Version classiqueVersion mobile

Mesures de l'écrivain

 | 
Björn-Olav Dozo

Deuxième partie

5. Les sources et le corpus

Texte intégral

5.1. LA BASE DE DONNÉES DU CIEL

1La base de données du CIEL est le fruit d’une iniative de recherche collective, collaboration entre l’Université Libre de Bruxelles et l’Université de Liège, dirigée par Paul Aron et Jean-Marie Klinkenberg, et coordonnée par Benoît Denis. Comme précisé dans l’avant-propos, ce projet a été financé par la Communauté française de Belgique de 2002 à 2007. Plusieurs thèses ont été réalisées en son sein, parmi lesquelles celle dont ce travail est issu.

2Celui-ci se veut l’une des premières exploitations quantitatives de cette base de données. Elle fut tout d’abord élaborée conceptuellement lors de réunions régulières. Nous l’avons ensuite conçue informatiquement, avec l’aide de Luc Desert, en considérant déjà les futurs usages que nous souhaitions en faire, tant ceux patrimoniaux que ceux scientifiques.

  • 74 Thiry H., puis Bruylant E. et Christophe Ch. puis Bruylant E. (dir.), Biographie nationale publiée (...)
  • 75 Nouvelle biographie nationale, Bruxelles, Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Ar (...)
  • 76 Brucher R. puis Detemmerman J. (dir.), Bibliographie des Écrivains Français de Belgique, Bruxelles, (...)
  • 77 Nachtergaele V. et Trousson R. (dir.), Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. I. (...)

3La base reprend, à l’heure actuelle, toutes les données prosopographiques disponibles dans les différents travaux existants, telles la Biographie nationale74, la Nouvelle Biographie nationale75, la Bibliographie des écrivains francophones belges76 ou le Dictionnaire des œuvres77. Ces données sont structurées et mises en relation de manière raisonnée. La base reprend des données factuelles, non interprétées. Il est en effet important, vu les différents objectifs de la base, de ne pas uniformiser l’information récoltée dans les différentes sources sous des catégories qui ne seraient adaptées qu’à un seul type d’exploitation. Par exemple, pour les professions, si l’on adopte une nomenclature socio-professionnelle dans la base de données, on perd les spécificités onomastiques mises en avant dans les sources pour les désigner, qui ont pourtant un intérêt patrimonial, mais aussi scientifique si l’on travaille sur ces noms de professions. La sélection des informations dans les sources se concentre uniquement sur les éléments factuels, mais ne normalise pas les étiquettes lors de l’encodage. Nous avons seulement mis au point des catégories très vastes que nous allons expliciter ci-après point par point et qui offrent une première structure thématique (les professions, les activités littéraires et culturelles) et descriptive (nom de l’activité, lieu, qualité de la personne qui exerce cette activité) des données, afin d’éviter le piège d’une base de données en texte plein qu’il est impossible d’interroger selon des critères définis.

  • 78 Dozo, 2011 ; Dozo, Fréché, de Marneffe, Mayeur, 2007 ; Dozo et Fréché 2006 ; Aron, Denis et Klinken (...)

4Ce départ entre la structuration des données et le codage est un point important, qui devrait permettre de ne pas cloisonner la base du CIEL dans un type d’usage unique. En ce qui concerne notre exploitation particulière, nous reviendrons sur la constitution de toutes les catégories nécessaires à l’analyse dans les différents chapitres qui suivent. Mais avant cela, il nous semble intéressant de présenter les grandes lignes de la base de données du CIEL. Nous nous contenterons cependant de mettre en évidence la philosophie qui a présidé à l’établissement des structures de cette base. Pour le détail de son fonctionnement, la liste des conventions et les choix opérés dans le classement d’informations ponctuelles, on se référera utilement au mode d’emploi de la base et aux différents articles de présentation et de problématisation du projet78.

5La base « auteurs » reprend des informations factuelles socio-historiques sur les écrivains.

  • 79 Ce sera notre définition du « Belge » dans ce travail.
  • 80 L’activité littéraire est définie en creux, dans un but pratique de constitution de la base de donn (...)
  • 81 Le corpus actuel est un corpus de départ. La base sera ouverte à tous les auteurs belges par la sui (...)

6L’unité de cette partie de la base CIEL est l’écrivain belge de langue française, c’est-à-dire la personne physique qui a eu la nationalité belge à un moment de sa vie79 et une activité littéraire80 en langue française entre 1920 et 196081. Chaque personne est encodée sous son nom d’écrivain, qui peut être différent de son nom d’état civil et de pseudonymes qu’il utilise occasionnellement : il s’agit du nom par lequel l’écrivain signe habituellement ses œuvres. Sa fiche, à laquelle correspond un numéro unique, reprend aussi son nom d’état civil et ses pseudonymes : il n’y a ainsi qu’une fiche par personne physique.

7La base de données du CIEL est une base de données relationnelle, c’est-à-dire qu’elle est composée de plusieurs tables interconnectées. Dans le cas de la base « auteurs », l’élément principal est l’écrivain, auquel sont reliés différents éléments secondaires : ses résidences, sa famille, ses professions, ses formations scolaires, son cursus social, sa sociabilité littéraire, ses activités littéraires et culturelles, ses marques de reconnaissance dans le monde littéraire, ses conférences, etc.

8Comme le montre le diagramme suivant, l’élément principal est occupé par les renseignements d’état civil qui permettent d’identifier l’écrivain de manière univoque (nom, prénom, pseudonyme(s), date de naissance, date de mort, nationalité, etc.). Sont liés à ce centre les renseignements annexes, portant sur la famille, les résidences, les professions, les activités littéraires et culturelles, etc.

Figure 5 – Structure de la base « auteurs »

9Les tables qui permettent de structurer les renseignements annexes sont conçues sur un même modèle : chaque table (résidences, professions, formations scolaires, cursus social, etc.) comprend trois grands éléments : le type, la dénomination de ce type et la fonction exercée par l’agent. Chaque liste de types varie en fonction de la table. Par exemple, pour la table « formations scolaires », les différents types sont : primaires, secondaires, secondaires inférieures, secondaires supérieures, école normale, supérieures non universitaires, universitaires, artistiques, autres. Vient ensuite la dénomination du lieu ou de l’institution relatif au type sélectionné par exemple le nom de l’école dans la table des formations scolaires, ou encore le nom du parti politique auquel adhère l’agent dans la table du cursus social).

10Enfin vient la fonction occupée par l’agent dans cette institution ou ce lieu : pour prendre un autre exemple, dans la table du cursus social, la fonction de l’agent est présente, car celui-ci, dans le cas d’une appartenance à un même parti politique, peut avoir différents rôles (adhérent, membre actif, président, etc.). Pour la table des formations scolaires, cette case n’existe pas, car le postulat par défaut est que l’agent a suivi des cours dans cette institution. Néanmoins, dans ce dernier cas, pour obtenir un niveau de précision assez grand, il a fallu ajouter le nom du diplôme obtenu le cas échéant. Chaque table possède donc malgré tout ses propres spécificités.

11Cette structure générale tripartite de la base de données permet de conserver un certain classement de l’information sans forcer le réel par une catégorisation trop rigide. Notre objectif est, dans un premier temps et pour l’aspect patrimonial de la base de données, de rassembler le maximum d’informations avec le maximum de détails possible, tout en gardant une structure générale exploitable par la suite. Il n’y a donc pas de champ en texte plein et continu, sans balisage ni structure. Dans le même esprit, et toujours par choix raisonné, nous n’avons pas opté pour des listes fermées de choix pour chaque champ : le dépouillement des sources s’apparente à une démarche exploratoire avant tout, où l’on découvre pour quasiment chaque auteur des réalités auxquelles nous n’avions pas songé et qui, si nous avions choisi des listes fermées, ne seraient pas entrées dans nos catégories… Seuls les types de chaque table sont des listes fermées, qui permettent d’opérer un premier tri fondé sur une première analyse rapide et modifiable dans les données récoltées.

12Ces trois éléments récurrents (type, dénomination et fonction) sont complétés par des renseignements chronologiques (date de début et date de fin), et par des données nécessaires en propre à la table (par exemple — nous l’avons déjà cité — le diplôme obtenu pour la table des formations scolaires).

13Cette section « auteurs » de la base de données constitue celle que nous utiliserons le plus dans ce travail. Deux autres sections complètent la base, que nous exposerons moins en détail.

  • 82 Différentes fonctions occupées par un agent à propos d’une œuvre peuvent impliquer la présence de l (...)

14Techniquement, la base « œuvres » est une table supplémentaire de la base « auteurs », au même titre que la table des professions par exemple. Mais son statut est particulier, car les œuvres sont un des critères possibles qui font d’un écrivain ce qu’il est et qui entraîne son inclusion dans la base. La table « œuvres » inventorie les éditions des œuvres produites au moins en partie82 par des Belges. Généralement, nous ne recensons que les ouvrages en français ou au moins dont la partie produite par un Belge est en français. Néanmoins, il arrive (très rarement) qu’un auteur ait majoritairement produit en français, mais qu’il ait également produit des œuvres dans une autre langue. Dans un souci d’exhaustivité concernant cet agent, nous recenserons alors sa production en langue étrangère. Mais ce type de cas est statistiquement négligeable.

15Les données recensées à propos des éditions d’œuvres sont, notamment, le nom de tous les intervenants impliqués dans l’édition (auteur, préfacier, postfacier, commentateur, illustrateur, etc.), le titre, le lieu d’édition, la maison d’édition, l’année de publication, la collection, le nombre de pages, le genre, etc. C’est à partir de ces données que nous tenterons de cerner les pratiques littéraires de l’entre-deux-guerres.

  • 83 Dozo, Fréché, de Marneffe, Mayeur, 2007.

16Enfin, la base « revues » constitue la troisième section de la base du CIEL. Techniquement et conceptuellement, la base « revues » est différente de la base « auteurs/œuvres ». Elle présente une structure enchâssée à plusieurs étages. Comme nous l’utiliserons peu dans ce travail et que sa structure n’a pas d’incidence sur cette utilisation, nous renvoyons le lecteur intéressé au mode d’emploi de cette base83.

5.2. LE CONTENU DE LA BASE DE DONNÉES DU CIEL

17Le contenu de la base est en constante évolution. Il est néanmoins utile de dresser un panorama général des principales sources utilisées, ne serait-ce que pour souligner l’ampleur et l’ambition du projet. Nous n’avons pas consulté personnellement toutes ces sources. Cependant, les renseignements qu’elles contiennent se retrouvent dans la base du CIEL, que nous exploitons. Cet état de dépouillement correspond à la fin du financement du projet (septembre 2007), fin après laquelle l’enrichissement de la base fut fortement ralenti jusqu’en septembre 2009. Nous avons classé les sources en fonction de leur nature.

5.2.1. Sources primaires

18Comme sources primaires, pour la base « auteurs » et les informations biographiques, l’équipe du CIEL a dépouillé les fonds d’archives officielles des villes de Bruxelles et de Liège, pour les actes de naissance, les actes de décès, les actes de mariage et les registres par décade de population.

19En ce qui concerne la base « revues », voici la liste des revues dépouillées (l’encodage des revues en italique est complet pour la période de l’entre-deux-guerres) :

Tableau 6 – Liste des revues encodées dans la base du CIEL

5.2.2. Sources secondaires

MONOGRAPHIES

Aron P. [éd.] (1988). Entre l’Évangile et la révolution, Bruxelles, Labor (coll. « Archives du futur »).

Aron P. (1995). La Littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900, Bruxelles, Labor (coll. « Un livre. Une œuvre ») [Thèse d’agrégation de l’enseignement supérieur. ULB, Faculté de Philosophie et Lettres].

Assouline P. (1992). Simenon : biographie, Paris, Julliard.

Avermaete R. (1979). L’Aventure de « Lumière », Bruxelles, Fonds Mercator (série Arcade).

Berg Ch. et Frickx R. [dir.] (1988). Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. 2. La poésie, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Beyen R. (1980). Michel de Ghelderode ou la Hantise du masque, Bruxelles, Palais des Académies.

Bodart M.-T. (1970). Marcel Lecomte, Paris, Seghers (coll. « Poètes d’aujourd’hui »).

Bréchet A. et Ch. (1987). Surréalistes wallons, Bruxelles, Labor.

Brucher R. puis Detemmerman J. [dir.] (1958–1988). Bibliographie des écrivains français de Belgique, Bruxelles, Palais des Académies, 5 vol.

Christophe L. (1960). Albert Giraud, son œuvre et son temps, Bruxelles, Palais des Académies.

Coomans de BrachènevO., Robin L. et Mme Marc de Kerchove d’Exaerde (1984‑2002). État présent de la noblesse belge. 3e série, Bruxelles, État Présent.

Crickillon J. (1970). L’Œuvre romanesque d’Albert Ayguesparse, Bruxelles, André de Rache.

d’Udekem d’Acoz M.-P. (2000). Pour le Roi et la Patrie. La noblesse belge dans la résistance, Bruxelles, Racine.

Davignon H. (1947). Notice sur Georges Virrès, Liège, Vaillant-Carmanne.

De Grève M., d’Heur J.-M. et Pouilliart R. [dir.] (1989). Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. III. Le Théâtre et l’Essai, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Defrenne M. (1957). Odilon-Jean Périer, Bruxelles, ARLLF.

Delaunois J.-M. (2003). Dans la mêlée du XXe siècle. Robert Poulet : le corps étranger, Erpe, De Krijger.

Delbart A.-R. (1993). Charles Bertin, une œuvre de haute solitude, Bruxelles, ARLLF.

Delcord B. (1986). À propos de quelques « chapelles » politico-littéraires en Belgique (1919‑1945), dans Cahiers du Centre de Recherches et d’Études historiques de la Seconde Guerre Mondiale, p. 153–205.

Delsemme P. (2004). Les Écrivains francs-maçons de Belgique, Bruxelles, Bibliothèques de l’Université Libre de Bruxelles.

Delzenne Y.-W. et Houyoux J. [éd.] (1998). Le Nouveau Dictionnaire des Belges, Bruxelles, Le Cri.

Denuit D. (1945). Jean Tousseul, L’Homme et l’Œuvre, Bruxelles, Office de publicité.

Detry M. (1976). Françoise Mallet-Joris : dossier, critique et inédits, suivi de Le Miroir, le voyage et la fête, Paris, Bernard Grasset.

Drion du Chapois Fr. (1966). Luc Hommel, Bruxelles, Pierre de Meyere (coll. « Portraits »).

Duchâteau A.-P. (1998). L’Écrivain habite au 21, Ottignies, Quorum.

Dumont F. (1985). La Région du cœur, Bruxelles, Labor (coll. « Espace Nord »).

Fontaine C. (1977). Bob Claessens : le Temps d’une vie…, Bruxelles, Fondation Bob Claessens-Éditions du Cercle d’Éducation populaire a.s.b.l.

Foulon R. (1974). Robert Vivier, Bruxelles, André de Rache (coll. « Mains et chemins »).

Frickx R. et alii (1994). Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. 4. 1981–1990, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Geurt-Krauss C. (1998). E.L.T. Mesens, l’Alchimiste méconnu du surréalisme, Labor, Archives du Futur.

Goslar M. (1998). Yourcenar (biographie) : « Qu’il eût été fade d’être heureux », Bruxelles, Racine, ARLLF.

Gotovitch J. (1992). Du Rouge au Tricolore. Les communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de l’histoire de la Résistance en Belgique, Bruxelles, Labor.

Guiette R. (1955). Max Elskamp, Paris, Seghers.

Horemans J.-M. (1976). Robert Goffin, le Poète au sang qui chante, Charleroi, Institut Jules Destrée.

Jadoulle J.-L. (2003). Chrétiens modernes ? L’engagement des intellectuels catholiques « progressistes » belges de 1945 à 1958, Louvain-La-Neuve, Bruylant-UCL.

Kalisz S. (1999). Arthur Haulot. Vivre debout, Bruxelles–Charleroi, EVO a.s.b.l. (coll.» Petite bibliothèque de la citoyenneté »).

Kiesel F. (1995). Thomas Owen. Les pièges du Grand Malicieux, Louvain-La-Neuve, Quorum.

L’Espinois M. (1936). Camille Fabry, Bruxelles, Le Livre belge d’aujourd’hui (coll. « Profils littéraires belges »).

Lalande F. (1998). Christian Dotremont l’inventeur de Cobra : une biographie, Paris, Stock.

Lecomte M. (1988). Les Voies de la littérature (choix de chroniques littéraires suivi d’une bibliographie établis par Philippe Dewolf), Bruxelles, Labor (coll. « Archives du Futur »).

Louchez E. (1994). 1894–1994, « L’Avenir du Luxembourg », un siècle, un journal, une province, Arlon, La Presse Luxembourgeoise.

Mariën M. (1979). L’Activité surréaliste en Belgique (1924–1950), Bruxelles, Éditions Lebeer-Hossmann.

Moulin J. (1978). Fernand Crommelynck ou le Théâtre du paroxysme, Bruxelles, Palais des Académies.

Nachtergaele V. et Trousson R. [dir.] (1988). Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. 1. Le roman, Louvain-la-Neuve, Duculot.
Nouvelle biographie nationale (1988–). Bruxelles, Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 6 vol.

Ouvry-Vial B. (1989). Henri Michaux, Qui êtes-vous ?, Lyon, La Manufacture.

Petit S. (2001). Femme de papier : Françoise Mallet-Joris et son œuvre, traduit de l’anglais par X. des Vaux, Paris, Grasset.

Roland H. (2003). La « Colonie » littéraire allemande en Belgique, 1914–1918, Bruxelles, AML-Labor.

Rousselot J. (1965). Albert Ayguesparse (La leçon du réel.), Bruxelles, La Renaissance du Livre (coll. « Anthologique »).

Savigneau J. (1990). Marguerite Yourcenar, Paris, Gallimard (NRF biographies).

Simonin A. (1994). Les Éditions de Minuit 1942–1955 : le devoir d’insoumission, Paris, IMEC Éditions.

Smolders O. (1995). Paul Nougé. Écriture et caractère. À l’école de la ruse, Bruxelles, Labor et Archives et Musée de la littérature.

Thiry H., puis Bruylant E. et Christophe Ch. puis Bruylant E. [dir.] (1866–1986). Biographie nationale publiée par l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, H. Thiry – van Buggenhoudt, 44 vol.

Van Nuffel R. (1961). Poètes et polémistes (Christian Beck, Arthur Cantillon, Charles Plisnier, Edmond Vandercammen), Bruxelles, La Renaissance du Livre.

Vaneigem R. (1991). Louis Scutenaire, Paris, Seghers.

Wangermée R. (1995). André Souris et le complexe d’Orphée : entre surréalisme et musique sérielle, Liège, Mardaga.

Watthée-Delmotte M. (2002). Bauchau avant Bauchau, en amont de l’œuvre littéraire, Louvain-la-Neuve, Bruylant Academia.

Wilwerth E. (1992). Neel Doff : Biographie, Pré aux Sources, Éditions Bernard Gilson.

THÈSES ET MÉMOIRES

Bockstael N. (2004). Egide Straven, un auteur colonial belge, mémoire de licence, ULB.

Bomboir F. (2005). Camille Hanlet : un écrivain à la soutane noir jaune rouge. Biographie et bibliographie, présentation et analyse de son référentiel de littérature : « les Écrivains Belges Contemporains », mémoire de licence, ULB.

de Marneffe D. (2001). Pierre Daye et l’entre-deux-guerres. Du récit de voyage à la réflexion politique, mémoire de licence, ULg.

Escoyez P. (1986). Une revue internationaliste : L’Art Libre (1919–1923) de Paul Colin, mémoire de licence, UCL.

Fraiture P. (1958). Louis Boumal, l’Homme et le Poète, mémoire de licence, UCL.

Fréché H. (2001). Edmond Kinds, l’Homme et l’Œuvre, mémoire de licence, ULB.

Gemis V. (2004). La Scène invisible, mémoire de licence, ULB.

Gilbert N. (1995). Estelle Goldstein, mémoire de licence, ULB.

Hanvise J.-L. (1983). Paul Demasy. Approche de la tragédie d’Alexandre, mémoire de licence, UCL.

Hubert E. (2004). Marcel Lecomte et le temps suspendu : la quête d’un « autre côté » du réel, mémoire de licence, UCL.

Jadin P.-B. (1964). Henry Soumagne : son œuvre théâtrale de 1923 à 1928, mémoire de licence, UCL.

Kamouh M. (2000). Jeanne Gosselin, poétesse lyrique, travail de journalisme, ULB.

Leroy M.-C. (2006). Serge Doring : Recherche historique, biographie et analyse de l’œuvre, mémoire de licence, ULB.

Loumaye C. (1963). L’Œuvre romanesque d’Edmond Glesener, mémoire de licence, UCL.

Messaoui Y. (1986). Béatrix Beck ou la Recherche d’un accomplissement, mémoire de licence, ULB.

Mielke J. (1990). L’Univers de Béatrix Beck, mémoire de licence, ULB.

Paquet C. (1997). Du christianisme de gauche à la révolte fasciste : Parcours intellectuel et littéraire de Félicien Marceau (1907–1945), mémoire de licence, ULB.

Piette F. (2002). Les Femmes écrivains belges de l’entre-deux-guerres. Étude de la correspondance d’Emma Lambotte, Marie Gevers, Émilie Noulet et Élise Champagne, mémoire de licence, ULB.

Pouppez De Kettenis C. (1969). Les Débuts Poétiques de Georges Linze, mémoire de licence, UCL.

Schurmans F. (1990). Introduction à la collaboration intellectuelle en Belgique francophone, mémoire de licence, ULg.

Vandomme S. (2002). Les Premières Œuvres de Jean Tousseul. De l’engagement à la littérature populiste, mémoire de licence, UCL.

Verstraeten Hansen L. (2002). Littérature et engagement en Belgique francophone. Charles Paron et David Scheinert face à leur temps (1948–1972), thèse de doctorat, Université de Copenhague.

Vidts C. (2006). Arnold Goffin : un écrivain belge entre poésie et critique d’art, mémoire de licence, ULg.

Warland G. (1990). Henri Pirenne et la nation belge : pour une lecture herméneutique de l’histoire, mémoire de licence, UCL.

5.3. COLLECTE DES INFORMATIONS ET CONSÉQUENCES

20La base de données du CIEL nous fournira l’essentiel des données utilisées pour notre étude socio-statistique. Elle rassemble en effet toute l’information qui peut être récoltée massivement sur les écrivains de la période. Nos critères de sélection sont ceux de la base du CIEL, avec une condition supplémentaire : l’auteur doit avoir publié un ouvrage ou une contribution dans une revue entre 1918 et 1940, ou faire partie d’un lieu de sociabilité littéraire en activité durant cette période.

21Néanmoins, un critère d’une nature différente conditionne également la définition du corpus : toute l’information n’est pas disponible pour chaque nom d’écrivain. Il subsite de nombreuses lacunes dans les fiches biographiques de beaucoup d’agents : après avoir épuisé toutes les sources secondaires facilement accessibles, il faudrait maintenant effectuer un véritable travail d’enquête historique dans de nombreuses archives pour chaque écrivain. Voilà pourquoi, lorsque nous envisageons de tendre vers l’exhaustivité de l’information, il faut insister sur le fait qu’il s’agit d’exploiter l’information disponible, non de tenter de rassembler et de traiter tout ce qui concerne l’activité littéraire, par rapport à un absolu inaccessible. L’objectif est beaucoup plus modeste et pragmatique : dresser un panorama de l’activité littéraire en Belgique francophone à partir des données disponibles dans les sources secondaires, ou dans les sources primaires aisément accessibles.

22Les données rassemblées sont donc parfois incomplètes pour tel auteur : il manque sa profession, ou ses études, ou son engagement social. Parfois, on ne connaît pas les groupes auxquels il a participé. Ses hobbies restent flous, voire inexistants. Bref, il manque des renseignements sur la plupart des écrivains. Il est parfois possible de reconstruire certaines informations, comme les études menées, à partir de la profession exercée. Mais c’est loin d’être toujours le cas.

5.4. EXEMPLE D’INFORMATIONS MANQUANTES

23Pour illustrer cette difficulté de collecte d’informations, nous allons dresser un bilan concernant les écrivains juristes dans la base de données durant l’entre-deux-guerres.

  • 84 Cet état correspond à celui de la fin de la période de subvention du projet (septembre 2007).

24Dans l’état dans lequel nous l’exploitons84, la base de données du CIEL comprend 1 127 auteurs. Elle contient des informations sur les études de 413 auteurs, et sur les professions de 502 auteurs. On connaît études et professions pour 384 écrivains.

25Pour sélectionner les juristes, nous avons tout d’abord fait une requête destinée à faire apparaître les personnes inscrites en droit. En effet, la base de données est toujours en développement et cette recherche constitue l’une de ses premières exploitations statistiques. Donc, même s’il existe un champ « diplôme obtenu », qui reprend l’intitulé du diplôme obtenu au terme d’un cursus, aucune complétion systématique des étiquettes de diplôme n’a encore été effectuée. L’information que contient ce champ est donc éparse. Aussi a-t-il fallu limiter les investigations au cursus entamé, sans indication sur sa réussite. Nous obtenons 124 agents qui se sont inscrits en droit.

26Nous avons ensuite effectué une requête portant sur la profession. Sur le graphique, nous regroupons sous le terme « avocats ou assimilés » ceux qui sont désignés comme juristes, avocats, notaires, bâtonniers, juges, avoués, clercs ou magistrats. Ils sont 80, dont 14 qui ne sont pas mentionnés comme ayant fait des études de droit. Il faut ajouter ces derniers aux 124, car on peut raisonnablement postuler que s’ils sont avocats, c’est qu’ils ont obtenu leur diplôme de droit, donc qu’ils ont fait des études dans ce domaine. On obtient un total de 138 agents qui ont au moins commencé des études de droit (voir figure 6, page suivante).

27Cet exemple illustre bien le type de difficulté rencontré dans la collecte des informations concernant le personnel littéraire. Mais dans ce cas, il est tout à fait justifié de postuler une information (le diplôme, et donc les études) à partir d’une autre (la profession). C’est ce genre de déductions contrôlées que nous serons amené à faire à différentes étapes de l’exploitation des données.

Figure 6 – Les juristes dans la base CIEL

5.5. DÉFINITION PRÉALABLE D’UN CORPUS D’AGENTS

28Pour définir dans un premier temps le corpus analysé dans cette seconde partie, nous avons retenu dans un premier temps les écrivains ayant publié au moins une œuvre littéraire au cours de leur vie, et dont un ouvrage (qu’il soit littéraire ou pas) a été publié ou réédité durant l’entre-deux-guerres. Ces auteurs sont au nombre de 491, et on dénombre au total pour ceux-ci, de 1918 à 1940, 4 622 publications ou rééditions de livres de tout type (littéraire ou non).

29Ce corpus est amené à être modifié : nous ne disposons pas d’informations sur tous ces auteurs. Ceux sur qui les données sont trop peu nombreuses seront exclus du corpus. D’autres, qui pourtant n’ont pas écrit d’ouvrage durant l’entre-deux-guerres, y seront inclus, parce qu’ils participent à des lieux de sociabilité littéraires ou à des revues. Néanmoins, tous les participants à des revues ou à des groupes ne seront pas inclus, pour conserver une certaine homogénéité au sein du corpus étudiés : revues et lieux de sociabilité ne sont pas côtoyés que par des écrivains belges francophones. Peintres, artistes, mondains, Français, Flamands, etc. fréquentent certains lieux de sociabilité ou prennent part à la direction de revues. Notre définition du corpus reste majoritairement fondée, malgré ces ajouts ponctuels, sur le critère de la publication d’une œuvre littéraire durant la vie de l’agent, et d’au moins un ouvrage (littéraire ou non, édité pour la première fois ou non) durant l’entre-deux-guerres : cette ligne de démarcation est un point important, qui permet de définir ce que nous entendons par personnel littéraire et de conserver la connexion entre l’étude des trajectoires de ce personnel avec une future étude des textes dont ils sont les producteurs.

5.6. REMARQUE SUR LA COUPE CHRONOLOGIQUE ET LA TEMPORALITÉ

30Comme nous l’avons dit, nous avons choisi de considérer la période de l’entre-deux-guerres comme une synchronie longue. Néanmoins, au sein de cette synchronie longue, même en ne considérant que les écrivains en activité durant cette période, il est évident qu’il subsiste des différences de temporalité. Certains sont jeunes et entrent en littérature quand d’autres sont déjà consacrés et terminent leur carrière.

  • 85 Voir les sections 7.1.2, p. 96–98 et 7.4, p. 182–193.

31Une des variables présente un statut particulier, en ce qu’elle permet de rendre compte d’une certaine temporalité dans la synchronie : la génération. Nous détaillerons comment nous la constituons dans la section qui lui est consacrée85. Néanmoins, une remarque doit être formulée d’emblée sur la nature de la temporalité que la notion de génération introduit dans l’étude et en particulier dans les graphiques.

32Il faut préciser que les graphiques tels que nous les concevons ne traitent pas de la trajectoire des écrivains, mais plutôt de leur profil. La nuance est nécessaire : la trajectoire implique l’évolution au cours du temps, pour chaque individu, d’un ensemble de caractéristiques ; chaque variable peut ainsi évoluer. Un même agent, en vingt ans, peut exercer plusieurs métiers successivement ou se faire éditer dans différentes maisons. La trajectoire peut rendre compte de cette temporalité. Mais son usage est délicat pour comparer des individus entre eux. Elle implique en effet de recourir à une temporalité relative : à vingt ans, tel agent exerçait telle profession, un autre telle autre. Or cette temporalité relative empêche de considérer l’entre-deux-guerres comme une coupe synchronique faisant se côtoyer des écrivains de génération différente au sein d’un même état du champ littéraire.

33En revanche, la notion de profil d’agent nous semble pertinente : elle fait disparaître l’évolution au sein de la vie de l’agent, en le considérant comme un individu homogène dans cette temporalité considérée comme telle également. Elle décrit l’agent à partir de traits plus généraux, qui le cernent et le catégorisent. Néanmoins, tous ces agents n’ont pas le même profil d’un point de vue bio-chronologique : comme on l’a dit, certains sont plus âgés que d’autres. Il est donc nécessaire de rendre compte de ces différences à partir de la notion de génération.

34Ainsi, si celle-ci ne permet pas de rendre compte de l’évolution interne de la vie de l’écrivain, elle introduit effectivement de la diachronie dans le panorama général de l’activité littéraire et permet dès lors l’étude d’une temporalité externe à l’objet. La génération est un des attributs de l’agent, au même titre que d’autres caractéristiques, comme son sexe, l’ensemble des professions qu’il a exercées, etc.

35Il nous semble important de faire cette distinction entre trajectoire et profil d’écrivain : la trajectoire contient en elle-même une évolution, tandis que le profil est fixe. La génération n’offre pas de diachronie dans le profil en lui-même, mais seulement dans la confrontation des différents profils : on pourra de la sorte arriver à des conclusions du type « telle génération est plus dotée en capital économique que telle autre », mais non du type « tel individu voit son capital symbolique s’accroître en 15 ans ».

36À nos yeux, ces deux approches de la temporalité sont complémentaires, mais nous étions contraints, pour répondre aux objectifs que nous nous sommes fixés (construire une typologie des profils d’écrivains durant l’entre-deux-guerres), de choisir l’approche temporelle externe à l’agent. Cela ne signifie pas que nous récusions une approche fondée sur une temporalité centrée sur les agents ; il est même inévitable d’y recourir dans certaines approches comparatistes de trajectoires d’écrivains. Néanmoins, cela nous semblait non pertinent dans notre cas.

Notes

74 Thiry H., puis Bruylant E. et Christophe Ch. puis Bruylant E. (dir.), Biographie nationale publiée par l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, H. Thiry – van Buggenhoudt, 1866–1986, 44 vol.

75 Nouvelle biographie nationale, Bruxelles, Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 1988–, 6 vol.

76 Brucher R. puis Detemmerman J. (dir.), Bibliographie des Écrivains Français de Belgique, Bruxelles, Palais des Académies, 1958 – 1988, 5 vol.

77 Nachtergaele V. et Trousson R. (dir.), Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. I. Le roman, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1988. Berg Ch. et Frickx R. (dir.), Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. II. La poésie, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1988. De Grève M., d’Heur J.-M. et Pouilliart R. (dir.), Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. III. Le Théâtre et l’Essai, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1989. Frickx R. et alii, Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. IV. 1981–1990, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994.

78 Dozo, 2011 ; Dozo, Fréché, de Marneffe, Mayeur, 2007 ; Dozo et Fréché 2006 ; Aron, Denis et Klinkenberg, 2006.

79 Ce sera notre définition du « Belge » dans ce travail.

80 L’activité littéraire est définie en creux, dans un but pratique de constitution de la base de données : par activité littéraire, on entend, en première approximation, la publication en volume d’au moins une œuvre littéraire, c’est-à-dire qui n’est ni scientifique, ni technique, ni juridique, ou la publication d’une contribution dans une revue à dominance littéraire (c’est-à-dire pas purement informative, ni spécialisée dans d’autres domaines que la littérature), voire seulement la participation à la vie littéraire de l’époque, que cela soit par l’animation ou la direction d’une revue littéraire, ou la direction d’une maison d’édition belge, etc.

81 Le corpus actuel est un corpus de départ. La base sera ouverte à tous les auteurs belges par la suite.

82 Différentes fonctions occupées par un agent à propos d’une œuvre peuvent impliquer la présence de l’œuvre dans la base. Ainsi, nous recensons par exemple les œuvres préfacées par des Belges répondant aux critères d’inclusion dans la base « auteurs », ou encore les œuvres commentées par ce type d’agents.

83 Dozo, Fréché, de Marneffe, Mayeur, 2007.

84 Cet état correspond à celui de la fin de la période de subvention du projet (septembre 2007).

85 Voir les sections 7.1.2, p. 96–98 et 7.4, p. 182–193.

Table des illustrations

Légende Figure 5 – Structure de la base « auteurs »
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Tableau 6 – Liste des revues encodées dans la base du CIEL
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2256/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 6 – Les juristes dans la base CIEL
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2256/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search