Version classiqueVersion mobile

Formes de vie

 | 
Jacques Fontanille

II. Régimes de croyance en concurrence : provocations, conflits et concessions

Transparences : des croyances et des concessions

Texte intégral

UNE CONFIGURATION TRANSVERSE

1La transparence est d’abord une propriété du monde physique, traitée par une des sous-disciplines de la physique, l’optique. Cette propriété physique, sur laquelle nous reviendrons, concerne l’interaction de la lumière avec la structure de la matière. Il y aurait quelque artifice, si ce n’est quelque provocation, à y voir un « mode d’existence » des systèmes physiques. Mais la question se pose tout autrement si nous intégrons ces systèmes physiques dans le champ perceptif d’un être vivant quelconque, puis, plus spécifiquement, d’un humain.

2Car nous obtenons alors une modalité particulière de la relation de ces êtres vivants avec leur environnement, qui participe de leurs pratiques d’interaction avec d’autres éléments du monde naturel : l’ours se saisit du saumon dans l’eau transparente, le crocodile se dissimule dans l’eau opaque, l’homme inquiet surveille ses abords à travers la vitre d’une fenêtre, le jaloux guette le retour de son épouse à travers la vitre d’une porte, dans La Jalousie de Robbe-Grillet. À cet égard, la transparence peut s’insérer dans les modes d’existence des vivants, comme l’un des motifs récurrents des figures de l’adjuvant ou de l’opposant, eu égard aux pratiques et aux objectifs qu’elles comportent. Et, du point de vue des humains, elle participe aux effets véridictoires et passionnels de leurs relations avec les autres humains et avec le monde naturel. Pas à pas, nous franchissons ainsi le seuil entre les lois de l’existence physique dans la nature et les formes de l’existence sémiotiques, notamment parce qu’en déterminant (en facilitant ou en compromettant) des interactions avec le monde extérieur et ses acteurs, la transparence participe à la socialisation de l’environnement et à la sémiotisation du monde naturel.

3La construction d’une configuration sémiotique de la transparence, y compris dans sa dimension physique, ne prend plus alors le risque d’une extension métaphorique incongrue, puisque la situation dont il est question, dans son organisation matérielle même, détermine les conditions d’une expérience signifiante, impliquée dans des pratiques et des modes d’existence plus généraux qui sont eux-mêmes susceptibles d’une approche sémiotique. Mais avec ces motifs adjuvants ou opposants, nous sommes encore bien loin des formes de vie.

4Franchissons un pas de plus. La plupart de nos activités quotidiennes, tout comme la sphère publique, sont aujourd’hui soumises à l’exigence de transparence. La démocratie contemporaine revendique la transparence ; les médias l’exigent ou l’imposent ; les technologies de l’information et de la communication s’y prêtent. La transparence n’est pourtant pas le meilleur descripteur de la vie sociale, publique ou privée, qui se caractérise plutôt par une complexité et un enchevêtrement de déterminations, de zones d’ombre et de « boîtes noires » qui se prêtent difficilement à cette exigence. La transparence est donc d’abord un problème que pose la vie en collectivité, avant d’être une solution.

5Le risque de l’extension métaphorique n’est pas encore écarté. Au nom de quoi la transparence sociale aurait-elle partie liée avec la transparence dans l’expérience de nos interactions avec le monde naturel ? C’est justement ce que l’approche sémiotique du problème permettra de montrer : il y une sémiose spécifique de la transparence. On découvrira la permanence et la transversalité d’un dispositif sémiotique « nomade », qui configure l’ensemble des situations de transparence et d’opacité, et qui, au cours de ce nomadisme, change peu à peu de statut, depuis le simple motif actantiel et modal qui participe de la socialisation de l’environnement jusqu’à la forme de vie qui s’impose à nos conduites sociales et au fonctionnement de nos institutions.

Un topos au cœur d’une forme de vie

6En société, c’est justement en raison de l’opacité naturelle de l’ordre des choses que la transparence est demandée : c’est une cible à atteindre, un horizon souhaitable, ou une sommation publique. À cet égard, la transparence fonctionne comme un grand nombre de ces topoï axiologiques qui servent de grille d’interprétation à notre quotidien : il vaut mieux être transparent qu’opaque, et nul ne songerait, sauf par provocation, à revendiquer le droit à l’opacité. On peut tout au plus imaginer qu’au nom de la défense de la sphère privée, ou d’une certaine forme de la liberté de penser et d’agir, des individus et des groupes puissent résister à l’exigence de transparence, mais ils revendiquent alors la non-transparence, et non l’opacité.

7Nous avons donc affaire à une catégorie de pensée qui est d’emblée dissymétrique : des états de choses opaques ou incompréhensibles sont sommés de devenir lisibles, compréhensibles et transparents. La transparence sociale est un récit, celui d’une transformation portée par un présupposé axiologique qui s’impose sans discussion. Sans discussion ? C’est justement le rôle de la sémiotique que de remettre en discussion ce qui semble aller de soi.

8Cette étude propose donc une construction sémiotique de la transparence. Elle ne propose pas d’en construire le sémème en langue ou dans les textes, mais d’en établir le schème sémiotique tel qu’il se dessine à travers l’ensemble des conceptions, des situations, des pratiques et des stratégies qui se réclament de la transparence. Il s’agit en somme de convertir une notion polysémique et indécise en une configuration sémiotique. Et c’est alors seulement que la configuration que nous obtiendrons aura vocation à jouer le rôle d’une forme de vie dans la société contemporaine.

9Du point de vue de la méthode, il n’y a pourtant, malgré la différence de niveau de pertinence, guère de différence avec la construction d’un sémème : un examen détaillé des différents contextes pratiques et stratégiques, un croisement et une superposition des usages, pour dégager au final un « noyau » sémiotique général et les « variétés » de ses réalisations particulières. De la même manière que pour la construction du sémème, on ne traitera pas différemment le sens « propre » et le sens « figuré », par exemple la transparence visuelle et la transparence démocratique, puisque toutes les réalisations concrètes et particulières sont supposées participer également du « noyau » sémiotique et de ses « variétés ».

10Mais le statut théorique du résultat attendu n’est évidemment pas de même nature que celui du sémème : pour ce dernier, en effet, la construction sémantique doit seulement permettre de prévoir les isotopies textuelles auxquelles il peut participer. Alors que le schème sémiotique de la transparence doit permettre de prévoir d’une part quels sont scénarios pratiques qui sont susceptibles de le manifester, et d’autre part quelle forme de vie il propose.

11En effet, la transparence est une configuration que peuvent partager de très nombreuses thématiques pratiques et stratégiques, voire des sémiotiques-objets de statut entièrement différent. Dans cette perspective transverse, elle prend donc l’allure d’un « style » sémiotique, qui détermine des pans entiers des activités propres à une société et à une culture. Le schème de la transparence transcende les univers thématiques et les modes d’existences sociaux en leur procurant une configuration constante, qui se reconnaît d’un univers à l’autre : on invoque ainsi la transparence dans le monde visible au quotidien ou dans les pratiques scientifiques, dans l’exercice de la démocratie et de l’administration, mais aussi dans le domaine de la finance, de la vie urbaine et des médias.

12En outre, comme on le verra au cours de cette étude, le schème de la transparence est constitué de propriétés figuratives et sensibles, narratives et modales, passionnelles et éthiques, toutes solidaires les uns des autres. Cet ensemble congruent présente les caractéristiques d’une forme de vie, en ce sens que, quel que soit le domaine social et thématique qu’il détermine et configure, il lui procure une orientation axiologique qui repose toujours sur les mêmes choix structurels. Dans cette perspective, on verra que les valeurs de transparence contribuent à la persévérance, que nous avons proposée comme ressort modal et passionnel élémentaire de toute forme de vie. Elles y contribuent même de manière fondamentale, puisque si « persévérer » présuppose par définition la rencontre de quelque obstacle, la transparence a pour fonction de contribuer à éliminer l’obstacle ou à passer outre.

13Au fil de cet ouvrage, nous avons évoqué les « macro-familles » de formes de vie, qui proposent des typologies des modes d’identification dans les sociétés humaines, ainsi que les « familles » de formes de vie, qui s’organisent en modes d’existence au sein d’une société donnée. Nous venons d’évoquer ce qui se passe en amont, à propos du micro-motif de la transparence physique, dont les êtres vivants font l’expérience au cours de la socialisation du monde naturel. Et nous voyons se dessiner, à l’intérieur des formes d’existence des sociétés occidentales, une forme de vie transversale : la transparence. La chaîne conceptuelle offre en quelque sorte une vue panoramique et une possibilité de parcours qui conduit des systèmes physiques et des configurations naturelles et aboutit à des organisations sociales et des formes culturelles. Ce parcours n’est certes pas continu, et il ne manque pas de seuils critiques et de frontières épistémologiques, mais il peut être parcouru, il peut supporter des homologations, des homothéties, et des régularités de nature sémiotique.

Un phénomène de nature concessive

  • 1 L’alliance thématique de la transparence et de l’obstacle fait allusion au titre du livre de Jean (...)

14L’un de ces régularités, disions-nous plus haut, est l’existence d’un obstacle, eu égard à une pratique en cours, ainsi que d’une solution qui permet de lever l’obstacle, et cette remarque intuitive conduit à préciser notre hypothèse de travail. La transparence s’inscrit spécifiquement sur une isotopie pratique de nature cognitive, perceptive, sensible ou interprétative. Elle présuppose sur cette isotopie au moins un obstacle, et permet de faire (de voir, de savoir, de comprendre, etc.) malgré cet obstacle1. Nous dirons en conséquence que la transparence est une configuration sémiotique fondée sur une prédication concessive.

15Quelle que soit l’acception que l’on choisisse, le contenu commun et sous-jacent à toute forme de transparence est toujours celui de l’accessibilité perceptive et cognitive, dont la formule modale est :

  • 2 Le principe de cette formulation modale est présenté dans Fontanille Jacques, Les espaces subjecti (...)

/pouvoir & vouloir percevoir (ou savoir)/+/ne pas pouvoir ne pas donner à percevoir (ou savoir)/2.

16Cette description modale, notamment les formulations négatives de la deuxième partie, renvoie plus précisément, d’un point de vue phénoménal, à un dispositif où une entité quelconque, susceptible d’être un obstacle à la perception ou à la connaissance, se révèle pourtant ne pas en être un. L’hypothèse et la définition princeps qui guidera cette étude, c’est que la transparence n’est pas donnée en premier, comme la traversée instantanée d’un espace physique, mental ou social. Au contraire, la transparence présuppose un obstacle, qui est neutralisé par négation. Et ces deux opérations : [(1) l’obstacle est présupposé], et (2) [l’obstacle est nié], constituent le noyau conceptuel et phénoménal de toutes les variétés que nous allons maintenant explorer.

17Un obstacle potentiel étant transformé en non-obstacle, c’est-à-dire en obstacle virtualisé, la transparence n’est donc pas un état, mais un processus, ou à tout le moins une propriété dynamique portant sur la modalisation existentielle de l’obstacle (l’obstacle potentiel est au moins partiellement virtualisé). La succession de la présupposition et de la négation, ou celle du potentiel et du virtuel, ont un autre nom en sémiotique : il s’agit de la concession : « bien que non X… quand même X », ou « bien que X… quand même non X ». Bien que A soit potentiellement masqué par un obstacle, des propriétés et des conditions particulières permettent quand même de percevoir ou de connaître A.

18Ce point de départ a une conséquence méthodologique immédiate : pour explorer la transparence, on ne commencera pas par se demander comment l’information, l’énergie, ou la perception passent et selon quel degré et avec quel effet. On commencera au contraire par se demander de quelle nature est l’obstacle, l’entrave, la dissimulation ou le secret que la transparence neutralise, tant bien que mal. Nous faisons donc l’hypothèse, en d’autres termes, qu’il est plus productif de considérer la transparence comme un accident de l’opacité, que le contraire. Et dans cette perspective, la transparence totale, un monde entièrement transparent, est une aporie ou un impensable pour la sémiotique, une limite du sens. Et il en va de même dans le monde naturel physique. Nous montrerons même que pour être sémiotiquement productive et pertinente, la transparence doit nécessairement être imparfaite.

LA TRANSPARENCE ET LE VISIBLE

Le phénomène physique

19En optique même, le caractère dynamique de cette propriété apparaît immédiatement dans la définition même de la transparence. Un matériau ou un objet est qualifié de « transparent » lorsqu’il se laisse traverser par la lumière. Cette propriété dépend de la longueur d’onde de la lumière et de l’organisation structurale du matériau : ainsi, le verre n’est transparent que dans les limites du visible (on voit à travers), mais il bloque les rayons ultra-violets (ce qui explique notamment qu’on ne puisse pas bronzer derrière une vitre). Plus précisément, aucun matériau n’est totalement transparent : il absorbe une part plus ou moins importante de la lumière reçue en fonction de la longueur d’onde. Plus l’« absorbance » d’un matériau est faible à une longueur d’onde donnée, plus il est transparent pour cette longueur d’onde.

20Le raisonnement du physicien repose donc sur la même prédication concessive que celui du sémanticien : étant donné un matériau susceptible d’être un obstacle potentiel au passage de la lumière, on apprécie sa transparence en fonction de la lumière qui passe quand même. Le physicien utilise pour décrire cette opération deux concepts contraires et qui correspondent à des propriétés mesurables séparément : la transmittance et l’absorbance, et à partir desquelles il peut « raconter » et modéliser la traversée du matériau par la lumière.

  • 3 Cette présentation doit beaucoup à Pérez José-Philippe, Optique. Fondements et applications, Paris (...)

21En effet, l’absorbance3 d’un matériau se mesure à partir de quatre valeurs d’énergie : l’énergie incidente (celle qui est dirigée sur le matériau), l’énergie absorbée, l’énergie transmise et l’énergie réfléchie. À partir de l’énergie incidente, le matériau fonctionne comme un filtre, qui trie, qui retient l’énergie absorbée, qui renvoie l’énergie réfléchie, qui conserve l’énergie absorbée non transmise, et qui restitue l’énergie transmise. La transparence est au final caractérisée par l’énergie transmise, qui résulte elle-même de la différence entre l’énergie incidente, d’une part, et l’énergie absorbée + l’énergie réfléchie, d’autre part. Pour maintenir le lien avec l’approche phénoménale, l’énergie transmise en question est celle même qui affecte les sens et qui fait ou laisse percevoir quelque chose ou pas : il faut pour cela implanter un observateur.

22La compréhension physique du phénomène précise d’une certaine manière le processus « concessif » que nous posions comme hypothèse de travail : l’obstacle se révèle être un filtre, dont les réglages variables permettent de moduler l’équilibre entre l’absorption et la transmission de l’énergie. Bien qu’il soit en mesure d’absorber la plus grande part de l’énergie, sous certaines conditions il en restitue quand même une quantité suffisante pour la perception. Du point de vue de la structure prédicative, la relation entre deux actants (la source et la cible de l’énergie) est soumise à l’action d’un troisième (l’actant de contrôle) et c’est cet actant de contrôle qui règle et opère le tri.

23Mais, dans cette compréhension physique même, l’actant de contrôle présente deux faces : (1) des propriétés de la matière traversée, et (2) des propriétés de l’énergie qui traverse, puisque l’absorbance et la transmittance sont fonction à la fois de la structure, notamment cristalline, de la matière, et de la longueur d’onde de la lumière. Cet actant de contrôle (l’obstacle filtre) n’est donc ni dans la matière ni dans l’énergie, mais dans l’interaction et la tension entre leurs propriétés respectives.

24Bien entendu, cette description phénoménologique, qui se superpose à la description strictement optique, présuppose l’implantation d’un observateur et seul l’observateur est en mesure de traduire la mesure de l’énergie en processus différenciés : filtrer, retenir, renvoyer, transmettre et donner à percevoir.

Le phénomène sémiotique

  • 4 Dans Fontanille Jacques, Sémiotique du visible. Des mondes de lumière, Paris, PUF, 1995, chapitre (...)

25Pour la sémiotique du visible, le monde visible advient par la lumière : une intensité qui sollicite la perception, une intensité modulable qui se diffuse, se concentre ou se localise dans l’étendue et la matière. Les « états » de la lumière4 manifestent les différentes conséquences de ces modulations dans le plan de l’expression du visible : l’éclat, l’éclairage, le chromatisme et les effets de matière manifestent les principales catégories de l’interaction entre l’intensité lumineuse et l’étendue où elle s’inscrit.

26L’éclat concentre l’intensité et l’étendue. Il ponctualise la lumière.

27L’éclairage mobilise et parcourt l’étendue, et y introduit des positions et du mouvement entre ces positions. Il fait circuler la lumière entre ces positions.

28Le chromatisme transforme l’étendue en un ensemble de sites et d’objets. Il fixe, situe et actorialise la lumière, en la transformant en couleurs propres aux lieux et aux objets.

29La lumière-matière donne à percevoir ou à appréhender l’actant contrôle lui-même, sous forme d’obstacle, de transparence, de modelé, ou de texture : partout où la lumière et la matière se rencontrent, la lumière nous informe de la manière dont la matière occupe l’étendue et, réciproquement, la matière nous révèle comment la lumière est absorbée, reflétée ou restituée. C’est lors de cette rencontre que se produisent les effets-matières.

30Ces différents états de la lumière résultant des tensions entre les variations d’intensité et celles de l’étendue, ils participent d’une même structure tensive, que voici :

La structure narrative

31Les interactions entre le rayonnement lumineux et les obstacles matériels, notamment autour des « effets de matière », sont le ressort même de la dynamique sémiotique, qui peut recevoir une analyse narrative élémentaire, à partir des différents types d’interaction, des équilibres et des déséquilibres entre la lumière et la matière.

32Par exemple, si on imagine la manière dont l’interaction se stabilise au profit de la matière, on peut prévoir d’ores et déjà deux voies principales : soit la lumière est capturée par une masse indivise et absorbante, soit elle est arrêtée par l’opacité d’une surface. On obtient alors dans le premier cas un effet d’épaisseur et de profondeur matérielle, et, dans le deuxième cas, un effet de modelé en surface, qui célèbrent chacun à leur manière la capture du rayonnement par la matière, l’un par une stabilisation en masse, l’autre par une stabilisation en surface. Autre cas de figure : les effets de matière transparente ou translucide manifestent à l’inverse la traversée du rayonnement sans capture par la matière, à des degrés différents.

33En suivant ce raisonnement, nous pouvons supposer que les différents équilibres et déséquilibres entre les deux actants antagonistes, la lumière et la matière, produiraient les formes visibles de la zone de leur conflit. Il nous faut donc construire les scénarios de ces interactions. Les sources (S), les cibles (C) et les obstacles (O) participent à une syntaxe relativement simple : S émet, C reçoit, O détourne, capture ou restitue un seul objet, le rayonnement lumineux. Les variantes de cette syntaxe sont les scénarios recherchés.

34Le scénario de base, celui de l’éclairage proprement dit, repose sur le graphe ci-contre, où on voit que la source S émet un objet capturé par la cible C.

35Le reflet n’en diffère que par la conversion de la cible en contrôle : devenu un obstacle, il renvoie la lumière vers une ou plusieurs autres cibles.

36Quand l’obstacle est opaque, la cible disparaît à la vue. L’obstacle lui-même peut être visible s’il n’occupe pas tout le champ.

37L’obstacle absorbant (les écrans translucides, mais aussi les matières diffusantes) représente un cas intermédiaire, où le rayonnement n’est pas capturé par le contrôle, mais seulement retenu, et restitué, de sorte que la source n’est plus directement identifiable, dans la mesure où le rayonnement semble émaner de la matière ou de la surface de l’obstacle lui-même.

38Dans le domaine du visible, la question de la transparence peut donc recevoir de manière constante, dans toutes les situations phénoménales, une définition narrative et modale, reposant sur :

  • un antagonisme et des interactions entre deux actants principaux (lumière et matière),
  • des variétés de l’interaction traduisant des équilibres et déséquilibres entre les propriétés de chacun d’eux,
  • et pour spécifier le cas de la transparence, un prédicat concessif qui exprime le changement de rôle à l’intérieur de la situation antagoniste : l’obstacle se met à « collaborer », et restitue la lumière.

39La transparence phénoménale propre au visible obéit grosso modo aux mêmes règles que la transparence physique telle que décrite par le discours scientifique de l’optique, et elle est conforme à l’hypothèse générale. À ce stade, il serait hasardeux de parler de forme de vie, mais pourtant les propriétés essentielles sont déjà reconnues : une forte cohérence entre une expérience sensible et des propriétés figuratives, d’une part, et une structure narrative et modale constante, d’autre part, qui fournit le noyau d’un récit élémentaire. Sans compter évidemment le fait que même cette transparence-là permet de continuer et de persévérer, dans une pratique ou une stratégie visuelle et/ou interprétative, et ce malgré l’obstacle et les antagonismes entre matière et lumière.

L’énonciation visuelle, l’exploration et la transparence imparfaite

40L’hypothèse qui se dessine peut maintenant être précisée. La prédication concessive ouvre la voie pour une imperfection : une énergie est arrêtée ou affaiblie, mais pas entièrement ; un obstacle s’oppose, mais pas complètement ; une portion du monde est visible, mais imparfaitement. Cette imperfection est le ressort fondateur d’une dynamique narrative, et la transparence ne peut être comprise alors que sous la forme d’une production sémiotique, une structure narrative élémentaire.

  • 5 Dans Fontanille Jacques, « Paysages : le ciel, la terre et l’eau », dans Entre Espace et paysage. (...)

41Dans l’ordre du visible, nous avons déjà montré5 par exemple pourquoi, dans un paysage, considéré comme un ensemble signifiant sélectionné dans le monde naturel, l’atmosphère agit, sans être vue, en projetant une imperfection sur cette portion du monde visible : elle désature les couleurs, elle diminue les contrastes de formes et de textures, et elle le fait d’autant plus que l’on cherche à voir en profondeur. À l’horizon, la transparence est dégradée, et la plupart des traits contrastifs du visible sont neutralisés.

42La description plastique du paysage n’invoque pas en général le rôle de l’atmosphère. Elle se contente de noter que l’effet de profondeur, comme propriété d’une portion d’espace naturel, est produit au plan de l’expression par des degrés de désaturation et d’affaiblissement progressifs de tous les contrastes visuels. Cette description plastique présuppose pourtant sans l’expliquer qu’un paysage est un objet d’analyse de nature sémiotique, ou en bref, une sémiotique-objet. Et il ne suffit pas, pour expliquer la conversion d’une portion d’espace naturel en un « paysage », c’est-à-dire la formation d’une sémiose visuelle, de préciser qu’elle est soumise à un point de vue particulier.

43Car le point de vue en question ne peut opérer sans l’effet de profondeur, qui est son corrélat objectal dans le visuel. Et cet effet de profondeur n’est dû qu’à la dégradation progressive de la transparence, dans l’axe du point de vue. Par conséquent, pour expliquer comment une portion d’espace naturel insignifiante devient un paysage et un objet sémiotique, il faut solliciter l’ensemble du dispositif : un point de vue subjectif (un observateur) + une distance en profondeur + une imperfection visuelle, la dégradation de la transparence. Mais il manque encore à ce dispositif l’agent de la transformation sémiotique : l’atmosphère, dont l’épaisseur invisible fait obstacle, mais laisse voir néanmoins le paysage.

44L’explication de cette invention sémiotique du paysage, c’est la transparence imparfaite de l’atmosphère. Sans atmosphère, pas d’expression visuelle de la profondeur et de l’horizon, pas de paysage, pas de transformation du monde naturel en objet sémiotique. Le point de vue sur lequel s’appuient l’énonciation visuelle et la transparence imparfaite dans la profondeur impliquent un tiers actant, le contrôle et c’est l’atmosphère. L’atmosphère règle en effet le processus d’exploration visuelle, et en manifeste les phases, en profondeur, grâce aux différents degrés de l’imperfection et de la dégradation de la transparence.

45L’hypothèse de travail peut être résumée de la manière suivante : en raison de son imperfection constitutive, la transparence est un récit en puissance, qui demande à être énoncé. Et c’est pourquoi la transparence donne lieu à des productions sémiotiques : des images, des paysages, des textes.

LA TRANSPARENCE PRATIQUE ET STRATÉGIQUE

La transparence cognitive

Transparence des stratégies cognitives individuelles

46Dans le domaine de l’intelligence artificielle, la représentation des connaissances et la reproduction du raisonnement présupposent une transparence de la pensée d’autrui. L’analyste, mis en position de reconstituer un raisonnement pour le modéliser, doit en effet, quel que soit le nombre et la complexité des expériences, épreuves et observations préalables, postuler, au moment de la reconstitution, un accès purement imaginaire au raisonnement d’autrui. En d’autres termes, il doit se donner et proposer un régime de croyance spécifique, selon lequel par introspection il serait en mesure de retrouver et reconstituer les stratégies cognitives d’autrui. Cette postulation a fait l’objet de nombreux commentaires, qui relèvent notamment de la théorie de l’esprit.

47La philosophie de l’esprit en général s’intéresse au statut ontologique des phénomènes mentaux. Elle ne s’intéresse pas, comme la psychologie cognitive, aux phénomènes mentaux d’organismes réels. Elle ne procède pas directement par observation empirique, mais en passant par des concepts mentaux et des reconstructions, et cette manière de procéder rencontre une difficulté fondamentale : d’un côté, le philosophe pense pouvoir y accéder « de l’intérieur », en se fondant sur la connaissance (et la conscience) immédiate qu’il a de ses propres états mentaux ; de l’autre côté, il les attribue à un autrui quelconque, en se fondant sur l’observation de son comportement extérieur, linguistique ou plus généralement sémiotique, sans pouvoir jamais accéder directement, et de la même manière que pour les siens propres, aux états mentaux de l’autre.

  • 6 Cf. Miermont Jacques, « Pour une théorie de l’esprit : cognition, passion et communication », Pari (...)

48La théorie de l’esprit6 a fait de ce problème le centre de sa problématique : comment attribuer à soi-même et à autrui dans des conditions sinon identiques, du moins comparables et acceptables, des états mentaux (pensées, émotions, raisonnements, croyances) ?

  • 7 Cf. Vischer Robert, Über das optische Formgefühl, ein Beitrag zur Ästhetik. Stuttgart, Julius Osca (...)
  • 8 Cf. Berthoz Alain et Jorland Gérard, L’Empathie, Paris, Odile Jacob, 2004. Le fonctionnement des n (...)

49L’hypothèse de l’empathie7, qui fonderait une imitation automatique des comportements et réactions d’autrui, ne fonctionne bien que dans le cas où les états mentaux d’autrui sont accessibles à travers des manifestations observables : c’est principalement le cas pour les émotions et tous les états qui suscitent des modifications somatiques, mais pas pour les raisonnements et les connaissances. L’identification plus récente des neurones miroirs va dans le même sens8 : l’imagerie fonctionnelle cérébrale permet en effet de montrer que la perception d’une action entraîne dans le cerveau une représentation similaire à ce qu’elle aurait été si le cerveau avait fonctionné pour conduire l’action lui-même. Ces explications partent toutes deux du principe selon lequel la perception de la manifestation d’un état mental chez autrui active en même temps le processus de production de ce même état chez celui qui le perçoit. Mais encore faut-il qu’il y ait quelque chose à percevoir.

50Pour la reconstruction des états mentaux cognitifs et argumentatifs, le problème reste donc entier. La difficulté consiste à expliquer comment les mêmes concepts mentaux, et donc les mêmes phénomènes réels, peuvent être visés à travers ces deux perspectives différentes, et apparemment incommensurables, l’une résultant de la visée interne par une personne subjective, et l’autre d’une saisie externe par une non-personne. La difficulté ne peut se réduire par une projection et une équivalence entre une visée embrayée et une saisie débrayée, parce l’équivalence entre la visée interne et la saisie externe n’est fondée que sur une croyance.

51Quelles soient les solutions théoriques et philosophiques adoptées, et elles sont fort nombreuses, la reconstruction des phénomènes mentaux aboutit à une description, voire à une narration (les philosophes de l’esprit manipulent beaucoup de petites histoires fictives et hypothétiques), c’est-à-dire à un texte. Et c’est alors au texte d’opérer la conciliation, en jouant des opérations d’embrayage et de débrayage entre l’énonciation et l’énoncé, et de toutes les subtiles manœuvres de l’identification, de la distance et de la modalisation énonciative.

52Et c’est également au texte du spécialiste de la cognition humaine, grâce aux règles et conventions du genre, de porter le régime de croyance qui fait admettre la superposition entre introspection et extrospection. Car on voit bien que ce dispositif : hypothèse, développement fictionnel, et jeux d’embrayages et débrayages, implique un régime de croyance très spécifique, une disposition intérieure à admettre provisoirement une conciliation impossible, à adhérer au déploiement fictionnel d’une hypothèse, et à en recevoir le résultat comme probant.

53Pour réaliser par exemple un système-expert il faut faire « comme si » on avait eu accès aux stratégies cognitives complexes et aux processus de décision de l’expert modélisé. Même dans des conditions techniques très sophistiquées, ces stratégies cognitives restent en tant que telles inaccessibles, et on peut tout au plus prouver leur existence et leurs résultats, ou en observer et visualiser les traces d’activation cérébrale, mais sans en connaître la nature et le contenu.

54La plausibilité de cette reconstitution-transposition des stratégies cognitives, une fois admis le régime de croyance proposé, est donc fondée principalement sur les propriétés même de la reformulation textuelle qui en est proposée : dans des circonstances identiques, ces stratégies cognitives doivent être reproductibles, et aboutir au même résultat, et en outre, elles doivent obéir à une cohérence interne qui les rend, justement, reproductibles. De fait, ce sont deux propriétés du « texte » interprétatif lui-même, sa valeur référentielle et sa force isotopique, qui satisfont cette condition et qui fondent le régime de croyance recherché.

55La transparence est alors déplacée, d’un hypothétique accès à l’inaccessible, vers les propriétés de référence et de cohérence d’une manifestation sémiotique (le texte interprétatif) qui reformule et transpose le phénomène inaccessible. Ce cas semble, sous ce point de vue, très proche de la position épistémologique qui est au cœur de la pratique sémiotique : la signification est inaccessible en tant que telle, et elle n’est saisissable que dans sa reformulation ou sa traduction, et ce sont les propriétés de la reformulation (cohérence, interdéfinition du métalangage, reproductibilité de l’analyse) qui lui confèrent une part importante de sa valeur d’adéquation scientifique.

56La parenté structurelle entre la transparence cognitive requise par les recherches sur la cognition humaine, d’une part, et le mode d’existence fondamental de la signification pour l’épistémologie sémiotique, d’autre part, montre tout simplement que nous tenons-là une forme de vie hautement structurante pour les sciences de l’esprit et du sens. Une forme de vie qui sera sollicitée chaque fois qu’un être sensible s’efforce de construire le sens d’un objet inaccessible, masqué ou absent.

Transparence des stratégies cognitives collectives

57La gestion des connaissances dans une entreprise ou une organisation quelconque a également comme condition préalable la possibilité d’accéder aux manières d’apprendre et de gérer le savoir des acteurs de l’institution. Mais on passe alors de la transparence d’un autrui individuel à celle des connaissances produites et manipulées collectivement dans un groupe ou une institution : la transparence n’a pas alors le même sens, puisque dans le premier cas elle permet l’accès à des processus cérébraux, alors que dans le second cas, elle vise des régulations implicites dans des interactions entre des comportements individuels et collectifs.

58Ce qu’il y a à connaître n’est pas rendu inaccessible par enfouissement ou dissimulation dans la matière et la conscience d’un être vivant, mais tout simplement en raison de son caractère immatériel et non directement saisissable : cela se passe dans les interactions, et dans un ensemble social et institutionnel qui n’est pas supposé observable dans le détail et en totalité.

  • 9 Projet de norme P 14-010-1 sur l’« Aménagement durable des Quartiers d’affaires », AFNOR, 2012.

59Il faut donc inventer une configuration spécifique pour rendre ces interactions sociales et institutionnelles « transparentes ». La version la plus courante est encore une production sémiotique : l’institution doit « rendre compte », c’est-à-dire produire des textes, ou du moins doit toujours rendre disponibles toutes les données qui permettraient de produire des textes sur demande extérieure. L’obligation de rendre compte, et donc de produire des rapports et des comptes-rendus, peut même être une condition normative. Cette obligation est définie par l’AFNOR comme l’« aptitude à rendre compte des décisions et activités auprès des organismes et autorités, et, au sens large, auprès des intéressés et parties prenantes »9.

60Les sociologues ont eux aussi, de leur côté, abordé cette difficulté. D’une certaine manière, et pour d’autres objectifs, c’est même le fond de la méthode de Bourdieu, qui ne conçoit pas d’analyse sociologique sans « immersion » du sociologue dans les pratiques sociales. À l’occasion de cette immersion, le sociologue doit prendre conscience de sa propre position, et de ses habitus, et concevoir son analyse comme une interaction entre ses propres positions et habitus et ceux des groupes qu’il s’efforce de comprendre.

61Mais l’usage le plus courant de la gestion des connaissances dans une institution quelconque ne suppose pas une telle immersion à la manière de Bourdieu. Comme en témoigne l’énoncé de la norme AFNOR, l’instance cognitive (l’observateur interprétant) est le plus souvent extérieure à la collectivité observée. Et, tout comme le cogniticien qui reconstitue le raisonnement d’un expert, cette instance est en proie à la même dualité : d’un côté ce qu’elle est en mesure de puiser en elle-même, et de l’autre ce qu’autrui manifeste sous forme d’énoncés communicables (le « compte rendu », selon la norme AFNOR).

62Mais la demande extérieure vient toujours d’instances qui sont elles-mêmes des institutions complexes (« les organismes et autorités,… les intéressés et parties prenantes »), et l’introspection d’une instance collective et hétérogène est elle-même chose impossible et même impensable, et l’aporie menace. On doit alors supposer une délégation hypothétique de cette introspection à un homoncule cognitif, qui fait office d’observateur, et qui serait susceptible, par hypothèse et par fiction, de s’immerger dans les pratiques observées.

63Dans le meilleur des cas, le management contemporain a imaginé donner corps à cet « homoncule cognitif », sous la forme de comités de visite, d’inspections, de sociétés d’audit qui se chargent de traiter et d’évaluer les comptes-rendus produits par l’organisation ou l’entreprise visitées et chargés. L’homoncule cognitif est alors un acteur ou un groupe d’acteurs délégués par l’observateur auprès de la situation observée, qui joue le même rôle que le contrôle pour la transparence visuelle : c’est l’opérateur même du réglage de l’interaction, de l’ajustement entre les propriétés respectives de l’observateur et de la situation observée, ajustement qui conduira à la transparence. Mais, même en l’absence d’acteurs délégués concrets, cet « homoncule cognitif » demeure à l’état potentiel dans l’institution visée, sous la forme des bases de données disponibles, qui garantissent la traçabilité des décisions et des opérations effectuées, et constituent une compétence potentielle pour une production de textes.

64Sous ces conditions, on retrouve la situation précédente. On voit alors que dans ce cas aussi, la transparence ne peut être réalisée que dans une formulation-transposition des mécanismes de régulation qui ne sont pas en eux-mêmes directement observables. Le régime de croyance est de même nature, mais la crédibilité du résultat obtenu est inversement proportionnelle à la complexité du dispositif hypothétique et fictionnel qu’il a fallu mettre en place pour y parvenir.

La transparence à l’ère du soupçon

La transparence financière : du soupçon à la confiance

65La transparence financière repose elle aussi sur la mise à disposition d’informations, mais pour toutes les parties prenantes, économiques et sociales, d’une entreprise ou d’une organisation en général, dont la confiance doit être suscitée ou confortée. En tant que telle, par son existence, sa qualité, sa sincérité et son exhaustivité, ce type de transparence vise tout particulièrement la qualité de gestion d’une entreprise ou d’un marché. Sous une telle exigence, une mauvaise transparence financière sera interprétée comme une réticence ou une impossibilité à communiquer les mauvais résultats d’une organisation. Elle peut même laisser supposer que l’on s’efforce de cacher des pratiques illicites.

  • 10 Dans l’actualité politique du printemps 2013 en France, la transparence est devenue une priorité p (...)

66La transparence est alors une contre-stratégie fiduciaire, opposée à une stratégie de soupçon, selon laquelle « ne pas faire savoir » équivaut à cacher, où « ne pas communiquer » est interprété comme une dissimulation10. Le soupçon pourrait justement se caractériser ainsi : une perte de confiance qui entraîne un amalgame systématique entre l’absence d’information et le secret. Mais la perte de confiance présuppose une attente fiduciaire, voire un besoin de confiance, que la transparence s’efforcera, malgré le soupçon, de satisfaire. Le soupçon ne disparaît pas, il rappelle l’existence d’une part d’ombre irréductible. Mais la contre-stratégie de transparence (une transparence qui reste donc imparfaite) permettra de poursuivre… quand même, comme si de rien n’était.

67La contre-stratégie de transparence devient même une obligation (une pression ou une norme) si l’activité qui est soumise au principe de transparence est elle-même dépendante de valeurs fiduciaires spécifiques. Par exemple, la transparence financière d’une entreprise, qui garantit ou restaure la confiance, a une incidence directe sur les capacités de financement de cette entreprise, que ce soit à travers les cours en Bourse ou à travers les possibilités d’emprunt. Dans ce cas, le « besoin de confiance » est partagé et réciproque, et les variations d’équilibre entre le soupçon et la transparence en sont les moments d’ajustement périodiques.

68Ce type de transparence nous fait franchir un pas supplémentaire : en effet, tout comme dans les cas précédents, la dualité de la reconstitution cognitive conduit à installer les mêmes dispositifs que dans le cas de la transparence propre à la gestion des connaissances. Les connaissances, en l’occurrence, sont de nature financière ; mais on y ajoute ici la confiance et le soupçon, et l’hypothèse que l’autre pourrait mentir ou dissimuler. Ce qu’il conviendrait donc d’examiner de près, ce serait la manière dont on soumet telle ou telle pratique sociale à une contrainte fiduciaire qui implique elle-même la transparence : par exemple la confiance « démocratique » (pour les pratiques politiques), la confiance « des marchés » (pour les pratiques financières), la confiance « des consommateurs » (pour les pratiques commerciales), etc. C’est alors tout un pan de la vie collective, qui ne pourrait fonctionner qu’en confiance, mais qui n’atteint jamais une parfaite confiance, et qui franchit avec nous ce pas supplémentaire, celui du soupçon généralisé, et de la transparence qui s’efforce de lui répondre. En cette étape, on le constate, la contre-persévérance qui affronte la persévérance prend corps, s’organise, et s’incarne de multiples manières dans la vie sociale.

La transparence de la décision et de la chaîne d’imputabilité

69On demande aux décideurs politiques et économiques la transparence de leur processus de décisions. L’objectif est dans ce cas de pouvoir établir une relation entre telle ou telle phase de ce processus, d’une part, et les divers « impacts » des décisions prises, notamment en termes de sécurité, de santé humaine, d’emploi, d’environnement, de qualité de vie dans l’activité elle-même, ou autour de l’activité. Pour cela, on demande donc par exemple aux entreprises de rendre des comptes (ou de pouvoir le faire à tout moment) concernant les conséquences de leurs activités.

70Les modèles de gouvernance reposant sur la seule appréciation des experts sont alors récusés. L’expertise est souvent associée à la rétention d’information, et la transparence commence là où les privilèges des experts s’arrêtent. C’est dans cette perspective que le concept de responsabilité sociétale émerge, car il étend le devoir d’information au-delà du cercle de ceux qui y ont accès en raison de leurs compétences. Autre forme du soupçon : celui qui refuse la confiance au cercle fermé des experts, à la fois parce qu’ils disposent de connaissances non partagées, et parce qu’ils ne sont pas supposés être directement soumis à l’impact des décisions et à leurs conséquences. Et pour sortir de ce soupçon, il faut élargir le cercle de ceux qui partagent les connaissances à l’ensemble des intéressés et des parties prenantes.

71La transparence n’est pas ici une forme de la communication en général. Elle cible des parties prenantes selon leurs intérêts, afin de montrer que les décideurs agissent d’une façon responsable, sur le plan social, économique et environnemental. Des motifs sécuritaires ou économiques sont mis en avant pour justifier le contrôle des communications entrant et sortant de l’entreprise, et par conséquent pour cibler et trier les informations sortantes. Pour chacun des destinataires potentiels, un récit de l’activité, adapté à ses attentes et à ses préoccupations, est rendu disponible, et prêt à être communiqué en cas de besoin.

72La pression fiduciaire s’exerce ici dans une dimension sociale étendue : s’il faut pouvoir rendre des comptes à l’ensemble des parties prenantes, c’est parce que l’on pose que la sphère d’impact social et environnemental de l’entreprise est beaucoup plus large que sa sphère d’activité définie par sa seule production et son métier de base. La condition fiduciaire ne touche plus seulement aux conditions de son fonctionnement propre (par exemple aux conditions de son financement), mais à l’ensemble de ses implications sociales, dans l’espace (voisins, familles, partenaires, populations) et dans le temps (conséquences à moyen et long terme). Le non-respect de la condition fiduciaire ne se traduira donc pas par une sanction directe sur l’activité, mais par une sanction indirecte de la « société civile » (boycott, mauvaise réputation, ruptures de partenariats, procès, etc.).

73Le récit potentiel qui doit être toujours disponible présente deux propriétés indispensables : (1) un exposé des étapes de l’action, sans hiatus, qui permette de vérifier que la chaîne pratique met en œuvre une procédure identifiable et évaluable (c’est en quelque sorte le degré minimal d’une déontologie), et (2) une claire indication des rôles, actants et acteurs, impliqués dans chacune de ces phases pratiques, qui permet d’imputer telle ou telle partie du processus pratique à tel ou tel responsable. Cette transparence-là est donc de nature narrative et éthique : il faut que le système de décision, ainsi que le compte rendu qui en est fait, permette une imputation systématique de chacun des actes accomplis et racontés.

74Les notions de responsabilité et d’imputabilité apparaissent dans le champ d’analyse sémiotique de la transparence dès lors que le chemin qui permet de reconstituer le lien entre une conséquence et son origine est trop long et trop complexe pour être directement identifiable. L’inaccessibilité n’est donc pas due ici à la profondeur d’une intériorité ou à une occultation volontaire, mais à la complexité de la chaîne des processus, dont une partie peut rester inobservable. La « reformulation-transposition » attendue consiste donc à fournir à la fois toutes les informations, et leurs agencements sur la chaîne d’imputation, qui permettent d’établir la relation de chaque conséquence à telle ou telle phase de l’activité principale. Le lien entre responsabilité, imputabilité et transparence est donc précisément fondé sur une forme particulière de l’inaccessibilité. L’obstacle est ici de nature syntagmatique : une chaîne syntagmatique trop longue ou trop complexe rend l’imputation difficile et hasardeuse.

La transparence de la vie urbaine : du soupçon à la menace

75Pour prévenir les actes délictueux dans l’espace urbain, et pour préparer les sanctions qu’ils appellent, les pouvoirs publics sont conduits à mettre en place (et depuis peu à généraliser) des systèmes de vidéo-surveillance. L’installation d’un système d’observation et de surveillance implique quelques effets sur le dispositif sémiotique de la transparence.

  • 11 Le film Minority Report, du réalisateur Steven Spielberg, repose sur ce type de transparence-là, m (...)

76D’un côté, s’il y a surveillance, il y a plus que de la défiance, mais bien une anticipation concrète sur des comportements criminels, délictueux ou inciviques. Le soupçon est non seulement généralisé à la totalité de l’espace urbain, mais également, en tant que tel, dépassé. La surveillance n’est pas principalement destinée à déclencher l’intervention directe, mais à permettre la conservation de traces, de preuves de présence, et de témoignages. Il s’agit de produire des documents exploitables et opposables dans un processus de reconstitution a posteriori11 : enquête, narration, preuves, etc. On est donc passé au-delà de la perte de confiance et du soupçon, puisque l’on postule à l’avance et sans doute aucun qu’il y aura quelque chose à observer et à analyser.

77Cette anticipation, et tous les investissements coûteux qui s’en suivent, installent un « observateur » omniscient : un dispositif de recueil d’informations sur des actes qui n’ont pas encore eu lieu, dont on ne sait pas quand ils adviendront, mais dont on est certain qu’ils adviendront. Cette certitude porte donc sur un acte générique anticipé, dont le citoyen ordinaire pourrait dire qu’il est « vague », mais dont les spécialistes de la délinquance connaissent déjà la nature juridique et règlementaire, toutes les catégories, tous les scénarios et toutes les circonstances. Il ne manque plus que les acteurs, les faits et le moment. C’est cette connaissance précise, détaillée et préalable qui leur permet d’installer les appareils de surveillance à bon escient, sur les lieux critiques et aux moments appropriés, pour recueillir des informations pertinentes et exploitables sur les acteurs, les faits et les moments.

78Cet observateur prend la forme d’un maillage urbain des lieux de surveillance et d’enregistrement. Car les comportements urbains ne sont pas directement observables pour un observateur individuel et qui ne serait pas immergé dans les événements. On peut considérer que l’enregistrement-transmission consiste d’une part dans l’installation d’une multitude d’observateurs délégués immergés dans l’événement, et d’autre part en une reformulation-traduction (vidéo) qui transforme les évènements occultés en évènements transparents, pour un méta-observateur extérieur et non immergé.

79Dans ce cas, l’occultation (l’absence ou la rétention d’information) résulte du fait que le méta-observateur urbain ne peut être présent à l’événement (il n’est pas sur les lieux au moment des faits). Elle résulte également et globalement d’un effet d’échelle (spatiale et temporelle), puisque le méta-observateur qui couvre l’ensemble d’une ville ou d’un quartier a pourtant affaire à des événements qui n’adviennent que dans des lieux à périmètre restreint et à échelle humaine. À cette différence d’échelle, l’observateur urbain répond donc lui aussi en déléguant une prothèse d’exploration et d’observation, un homoncule cognitif (immergé), auquel il prête des milliers de capteurs et d’yeux-machines.

La transparence de la vie publique

Transparence, notoriété et continuité de l’information

80Les acteurs de la vie politique, du spectacle, du sport, de la vie publique en général, voient leur vie présente et passée mise sous le feu des caméras et étalée dans les médias. Aussi bien sous forme de narration que de monstration : l’une et l’autre procèdent de la stratégie de transparence par reformulation et transposition sémiotique, selon deux degrés différents. La narration affiche par la médiation d’un narrateur son caractère de transposition sémiotique, alors que la monstration tente d’effacer la présence de cette médiation en simulant un accès direct aux choses mêmes.

81Mais dans les deux cas, nous n’avons jamais un accès direct à ces vies étalées au grand jour ; nous n’avons affaire qu’à une médiation, narrative ou monstrative, qui transpose un vécu définitivement inaccessible en textes médiatiques et en mise en scène d’évènements et de situations soigneusement échantillonnés et sélectionnés.

82Le cas de la vie publique est caractéristique de la « pression » ou de la « norme » fiduciaire qui impose la transparence. Il n’est plus ici nécessaire de passer par l’intermédiaire du soupçon et de l’amalgame entre secret et absence d’information, encore moins par une contre-stratégie de transparence opposée au soupçon généralisé. La confiance attendue se résume à la possibilité d’une telle publication. Peu importe que ce qui est donné à connaître et à voir soit lacunaire et sans doute peu représentatif du vécu des intéressés ; la seule chose qui compte, c’est que ces échantillons de vie publiée témoignent de la possibilité de savoir, ou d’en savoir plus. C’est une bien étrange confiance que celle-ci, mais elle est pourtant au fondement même de la notoriété : un acteur de la vie publique est considéré comme connu, voire célèbre, sur le seul fondement de ces bribes de vécu transposées et simulées que véhiculent les médias.

83Dès lors, la confiance accordée est tout simplement proportionnelle dans ce cas au volume et à la périodicité (car la notoriété doit être « entretenue ») de l’information délivrée, puisque cette condition fiduciaire tient au fait de « pouvoir savoir » : la « vie » quotidienne de ces acteurs de la vie publique n’a de valeur « publique » qu’à proportion de ce qui est rendu public de leur vie… Et l’oubli, la perte de notoriété et l’affaiblissement de la confiance ne résultent pas d’épreuves véridictoires, mais du seul manque d’entretien périodique. Si le public apprend que des faits publiés antérieurement étaient inexacts, il est paradoxalement renforcé dans sa confiance et la notoriété l’est également. En revanche, si le public n’apprend plus rien, c’est alors la preuve que les faits antérieurement publiés étaient factices, un pur montage sans crédibilité, et qu’il a été trompé sur le caractère « public » de la personne visée.

  • 12 Sur le fond de cette règle de la notoriété, les jeux du secret, de la dissimulation et de la révél (...)

84Étrange confiance, certainement, mais, plus encore, étrange transparence : la transparence de la vie publique impose une continuité de l’information, une confirmation périodique de la présence des acteurs sur la scène médiatique. Dans ce cas, l’information crédibilise l’information. Tout se passe comme si le conflit sous-jacent à toutes les formes de transparence, ainsi que la structure concessive précédemment identifiée, se déplaçait ici sur la tension entre le privé et le public : la privatisation de la vie quotidienne est la tendance dominante, et elle est source d’opacité ; la publication est un effort permanent et persévérant à opposer à cette résistance de fond, pour continuer à exister sur la scène publique12. Et bien entendu, la transparence en question produit encore du texte : des images, des récits et des reportages.

La vie publique mise en fiction

85La télé-réalité et quelques autres types de programmes similaires amènent des personnes quelconques à exposer des pans plus ou moins importants de leur vie actuelle et en temps réel via un média. Littéralement, dans le prolongement du développement précédent, des personnes privées entrent dans un processus qui, en développant leur notoriété, est supposé en faire des personnes publiques. Mais cette transformation est circonscrite, au moins dans un premier temps, à des genres médiatiques qui sont eux-mêmes des productions sémiotiques dont le caractère semi-fictionnel participe d’une forme particulière de transparence.

86C’est encore la nature de la « pression fiduciaire » qui est en cause : la transparence de la télé-réalité, et la médiatisation qui l’accompagne, est un dérivé de la transparence de la vie des acteurs publics. Si pour rester publics et donner confiance, ils doivent (laisser) exposer leur vie privée sur la place publique, c’est en raison de l’axiologie propre à la notoriété (la notoriété fait la valeur publique d’une vie privée). Et par conséquent, en inversant le rapport de cause à effet, des inconnus peuvent tenter d’accéder au rang d’acteurs de la vie publique en exposant leur vie privée en public.

  • 13 Dans le chapitre suivant « Des formes de vie invasives : régimes de croyance médiatiques et mondia (...)

87À ceci près que ce n’est pas leur vie privée, mais une vie artificiellement construite et mise en scène, dans laquelle ils jouent pourtant leur propre rôle. Dans une analyse ultérieure13, nous montrerons en effet que les médias contemporains tendent à dissocier au maximum les règles qui déterminent les genres proprement dits et les régimes de croyance qui leur donnent leur pleine signification pour un lecteur ou un spectateur. Il existe par exemple des règles pour écrire des romans, mais pour les lire, il faut en outre adopter un régime de croyance particulier, le « romanesque », qui est une catégorie particulière du régime de croyance fictionnel. Et il arrive que ce régime « romanesque » fonctionne par extension sur d’autres genres, par exemple des genres documentaires et informationnels (c’est notamment le cas dans la presse dite « people »).

88Mais l’indépendance plus radicale des régimes de croyance dans les médias contemporains pose à l’évidence d’autres questions, notamment pour comprendre cette « transparence » médiatique des vies individuelles. Par exemple, quand on assiste à la télévision à une scène de dispute amoureuse entre deux personnages dans un espace fermé et meublé, il faut recueillir un certain nombre d’indices spécifiques pour savoir s’il s’agit d’une pièce de théâtre filmée, d’une émission-jeu de casting et de promotion de jeunes artistes, d’une émission didactique qui illustre son propos sur la psychologie des couples, ou d’une séquence de télé-réalité. Fiction, jeu, didactique, documentaire : nous avons à faire, comme nous l’avons déjà indiqué, à un très petit nombre de régimes de croyance très généraux, qui non seulement s’imposent à toute la diversité des genres, mais qui en outre en brouillent les codes et surtout les conditions de réception et d’interprétation.

89Pour l’interprète, en l’occurrence, l’opacité est entière. Le comble est atteint quand on constate que les indices spécifiques d’une « vie documentaire », à savoir du régime de croyance qui devrait être caractéristique de la transparence d’une vie rendue publique, même mise en scène, deviennent des codes de genre qui envahissent, par vagues de diffusion successives, tous les autres genres, tous les médias, et, au bout du compte, la vie privée elle-même : des manières de parler et de converser, des manières de se comporter avec autrui, des scènes types d’intimité, etc.

90Dans ce cas, il n’y a transparence que parce que l’obstacle lui-même est devenu la seule chose à voir et à connaître. Car ce qui est troublant, ce n’est pas tant que la télé-réalité soit construite comme une fiction, avec une distribution d’acteurs, des scénarios et des décors, des règles du jeu et des rôles. C’est que les spectateurs le savent, et que le plaisir qu’ils prennent à assister à ce spectacle n’en est pas diminué.

91Comme un gant retourné, le rapport entre transparence et opacité s’est inversé. Il ne s’agit plus de fictions qui seraient à l’image de la vraie vie et du quotidien des spectateurs, et qui en proposeraient en quelque sorte une représentation réaliste. Il s’agit à l’inverse de modèles de vie quotidienne proposés au spectateur, une sorte de présentation médiatique de ce qu’est, pourrait être ou devrait être leur vie quotidienne aujourd’hui, et une invitation à la vivre de cette manière ou en référence à cette manière.

92Notre vie quotidienne est une fiction racontable sous cette forme exposée : tel est le message de la télé-réalité. Et d’une certaine manière la transparence, même retournée, est sauvée, en même temps que le principe d’équivalence entre le référent et sa représentation, sauf que, dans ce cas, le référent, ce serait la fiction proposée par la télé-réalité, et sa représentation, ce serait notre propre vie.

Transparence radicale en démocratie

La transparence radicale cumule les propriétés de toutes les transparences sociales

93La transparence radicale est une limite de la transparence sémiotique qui doit, en tant que telle, être attentivement examinée. Elle est prônée comme idéal ou comme norme pour les systèmes politiques démocratiques. C’est une variante de la transparence de la décision, mais d’une nature qui permet d’en explorer les limites. Tout comme cette dernière, en effet, elle récuse et entache de soupçon les processus de décision qui ne seraient accessibles et compréhensibles que par les experts du domaine. Tout comme cette dernière, elle exige une mise à disposition de l’information et de la connaissance pour tous les intéressés, c’est-à-dire tous les citoyens. La transparence intégrale en politique est une nouvelle forme de citoyenneté.

94Toute version brouillon d’un document, tous les arguments pour et contre qui accompagnent une proposition, toutes les étapes de la rédaction, de la négociation et de l’amendement d’un projet de loi, toutes les décisions prises sur le processus de prise de décision lui-même, et toutes les décisions définitives, sont soit exposés publiquement, soit archivés et rendus en permanence disponibles, et ce, publiquement. Tous les médias sont utilisés (l’imprimé, la radio, la télévision, etc.), mais l’internet est le seul instrument qui puisse rendre possible une telle mise à disposition exhaustive, et le projet même de la transparence radicale est tout particulièrement porté par les tenants de la « cyberdémocratie ».

95Dans cette perspective, toute décision susceptible de donner lieu à controverse ou ayant le moindre caractère politique ne sera considérée comme légitime que dans la mesure où la totalité des données qui concernent le processus de décision sera mise à disposition du public. Ce qui est en question, tout comme dans la vidéo-surveillance, c’est la mise à disposition durable de traces et de témoignages, mais aussi, comme dans la transparence des décisions, la restitution et la lisibilité complète de la chaîne de responsabilité et d’imputabilité.

La transparence radicale rencontre les limites de la compétence

96Mais, comme la plupart des acteurs n’exploiteront pas ces documents, la confiance n’est fondée dans ce cas que sur la « disponibilité » de l’information, et non sur son exploitation effective (comme dans le cas de la vidéosurveillance). Même inexploitées, voire inexploitables en raison de leur volume ou de leur complexité technique, la totalité des informations doivent rester, potentiellement et à tout moment, accessibles. C’est donc une confiance reposant sur un potentiel : « pouvoir-faire », et pas nécessairement « faire », « pouvoir accéder », et pas obligatoirement « accéder ».

97En outre, l’exhaustivité dispense de tout critère de pertinence, voire, au final, de tout « soupçon » particulier : elle neutralise tout procès d’intention spécifique, elle ne stigmatise pas, la mise à disposition exhaustive étant la seule forme de disponibilité qu’il ne soit pas nécessaire de motiver ou justifier. Pas de tri, pas de principe sélectif : donc pas de méfiance préalable. L’exhaustivité dispense donc même de la méfiance !

  • 14 C’est notamment l’un des principes retenus dans : Parlement et démocratie au vingt et unième siècl (...)
  • 15 L’une des sources intellectuelles de ces pratiques peut être attribuée au philosophe John Dewey, q (...)

98Une forme partielle de la transparence radicale existe dans plusieurs parlements nationaux depuis le début du système parlementaire. La transparence est un principe qui découle des valeurs de la démocratie parlementaire14 : tous les débats au parlement, tous les projets de loi sont publiés, d’une façon qui doit être accessible à tout citoyen,15 puisque tout citoyen sera appelé périodiquement à se prononcer par un vote, à l’occasion des élections, référendum et « votations ».

99Depuis la fin des années 1990, plusieurs assemblées nationales ont décidé de publier leurs débats et les lois sur l’Internet (parmi les premières : en Corée, en Hongrie). Les Pays baltes sont également en pointe pour ces initiatives. Les chaînes de télévisions parlementaires se multiplient dans le monde entier. Les premières versions des projets de loi, les discussions et les négociations les concernant, restaient auparavant confinées aux cercles fermés des cabinets ministériels et des commissions parlementaires, qui, par constitution, ne sont pas transparents, ou au sein des partis politiques, qui ne le sont guère plus.

100Cependant, étant donné la complexité technique, logique et linguistique d’une loi, la participation du citoyen est le plus souvent de pure forme, et elle reste difficile malgré la transparence radicale du niveau parlementaire formel. La publication de documents « classés » et dossiers secrets par le site Wikileaks a posé le même type de problème, au-delà des questions juridiques liées au viol du secret défense.

101En un mot, la transparence est nécessaire, mais non suffisante, pour la participation publique dans les décisions politiques. La transparence radicale supposerait, dans son principe même, une équivalence de compétences, y compris celles relevant de la situation pragmatique d’interprétation, entre les acteurs et toutes les parties prenantes, ou au moins la mise en place de dispositifs de concertation où ces différences de compétence seraient neutralisées.

102Voilà donc une situation utopique, et une forme de transparence qui approche des limites non seulement de ce qui est possible ou souhaitable, mais aussi de ce qui est signifiant. Ce caractère utopique et critique renvoie au principe posé dès le départ, à savoir que la transparence absolue est une limite impensable pour la sémiotique, parce qu’elle est au-delà du sens. Dès lors, la transparence même radicale ne peut être qu’un compromis, conforme au fonctionnement général, pour lequel l’opacité est le fond sur lequel, grâce à un réglage adapté des interactions entre les propriétés de l’obstacle et celles de l’information qui le traversent, on peut obtenir une transparence négociée et localisée.

Transparence radicale contre responsabilité

103La transparence radicale est beaucoup plus « transparente » que le principe de responsabilité et d’imputabilité. Elle requiert la transparence de la prise de décision dès le début du processus, a priori et en amont, tandis que la responsabilité-imputabilité est un mécanisme de vérification de la qualité des décisions ou des actions après coup, a posteriori, en situation d’évaluation ou de contrôle.

104Alors que la responsabilité-imputabilité ne peut conduire qu’à des stigmatisations, des sanctions, des protestations ou des mesures de rétorsions (le boycott, par exemple), parce qu’elle intervient a posteriori, la transparence radicale, au contraire, encourage les corrections et l’amélioration continue, en cours de pratique, et un aménagement des décisions longtemps avant que des pratiques discutables ou fautives puissent être mises en œuvre. Donc, la transparence radicale porte sur les phases narratives du contrat et de l’acquisition des compétences modales (devoir, vouloir, croire, savoir et pouvoir) et permet, en principe, d’éviter la sanction a posteriori.

105Rappelons les conditions de la transparence par responsabilité-imputabilité : une trop grande complexité des processus, qui conduit à produire un récit normé, et rendu disponible a posteriori, en aval de la pratique elle-même. La transparence radicale étant une solution amont, a priori, elle ne peut pas simplifier les processus, elle ne peut pas les convertir en récit compréhensible. Elle participe au contraire à complexifier le détail de ces agencements syntagmatiques, elle en donne à connaître le grain le plus fin, quasiment en temps réel : elle nous installe en somme en observateurs immergés dans le cours même de la pratique. Elle implique donc, elle aussi, un « homoncule cognitif » délégué.

106Une fois de plus, le dispositif à deux observateurs revient dans l’analyse : un observateur distant et désimpliqué, pour lequel les processus sont inaccessibles, et un observateur immergé et impliqué, ayant accès à tous les détails d’un processus. Mais le caractère fictif, formel ou purement hypothétique de cet homoncule cognitif oblige à installer un régime de croyance spécifique, selon lequel un certain degré d’identité est possible entre les deux observateurs. Mais pour cela, il faut renoncer à l’exhaustivité et à la plénitude de l’information, car l’observateur immergé dans la masse des documents et des processus n’est plus en mesure d’en extraire quelque production sémiotique que ce soit. Pour pouvoir en faire le récit, cet observateur doit renoncer à son immersion dans les données, il doit sélectionner et reconfigurer : il doit en somme renoncer à la transparence radicale.

107La transparence radicale parfaite nous fait changer de paradigme : exhaustive, permanente, elle annihile le soupçon, ou même le besoin d’information ; immergé et interventionniste, l’observateur perd de vue l’imputation et la responsabilité des décisions ; disproportionnée, inexploitable, la quantité et la complexité de l’information inhibe la production sémiotique. Et surtout, elle est devenue une transparence sans obstacle, sans concession. Rien ne lui résiste, tout est disponible. La transparence radicale n’est donc plus la « transparence » telle que nous l’avons définie, et elle ne peut plus fonctionner comme « forme de vie » opposable et substituable à d’autres formes de vie.

CONCLUSION

108Le moment est venu de récapituler les éléments du « noyau » schématique et les variétés de la transparence.

Prédication concessive et variations fiduciaires

109Le premier de ces éléments est à la fois fiduciaire et concessif : tout au long de notre parcours, la prédication concessive s’est manifestée en effet plusieurs fois comme renvoyant à un état ou une transformation fiduciaires, soit parce qu’un régime de croyance spécifique devait être installé pour résoudre une difficulté ou une impossibilité d’accès à l’information, soit parce que le cadre stratégique général présupposait une confiance nécessaire au déroulement même de la pratique ou de la stratégie.

110Cette propriété pourrait être formulée ainsi : « Je sais qu’il y a un obstacle perceptif ou cognitif entre moi et ce que je peux voir ou savoir, mais je crois que cet obstacle me le laisse (ou fait) voir ou savoir. »

111Cette formulation précise et explicite la nature modale et affective de la prédication concessive : l’enchaînement entre « bien que » et « quand même » implique un passage du savoir (bien que) au croire (quand même). Elle est même, d’un point de vue phénoménal, applicable à la description du phénomène physique, puisqu’il faut admettre que la lumière ou l’énergie qui interagit avec le matériau est « la même » que celle qu’il restitue, et que, par conséquent, il faut croire que l’énergie restituée est une partie de l’énergie incidente. La concession implique donc une confiance et une croyance, qui, dans sa version minimale, est proche parente du Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

112Les variations fiduciaires ont été identifiées : la confiance comme « pression » publique ou comme condition partagée et réciproque, ou encore la confiance périodiquement entretenue, comme fondement de la notoriété.

Le contrôle et le réglage de l’interaction

113Tous les cas de transparence impliquent une interaction, entre une matière et une énergie ; entre une situation ou des vies, et une information attendue d’un observateur ; entre des comportements et des décisions, et des informations à destination des parties prenantes. Plus généralement, entre un phénomène dynamique (énergie, lumière, information), et un système statique et structuré (matériau, cerveau, système social ou institutionnel, etc.).

114La transparence, avons-nous observé, est un réglage de cette interaction, qui doit concilier un certain niveau de dynamique de l’un, et un certain état structurel de l’autre : quand le point de réglage est trouvé, la lumière passe, la vue traverse, l’information parvient. Nous avons globalement imputé ce réglage à un tiers actant, le contrôle. Mais cet actant de contrôle peut opérer de deux manières différentes :

  1. un premier contrôle dont l’initiative revient au système et à sa structure : l’organisation cristalline de la matière, l’organisation managériale ou financière de l’entreprise, l’organisation syntagmatique des phases d’un processus de décision, etc.
  2. un second contrôle qui consiste à modifier le phénomène dynamique lui-même, à l’initiative de l’observateur : les bonnes longueurs d’ondes de la lumière, la dissémination de capteurs et de caméras, des techniques d’exploration et de fouille de données, etc.

115Dans le premier cas, le contrôle est un filtre ; dans l’autre cas, le contrôle est cet « homoncule cognitif », la prothèse cognitive que l’observateur délègue au sein des institutions et des villes, des vies et des cerveaux, pour en régler la transparence.

116Aucune des situations rencontrées n’échappe à la combinaison des deux types de contrôles. Même l’explication physique, pour parvenir à ses résultats, doit prendre en considération autant les propriétés du phénomène dynamique que les propriétés structurales du système statique. En bref, du fait de sa position dans l’interaction, ce contrôle a deux faces, une face de filtre structural et une face d’homoncule cognitif.

117Si l’on considère par exemple la transparence financière, d’un côté le système institutionnel et sa structure financière doivent adopter des modes de fonctionnement normés, et comme tels reconnaissables pour qu’ils soient compréhensibles de l’extérieur et comparables à un système de référence professionnel, règlementaire et/ou juridique (c’est la face filtre structural). D’un autre côté, l’observateur doit admettre sans pouvoir le vérifier (sinon c’est une « inspection » et non un effet de la transparence) que les rapports, les documents et les communications publiques qui en émanent sont bien la manifestation directe de ces procédures et de ces modes de fonctionnement, une manifestation qu’il serait en mesure de recevoir s’il pouvait être immergé en permanence dans l’institution (c’est la face homoncule cognitif). L’un et l’autre, le filtre et l’homoncule cognitif, doivent être adaptés pour une interaction transparente.

L’énonciation de la transparence imparfaite

118L’un des résultats inattendus de cette étude tient à ce qui suit : l’interaction transparente, si elle est bien réglée, est à l’origine (ou emprunte la voie) d’une production sémiotique. La transparence rend possible ou nécessaire des énonciations spécifiques, et la production de sémiotiques-objets, pourvu, comme on le verra, qu’elle soit imparfaite.

119La première intuition vient paradoxalement de l’explication phénophysique : le système conceptuel de la transmittance et de l’absorbance, les mesures des quatre types d’énergie (incidente, réfléchie, absorbée et transmise) ne sont interprétables que si on se représente un processus constitué d’opérations corrélées entre elles et imputables à un actant matériel unique : ça reçoit, ça renvoie, ça garde, ça restitue. L’intuition se prolonge avec le phénomène visuel et son organisation narrative, qui exploite la même gamme d’opérations. À l’interface entre la structure matérielle et l’énergie lumineuse, un « actant » émerge, le « ça-contrôle », porteur de l’événement observé, et support du récit potentiel qu’on peut en faire : une instance énonçante. L’explication sémiotique du processus phénophysique prend alors la forme d’une séquence d’exploration, au terme de laquelle quelque chose est visualisé. La séquence d’exploration imputable à l’actant « contrôle » produit en somme une visualisation (une image) qui est une production sémiotique.

120Cette intuition se renforce quand on se rappelle que, même et y compris d’un point de vue visuel, il n’y a aucune transparence absolue, que l’obstacle est toujours un obstacle, et que son action est tout aussi visible que ce qui parvient à le traverser, ne serait-ce que parce que c’est son action qui permet la traversée. Dans un paysage, nous l’avons montré, la modulation de la profondeur et de son exploration, à travers le contrôle exercé par l’atmosphère, est déterminant : ce dernier introduit une imperfection dans le monde visible, grâce à laquelle une portion du visible accède au statut d’objet sémiotique, un paysage.

121Le paysage, et le monde visible en général, se donnent à saisir dans un milieu qui n’est jamais entièrement transparent, et heureusement, puisque c’est cet équilibre entre « transmittance » et « absorbance » qui en fait un ensemble visuel signifiant. La surprenante vertu de la transparence imparfaite, c’est la production et l’énonciation de sémiotiques-objets, à commencer par celles du monde visible. Ou, en d’autres termes, que Greimas n’aurait peut-être pas refusés, la transparence est l’une des formes de l’imperfection qui suscite des sémiotiques-objets à partir du monde sensible.

122Dès lors, il ne faut pas s’étonner de constater que, dans toutes les autres pratiques et stratégies qui se réclament de la transparence, on rencontre une abondante production sémiotique : des communiqués, des comptes rendus, des récits, des brèves « people », des vidéos et de nombreux genres médiatiques. Ce ne sont ni de pures manœuvres de diversion, ni de simples compensations pour un manque de confiance. Ce sont les effets énonciatifs de la transparence elle-même et en tant qu’elle est imparfaite.

123Quant à la transparence cognitive et sociale, non seulement elle appelle une transposition-reformulation de ce qui reste inaccessible (et donc une production sémiotique), mais surtout elle déplace l’application des normes et des conditions de transparence, des actes eux-mêmes vers leur mise en forme narrative et discursive : les productions sémiotiques de la transparence deviennent de ce fait des preuves, des témoignages, des traces mémorielles, des supports pour l’évaluation. Au final, ce sont les supports de tous les jugements associés à l’axiologie de la transparence, qu’ils soient éthiques, juridiques, ou politiques.

124En somme la question de la transparence est deux fois sémiotique, sous condition d’imperfection, et ce, sous toutes les formes déjà examinées : (i) une première fois en tant qu’organisation signifiante des relations et des interactions entre une dynamique (lumière, information, etc.) et une structure (matérielle, cognitive, sociale, etc.) : c’est le récit sous-jacent de la transformation concessive et fiduciaire, et (ii) une seconde fois, qui découle de la première, en tant que foyer d’énonciation et de production de sémiotiques-objets d’une grande diversité.

125En tant que forme de vie, régissant des pans entier des pratiques et stratégies de nos sociétés, la transparence imparfaite, telle que nous venons patiemment de la construire, est de fait et de droit une épistémologie : elle précise en effet les conditions d’une certaine manière de concevoir et de construire des connaissances, des conditions narratives, modales et passionnelles, des conditions pour l’organisation et le contrôle des processus, des valeurs et de l’éthique qui les régissent. Cette épistémologie pratique est mise en œuvre quand l’objet de connaissance se dérobe à nos efforts, quand il est masqué ou qu’il se dissimule, ou quand il reste par nature inaccessible. Mais justement, n’est-ce pas toujours le cas ?

Notes

1 L’alliance thématique de la transparence et de l’obstacle fait allusion au titre du livre de Jean Starobinski, Jean-Jacques Rousseau, la transparence et l’obstacle (Paris, Gallimard, 1971, & collection Tel, Gallimard, 1976). Mais allusion seulement, car l’essai de Jean Starobinski traite plus généralement des méditations de Rousseau sur les difficultés de la communication humaine, et les intermittences douloureuses entre son être profond et les apparences qui le masquent ou le trahissent.

2 Le principe de cette formulation modale est présenté dans Fontanille Jacques, Les espaces subjectifs. Introduction à une sémiotique de l’observateur, Paris, Hachette, 1986.

3 Cette présentation doit beaucoup à Pérez José-Philippe, Optique. Fondements et applications, Paris, Dunod, coll. « Enseignement de la physique », 2004, 7e éd.

4 Dans Fontanille Jacques, Sémiotique du visible. Des mondes de lumière, Paris, PUF, 1995, chapitre premier.

5 Dans Fontanille Jacques, « Paysages : le ciel, la terre et l’eau », dans Entre Espace et paysage. Pour une approche interdisciplinaire, Alberto Roncarria et Paola Polito, dir., Études de Lettres, Université de Lausanne, 2013.

6 Cf. Miermont Jacques, « Pour une théorie de l’esprit : cognition, passion et communication », Paris, Sémiothèque, Résonances, no 10-11, pp. 64-71. Accessible en ligne : http://www.therapie-familiale.org/resonances/pdf/esprit.pdf.

7 Cf. Vischer Robert, Über das optische Formgefühl, ein Beitrag zur Ästhetik. Stuttgart, Julius Oscar Galler, 1873, traduction française de Maurice Elie, Aux origines de l’Empathie. Nice, Ovadia, 2009, p. 57-100.

8 Cf. Berthoz Alain et Jorland Gérard, L’Empathie, Paris, Odile Jacob, 2004. Le fonctionnement des neurones miroirs a été mis en évidence par Giacomo Rozzolati et son équipe à Palerme, au début des années 1980.

9 Projet de norme P 14-010-1 sur l’« Aménagement durable des Quartiers d’affaires », AFNOR, 2012.

10 Dans l’actualité politique du printemps 2013 en France, la transparence est devenue une priorité politique du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Elle l’est devenue à la suite de ce qu’il est convenu d’appeler l’« affaire Cahuzac », du nom de ce ministre du budget qui pratiquait la fraude fiscale via un compte en Suisse, et dont les dénégations éhontées ont jeté le discrédit sur la totalité de la classe politique française. Nous sommes donc strictement dans la situation décrite ici-même : la transparence comme contre-stratégie face à la diffusion contagieuse d’un soupçon généralisé.

11 Le film Minority Report, du réalisateur Steven Spielberg, repose sur ce type de transparence-là, mais en lui ajoutant une autre dimension : celle de la prévision, de la prophétie et de l’anticipation de chaque crime en particulier, pour pouvoir déclencher des interventions préventives. Comme un méta-commentaire permanent et envahissant de cette configuration, le film use massivement, justement, des écrans de projection transparents et des images superposées transparentes les unes aux autres.

12 Sur le fond de cette règle de la notoriété, les jeux du secret, de la dissimulation et de la révélation sont toujours possibles, et très fréquemment exploités. Mais ils ne procurent qu’une dramatisation supplémentaire à la transparence propre à la notoriété : quelques micro-récits conflictuels, quelques péripéties véridictoires périodiques qui contribuent efficacement, grâce aux polémiques médiatisées qu’ils suscitent, à intensifier la présence des personnages publics sur la scène médiatique, c’est-à-dire, en fin de compte et toujours, leur notoriété.

13 Dans le chapitre suivant « Des formes de vie invasives : régimes de croyance médiatiques et mondialisation ».

14 C’est notamment l’un des principes retenus dans : Parlement et démocratie au vingt et unième siècle (Beetham David, Genève, Union Interparlementaire, 2006). Il est promu en outre par plusieurs associations ou ONG, comme Sunlight Foundation, Latin American Network for legislative transparence, ou Regards Citoyens.

15 L’une des sources intellectuelles de ces pratiques peut être attribuée au philosophe John Dewey, qui préconisait d’impliquer les citoyens dans des démarches d’enquête et d’expérimentation publiques pour approfondir la démocratie. De nombreuses initiatives récentes vont dans ce sens, comme la plateforme internet “Parlements & citoyens”, qui donne des éléments à ses inscrits pour participer à l’élaboration des lois.

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search