Version classiqueVersion mobile

Mesures de l'écrivain

 | 
Björn-Olav Dozo

Première partie

4. L’analyse structurale des relations sociales

Texte intégral

1Avant de présenter l’analyse structurale des relations sociales, il importe de revenir sur son cadre théorique traditionnel. Encore mal connu en francophonie il y a quelques années, l’usage de cette analyse quantitative des relations doit être articulé avec les paradigmes sociologiques français classiques.

4.1. LE RÉSEAU : NOUVEAU PARADIGME DES SCIENCES SOCIALES ?

2Les relations sociales évoquent immanquablement la notion de « réseau ». À cette étape de l’exposé, il est important de situer notre démarche et notre usage des relations sociales par rapport à cette notion. En effet, ce mot a connu une fortune immense au cours du siècle dernier et principalement lors de ces trente dernières années. Or à force d’être utilisé dans toutes les disciplines, comme métaphore, concept ou paradigme analytique, il a fini par ne plus signifier grand-chose, si ce n’est la mise en relation de plusieurs éléments. De nombreux livres et articles traitent du réseau d’un point de vue philosophique, épistémologique ou critique. Nous nous contenterons de passer en revue certains de ces travaux et d’y renvoyer le lecteur intéressé, en signalant différents domaines d’application de la notion de réseau et plusieurs usages auxquels nous n’aurons pas recours. Nous ne souhaitons donc pas dresser un bilan de l’utilisation de la notion de réseau en sciences sociales : ce n’est pas notre objet et d’autres l’ont très bien fait avant nous.

3L’un des ouvrages fondamentaux sur la notion de réseau est celui de Pierre Musso (2003). Celui-ci revient sur l’origine de la notion de réseau, sur l’utopie saint-simonienne à laquelle elle est liée et pointe la plupart des grands usages de la notion au cours de l’histoire. Bien d’autres chercheurs ont également étudié cette notion. D’un point de vue philosophique, le lecteur intéressé, qui n’aura pas oublié les « rhizomes » de Deleuze et Guattari (1980), se reportera avec profit aux ouvrages de Daniel Parrochia (1993 et 2001). Le « Que sais-je ? » de Henri Bakis (1993) peut également servir de point de départ pour l’examen de l’usage pluridisciplinaire de la notion de réseau. Toutes ces approches du « réseau » rendent compte de la pluralité de ses acceptions en fonction de la discipline qui le mobilise : utilisé très métaphoriquement dans certains domaines, où il renvoie à l’interconnexion de différents éléments, le réseau sert dans d’autres à une formalisation quasi mathématique de relations clairement définies. La palette des usages est donc très vaste.

4Au départ, les chercheurs associés dans le collectif de recherche CIEL s’étaient entendus sur la définition suivante du réseau :

  • 43 Aron, Denis et Klinkenberg, 2006. Voir aussi Dozo et Fréché, 2006.

Schématiquement définie, la notion de réseau désigne l’ensemble complexe des relations qui s’établissent, au sein d’un espace culturel et social donné, entre divers acteurs, groupes ou institutions, relations qui assurent en outre l’unité et la cohérence de cet espace. De la sorte, la notion de réseau apparaît comme un outil d’analyse qui autorise une description à la fois souple, rigoureuse et totalisante de la manière dont un ensemble littéraire s’organise et se structure, aussi bien dans la multiplicité de ses relations internes (la vie littéraire au sens strict) que dans son rapport à d’autres secteurs d’activités (les autres arts, les sphères intellectuelle ou médiatique, les divisions socio-politiques, etc.).43

5Cette définition renvoie à un emploi sociologique de la notion : le réseau de relations sociales. Elle permet aussi une grande souplesse dans les diverses formalisations du réseau. À partir d’un premier balisage effectué par Frédéric Claisse (2006), nous nous contenterons tout d’abord d’examiner les différents emplois de la notion de réseau en sociologie, pour offrir au lecteur une vue d’ensemble de ses différentes acceptions. Ensuite, nous approfondirons un emploi particulier du « réseau » : l’analyse structurale des relations sociales. Cette théorie, qui, en sociologie, a quasiment le statut de paradigme au sens kuhnien du terme (théorie stable, utilisée par un grand nombre de chercheurs, institutionnalisée — elle a ses revues, ses écoles, etc. — et qui possède son propre programme de recherche), présente une facette quantitative qui rencontre nos ambitions. Gardons en effet à l’esprit que notre perspective est bien plus quantitativiste que celle des autres membres du CIEL et qu’elle conditionne notre usage de la notion de réseau de relations sociales.

6Étant donné la polysémie du terme de réseau et la diversité des réalités que le terme recouvre, nous ne pouvons adopter le même plan que celui utilisé pour présenter l’analyse factorielle des correspondances. Tout d’abord, il faut redire que celle-ci est particulièrement bien intégrée à la théorie des champs de Pierre Bourdieu, privilégiée depuis longtemps en sociologie de la littérature. Cette intégration n’est pas valable pour l’analyse des réseaux. Bourdieu a même combattu certains usages socio-économiques de cet outil. Il nous faudra donc revenir, après une présentation générale des différentes acceptions en sociologie et le choix de celle qui nous paraît pertinente pour l’histoire sociale de la littérature, sur la possibilité d’une articulation théorique et pratique du réseau avec la théorie des champs. D’autres l’ont fait avant nous : après avoir poursuivi notre raisonnement personnel, nous évoquerons les différents travaux qui ont déjà croisé l’analyse factorielle des correspondances et l’analyse structurale des relations sociales et expliquerons différentes mesures utilisées en analyse des réseaux.

4.2. APERÇU HISTORIQUE DE LA NOTION DE RÉSEAU EN SOCIOLOGIE

7L’article de Frédéric Claisse (2006) oppose trois conceptions de l’usage du réseau en sociologie. Ce qu’il appelle l’analyse structurale des réseaux constitue à nos yeux un cas un peu différent des deux autres : ce type d’analyse n’est pas originaire de France et n’émerge pas dans les mêmes conditions intellectuelles ni à la même époque que les deux autres. De plus, il fait un usage beaucoup plus quantitatif du réseau : c’est précisément ce qui nous pousse à y revenir par la suite, car c’est finalement dans une adaptation de cet usage que nous souhaitons inscrire notre démarche. Mais avant d’en venir à l’analyse structurale des réseaux, ou analyse structurale des relations sociales, nous voudrions évoquer brièvement les deux autres conceptions du réseau mises en avant par Claisse, en expliquant les conditions d’émergence de la sociologie des sciences de Bruno Latour et Michel Callon et de la sociologie de la critique de Luc Boltanski. Le bref parcours des différents courants sociologiques contemporains pourra paraître sinueux, mais il nous a semblé nécessaire de suivre les étapes de sa mise en place, afin d’offrir au lecteur une introduction aux enjeux spécifiques des usages de la notion de réseau et à la diversité de ces usages en sociologie contemporaine.

8Au début des années 1990, la domination de la sociologie critique telle que Pierre Bourdieu l’a développée suscite une critique de fond, qui vise à se démarquer d’elle dans la pratique : apparaît alors ce que d’aucuns ont désigné comme une « sociologie compréhensive » ou « descriptive », qui « prend au sérieux la parole des acteurs » — ce que ce courant reproche à la sociologie critique de ne pas faire, celle-ci expliquant les stratégies des agents en mettant au jour, par exemple grâce à la notion d’habitus, les déterminations qui pèsent sur leurs choix conscients et inconscients. Boltanski et Thévenot dressent une typologie des lieux de prise de parole (les « cités ») et des valeurs liées à ces cités dans leur ouvrage De la justification (1991). Nathalie Heinich suit cette démarche de prise en compte de la parole de l’acteur et de sociologie « acritique » dans ses travaux de sociologie de l’art. On ne retrouve pas la notion de réseau chez cette auteure. Toutefois, cette sociologie fondée sur une démarche a-critique va mobiliser la notion de réseau dans d’autres domaines ; c’est pour cette raison qu’il était nécessaire de rappeler l’un de ses principaux ouvrages fondateurs, afin d’éclairer sa genèse.

  • 44 On peut citer par exemple Callon, 1986, 1989 et Latour, 1979, 1996 (mais ces références ne constit (...)
  • 45 Claisse, 2006, p. 32.

9À peu près à la même époque, et toujours à partir d’une posture a-critique, se développe la sociologie des réseaux socio-techniques, encore appelée sociologie de la traduction. Dans plusieurs travaux importants44, Callon et Latour développent la théorie de l’acteur-réseau, théorie dont l’objectif est de livrer un « compte rendu réaliste de l’activité scientifique ». Il s’agit d’une sociologie descriptive de la pratique scientifique, fondée sur un principe narratif qui puise dans un « répertoire » de descriptions, « qui puisse servir pour la vérité comme pour l’erreur, pour les aspects sociaux comme pour les aspects techniques, pour les humains comme pour les non-humains »45. Ce « répertoire » est ainsi, dans le cas précis de la sociologie des sciences, constitué des notions de « traduction » et d’« acteur-réseau », celui-ci étant défini comme un réseau stabilisé d’actants reliés les uns aux autres et censés parler d’une seule voix. On le voit, cet usage de la notion de réseau répond aux exigences d’un contexte spécifique, dicté par les particularités de l’objet étudié (même si cette opposition sujet/objet serait contestée par les auteurs) et présente une dimension métaphorique, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une comparaison in abstentia entre la structure observée par les chercheurs et construite dans leur discours pour décrire leur objet et la notion de réseau. Les objectifs de cette sociologie sont largement incompatibles avec une démarche critique, puisqu’elle s’est construite contre celle-ci, et l’usage qu’elle fait de la notion de réseau n’est finalement que contingent. Ces raisons nous poussent à ne pas poursuivre dans cette voie, étant donné nos choix épistémologiques et méthodologiques de nous inscrire dans le prolongement de la théorie des champs en sociologie de la littérature.

  • 46 Voir par exemple Amblard, Bernoux, Herreros et Livian, 2005.
  • 47 Ce principe de symétrie est un des principes du programme fort en sociologie des sciences : il con (...)

10Afin d’offrir un panel diversifié de l’utilisation de la notion de réseau en sociologie contemporaine, il faut citer un domaine thématique (qui n’est pas lié par défaut à un paradigme) dans lequel cette notion a fait florès : la sociologie des organisations46, qui a récupéré d’un côté une certaine lecture relativiste des « cités » de Boltanski et Thévenot (chaque justification se vaudrait étant donné que toutes sont objectivables et ramenables à un lieu de parole propre) et d’un autre côté le principe de la sociologie de la traduction, qui veut que la seule condition pour offrir une description recevable d’un ensemble de faits sociaux est d’utiliser un « répertoire » cohérent, afin de pouvoir en rendre compte selon le principe de symétrie47. Indépendamment des objectifs scientifiques de ce programme, il est important de constater que, dans un contexte économique où l’objectif principal est la rentabilité et la nécessité de résultats pour des sociétés commerciales, la sociologie des organisations a récupéré ces principes et les utilise abondamment : le « répertoire » du réseau est ainsi mobilisé pour offrir à l’entreprise une sociologie capable de la renforcer, en pointant dans sa structure vue comme un réseau les nœuds et les connexions qui posent problème.

  • 48 Boltanski et Chiapello, 1999.

11Dans un ouvrage de 1999, signé cette fois avec Chiapello, Boltanski met d’ailleurs en garde contre cet usage de la notion de réseau comme essence (la société, l’organisation, l’entreprise seraient alors un donné). Les auteurs montrent, dans Le Nouvel Esprit du Capitalisme48 comment une nouvelle logique d’action fondée sur le réseau s’est imposée dans le monde du travail et quelles conséquences cela entraîne.

12Mais il ne s’agit pas de la seule « naturalisation » du réseau dans notre société contemporaine : comme le décrit Manuel Castells dans son ouvrage sur le sujet (2001), le réseau est aussi vu comme un modèle explicatif beaucoup plus général, partagé par l’homme de la rue comme par l’intellectuel médiatique ou le chef d’entreprise. Les exemples de sa présence ne manquent pas : internet, bien évidemment, mais aussi les réseaux routiers, téléphoniques, électriques, fluviaux, etc. Le réseau s’est imposé comme une forme donnant du sens à la réalité. Castells offre un large panorama de ces formes « naturalisées » de réseaux. Il fait de ces derniers une caractéristique spécifique de notre époque : le premier volume de sa somme monumentale proposant une vision de l’évolution de notre société occidentale, fait du réseau un enjeu social actuel majeur. Néanmoins, cette interprétation de la société en réseaux nous semble peu utile dans notre perspective. Pour justifier ce doute, revenons à l’analyse des usages de la notion de réseau développée par Boltanski et Chiapello.

  • 49 Il serait intéressant de se pencher sur la récupération des modèles sociologiques explicatifs et c (...)

13Ceux-ci montrent, comme Castells, combien le réseau est devenu une logique d’action, fondée sur la notion de projet : on (ré-)active des « bouts de réseau » au gré de projets, chaque « bout de réseau » étant finalement une poche d’accumulation d’où doit naître de la valeur, dont on tirera un bénéfice. Mais ce réseau, devenu instrument d’action pour les agents, ne permet pas d’être utilisé dans une perspective critique : il ne peut expliquer le social, se bornant à le décrire. La mobilisation du réseau comme concept par le sociologue serait redondante par rapport à l’usage que l’acteur lui-même pourrait en faire49. La spécifité du point de vue de la sociologie critique sur cette question consiste dès lors à considérer le réseau comme un objet à expliquer, plutôt que comme un outil explicatif.

4.3. L’ANALYSE STRUCTURALE DES RELATIONS SOCIALES

14Ce dernier postulat est au fondement de l’analyse structurale des relations sociales, sur laquelle nous allons maintenant nous attarder. Celle-ci ne peut prendre place dans l’opposition sociologie critique / sociologie a-critique. Développée aux États-Unis, l’analyse structurale des relations sociales constitue un paradigme sociologique qui n’a pas une inscription forte dans le champ français, focalisé sur le débat susmentionné. En analyse structurale des relations sociales, le postulat relationnel est radicalisé : elle repose sur une autre conception de la société qu’une sociologie fondée sur les attributs des agents.

À rebours des sociologies qui font du social un ordre de réalité sui generis, les tenants de l’analyse structurale des réseaux partent de l’hypothèse plus « nominaliste », si l’on veut, que la société est constituée de relations entre individus et de rien d’autre (Claisse, 2006, p. 24).

15Pour rendre compte de ce paradigme, nous suivrons les développements de l’introduction du livre d’Alain Degenne et Michel Forsé (1994). Ces deux sociologues font partie des rares Français à défendre l’idée d’un paradigme sociologique à part entière pour l’analyse structurale des relations sociales. En effet, l’essor de ce paradigme venant des États-Unis date de la fin des années 1960 et du début des années 1970, au département de « Relations sociales » de l’Université de Harvard, sous la houlette de Harrison White et de Mark Granovetter, en opposition à la sociologie dominante de Talcott Parsons. Plus tard, et toujours aux États-Unis, Ronald Burt va également adopter ce paradigme pour proposer sa théorie des « trous structuraux ». Nous y reviendrons. Mais avant cela, il importe de comprendre en quoi l’analyse structurale des réseaux sociaux peut être considérée comme un paradigme propre.

  • 50 Cela a évidemment des conséquences sur les outils utilisés : là où l’AFC recourt à des catégories, (...)
  • 51 Degenne et Forsé, 1994, p. 5.
  • 52 Degenne et Forsé, 1994, p. 6.

16Au-delà des raisons institutionnelles et structurelles propres au champ de la recherche, que Claisse (2006) met en avant, la rupture opérée par l’approche par relations sociales tient dans la nature des données qu’elle utilise : il s’agit uniquement des relations entre individus, quel que soit le statut de ces derniers, et non plus des catégories, comme peut les mobiliser la théorie des champs50. Degenne et Forsé constatent que les catégories « sont construites a priori par agrégation d’individus aux attributs similaires distingués “naturellement” (sexe, âge) ou d’emblée socialement (classes) »51. L’objectif de la démarche qui étudie les attributs des agents est ensuite de « déterminer dans quelle mesure ces catégories descriptives sont significativement liées à des variables à expliquer (par exemple : l’âge et la pratique religieuse) »52. Ils pointent une difficulté majeure : le fait que l’on étudie en fait non pas des relations entre individus, mais des relations entre variables ; or comme ces variables reposent sur des catégorisations a priori, l’étude de leurs liaisons revient souvent à vérifier que cette catégorisation a bien un sens. Il s’agit là, formulé autrement pour les besoins de la démonstration, du reproche traditionnel de la catégorisation des individus par des variables construites par le chercheur. Nous avons déjà fait remarquer que notre position n’est pas de trouver une solution définitive à ce problème, mais plutôt de faire preuve d’un certain pragmatisme : la mise à plat, par le chercheur, de la construction des catégories permet de mettre en évidence tous ses choix, et ainsi d’objectiver au maximum sa pratique. La pertinence de la catégorisation doit être jugée à l’aune de sa capacité à rendre raison de l’objet étudié.

  • 53 Degenne et Forsé, 1994, p. 7.

17Degenne et Forsé concluent caricaturalement, à propos de la démarche de catégorisation, qu’on aboutit à des explications « psychologisantes » : « les individus qui ont le même comportement partagent les mêmes normes ou ont une même conscience collective, qui les pousse à agir de la même façon. En un mot les normes sont les causes »53. On le voit, l’artifice rhétorique utilisé par les auteurs vise à introduire ce qu’ils présentent comme la conception inverse du problème : pour eux,

les normes sont des effets de la situation structurale des individus ou des groupes, car cette situation suffit à déterminer les opportunités et les contraintes qui pèsent sur l’allocation des ressources et à expliquer les régularités de comportement que l’on peut observer. Et ce, non pas en raison d’une relation abstraite à la totalité, mais des relations concrètes entre individus qui dessinent cette structure et expliquent que certains ont plus facilement accès que d’autres à certaines ressources. Il est donc possible de se passer du recours aux explications selon lesquelles les acteurs sont mus par des forces (des normes intériorisées, des forces collectives ou plus récemment des habitus), c’est-à-dire en fin de compte d’un recours à une causalité abstraite synonyme d’un âge métaphysique, pour reprendre le vocabulaire de Comte (Degenne et Forsé, 1994, p. 7).

18La forte charge polémique que l’on trouve dans ces lignes ne doit pas faire oublier le postulat principal de l’analyse des réseaux tels qu’ils l’entendent : les catégories ne sont que le reflet des relations structurales qui lient les individus et doivent émerger de l’analyse des relations entre éléments composant la structure, afin de faire l’économie de l’interfaçage abstrait entre les comportements individuels et les comportements collectifs constitués par l’agrégation d’individus appartenant aux mêmes catégories construites.

  • 54 Notamment les travaux de Ronald S. Burt sur les trous structuraux (Burt, 1992, 1995) et de Mark Gr (...)

19Cette rupture épistémologique a permis des travaux novateurs54, qui ont attiré l’attention des chercheurs sur un niveau d’échelle structurale peu traité de l’espace social, qualifié de mésosociologique (par double opposition à macro et microsociologique). Néanmoins, l’un des principaux reproches adressés à ce paradigme est qu’il ne tient compte que des relations effectives entre les individus, ce qui tend à niveler la valeur de ces relations. La question reste en effet : comment « pondérer », ou évaluer la relation sous différentes modalités ? Si ce « multiplexage » des relations n’est pas pris en compte, il subsiste un sentiment de réduction de l’espace social à des relations désincarnées, aplatissant celui-ci sur une seule dimension. Le chercheur désireux de prendre en compte les diverses modalités des relations est de plus confronté à différents obstacles, en particulier au niveau de la collecte des données : il n’existe en effet pas de modèle statistique qui permette de travailler sur un échantillon d’une population pour ensuite en tirer des conclusions plus générales. Les données doivent être exhaustives. La difficulté, pour une sociologie historique, est donc de trouver des sources qui permettent de construire ce type de données en répondant à l’exigence d’exhaustivité (listes de participants à des événements, listes de membres d’institutions, etc.).

  • 55 Lazega, 2001.
  • 56 Il est intéressant de constater qu’en général, ces regroupements et surtout le rôle (ou le statut) (...)

20Le moyen le plus efficace reste l’enquête, qui permet d’interroger directement les individus concernés, selon diverses modalités. Plusieurs travaux ont déjà adopté cette méthode, en particulier ceux d’Emmanuel Lazega sur un cabinet d’avocats international55. Ce travail d’enquête, sur le terrain, lui a permis de reconstruire des groupes à partir des relations sociales entre individus, selon différentes techniques de calcul matriciel mises au point auparavant56. Néanmoins, et c’est une différence importante, Lazega ne postule pas la rupture épistémologique expliquée par Degenne et Forsé. Il se contente de nourrir ses résultats d’analyse relationnelle avec des informations plus qualitatives et considère l’analyse relation nelle comme une méthode plutôt que comme un paradigme. Il s’en explique :

  • 57 Lazega a publié plusieurs travaux (2001 et 2002, avec Lise Mounier) à partir de ce corpus, qu’il a (...)

[…] en tant que méthode de contextualisation relationnelle des comportements et des échanges, l’analyse des réseaux peut renforcer des approches plus qualitatives. Il est impossible […] de concevoir une étude de réseau ou d’interpréter ses résultats sans une connaissance ethnographique approfondie du milieu étudié, acquise au moyen d’approches qualitatives classiques en sociologie. Utilisée seule, l’analyse technique des réseaux sociaux est un exercice purement formel (Lazega, 1998, p. 15)57.

21Cette combinaison de deux types de données, qui sur le terrain donne des résultats empiriques riches et pertinents, ne doit cependant pas faire oublier que les deux paradigmes reposent sur des postulats différents. Même en réduisant l’un (l’analyse structurale des relations sociales) au rang d’outil t’echnique dans un système explicatif plus large (la théorie des champs dans notre cas), il faut penser avec rigueur l’articulation théorique si l’on souhaite utiliser les deux types de données dans un même système explicatif. Pour penser cette articulation, il est nécessaire de revenir sur un débat décisif en sociologie : l’opposition entre le holisme et l’individualisme. Nous allons d’abord présenter le débat dans les termes de Degenne et Forsé, pour ensuite prendre nos distances par rapport à la radicalité de l’opposition. Une fois cette opposition cantonnée à un problème théorique, nous préciserons l’usage concret que nous ferons des relations sociales effectives.

4.4. OUVRIR LE DEBAT : HOLISME ET INDIVIDUALISME

22Les fondements théoriques sur lesquels reposent les deux approches sociologiques (analyse des relations sociales et théorie des champs) sont généralement présentés comme fortement opposés.

23Pour reprendre la terminologie de Degenne et Forsé dans leur introduction, on peut parler de deux grands types de tradition en sciences sociales : le holisme — que l’on peut définir comme la théorie qui privilégie une approche totale d’un phénomène, en considérant généralement que le tout prime sur la somme des parties et les détermine — et l’individualisme — que l’on décrira dans un premier temps comme la théorie selon laquelle l’individu prime sur le collectif, les institutions, etc. Chacune de ces traditions est elle-même divisée en deux « paradigmes ». Du côté du holisme, les auteurs distinguent le déterminisme fort du déterminisme faible. Ils schématisent le premier en trois propositions :

  1. la structure prime l’individu ;
  2. elle ne se réduit pas à la somme des actions individuelles ;
  3. elle exerce une contrainte absolue sur ces actions (Degenne et Forsé, 1994, p. 10).

24Ils renvoient aux travaux de Durkheim pour illustrer ce déterminisme fort. Le déterminisme faible ne retient que deux propositions :

  1. la structure ne se réduit pas à une somme d’actions individuelles ;
  2. elle exerce une contrainte mais seulement formelle, qui laisse l’individu libre de ses actes bien que, compte tenu de cette contrainte, tout ne lui soit pas possible (Degenne et Forsé, 1994, p. 11).
  • 58 Bourdieu, 1980b, p. 88. Pour une explication de l’usage de la notion d’habitus chez Bourdieu, voir (...)

25C’est dans cette catégorie que l’on pourrait classer la théorie des champs de Pierre Bourdieu. L’articulation individu/social s’opère grâce à la notion d’habitus (« ensemble de dispositions durables et transposables, structure structurée prompte à fonctionner comme structure structurante »58), qui ménage à l’agent un espace des possibles dans lequel celui-ci opère des choix.

26Du côté de l’individualisme, Degenne et Forsé distinguent le paradigme qualifié d’atomistique, ou encore d’intentionnel, de celui de l’interactionnisme structural ou méthodologique. Le premier renvoie à Weber et à Boudon, le second à Simmel, qui inaugure la tradition interactionniste. Cette dernière repose, toujours d’après Degenne et Forsé, sur une théorie moderne du choix rationnel, qu’ils résument en ces trois propositions :

  1. les individus agissent de façon à atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés en fonction de leurs préférences ;
  2. des contraintes interfèrent sur les actions en influençant les probabilités que certaines préférences puissent être atteintes ; ces contraintes sont institutionnelles ou structurales ;
  3. compte tenu de ces contraintes, les individus choisissent les actions qui leur permettent de se rapprocher le plus possible de leurs préférences et donc des fins qu’ils poursuivent (Degenne et Forsé, 1994, p. 13–14).

27Ces principes supposent une certaine rationalité de la part de l’agent. Or les recherches récentes, en économie notamment, montrent combien l’irrationalité de certains choix ne peut être niée. De plus, les présupposés de cette rationalité (qu’entend maximiser l’agent ?) doivent être interprétés par le chercheur. Ce principe de rationalité que l’on prête à l’agent n’a d’autre vertu que de permettre d’établir un modèle explicatif des comportements et des interactions entre agents.

Sans ce principe le réseau resterait une sorte de boîte noire. Nous ne pourrions pas expliquer comment un acteur choisit d’établir, dans une structure certes préexistante, telle relation plutôt que telle autre (Degenne et Forsé, 1994, p. 14).

28Le déterminisme faible et l’interactionnisme méthodologique, exposés en ces termes, mettent donc chacun l’accent sur un aspect social (les contraintes structurelles pour la première théorie, les choix des individus pour atteindre des objectifs pour la seconde), tout en concédant une certaine importance à l’autre aspect (les choix possibles laissés à l’agent pour la première, les contraintes qui interfèrent avec les objectifs des agents pour la seconde). Pour le dire platement et en d’autres termes, en sociologie des réseaux sociaux, les catégories ne sont que le reflet des relations structurales, alors que pour la théorie des champs, les relations sont, à l’inverse, le produit de contraintes supérieures que le sociologue doit appréhender à partir de catégories.

  • 59 Voir notamment Bourdieu, 1997 et 2000.

29Ces deux traditions sociologiques apportent deux réponses différentes au problème du passage de l’individu au collectif : le principe d’action rationnelle et l’habitus. Le premier a été sévèrement critiqué par Bourdieu dans de nombreux travaux59, sa critique principale étant qu’on ne peut considérer les agents comme de purs stratèges, qui chercheraient consciemment et constamment à maximiser leurs intérêts, de surcroît matériels. Il a ainsi proposé le concept d’illusio pour remplacer la notion d’intérêt, et d’habitus pour rendre raison des actions des agents.

30Le concept d’habitus a connu également des remises en question : en dernière analyse, il reconduirait en quelque sorte le problème du déterminisme qu’il entend dépasser. Outre les réserves de Degenne et Forsé, on peut citer, plus récemment, les travaux de Bernard Lahire (2003, 2004), Reine Meylaerts (2008) et Philippe Corcuff (2003).

31Sans proposer de solution définitive à ce passage de l’individu au collectif, nous voudrions rendre compte d’un usage possible de données relationnelles au sein de la théorie des champs, dominante en sociologie de la littérature. Il semblait néanmoins nécessaire, au préalable, de « dénaturaliser » le lien entre analyse des données relationnelles et interactionnisme structural, pour pouvoir utiliser ces données et leur outil d’exploitation sans les présupposés liés à leur usage par cette théorie. Rien n’empêche l’utilisation d’une démarche mathématique hors du cadre sociologique qui lui donne son sens traditionnel.

32L’usage de données biographiques et relationnelles que nous allons décrire n’apporte pas de réponse théorique préalable à l’utilisation de relations effectives au sein de la théorie des champs, mais constitue une problématique empirique destinée à interroger cette théorie et ses concepts. Enfin, cet usage mobilise les deux outils quantitatifs que nous avons exposés dans ce travail, à savoir l’analyse factorielle des correspondances multiples et l’analyse structurale des relations sociales.

4.5. USAGE DE DONNÉES RELATIONNELLES AU SEIN DE LA THÉORIE DES CHAMPS : LE CHAMP LITTÉRAIRE ALLEMAND CONTEMPORAIN AUTOUR DE COLOGNE

  • 60 Les auteurs font une différence entre l’«incorporated cultural capital, in the form of education a (...)

33Helmut K. Anheier, Jurgen Gerhards et Frank P. Romo réalisent en 1995 une étude sur une portion du champ littéraire allemand : ils analysent la topographie sociale des écrivains autour de Cologne. L’objectif de l’article est d’évaluer empiriquement dans quelle mesure la dotation en capital des agents est liée à la structure sociale (ou topographie sociale) des champs culturels. Il s’agit, dit autrement, de mettre au jour le lien entre les différentes formes de capital (économique, culturel, culturel symbolique60 et social, pour reprendre les capitaux retenus par les auteurs) et la structure sociale du champ littéraire. Ils partent pour cela d’un postulat très intéressant :

Bourdieu’s social topography of fields as a configuration of relations among positions bears considerable affinity to the concept of structural equivalence, which provides the theoretical bedrock for much recent work in network analysis, specifically blockmodeling. Structural equivalence is a mathematical principle that group actors according to their relations with others. Identity in such relations to third parties places actors in equivalent structural positions. By implication, structurally equivalent actors are substitutable, and the set of relations among actors can be reduced to a simpler structure or, mathematically, to a homomorphic image, in which individual actors are replaced by classes of actors, or blocks (Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 861).

  • 61 Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 862.

34Pour présenter rapidement cette technique utilisée dans l’étude structurale des relations sociales, on peut mettre en avant le fait que le blockmodeling est fondé sur le regroupement en blocks d’individus occupant une position structuralement équivalente dans l’économie générale des relations unissant ces individus. Ce principe d’une position équivalant structuralement à une autre peut donc être rapproché, d’après les auteurs — et c’est en cela que leur postulat est intéressant — de la position d’un agent dans un champ. Il nous faut cependant insister sur le fait que ces positions sont construites à partir de données différentes : les blocks sont construits à partir des relations des agents et les positions dans le champ à partir des attributs des agents qui les occupent. Les auteurs nuancent d’ailleurs la similarité qu’ils posent entre les deux types de positions : « structural equivalence does not, however, extend to include similarities in interest, cognition, and behaviors, or habitus, as Bourdieu’s social topography does »61.

35Malgré tout, les auteurs soulignent que Bourdieu avait pour objectif de montrer la structure des relations objectives, et s’étonnent que

despite the clear affinity between the concept of structural equivalence in network analysis and Bourdieu’s social topography in his field theory, no systematic empirical tests of Bourdieu’s theorizing have been carried out using a relational approach (Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 862).

36Il est vrai qu’un tel rapprochement semble « évident ». C’est dans ce sens que se porte notre recherche. Néanmoins, on l’a vu, cette rencontre n’est pas aussi naturelle qu’on pourrait le penser à première vue : l’analyse structurale des relations sociales repose sur d’autres postulats que la théorie des champs et les « relations effectives » de la première n’ont pas nécessairement de rapport avec les « relations objectives » de la seconde. Les relations objectives entre positions sont des relations différentielles entre plusieurs attributs qui définissent des positions, tandis que les relations effectives sont des relations (dont les modalités sont définies par le chercheur) entre des individus. Il n’en reste pas moins qu’il est intéressant de confronter les deux approches, pour savoir si elles donnent des résultats semblables ou, mieux encore, complémentaires. C’est la tâche que se sont assignée les auteurs de l’article.

37Pour assurer un tissu relationnel fin et varié entre les individus, ils ont interrogé les écrivains allemands en fonction de différentes modalités de liaisons, ce qui rend l’approche par relations moins réductrice. Ils les ont ainsi questionnés à propos de quatre modalités de relations, détaillées dans la citation suivante.

  1. Familiarity with the work of other writers (AWARENESS): «On this list, would you please check the names of those authors whose work is familiar to you?»
  2. Friendship ties to other writers (FRIENDSHIP): «On this list, would you please check the names of those authors whom you consider as friends?»
  3. Received help and assistance from other writers (ASSISTANCE; results are derived from a Boolean union of the following two questions): «On this list, would you please check the names of those authors with whom you have discussed manuscripts in the past?» «On this list, would you please check the names of those authors who were helpful in establishing contacts with publishers?»
  4. Loyalty and reference ties (INVITATION): «On this list, would you please check the names of those writers you would like to invite for dinner?» (Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 863)

38Les conclusions de cet article sont extrêmement intéressantes et stimulantes pour l’étude des différentes formes de capital en relation avec la structure sociale du champ littéraire. L’une des hypothèses des auteurs est particulièrement pertinente pour l’étude de champs littéraires différents du champ français. En effet, leur hypothèse est que le modèle traditionnel de division du champ littéraire entre champ de grande production et champ de production restreinte n’est pas le seul possible. Cette distinction est le produit de la domination d’une forme particulière de capital :

Both fields [grande production et production restreinte] differ to the extent to which economic and non-economic capital forms become dominant. The field of restricted production is relatively autonomous from market considerations. Economic success is secondary to symbolic value, and writers compete for cultural capital in the form of recognition, reputation, and legitimacy rather than for monetary rewards. In contrast, the field of large-scale cultural production is characterized by the predominance of economic considerations and market success. In the large-scale case, writers compete as producers in a market to seek financial returns first and foremost (Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 863).

39Les auteurs précisent ensuite que, bien que cela ne soit pas totalement développé dans ses écrits, Bourdieu suggère par ses travaux que la domination de différentes formes de capital pourrait correspondre à des configurations distinctes dans la topographie sociale des champs culturels. Cela implique que le modèle classique des deux sphères de production n’est pas le seul possible et que des topologies différentes de positions mises en évidence par l’analyse structurale des relations sociales pourraient résulter de la domination d’autres formes de capital. Ils distinguent deux types d’organisation de la structure sociale : la segmentation et la hiérarchisation.

40La segmentation renvoie à la distinction entre champ de grande production et champ de production restreinte, par exemple. La hiérarchisation renvoie à la distribution des écrivains sur une échelle de légitimité en fonction d’un certain type de capital possédé : culturel et symbolique pour le champ de production restreinte, économique pour le champ de grande production.

41Cette évaluation du rapport entre l’importance d’un certain type de capital dans un certain type de structure de relations sociales permet d’approfondir l’approche de la littérature par la théorie des champs. Prendre en compte les différentes formes de capitaux, en particulier le capital social, permet de rendre raison de la variété du monde social et de ne pas considérer le capital social comme une conséquence ou une redondance des autres formes de capitaux. En effet, chaque capital fonde une logique propre, qui a évidemment des recoupements avec les logiques des autres formes de capital, mais qui permet d’expliquer plus finement la structure des relations sociales du champ littéraire.

42Les résultats concernant l’analyse de l’espace littéraire contemporain autour de Cologne vont dans ce sens :

The blockmodel analysis identified two segments: core and periphery, with the popular-culture segment embedded in the latter. The core segment revealed a hierarchical structure, with elite, subelite, and semi-periphery as major components. By contrast, the periphery was non-hierarchical (Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 892).

43De plus, deux logiques prévalent pour les sous-segments différents du centre : des écrivains appartenant à certains sous-segments de la périphérie entretiennent des relations avec le centre (mais très peu entre eux), d’autres au contraire, en particulier ceux appartenant au sous-segment concentrant les producteurs de «light literature», n’ont de relations ni avec le centre, ni avec les autres sous-segments de la périphérie. Ils constituent ainsi un sous-segment isolé et peu hiérarchisé. Le degré de raffinement auquel parviennent les auteurs de l’article met au jour ces différents types de logique, qui sont autant de stratégies sociales prenant sens dans un champ littéraire autre que le champ français. Le recours à l’analyse structurale des relations sociales a ainsi permis de ne pas calquer l’analyse des stratégies des auteurs du sous-champ littéraire autour de Cologne sur l’analyse des stratégies des auteurs français du XIXe siècle, en amenant des données permettant de souligner comment les logiques relationnelles des premières pouvaient être différentes de celles des secondes, autrement et de manière plus parlante que par la simple affirmation d’un postulat présupposant cette différence.

44L’analyse permet aussi de montrer quel type de capital joue un rôle déterminant au centre ou à la périphérie. Par exemple, le capital social mène à une grande segmentation faiblement institutionnalisée, mais à peu de hiérarchisation. Cette segmentation s’appuie sur des organismes professionnels et d’autres lieux qui concernent les médiations d’intérêts du personnel littéraire, le tout prenant la forme de réseaux sociaux complexes. Cette articulation entre les différents types de capitaux et l’espace des relations sociales passe par une opération supplémentaire : une analyse factorielle des correspondances.

45Ainsi, pour analyser la configuration des relations objectives entre les blocks, ils ont recours à une ACM bourdieusienne : chaque catégorie de mesure des différents types de capitaux est croisée avec chaque block, afin de constituer une table de contingence classique. Donnons un exemple du contenu de la table : l’intersection entre le block « élite » et la catégorie « prix littéraires » reprend le nombre total de prix littéraires obtenus par les différents membres de ce block. L’analyse factorielle permet alors de mettre en évidence comment les différentes formes de capitaux « correspondent » à différentes positions dans la structure des relations sociales mise en évidence par les blockmodels.

46L’article offre donc une utilisation possible de l’analyse structurale pour approcher finement la répartition des différentes formes de capitaux dans la structure sociale mise au jour par les relations sociales (effectives, souhaitées, etc.) entre écrivains.

47La conclusion des auteurs est la suivante :

While we agree with Bourdieu that sociology is a social topography, he has not fully exploited the structural implications of this statement in this empirical work. […] Bourdieu’s theory, however, would demand a more structural, empirical approach [que celle exploitée par Bourdieu en se fondant sur les attributs des agents] to explore its usefulness. It is, after all, as Gartman (2002) pointed out, perhaps the most complex general theoretical framework to the study of cultural systems since critical theory (Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 893).

  • 62 Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 862.

48Si cette conclusion emporte notre adhésion dans son constat et ses objectifs, elle passe sous silence deux difficultés, qui sont du reste liées : la collecte des données relationnelles, fondées chez eux sur une enquête inconcevable pour une étude historique, et la définition du capital social, que les auteurs limitent à «the sum of the actual and potential resources that can be mobilized through membership in social networks of actors and organizations»62. Nous verrons dans la deuxième partie que cette définition doit être discutée de manière plus approfondie.

49À la suite de cette étude fondatrice de l’articulation entre théorie des champs et données relationnelles effectives, d’autres auteurs sont revenus sur la question.

50François Denord, dans sa thèse sur la genèse et l’institutionnalisation du néolibéralisme en France (2003) recourt ainsi à l’analyse des relations sociales dans un cadre bourdieusien. Il construit son réseau à partir de listes d’appartenance à des organisations ou institutions. Au niveau quantitatif, Denord utilise la technique du blockmodeling, comme Anheier, Gerhards et Romo, pour regrouper des individus structurellement équivalents, et ainsi mettre au jour différents « rôles » au sein de la structure des relations sociales. Il utilise aussi la notion de centralité, pour évaluer la position d’un individu dans cette structure.

51Steffen Albrecht, dans un ouvrage collectif allemand paru en 2004, a proposé un autre usage des mêmes données relationnelles de l’enquête de Anheier, Gerhards et Romo sur le champ littéraire autour de Cologne. Cet usage est plus proche de celui que nous allons développer que celui des auteurs de l’enquête : Albrecht utilise une mesure de capital social de l’agent, fondée sur le réseau des relations reconstitué, comme variable de l’analyse factorielle, donc comme attribut qualifiant cet agent. Nous interrogerons cet usage en détail dans la deuxième partie de ce travail.

52Enfin, Gisèle Sapiro, dans un article théorique et méthodologique (2006), envisage la compatibilité de la théorie des champs et de l’analyse en termes de réseaux. Son article pose des limites très étroites à l’utilisation des réseaux au sein de la théorie de Bourdieu, en insistant particulièrement sur les différences de paradigme épistémologique des deux approches, mais postule que l’étude systématique des relations effectives entre écrivains, dans le cadre d’une analyse de réseaux de correspondants notamment, devrait être riche et fructueuse.

4.6. COMPARAISON DES GRAPHIQUES D’UNE ACM ET D’UNE ANALYSE STRUCTURALE DES RELATIONS SOCIALES

53Wouter de Nooy a montré que le principe qui sous-tend les deux types d’analyse (ACM et analyse structurale des relations sociales) est similaire. Il part d’une matrice d’appartenance d’individus à des institutions (les données de cette matrice constituent un exemple ad hoc, fondé sur des professeurs d’universités français connus et leurs institutions d’appartenance). On a vu qu’une telle matrice est nommée table de contingence en ACM (individus en lignes, modalités en colonne, valeur « zéro » si l’individu ne peut être décrit par la modalité, valeur « un » si la modalité décrit l’individu). Il insiste tout d’abord sur la représentation graphique offerte par les deux types d’analyse : elles permettent une lecture assez comparable. Les mêmes institutions sont rapprochées et s’opposent (les individus ne sont pas projetés dans l’ACM). Cette ressemblance est due à l’algorithme employé par le programme de représentation graphique, qui est similaire dans les deux cas.

Fig. 2 [figure 4 ici] shows remarkable similarities with the correspondence map of Fig. 1 [figure 3 ici] with respect to the positions of the organizations. This is not a coincidence because the sociogram is based on the same data and an optimization technique was applied that is based on more or less the same principles as singular value decomposition in correspondence analysis: vertices which are connected by lines are drawn closely together whereas unconnected vertices are ‘pushed’ apart. The optimization technique is a so-called spring embedder [de Nooy souligne], which treats the lines of the network as springs with a particular elasticity and strength. The procedure searches for a situation in which the system of springs is in a stable situation. Brandes (2001) shows that the technique used here — the spring embedder developped by Kamada and Kawai (1989) — is based on an algorithm which is very similar to the algorithm of multidimensional scaling (deNooy, 2003, p. 313–314).

  • 63 deNooy, 2003, p. 308.

Figure 3 – ACM extraite de l’article de Wouter DE NOOY63

  • 64 Son exemple n’échappe pas à la règle, ce qui ne diminue pas la pertinence de son rapprochement ent (...)

54Cependant, on le sait, la représentation graphique n’est finalement qu’un mode de présentation des résultats d’une analyse quantitative. En outre, W. de Nooy ne souligne pas que les graphiques d’analyse structurale sont souvent retouchés manuellement64 : ils n’ont pas de coordonnées fixes, aucun système d’axes ne permet de mesurer les distances entre les individus reliés. Ce qui compte, ce sont les relations, pas les distances ni la configuration spatiale des individus. On a vu qu’en ACM, les distances qui apparaissent sur le plan ne sont pas à considérer arithmétiquement, mais c’est pour une autre raison : il s’agit de projections sur un plan. Il faut donc prendre en compte la « qualité » de la projection (au moyen du cosinus carré) pour s’autoriser des interprétations quant aux distances entre deux points. S’il est vrai que l’algorithme utilisé pour afficher la première représentation d’une analyse structurale des relations sociales est bien techniquement proche de celui utilisé pour produire une ACM, il ne s’agit souvent que d’une première étape : le chercheur retouche généralement ses graphiques dans un souci de lisibilité.

  • 65 deNooy, 2003, p. 314.

Figure 4 – Analyse structurale extraite de l’article de Wouter DE NOOY65

55Ce qui rapproche réellement ces deux types d’analyse, c’est la forme des données qu’elles traitent : la matrice de départ d’une ACM et celle d’une analyse structurale ont la même forme. Ce que l’on peut déduire visuellement des représentations graphiques de ces analyses est aussi du même ordre : il s’agit de rapprocher et de corréler des variables et de les « faire correspondre » avec des individus. En ce sens, il est vrai que, fondamentalement, les deux types d’analyse ne sont pas très éloignés.

  • 66 Deux méthodes existent pour créer une table d’adjacence propre à être traitée par l’analyse struct (...)
  • 67 deNooy, 2003, p. 321.
  • 68 Pour plus de détails sur une telle utilisation, voir les travaux de deNooy, 1991.

56Néanmoins, quel serait l’intérêt de vouloir utiliser une analyse structurale si une ACM produit des résultats semblables ? C’est que l’analyse structurale offre d’autres avantages : elle peut analyser des tables fondées directement sur des tables d’adjacence individus/individus66, qui ne sont pas obligatoirement symétriques (c’est-à-dire que la relation de l’individu A avec l’individu B n’est pas nécessairement réciproque à celle qu’a l’individu B avec l’individu A : il faut alors un codage différent pour les deux relations). Par exemple, dans une correspondance, il est intéressant de noter que A écrit à B, mais que B ne répond pas à A, et ainsi, d’« orienter » la relation. Il faut néanmoins insister sur le fait que ce type de codage permet des interprétations fines sur de petits corpus, dont la représentation graphique totale peut être affichée sur une page, ou sur un écran. L’analyse des réseaux permet alors de produire des interprétations subtiles, telles celles de Michel Lacroix (2003, 2006) ou de Wouter de Nooy, notamment lorsque ce dernier postule que les interactions et les relations intersubjectives, qui ont leur propre dynamique, «at least mediate and transform the forces of objective relations. Social network analysis is needed to clarify their role»67. Il s’agit d’une des utilisations possibles des réseaux combinés à la théorie des champs, sur des espaces relationnels assez réduits68.

57De plus, même à partir de « réseaux d’appartenance », déduits des appartenances d’individus à des groupes et produisant des matrices d’adjacence individus/individus ou groupes/groupes symétriques, le réseau présente certains avantages : le moindre n’est pas la focalisation possible sur des individus « ponts », liant un ou plusieurs groupes entre eux. L’analyse, dans la deuxième partie, des lieux de sociabilité belges francophones de l’entre-deux-guerres illustrera ce type d’atout.

4.7. MESURES QUANTITATIVES DE L’ANALYSE STRUCTURALE DES RELATIONS SOCIALES

58Avant d’en venir à notre objet, il reste à présenter quelques mesures classiques en analyse structurale des relations sociales que nous utiliserons par la suite.

  • 69 Issu d’un modèle qui fait une lecture qualitative des positions de concurrence sur un marché, cett (...)

59Les indicateurs que nous mobiliserons sont les mesures de centralité. Il existe de nombreuses autres approches des matrices relationnelles : équations de Burt, mettant en avant les trous structuraux, blockmodels fondés sur les équivalences structurales de positions au sein d’un réseau, etc. Toutes ces approches quantitatives répondent à l’un ou l’autre type de questionnement sur l’objet. Dans notre cas, nous avons privilégié une approche qui pointe l’« implication » de l’écrivain au sein de la vie littéraire de son époque. Plus précisément, les indicateurs de centralité sont utilisés dans ce travail pour estimer le degré de sociabilité littéraire d’un écrivain. Les mesures de centralité consistent à évaluer la position plus ou moins centrale d’un agent dans le réseau. La manière de mesurer cette position varie en fonction des avantages de celle-ci que l’on cherche à mettre en évidence. Chaque mesure de centralité met ainsi l’accent sur tel ou tel type d’« avantage »69, en prenant en compte les propriétés du réseau autour de l’agent.

60La centralité de degré est la plus simple. Elle consiste à mesurer le nombre de liens d’un acteur. Cette centralité de degré peut également être normalisée, c’est-à-dire que le nombre de liens d’un agent est divisé par le nombre total de liens possibles par agent, le tout exprimé en pourcentage.

  • 70 Ce nombre de liens est appelé distance géodésique entre deux nœuds.
  • 71 Plus le degré d’éloignement est grand, plus la centralité est faible.

61La centralité de proximité ne se calcule que sur des réseaux fermés. Dans de tels réseaux, chaque agent peut être accessible par tous les autres agents (peu importe le nombre de liens les séparant70). Si le réseau n’est pas fermé, c’est-à-dire que des groupes de quelques personnes sont isolés du reste du réseau, il est néanmoins possible de calculer la centralité de proximité du composant principal du réseau, c’est-à-dire de la partie qui comprend le plus grand nombre de nœuds interconnectés : cette démarche est pertinente du fait de la nature de la centralité de proximité, même si elle laisse de côté certains agents. En effet, celle-ci postule une plus grande centralité pour les acteurs qui sont facilement accessibles : on peut donc considérer que ceux qui appartiennent au composant principal sont plus accessibles, par défaut, que les autres. Le postulat est le suivant : plus ego est connecté à d’autres nœuds qui possèdent de nombreux liens, plus il devrait être accessible. La densité du réseau d’ego est en jeu dans cette mesure, mais aussi la position centrale du réseau d’ego dans l’ensemble du réseau. Pour calculer cette mesure de centralité, on mesure tout d’abord le degré d’éloignement d’ego71 : celui-ci correspond à la somme du nombre de relations nécessaires pour accéder à chaque autre nœud du réseau, ou encore à la somme des distances géodésiques d’ego aux autres nœuds. À partir de ce résultat, on pose que la proximité est la réciproque de la mesure de l’éloignement. Enfin, la proximité normalisée consiste à diviser la proximité par l’éloignement minimum possible exprimé en pourcentage.

  • 72 Précisons encore qu’une géodésique est le plus court chemin d’un nœud à un autre.

62La centralité d’intermédiarité mesure un indice fondé sur le nombre de fois qu’un nœud est présent dans une géodésique72. Cet indice joue un grand rôle dans les théories de l’information, car il permet notamment de repérer les nœuds clés qui peuvent décider d’isoler une partie de réseau en profitant de la présence d’un trou structural. Cette mesure doit être interprétée différemment dans notre cas : elle ne peut avoir le même usage que dans ces théories, car s’il existe effectivement de la concurrence au sein de la vie littéraire, celle-ci reste surtout fondée sur la cohésion des structures. Cependant, elle fait sens dans l’évaluation générale de la variable que nous nommons plus loin « capital relationnel », car elle permet de repérer les personnes ressources d’un réseau (celles qui sont au croisement de plusieurs groupes par exemple. Dans cette perspective, les résultats de cette mesure sont d’ailleurs fort probants). Le principe général du calcul de la centralité d’intermédiarité est expliqué en trois étapes par Freeman (1979). Tout d’abord, il faut identifier toutes les géodésiques du réseau. Ensuite, il faut compter le nombre de fois qu’un même nœud apparaît sur la géodésique pour chaque paire de nœuds au sein du réseau. La proportion d’intermédiarité d’un nœud est le pourcentage de géodésiques sur lesquelles ce même nœud apparaît. Enfin, l’intermédiarité est calculée comme étant la somme de toutes les proportions d’intermédiarité pour lesquelles les paires de nœuds sont uniques. De manière plus formelle, ce calcul de l’intermédiarité peut s’exprimer de la sorte :

  • 73 Pour toutes les opérations sur les matrices de relations, nous utilisons le logiciel Ucinet dans s (...)

Let bjk be the proportion of all geodesics linking vertex j and vertex k which pass through vertex i. The betweenness of vertex i is the sum of all bjk where i, j and k are distinct (Borgatti, Everett et Freeman, Ucinet73, aide de la fonction betweenness, 2002).

63La centralité d’intermédiarité est donc une mesure qui permet de mettre en avant les agents par qui l’on peut (voire doit) passer pour accéder à une autre partie du réseau. On peut aussi envisager ceux-ci comme ceux ayant une sociabilité diversifiée, connectant des écrivains ou des groupes moins liés. Nous reviendrons sur ce rôle particulier dans la deuxième partie.

64Nous utiliserons enfin une dernière forme de centralité : celle de Bonacich, ou mesure du pouvoir d’un individu. Celle-ci postule que pour évaluer le pouvoir de quelqu’un, il faut tenir compte des liens que possèdent les nœuds auxquels ego est connecté. Ainsi, plus les nœuds connectés à ego ont eux-mêmes de liens, moins ego est capable de les influencer, étant donné qu’ils doivent répondre à un plus grand nombre de sollicitations que des nœuds qui n’auraient qu’ego comme relation. C’est du moins ce que défend Bonacich (1987). Hanneman l’explicite ainsi :

Bonacich argued that being connected to connected others makes an actor central, but not powerful. Somewhat ironically, being connected to others that are not well connected makes one powerful, because these other actors are dependent on you — whereas well connected actors are not (Hanneman, 2001, p. 72).

65Bonacich différencie ainsi le pouvoir et la centralité. Plus les acteurs dans le voisinage d’ego ont de relations, plus ego est central. Au contraire, moins les acteurs dans le voisinage ont de relations, plus ego est puissant dans son voisinage. Nous retiendrons cette conception de la centralité et laisserons de côté la mesure du pouvoir pour évaluer le capital relationnel des écrivains belges francophones.

66L’objectif de la centralité de Bonacich est d’exprimer la centralité d’un agent en fonction de la centralité des autres. La question est alors de savoir comment mesurer la centralité d’un agent, étant donné que celle-ci dépend de la centralité des agents avec qui il entretient des relations et réciproquement. Pour résoudre ce problème, Bonacich recourt à une approche par estimations itératives pour résoudre les équations simultanément. Cette approche permet ainsi de faire converger le résultat vers une réponse unique. On commence ainsi par donner à chaque agent une centralité estimée, égale à sa centralité de degré plus une fonction pondérée des centralités de degré des agents auxquels ils sont connectés. Ensuite, on répète l’opération plusieurs fois, en utilisant cette centralité obtenue à la place de la centralité de degré de chaque agent. La fonction pondérée dont il est question contient deux paramètres, α et β. Le paramètre β permet d’ajuster l’équation à ce que l’on recherche : la valeur « 0 » donne une mesure de centralité directement proportionnelle au nombre de liens d’ego. Une valeur positive donne de l’importance au fait d’être connecté à des agents puissants ; il permet donc de calculer la centralité d’ego, au détriment de son pouvoir. Une valeur négative surpondère le fait d’être connecté à des agents peu puissants, et met l’accent sur le pouvoir de l’agent étudié. La valeur absolue du paramètre est fonction des degrés de centralité du corpus et est suggérée, après calcul, par le logiciel.

67Ces mesures seront mobilisées dans la deuxième partie, lorsque nous étudierons le réseau des lieux de sociabilité au sein du sous-champ littéraire belge francophone.

68Ces fondements théoriques et méthodologiques généraux posés, il est possible de passer à l’étude du personnel littéraire proprement dite.

Notes

43 Aron, Denis et Klinkenberg, 2006. Voir aussi Dozo et Fréché, 2006.

44 On peut citer par exemple Callon, 1986, 1989 et Latour, 1979, 1996 (mais ces références ne constituent qu’une petite sélection des travaux de ces auteurs en sociologie de la traduction, dont ils sont les fondateurs et les ardents défenseurs).

45 Claisse, 2006, p. 32.

46 Voir par exemple Amblard, Bernoux, Herreros et Livian, 2005.

47 Ce principe de symétrie est un des principes du programme fort en sociologie des sciences : il consiste à faire appel au même type d’explications pour analyser les échecs ou les succès, au lieu d’invoquer des causes d’ordre social pour les premiers et d’ordre naturel pour les seconds. Il ne faut cependant pas confondre l’orientation des travaux de Callon et Latour avec celle que défendent les tenants du programme fort et du relativisme. Latour a d’ailleurs participé à une polémique avec David Bloor, le fondateur du programme fort, dans un article célèbre (voir Latour, 1999 et Bloor, 1999a, 1999b).

48 Boltanski et Chiapello, 1999.

49 Il serait intéressant de se pencher sur la récupération des modèles sociologiques explicatifs et critiques par les acteurs eux-mêmes. Par exemple, Jean-Christophe Menu (2005) utilise abondamment des notions de la sociologie critique pour prendre position dans le champ de la bande dessinée et tirer un profit symbolique d’une position d’avant-garde. Cet exemple ne doit pas être isolé, mais soulève une question importante : quel doit être la position du sociologue quand il est dépossédé de ses outils par l’agent ? Doit-il se contenter d’une position de description (comme Boltanski et Thévenot dans De la Justification) ? L’une des conditions pour que l’agent récupère le discours du sociologue est qu’il en ait eu connaissance. La sociologie ne pourrait-elle donc que s’intéresser à des objets passés, ou dont la position serait illégitime, ou dont l’objectivation par le sociologue ne permettrait pas de tirer profit ? Comment se prémunir contre toute récupération de l’analyse sociologique, qui au départ n’est pas source de jugement de valeur, dans le champ que cette sociologie analyse ? Ces questions sont assez loin de l’objet de ce travail, mais mériteraient d’être envisagées sérieusement. Différents éléments de réponse sont présents dans l’article de François, Chartain et Wright, 2007.

50 Cela a évidemment des conséquences sur les outils utilisés : là où l’AFC recourt à des catégories, la théorie des graphes, dont l’analyse structurale des relations sociales s’inspire comme outil, ne traite que de nœuds et d’arcs (les points et les relations entre ces points).

51 Degenne et Forsé, 1994, p. 5.

52 Degenne et Forsé, 1994, p. 6.

53 Degenne et Forsé, 1994, p. 7.

54 Notamment les travaux de Ronald S. Burt sur les trous structuraux (Burt, 1992, 1995) et de Mark Granovetter sur les liens faibles (Granovetter, 1973, 2000).

55 Lazega, 2001.

56 Il est intéressant de constater qu’en général, ces regroupements et surtout le rôle (ou le statut) de ces regroupements coïncident avec ceux des groupes construits à partir d’une catégorisation classique.

57 Lazega a publié plusieurs travaux (2001 et 2002, avec Lise Mounier) à partir de ce corpus, qu’il a mis deux ans à constituer, en étant complètement intégré, durant cette période, à la vie du cabinet d’avocats qui lui servait de terrain d’enquête.

58 Bourdieu, 1980b, p. 88. Pour une explication de l’usage de la notion d’habitus chez Bourdieu, voir par exemple Bourdieu, 2002, p. 133–136.

59 Voir notamment Bourdieu, 1997 et 2000.

60 Les auteurs font une différence entre l’«incorporated cultural capital, in the form of education and knowledge, and symbolic cultural capital, the capacity to define and legitimize cultural, moral, and artistics values, standards, and styles» (Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 862).

61 Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 862.

62 Anheier, Gerhards et Romo, 1995, p. 862.

63 deNooy, 2003, p. 308.

64 Son exemple n’échappe pas à la règle, ce qui ne diminue pas la pertinence de son rapprochement entre les deux types d’analyse grâce à leur technique de représentation, mais souligne le fait qu’il ne s’agit que de proximités dans la technique de représentation d’un résultat, pas vraiment dans l’analyse en elle-même : «In contrast to correspondence analysis, spring embedders do not indicate the fit of the layout and they do not compute dimensions, which are drawn horizontally or vertically. Fig. 2 [figure 4 ici], for example, was reflected and rotated before its orientation matched the correspondence map of Fig. 1 [figure 3 ici]» (deNooy, 2003, p. 314).

65 deNooy, 2003, p. 314.

66 Deux méthodes existent pour créer une table d’adjacence propre à être traitée par l’analyse structurale des relations sociales : soit on produit deux tables d’adjacence (individus/individus et institutions/institutions) à partir d’une table de contingence individus/institutions (il est aussi possible de soumettre la table de contingence directement au logiciel d’analyse structurale) ; soit on construit la table en vérifiant pour chaque individu sa relation avec les autres (ce qui peut conduire à des tables non symétriques si le lien n’existe que dans un sens).

67 deNooy, 2003, p. 321.

68 Pour plus de détails sur une telle utilisation, voir les travaux de deNooy, 1991.

69 Issu d’un modèle qui fait une lecture qualitative des positions de concurrence sur un marché, cette terminologie ne présente pas toujours la neutralité descriptive à laquelle nous voudrions tendre dans ce travail. Dans certains cas, comme celui-ci, l’usage des guillemets sert à nous distancer des connotations qualitatives de cette terminologie.

70 Ce nombre de liens est appelé distance géodésique entre deux nœuds.

71 Plus le degré d’éloignement est grand, plus la centralité est faible.

72 Précisons encore qu’une géodésique est le plus court chemin d’un nœud à un autre.

73 Pour toutes les opérations sur les matrices de relations, nous utilisons le logiciel Ucinet dans sa version 6.154.

Table des illustrations

Légende Figure 3 – ACM extraite de l’article de Wouter DE NOOY63
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Figure 4 – Analyse structurale extraite de l’article de Wouter DE NOOY65
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search