Version classiqueVersion mobile

Formes de vie

 | 
Jacques Fontanille

Glossaire & index

Texte intégral

NB : le signe/*/renvoie à l’entrée correspondante dans l’index

A

Ajustement : 17, 32, 59, 122.

Dans une sémiotique-objet* dont la clôture, formelle ou factuelle, n’est pas un critère pertinent pour l’analyse, comme notamment une pratique sémiotique* ou une forme de vie*, l’analyse du procès doit pouvoir rendre des processus qui produisent l’impression de cohérence syntagmatique*, et qui donnent lieu à des schèmes syntagmatiques* reconnaissables. Ces processus sont ceux de l’accommodation syntagmatique. La sociosémiotique développée par Landowski en distingue deux types : la programmation* et l’ajustement, en les opposant radicalement. De fait, dans les sémiotiques-objets concernées, ces deux processus sont associés, selon des équilibres qui sont spécifiques de chaque procès particulier, à l’intérieur du processus général d’accommodation syntagmatique.

L’ajustement procède du traitement séquentiel et récurrent des aléas, interférences et obstacles que rencontrent et affrontent le cours d’action (pour les pratiques sémiotiques), et le cours d’existence (pour les formes de vie). Pour les formes de vie, l’ajustement est la manifestation de la persévérance* dans les péripéties du cours d’existence.

Analyse discontinue : 16.

Selon Hjelmslev, l’analyse est continue si elle se déploie dans les limites d’une seule « base de division », c’est-à-dire reposant sur des dépendances homogènes. Elle est donc discontinue si, pour respecter le principe d’exhaustivité, elle se déploie en plusieurs divisions (un « complexe de divisions ») mettant à jour plusieurs réseaux de dépendances hétérogènes. Dans notre perspective, l’analyse est continue sur un plan d’immanence* homogène, et elle est discontinue si elle porte sur deux ou plusieurs plans d’immanence* différents.

B

Biosphère : 18, 19, 20, 39, 225, 226, 243, 248.

La biosphère, telle que la définit Vernadsky, est l’espace qui enveloppe la planète et qui réunit les conditions d’existence de la vie et des interactions entre êtres vivants. Vernadsky avait également imaginé une noosphère, une couche d’enveloppement de la planète comprenant les conditions d’existence de la pensée consciente. Cette deuxième notion a été supplantée par la sémiosphère* de Lotman.

C

Cohérence syntagmatique : 49, 50, 158, 194.

La cohérence syntagmatique est une impression procurée par l’ensemble des propriétés d’un cours d’action ou d’un cours d’existence, et par le fait que ces propriétés lui procurent une forme globale reconnaissable. Elle produit donc des schèmes syntagmatiques* iconisés. La programmation* et l’ajustement* sont deux des procédures permettant d’assurer la cohérence syntagmatique.

Congruence paradigmatique : 50, 158.

La congruence paradigmatique est une impression résultant de la superposition et de la confrontation de l’ensemble des choix qui sont effectués sur les différents niveaux d’un parcours génératif de la signification, et qui paraissent s’accorder entre eux. Elle implique par conséquent une latitude de choix et de pondération axiologique* pour chaque catégorie considérée séparément, ainsi que la possibilité, pour l’ensemble de ces choix, de constituer une forme globale reconnaissable (la forme du plan du contenu*).

Contre-persévérance : 36, 37, 50, 59, 80, 103, 122, 180, 182, 244.

Le principe de persévérance* implique la rencontre et la traversée d’obstacles et d’aléas divers, chacun d’entre eux donnant lieu à une " péripétie " dans un cours d’action ou d’existence. Le principe de contre-persévérance permet de traiter toutes ces interférences comme inhérentes au cours de vie en tant que tel, et comme participant globalement à la dynamique de sa signification. La contre-persévérance implique, face à l’actant-corps* du cours de vie, un ant-actant, subsumant l’ensemble des acteurs impliqués spécifiquement dans chaque obstacle ou aléa.

Conversion : 15, 43, 44, 45, 49, 66, 71, 113, 115.

Dans une théorie générative qui distingue et hiérarchise plusieurs niveaux d’analyse, la principale difficulté réside dans l’explication du passage d’un niveau à l’autre, c’est-à-dire de la conversion d’un niveau de catégorisation en un autre. Comme la hiérarchie repose elle-même sur une différenciation des degrés de complexité, du plus simple (en profondeur) jusqu’au plus complexe (en surface), les théories génératives se satisfont le plus souvent, pour expliquer le passage d’un niveau profond à un niveau plus superficiel, du principe d’augmentation du nombre d’articulations.

Corps simulé : 195, 196, 197, 198, 199, 200, 201, 202, 204, 206, 208, 209, 210, 211, 213, 214, 215, 216, 218, 245.

Le corps simulé regroupe l’ensemble des figures qui recouvrent et redoublent le corps propre. Le corps propre lui-même est une forme actantielle qui se constitue à partir du corps-chair*. Le corps simulé est donc un artefact qui fonctionne comme un substitut ou un double du corps propre. Il décrit notamment le vêtement comme un deuxième corps, conçu pour interagir avec le corps-chair*. Dans une transposition actantielle, le corps simulé est le Soi, alors que le corps-chair* est le Moi. Ces deux instances réunies constituent le corps-actant*.

Corps-actant : 52, 78, 87, 100, 214, 216.

L’actant incarné, doté à la fois de propriétés fonctionnelles et modales et de propriétés dynamiques et matérielles, est en mesure, de ce fait, à la fois d’occuper un ou plusieurs rôles, au titre des premières, et d’impulser et soutenir les transformations narratives, grâce aux secondes. Le terme composé corps-actant exprime le caractère indissoluble de cette association entre deux types de propriétés.

Corps-chair : 195, 196, 197, 198, 199, 200, 201, 202, 203, 204, 206, 208, 209, 210, 211, 212, 213, 214, 215, 216, 218, 221.

Le corps-actant* est constitué du corps-chair (Moi) et du corps propre (Soi). Le corps-chair est l’instance matérielle de référence, dotée a minima d’une structure matérielle et d’une énergie associée à cette structure. Le corps propre est une construction secondaire, une identité qui prend forme au cours des interactions entre le corps-chair et les autres corps-actants*.

D

Dimension phorique : 52.

La proprioceptivité rassemble les modifications du corps propre qui participent à la sémiose*. Elles sont de deux sortes : la tensivité et la phorie. La dimension phorique de la proprioceptivité recueille les mouvements (effectifs ou non, imaginaires ou somatiques) suscités par les interactions avec les autres corps. Sa polarisation en euphorie et dysphorie est la première articulation des axiologies.

Dimension tensive : 52.

La proprioceptivité rassemble les modifications du corps propre qui participent à la sémiose*. Elles sont de deux sortes : la tensivité et la phorie. La dimension tensive de la proprioceptivité recueille les effets des tensions perçues dans l’environnement. Elle est notamment articulable sur les deux directions de la présence sensible : l’intensité et l’extension.

Distension : 174, 175, 176.

La distension est l’une des deux manières d’aborder le temps (l’autre étant la transition*). Sous ce point de vue, le procès temporalisé est traité comme discontinu, doté de bornes et de seuils, et le temps ne peut alors être saisi que dans ses écarts, ses changements de direction et d’orientation, les basculements de perspectives, et les disjonctions que ces opérations induisent.

E

Empreinte : 68, 200, 202, 205.

L’empreinte est une figure sémiotique résultant de l’interaction (antérieure, ou par anticipation) entre un corps et d’autres corps. L’empreinte ne peut fonctionner comme figure sémiotique qu’en l’absence de l’autre corps. Les empreintes se différencient entre elles selon que le corps qui les reçoit est affecté dans sa forme superficielle ou dans sa structure matérielle.

Enfouissement : 119, 200, 220.

L’enfouissement est l’opération de marquage d’un corps, dans sa structure matérielle interne, lors de l’interaction avec d’autres corps. L’empreinte* qui en résulte n’est accessible que par désenfouissement. Le cas le plus connu de ce type d’empreinte est le marquage de la chair en mouvement, dont le désenfouissement sera de nature sensori-motrice.

F

Forme de vie : 11, 13, 14, 15, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 31, 33, 37, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 49, 50, 51, 52, 53, 59, 60, 66, 68, 73, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 92, 100, 106, 107, 108, 114, 119, 132, 136, 142, 144, 145, 151, 153, 154, 161, 162, 164, 166, 169, 170, 172, 175, 180, 181, 182, 183, 192, 193, 195, 196, 197, 211, 214, 215, 221, 223, 227, 238, 240, 244, 245, 248, 251.

Une forme de vie est une sémiose* entre la forme syntagmatique d’un cours d’existence (au plan de l’expression) et l’ensemble des sélections congruentes opérées sur les configurations axiologiques, modales, passionnelles et figuratives (au plan du contenu). Les formes de vie sont les constituants immédiats des sémiosphères*.

Formes d’existence : 11, 14, 17, 30, 32, 108, 137.

Une forme d’existence est un ensemble de propriétés et de relations qui constituent un tout reconnaissable, et imputable à un domaine identifié de l’existence en général. Cette forme reconnaissable est en outre porteuse des conditions d’existence et de fonctionnement des entités propres au domaine en question.

Une forme d’existence sociale réunit spécifiquement les conditions d’existence et de fonctionnement propres à un domaine ou à une dimension de la vie sociale ; les principales de ces conditions concernent la véridiction*, les valeurs, ainsi que les scènes actantielles possibles pour le domaine en question. Les formes d’existence sociales sont par ailleurs préconstruites comme institutions ou habitus sociaux, et héritées de l’histoire de la collectivité concernée. Les formes d’existence sociales sont des spécifications thématiques et institutionnelles de la sémiosphère*. Elles peuvent conditionner des familles de formes de vie*.

H

Homoncule cognitif : 120, 125, 132, 134.

L’homoncule cognitif est un simulacre qui, par délégation, permet à un observateur de se rendre accessible des opérations et des figures que les contraintes de sa propre position d’observation et les limites de sa compétence mettent hors de sa portée. D’un point de vue épistémologique, l’homoncule cognitif est une hypothèse de travail qui appelle une validation ou une falsification. Du point de vue de l’analyse, on peut le considérer comme un observateur délégué, à condition de doter cet observateur de toutes les propriétés et compétences d’un corps-actant* sensible.

I

Imperfection : 42, 50, 51, 52, 53, 54, 115, 116, 135, 136, 157, 243, 253.

L’imperfection est l’équivalent sensible du manque narratif. Toutefois, sa portée est beaucoup plus générale, puisqu’à la différence du manque, l’imperfection ne se limite ni à l’absence (la présence elle aussi peut être source d’imperfection), ni aux phénomènes perceptifs. La notion d’imperfection recouvre donc toute espèce de défaut syntagmatique ou paradigmatique qui demande à être résorbé dans la signification qui en rend compte. On peut rapprocher l’imperfection ainsi conçue du couple notionnel « hiatus/passe » chez Latour, mais le « hiatus » est d’une définition et d’un usage plus restrictif que l’imperfection.

Imputabilité : 122, 123, 129, 131, 132.

Une des formes et dimensions de la responsabilité est le lien qui relie un acte à son opérateur : ce lien est une imputation. L’imputation d’un acte à un opérateur peut être rendue difficile ou impossible en raison de la quantification (le nombre d’actants potentiels, par exemple), de la distance temporelle ou spatiale, ou de la complexité syntagmatique du processus de l’acte lui-même. L’imputabilité est donc fonction de l’ensemble de ces paramètres qui facilitent ou entravent l’imputation.

Inscription : 141, 200, 204, 236, 237, 239.

L’inscription est l’une des formes de l’empreinte*. Lors de l’interaction entre un corps et un autre corps, l’un des deux au moins reçoit sur la forme de son enveloppe des marquages de surface. L’inscription est alors une trace à déchiffrer par les interprètes, à la fois comme figure sémiologique (en fonction de son organisation interne) et comme résultat et effet d’une séquence d’action pratique.

Intégration : 6, 16, 17, 19, 96, 97, 98, 99, 101, 102, 103, 104, 138, 140, 143, 145, 215, 216, 231.

L’intégration est la procédure par laquelle les éléments d’un plan d’immanence* donné deviennent les éléments d’un autre plan d’immanence*. Si le plan d’accueil est de niveau supérieur (d’un niveau de complexité supérieur), le plan d’immanence intégré conserve toutes ses propriétés. Si le plan d’accueil est de niveau inférieur (d’un niveau de complexité inférieur), le plan d’immanence intégré ne conserve que les propriétés propres à son plan d’accueil. La procédure d’intégration est inspirée d’une proposition de Benveniste.

J

Jeu de langage : 20, 185.

Dans la hiérarchie des niveaux d’analyse proposée par Wittgenstein, les jeux de langage occupent la position intermédiaire, entre les expressions et les formes de vie*. Ce sont des prédications énonciatives (des stratégies portées par des actes de langage). Les jeux de langage sont des conditions d’interprétation des expressions, sans pour autant constituer des classes d’expressions (en raison, justement, de la polysémie des expressions). En revanche, les formes de vie* qui les subsument sont des classes de jeux de langage. En outre, l’existence de jeux de langage est décisive chez Wittgenstein pour distinguer les formes de vie* humaines de toutes les autres formes d’existence*.

M

Modes d’identification : 11, 28, 29, 31, 108.

Un mode d’identification est ce qui définit globalement l’appartenance sociale : une fois circonscrit, il détermine tout ce avec quoi chacun peut entretenir une relation réciproque dans une société, et corrélativement, tout ce qui est exclu de cette réciprocité. La sémiosphère de Lotman est d’abord un mode d’identification primaire : elle distingue « nous » et « eux ». Philippe Descola propose de reconnaître quatre modes d’identification primaires, quatre manière de définir le partage entre « Soi » et « Autrui » : l’animisme, le totémisme, le naturalisme et l’analogisme. Un mode d’identification est une condition élémentaire préalable pour toutes les sémioses* qui impliquent le lien social, c’est-à-dire, de fait, la plupart des sémioses*.

P

Persévérance : 31, 32, 33, 36, 37, 47, 48, 49, 50, 59, 69, 80, 83, 84, 89, 95, 99, 100, 101, 102, 103, 104, 108, 122, 143, 157, 158, 161, 164, 168, 169, 173, 178, 179, 180, 181, 182, 184, 186, 188, 189, 191, 192, 195, 197, 220, 240, 244, 245.

Le principe de persévérance est le ressort élémentaire de n’importe quel cours d’existence : continuer, continuer malgré ce qui s’oppose à ce cours d’existence. Le principe de persévérance présuppose le principe de persistance* : exister, c’est toujours continuer à exister dans l’extension (temporelle et spatiale), c’est opposer une résistance aux aléas de l’existence et plus généralement à la contre-persistance. Mais le principe de persévérance ajoute une force d’engagement de l’opérateur, et nous fait donc basculer de l’existence en général à l’expérience d’un actant-corps*, engagé dans le cours d’existence, et à proportion de la force de son engagement.

Persistance : 30, 31, 32, 35, 36, 40, 48, 49, 59, 103, 139, 169, 179, 186, 192, 193, 197, 244.

e principe de persistance est inhérent à l’existence. Passer de l’être à l’existence, en effet, c’est passer d’un état systémique virtuel à un procès qui se déploie dans l’extension temporelle et spatiale. L’existence, en outre, se déroule toujours parmi toutes les existences, et les interférences entre cours d’existence sont la règle, et non l’exception. En conséquence, exister, c’est intrinsèquement persister.

Le principe de persistance est tout particulièrement à l’œuvre dans les formes d’existence sociales telles que les conçoit Latour : comme pour exister socialement, il faut persister, les « hiatus » du cours d’existence doivent être résorbés, et c’est alors le rôle des « passes ». On peut rapprocher ce couple notionnel de Latour (« hiatus/passe ») des processus de l’accommodation syntagmatique, programmation* et ajustement*, ainsi que la notion plus générale d’imperfection*, voire, dans la sémiotique narrative de Greimas, du concept de manque.

Plan d’immanence : 7, 8, 15, 16, 32, 33, 216.

L’immanence est le principe qui permet de définir le champ des dépendances dont l’analyse sémiotique doit rendre compte. Ce champ étant délimité en ne retenant que des dépendances homogènes, on peut dire alors qu’il forme un plan d’immanence. Mais pour rendre compte d’un phénomène sémiotique quelconque, il peut être nécessaire de prendre en compte des dépendances qui ne sont pas homogènes : on a donc affaire à plusieurs plans d’immanence. La notion de « plan », en l’occurrence, fait écho à celles de plan de l’expression* et de plan du contenu*, de sorte que tout plan d’immanence doit comporter lui-même, au bout de l’analyse, les deux plans d’une sémiose*. Plus généralement, la notion de " plan " implique une représentation stratifiée de l’existence en général, et de l’existence sémiotique en particulier.

Plan de l’expression : 11, 12, 14, 16, 42, 43, 45, 46, 47, 51, 52, 59, 66, 68, 79, 112, 115, 143, 157, 162, 186, 195, 198, 207, 211, 234, 237, 239, 240, 244.

Plan du contenu : 11, 12, 14, 26, 42, 45, 46, 47, 51, 52, 53, 59, 62, 68, 74, 75, 77, 79, 157, 162, 186, 238, 239, 240, 244.

À s’en tenir strictement aux définitions hjemsleviennes de ces deux notions-et nous nous y tenons parce qu’elles sont en l’occurrence particulièrement simples et opératoires-, expression et contenu ne sont rien d’autre que les fonctifs aboutissants de la fonction sémiotique, et sont strictement analogues dans leur rapport avec elle. Rien dans les langages, quels qu’ils soient, n’est prédéterminé comme expression ou comme contenu, indépendamment de la fonction sémiotique. Hjelmslev précise même que rien ne légitime, hors fonction sémiotique, que l’un des plans soit appelé « expression » et l’autre « contenu ».

C’est donc la manière dont l’analyse positionne la fonction sémiotique qui répartit les rôles entre expression et contenu. Et si la fonction sémiotique est rapportée à une énonciation —ce que ne fait pas Hjelmslev—, c’est l’énonciation qui détermine cette « position ». C’est la raison pour laquelle, aujourd’hui, la sémiose* et l’énonciation sont considérées comme fortement dépendantes l’une de l’autre.

C’est encore l’analyse qui conduit à la notion de plan chez Hjelmslev : l’analyse a affaire au procès, et elle doit veiller à séparer d’abord expression et contenu pour effectuer les divisions nécessaires et repérer les dépendances et oppositions pertinentes pour chacun d’eux. L’analyse doit en effet parvenir à montrer l’isomorphisme des deux plans pour qu’une sémiose soit envisageable. L’analyse aboutit donc à partir du procès, précise Hjelmslev, à une « ligne de l’expression » et à une « ligne du contenu ». Par ailleurs, elle doit s’appuyer sur la première division du système en deux faces, la « face d’expression » et la « face du contenu ». L’association d’une ligne (procès) et d’une face (système) est arbitrairement dénommée plan par Hjelmslev.

La notion de « plan », du point de vue de la méthode (et en cohérence avec plan d’immanence*), permet donc : (1) de traiter d’abord séparément expression et contenu en vue de constituer ensuite la sémiose*, (2) d’examiner et de décrire la manière dont les dépendances internes s’organisent et se propagent sur chacun d’eux pour constituer une « forme » identifiable, (3) de rendre compte des conditions sous lesquelles leur réunion produit une sémiose*, et enfin (4) de considérer le résultat de cette sémiose comme une sémiotique-objet* pouvant à son tour entrer dans d’autres dépendances et relations avec d’autres sémiotiques-objets*.

Pondération axiologique : 44, 50.

Au sein d’une catégorie déployée en positions différenciées (par exemple les positions d’un carré sémiotique ou d’une structure tensive), l’orientation axiologique ne se limite pas à la projection de l’euphorie et de la dysphorie. Elle peut également procéder en faisant porter un accent d’intensité (sensible, cognitif, pratique ou passionnel) sur telle ou telle position. Elle peut également donner à une ou plusieurs positions une extension supérieure à celle des autres positions. L’association de l’orientation phorique, des accents d’intensité et des variations d’extension concourt à la pondération axiologique des différentes catégories.

Pratique sémiotique : 32, 33, 118, 143.

Une pratique sémiotique est un cours d’action (ouvert aux deux bouts de la chaîne) qui se définit à partir d’un prédicat thématique et d’un opérateur, environnés l’un et l’autre au moins par un objectif et un horizon stratégique. La régulation du cours d’action obéit à un principe d’accommodation (programmation* & ajustement*), et la nature de cette accommodation définit à la fois le genre de pratique (conduite, protocole, rituel, etc.) et sa plus ou moins grande capacité à résister aux interférences avec les autres pratiques.

Programmation : 32, 59.

Dans une sémiotique-objet dont la clôture, formelle ou factuelle, n’est pas un critère pertinent pour l’analyse, notamment dans une pratique sémiotique* ou une forme de vie*, l’analyse du procès doit pouvoir rendre des processus qui produisent l’impression de cohérence syntagmatique*, et qui donnent lieu à des schèmes syntagmatiques* reconnaissables. Ces processus, programmation et ajustement*, sont ceux de l’accommodation syntagmatique.

La programmation procède d’un ensemble d’instructions pour l’accommodation syntagmatique d’un procès ouvert, éventuellement assumées par un actant destinateur, et fournissant un contenu procédural à la compétence (savoir-faire et pouvoir-faire) de l’opérateur de la pratique ou de l’actant-corps d’une forme de vie*. Ces instructions procédurales sont donc à la fois des conditions requises pour que le procès puisse se dérouler, et des solutions mobilisables en toutes les phases du procès pour réguler son cours. La programmation fait appel à des schèmes syntagmatiques* déjà constitués et disponibles (actualisables), alors que l’ajustement* les adapte et les invente dans le cours même du procès.

R

Régime de croyance : 16, 17, 29, 59, 78, 85, 86, 97, 116, 118, 121, 127, 128, 132, 133, 145, 146, 147, 148, 149, 150, 152, 188.

D’un point de vue génétique, un régime de croyance est le plus souvent la généralisation d’une propriété de genre (littéraire ou médiatique) à une forme de vie* tout entière : du roman, on passe à une forme de vie romanesque ; de la tragédie, au tragique, etc. Un régime de croyance détermine notamment les conditions requises, en termes de véridiction*, de valeurs dominantes et de conditions d’énonciation pour la participation à une forme de vie*. C’est pourquoi ils sont au principe même des formes d’existence* sociales. « Régime », en l’occurrence, désigne la spécification, pour une forme d’existence sociale donnée, des conditions de la croyance en général.

Régime temporel : 172, 173, 174, 175, 176, 177, 179, 180, 181, 182, 183, 184, 193, 197, 221.

Les régimes sémiotiques du temps sont les formes particulières de la temporalité, selon les différents paramètres de la perspective, du rythme, du tempo, de l’affect, de la modalité, de la distension ou de la transition. Un régime temporel donne lieu à une sémiose* quand il réunit, du côté de l’expression, un certain nombre de ces propriétés, et du côté du contenu, des valeurs sémantiques et narratives.

S

Saisie : 15, 59, 64, 117, 161, 163, 164, 165, 166, 192, 226, 227.

La saisie est le rapport qui s’établit entre un actant source et un actant cible du point de vue de l’extension. L’actant source saisit, avec une certaine extension, une extension propre à l’actant cible.

Schème syntagmatique : 32, 33, 41, 42, 43, 45, 46, 47, 48, 51, 52, 53, 55, 68, 78, 79, 162, 170, 172, 185, 186, 221, 244.

Un schème syntagmatique est la forme stabilisée et reconnaissable de l’agencement syntagmatique d’un procès. Dans un cours d’action pratique, un schème syntagmatique est le produit de l’accommodation pratique, c’est-à-dire d’une association entre une part de programmation* et une part d’ajustement*. Le « schème » est ici entendu dans une acception proche de l’acception kantienne, à mi-chemin entre le concept et l’image : il a une part des propriétés du concept, puisqu’il permet de saisir l’ensemble du procès sous une seule forme, et une part des propriétés de l’image, puisqu’il est reconnaissable comme une forme iconique. Le schème syntagmatique est par ailleurs, dans les formes de vie*, la forme même de la persévérance*, et qui concourt à l’impression de cohérence syntagmatique*.

Sélection congruente : 12, 45, 78.

La sélection est l’opération par laquelle, sur un ensemble de catégories associées dans une même forme de vie*, une série de choix et de pondérations axiologiques* sont opérées. La sélection est congruente dès lors que le parcours de l’ensemble des choix effectués se donne à saisir comme une « commutation en chaîne », ou l’une des commutations implique toutes les autres. De ce point de vue, la sélection congruente est le processus qui assure, dans les formes de vie*, la propagation d’un choix catégoriel à tous les autres.

Sémiose : 8, 11, 15, 16, 43, 59, 74, 75, 76, 79, 106, 115, 179, 215, 239, 240.

La sémiose est l’opération par laquelle un plan de l’expression* est défini pour entrer en corrélation avec un plan du contenu*. C’est la sémiose qui détermine la distinction et la réunion des deux plans, et non l’inverse. Le principal intérêt des recherches sur la sémiose réside dans la possibilité de spécifier les conditions particulières et les types dans lesquels elle advient. La quantification respective des deux plans, le rôle du corps propre, le processus perceptif et la scène actantielle qui la produisent, les affects et les émotions qui l’animent sont parmi les propriétés les plus fréquemment sollicitées pour ce faire.

Sémiosphère : 7, 11, 14, 18, 19, 20, 28, 31, 39, 80, 137, 138, 139, 140, 144, 146, 214, 225, 226, 229, 231, 243, 245, 248, 254.

La sémiosphère est définie par Lotman comme l’espace des conditions requises pour que des langages et des communications puissent avoir lieu. Ces conditions minimales et primaires sont au nombre de deux : la détermination d’un mode d’identification* interne et de différenciation externe, et la capacité d’auto-description. Sous ces conditions primaires, la sémiosphère permet de circonscrire, à l’intérieur de la biosphère, l’espace où des sémioses* sont possibles et pensables. Les modes d’identification* anthropologiques décrits par Descola sont des types spécifiques de sémiosphères. Les formes d’existence* sociales définies par Latour sont des espaces sociaux relatifs à des conditions secondaires des sémioses*.

Sémiotique-objet : 11, 15, 18, 31, 43, 59, 115, 169, 197, 234, 240.

Une sémiotique-objet est le résultat d’une sémiose*. Le processus sémiosique conduisant à la mise en relation d’un plan de l’expression et d’un plan du contenu, son résultat, la sémiotique-objet, relève alors d’une analyse continue, et donc de la mise en œuvre de toutes les procédures sémiotiques prévues en ce cas : segmentation, déduction, catalyse, recherche d’isotopies, construction narrative, passionnelle et figurative, et surtout confrontation et mise en relation avec d’autres sémiotiques-objets. Plan d’immanence*, sémiose* et sémiotique-objet fonctionnent alors souvent, du point de vue de la pratique concrète d’analyse sémiotique, comme d’approximatifs para-synonymes, chaque fois qu’il n’est pas requis de distinguer le périmètre, le processus et le résultat de la sémiose*.

Style de vie : 13, 80.

Un style de vie caractérise les comportements, les productions symboliques et les modes d’interaction sociale d’un acteur ou d’un groupe d’acteurs. Eu égard aux formes de vie* qui restent par définition disponibles pour tous à tout moment, les styles de vie sont des usages que se sont appropriés des acteurs et, en ce sens, ils offrent une médiation entre le domaine des formes de vie* et celui des classifications sociales. Les styles de vie procurent aux formes de vie* des ancrages dans la réalité sociale.

Style figural : 26, 27, 33.

Étant donné un schème syntagmatique* quelconque, reconnaissable dans sa forme globale en raison de sa stabilité, son plan de l’expression* est constitué par des figures et des agencements spécifiques, indépendamment des contenus qu’on peut leur associer. Ces agencements de figures de l’expression sont des styles figuraux dans la mesure où ils permettent de différencier un schème syntagmatique* d’un autre schème syntagmatique*. La notion de style figural présuppose donc, d’un point de vue méthodologique, la possibilité de conduire une analyse du plan de l’expression indépendamment du plan du contenu (cf. plan de l’expression*).

T

Temps social : 178, 179, 180, 181, 182, 183, 184, 186, 187, 190, 191, 193.

Le temps social est le temps sémiotique proprement dit. C’est le tiers temps engendré par la sémiose* temporelle, obtenue par la réunion du temps de l’existence (le temps chronique où se situent les activités individuelles et collectives) et du temps de l’expérience (le temps vécu individuellement et collectivement, avec ses affects, ses perspectives et sa plasticité, qui rend possible la navigation rétensive et protensive (cf. régime temporel*). L’une des formes les plus connues du temps social est celle du temps de l’échange, et notamment de la dette et du retour du contre-don (cf. Marcel Mauss).

Transition : 152, 168, 174, 175, 185.

La transition est l’une des deux manières d’aborder le temps (l’autre étant la distension*). Sous ce point de vue, le procès temporalisé est traité comme continu, et le changement s’effectue dans la constance et le chevauchement des phases successives. Le temps ne peut alors être saisi que par un observateur immergé.

V

Véridiction : 23, 24.

La véridiction est une propriété sémiotique qui caractérise la relation et la confrontation entre les structures sous-jacentes et la manière dont elles se manifestent. Littéralement, la véridiction fait dépendre la vérité de la manière dont elle est dite. Elle transpose la question de la vérité au sein des dépendances internes dégagées par l’analyse, et notamment en définissant les conditions requises et préalables pour que la vérité puisse être dite et reconnue. C’est la raison pour laquelle la véridiction est toujours une conception de la vérité « sous conditions ». Et c’est aussi la raison pour laquelle la véridiction peut figurer parmi les conditions de la sémiose* dans les formes d’existence sociales*.

Visée : 43, 72, 117, 120, 126, 161, 162, 163, 164, 165, 166.

La visée est le rapport qui s’établit entre un actant source et un actant cible du point de vue de l’intensité. L’actant source vise, avec une certaine intensité, une intensité émanant en propre de l’actant cible.

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search