ou moins de celui-ci. Entrent dans cette catégorie les éditeurs comme la Renaissance du Livre, Labor ou encore Dupuis et Casterman. D’après nos données, qui concernent des auteurs littéraires, il n’est pas possible de montrer la domination de maisons comme Labor, Dupuis et Casterman dans le champ de l’édition belge : éditeurs généralistes mais aussi imprimeurs, ils publient certes de la littérature, mais surtout des annuaires téléphoniques, des Guides Michelin et des bandes dessinées — notamment Tintin chez Casterman, à partir de 1934126. Du point de vue du champ littéraire, le capital symbolique transféré de ce type d’éditeurs vers l’auteur est moindre, mais pas inexistant. Nous le qualifierons de « moyen » dans l’évaluation du capital de chaque agent.

  • 127 Durand et Winkin, 2000, p. 448.
  • 128 Notre étude des représentations de la littérature par des écrivains francophones belges lors des dé (...)

140Un troisième profil peut être dégagé : celui des maisons belges à grand tirage s’inscrivant dans un projet politique ou idéologique clairement identifié. C’est évidemment le cas des éditions Rex, au départ dans la mouvance catholique (comme les éditions de Belgique), puis qui évoluera avec son responsable, Léon Degrelle, vers des thèses fascistes. Respectant une logique doublement hétéronome par rapport au champ littéraire (profit économique, comme toute entreprise commerciale, et marquage idéologique de la production), ces éditeurs produisent beaucoup dans l’entre-deux-guerres, soutenus par la « pilarisation » de la Belgique. Si ce n’est leur tentative d’implantation à Paris, les éditions Labor ont une physionomie que l’on peut également rapprocher de ce profil et viennent ainsi confirmer la triade idéologique belge (les fameux « piliers ») sur le terrain éditorial : Durand et Winkin les décrivent en effet comme un « éditeur engagé dans la cause laïque et socialiste »127. Au sein du champ littéraire, le capital symbolique de ce type d’éditeur reste globalement assez faible : s’il faut tenir compte de la spécificité belge de fonctionnement en réseau, qui n’entraîne pas automatiquement une déconsidération par défaut de ce type de production, il faut contrebalancer cette spécificité par le poids du modèle autonomisant français. Ce modèle idéalisé d’un champ littéraire dégagé des contraintes économiques et idéo logiques reste dominant dans la représentation des littérateurs belges malgré une réalité quotidienne bien différente : si le réseau est le mode de fonctionnement type du sous-champ littéraire belge, phénomène que l’on peut constater dans la pratique, les représentations dominantes dans ce sous-champ tendent vers une autonomie littéraire fondée sur le modèle de « l’art pour l’art »128. Nous considérerons donc les productions de ces maisons d’édition comme participant faiblement au capital symbolique d’un auteur.

141Le quatrième type d’éditeurs en Belgique francophone est assez spécifique. Il s’agit de maisons issues de revues littéraires, qui, en parallèle au périodique, ont lancé une ou plusieurs collections de livres. Ces éditeurs publient principalement de la poésie (parfois des essais), ont un faible tirage et renouent parfois avec la tradition des éditions de luxe à la manière d’Edmond Deman : plaquettes pour bibliophiles, illustrées et à la typographie soignée. On citera par exemple les éditions de la Renaissance d’Occident, les Cahiers du Journal des poètes, les éditions Lumière, les éditions du Thyrse, etc. — chacune de ces maisons ayant ses propres pratiques, mais correspondant globalement à ce profil. Les compositions de ce type d’éditeurs ont généralement une valeur symbolique forte : publiées à destination d’autres écrivains, ces productions pour les pairs dotent leurs auteurs d’une reconnaissance importante.

142Enfin, le dernier type d’éditeur dont on peut dégager le profil à partir de nos données est celui des petites maisons d’édition belges qui ne publient que quelques volumes. Elles sont très nombreuses. Éditeurs sans catalogue à proprement parler, ils constituent une masse de producteurs sans grande reconnaissance mais qu’on ne peut négliger sous peine d’occulter une grande partie de la production littéraire belge francophone. Néanmoins, il faut insister sur le faible capital symbolique de ces maisons. Nous en tiendrons compte dans l’évaluation du capital de chaque agent.

143Cette rapide typologie de l’édition d’œuvres belges durant l’entre-deux-guerres nous permet de dégager les lieux d’accumulation de capital symbolique concernant la publication d’œuvres. D’autres « lieux » cristallisent la reconnaissance : c’est le cas notamment des prix littéraires.

7.3.3. Prix littéraires

144Notre approche des prix littéraires est alignée pragmatiquement sur les objectifs de ce travail. Ainsi, dans la perspective d’étudier l’origine du capital symbolique des agents, nous nous intéresserons particulièrement à l’autorité qui confère le prix : instance littéraire ou extra-littéraire, belge ou française, reconnue ou méconnue. Ces questions prennent sens en vue d’établir la portée de chaque prix dans la construction de la reconnaissance de l’écrivain.

145Nous avons retenu les renseignements concernant les prix attribués pendant l’entre-deux-guerres, mais également avant cette période. En effet, les retombées de certains prix se mesurent sur le long terme. Bénéficier de la reconnaissance de ses pairs est un processus qui s’inscrit dans la durée. Il nous a donc semblé nécessaire de tenir compte de la reconnaissance dont les écrivains encore en activité durant l’entre-deux-guerres ont pu avoir avant cette période.

146À partir du corpus des auteurs ayant publié durant l’entre-deux-guerres (c’est-à-dire à partir de notre corpus de départ, voir section 5.5, p. 85–86), nous avons recensé 333 prix, hommages ou subventions qui correspondent à nos critères. Ces prix sont de nature fort différente et leur liste ne semble pas représentative : aucun dépouillement systématique de listes de prix n’a été mené à bien et l’harmonisation générale des noms reste problématique. Nous nous contenterons donc de signaler les institutions qui confèrent le plus de prix, tant pour la Belgique que pour la France, et les agents qui en bénéficient le plus.

147Nous avons donc opéré une sélection des prix les plus distribués, que nous présentons dans le tableau suivant. La liste complète des prix est disponible sur le site du CIEL.

Tableau 24 – Prix des agents actifs durant l’entre-deux-guerres

148On repère bien sûr les grands prix littéraires belges : les prix triennaux et les prix quinquennaux, qui ont été d’abord attribués par l’État puis par l’ARLLF dès sa création. Ensuite, il faut noter les prix provinciaux : Brabant, Liège et Hainaut. Viennent aussi les prix en hommage à un individu : le prix Émile Verhaeren, le prix Auguste Beernaert, le prix Carton de Wiart et le prix Émile Polak, tous attribués par l’ARLLF. Il faut mentionner aussi le prix de la Libre Académie Picard. Enfin, on pointera les prix français : le prix Edgard Poe et les prix de l’Académie française.

149L’énumération de ces prix nous servira lors de l’établissement du capital symbolique des agents. Il importe néanmoins de remarquer un fait important : les prix littéraires belges sont liés, pour la plupart, soit à l’ARLLF, soit au pouvoir politique. L’ARLLF, durant l’entre-deux-guerres, joue ainsi le rôle que tous, même les plus réticents lors sa création, acceptaient de lui voir assigner : l’attribution des prix littéraires et des aides de l’État à la littérature.

  • 129 Dozo, 2004, 2006.

150Cela n’empêche pas que la littérature que ces prix consacrent correspond — et c’est presque une tautologie de l’écrire — à une hiérarchie des pratiques littéraires reconnue à cette époque, en phase avec la conception de la littérature de ceux qui jugent et attribuent ces prix. Le pouvoir de consacrer est dans les mains de ceux qui l’ont déjà été : les prix sont donc une forme de reproduction d’une conception de la littérature. Dans le cas de l’ARLLF, comme nous avons pu le montrer ailleurs129, il s’agit d’une littérature subordonnée aux codes français classiques, nourris de purisme linguistique et d’une hiérarchie des genres (la poésie est en tête) inspirés du Grand Siècle. Il faudra en tenir compte lors de l’interprétation de la distribution du capital symbolique entre les écrivains.

7.3.4. Lieux de sociabilité

  • 130 Les appellations consacrées pour chaque lieu prévalent sur cette petite typologie, mais elles la re (...)

151La base du CIEL fait apparaître quatre types de lieux de sociabilité : les salons, les sociétés, les groupes et les jurys. La différence entre « société » et « groupe » tient au fait que la « société » a un règlement d’ordre intérieur, contrairement au « groupe » qui se réunit de manière informelle. Le « salon » est quant à lui un lieu mondain à fonction culturelle, et non exclusivement littéraire130. Dans l’analyse qui suit, nous ne retiendrons que les lieux de sociabilité en Belgique, actifs durant l’entre-deux-guerres.

152Notre objectif n’est pas d’étudier la sociabilité propre à ces différents types de « lieu » (au sens métaphorique) ; nous ne souhaitons pas fournir une description complète et détaillée des lieux de sociabilité de l’entre-deux-guerres. Plus modestement, mais aussi — et ce n’est pas paradoxal — plus généralement, nous voudrions étudier les liens qui, par l’intermédiaire de ces lieux, ont existé entre les différents écrivains. Nous constituerons ainsi un large réseau des relations interpersonnelles directes entre écrivains, fondé sur leur fréquentation des mêmes lieux. Ces données seront exploitées grâce à la théorie des réseaux et des graphes, que nous avons présentée dans la première partie de ce travail.

153Néanmoins, avant de rassembler toutes les données de sociabilité en un seul grand tableau, il est nécessaire d’examiner ces lieux un à un et d’en dégager certains traits, malgré nos préventions concernant la mise sur pied d’un éventuel « catalogue ». Cet examen répond dans notre cas à des préoccupations méthodologiques et ce que nous dirons de chaque lieu explicitera la manière dont nous le considérons et l’utilisons : nous ne voulons prendre en compte que les lieux où les écrivains se rencontrent effectivement, afin d’avoir une définition univoque de la relation entre écrivains. L’homogénéité des relations étudiées est garante de la valeur des résultats.

154Sur la période qui nous concerne, nous avons recensé 79 lieux de sociabilité (y compris les comités de responsable de revues, sur lesquels nous reviendrons ; voir section 7.3.5, p. 178–181) qui correspondent à notre critère de rencontres effectives.

Les salons

155Les salons sont très peu représentés. Il s’agit d’un mode de sociabilité rare dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone : comme nous l’avons vu lors de l’examen des profils sociaux et professionnels, l’habitus de l’écrivain belge subit des changements importants durant cette période. La classe sociale d’origine de l’écrivain belge prototypique évolue : majoritairement issu de la grande bourgeoisie au XIXe siècle, dans l’entre-deux-guerres, il provient tendanciellement de la petite ou de la moyenne bourgeoisie. Les grands bourgeois avaient une certaine tendance à aligner leurs modes de sociabilité culturelle sur ceux de l’aristocratie. Le salon faisait ainsi se côtoyer des agents aux profils hétérogènes, tant d’un point de vue artistique (les écrivains se mêlent aux peintres, aux sculpteurs, etc.) que d’un point de vue social (les artistes rencontrent dans les salons la « bonne société » : notables, aristocrates, grands bourgeois, etc.). Les moyens et petits bourgeois prennent acte d’une Modernité littéraire qui exhibe la clôture autonomisante du champ littéraire, et développent des formes différentes de sociabilité, propres aux seuls écrivains et allant parfois jusqu’à affirmer l’ambition de défendre leurs intérêts (sociétés d’auteurs, etc.). Durant l’entre-deux-guerres, nous n’avons identifié que deux salons que nous puissions intégrer dans notre approche : les mardis de la Place Morichar, salon fondé par Charles Plisnier, de 1929 à 1937, dont les membres identifiés sont Albert Ayguesparse, Roger Bodart, Charles Plisnier et Edmond Vandercammen ; le salon de Franz Hellens, rue de Naples, auquel on sait que Neel Doof participait. D’autres salons sont repris dans la base de données du CIEL, mais, soit ils ne sont pas actifs durant la période étudiée, soit on ne connaît qu’un seul de leurs membres : l’organisateur du salon.

Les groupes

156Les groupes constituent la forme la moins institutionnalisée de lieu de sociabilité et supposent de cette manière le lien effectif le plus fort entre ses membres. En Belgique francophone, les groupes sont souvent structurés autour d’une revue. C’est pour cette raison que nous allons considérer les comités de responsables de revues comme des lieux de sociabilité. Mais avant cela, nous allons pointer plusieurs groupes littéraires qui, soit n’éditent pas de revue littéraire, soit en ont édité plusieurs, le groupe ayant alors une « géométrie variable » et chaque membre s’investissant plus ou moins dans les différents projets (le groupe surréaliste au sens large en est un exemple).

157Le Front littéraire de gauche, fondé en 1934 par Albert Ayguesparse, Roger Bodart et Charles Plisnier, est actif durant deux ans, et comprend, outre les fondateurs, les membres suivants : Raymond De Becker, Pierre Fontaine, Édouard Haine, Constant Malva, René Meurant, Frédéric J. Noël, Marcel Parfondry, Florent Raes, René Vaes, Edmond Vandercammen, soient 13 membres.

158Trois groupes surréalistes sont actifs dans l’entre-deux-guerres. Le groupe surréaliste bruxellois (Paul Colinet, Christian Dotremont, Camille Goemans, Irène Hamoir, Marcel Lecomte, René Magritte, Marcel Mariën, E.L.T. Mesens, Paul Nougé, Louis Scutenaire et André Souris), le groupe surréaliste en Hainaut (Achille Chavée, Fernand Dumont, Marcel Havrenne et Constant Malva), et le groupe surréaliste en Belgique (qui reprend certains membres des deux groupes : Achille Chavée, Irène Hamoir, Marcel Lecomte, René Magritte, E.L.T. Mesens, Paul Nougé, Louis Scutenaire, André Souris). Il faut y associer le groupe Rupture (Achille Chavée, Fernand Dumont, Marcel Havrenne, Marcel Lecomte, Constant Malva et Marcel Parfondry), qui partage une grande part de son personnel avec le groupe surréaliste en Hainaut. La composition de ces différents groupes va recouper les signataires des tracts et manifestes surréalistes. Néanmoins, il nous semblait nécessaire de faire le départ entre les groupes et les signataires : le groupe implique une relation forte entre les membres, avec la présence à des réunions. Dans le décompte final des relations, cette différence n’existera plus, mais pour l’histoire de la littérature, il est important de signaler ces deux niveaux d’implication différents.

159Il faut aussi citer le Club Artès, actif entre 1922 et 1925, qui se compose de six personnes : Roger Avermaete, Camille Goemans, Jean Koenig, E.L.T. Mesens, Raoul Ubac et Maurice Van Essche.

160Le groupe d’art « Tribune » est composé de Jeanne Alex, Albert Ayguesparse, Constant de Horion, Maurice Gauchez, Jean Groffier, Géo Libbrecht, Georges Linze et Pierre Vandendries.

161Le groupe de la Capelle-aux-Champs comptent parmi ses membres Marcel Dehaye, Jean Libert et Franz Weyergans.

162Le groupe des Poètes catholiques est composé de Thomas Braun, Hubert Colleye, Paul Fierens, Pierre-Louis Flouquet, Pierre Nothomb, Robert Poulet, Gaston Pulings et Paul Werrie.

163Le groupe du Lundi, dont les membres sont les mêmes que les signataires du Manifeste du Lundi, se compose de : Charles Bernard, Herman Closson, Michel de Ghelderode, Éric de Haulleville, P. de Kerchove, Arnold de Kerchove, Remy Dubois, Paul Fierens, Marie Gevers, Franz Hellens, Pierre Hubermont, Grégoire Le Roy, Madeleine Ley, Georges Marlier, Georges Marlow, Mélot du Dy, Charles Plisnier, Robert Poulet, Camille Poupeye, Gaston Pulings, Marcel Thiry, Horace Van Offel, Henri Vandeputte, René Verboom, Robert Vivier et Paul Werrie.

164Font partie du groupe moderne d’art de Liège : Albert Ayguesparse, Armand Bernier, Pierre Bourgeois, Victor Bourgeois, Hyacinthe Brabant, Constant Burniaux, Maurice Carême, Léon Chenoy, Bob Claessens, Charles Conrardy, Constant de Horion, Max Deauville, Désiré Denuit, Marc Eemans, Paul Fierens, Pierre-Louis Flouquet, Pierre Fontaine, Jean Groffier, Robert Guiette, Armand Henneuse, Willy Koninckx, René Liège, Georges Linze, Marcel Loumaye, Henri Michaux, Albert Mockel, Victor Moremans, Géo Norge, Gaston-Denys Périer, Arthur Petronio, Gaston Pulings, Florent Raes, Armand Sauvage, Henri Soumagne, Edmond Vandercammen, Louis Wennekers et Paul Werrie.

  • 131 Ponton, 1973.

165Enfin, apparaissent des groupes liés à des revues, mais qui semblent dépasser le cadre de la revue par leurs activités ou par leur « communauté émotionnelle »131 : tel est le cas du groupe de « L’Avant-Poste », du groupe de « La Renaissance d’Occident », du groupe du « Journal des poètes », et du groupe « Lumière ».

166Le groupe de « L’Avant-Poste » se compose d’Armand Bernier, Roger Bodart, Jules Bosmant, Constant Burniaux, Maurice Carême, Élise Champagne, Michel de Ghelderode, Jean Delaet, Auguste Marin, Jules Minne, Maurice Quoilin et Adrienne Revelard.

167Le groupe de « La Renaissance d’Occident » est constitué des membres suivants : Constant Burniaux, Charles Conrardy, Michel de Ghelderode, Max Deauville, Jean Delaet, Georges Eekhoud, Max Elskamp, Jean Fischbach, Théo Fleischman, Maurice Gauchez, Jacques Kervyn de Meerendré, Willy Koninckx, Georges Linze, Abel Lurkin, René Lyr, Gaston-Denys Périer, Camille Poupeye, Franz Steurs, Jean-Jacques Van Dooren, Gustave Viseur et Marcel Wyseur.

168Le groupe du « Journal des poètes » implique Albert Ayguesparse, Armand Bernier, Pierre Bourgeois, Jean Delaet, Pierre-Louis Flouquet, Franz Hellens, Frédéric Kiesel, Georges Marlow, Mélot du Dy, René Meurant, Gaston Pulings, Marcel Thiry, Edmond Vandercammen et Robert Vivier.

169Le groupe « Lumière » est composé de Roger Avermaete, Bob Claessens, Robert Goffin, Armand Henneuse, Willy Koninckx, Georges Linze, Georges Marlier, Jules Minne, Joris Minne, Jean Tousseul et René Vaes.

170Les amis de la Nouvelle Équipe sont Paul Werrie, Adrien Jans, Marcel Lobet, Jean Teugels, Yvan Lenain, Thomas Braun, Robert Guiette, Paul Fierens, Yvan Denis, Jean Glineur.

Les manifestes

171Suivent les listes de signataires des différents manifestes repérés durant l’entre-deux-guerres.

Titre

Année

Signataires

Correspondance prend congé de Marcel Lecomte

1925

Paul Nougé, Camille Goemans

Depuis que le cinéma Maldoror…

1925

Paul Nougé, Camille Goemans, Marcel Lecomte

Éloge de Lautréamont

1925

Paul Nougé, Camille Goemans

La pensée dans la révolution

1925

Paul Nougé, Camille Goemans

Correspondance prend congé de Correspondance

1926

Paul Nougé, Camille Goemans

La Révolution d’abord et toujours !

1925

Herman Closson, Paul Nougé, Camille Goemans

Les Mariés de la Tour Eiffel

1926

Camille Goemans, Paul Nougé, André Souris, Hubert Dubois, René Magritte, E.L.T. Mesens

Quelques turpitudes de Monsieur Géo Norge

1926

Paul Nougé, André Souris, E.L.T. Mesens, René Magritte, Camille Goemans

Avis

1928

Paul Nougé, Camille Goemans

La poésie transfigurée

1932

René Magritte, E.L.T. Mesens, André Souris, Paul Nougé

Manifeste de l’équipe belge des écrivains prolétariens de langue française

1932

Pierre Hubermont, Edmond Vandercammen, Francis André, Augustin Habaru, Albert Ayguesparse, Constant Malva, Charles Plisnier.

Protestations

1932

Max Servais, Claude Spaak, René Purnal, Paul-Gustave Van Hecke, André Souris, Denis Marion, Gaston Derycke, René Magritte, Robert Goffin, Franz Hellens, Jean Milo, E.L.T. Mesens, Pierre Fontaine, René Golstein, Paul Méral, Paul Nougé, Ernst Moerman

Du temps que les surréalistes avaient raison

1935

André Souris, René Magritte, E.L.T. Mesens

Le couteau dans la Plaie

1935

Max Servais, Achille Chavée, André Souris, Fernand Dumont, Louis Scutenaire, Marcel Havrenne, Paul Nougé, Marcel Lecomte, René Magritte, E.L.T. Mesens

Le Domestique zélé

1936

Claude Spaak, Max Servais, Achille Chavée, Marcel Havrenne, René Magritte, Paul Nougé, Marcel Lecomte, Fernand Dumont, E.L.T. Mesens

Tableau 25 – Liste des manifestes de l’entre-deux-guerres

172La liste des signataires du Manifeste du Lundi et du Manifeste du groupe moderne d’art de Liège se confond avec la liste des membres respectifs de ces groupes.

Les sociétés littéraires

173Les académies constituent bien souvent un lieu de circulation internationale des écrivains et de nombreux Belges sont membres d’académies étrangères. Néanmoins, pour le propos qui nous occupe, nous n’étudierons pas ces lieux de sociabilité étrangers : ils excèdent notre problématique par leur composition et par leur situation géographique.

174L’AEB (Association des Écrivains belges) ne retiendra pas non plus notre attention : elle est fondée le 30 octobre 1902, au moment des tensions les plus fortes concernant la reconnaissance de la fonction d’écrivain dans la société belge. Mais l’action de l’AEB se situe plutôt du côté d’une sorte de « syndicalisme » des lettres : elle entend fédérer les initiatives éparses des littérateurs pour donner un interlocuteur unique à l’État. Quiconque se revendiquant écrivain peut adhérer à l’AEB. Les annuaires de l’AEB ont permis de recenser de nombreux membres (on en compte 312 au total dans la base), mais ils ne constituent nullement une preuve de relations mutuelles entre tous ces écrivains. L’AEB constituerait un bel objet à étudier en tant que tel, avec notamment une étude de l’évolution des profils sociaux de ses membres, et une comparaison entre les discours ayant justifié sa création et le discours tenu par les membres de son comité d’administration à l’heure actuelle, à partir d’entretiens sociologiques. Mais il s’agit là d’un travail bien différent de celui que nous menons actuellement.

175De manière plus générale, les associations de type syndical (comme la SACD — Société des auteurs et compositeurs dramatiques — ou encore l’Association des Auteurs et Compositeurs dramatiques belges de Langue française) seront laissées de côté : si elles jouent un rôle prépondérant dans les relations entre le champ littéraire et le social, ne serait-ce que par leur travail pour la reconnaissance des droits de l’auteur, elles ne constituent pas à proprement parler des lieux de sociabilité tels que nous les envisageons. Pour donner un exemple, même si seize auteurs de la base en font partie, la Société des Gens de Lettres de France est doublement disqualifiée, car elle est française et vise avant tout à défendre les intérêts des écrivains, sans fonctionner comme lieu de sociabilité.

  • 132 Ceci n’exclut pas que les membres élus à d’autres titres de l’Académie royale de Belgique aient pu (...)

176L’Académie royale de Belgique ne constitue plus, depuis la création de l’ARLLF en 1920, un lieu actif de la vie littéraire. Le dernier membre à y avoir été élu au titre d’écrivain132 fut Charles Potvin, qui fut la figure emblématique contre laquelle les Jeunes Belgique luttèrent au début des années 1880. Depuis ce conflit, l’Académie n’a eu de cesse de répéter sa volonté de ne pas créer de classe destinée aux littérateurs. Cette position débouche en 1920 sur la fondation de l’ARLLF.

177Vu cette prise de distance avec les producteurs littéraires, nous ne tiendrons pas compte de ce lieu dans notre panorama des lieux de sociabilité littéraire.

  • 133 Voir La libre académie de Belgique (fondation Edmond Picard), Gand, À l’enseigne du chat qui pêche, (...)

178Nous disposons de peu d’informations concernant le personnel de la Libre Académie de Belgique (ou Académie Picard). Fondée le 21 décembre 1901 et fonctionnant sur un modèle proche de celle des Goncourt, elle a différentes activités mais décerne surtout un prix pour une œuvre relevant d’un des quatre domaines d’activité de son fondateur, Edmond Picard : le droit, la littérature, les beaux-arts et les sciences sociales. Les membres de cette académie sont recrutés parmi les personnes finançant le prix. Il ne s’agit pas d’une initiative émanant uniquement du champ littéraire : l’académie occupe une position à la frontière des quatre champs d’action d’Edmond Picard133. Nous ne disposons pas de la liste des membres de cette Académie ; nous ne pouvons donc en tenir compte dans l’évaluation du capital relationnel.

  • 134 La fondation de la Société liégeoise de Littérature wallonne date de 1856 à Liège. Elle s’était don (...)

179L’Association royale des Écrivains wallons et la Société de Langue (et Littérature) wallonne(s)134 ne seront pas prises en compte non plus, car, bien que certains des écrivains membres de ces sociétés aient une production littéraire en français, l’objet de celles-ci n’est pas la littérature francophone, et elles ne peuvent donc pas être considérées comme des lieux de sociabilité propres à l’activité littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres. De plus, les membres de ces sociétés qui sont repris dans la base CIEL sont généralement des philologues (comme Auguste Doutrepont ou Jules Feller par exemple), qui, en plus de leurs travaux philologiques et linguistiques, ont développé une petite production littéraire (ce qui les inclut dans la base de données). Or s’ils sont accueillis dans ces sociétés, ce sont généralement pour leurs travaux et non pas pour leur œuvre littéraire. Prendre ces sociétés en compte élargirait exagérément le concept de « champ littéraire » : faire de la présence dans la base CIEL de certains membres de ces sociétés un argument pour compter ces sociétés comme lieux de sociabilité littéraire aurait pour effet de devoir étendre le champ littéraire à tous les producteurs de textes, que ces derniers soient littéraires, philologiques, linguistiques, voire journalistiques, scientifiques, juridiques, etc.

180Le Club des écrivains (ou PEN club belge, section francophone)

181On sait peu de choses sur le PEN club belge section francophone de l’époque. À notre connaissance, aucune étude systématique n’a été entreprise concernant cette organisation. Lorsqu’on l’évoque, c’est généralement pour sou ligner le rôle qu’un individu y a joué (on songe par exemple à Louis Piérard, qui fonde en 1922 le Club des écrivains belges — qui deviendra le PEN Club), ou pour mettre en évidence l’introduction d’un écrivain dans les milieux littéraires.

182Prendre en compte le PEN Club comme lieu de sociabilité ne peut se faire sans réflexion, pour deux raisons : d’une part les listes de membres sont difficilement accessibles, d’autre part l’appartenance au PEN Club n’implique pas que l’on fréquente tous les autres membres. Pourtant, il s’agit d’un lieu de sociabilité important dans l’entre-deux-guerres. Le Club des écrivains résonne comme un écho belge au mouvement internationaliste qui se dessine après la Première Guerre mondiale ; il répond à la volonté des écrivains de se fédérer et s’inscrit donc dans le même mouvement de création d’institutions de la vie littéraire que l’ARLLF. Pourtant, les objectifs des deux institutions sont différents et ne répondent pas à la même logique. L’ARLLF est sous la tutelle du Roi et de l’État, a un nombre de sièges restreint et fonctionne comme un organe de consécration. Le Club des écrivains, au contraire, est une société indépendante de l’État. De ce fait, d’un point de vue structurel, elle devrait être rapprochée de l’Association des Écrivains belges (AEB), que nous avons évoquée plus haut. Néanmoins, les activités des deux sociétés ne se recoupent pas : leurs ambitions sont différentes et la comparaison du Club des Écrivains avec l’AEB n’est valable que pour le mode de fonctionnement (société ouverte fondée sur l’adhésion), différent de celui de l’ARLLF (société fermée fondée sur la cooptation). Le PEN Club international a été fondé en 1921 par Catharine Amy Dawson Scott. Elle confie la présidence du Club à l’écrivain anglais John Galsworthy. Le but de l’association est «to promote friendship and intellectual cooperation among writers everywhere, to fight for freedom of expression and represent the conscience of world literature135Peu de travaux existent sur cette institution. De nombreux documents existent pourtant sur ce Club, notamment aux Archives et Musée de la Littérature (AML). Ceux-ci disposent d’une farde136 de documents non classés ayant appartenu à Ray Limbosch, premier secrétaire de ce « Club des écrivains belges ». Ce dossier offre un panorama assez diversifié des activités et du fonctionnement du Club dans ses premières années.

  • 137 Ce manifeste a été signé par 93 intellectuels allemands le 4 octobre 1914 en réaction au repli alle (...)
  • 138 Les sites internet du PEN Club français (http://www.penclub.fr/) et du PEN Club international (http (...)

183Il existe notamment des documents sur le refus du Club des écrivains belges, alors présidé par Louis Piérard, de prendre part au premier congrès en 1923 à Londres, parce que la délégation allemande y était également invitée et était présidée par Gerhart Hauptmann, signataire du « Manifeste des 93 »137. Cette tension, qui se solda par l’annulation de la venue de Hauptmann et la représentation des Belges par Piérard, mit à mal dès le départ le vœu cher aux fondateurs du PEN Club de rester en dehors de la politique. Il entraîna des conséquences pour le PEN Club français : Romain Rolland adressa, dans la revue Europe, une lettre aux Belges, dans laquelle il déplorait que la collaboration intellectuelle entre les peuples ne puisse se faire qu’après expiation totale des fautes commises. Anatole France, président du PEN Club français, n’accepta jamais d’accueillir Rolland au sein de celui-ci, à la suite de son comportement durant la Guerre qu’il jugeait anti-patriotique ; en revanche, Rolland fut fait membre d’honneur du PEN Club anglais138.

184En ce qui concerne le PEN Club comme lieu de sociabilité belge de l’entre-deux-guerres, nos ambitions seront modestes. Il existe un Catalogue des ouvrages publiés par les membres du Club des écrivains belges de langue française, datant de 1934, qui reprend tous les membres. Néanmoins, si nous partions de cette liste, nous ne tiendrions plus compte de notre critère de relations effectives. Nous allons donc recourir à une autre solution.

185Dans le dossier des AML figure une liste de participants au banquet organisé lors du ive congrès du PEN club, qui se tenait à Bruxelles du 19 au 23 juin 1927. Cette réunion remporta un franc succès, si l’on se réfère à la correspondance entre Limbosch, qui prit part à l’organisation du banquet, et les participants : pas moins de 31 écrivains identifiés dans la base étaient présents, parfois accompagnés de leur épouse. C’est le recensement des agents présents à cette réunion qui sera exploité pour l’étude des relations entre écrivains : nous considérons que tous les écrivains qui assistent à ce banquet se sont rencontrés. La liste des participants est corroborée par leur présence de ceux-ci dans le catalogue des publications du PEN Club. C’est de cette manière que l’appartenance au PEN club sera prise en compte dans notre construction des relations interpersonnelles entre écrivains dans l’entre-deux-guerres. Voici la liste des participants au banquet : Maria Biermé, Ferdinand Bouche, Pierre Bourgeois, Léon Chenoy, Paul Colin, Pierre Daye, Paul de Reul, Robert De Smet, Max Deauville, Jean Depaye, Jules Destrée, Camille Fabry, Pierre-Louis Flouquet, Marie Gevers, Franz Hellens, Hubert Krains, Emma Lambotte, Émile Lecomte, Albert Lepage, Raymond Limbosch, Marcel Loumaye, René Lyr, Georges Marlow, Louis Piérard, Gaston Pulings, Hubert Stiernet, Marcel Thiry, Edmond Vandercammen, Auguste Vermeylen, Robert Vivier et Maurice Wilmotte.

186L’Amicale des Écrivains anciens combattants est composée des membres suivants : Martial Lekeux, Maurice Gauchez, Omer Habaru, Jean-Jacques Van Dooren, Charles Conrardy, Camille Fabry, Paul Bay, Herman Frenay-Cid, Abel Lurkin, Max Deauville, Constant Burniaux, Paul Erève. Ils ont publié une anthologie de textes en 1938, intitulée Vingt ans après !... Récits, contes et impressions de la guerre de 1914–1918, Anthologie I, Bruxelles, F. Wellens-Pay.

  • 139 Dozo, 2010c, p. 34–51.
  • 140 Voir l’enquête de Debatty (1922) à son sujet.

187Les trajectoires des membres de l’ARLLF (Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique) ont été étudiées ailleurs139. On sait que certains de ses membres n’ont jamais assisté aux réunions (c’est le cas de Maeterlinck). Néanmoins, l’ARLLF a été et reste un lieu de sociabilité important dans le sous-champ littéraire belge : ceux qui en sont représentent le pôle institutionnellement fort de la littérature belge. Cette institution constitue également une sorte de point de repère dans le jeu littéraire spécifiquement belge. Il importe même, lors de sa création, d’avoir un avis la concernant140 : certains la conspuent, d’autres lui accordent le bénéfice du doute, d’autres encore l’encouragent ; bref, il s’agit d’un acteur à part entière de la vie littéraire. La principale difficulté pour l’étude des sociabilités littéraires au sein de l’ARLLF, comme pour celles de toute institution de la vie littéraire dont l’existence repose sur des statuts et pas seulement sur la bonne volonté de ses membres, concerne les dates d’entrée et de mort des académiciens : il ne suffit pas de les recenser tous, encore faut-il vérifier, en fonction des dates, lesquels se sont connus…

188Nous avons identifié six membres de la société des écrivains ardennais : Thomas Braun, Charles Delchevalerie, Georges Laport, Carlo Masoni, Noël Ruet, Cécile de Vaulx de Champion.

  • 141 Anthologie / bloemlezing des Scriptores Catholici, Tamines, Duculot-Roulin, 1939. Cette liste ne no (...)
  • 142 Ce qui n’était pas le cas de Paul Buysse, Ernest Closson et Paul Crokaert, n’ayant pas écrit de fic (...)

189Pour avoir une liste sûre des membres des Scriptores Catholici, nous nous sommes fondés sur l’anthologie publiée en 1939141. Nous avons pris en compte tous les membres littéraires francophones dont le nom existait préalablement dans la base de données du CIEL. Cela nous amène à écarter Carl Beyart, Louis Beyart-Carlier, Basiel de Craen, Dehousse-Dupont, Maurice Hoornaert, Mazim Krojer, Marie-Magdeleine Sayens et Jean Valschaert. En revanche, nous avons inclus sept auteurs qui n’ont pas écrit de fiction dans l’anthologie mais qui sont repris dans la base du CIEL142 : Louis de Lichtervelde, Henri Goffinet, André Hoornaert, Rodolphe Hoornaert, Roger Saussus, Charles Terlinden et Joseph Verhoeven, auxquels nous avons ajouté un auteur ayant écrit en flamand dans l’anthologie mais également présent dans la base : Marcel Laloire.

190On obtient finalement la liste d’auteurs suivante : France Adine, Jean Boon, Jeanne Cappe, Henry Carton de Wiart, Hubert Colleye, Joseph Conrardy, Henri Davignon, Louis de Halleux, Raymond Delori, Germaine de Smet, Émile Desprechins, Cécile de Vaux de Champion, Désiré-Jospeh d’Orbaix, Henri-Pierre Faffin, Paul Halflants, Adolphe Hardy, Lydie Hemendes (Mme Desprechins), Albert Hublet, J.M. Jadot, Roger Kervyn de Marcke ten Driessche, Léon Leloir, Léopold Levaux, Marcel Lobet, Auguste Loslever, Denise Marschal, Fritz Masoin, Camille Melloy, Édouard Ned, Firmin Van den Bosch, van den Steen de Jehay, Adrien Van de Putte, Robert Van Vlodorp, Georges Virrès, Victor Watteyne.

191Dans le chapitre suivant, tous ces lieux vont nous permettre de construire la variable « capital relationnel ». À partir de l’analyse de cette variable, nous pointerons les lieux qui ont une plus grande importance dans la structuration de la vie littéraire belge francophone.

7.3.5. Les revues

  • 143 Aron et Soucy, 1998, p. 57.

192Dans ce travail, nous aborderons les revues littéraires seulement comme un lieu de sociabilité littéraire, c’est-à-dire un lieu au sens fort où des écrivains se côtoient réellement. Notre perspective diffère donc de celle de Christophe Verbruggen dans ses travaux sur la Belle-Époque. Notre conception de la revue fait de celle-ci l’équivalent d’un lieu de sociabilité. De ce fait, nous ne pouvons prendre en compte tous les participants à une revue et considérer qu’ils entretiennent tous une relation effective avec chacun des autres écrivains : il est en effet tout à fait envisageable de publier dans une revue sans même rencontrer le comité de rédaction. De plus, comme Paul Aron et Pierre-Yves Soucy l’ont fait remarquer143, les comités de rédaction des revues sont souvent de pure forme ; nous n’y avons donc pas eu recours.

193Nous nous sommes donc fondé sur leur sélection des « responsables » de chaque revue et n’avons pas utilisé les compositions de comités de rédaction imprimés dans certaines revues.

  • 144 Cette décision est sûrement l’une des plus coûteuse de notre thèse, méthodologiquement parlant : il (...)

194Après sélection des revues en activité durant l’entre-deux-guerres et ayant plus d’un responsable, on obtient la liste suivante, qui compte 101 revues. Un dernier tri a enfin été opéré : étant donné que les relations que nous étudions visent à rendre compte de l’implication des Belges dans la vie littéraire nationale, nous avons écarté tous les responsables de revue français. Cela induit une forte baisse du nombre de revues, car peu d’entre elles avaient plusieurs responsables belges. En plus de ce premier filtre, nous avons également supprimé les revues qui n’avaient pas au moins deux responsables dans la base de données du CIEL144. Après suppression de 60 revues, on obtient finalement la liste suivante, composée de 41 revues. Nous avons conservé parmi les responsables de cette liste, uniquement ceux identifiés dans la base CIEL. Chaque revue de cette liste sera considérée comme un lieu de sociabilité lors de l’évaluation du capital relationnel.

195À partir des 79 lieux de sociabilité repris dans les chapitres « lieux de sociabilité » et « revues », nous sommes à présent en mesure de dresser un profil général du personnel littéraire belge francophone actif durant l’entre-deux-guerres. Mais avant cela, nous souhaiterions revenir sur le concept de générations.

Tableau 26 – Liste des revues actives durant l’entre-deux-guerres avec au moins deux responsables appartenant à la base CIEL

7.4. LES GÉNÉRATIONS SOCIO-LITTÉRAIRES

196Les classes d’âge nous ont permis, jusqu’à présent, d’introduire une forme de temporalité dans notre corpus, notamment nous faisant pointer des « évolutions » entre les profils. Cependant, ces classes d’âge, si elles répondent à l’objectif fixé au départ, manquent la dimension de sociabilité propre à la vie littéraire. Pour décrire le sous-champ belge dans sa spécificité, il nous faut revenir à une temporalité plus interne au champ. Dans des travaux précédents, nous avons eu recours à la notion de « génération littéraire », mais celle-ci n’est pas satisfaisante car elle reste peu objective. Nous proposons une refonte objectivante de cette notion dans les pages qui suivent.

  • 145 Voir Bourdieu, 1998, p. 206.

197Si Bourdieu (et d’autres avant lui) faisait déjà la distinction, dans Les Règles de l’art, entre âge biologique et âge social145, il manque toutefois un moyen de formaliser cette pondération de l’un par l’autre, ce « correctif » à la représentation de l’âge de l’agent qu’apporte la prise en compte du contexte social. D’habitude, les chercheurs sont contraints de travailler de manière empirique.

198Conscient des limites de cette méthode, nous avons opté, dans les pages qui précèdent, pour l’utilisation de classes d’âge. Celles-ci nous ont permis d’inscrire le corpus dans une certaine dynamique temporelle. Mais cette solution nous paraît un pis-aller, surtout par son côté arbitraire : nous l’assumons, mais elle ne nous satisfait guère.

199Dans ce qui suit, notre objectif sera de pondérer ces classes d’âge pour construire des « générations socio-littéraires ». La lecture des nombreux ouvrages sur l’usage des réseaux, et notamment sur leur capacité à traduire relationnellement les concepts les plus définitoires et essentialistes de la sociologie, par exemple l’âge, nous pousse ainsi à envisager le problème de la constitution des générations d’une autre manière.

200La génération sociale nous semble plus pertinente que la classe d’âge et plus systématique que la génération biologique pour rendre compte du vécu commun à un groupe d’individus confrontés au même âge aux mêmes événements. Elle évite par exemple d’assimiler des écrivains qui avaient 14 ans au sortir de la Grande Guerre avec ceux qui en avaient 24 et qui ont pu y participer de manière active (une telle confusion s’observait pour des écrivains nés aux deux extrêmes d’une classe d’âge). Comme nous l’avons rappelé, les générations sociales nous ont permis une analyse plus fine que les classes d’âge lors de l’étude du personnel littéraire de l’ARLLF. Elles prennent en compte le vécu partagé par une population d’un même âge par rapport à des événements extérieurs, et non plus en fonction d’un écart chronologique arbitraire fondé sur un cycle de reproduction biologique jugé « normal ». Cependant, elles ne sont pas fondées sur une démarche systématique : les critères sociaux pris en compte pour évaluer le « correctif » à appliquer à la génération biologique sont nombreux et dépendent en grande partie du chercheur. Certains privilégient des critères propres au champ littéraire, comme la première publication en volume, d’autres des critères extérieurs au champ, comme la participation à des événements sociaux majeurs (la Révolution de 1848 par exemple pour la génération des Baudelaire et Flaubert en France).

201Comme le concept de génération nous sert à étudier des écrivains, il nous semble pertinent d’utiliser, dans cette seconde partie, un critère pour la définir. Néanmoins, la première publication en volume ou en revue, par exemple, n’a pas la même signification pour tous les écrivains. Il est très délicat de généraliser ce critère.

  • 146 Denis, 2002, p. 244.

202Notre proposition s’inspire de l’article de Burt, «Measuring age as a structural concept» (1991) et en retient principalement l’idée de la définition des générations littéraires par les relations sociales. Il s’agit dans notre cas de pondérer l’année de naissance, qui fonde la génération biologique, par la différence qui sépare l’âge de l’agent de celui de ses relations dans le cadre de lieux de sociabilité littéraire. Le choix des lieux de sociabilité littéraire se justifie pour deux raisons : tout d’abord, il s’agit de groupes, avec des relations effectives. On peut donc supposer dès lors qu’ils ont « été façonnés et déterminés par les mêmes circonstances et le même contexte »146, et cela au sens littéral, étant donné qu’ils ont effectivement partagé un vécu commun sur les mêmes événements. De plus, comme nous souhaitions mobiliser un critère interne au champ littéraire, les lieux de sociabilité littéraire nous paraissent particulièrement indiqués.

203Pour calculer ce correctif, il faut partir des dates de naissance des personnes ayant fait partie en même temps des mêmes lieux de sociabilité. La base de données a permis dans un premier temps de repérer ces lieux, à partir de la sociabilité de chaque agent. Ensuite, en prenant chaque lieu comme unité heuristique, nous avons tenté de compléter leur composition, et rassemblé des informations sur leur type et leur période d’activité, leur mode de fonctionnement, etc. En effet, ces lieux de sociabilité ne sont pas tous de même nature : il faut différencier ceux qui induisent automatiquement des relations effectives fondées sur la fréquentation des personnes, et ceux qui ne les induisent pas. Ainsi, les sociétés sont des institutions et perdurent au fil du temps, indépendamment des membres. Il est donc indispensable de prêter attention aux dates d’entrée et de sortie de chaque membre, pour éviter de considérer que certaines personnes se sont connues sur la seule foi d’une liste de membres.

204Deux limitations interviennent dans la collecte des données, l’une pour les personnes, l’autre pour les lieux. Les membres des lieux de sociabilité pris en compte sont uniquement les Belges de ces groupes. Ceci est une conséquence de l’objectif en fonction duquel ont été construites ces générations socio-littéraires : elles doivent servir d’indice à la sociabilité des littérateurs en Belgique francophone et non d’indice absolu destiné à qualifier un écrivain selon toute sa trajectoire littéraire. Nous nous intéressons à la vie littéraire en Belgique francophone durant l’entre-deux-guerres et aux rapports qu’entretiennent les littérateurs belges entre eux. Le postulat qui sous-tend ce choix est qu’il est possible de dégager une vie littéraire spécifiquement belge, avec ses propres règles et ses propres enjeux ; bref, que la Belgique francophone fonctionne comme un sous-champ. La deuxième limitation concerne les lieux de sociabilité eux-mêmes : ne sont pris en compte que ceux de la période. Par souci d’homogénéité et d’exactitude pour l’étude de la vie littéraire de la période, nous avons choisi de ne pas parasiter la variable génération par de la sociabilité excédant l’entre-deux-guerres. Cela répond à notre volonté d’établir un cliché de ces années et de construire ainsi un panorama des fréquentations effectives durant ces deux décennies.

205Pratiquement, nous avons procédé de la manière suivante :

  • nous avons tout d’abord repéré les lieux qui correspondaient aux critères (tant chronologique pour le lieu que national pour les personnes) ;

  • ensuite, nous avons veillé dans la mesure du possible à la complétude de la composition de ces lieux ;

  • à partir de ces compositions de lieux, nous avons complété la liste d’auteurs retenus préalablement sur base du critère de publication durant la période ;

    • 147 Au sens de Granovetter.

    pour les lieux ponctuels dans le temps, nous avons calculé la différence d’âge entre chacun des membres, en partant de la liste complète des personnes attachées à ce lieu de sociabilité. En règle générale, ces lieux sont souvent des groupes, structurés autour d’une personne, dépendants généralement de sa bonne volonté. Il faut y ajouter les manifestes ou tracts, considérés ici comme des lieux de sociabilité, et certains comités de rédaction, variantes des groupes, fédérés autour d’un projet commun. Nous n’avons pas pris en considération les simples participations à des revues (contributions diverses sous forme d’articles, de poésies, de critiques, etc.), qui n’impliquaient pas nécessairement de relations sociales fortes147 entre les différents participants, ni entre les participants et les membres du comité de rédaction ;

  • pour les lieux institutionnalisés dont l’existence ne repose pas seulement sur la volonté des membres, nous avons calculé pour chacun la différence d’âge qui le séparait de tous les autres membres qu’il a connus, généralement de son élection à son retrait ou à sa mort (c’est-à-dire tous les membres qui ont été élus avant lui et qui n’étaient pas morts lors de son élection, et tous les membres élus après lui avant qu’il ne décède à son tour). Ces lieux sont souvent des sociétés savantes ou des académies, avec des statuts arrêtés qui définissent les modalités d’entrée (élections la plupart du temps).

206Ces premières étapes correspondent précisément à la construction de la matrice de relations que nous utiliserons pour évaluer le capital relationnel. À partir de cette matrice, nous avons calculé, pour chaque écrivain, l’âge moyen des individus avec lesquels il entretient une relation.

207Enfin, nous avons calculé la différence entre l’âge de l’écrivain et l’âge moyen de ses relations. Si cette différence est supérieure à dix ans (l’écart entre deux classes d’âge), l’écrivain bascule dans la classe d’âge supérieure ou inférieure.

208Sur un corpus de 267 écrivains, correspondant au nombre de ceux qui fréquentent au moins un lieu de sociabilité tel que repéré plus haut, nous avons pu établir la différence entre l’âge de l’écrivain et l’âge moyen des écrivains qu’il a fréquentés pour 240 écrivains. 27 ont été éliminés parce que nous ne connaissions pas leur année de naissance.

209Pour contrôler la pertinence de ce correctif générationnel, il faut avoir recours au nombre de liens qu’a l’écrivain et au nombre de personnes parmi ces relations dont on connaît l’année de naissance. Le tableau suivant reprend les agents retenus, leur année de naissance, leur classe d’âge, leur nombre de relations, le nombre de relations dont on ne connaît pas l’année de naissance, la moyenne des années de naissance de leurs relations, la différence entre leur année de naissance et la moyenne des années de naissance de leurs relations et enfin leur génération socio-littéraire. Ils sont classés de la différence d’âge négative la plus grande (l’agent fréquente des écrivains plus jeunes que lui) à la différence d’âge positive la plus grande (l’agent fréquente des écrivains plus vieux que lui).

  • 148 Voire de deux si la différence d’âge ést supérieure à 18 ans et si l’année de naissance de l’écriva (...)

210Pour calculer le correctif générationnel de chacun, nous sommes parti des classes d’âge (1850–1859, CA0 ; 1860–1869, CA1 ; 1870–1879, CA2 ; 1880–1889, CA3 ; 1890–1899, CA4 ; 1900–1909, CA5 ; 1910–1919, CA6) et nous avons appliqué un correctif d’une148 génération à ceux qui remplissaient les critères décrits plus haut. Un écrivain a cependant été assimilé à la génération suivante, hors de ces critères : Iwan Gilkin, qui aurait dû faire partie de la génération de 1850 – 1859 ; après application à l’ensemble du corpus du correctif calculé précédemment, il était le dernier représentant de sa génération. Étant donné sa date de naissance (1858) et la valeur de son correctif (-8,15), il est tout à fait raisonnable de l’assimiler à la génération suivante (GEN1). Deux très jeunes littérateurs de l’entre-deux-guerres, nés la même année (1921) ont été assimilés, vu leur date de naissance, à la génération précédente (GEN6) : André Gascht et Carlo Masoni. Les générations en italiques sont celles qui ont subi un correctif générationnel.

Tableau 27 – Générations socio-littéraires

211Une dernière remarque s’impose par rapport à ce concept de génération socio-littéraire : le correctif mobilisé n’est pas une valeur absolue, qui est calculée pour toute la trajectoire de l’écrivain. Il s’agit au contraire d’une valeur relative à la coupe synchronique de l’entre-deux-guerres. Le profil d’un écrivain (et le correctif générationnel socio-littéraire en fait partie) évolue tout au long de sa vie. Ce correctif, pour un même écrivain, peut donc être positif dans son jeune âge (au moment où il fréquente des écrivains plus âgés) et négatif en fin de vie (quand il joue le rôle de l’éminence grise parmi des écrivains débutants). La génération socio-littéraire est donc largement dépendante de la période étudiée et offre la possibilité de comparer, pour la trajectoire d’un même écrivain, la différence de statut qu’il peut avoir parmi ses pairs.

7.5. ANALYSE PROSOPOGRAPHIQUE ET RELATIONNELLE

  • 149 Pour le lieu d’origine comme pour le lieu des études secondaires et des études supérieures, 4 catég (...)

212Avec les données rassemblées jusqu’ici, nous avons pu déterminer le profil social et littéraire de 210 écrivains parmi les 267 ayant fréquenté au moins un lieu de sociabilité dans l’entre-deux-guerres. Pour le profil social de ces auteurs, sont pris en compte la trajectoire scolaire et universitaire, les professions exercées et deux lieux « géographiques »149 (origine et lieu d’étude), qui visent à mettre en évidence les logiques de déplacement au sein du pays.

  • 150 Cette variable comporte 10 modalités : anthologie ; conférence et discours ; conte ; essai y compri (...)
  • 151 Voir Piron, 1998.

213Trois catégories définissent un profil littéraire rapide : les genres pratiqués, les éditeurs et la reconnaissance que confère l’obtention d’un prix littéraire. Comme on l’a vu, l’édition littéraire en Belgique francophone durant l’entre-deux-guerres constitue une sorte de trou noir pour la discipline. Pour une première approche, les éditeurs peuvent être regroupés par l’analyse de leur lieu de publication. On sait par ailleurs que la période – et en particulier l’après-Première Guerre – est propice à l’apparition de revues littéraires, dont certaines se développent pour donner naissance à de petites maisons d’édition. Le type d’éditeur est donc défini selon l’origine géographique et littéraire (belge, franco-belge, français, belge issu de revue littéraire). La liste des genres pratiqués150 est volontairement diversifiée : cela tient à la grande polygraphie151 des auteurs belges francophones. Les cantonner à un genre, arbitrairement sélectionné comme étant le plus représentatif d’un écrivain, n’a que peu de sens dans ce contexte.

214Enfin, est également pris en compte la participation à six lieux de sociabilité à forte fréquentation (groupe moderne d’art de Liège, groupe du Lundi, groupe de la Renaissance d’Occident, Scriptores Catholici, Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique, PEN Club et mouvance surréaliste). Les différents lieux surréalistes ont été regroupés par un hyperonyme, « mouvance surréaliste ».

  • 152 Dans l’analyse factorielle, cette variable a été projetée en modalité supplémentaire et non utilisé (...)

215Pour rendre compte de l’évolution générale du personnel littéraire et réintroduire une forme de dynamisme dans cette « coupe synchronique longue », l’appartenance générationnelle, en six générations socio-littéraires telles que définies plus haut, a également été prise en compte dans l’analyse factorielle qui suit152.

216Soumises à une analyse factorielle des correspondances multiples, ces caractéristiques permettent de se faire une idée générale des oppositions entre profils.

Figure 18 – Premier plan factoriel des modalités décrivant 210 écrivains

217Le premier plan factoriel met en évidence un premier quadrant (en haut à gauche), qui regroupe les modalités décrivant les écrivains les plus légitimes à l’époque. Héritiers de la grande génération symboliste de 1880 (Verhaeren, Rodenbach, etc.), ils ont tendanciellement fait du droit, exercent une profession libérale, sont de confession catholique (ils appartiennent aux Scriptores Catholici), sont régulièrement édités et reconnus en France et sont élus à l’Académie. Ils pratiquent généralement la poésie, quoique cette particularité apparaisse mal sur le graphique, dans la mesure où les modalités génériques classiques (poésie, roman, essai) sont partagées par bien plus d’écrivains que ceux du premier quadrant. En revanche, ceux-ci semblent avoir investi le genre des discours et des conférences, ce qui correspond bien au profil général qui se dessine : l’homme de lettres, héritier du XIXe siècle bourgeois.

218Ces écrivains sont aussi les plus âgés : ils appartiennent aux deux premières générations du corpus. Si la corrélation entre l’âge et la consécration peut sembler une évidence, il faut se garder de généraliser le profil de l’écrivain consacré de l’entre-deux-guerres à celui des périodes postérieures. En effet, comme on le constate à l’examen des autres quadrants, ce profil homogène est plus une question de génération que de consécration.

  • 153 On le constate même dans leurs lieux de sociabilité : on retrouve dans ce quadrant le groupe modern (...)

219À l’opposé du profil, on trouve, dans le quatrième quadrant (en bas à droite), la petite bourgeoisie du commerce, du secteur privé ou des employés de la fonction publique. Décentrés géographiquement153 (certains sont nés hors de Belgique ou en sont partis pour leurs études), ils n’ont pas fait les études menant traditionnellement au monde des lettres. Certains se sont arrêtés en primaires ou en secondaires ; pour la quatrième génération, cela s’explique parce qu’elle a connu la Première Guerre au moment d’entamer des études supérieures.

220Dans le deuxième quadrant (en haut à droite) se regroupent les modalités décrivant le gros de la vie littéraire belge durant l’entre-deux-guerres : actifs au Brabant et en Wallonie, publiés en Belgique, ils travaillent principalement dans la fonction publique ou (et cela n’est pas spécifique à ce profil) comme instituteurs ou journalistes. La modalité « études en philosophie et lettres » est à la frontière entre premier et le deuxième quadrant : le basculement entre « études de droit » et celles-ci est donc moins marqué. Si le droit caractérise bien le premier profil, les écrivains de ce corpus, par rapport à celui des écrivains actifs durant l’entre-deux-guerres, semblent partager davantage une formation lettrée.

221Les quadrants de droite rassemblent les générations montantes, recentrées sur la Belgique francophone telle qu’on la connaît aujourd’hui. Le quadrant en bas à gauche reprend les écrivains flamands s’exprimant en langue française, derniers représentants d’une tendance dominante au XIXe siècle. Avec le premier quadrant, ils dessinent des profils socio-littéraires en voie de disparition.

222Cet examen à grands traits des profils d’écrivains permet de situer les enjeux liés à l’époque et au sous-champ : on repère une évolution nette des profils socio-littéraires corrélés aux générations en coprésence durant l’entre-deux-guerres. Cette évolution confirme le basculement d’ordre esthétique mis en lumière pour cette période par Denis et Klinkenberg (2005). Après cette brève analyse des profils d’écrivains constituant le corpus, nous voudrions nous intéresser aux sociabilités littéraires de ceux-ci et, plus précisément, à la structure que l’on peut dégager des relations qu’ils entretiennent par l’entremise de ces lieux de sociabilités.

  • 154 Comme on l’a dit, les lieux de sociabilité français sont ici exclus de l’étude, dans la mesure où l (...)
  • 155 Seuls ont été pris en compte les lieux où les écrivains se rencontrent effectivement, afin d’avoir (...)

223Les 79 lieux de sociabilité situés en Belgique, auxquels participent des littérateurs belges de l’entre-deux-guerres154 et qui comprennent les comités de revues belges, permettent de reconstituer un large réseau de relations interpersonnelles directes entre écrivains, fondé sur leurs fréquentations communes155.

224Notons toutefois que le lien établi entre deux individus par le biais d’un lieu de sociabilité commun ne renseigne pas sur l’intensité de cette relation. De plus, étant donné l’étendue chronologique du corpus (l’entre-deux-guerres), on ne peut parler non plus de « transitivité » des relations. Rien ne garantit qu’un écrivain puisse rencontrer un autre écrivain par l’intermédiaire d’un troisième qui connaîtrait les deux. Il est possible qu’une des deux relations ait pris fin avant l’autre. Enfin, pour certains lieux peu institutionnalisés, l’absence de procès-verbaux, d’invitations formelles ou de témoignages écrits consignant la composition du groupe oblige à recourir aux manifestes signés par le collectif. C’est notamment le cas pour le Manifeste du Lundi, émanation directe du groupe du Lundi, ou encore des différents manifestes surréalistes, qui constituent des traces sûres de la sociabilité surréaliste belge. Cependant, selon le principe énoncé plus haut, tous les manifestes de la période ne sont pas retenus, étant donné qu’ils ne constituent pas la preuve d’une rencontre effective. Une fois ces précautions méthodologiques posées, il reste que ce réseau de relations constitue un objet original à explorer.

225Pour étudier le réseau formé par ces lieux de sociabilité, nous avons construit deux matrices d’adjacence : l’une croisant les agents (267 individus), l’autre les lieux (79 lieux). La fréquentation d’un lieu par un agent entraîne l’existence d’une relation avec tous les autres agents fréquentant ce lieu et le partage d’un agent par deux lieux forme une relation entre ces lieux. La matrice agent / agent tient compte, pour les institutions, du décalage chronologique entre certains agents : à l’Académie, sur la période considérée, certains meurent avant que d’autres n’aient été élus. Commençons par observer le réseau des lieux de sociabilité, pour en venir ensuite au réseau des écrivains eux-mêmes.

Figure 19 – Relations entre les lieux de sociabilités

226Si la lisibilité du graphique (fig. 19) n’est pas satisfaisante pour une lecture détaillée, ce dernier permet déjà néanmoins de repérer deux ensembles. À gauche, avec des connexions très denses, on observe les modes de sociabilité de l’avant-garde, avec les manifestes et certains comités de revues. À droite prennent place les lieux de sociabilité et les comités de revue plus traditionnels, représentatifs d’une littérature établie, légitime à l’époque, lieux institutionnalisés ou en voie d’institutionnalisation.

  • 156 L’ARLLF, créée en 1920, est le résultat d’une volonté de consacrer les survivants de la grande géné (...)

227À partir de cette première matrice, il est déjà possible d’effectuer quelques calculs de centralité. La centralité de degré (le nombre de liens par lieu, c’est-à-dire le nombre d’agents que ce lieu partage avec d’autres lieux) sur la matrice non dichotomisée indique que les lieux les plus centraux sont, d’un côté, tous les manifestes et groupes surréalistes et de l’autre, le groupe moderne d’art de Liège (dont on peut faire l’hypothèse que ses membres compensent leur décentrement géographique par une multiplication des connexions avec d’autres lieux de sociabilité), le PEN Club (apolitique, le club se veut un rassemblement le plus large possible d’écrivains de tous horizons), le groupe du Journal des poètes, le groupe de La Renaissance d’Occident (deux revues importantes dans l’entre-deux-guerres soutenues chacune par des groupes fort actifs), et le groupe du Manifeste du Lundi (le foyer des revendications esthétiques néo-classiques, point de cristallisation en fin de période — 1937 — de la dynamique centripète). L’ARLLF et, plus encore, les Scriptores Catholici, deux institutions que l’on aurait pu penser plus centrales, partagent finalement peu de membres avec les autres lieux. Cela implique un relatif isolement par rapport aux autres lieux de sociabilité, qui s’explique pour la première par un écart générationnel important156 et pour la seconde par le fort marquage idéologique de ce groupe. On constate d’ailleurs que le graphique isole assez nettement les lieux de sociabilité à tendance catholique : on retrouve ainsi dans la partie supérieure droite notamment les Scriptores Catholici, le comité de direction de La Revue Sincère, les Amis de la Nouvelle Équipe et le groupe des Poètes catholiques. L’ARLLF est à la frontière, maintenant des liens tant avec la mouvance catholique qu’avec les mouvements socialistes (Front littéraire de gauche).

  • 157 Dozo, 2010b.
  • 158 Sur le pilier catholique, voir Vanderpelen-Diagre, 2004.

228L’isolement partiel du réseau catholique est à corréler à celui du réseau des préfaciers catholiques, déjà constaté ailleurs157. Ce constat relativise surtout l’influence du pilier catholique sur la littérature belge : loin de toucher toute la sphère littéraire, il est certes présent, sans toutefois y jouer le rôle principal158.

Figure 20 – Structure du réseau de relations des écrivains

  • 159 Cinq surréalistes ont le plus grand nombre de participations, du fait de la sociabilité particulièr (...)

229Venons-en maintenant aux écrivains eux-mêmes. Certains participent à un grand nombre de lieux159, d’autres pas. Un réseau fondé sur les appartenances crée une série de cliques d’individus, qui correspondent aux différents lieux, et qui sont liées entre elles par un ou plusieurs individus. Ce sont ces littérateurs-là qui nous intéressent tout particulièrement. On peut en effet se demander ce que signifie le fait de multiplier l’appartenance à différents lieux de sociabilité. Quels avantages concrets ces littérateurs tiraient-ils de ces contacts ?

230Comme la multiplication des lieux permet la multiplication des contacts, il peut s’agir d’une stratégie de reconnaissance dans le sous-champ littéraire. Deux logiques peuvent être envisagées concernant les écrivains et les ressources du réseau : soit le littérateur tire parti de ses liens multiples pour accéder aux ressources, soit il occupe la position d’une personne ressource lui-même, c’est-à-dire une personne vers laquelle d’autres écrivains se tournent pour accéder à certains services. Concrètement, si l’écrivain veut se faire publier, ou encore obtenir un subside pour ses projets, le fait de connaître des personnes bien placées dans une maison d’édition ou au ministère des sciences et des arts sera bénéfique et l’aidera dans son entreprise. D’un autre côté, si l’écrivain a accès à une ressource spécifique — il est directeur de collection et a le pouvoir d’accueillir de jeunes auteurs, il est critique dans un journal influent, il est juré d’un prix littéraire —, il devient alors une personne ressource qu’il est utile de connaître.

231L’analyse des relations individuelles peut ainsi mettre en évidence des écrivains dont la configuration des liens laisse supposer qu’ils occupent une position particulière dans le sous-champ littéraire belge : impliqués dans plusieurs groupes, ils remplissent une position stratégique qu’il faut interroger. À partir du réseau des relations individuelles ainsi reconstitué, il est donc possible de mettre en évidence des positions charnières, particulièrement intéressantes pour l’analyse. L’étude de ces positions doit alors être complétée par le recours à des données contextuelles, qui permettent de rendre compte de la position remarquable de certains écrivains.

7.5.1. Interprétation qualitative des positions quantitativement remarquables dans le réseau des écrivains

  • 160 Centralité de degré, d’intermédiarité et de proximité, mesure du « pouvoir » de Bonacich. Les « sco (...)
  • 161 Voir la section 8.1, p. 209–240 pour une discussion du concept de « capital relationnel ».
  • 162 Voir par exemple Burt, 1992 ou Burt, 1995.

232Plusieurs outils de mesure de l’analyse structurale des relations sociales permettent de souligner la position exceptionnelle d’individus pris dans un réseau. Nous utiliserons dans cette section différentes mesures de centralité160. Chacune renseigne sur la position structurale qu’occupe un agent particulier. Des centralités élevées isolent des agents qui sont dans les conditions pour tirer un avantage de leur position structurale. Cet avantage, quel que soit sa forme, peut être défini comme une forme de « capital relationnel ». À la différence du capital social, qui serait plutôt une description des ressources d’un réseau (en vue d’un usage individuel ou collectif), le capital relationnel, dans ce sens et en première approximation161, est avant tout un coup de projecteur sur un avantage individuel structurel. Cette acception renvoie donc à la manière dont Burt conçoit le capital social162.

233À partir des résultats de ces différents indices, l’analyse structurale des relations sociales dégage en quelque sorte un terrain en friche : celui d’une catégorie de littérateurs dont on soupçonnait l’existence sans pouvoir appréhender l’activité de manière globale. Cette catégorie rassemble des agents dont les observateurs les plus fins soulignent souvent le rôle : il s’agit de ceux qu’on appellera ici « les animateurs de la vie littéraire », c’est-à-dire les littérateurs qui disposent d’un capital relationnel important. Pour les définir, on indiquera en première approche que leur contribution tient moins dans l’œuvre qu’ils produisent — laquelle peut cependant ne pas être négligeable — que dans la fonction d’organisateur ou de contact entre agents qu’ils assument. Comme nous l’avons déjà souligné, l’histoire littéraire n’ignore pas cette catégorie d’agents, qu’elle construit intuitivement à partir d’une série d’observations telles que la fonction occupée au sein de maisons d’édition à fort capital symbolique ou de comité de rédaction de revues prestigieuses, l’importance de leur activité d’épistolier leur apparition récurrente dans des événements littéraires enregistrés par l’histoire du champ, etc. Par le calcul des différents indices, l’analyse structurale donne une base objectivante à la description de cette « espèce » des animateurs de la vie littéraire.

234Toutefois, si l’analyse structurale autorise cette appréhension générale et systématique, elle ne dit pas tout — loin de là — de cette catégorie. Elle fonctionne plutôt comme un marqueur des endroits où creuser ou un indicateur des routes à suivre.

235Il nous semble donc utile d’établir qualitativement, en examinant rapidement le profil sociolittéraire des quelques littérateurs mis en avant par chaque indice, une petite typologie des résultats obtenus à partir de la méthode.

236Si l’on prend les indicateurs numériques au sérieux (en ayant conscience des limites de ceux-ci, comme l’hypothèse de la « synchronie longue » de l’entre-deux-guerres, comme le choix du lien « effectif » ou comme l’exhaustivité relative des lieux de sociabilité et de leur composition, dépendant de l’état des sources), ils permettent, comme nous l’avons déjà souligné, de confirmer ou d’infirmer des « intuitions » de l’histoire de la littérature, mais aussi de découvrir des rôles et des positions méconnues, voire insoupçonnées.

  • 163 Dozo, 2010b.
  • 164 Cette notion, empruntée à Weber, est à entendre au sens de Bertrand, Durand et Dubois (1983). Jean- (...)
  • 165 Les lettres enflammées que Gauchez envoie aux collaborateurs qui ne jouent pas le jeu dont il fixe (...)

237Au niveau des confirmations, on retrouve par exemple Franz Hellens, animateur de la revue Le Disque vert, cas paradigmatique du porteur de projet. Hellens, que l’on pourrait qualifier de victime de l’évolution sociopolitique de la Belgique, avait le profil parfait pour devenir l’héritier de la génération de 1880. Le changement des conditions structurelles de production littéraire l’a obligé à adapter sa stratégie : il s’est fait le porteur d’une conception moderniste et internationale de la littérature, illustrée par sa revue, et en relation avec d’autres conceptions littéraires émergentes à l’époque. Il devient ainsi le point de jonction de plusieurs groupes, ce que montre très bien sa centralité d’intermédiarité très élevée. En misant sur une stratégie réticulaire, il a acquis, comme on le verra plus loin, une reconnaissance importante provenant de la Belgique francophone. Cette conversion d’un capital relationnel fort en une reconaissance belge forte est à retenir : elle explicite en effet un mode de fonctionnement spécifique du champ littéraire belge. Hellens n’est ainsi pas le seul à avoir adopté cette stratégie : Maurice Gauchez, directeur de La Renaissance d’Occident, a un profil sociolittéraire comparable à celui d’Hellens. Pourtant, son capital relationnel est moins important. On sait en outre163 qu’il avait une activité de préfacier très importante. Or la préface n’est pas le seul type de lien fort que Gauchez mobilise : le groupe de La Renaissance d’Occident a une structure assez rigide, avec des responsables de rubriques fixes, des collaborateurs réguliers, etc. Ce groupe constitue une forme de « communauté émotionnelle164 », rassemblée autour du leader qu’est Gauchez165. Ce dernier va privilégier en quelque sorte les liens forts, là où Hellens multiplie les liens faibles : collaborations ponctuelles à une grande quantité de revues, présences dans différents mouvements, etc. Il est intéressant de constater qu’à terme, c’est cette stratégie-ci qui fonctionne le mieux : le groupe de La Renaissance d’Occident, s’il joue un rôle important dans la vie littéraire de l’époque, ne domine pas suffisamment pour imposer Gauchez au centre des lettres belges. Au contraire, Hellens, dont le projet personnel consiste moins en la défense d’un groupe qu’en une ouverture à différentes tendances et en un syncrétisme esthétique assumé, multiplie les contacts et jouit d’une reconnaissance unanime, même s’il n’obtiendra jamais une consécration comparable à celle des grandes figures de la génération symboliste, faute sans doute justement d’un projet esthétique suffisamment lisible. Ce flou dans le positionnement littéraire d’Hellens peut d’ailleurs être interprété comme la contrepartie de sa plasticité relationnelle : la capacité à fréquenter simultanément des groupes faiblement connectés entre eux et qui ne partagent donc que peu de positions communes, ne favorise pas la formulation d’une ligne esthétique clairement identifiable. Mais c’était peut-être pour Hellens la meilleure (voire la seule) manière d’exister dans le sous-champ belge, étant donné que la structure de ce dernier avait largement évolué depuis la génération symboliste.

238Ensuite, l’examen des relations de tous les écrivains permet de prendre parfois ses distances avec les représentations classiques enregistrées à leur propos. Le cas de Michel de Ghelderode est à ce sujet particulièrement exemplaire. Durant l’entre-deux-guerres, Ghelderode jouit, d’après nos indicateurs, d’une centralité importante. Or, selon sa posture d’après-guerre, il incarne une sorte de paria des lettres belges. Entre ces deux périodes, il y a l’Occupation et les émissions que l’auteur réalisera pour Radio-Bruxelles : elles lui vaudront à la Libération sa révocation de l’administration communale de Schaerbeek, et une traversée du désert qui prendra fin à partir de 1949 et de son succès sur les scènes parisiennes. Il reste de cet épisode une représentation de Ghelderode comme un auteur ayant obtenu sa reconnaissance à l’étranger avant de bénéficier des lauriers belges. Et l’image d’un misanthrope : rejeté par l’institution du fait de son attitude pendant l’Occupation, Ghelderode transforme son exclusion relative en un choix radical (et sanctifiant) de solitude, propre aux auteurs que leur génie voue à rester incompris. Cependant, une étude attentive des relations de Ghelderode au sein du sous-champ littéraire belge de l’entre-deux-guerres incite à rectifier cette image, qui s’est imposée pour toute la trajectoire de l’auteur et occulte en partie l’époque qui a précédé sa reconnaissance. Il est en effet partie prenante de deux lieux de sociabilité majeurs de cette période, l’un dans les années 1920 (le groupe de La Renaissance d’Occident, où il rencontre Marcel Wyseur et Camille Poupeye) et l’autre dans les années 1930 (le groupe du Manifeste du Lundi, qui cristallise et met en lumière les changements sociaux et littéraires intervenus après la Grande Guerre). L’appartenance à ces deux lieux (ainsi qu’au groupe de l’Avant-Poste et à la Libre Académie Picard) suffit à le placer au cœur du monde littéraire belge durant l’entre-deux-guerres. Il est donc utile de ne pas se contenter d’une représentation entérinée par l’histoire littéraire traditionnelle et de ne pas figer les auteurs dans un profil unique : leur trajectoire est une succession de profils, qui dépendent grandement de la coupe synchronique retenue.

239On peut donc constater que la centralité n’est pas une mesure absolue. Il ne serait par exemple pas possible de comparer des capitaux d’agents de périodes différentes : ces mesures sont incommensurables, car elles renvoient à des contextes et à des découpages chronologiques différents, qui les conditionnent et conditionnent surtout leur interprétation. En outre, les profils d’agents peuvent évoluer : des coupes chronologiques successives peuvent voir varier le capital relationnel d’un même agent (on l’a vu avec le cas de Ghelderode). À notre sens, reconstituer la trajectoire d’un agent dans un champ doit consister à isoler des synchronies successives qui prennent en compte à chaque étape une configuration particulière du champ.

240Enfin, les différentes mesures mobilisées, en particulier celle d’intermédiarité (avec toutes les précautions nécessaires sur ces données « longues » chronologiquement), attirent l’attention sur le rôle ou la position de certains écrivains, en particulier sur certains absents du panthéon historiographique littéraire. L’existence littéraire de ces « animateurs » tient uniquement dans leur capital relationnel : Gaston Pulings et Pierre Fontaine sont de ceux-là. Les indicateurs mettent en valeur ce type d’agents essentiellement à cause de la convergence de deux facteurs : l’inscription dans un réseau politique et l’appartenance à plusieurs groupes littéraires quantitativement importants. Gaston Pulings est ainsi d’obédience catholique (il appartient au groupe des Poètes catholiques), travaille à la questure du Sénat, dont il deviendra directeur, et participe aux activités du groupe du Lundi et du groupe du Journal des poètes. Cette participation combinée à des lieux littéraires et sociaux importants le place en position privilégiée dans la vie littéraire de l’époque : il n’est pas à l’initiative de ces activités, mais en devient une sorte de témoin privilégié, présent aux moments et aux endroits clés. Pierre Fontaine est le pendant socialiste de Pulings. Journaliste à l’Institut national de Radiodiffusion, il participe en littérature au Front littéraire de gauche et au groupe moderne d’art de Liège et affiche des sympathies socialistes. Il dirige le journal parlé de Radio Belgique de 1928 à 1930. On constate, avec ce profil, que la combinaison du politique et du littéraire est donc porteuse pour accéder à la vie littéraire en Belgique francophone. Toute la question est cependant ici de savoir ce que l’identification de ce type d’agents apporte à la connaissance de l’histoire de la littérature belge francophone : l’approche statistique qui les fait émerger n’est pas en mesure de répondre à cette interrogation, qui ne pourra être traitée que par une étude détaillée des trajectoires des autres Pulings ou Fontaine que compte l’institution ; en pointant leur existence et leur présence active au sein du sous-champ littéraire belge francophone, elle incite cependant à aller y voir de plus près et à se poser des questions dont l’historiographie littéraire traditionnelle fait parfois l’économie.

  • 166 Dozo, 2010b.

241On mesure ainsi avec ces deux cas qu’il ne faut pas négliger les contraintes et déterminations plus sociales que littéraires qui pèsent sur les agents : comme dans notre article166 examinant les relations entre préfacés et préfaciers, on constate que la logique confessionnelle marque également ses effets dans ce cas-ci, notamment pour des personnages comme Henry Carton de Wiart du côté des catholiques et de Pierre Bourgeois du côté des socialistes. Chacun leader de leur tendance, ils mobilisent tous deux un grand capital relationnel, composé tant de liens forts que de liens faibles. Leur position structurale leur permet d’exister et de faire exister d’autres agents au sein du sous-champ littéraire belge francophone à partir de réseaux tissés en dehors de ce sous-champ, mais qui s’actualisent en son sein sous la forme d’homologies structurales — au sens où certains groupes littéraires contiennent en eux-mêmes une orientation politique ou idéologique. Étant donnée la faiblesse institutionnelle spécifique du sous-champ littéraire belge, il est évident que des groupes littéraires politiquement marqués (Scriptores Catholici, Front littéraire de gauche, etc.) trouvent leur place et prennent part activement à la structuration de la vie littéraire. Cependant, la logique belge des piliers politiques est court-circuitée par des logiques proprement littéraires : des personnes d’obédience différentes appartiennent aussi à des groupes littéraires sans implication politique. Le personnel du PEN Club en est un bon exemple : le Club des écrivains belges avait précisément pour objectif de dépasser les clivages en y interdisant la politique. Conception utopique, comme l’histoire du PEN Club international l’illustre à maintes reprises (on a pu le voir plus haut, avec le refus de Piérard de participer au même banquet que le représentant du PEN Club allemand, Gerhart Hauptmann), mais volonté qui a permis, en Belgique, de rassembler une large part des écrivains belges sous la seule bannière de la littérature pure (Bourgeois et Pulings participent tous deux au banquet organisé à Bruxelles en 1927). L’approche réticulaire permet ainsi de mieux comprendre le rôle des déterminations politiques dans la structure du sous-champ littéraire belge francophone, en évitant tant de nier ces déterminations que d’être, à propos de la description de ce sous-champ, dans le régime discursif du manque (d’autonomie, d’institutions, etc.) par rapport au modèle français.

  • 167 Cette notion est développée par Michel Lacroix à propos du cas de Jean Paulhan (Lacroix, 2006)

242En définitive, outre ces intersections entre le littéraire et le politique, l’approche réticulaire permet aussi d’interroger d’autres processus de la vie littéraire. Pointons par exemple la consécration et l’une de ses modalités d’actualisation : Georges Eekhoud est l’exemple typique de l’écrivain consacré en fin de carrière qui bénéficie d’une reconnaissance mise en avant par l’approche réticulaire quantitative et interprétable selon la métaphore du réseau. Peu avant sa mort en 1927, il bénéficie du statut d’« éminence grise »167 auprès de la jeune génération (à l’instar de Gauchez, que nous avons évoqué plus haut, il est un des plus âgé parmi les participants à La Renaissance d’Occident). Il s’entoure d’un groupe informel de jeunes littérateurs qui se donne pour nom la « Synthèse » (comme on le découvre à la lecture des Documents secrets de Franz Hellens). Par ce type de posture, il assume pleinement la stratégie réticulaire. Mais il profite aussi de la reconnaissance de ses contemporains. Il est en effet l’un des membres fondateurs de l’ARLLF, dont il endossera la fonction de directeur en 1923. Pourtant, au sortir de la Grande Guerre, ses positions pacifistes auraient pu lui valoir une déchéance rapide. Néanmoins, toujours dans une logique de contacts de proches en proches, il sera réhabilité par un mouvement de solidarité nationale et internationale, auquel prennent part notamment Romain Rolland et Henri Barbusse. Eekhoud constitue donc une sorte d’idéal-type de l’écrivain consacré littérairement (il reçoit le prix quinquennal de littérature en 1893 pour La Nouvelle Carthage) qui bénéficie en outre d’un important réseau de relations sociales.

7.5.2. Conclusion

243L’approche quantitative des réseaux sociaux est encore peu utilisée en littérature, malgré le profit qui pourrait en être tiré, comme le souligne Gisèle Sapiro, dans son bilan des recherches quantitatives en littérature (Sapiro, 2008). En appliquant, à titre exploratoire, l’analyse réticulaire à un vaste corpus d’écrivains, ce chapitre s’est attaché à montrer le potentiel de l’alliance du quantitatif et du qualitatif. L’analyse des réseaux permet en effet d’objectiver la construction des différents profils d’écrivains et de donner une assise plus stable aux interprétations proposées pour en rendre compte.

244Nous avons utilisé dans cette première analyse la notion de capital relationnel, fondée davantage sur la structure des relations interpersonnelles qu’entretient chaque littérateur que sur les ressources auxquelles ces relations donnent accès. Nous développons cette notion dans la section suivante car elle nous apparaît comme fructueuse. Nous avons montré que ce concept fait de la position d’un écrivain au sein de son réseau de relations un avantage potentiel. De ce point de vue, les liens peuvent être tant des atouts que des contraintes. Seules certaines configurations relationnelles s’avèrent en effet particulièrement profitables pour les agents du sous-champ littéraire belge francophone, ce qui illustre l’importance de ces structures de relations. L’analyse de ces structures montre ainsi combien elles déterminent, en complément à d’autres dispositions de type catégoriel qui ont pu être mises en évidence auparavant, la trajectoire sociolittéraire des écrivains et plus généralement le fonctionnement de la vie littéraire dans un sous-champ du champ littéraire francophone.

Notes

88 Voir à ce sujet l’étude de Vanderpelen, 2004.

89 Voir le site du SPF Économie - Direction générale Statistique et Information économique, à l’adresse : http://statbel.fgov.be/home_fr.asp, et en particulier des nomenclatures et de la méthodologie (http://statbel.fgov.be/figures/general_fr.asp).

90 Voir le premier chapitre de l’ouvrage d’Alain Desrosières et Laurent Thévenot, qui dresse un bref historique de la nomenclature socio-professionnelle française : Desrosières et Thévenot, 5 2002, p. 7–29.

91 Soutenue par quatre institutions : ADVN (http://www.advn.be/), Amsab Institute of Social History (Instituut voor Social Geschiedenis, http://www.amsab.be/), KADOC-K. U. Leuven (http://kadoc.kuleuven.be/) et la Liberaal Archief (http://www.liberaalarchief.be/).

92 Au sens anglais, voir plus bas (p. 109).

93 Voir leur site internet : http://www.ilo.org/public/english/bureau/stat/isco/index.htm.

94 Desrosières et Thévenot,2002, p. 7.

95 La sociologie des professions a une grande tradition aux États-Unis et en Angleterre.

96 Voir une expression comme « profession de foi ». Dubar et Tripier, 2005, p. 4.

97 Dubar et Tripier, 2005, p. 4–5.

98 Dubar et Tripier, 2005, p. 5.

99 Dubar et Tripier, 2005, p. 6.

100 Voir la nomenclature de l’INSEE : http://www.insee.fr/fr/nom_def_met/nomenclatures/pcs.htm.

101 Il s’agit ici d’une des principales adaptations de la nomenclature française à la réalité belge, étant donné la différence importante entre les deux institutions scolaires.

102 Catégorie hybride, qui concerne les deux extrêmes de l’échelle économique : ils sont peu nombreux, et leur nombre ne justifie pas que l’on crée deux catégories distinctes. Leur absence de situation professionnelle (au sens de « exercice d’une activité afin de gagner de l’argent ») définie permet de les rassembler, dans la mesure où cela permet aussi de les opposer aux autres catégories.

103 Pour une étude de cette catégorie, voir Dozo, 2010a.

104 Pour une problématisation et une étude de la situation actuelle de l’écrivain, voir Lahire, 2006.

105 Il faudrait examiner la présence de ces écrivains dans les institutions littéraires de l’époque. En effet, l’analyse du personnel littéraire de l’Académie royale de Langue et Littérature françaises n’avait pas permis de dégager cette catégorie. Il est donc envisageable que les agents qui la composent ne soient pas seulement exclus des lieux du pouvoir, mais aussi des institutions littéraires.

106 Cette évolution esthétique fonde en grande partie la périodisation de la production littéraire en Belgique francophone ; voir Denis et Klinkenberg, 2005, p. 153–165, en particulier p. 159‑162.

107 Voir Dozo, 2010c, p. 34–51.

108 Dozo, 2007b.

109 Voir la « Note sur les écrivains enseignants », dans Dozo, 2010c, p. 102–103.

110 Dozo et Provenzano, 2010.

111 On en revient à la question de ce que représente les statistiques : la prudence est toujours de mise dans l’interprétation des résultats, car les variables descriptives constituent déjà une interprétation préalable, qui conditionne les résultats. Le choix d’une certaine catégorisation permet de « voir » ou de « ne pas voir » ce que l’on cherche dans les résultats. On peut utiliser pour décrire ce phénomène la métaphore de la lentille ; une lentille trop grossissante ne permettra pas de dégager les tendances générales, là où une lentille trop faible ne montrera que des banalités : on « rate » alors la spécificité de l’objet étudié, car sa préhension se fait à travers un outil inadéquat. Cela souligne encore, si besoin en était, le caractère hautement construit des statistiques.

112 En plus des neuf provinces de l’époque, nous isolons Bruxelles, toujours pour évaluer l’attractivité possible de la capitale (voir section 7.2.1, p. 102).

113 À ce propos, voir de Marneffe, 2007.

114 Pour une étude du discours sur l’insularité liégeoise correlé à ces faits, on se référera utilement à Laureys, 1970 ; Leboutte, 1983 et Klinkenberg, 1983 et 2000.

115 Nous tenons à remercier Luc Wanlin, informaticien aux AML, pour nous avoir autorisé cet accès personnel.

116 On peut repérer : 1 mention d’« allocution », 15 d’« anthologie », 2 de « ballet », 1 de « bibliographie », 3 de « biographie », 1 de « cantate », 1 de « causerie », 1 de « chansons françaises », 3 de « chronique », 9 de « comédie », 1 de « critique », 2 de « dialogue », 3 de « drame », 2 de « épopée », 3 de « fable », 1 d’« histoire littéraire », 1 d’« hommage », 1 de « journal de voyage », 3 de « légende », 1 de « lettres romanesques », 2 de « manifeste », 4 de « méditation », 8 de « mémoires », 1 de « méthode », 2 de « monographie », 1 de « mystère lyrique », 1 de « notes », 2 de « notice nécrologique », 1 d’« ode dramatique », 1 d’« opéra comique », 1 d’« opérette », 1 de « pamphlet », 1 de « pièce de théâtre », 14 de « prose », 4 de « radio-causerie », 2 de « rapport », 1 de « recette de cuisine », 17 de « récit », 3 de « recueil », 3 de « reportage », 1 de « rondeaux », 7 de « souvenirs », 1 de « témoignage », 2 de « thèse », 3 de « tract », 3 de « tragédie-farce », 1 de « traité » et 3 de « voyages »

117 Pour la consulter, voir l’adresse suivante : http://phalese.univ-paris3.fr/bdhl/bdhl.php.

118 Sauf à considérer que reprendre certains genres du troisième niveau est une « adaptation » de sa nomenclature.

119 « Souvenirs et témoignages » est une catégorie syncrétique impliquant la dénomination de deux genres présents dans le paratexte.

120 Le genre « prose » a été réparti sur les genres « poésie », « essai » et « conte » en fonction des titres et d’autres renseignements sur les œuvres.

121 Voir l’adresse : http://home.scarlet.be/steeman/biblio1.html.

122 Nous avons établi sa bibliographie à partir du site du Centre Simenon, qui répertorie ses principales publications : http://www.libnet.ulg.ac.be/simenon/bibsim.htm.

123 Citons comme travaux les plus remarquables : Durand et Winkin, 1996, 1999a, 1999b, 2000.

124 Cette harmonisation s’est limitée à une uniformisation des manières d’écrire le nom des éditeurs. Par exemple, « Vve Monnom » et « éditions Veuve Momnom » ont été considérés comme étant le même éditeur, auquel on a attribué un identifiant unique. Il s’agit donc juste d’une harmonisation des étiquettes désignant les éditeurs, sans perte d’information sociologique ou historique concernant leur diversité.

125 Le chiffre de huit œuvres est arbitraire. La liste des éditeurs ayant publié six ou sept œuvres est assez longue, et en fonction de l’équilibre des masses de données, il nous a semblé pertinent de nous arrêter à huit œuvres. Pour la liste complète des éditeurs actifs durant la période, se reporter à la base CIEL (http://www.ciel-litterature.be).

126 Durand et Winkin, 2000, p. 447.

127 Durand et Winkin, 2000, p. 448.

128 Notre étude des représentations de la littérature par des écrivains francophones belges lors des débats en vue de la création d’une académie peut servir d’illustration concrète à notre propos : sur l’échantillon dont nous avons analysé le discours, une large majorité se montre en effet convaincue par la thèse d’une littérature autonome. Voir Dozo, 2004, 2006. Il nous semble, en jugeant faible l’apport, pour le capital symbolique d’un auteur, des œuvres publiées dans ces maisons, ne pas procéder à une évaluation à partir de critères périmés (bien que la pertinence du modèle autonomisant français comme norme ait été remise en cause) car il nous paraît nécessaire de tenir compte de l’efficace de ces critères dans le sous-champ de l’époque.

129 Dozo, 2004, 2006.

130 Les appellations consacrées pour chaque lieu prévalent sur cette petite typologie, mais elles la recoupent en règle générale.

131 Ponton, 1973.

132 Ceci n’exclut pas que les membres élus à d’autres titres de l’Académie royale de Belgique aient pu avoir une activité littéraire.

133 Voir La libre académie de Belgique (fondation Edmond Picard), Gand, À l’enseigne du chat qui pêche, 1949.

134 La fondation de la Société liégeoise de Littérature wallonne date de 1856 à Liège. Elle s’était donnée pour mission de promouvoir les productions littéraires en wallon local. Elle élargit rapidement son champ d’action à la Wallonie entière et aux autres langues régionales qui y sont parlées : elle s’intéresse donc, outre au wallon, au champenois, au lorrain et au picard. La Société change également de nom, et devient la Société de Langue et de Littérature wallonnes (S.L.L.W.). Son fonctionnement est celui d’une académie — bien qu’elle n’en porte pas le nom ; elle compte quarante membres titulaires qui proviennent de toutes les parties de la Wallonie : ce sont des écrivains et des linguistes qui consacrent leurs activités à ces langues romanes régionales.

135 Extrait de la présentation : http://www.internationalpen.org.uk/.

136 Cote AML ML 2055.

137 Ce manifeste a été signé par 93 intellectuels allemands le 4 octobre 1914 en réaction au repli allemand lors de la Bataille de la Marne, afin de soutenir les prises de position de Guillaume II.

138 Les sites internet du PEN Club français (http://www.penclub.fr/) et du PEN Club international (http://www.internationalpen.org.uk/) offrent des pages historiques, qui reprennent succinctement les différents faits marquants ayant jalonné l’existence du Club.

139 Dozo, 2010c, p. 34–51.

140 Voir l’enquête de Debatty (1922) à son sujet.

141 Anthologie / bloemlezing des Scriptores Catholici, Tamines, Duculot-Roulin, 1939. Cette liste ne nous garantit pas que tous ces écrivains avaient une relation effective. Cependant, l’étude de Cécile Vanderpelen (2004) établit que le réseau catholique est un des mieux structurés de Belgique, qui ne concerne pas seulement la littérature (comme le PEN Club). Nous postulons donc une relation effective sur base de cette liste, même si nous avons conscience que ce postulat ne correspond à aucune preuve matérielle.

142 Ce qui n’était pas le cas de Paul Buysse, Ernest Closson et Paul Crokaert, n’ayant pas écrit de fiction mais n’étant pas dans la base du CIEL.

143 Aron et Soucy, 1998, p. 57.

144 Cette décision est sûrement l’une des plus coûteuse de notre thèse, méthodologiquement parlant : il a fallu considérer les impondérables d’une recherche telle que la nôtre et ne pas nous lancer dans une quête d’informations concernant ces inconnus que la base de données ne recense pas encore. D’un point de vue pragmatique, étant donné que les revues vont être utilisées à la seule fin d’évaluer le capital relationnel, c’est-à-dire le degré d’implication des auteurs dans la vie littéraire de leur époque, le fait qu’un auteur apparaisse seulement comme responsable de revue laisse présager un capital très faible et autorise à ne pas en tenir compte.

145 Voir Bourdieu, 1998, p. 206.

146 Denis, 2002, p. 244.

147 Au sens de Granovetter.

148 Voire de deux si la différence d’âge ést supérieure à 18 ans et si l’année de naissance de l’écrivain est proche de deux ans ou moins du terminus (a quo dans le cas d’un rajeunissement, ad quem dans le cas d’un vieillissement) de la classe d’âge d’origine (par exemple, Hardy a un correctif générationnel de 18,075 et est né vers la fin de sa classe d’âge, en 1868. Il est assimilé à la troisième génération socio-littéraire). Ces cas restent très rares.

149 Pour le lieu d’origine comme pour le lieu des études secondaires et des études supérieures, 4 catégories (Flandre, Wallonie, Brabant, hors de Belgique) ont été distinguées.

150 Cette variable comporte 10 modalités : anthologie ; conférence et discours ; conte ; essai y compris biographie et tract ; nouvelle ; poésie ; roman ; écrit non littéraire ; souvenirs, témoignages et récits de voyage ; théâtre, opéra et radio.

151 Voir Piron, 1998.

152 Dans l’analyse factorielle, cette variable a été projetée en modalité supplémentaire et non utilisée comme variable active.

153 On le constate même dans leurs lieux de sociabilité : on retrouve dans ce quadrant le groupe moderne d’art de Liège, l’un des rares groupes explicitement situés hors de Bruxelles.

154 Comme on l’a dit, les lieux de sociabilité français sont ici exclus de l’étude, dans la mesure où l’analyse de ces lieux, peu nombreux, éloignerait du projet de cet ouvrage, qui porte uniquement sur les facteurs internes d’organisation de la vie littéraire belge francophone. Sur la fonction de passeurs entre les deux pays que remplissent certains littérateurs, voir par exemple Dozo et de Marneffe, 2005.

155 Seuls ont été pris en compte les lieux où les écrivains se rencontrent effectivement, afin d’avoir une définition univoque de la relation entre écrivains.

156 L’ARLLF, créée en 1920, est le résultat d’une volonté de consacrer les survivants de la grande génération des symbolistes belges (Maeterlinck surtout, et les épigones Giraud, Gilkin, Gille, etc.). À ce sujet, voir Aron, 1998 et Dozo, 2006.

157 Dozo, 2010b.

158 Sur le pilier catholique, voir Vanderpelen-Diagre, 2004.

159 Cinq surréalistes ont le plus grand nombre de participations, du fait de la sociabilité particulière retenue comme trace du surréalisme : les manifestes. Paul Nougé, Camille Goemans, René Magritte, E.L.T. Mesens et André Souris signent ainsi entre 11 et 18 manifestes retenus pour la période. Au-delà de cette sociabilité particulière, qui isole d’ailleurs les surréalistes à gauche du graphique du réseau des lieux de sociabilité, les autres écrivains appartiennent au minimum à un lieu et au maximum à sept.

160 Centralité de degré, d’intermédiarité et de proximité, mesure du « pouvoir » de Bonacich. Les « scores » des différents écrivains sont disponibles dans la section 8.1.4, « Calcul du capital relationnel », p. 219–240.

161 Voir la section 8.1, p. 209–240 pour une discussion du concept de « capital relationnel ».

162 Voir par exemple Burt, 1992 ou Burt, 1995.

163 Dozo, 2010b.

164 Cette notion, empruntée à Weber, est à entendre au sens de Bertrand, Durand et Dubois (1983). Jean-Pierre Grossein propose une nouvelle traduction du concept weberien en « groupement communautaire » dans la « Présentation » de Weber, 1996.

165 Les lettres enflammées que Gauchez envoie aux collaborateurs qui ne jouent pas le jeu dont il fixe les règles (retard dans les rubriques, textes bâclés, etc.) sont la preuve de sa volonté de contrôler son projet littéraire, qui s’incarne dans La Renaissance d’Occident.

166 Dozo, 2010b.

167 Cette notion est développée par Michel Lacroix à propos du cas de Jean Paulhan (Lacroix, 2006)

Table des illustrations

Légende Tableau 10 – Croisement entre les classes d’âge et les filières d’études
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 7 – Plus haut cursus scolaire entamé en fonction des classes d'âge
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 8 – Répartition des agents par province d’origine
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 9 – Professions en fonction des classes d'âge
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 10 – Corrélations entre les professions, les études et les classes d’âge
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tableau 18 – Croisements des professions du père et des classes d’âge des écrivains
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Figure 11 – Profession du père en fonction de la classe d’âge de l’agent
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 12 – Classes sociales en fonction des classes d’âge
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 13 – Classes sociales en fonction des classes d’âge (sans la dernière classe)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tableau 19 – Province d’origine par classe d’âge
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 14 – Province d’origine par classe d’âge
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 15 – Premier plan factoriel croisant le lieu d’origine et le lieu d’études
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 16 – Distribution des genres par année
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 17 – Distribution des genres par année sans Simenon
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Tableau 21 – Nombre d’éditions par éditeur et par année
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Tableau 22 – Genres par éditeurs
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Tableau 24 – Prix des agents actifs durant l’entre-deux-guerres
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Tableau 26 – Liste des revues actives durant l’entre-deux-guerres avec au moins deux responsables appartenant à la base CIEL
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Tableau 27 – Générations socio-littéraires
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Figure 18 – Premier plan factoriel des modalités décrivant 210 écrivains
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 19 – Relations entre les lieux de sociabilités
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 20 – Structure du réseau de relations des écrivains
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2258/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search