Version classiqueVersion mobile

Mesures de l'écrivain

 | 
Björn-Olav Dozo

Première partie

2. La prosopographie

Texte intégral

  • 12 Cette définition du principe de la prosopographie est fondée sur un article de Christophe Charle ((...)

1Mise au point et pratiquée surtout en histoire de l’antiquité et du moyen-âge, la prosopographie a rencontré un grand succès depuis les années 1960 en histoire moderne et contemporaine. Elle consiste, dans ces disciplines, en la définition d’une population à partir d’un ou de plusieurs critères, puis à l’établissement à son propos d’un questionnaire biographique dont les diverses variables serviront à la décrire dans ses dynamiques sociale, privée, publique, voire culturelle, idéologique ou politique, selon la population et le questionnaire retenus12.

  • 13 Stone, 1971, p. 46.

2Lawrence Stone l’explique en d’autres mots : «prosopography is the investigation of the common background characteristics of a group of actors in the history by means of a collective study of their lives»13.

  • 14 Le CIEL est le Collectif interuniversitaire d’étude du littéraire, collaboration entre l’ULB et l’ (...)

3La collecte et l’organisation de la documentation sont des opérations de longue haleine. Dans notre cas, elles sont le fruit d’une démarche collective, à la base du projet de recherche CIEL14, projet dans le cadre duquel ce travail fut réalisé. Les étapes de collecte et d’organisation des données seront détaillées par la suite, notamment à travers l’explication de la structure et du contenu de la base de données du CIEL.

  • 15 deMarneffe, 2007.
  • 16 Fréché, 2005.
  • 17 Gemis, 2009.

4Pour l’exploitation des données, le chercheur peut recourir à de multiples techniques, qu’elles soient qualitatives ou quantitatives. Cette variété des exploitations est illustrée par la diversité et la complémentarité des thèses soutenues dans le cadre du projet CIEL : outre notre exploitation dans une perspective quantitative, la base de données permet des études plus qualitatives, notamment sur les revues du début des années 1920 en Belgique francophone15, sur le champ littéraire belge après la Seconde Guerre mondiale16 ou encore sur le personnel féminin de la littérature en Belgique francophone17. Néanmoins, la base de données en constitue le fondement indispensable, puisque toutes reposent sur la mise en série d’informations de même type.

5L’objectif de ce travail est de nous inscrire dans la démarche que la littérature internationale qualifie de «french prosopography», qui correspond à l’usage que Bourdieu fait de la prosopographie. Donald Broady définit très méthodiquement la prosopographie dans l’optique bourdieusienne :

  1. prosopography is the study of individuals belonging to the same field;
  2. it is based on a comprehensive collection of data (maybe hundreds of variables) on these individuals, such as their social origin, educational background, trajectories, their positions in the social space and in the field, their standpoints, in particular their position-taking in matters crucial to the field, and their resources in different respects — especially their holdings of symbolic capital specific to the field;
  3. the same set of data should as far as possible be collected for each and every individual;
  4. the main object of study is not the individuals per se but rather the history and structure of the field (Broady, 2002, p. 381).
  • 18 Notamment Bourdieu, 1979, 1984 et 1999 et Sapiro, 1996, 1999, 2002.
  • 19 Voir section 3.2, p. 26–29 et section 3.5, p. 45–47.

6Charle (2001) souligne le fait que différents outils et techniques peuvent être mobilisés par l’approche quantitative. Force est de constater que Bourdieu et son école en ont privilégié un (ce que souligne abondamment la littérature non française) : l’analyse factorielle des correspondances18. Celle-ci permet de visualiser les relations objectives qui fondent la structure de l’espace social ou d’un champ en particulier. Mais cet usage de l’analyse factorielle n’est pas neutre, comme nous le verrons par la suite19. Plus qu’un outil, Bourdieu en a fait une part essentielle de sa théorie. Comme annoncé, il faudra questionner cet usage de l’analyse factorielle, pour bien en mesurer les implications. Il faudra ensuite envisager l’utilisation d’un autre outil pour traiter d’autres données (les relations entre agents) : l’analyse structurale des relations sociales, outil privilégié de la théorie des réseaux, au même titre que l’analyse factorielle est l’outil privilégié de la théorie des champs.

Notes

12 Cette définition du principe de la prosopographie est fondée sur un article de Christophe Charle (Charle, 2001). L’article dresse un historique très clair de la démarche, son utilité, et les défis (notamment la prosopographie comparée) qui attendent ses praticiens.

13 Stone, 1971, p. 46.

14 Le CIEL est le Collectif interuniversitaire d’étude du littéraire, collaboration entre l’ULB et l’ULg. Pour plus de détails sur la base de données, voir les sections 5.1 et 5.2, p. 73–83.

15 deMarneffe, 2007.

16 Fréché, 2005.

17 Gemis, 2009.

18 Notamment Bourdieu, 1979, 1984 et 1999 et Sapiro, 1996, 1999, 2002.

19 Voir section 3.2, p. 26–29 et section 3.5, p. 45–47.

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search