Version classiqueVersion mobile

Mesures de l'écrivain

 | 
Björn-Olav Dozo

Première partie

1. Introduction

Texte intégral

1Étudier le personnel littéraire belge francophone implique nécessairement de se doter des outils adéquats pour traiter une importante masse de données. Il ne s’agit en effet pas de sélectionner, de manière intuitive, quelques écrivains « représentatifs », mais au contraire, dans une démarche déductive, de collecter le plus d’informations possible au sujet d’un maximum d’agents, pour ensuite seulement mettre en évidence les grands axes structurant le corpus. Cette quantité de données, tendant vers l’exhaustivité — objectif qui reste, bien évidemment, inaccessible — demande une réflexion sur les outils à utiliser pour les traiter. Cette réflexion ne peut être menée sans considérer l’objet à étudier, la vie littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres.

2C’est pourquoi, dans cette première partie, nous situons l’approche quantitative au sein des études littéraires en nous interrogeant également sur la meilleure façon de rendre compte de notre objet. Nous présentons ensuite deux outils quantitatifs, l’analyse factorielle des correspondances et l’analyse structurale des relations sociales et nous pointons enfin les enjeux de leur usage. Dans la deuxième partie, nous définissons notre corpus, revenons sur quelques questions méthodologiques et construisons différentes variables pertinentes pour l’étudier. Pour conclure, nous proposons deux analyses complémentaires (l’une à partir de variables analytiques, l’autre avec des variables synthétiques) du personnel littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres.

1.1. LE QUANTITATIF DANS LES ÉTUDES LITTÉRAIRES

  • 8 Le traitement en série suppose de très vastes corpus et la mise au point de logiciels capables de (...)

3Dès la première moitié du XXe siècle, les études littéraires ont eu recours aux méthodes quantitatives. Les travaux pionniers de Jean-Baptiste Estoup et de Heinz Zipf sur le nombre et la variété des mots dans un texte, établissent les bases d’un champ de recherche vaste, créatif et interdisciplinaire. C’est pourtant avec le développement de l’informatique et du traitement semi-automatique de larges corpus que la statistique littéraire s’impose réellement. À la fin des années 1950, Pierre Guiraud place celle-ci au fondement d’une linguistique structurale et d’une stylistique. Dans les années 1970, les études lexicologiques de Charles Muller, notamment sur les textes de Corneille, font référence8.

4Si l’analyse du texte littéraire est effectivement nourrie rapidement d’approches quantitatives, l’histoire de la littérature, de son côté, ne mobilise la statistique qu’assez tardivement, se cantonnant à l’approche classique « l’homme, l’œuvre ». Il faut attendre l’après-guerre pour que se développent les premières recherches statistiques autour de la vie littéraire et de l’histoire du livre, inspirées par la sociologie d’une part et par l’histoire d’autre part. En histoire du livre, la somme que constitue l’Histoire de l’édition française, dirigée par Henri-Jean Martin et Roger Chartier, met en évidence la pertinence de l’approche statistique pour rendre compte de la richesse de l’édition, qui ne peut être cantonnée aux grands auteurs. Ces travaux d’histoire du livre prolongent ceux de l’École des Annales, en mêlant statistiques, réflexions théoriques et bibliographie matérielle.

5Concernant la vie littéraire, le renouvellement des méthodes vient de la sociologie, avec les travaux fondés sur la théorie des champs de Pierre Bourdieu. Pointons notamment ceux de Rémy Ponton sur le champ littéraire en France (1875–1905), ceux d’Alain Viala sur les écrivains de l’âge classique et ceux de Gisèle Sapiro sur les écrivains français durant la Deuxième Guerre mondiale, qui ont renouvelé l’étude de la vie littéraire en insistant sur la nécessité du rassemblement de grands corpus d’agents et sur le traitement sériel de leurs propriétés (genres pratiqués, professions, études, appartenance politique, etc.). Utilisant la méthode prosopographique sur laquelle nous reviendrons, ces études ont permis d’objectiver l’approche du personnel littéraire. C’est dans cette voie que nous souhaitons inscrire notre travail, en recourant aux outils quantitatifs qui conviennent le mieux à notre objet.

1.2. LE CAS DU SOUS-CHAMP LITTÉRAIRE BELGE FRANCOPHONE

  • 9 Denis et Klinkenberg, 2005.

6La littérature francophone belge a toujours posé un problème d’appellation : comment qualifier une production écrite en français, mais qui n’est pas produite en France ? Si cette interrogation trouve des échos dans toutes les littératures de la francophonie, le cas belge ajoute à la dimension linguistique une dimension géographique. La proximité de la France et de la Belgique soulève ainsi une autre question : une frontière politique suffit-elle à différencier une littérature ? Ce problème est au fondement de l’historiographie littéraire belge francophone, à tel point que la périodisation la plus communément admise pour l’histoire de la littérature belge renvoie aux rapports de la littérature belge avec la France. Les différentes étiquettes de ces périodes — littérature belge de langue française, littérature française de Belgique, littérature francophone belge — sont autant de « phases » qui balisent la production littéraire belge9 : la phase « centrifuge » dénote une attitude nationaliste chez les auteurs belges, cherchant à se distinguer du centre français ; la phase « centripète », au contraire, renvoie à des auteurs visant l’assimilation à la littérature française. Enfin, lors de la phase « dialectique », les auteurs combinent les positions en fonction de leurs stratégies personnelles. Cette périodisation se fonde sur l’évolution esthétique d’un important corpus d’œuvres analysé qualitativement. Nous montrerons que cette évolution esthétique s’accompagne, pour le passage de la phase centrifuge à la phase centripète, d’une évolution du profil social des auteurs, en particulier de leur cursus scolaire et de leurs professions.

7Pour insister sur le rapport de plus ou moins grande dépendance qu’entretient l’espace littéraire belge avec un champ littéraire français en partie fantasmé, Benoît Denis propose de recourir à la notion de sous-champ ; par sous-champ, l’auteur entend

un espace littéraire inclus dans un espace plus vaste et placé sous la domination de celui-ci, mais qui, à certains égards et sous certaines conditions, parvient à se soustraire partiellement à son pouvoir d’imposition, ce qui se manifeste notamment par la capacité de ce sous-champ à générer sa propre structure interne et des logiques de fonctionnement qui lui sont propres. (Denis, 2005, p. 179)

8Benoît Denis pointe ensuite dans cet article plusieurs traits propres à la sphère littéraire belge, qu’il isole grâce à une bonne synthèse de la littérature historiographique antérieure. Il termine son exposé des spécificités du sous-champ francophone belge par la mise en avant des réseaux de connivence et d’alliances au sein de cet espace :

Du point de vue de l’organisation interne du champ, on constatera que la logique des ruptures distinctives et de la succession des écoles n’est guère présente en Belgique et que l’activité littéraire s’y développe davantage à travers la constitution de réseaux de connivences et d’alliances, qui induisent de la sorte une grande plasticité dans la distribution des positions à l’intérieur du sous-champ. (Denis, 2005, p. 181 – 182)

  • 10 Institution étant à entendre dans le sens que lui donne Jacques Dubois, dans L’Institution de la l (...)

9Dans leur introduction au volume Les réseaux littéraires, Paul Aron et Benoît Denis soutiennent l’hypothèse d’une logique réticulaire du fonctionnement des « institutions littéraires faibles »10, ce qu’est la littérature belge.

On pourrait avancer, à titre heuristique, l’idée que le réseau s’avère un instrument particulièrement bien adapté à la description et à l’analyse des « formes » littéraires dominées (par exemple, les littératures périphériques, régionalistes, ou les paralittératures) : il ne s’agit pas ici de postuler que le réseau est le mode d’organisation et de fonctionnement spontanément choisi par les agents dominés pour faire pièce à la domination du centre, mais que la faiblesse en capital symbolique peut éventuellement se traduire par une difficulté à s’organiser sur les modèles du groupe ou de l’école, laissant la place à des formes plus souples et plus floues d’apparentement ou de structuration. (Aron et Denis, 2006, p. 15)

  • 11 Voir par exemple Fréché, 2005 et de Marneffe, 2007

10Notre hypothèse repose sur un déplacement de l’idée du réseau comme mode de structuration : si le réseau comme métaphore heuristique des formes de sociabilité a donné lieu à des travaux novateurs11, il peut aussi être au fondement d’une démarche méthodologique quantitative. La prosopographie et l’étude des réseaux ne passent pas nécessairement par le quantitatif. Dans notre cas cependant, nous souhaitons les mobiliser en ce sens pour l’étude du personnel littéraire belge francophone.

11Nous proposons dans la suite une réflexion théorique et méthodologique sur ces deux méthodes, utilisées dans une perspective sérielle. Ces dernières, ayant chacune traditionnellement leur outil quantitatif privilégié (l’analyse factorielle pour la prosopographie bourdieusienne, l’analyse structurale des relations sociales pour l’étude des réseaux), sont issues de paradigmes sociologiques différents ; après les avoir expliquées et avoir pointé les enjeux de leur utilisation, nous examinerons leur complémentarité théorique.

Notes

8 Le traitement en série suppose de très vastes corpus et la mise au point de logiciels capables de les analyser. En France, l’un des premiers et des plus connus est Hyperbase, développé par Étienne Brunet. Les logiciels de ce type se nourrissent de larges ensembles textuels, comme par exemple Frantext, base de données structurée des grands textes de la littérature française.

9 Denis et Klinkenberg, 2005.

10 Institution étant à entendre dans le sens que lui donne Jacques Dubois, dans L’Institution de la littérature (Dubois, 1978)

11 Voir par exemple Fréché, 2005 et de Marneffe, 2007

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search