Version classiqueVersion mobile

Formes de vie

 | 
Jacques Fontanille

III. L'espace-temps de la persistance et de la persévérance

Préambule III

Texte intégral

1Les formes de vie reposent sur des formes identifiables de la persévérance, et notamment des agencements reconnaissables du déploiement syntagmatique d’un cours de vie. La manifestation du déploiement d’un procès emprunte simultanément et complémentairement trois types de dimensions : celle des acteurs, celle de l’espace et celle du temps. Nous avons déjà évoqué abondamment la dimension actorielle en caractérisant les formes de vie comme des régimes d’identification et de construction des interactions sociales, mais aussi en recherchant les propriétés modales, éthiques et passionnelles qui déterminent les compétences et les différents rôles qui participent aux formes de vie. Nous examinons plus précisément maintenant les formes spatiales et temporelles qui permettent à la vie de persévérer dans son cours, et, ce faisant, de lui donner du sens.

2L’espace-temps des formes de vie est d’abord celui de la présence sensible (cf. supra, deuxième chapitre). Les imperfections propres aux formes de vie, les tensions et conflits entre les propriétés respectives du plan de l’expression et du plan du contenu, se manifestent dans l’espace et dans le temps de la présence sensible : nous avons déjà identifié par exemple la dissociation entre l’attente et la nostalgie, qui se différencient, à partir de la même imperfection de base (celle du manque), selon que cette dernière est orientée prospectivement ou rétrospectivement, ou, dans les termes d’une phénoménologie de la présence : selon qu’elle est protensive ou rétensive. Mais l’attente tout comme la nostalgie, tout comme le manque en général, peuvent également reposer sur une topologie de la présence : un objet de valeur, une situation potentielle et désirée peuvent être « ailleurs », « au loin », ou circonscrits à l’intérieur d’un lieu inaccessible, voire intemporel.

  • 1 C’est déjà très précisément cette procédure que développe Denis Bertrand à propos du Germinal de Z (...)

3Mais en outre, cet espace-temps est susceptible d’être examiné à la lumière des « régimes » spatiaux et temporels qu’il induit. On entend ici par « régime » une configuration rassemblant les propriétés, figuratives et non figuratives, associées à une figure spatiale ou temporelle qui en est le noyau générateur. Définir et décrire un « régime » spatial ou temporel consiste (i) à postuler le rôle organisateur de la figurativité (une sorte d’« intelligence figurative »), (ii) à adopter le point de vue des figures de l’espace ou du temps pour accéder à l’ensemble des propriétés associées dans la même configuration, et enfin (iii) à établir la cohérence de la configuration, de manière à pouvoir concevoir la figure spatiale ou temporelle centrale comme son noyau générateur1.

4Du point de vue de la méthode, les régimes spatiaux et temporels pourraient, ni nous n’y prenions garde, entrer en concurrence (sinon en confusion) avec les formes de vie. La méthode, en effet, est très comparable, puisqu’elle repose dans les deux cas, sur la constance et la congruence de l’ensemble des choix qui sont faits, pour une configuration donnée, dans toutes les catégories qui la constituent. Mais la ressemblance s’arrête là : dans le cas des régimes spatiaux et temporels, d’une part le nombre de catégories concernées est limité et sélectionné par le point de vue adopté (espace et temps) : aspectualité, rythme et tempo, axiologies, émotions et passions, et d’autre part il n’y est question que de congruence paradigmatique ; dans le cas des formes de vie, il n’y a pas de noyau générateur et de point de vue génériques : chacune a le sien, et en outre, la question de la cohérence syntagmatique est primordiale.

5Mais il n’en reste pas moins que la persévérance propre aux formes de vie se déploie et se manifeste dans l’espace et dans le temps, et qu’elle y rencontre nécessairement des régimes spatiaux et des régimes temporels qui sont susceptibles soit de soutenir le cours de vie, soit de le perturber, soit même de le suspendre. La question n’est plus méthodologique mais théorique : quelles sont les morphologies spatiales et temporelles qui permettent la constitution de formes de vie ? Et comment ces morphologies infléchissent-elles la cohérence et la cohérence des formes de vie, et réciproquement ?

6C’est la phénoménologie du champ de présence qui nous aidera à définir les conditions dans lesquelles nous pouvons constituer des régimes topologiques débouchant sur des formes de vie élémentaires. Et c’est avec le double soutien d’une part de la constitution du temps dans les mythes de la Grèce ancienne, et d’autre part de la constitution du temps juridique, que nous identifierons les régimes temporels qui autorisent le déploiement de formes de vie.

7Nous pourrons alors examiner deux cas de formes de vie qui sont à la frontière de la nature et de la culture, et qui mettent en œuvre, chacune leur manière, une forme de socialisation et de culturalisation des propriétés spatiales et temporelles de la nature : du côté des régimes temporels, il sera question de la périodicité des saisons (les saisons de la mode), et du côté des régimes spatiaux, des formes de vie territorialisées.

Notes

1 C’est déjà très précisément cette procédure que développe Denis Bertrand à propos du Germinal de Zola, dans L’espace et le sens (Paris-Amsterdam, Hadès-Benjamins, 1985), même s’il la justifie en d’autres termes, de nature plus rhétorique.

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search