Version classiqueVersion mobile

Formes de vie

 | 
Jacques Fontanille

I. La vie prend forme : entre nature et société

Des manières de vivre et de sentir : définir et décrire les formes de vie

Texte intégral

COHÉRENCE ET CONGRUENCE DES FORMES DE VIE

1Évoquer le « sens de la vie », c’est encore revenir à la question originaire : comment passer d’un pur affect, procuré par le sentiment (positif ou négatif) de vivre, à un processus qui aurait un sens ? Pour Wittgenstein, c’était le « problème de la vie » :

  • 1 Wittgenstein Ludwig, Remarques mêlées, Georg Henrik von Wright, dir., traduction Gérard Granel, Pa (...)

La solution du problème que tu vois dans la vie, c’est une manière de vivre qui fasse disparaître le problème. (…) Que la vie soit problématique, cela veut dire que ta vie ne s’accorde pas à la forme du vivre. Il faut alors que tu changes ta vie, et si elle s’accorde à une telle forme, ce qui fait problème disparaîtra1.

2Le problème de la vie, et la question posée — quel est le sens de la vie ? — trouvent une réponse dans une « manière de vivre » qui annule la question et le problème. L’explication qui s’en suit — adéquation ou inadéquation à une forme de vie reconnaissable —, conforte cette réponse « syntagmatique ». La question du sens de la vie biologique (dans la biosphère) n’a pas de sens, puisque nous ne pouvons pas choisir d’être en vie. En revanche, la question a un sens dans la sémiosphère et la réponse est de nature syntagmatique : le fait même de poser la question installe une réflexivité (une activité consciente d’elle-même, dirait Vernadsky), témoigne d’un malaise qui révèle une inadéquation ressentie entre la vie telle qu’on la mène et quelque chose qui serait une forme de vie identifiable.

3Passer du « problème de la vie » à une « manière de vivre », puis à une « forme du vivre », c’est procéder à la mise en procès d’un pur affect, le « malaise » dont va sortir une problématique sémio-philosophique tout entière. Malaise dans la vie ? Le remède est dans le processus : cherchez la « bonne forme », pour atténuer le malaise. Il ne s’agit pas de trouver « le » ou « un » sens de la vie, mais d’être capable de lui donner « du » sens, et tel est le rôle de cette mise en procès. Convertir le sentiment d’exister en un procès d’existence et dans des modes de persistance, déployer l’existence dans le temps et l’espace, la soumettre à des règles et des contraintes d’agencement syntagmatique : telle est la condition minimale pour que la vie puisse recevoir « du » sens. Le principe est d’ordre philosophique, la méthode pour en comprendre les effets sera de nature sémiotique.

Le sens d’un cours de vie est un schéma syntagmatique

4Greimas et Courtés écrivaient dans Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, à propos du schéma narratif canonique :

  • 2 Greimas Algirdas Julien & Courtés Joseph, op. cit., p. 245.

Le schéma narratif constitue comme un cadre formel où vient s’inscrire le ‘ sens de la vie’, avec ses trois instances essentielles : la qualification du sujet, qui l’introduit dans la vie ; sa ‘réalisation’ par quelque chose qu’il ‘fait’ ; enfin la sanction — à la fois rétribution et reconnaissance — qui seule garantit le sens de ses actes et l’instaure comme sujet selon l’être2.

5Le « sens de la vie » s’inscrit dans une « forme » (la séquence des trois types d’épreuves). Le raisonnement commence avec des structures d’énoncés narratifs, examinés à partir de corpus folkloriques, et, en passant par une série d’extrapolations successives (à tous les textes, à tous les genres narratifs, puis à toute série d’actions signifiantes), il atteint un niveau de généralité suffisante pour toucher aux « formes de vie ». Il est question ici d’une forme syntagmatique de la vie placée sous la contrainte de la narrativité, et ce, aux premiers temps de la sémiotique structurale et générative.

6Il y a d’autres formes syntagmatiques imaginables, et nous y reviendrons en temps et en heure ; mais ce qui importe ici est la nature du raisonnement qui conduit de l’énoncé linguistique et textuel à la forme de vie : par généralisations successives, par extension progressive des possibilités de l’analyse et du champ de pertinence, ce qui n’était que formes de textes particuliers devient, par paliers, forme de l’expérience en général. En l’occurrence, une expérience élémentaire et générique : celle de la vie elle-même.

  • 3 Ce sont les apprentissages, ou comme dans la chanson de geste médiévale, les « enfances du héros »
  • 4 Et les religions, notamment la religion chrétienne, sont très explicites sur la transformation de (...)

7Eu égard au schéma narratif canonique, on observe immédiatement que la « forme » (narrative) qui donne sens opère des sélections très fortes sur la « substance » (vitale). Du côté de la substance, en effet, la première étape de la vie est la naissance, et la dernière est la mort ; du côté de la forme (le schéma narratif canonique), la première étape est la qualification, et la dernière la sanction. Naître à la vie en tant que substance n’est qu’une borne initiale, et il faut y projeter une forme syntagmatique particulière pour qu’elle devienne significative ; la forme syntagmatique projetée par le schéma narratif canonique en décide spécifiquement : elle neutralise la valeur de la borne initiale, et ne prend en compte que l’ensemble des phases d’acquisition de la compétence3. De même, comme l’écrivait Montaigne, la mort n’est que le « bout » de la vie, et non le « but » : pour donner sens à cette fin, le schéma narratif lui substitue l’ensemble des phases de reconnaissance et de rétribution4.

8La « forme de vie », en projetant sur le « cours de vie » un schème syntagmatique déterminé, décide en somme de la nature, du nombre, de la taille et de la composition des segments et des agencements considérés comme pertinents pour pouvoir accueillir le « sens de la vie ». Le « cours de vie » est une substance ; c’est la projection d’un schème syntagmatique sur ce cours qui en fait une « forme » ; et cette forme est susceptible de fonctionner ensuite comme une « forme de l’expression » qui peut être associée à une « forme du contenu ». En l’occurrence, pour le segment de « qualification », les contenus sont des modalités de la compétence, et, pour le segment de « sanction », les contenus sont des valeurs projetées soit sur le sujet soit sur l’objet qui lui est attribué.

9Cette forme élémentaire sera complexifiée, voire remise en question, et elle connaîtra des alternatives. Ce qu’on a pu appeler par exemple le « tournant modal » en sémiotique a permis de substituer à un inventaire relativement figé d’actants, et à une schématisation narrative close, une plus grande diversité de rôles modaux : grâce à l’ouverture de la combinatoire modale, la description narrative s’est assouplie, et progressivement adaptée à la diversité des discours concrets. Du coup, l’instabilité et la variation ont gagné toutes les phases du schéma narratif canonique : celle du contrat et de la manipulation, et plus généralement de la « qualification du sujet », notamment sous l’influence de la sémiotique des passions, mais aussi celle de l’action et de la sanction, grâce à la diversité des devenirs de l’identité modale.

  • 5 Greimas Algirdas Julien, De l’imperfection, Périgueux, Fanlac, 1991.

10L’analyse de la dimension sensible a fait apparaître d’autres types d’alternatives : soumis par exemple aux schèmes spécifiques de l’appréhension sensorielle des valeurs figuratives, le cours de vie prend forme sous la contrainte des parcours de l’esthésie, comprenant également des phases de conjonction et de disjonction, mais sans considération de qualification ou de sanction, c’est-à-dire hors des cadres fixés par le schéma narratif, et déployant à la place de ce schéma narratif les affections successives du corps propre du sujet sensible. Conçu pour rendre compte des micros-séquences de l’expérience sensible, ce type de schéma « esthésique » peut lui aussi, comme l’a montré Greimas dans De l’imperfection5, par généralisations successives, accéder au rang de forme de vie.

11C’est dire qu’on peut envisager par exemple la construction du « sens de la vie » comme un geste esthétique, et que, sous cette condition, le « style » sémiotique du schème syntagmatique qui s’impose est un style sensible. Il en est ainsi, notamment, du beau geste, qui tente d’inaugurer une nouvelle éthique sur le fond d’une rupture esthétique : ce style sensible et esthétique devient alors une expression, qui reçoit pour contenu notamment des valeurs et des passions.

  • 6 Greimas Algirdas Julien & Fontanille Jacques, Sémiotique des passions. Des états de choses aux éta (...)

12Ces deux variantes, réunissant et associant les esthésies, la combinatoire modale, et les états proprioceptifs du sujet sensible, ont donné lieu à la sémiotique des passions, dont le principal apport, justement, ne consiste pas dans la micro-analyse de telle ou telle typologie de figures passionnelles, mais, au contraire, dans le dégagement de schèmes syntagmatiques de portée plus générale, qui s’efforcent de rendre compte du déploiement des parcours passionnels. Ces parcours syntagmatiques de la passion, comprenant notamment des phases de sensibilisation (éveil proprioceptif, disposition affective) d’émotion et de moralisation, sont à même de structurer aussi bien des segments textuels restreints que des cours de vie tout entiers. Il devient dès lors possible de fonder le « sens de la vie » sur les formes syntagmatiques issues du schéma pathémique canonique6 et de caractériser, en se fondant sur ses variantes, les configurations passionnelles et esthétiques propres à chacune des cultures individuelles et collectives.

13Mais peu importe la diversité des schématisations possibles, car seul compte pour l’instant le principe sous lequel apparaît, dans le raisonnement sémiotique, une « forme de vie » : un schème syntagmatique est choisi comme plan de l’expression, et projeté sur un cours de vie ; et des configurations modales, passionnelles et thématiques lui sont associées comme plan du contenu. Il s’agit bien de la formation d’une sémiose à part entière, grâce à la réunion des deux plans d’un langage. Les schèmes projetés peuvent varier et alterner, ainsi que les contenus associés, mais le principe de constitution d’une forme de vie comme sémiotique-objet reste constant.

Une vie sémiotique est une forme congruente

14Une forme de vie étant, d’un point de vue sémiotique, d’abord définie comme un schème syntagmatique, sur le plan de l’expression, elle est de ce fait même régie par un principe de cohérence, exactement de même nature que celui qui prévaut pour la cohérence isotopique : cette cohérence-là, en effet, garantit a minima la récurrence des mêmes actants tout au long du parcours, la permanence des énoncés d’état qui ne sont pas affectés par les transformations en cours, en somme, une stabilité du « fond » sur lequel se déploie la « forme » syntagmatique visée. Mais ce serait peu dire que de se satisfaire de cette propriété si générale qui, certes, est indispensable au « sens de la vie », au sens où elle le rend possible, mais qui ne suffit pas à caractériser en propre la manière dont une « forme de vie » s’impose à l’attention.

15Car les formes de vie s’imposent principalement en raison de leur congruence. Rappelons brièvement quelques éléments de définition. La cohérence est une propriété de l’axe syntagmatique : elle se déploie en quelque sorte « à l’horizontale », par récurrence et recouvrement des unités d’un parcours syntagmatique quelconque. La cohésion est également une propriété de l’axe syntagmatique, où elle procède par références internes (par exemple l’anaphore ou la cataphore).

16La congruence est en revanche une propriété de l’axe paradigmatique, dès lors que les différents paradigmes et les différentes catégories, disposés en strates hiérarchisées, sont supposés participer à un même processus de génération de la signification, chacun et chacune étant convertis d’un niveau à l’autre. Dans un ensemble de propriétés sémiotiques congruentes, il y a donc un accord, par exemple, entre un rôle narratif et des qualités sensibles, entre des valeurs sémantiques et des états passionnels, entre des manières de dire et des manières d’agir, etc.

  • 7 Rappelons à cet égard, que c’est cette description qui permet de distinguer formellement et précis (...)

17La conversion entre les différents niveaux du parcours génératif de la signification est une opération mal élucidée par la théorie sémiotique, certes, mais on en connaît au moins la règle de base. La conversion des catégories d’un niveau à l’autre (par exemple entre les opérations de négation et d’affirmation portant sur les traits sémantiques élémentaires, d’une part, et les opérations de conjonction et de disjonction portant sur les structures narratives, d’autre part) est supposée conserver les contenus ainsi transposés. Mais elle est également supposée en enrichir la signification en les projetant sur de nouvelles distinctions et de nouvelles relations, en plus grand nombre qu’au niveau précédent. En bref, les entités soumises à une conversion sont à la fois isotopes (elles conservent les mêmes substances de contenus) et hétéromorphes (ces substances prennent des formes différentes)7.

18Il faut alors se demander ce que la congruence ajoute à la conversion : peut-on concevoir des conversions qui ne seraient pas congruentes ? La réponse est évidemment positive, car la conversion n’implique pas en elle-même de préférence, de sélection ou de pondération dans les structures qu’elle transpose. Elle assure par exemple globalement la transposition des opérations de négation et d’affirmation en opérations de conjonction et disjonction narratives, mais seulement globalement.

19Imaginons maintenant qu’à chaque niveau soient imposées des orientations axiologiques, qui pondèrent différemment les différents termes de la structure. Sur la catégorie vie/mort, où le terme « mort » est le résultat d’une négation (non-vie), puis d’une affirmation (mort), la pondération axiologique peut porter l’accent sur la négation, et donc survaloriser la position « non-vie ». Lors de la conversion en opérations narratives, il paraît aller de soi que la pondération axiologique porte également sur l’opération qui correspond à la négation précédente, et qui serait en ce cas celle de « non-conjonction », mais ce n’est qu’une des possibilités, et les autres opérations (disjonction, non-disjonction et conjonction) restent disponibles. La conversion n’impose donc rien à cet égard, et elle ouvre même tout le champ des combinaisons et relations possibles : c’est bien le rôle de l’enrichissement de la signification d’un niveau à l’autre ; en amont et en aval d’une conversion, le poids axiologique peut fort bien valoriser d’un côté la « non-vie » (la négation), et de l’autre la « conjonction », et on obtient ainsi une ébauche de forme de vie qui repose sur la quête (conjonction) de l’effacement de soi-même (non-vie).

20La congruence propre aux formes de vie ne doit donc être confondue ni avec la conversion générative en général (elle en est seulement l’une des propriétés), ni même avec des conversions « conformistes » ; dans l’exemple précédent, la conversion « conformiste » est celle qui n’ajoute rien d’un niveau à l’autre : la négation n’engendre que son strict équivalent, la non-conjonction ; et la conversion non conformiste est celle qui fera correspondre, par exemple, la négation avec la conjonction. L’une et l’autre des deux solutions sont potentiellement congruentes, car la congruence se mesure à la capacité d’une forme de vie à reproduire à tous les autres niveaux ces correspondances, qu’elles soient conformistes ou pas. Il faut bien entendu comprendre ici la qualification « conformiste » et « non conformiste » au sens où les sélections et les correspondances proposées ajoutent ou n’ajoutent pas d’articulations et de relations signifiantes lors de la conversion. Cette qualification sans appréciation éthique n’est pourtant pas sans conséquences éthiques, puisqu’elle permet de caractériser le degré d’« inventivité » des formes de vie, ainsi que le degré de discordance et de tension qui affecte telle ou telle sélection congruente.

  • 8 Dans Fontanille Jacques & Zilberberg Claude, Tension et signification, Hayen, Mardaga, 1998, chapi (...)

21La cohérence étant le propre du schème syntagmatique, et donc du plan de l’expression de la forme de vie, la congruence caractérise le plan du contenu, considéré dans la diversité ordonnée des strates du parcours génératif. Sur l’ensemble de ces strates, depuis les oppositions sémantiques et les valeurs élémentaires jusqu’aux organisations narratives, et même aux particularités de l’énonciation ou des manifestations figuratives et sensibles, une forme de vie impose en effet ce qu’on a pu appeler naguère de manière approximative une « déformation cohérente »8, et qu’il serait plus approprié de dénommer aujourd’hui une sélection congruente.

22Une forme de vie, en effet, peut être caractérisée par un type d’équilibre ou de déséquilibre interne à la fonction sémiotique, par un type de médiation proprioceptive, par des rôles narratifs modaux, actantiels et passionnels, etc. La sélection congruente de toutes ces particularités procure un effet d’individuation, qui ne concerne pas nécessairement un actant, collectif ou individuel, mais plus généralement le processus de production de sens. À cet égard, une sélection congruente pourrait être définie comme une « commutation en chaîne », une commutation contagieuse entre les différents niveaux d’analyse : selon le principe de congruence, en effet, une sélection opérée à un niveau quelconque entraîne une chaîne de sélections sur les autres niveaux ; l’ensemble apparaît globalement comme congruent, sous réserve qu’une forme de vie identifiable prenne en charge l’intentionnalité de cette commutation en chaîne.

23Le raisonnement peut être bouclé par un retour sur la cohérence du schème syntagmatique (par exemple la « bonne forme » d’un schéma canonique) : cette cohérence-là déclenche un processus de stabilisation schématique et de reconnaissance, confirmé par la congruence des sélections du côté des contenus. En somme, la cohérence du plan de l’expression et la congruence du plan du contenu se confortent l’une l’autre dans le processus d’individuation et de reconnaissance de la forme de vie.

24Dans cette perspective, la cohérence du schème syntagmatique et la congruence des sélections convergent pour manifester l’existence d’un projet de vie sous-jacent. On pourrait illustrer ce point en s’appuyant sur le cas de l’absurde. L’absurde est une configuration sémiotique qui ne semble résulter que d’une accumulation d’incohérences et d’insignifiances, mais qui est néanmoins organisée comme une forme de vie, présentant toutes les caractéristiques de congruence dans les sélections opérées, et de cohérence dans la déformation des univers sémiotiques qui en résultent.

25Il faut pour cela dépasser le simple constat cognitif (incohérence, insignifiance), pour découvrir un style éthique et esthétique qui restaure en quelque sorte le « sens du non-sens », comme chez Camus (L’absurde), Sartre (La Nausée), Ionesco (Rhinocéros) ou Céline (Voyage au bout de la nuit). Dès lors que le « sens de la vie » n’est plus accessible par la voie cognitive, la forme de vie propose une voie esthésique et sensible, reposant pour l’essentiel sur les particularités de la manifestation figurative. C’est dire que, si le monde est incohérent en regard des normes établies et des sélections « conformistes », l’ensemble des sélections opérées dans le parcours génératif n’en obéissent pas moins à un principe de congruence qui en garantit l’effet intentionnel.

26On notera, comme caractéristiques des sélections congruentes propres à cette forme de vie particulière, au moins chez les quatre auteurs mentionnés, les propriétés suivantes :

  1. Le déséquilibre entre les deux pôles de la fonction sémiotique, dû à une prolifération du plan de l’expression (le trop plein du signifiant) et à une raréfaction corrélative du plan du contenu (la vacuité du signifié) : les rhinocéros prolifèrent chez Ionesco, comme les balles et les agressions de tous horizons chez Céline, à proportion inverse, chez l’un comme chez l’autre, de l’évidement des contenus et de la raréfaction des valeurs sémantiques et des émotions.
  2. En conséquence, le champ de présence du sujet sensible à l’absurde se trouve affecté soit d’une densité excessive (du point de vue extéroceptif), soit d’une vacance extrême (du point de vue intéroceptif). Cet écart est ressenti comme une esthésie paradoxale.
  3. Dès lors, le corps propre est soumis à une expérience problématique : il s’efforce en vain de réunir le monde extéroceptif et le monde intéroceptif, pour en faire respectivement un plan de l’expression et un plan du contenu, et fait l’expérience intime de ce rabattement impossible entre deux mondes incommensurables. Cette expérience du corps propre se traduit par exemple, chez Sartre ou Céline, par la nausée, ou chez Ionesco, par des expériences somatiques schizoïdes, deux types de manifestations figuratives et somatiques spécifiques de l’absurde, qui traduisent dans l’expérience corporelle l’impossibilité de la médiation proprioceptive entre expression et contenu.
  4. La dimension narrative en est affectée, puisque la quantification étant déréglée, la liquidation du manque ne peut entraîner qu’un excès, lequel appelle à son tour une insuffisance, ou l’inverse. Le déséquilibre pondéral de la fonction sémiotique engendre à chaque cycle un décalage dans l’intensité de la quête et des confrontations polémiques, de sorte que le devenir du récit absurde ne peut être qu’un processus sans fin d’exacerbation des frustrations et des conflits. Le schème syntagmatique de l’absurde se caractérise donc par une itération-amplification, comme il advient pour Sisyphe remontant sa pierre.
  5. Sur la dimension modale et passionnelle, le sujet a le choix entre, d’une part (i) assumer l’absurde et devenir lui-même une partie du monde absurde (comme le montre la transformation des personnages en rhinocéros chez Ionesco, mais aussi la prolifération contagieuse des modalités devoir et vouloir dans le discours des personnages), et d’autre part, (ii) refuser d’assumer, proclamer son irresponsabilité (comme le fait Béranger dans Rhinocéros, sous la forme du non devoir et du non vouloir). Pour Céline, le seul choix est entre la mort (fin de persévérance) et l’abjection (le prix à payer pour persévérer). Ce qui revient à une alternative entre fuir l’angoisse de l’absurde, en se mêlant à l’incohérence du monde pour ne plus la percevoir, ou la vivre indéfiniment en spectateur impuissant et désespéré.

27L’absurde ainsi conçu est donc une forme de vie, caractérisée par la forte identité et cohérence de son schème syntagmatique (propriétés rythmiques, quantitatives, narratives, etc.) et la congruence entre les différents niveaux de son contenu (ici : niveaux sémiologique, esthésique, somatique, narratif, modal et passionnel).

VARIATIONS DE LA PRÉSENCE SENSIBLE

Des expressions et des contenus éprouvés par des actants

28Nous écrivions plus haut : « la cohérence du schème syntagmatique et la congruence des sélections convergent pour manifester l’existence d’un projet de vie sous-jacent ». Or l’une et l’autre participent d’un choix et d’une position assumée, et donc, d’une certaine forme de subjectivité.

  • 9 Dans la même perspective, Bourdieu traite de cet engagement, comme d’une incidence locale de l’hab (...)

29Pour ce qui concerne la première, le schème syntagmatique résulte de la pression globale et très générale, peut-être universelle, d’une persistance existentielle. Mais il exploite, pour mettre en œuvre ce principe de persistance, des types d’agencements syntagmatiques qui impliquent dans tous les cas de figure l’engagement d’un actant dans une expérience de vie, un engagement plus ou moins intense dans la continuation du cours de vie. C’est précisément la raison pour laquelle le principe de persistance peut être caractérisé comme persévérance. La manière de gérer, notamment, les obstacles et les accidents de parcours, est principalement déterminée par les variations d’intensité de cet engagement9 : qu’on l’identifie comme sentiment de l’utilité, comme croyance en la vertu de l’action, ou comme simple intérêt pour le cours des interactions, peu importe, il implique une forme d’investissement subjectif de l’actant dans la continuation du cours lui-même. Cet investissement subjectif est indispensable à la cohérence du schème syntagmatique et des phases de la persévérance, car il est en quelque sorte le « relais » local, au niveau de l’expérience, de la tension globale exercée par le principe de persistance sur le cours d’existence. Autrement dit : toujours engagé dans son cours de vie, et périodiquement investi dans le franchissement ou la neutralisation des obstacles, l’actant vivant reçoit lui-même, en raison de la récurrence de cet engagement, un rôle modal et passionnel global, celui de la persévérance.

30Dans un sens ou dans l’autre, un choix est opéré, par une instance actantielle décisive, celle qui augmente ou diminue l’intensité de l’engagement dans le cours de vie ; et cette intensité d’engagement manifeste la force variable du lien entre l’actant en question et la continuité du cours de vie : dans cette perspective, la force du lien qui en découle apparaît comme le foyer principal de l’effet de cohérence syntagmatique que nous appelons « forme de vie ». La force de ce lien est la version subjective (du côté de l’expérience) du principe objectif (du côté de l’existence) de la persistance-persévérance.

31De l’autre côté, celui des contenus hiérarchisés en un parcours génératif, des choix sont faits à chaque niveau, dont nous avons vu plus précisément qu’elles consistent en une « pondération » variable des catégories : faire porter le poids ou l’accent ici ou là, sélectionner tel ou tel terme d’une catégorie pour lui faire porter ce poids spécifique, ce sont en effet des opérations de nature subjective, que ne suffisent pas à expliquer les seules règles de constitution de chaque niveau du parcours génératif et les seules règles de la conversion entre niveaux.

32La congruence de l’ensemble de ces sélections et pondérations est un effet constaté, qui relève de la seule description ; mais l’explication, si cette congruence doit manifester le contenu d’un projet de vie, doit faire appel également à une intervention réflexive et subjective : un actant capable de projections axiologiques, de pondérations répétées, et mieux encore si elles sont toutes congruentes, sera là aussi considéré comme le foyer principal du « sens de la vie » et de l’effet de congruence qui le consolide.

  • 10 Freud Sigmund, L’interprétation du rêve, Paris, Seuil, collection Points, 2013.

33Le problème ici posé est exactement de même nature que celui soulevé par Freud dans L’interprétation du rêve10 : entre le contenu latent et le contenu manifeste du rêve, grâce aux opérations de condensation et de déplacement, l’inconscient sélectionne des figures et des parties de la scène latente, répartit et déplace des accents d’intensité, annule des fragments de scène, en ajoute d’autres, et reconfigure ainsi une autre scène (la scène manifeste) en modifiant la pondération de chacune de ses parties : il faut alors supposer un opérateur de ces transformations, à qui on pourra imputer les choix et les « intentions » sous-jacentes, c’est donc l’inconscient. En l’occurrence, tout comme pour les formes de vie, la congruence entre les sélections opérées doit être subjectivement « imputable » pour être interprétable : il faut pouvoir imputer la responsabilité des choix à un actant, même indéfini et insaisissable, pour pouvoir leur reconnaître un sens.

34Une forme de vie doit donc être imputable, à travers des identités modales et passionnelles, à une instance qui en instaure le sens, et plus précisément, puisqu’une sensibilité est engagée, à un actant-corps, dont la sensibilité porte respectivement les variations de l’engagement dans le cours de vie, du côté de la cohérence syntagmatique, et les variations de la pondération axiologique, du côté de la congruence paradigmatique. Ces variations (engagement, récurrence, accentuation et pondération, etc.) sont de nature intensive (énergie, force, etc.) et extensive (nombre, déploiement temporel et spatial, etc.). On peut donc considérer que, dans les limites de cette subjectivation de la persévérance, les variations intensives et extensives de la présence sensible sont des déterminations prépondérantes dans l’orientation des formes de vie et dans l’instauration de leur signification.

Des formes de vie imparfaites

  • 11 De l’imperfection, op. cit.

35Si l’on suit sur ce point la proposition de Greimas11, la présence sensible ne donne lieu à des formes sémiotiques, a fortiori des formes de vie, que si elle est affectée d’un certain coefficient d’imperfection. Cette imperfection, en effet, est le ressort à la fois de l’émergence d’une intentionnalité dans les formes perçues, car elles paraissent alors échapper aux déterminations naturelles, et de la dynamique de transformation qui s’en suit. L’imperfection, le défaut de sens en quelque sorte, est très exactement ce que s’efforcent de combler ou de traiter la cohérence syntagmatique et la congruence paradigmatique des formes de vie.

36Du point de vue de la cohérence syntagmatique, l’imperfection est déjà au cœur du principe de persévérance, dès lors qu’il présuppose nécessairement une contre-persévérance : il n’y aurait pas lieu de déployer une telle persévérance si le cours de vie n’était pas « imparfait » : rétablir une forme cohérente et reconnaissable dans ce parcours, c’est en quelque sorte réparer l’imperfection syntagmatique, et donner à voir cette « réparation », c’est donner le sens de l’imperfection.

37Du point de vue de la congruence paradigmatique, c’est la distribution irrégulière ou imprévisible des accents et des pondérations axiologiques qui produit de l’imperfection dans l’organisation des catégories, et il revient alors à la congruence des sélections et des pondérations de projeter une forme d’intentionnalité directrice sur l’ensemble des choix effectués, et, là aussi, d’en dire le sens.

38L’imperfection étant au cœur des variations de la présence sensible, nous pouvons faire l’hypothèse que l’une des articulations déterminantes, susceptible d’engendrer au moins un premier niveau de différenciation entre les formes de vie, est celle de la présence et de l’absence sensibles : l’imperfection, inhérente à la constitution des formes de vie, serait dans ce cas une modulation particulière de la catégorie présence/absence : présence ou absence d’un segment attendu ou inattendu dans la chaîne syntagmatique ; présence ou absence d’un terme dans les sélections et pondérations opérées dans le parcours génératif des contenus.

39En outre, la présence et l’absence peuvent être, pour le sujet sensible, de deux sortes : soit extéroceptive (mondaine), soit intéroceptive (affective, cognitive), la relation étant établie entre l’une et l’autre par le corps propre (par la proprioception). Cette mise en relation fait de l’une un plan de l’expression et de l’autre, un plan du contenu. Nous avons déjà montré que, dans le cas des formes de vie considérées comme des sémiotiques-objets, le schème syntagmatique occupe la place du plan de l’expression, alors que l’ensemble des sélections et pondérations paradigmatiques occupent le plan du contenu. Comme l’un et l’autre donnent lieu, subjectivement, à des variations intensives et extensives de la présence sensible, nous sommes en mesure de déployer une typologie des imperfections.

  • 12 C’est la seule explication sémiotique possible, dans le cas de l’absurde évoqué plus haut, des man (...)

40Dès lors, le cas général de la médiation proprioceptive entre les présences et absences extéroceptives (du côté de l’expression) et intéroceptives (du côté du contenu) trouve ici une application particulière dans la mise en relation entre les présences et absences syntagmatiques (l’expression des formes de vie) et paradigmatiques (le contenu des formes de vie). L’ensemble des propriétés syntagmatiques et paradigmatiques des formes de vie peuvent alors, a minima, être comprises comme des propriétés sensibles, qu’un actant-corps est susceptible de ressentir ou de percevoir12.

41L’imperfection des formes de vie se donne par conséquent à saisir à travers des états sensibles, des états passionnels de l’actant-corps. La médiation par le corps propre de cet actant, qui s’exerce entre les deux plans constitutifs d’une forme de vie, engendre des états d’âme élémentaires qui pourront être considérés comme les générateurs des types de formes de vie fondamentales.

42La médiation proprioceptive n’est pas seulement une hypothèse théorique nécessaire à cette transposition, car elle peut par elle-même, ainsi que nous l’avons déjà observé dans le cas de l’absurde, donner lieu à des manifestations somatiques propres aux états d’âme en question : ces manifestations peuvent prendre la forme de la patience ou de l’impatience, de la philie ou de la phobie, de l’impulsion ou de la nausée, de l’agitation ou de la langueur, etc.

43Dans tous les cas, elles sont composées d’au moins deux dimensions : une dimension tensive, par laquelle se manifeste l’état du corps sensible soumis aux tensions de l’imperfection, et une dimension phorique, par laquelle ce corps-actant manifeste son rapport (engagement ou dégagement, attraction ou répulsion, etc.) à l’égard de l’événement ou de la situation que doit affronter le cours de vie. Les réactions somatiques, les variations de tempo et de rythme, notamment, s’inscrivent sur ces deux dimensions : la nausée, par exemple, manifeste sur la dimension tensive l’impossible médiation entre le trop plein du plan de l’expression et la vacuité du plan du contenu (décalage qui peut être quantitatif, intensif ou rythmique), et, sur la dimension phorique, elle manifeste le rejet du corps propre à l’égard d’un monde ainsi constitué.

Les états d’âmes élémentaires

44Sur le principe général de la médiation entre les présences et absences syntagmatiques (les expressions imparfaites de la forme de vie) d’une part, et les présences et absences paradigmatiques (les contenus imparfaits de la forme de vie), d’autre part, on peut proposer une première typologie des états d’âme fondamentaux, qui elle-même pourra être démultipliée en configurations de manifestation, selon les traitements respectifs qui seront faits de la dimension tensive et de la dimension phorique. Ces deux moments concernent deux approches complémentaires de la médiation proprioceptive : les effets proprioceptifs élémentaires de la présence et de l’absence d’abord, et ensuite, leurs manifestations somatiques et sensibles.

45La première typologie s’obtient en combinant les deux termes de la catégorie présence/absence, avec ceux de la catégorie extéroceptif/intéroceptif, sachant que cette dernière est, dans le cas particulier des formes de vie, la transposition de l’opposition entre l’expression syntagmatique et le contenu paradigmatique.

  • 13 En cela, elle est l’homologue de l’attente (frustrée ou comblée) invoquée par Jakobson dans son an (...)

461. Une présence extéroceptive associée à une absence intéroceptive suscite toutes les variétés de l’étonnement, de la surprise (qui donne une impulsion au cours de vie) à la stupéfaction (qui en suspend provisoirement le cours) ; dans les termes propres aux formes de vie telles que nous les avons définies, un schème syntagmatique se met en place, mais ne correspond à aucune sélection ou pondération identifiable au plan du contenu. À la recherche d’une substance de contenu, l’actant engagé dans une telle forme de vie est dans une forme d’attente particulière, désignée naguère par Greimas comme l’« attente de l’inattendu » ; l’« attente » est installée par la régularité d’un schème syntagmatique13, et l’« inattendu » est ce potentiel de présence intéroceptive (du côté du contenu), qui échappe toujours, mais qui maintient ainsi la tension d’un cours de vie ouvert sur l’avenir.

472. Une présence intéroceptive associée à une absence extéroceptive suscite toutes les variétés du manque, qu’il soit prospectif (comme l’attente) ou rétrospectif (comme la nostalgie) ; dans les termes propres aux formes de vie : des sélections et pondérations axiologiques ont bien lieu, mais elles ne correspondent à aucun schème syntagmatique susceptible de les mettre en œuvre en un parcours identifiable. Dans ce type de forme de vie, un actant est « investi » par des contenus et des valeurs, mais qui, du point de vue syntagmatique, ne sont que virtuels, en attente d’actualisation.

48Cet actant n’a de cesse de pouvoir inventer ou susciter la scène présente où ces valeurs s’inscriront dans un objet syntagmatique, susceptible d’être contemplé, recherché, ou conquis. L’une et l’autre situation, celle de l’attente et celle de la nostalgie, sont également ambivalentes, mais symétriquement : dans la première, la perspective d’actualisation d’un objet de valeur est euphorique, mais son absence actuelle peut être dysphorique ; dans la seconde, la réalisation antérieure de l’objet, et sa conjonction avec le sujet sont euphoriques, mais cette euphorie est combattue par la perte actuelle et constatée.

493. Une présence extéroceptive qui rencontre une présence intéroceptive suscite un sentiment de plénitude, où l’imperfection ne peut naître que de l’excès de présence de l’un et/ou de l’autre : l’excès de plénitude se transforme alors en angoisse du « trop plein » et rejoint ainsi l’une des formes de l’absurde. Les formes de vie issues de ces transformations ne peuvent être que déceptives, car elles ne peuvent que dégrader l’équilibre originel entre le schème syntagmatique et les sélections et pondérations paradigmatiques : on revient alors soit vers le cas (1), par affaiblissement ou suspension du contenu, soit vers le cas (2), par atténuation ou désorganisation de l’expression.

504. Une absence extéroceptive qui rencontre une absence intéroceptive ne peut engendrer que le non-sens, puisque, dans les termes mêmes des formes de vie, la relation sémiotique est suspendue : plus d’expression syntagmatique, plus de contenus à sélectionner ou pondérer. Ce dispositif est celui du sentiment du vide, dont l’éprouvé peut être plus ou moins intense, et engendrer ainsi des états de dépression, ou sous certaines conditions, de vertige. Ce type de formes de vie pose comme origine l’expérience du défaut de sens absolu, l’expérience de l’absence de valeur confirmant l’absence de schèmes syntagmatiques identifiables, et réciproquement. Dès lors, toutes les évolutions sont possibles, au moins a minima et sous forme d’ébauches, que ce soit vers le type (1), le type (2) ou le type (3).

51Toutes ces évolutions consistent, chacune à leur manière, à réinventer des systèmes de valeurs et de choix paradigmatiques, et/ou à susciter des régularités syntagmatiques. Pour reprendre deux cas de formes de vie propres aux romantiques, on dirait que le « vague à l’âme » correspond à un mouvement vers le type (1), où un engagement en cours dans une action, et un parcours syntagmatique dont la forme commence à émerger, ne rencontrent toujours que l’impossibilité de faire des choix du côté des contenus. Et inversement, on dirait que l’« ennui » correspond à un mouvement vers le type (2), où la capacité retrouvée à faire des choix de contenus se heurte à une impossibilité de reconnaître des parcours syntagmatiques susceptibles de les porter : le cours de vie ne reçoit alors qu’une expression informe.

  • 14 Cette problématique a déjà été abordée dans Fontanille Jacques & Zilberberg Claude, Tension et sig (...)

52L’étonnement (la surprise et la stupéfaction), le manque (attente ou nostalgie), la plénitude (qui démobilise ou qui menace) et le non-sens (assumé ou refusé) : voilà quelques-uns des états d’âmes fondamentaux formés à partir des imperfections de la vie, et qui suscitent le besoin de formes de vie14.

53Dans les cas (1) et (2), l’imperfection tient à la différence et à la tension inverse entre l’absence et la présence, tension où l’un des deux plans, étant perçu comme présent, peut servir de dimension de référence pour une compensation du second plan : ce type de situation offre une perspective d’orientation dynamique, propice aux transformations narratives. Dans les cas (3) et (4), la présence ou l’absence peuvent (i) soit varier en intensité ou en quantité chacune isolément, (ii) soit s’intensifier ou s’affaiblir mutuellement. Dans le premier cas (i), on est conduit à « réinventer » en quelque sorte soit l’étonnement (cas 1) soit le manque (cas 2). Dans le second cas (ii), on cherche les divers points d’équilibre possibles d’une situation globale qui ressortit du non-sens et de l’absurde.

54Le résultat de cette première typologie est synthétisé dans le diagramme suivant, reposant sur le principe de la tension entre les degrés de présence et d’absence sur les deux plans de l’expression et du contenu.

Notes

1 Wittgenstein Ludwig, Remarques mêlées, Georg Henrik von Wright, dir., traduction Gérard Granel, Paris, Flammarion, 2002, note de 1937, pp. 251-252.

2 Greimas Algirdas Julien & Courtés Joseph, op. cit., p. 245.

3 Ce sont les apprentissages, ou comme dans la chanson de geste médiévale, les « enfances du héros ».

4 Et les religions, notamment la religion chrétienne, sont très explicites sur la transformation de ce « bout » de la vie en « but » pour le salut ou la damnation.

5 Greimas Algirdas Julien, De l’imperfection, Périgueux, Fanlac, 1991.

6 Greimas Algirdas Julien & Fontanille Jacques, Sémiotique des passions. Des états de choses aux états d’âme, Paris, Seuil, 1991, pp. 265-271. Et Fontanille Jacques, Sémiotique du discours, Limoges, Pulim, 2003, pp. 129-132.

7 Rappelons à cet égard, que c’est cette description qui permet de distinguer formellement et précisément une relation entre deux niveaux du parcours génératif et une relation entre expression et contenu. En effet, les figures de l’expression et les figures du contenu doivent être, à l’inverse des figures du parcours génératif, allotopes (substances différentes) et isomorphes (formes identiques).

8 Dans Fontanille Jacques & Zilberberg Claude, Tension et signification, Hayen, Mardaga, 1998, chapitre « Formes de vie ».

9 Dans la même perspective, Bourdieu traite de cet engagement, comme d’une incidence locale de l’habitus et de la « complicité ontologique » entre l’habitus propre à chaque acteur et le cours des interactions sociales. En effet, si les acteurs sociaux agissent dans le sens de la « persévérance » pratique, c’est, selon Bourdieu, parce qu’ils trouvent un intérêt (au sens passionnel du terme) à s’investir dans le jeu social ; c’est « le fait d’être pris par le jeu, de croire que le jeu en vaut la chandelle, […], que cela vaut la peine de jouer », c’est accorder au jeu social un poids axiologique indécis mais engageant, tout comme devant un spectacle qui nous tient parce qu’il éveille notre intérêt (Bourdieu Pierre, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Seuil, Points, Essais, 1994, p. 151).

10 Freud Sigmund, L’interprétation du rêve, Paris, Seuil, collection Points, 2013.

11 De l’imperfection, op. cit.

12 C’est la seule explication sémiotique possible, dans le cas de l’absurde évoqué plus haut, des manifestations somatiques (nausées ou réactions schizoïdes) : le corps propre fait l’expérience sensible des imperfections de la cohérence et de la congruence.

13 En cela, elle est l’homologue de l’attente (frustrée ou comblée) invoquée par Jakobson dans son analyse des effets de la prosodie du texte poétique (Éléments de linguistique générale, Paris, Minuit, 1963, chapitre « Linguistique et poétique », pp. 209-248).

14 Cette problématique a déjà été abordée dans Fontanille Jacques & Zilberberg Claude, Tension et signification, op. cit., chapitre « Formes de vie », dans une approche sensiblement différente mais complémentaire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search