Version classiqueVersion mobile

Image et vérité

 | 
Jean-François Bordron

Deuxième partie. Rhétorique et dialectique

Chapitre 4. Rhétorique, dialectique et économie des images

Texte intégral

  • 1 Voir « Ouverture », ici-même.

1Nous avons jusqu’ici présenté la rhétorique comme une dimension essentielle de notre expérience, celle qui régit la diachronie au sens de Saussure, et qui se caractérise d’abord par l’entrelacement de trois logiques : la logique du lieu, la logique narrative et thématique, la logique de l’action finalisée1. Mais, par ailleurs, au niveau de leurs énonciations, les actes rhétoriques sont des discours (logos) qui mettent en scène leur énonciateur (ethos) en vue d’une action sur un auditoire (pathos). Cette action est classiquement associée à l’usage de tours et de figures qui font l’objet de ce que Gérard Genette a appelé la rhétorique restreinte. Nous allons maintenant considérer la rhétorique dans le contexte des images, le passage entre le langage et l’image posant en particulier la question de la prédication que nous allons considérer à nouveau. Mais, comme nous l’avons vu également, la rhétorique en acte peut finir par se confondre, dans certaines circonstances, avec une dialectique. Les passages entre les trois domaines que nous avons mis en place dans le chapitre d’ouverture de ce livre sont nécessairement multiples et complexes du fait même de la dualité essentielle qui les structure. La dialectique nous mènera pour finir à la question de l’économie.

  • 2 Groupe µ (1992).

2Le Groupe µ a introduit la rhétorique, classiquement liée à l’expression langagière, à l’intérieur de la problématique de l’image2 et par là nous invite à reconsidérer et sans doute à préciser ce que nous entendons par ces deux domaines dont la mise en relation pourrait d’abord surprendre. La question est si vaste — elle engage la sémiotique tout entière — que nous devons choisir un fil conducteur particulier, qui n’aura pas la prétention de nous fournir une vue synoptique du problème mais essaiera de nous mener à un lieu depuis lequel on puisse percevoir peu à peu le point d’inflexion, le seuil plus ou moins net, où le langage et l’image à la fois se rencontrent et se séparent non sans avoir, sur quelques points, fusionné leurs moyens d’expression. Nous ne chercherons donc pas à construire un tableau dans lequel s’opposeraient termes à termes deux régimes sémiotiques mais nous essaierons plutôt de comprendre en quel sens il est possible d’aménager des passages entre eux. Cette comparaison nous conduira peu à peu à envisager quatre différents niveaux d’analyse.

1. QUELQUES OPÉRATIONS RHÉTORIQUES

3La rhétorique est traditionnellement située entre la logique (ou analytique), qui a trait au discours vrai, et la dialectique qui concerne le plus généralement l’art du discours, ce qui le conduit à travers les dédales de la conversation, de la pensée ou de l’histoire. Bien sûr, le sens de ces termes a considérablement varié au cours du temps, ce qui ne doit pas pour autant nous laisser ignorer le lien de structure qui les unit. De la sorte, il est douteux que l’on puisse toucher à l’un de ces trois domaines sans que cela ait des conséquences sur les autres, tant du point de vue de leurs extensions que de la compréhension que l’on peut en avoir. Regardons dans cette perspective les opérations que le Groupe µ relève comme essentielles à la rhétorique des images.

4Le tableau de la page 157 du Traité du signe visuel propose une liste d’opérations corrélées à des familles de transformations. Notons tout d’abord les transformations : adjonction, suppression, substitution et permutation. Chacune de ces transformations peut se concevoir (c’est-à-dire s’interpréter) dans les domaines géométriques, analytiques, optiques et cinétiques. Ainsi une anamorphose sera comprise comme une opération de permutation dans le domaine cinétique ; une transformation topologique comme une substitution dans l’ordre géométrique, etc. On trouve dans certains contextes une opération mixte, dite suppression/adjonction (par exemple dans le chapitre sur la rhétorique du cadre déjà cité). On pourrait comparer ces opérations à celles proposées par Freud dans sa logique du rêve (déplacement et condensation) bien que, curieusement à notre avis, les opérations de condensation ou de fusion soient ici absentes. Il nous paraît plus justifiable de nous reporter aux opérations auxquelles Ch. Perelman a recours dans sa rhétorique argumentative.

  • 3 Perelman (1997).

5Prenons nos exemples dans l’Empire rhétorique3. Perelman distingue :

  • Les arguments transitifs qui vont de la partie vers le tout. Ainsi dit-on qu’il faut mettre de l’ordre en soi avant d’en mettre dans sa famille et en mettre dans sa famille avant d’en mettre dans l’état.
  • Les arguments par inclusion qui consistent à rapporter un cas particulier à un cas plus général.
  • Les arguments par liaison de succession. Ainsi on argumente la valeur d’une action en faisant valoir les bienfaits de ses conséquences ou les malheurs auxquels elle nous permet d’échapper.
  • Les dissociations, nombreuses chez Perelman, construisent des paires de notions opposées comme le réel et l’apparence, l’opinion et la science, l’humain et le divin, etc.
  • Les mélanges vont des fusions aux amalgames dont on connaît l’importance dans le discours politique.
  • 4 Groupe µ (1982).

6Cette liste, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, nous paraît comparable à plus d’un titre à celle proposée par le Groupe µ. Remarquons d’ailleurs que, si la liste du Groupe µ nous intéresse ici en ce qu’elle concerne l’image, il reste qu’elle a pour ses auteurs une valeur qui ne se limite pas à ce domaine comme en témoigne leur Rhétorique générale4.

7Quelles raisons peut-on trouver à ce rapprochement et que nous apprend-il quant à la dialectique langage / image ? Il nous semble que la terminologie même utilisée par ces auteurs invite à considérer les opérations rhétoriques comme des opérations méréologiques. Il s’agit toujours, plus évidemment chez Perelman, de lier et de délier, de séparer et de conjoindre, de rapprocher et de distancier, de telle sorte que la rhétorique se présente plus comme une gestuelle opérant sur des totalités et sur des parties que comme une logique procédant par démonstration. Si nous reprenons une à une les opérations fondamentales du Groupe µ (supprimer, adjoindre, substituer, permuter), on voit immédiatement qu’elles peuvent toutes se comprendre comme une suite d’actions portant sur un objet virtuel dont on manipule les éléments. Il en va de même chez Perelman qui ajoute cependant par la fusion et la dissociation à la fois l’idée de tri (par la dissociation) et une certaine plasticité de l’objet (impliquée par la possibilité de la fusion).

8Nous pouvons retenir comme premier acquis que, chez ces auteurs, il n’est sans doute pas exagéré de dire que la rhétorique suppose en son fond l’idée d’un objet doué d’une dynamique (il s’agit toujours d’action) et susceptible de compositions multiples. Que les parties constituant cet objet soient des arguments, des notions, des traits ou des couleurs n’est évidemment pas sans importance. Mais on peut postuler que, sous-jacente à ces sémiotiques particulières, se trouve la même exigence de composition, terme qui s’applique aussi bien au discours en langue qu’à une image. Il nous semble que, au moins quant à sa structure fondamentale, la composition relève d’une théorie du tout et des parties, une méréologie.

9Plusieurs remarques sont maintenant nécessaires.

  • 5 Nous nous référons ici à l’axiomatique de Lesniewski (1989).

10La première concerne le statut de la méréologie dans le contexte qui nous occupe. La méréologie peut être une logique et ainsi se déployer comme la conséquence d’un certain nombre d’axiomes. Elle peut être aussi une phénoménologie dans la mesure où le monde tel qu’il nous apparaît mais aussi, comme nous venons de le voir, les discours, paraissent bien se présenter selon un principe de composition à l’intérieur des totalités et entre elles. Mais la démarche phénoménologique a affaire au monde perçu, ce qui nous intéresse ici tout spécialement. Celui-ci a des particularités dont nous avons fourni plus haut un exemple. Rappelons que l’un des axiomes logique des plus courants est l’axiome de transitivité qui veut que si A est une partie de B et B une partie de C alors A est une partie de C5. L’évidence logique de cet axiome cache une difficulté phénoménologique considérable dans la mesure où les entités du monde perçu, qu’il s’agisse des objets au sens usuel ou des images, ont des limites, des bords, des frontières, dont la fonction est sans doute de les constituer sous forme de totalités, mais qui pour cette raison même sont des obstacles à la transitivité. Nous renvoyons à notre exemple précédent. Retenons que le point de vue phénoménologique possède une dimension méréologique tout à fait essentielle et propre à décrire une bonne part des opérations rhétoriques que nos auteurs ont inventoriées.

  • 6 Pour un développement de ce sujet voir Bordron (2000b et 2011a).

11La seconde remarque découle de ce qui précède. Il est clair que la notion de composition ainsi comprise relève d’une théorie générale de l’iconicité. On pourrait dire que le Groupe µ, en montrant la possibilité d’une rhétorique de l’image, nous a aussi permis de soupçonner le fond imageant de la rhétorique. Il y a entre la rhétorique et l’iconicité une intersection forte sur laquelle nous devons réfléchir. Mais cela demande aussi que l’on définisse la notion d’iconicité d’une façon plus satisfaisante que celle qui a cours dans la théorie des signes. Nous entendons par iconicité un type phénoménologique, c’est-à-dire une modalité particulière selon laquelle le monde sensible se manifeste à nous, qu’il s’agisse de la perception des objets, des états de chose, des artefacts comme les images ou la musique. La caractéristique de l’iconicité réside moins dans la présence de morphologies, de parties et de totalités, de texture et de plasticité que dans le fait que tous ces éléments prennent ensemble comme on le dit par exemple d’éléments matériels réunis dans un moule et qui de ce fait stabilisent peu à peu leurs rapports. Il se peut qu’un icône ainsi compris soit icône de quelque chose, mais ce n’est là qu’un cas particulier lié à un acte mimétique. Plus généralement en effet, l’iconicité est une modalité de l’expression du sens pour autant que celui-ci a à voir avec le monde sensible6. C’est en cela qu’il nous paraît pertinent de parler d’iconicité lorsque l’on considère les opérations rhétoriques et les compositions auxquelles elles aboutissent, tant du point de vue des agencements argumentatifs que des tropes visuels. Il serait sans doute exagéré de dire que la rhétorique est seulement un fait de perception, même dans le cas de l’image. Il semble cependant possible d’accorder que les compositions méréologiques offrent un terme commun entre rhétorique et perception.

12La troisième remarque, qui va nous occuper plus longuement, envisage la nature des éléments mis en jeu dans la rhétorique de l’image. Les opérations portent sur des parties mais qu’est-ce qu’une partie d’image ? Nous allons entrer dans cette question en interrogeant le rapport entre partie et prédication.

2. PRÉDICATION ET ICONICITÉ

  • 7 Groupe µ (1992, p. 141).

13Dans le Traité du signe visuel, la question de la prédication est abordée en connexion avec la théorie du type. Le type, tel qu’il est conçu par le Groupe µ, est le moyen terme entre le référent, dont il propose un simulacre, et le signifiant iconique que le type permet de juger être ou non adéquat à son objet possible. L’exemple proposé est celui d’un chat dont le type comporte à la fois des moustaches et des oreilles triangulaires, ces traits permettant un taux d’identification minimal. Cette relation entre type et signifiant est plus précisément donnée sous la forme d’un syntagme mini mal, conçu « sur le modèle gestaltiste de la ségrégation d’une entité (sujet) à partir d’une qualité translocale (prédicat) »7. Cette formulation a une certaine évidence tant du point de vue du rapport de l’iconicité aux formes perceptives que de l’organisation en syntagme du signifiant iconique. Nous chercherons cependant à déplier les notions qui nous semblent y être présupposées et, pour cette raison même, intéressantes pour notre propre investigation.

14Rappelons en premier lieu la difficulté qu’il y a à concevoir une image selon les termes de la prédication. Nous avons retenu, dans le chapitre 2, la proposition de Husserl de tenir l’espace pour le sujet universel dans le contexte des images. Mais la difficulté ne réside pas dans le fait même de la prédication, que l’on peut supposer être du ressort de l’image. Notons pourtant que si une image est toujours divisible en parties, il est contestable que l’on puisse par principe y reconnaître un sujet autre que l’espace. Que l’on puisse, la plupart du temps, décrire une image ainsi est un fait. Qu’elle se présente elle-même ainsi est un tout autre problème. Reste largement ouverte la question de savoir si la prédication que l’on attribue aux images est le fait des images elles-mêmes ou de leur traduction en langue. Pour rendre ce point sensible, imaginons quelques exemples simples.

15Un tableau peut bien représenter un arbre que l’on reconnaîtra à ses feuilles vertes et abondantes, ce qui nous fera sans doute dire : cet arbre est vert. Il est courant cependant que le vert soit la qualité dominante du tableau au point que nous puissions demander ce qu’est cette forme verte sur la toile. On dira peut-être qu’il s’agit d’un arbre. La même expérience peut être faite dans la nature. C’est une simple question de bonne distance de savoir si cet arbre, relativement proche, est vert ou si, dans le lointain, cette tache verte se révélera finalement être un arbre. Le rapport grammatical entre le sujet et le prédicat n’est donc pas si simple à reconnaître dans une image car savoir ce qu’est le sujet et ce qu’est le prédicat ne se détermine pas sans de fortes incertitudes. Plus précisément, cela appartient au style propre de l’image de nous faire penser qu’une de ses parties est sujet et un autre prédicat. Examinons un second exemple.

  • 8 Sartre et al. (2000).

16J.P. Sartre, dans un texte consacré au peintre Rebeyrolle, écrit : « Quand je regarde ses rivières et ses truites, je me rappelle ce mot d’un philosophe chinois, inventé par Paulhan, “La nage poissonne” »8. Le « poissonnement » de la nage apparaît comme une bizarrerie linguistique, une chinoiserie en l’occurrence, que l’on pourrait ranger dans la classe rhétorique des permutations. Il n’en est rien pour ce qui concerne l’image et l’on peut convenir avec Sartre que c’est bien cela en effet que montrent certaines toiles de Rebeyrolle. Le problème est en un sens évident mais en un autre, pour peu que l’on veuille lui donner une certaine précision, difficile à articuler. Cherchons à définir le plus exactement possible les points sur lesquels porte la difficulté.

17Nous sommes parti de la question de la prédication. Doit-on l’entendre d’un point de vue grammatical ou d’un point de vue logique ? Il semble bien qu’aucun de nos deux exemples ne pose véritablement de problème logique. On pourrait les traduire dans la logique des prédicats sans réelle difficulté. Rien ne semble s’opposer logiquement à un prédicat comme « poissonner ». Il suffit de l’inventer. La difficulté vient plutôt de la relation entre la nage et le poisson si on la traduit en termes actantiels. Le problème est donc grammatical mais aussi, notons-le dès maintenant, ontologique. Il y a une corrélation entre le fait d’être considéré comme une entité et la capacité d’être un prime actant et cela reste vrai même si une multitude de contre exemples se présentent aisément à l’esprit. Mais, et ce point est sans doute le plus important, le schéma actantiel met dans une certaine forme unitaire ce qu’il a d’abord fallu diviser. Si l’on peut dire simplement que le poisson nage, c’est bien parce que, d’un point de vue qui cette fois n’est pas grammatical mais ontologique, on a distingué le poisson d’un côté et la nage de l’autre. Peut-être atteindrions-nous un point central de notre questionnement si nous demandions maintenant : est-on en droit de supposer que l’unité de la prédication se présente de la même façon dans le langage et dans l’image ? Est-ce que les entités, les propriétés, les actions, les qualités sensibles que notre esprit ou notre perception sont amenés à distinguer doivent retrouver la même unité dans l’ordre grammatical d’une langue, toujours particulière, et dans l’ordre iconique des images, elles-mêmes soumises à des économies très variables ? Regardons cette question en laissant pour l’instant entre parenthèses le problème ontologique sur lequel nous reviendrons. Il nous paraît nécessaire pour commencer de faire un inventaire, même succinct et provisoire, des différentes façons dont peuvent s’établir des dépendances entre des prédicats. Nous attendons de cet inventaire qu’il nous suggère ce que peuvent être les formes générales de la liaison.

3. LES FORMES GÉNÉRALES DE LA LIAISON

18Le problème peut être formulé ainsi. Si nous avons une diversité, quelle que soit la nature des éléments qui la composent, comment donner à ces éléments une unité ? La première solution qui se présente à l’esprit est de leur fournir un ensemble de règles de liaisons. Les règles grammaticales, et plus particulièrement les règles syntaxiques, en sont le premier exemple. Nous pensons en particulier aux formes de la prédication. Mais on peut aussi se référer aux règles unissant les éléments d’un jeu, d’un scénario, d’un rituel, etc. L’unification par des règles concerne aussi bien des éléments abstraits que des éléments figuratifs. On peut ainsi coordonner des objets, des actions, des événements, des qualités sensibles, etc. L’unification par des règles concerne donc un ensemble considérable de pratiques parmi lesquelles la grammaire possède un rôle paradigmatique. On remarquera que les ensembles ainsi constitués forment des domaines nécessairement limités dont l’une des fonctions est précisément de se détacher de l’arrière-plan du monde, que ce dernier soit conçu comme langagier, culturel ou sensible. Une totalité unifiée par des règles s’isole. C’est en un sens ce que fait l’image.

19Un autre type d’unification, de nature bien différente, nous est fourni par l’écran. Un écran donne, par exemple, une unité à une diversité de faisceaux lumineux, quelles que soient leurs origines. Ce principe peut être défini comme une fonction d’arrêt ou, ce qui revient au même, de tri. L’écran offre une unification par sélection. Il assemble des éléments en vertu de sa seule présence. On pense aux lumières émises par un projecteur de cinéma mais aussi aux couleurs sur une toile, sur une photographie, etc. Il nous semble également que si la syntaxe utilise plus spécifiquement une unification par règle, la sémantique par contre se sert plus volontiers de la fonction d’écran. Qu’est-ce qu’une isotopie si ce n’est une forme d’écran sémantique sur lequel viennent se réfléchir des contenus, par là regroupés en une unité de sens, en général de nature thématique ? L’écran nous offre la possibilité de lier ensemble des prédicats sans schéma de prédication. Remarquons également que l’écran révèle mais que, pour les mêmes raisons, il cache, conformément au double sens de ce mot. Comme les règles, mais selon un tout autre mode, l’écran sépare parce qu’il unifie.

  • 9 Pour une analyse du texte de Proust, voir Bordron (2011a, de pp. 121-144).

20Nous emprunterons à l’ancienne physique un autre principe d’unification : le tourbillon. Le modèle du tourbillon est celui de l’attracteur. Un tourbillon capture dans son champ la diversité des êtres qu’un courant d’air, d’eau ou de tout autre milieu, apporte à son voisinage. Si l’écran arrête, le tourbillon dévie puis capture. Par là, il unifie ce qui se présentait à lui d’une façon contingente. Le modèle du tourbillon peut avoir, comme les deux précédents, une interprétation sémiotique. Il correspond à ces signifiants suffisamment prégnants pour capturer autour d’eux des significations qui n’ont cependant entre elles aucune dépendance instituée. Proust décrit ainsi les bijoux figurant sur la robe de madame Swann et qui peuvent devenir aussi bien l’indice d’une réminiscence, d’un pari, d’un caprice. On sait l’importance de ces signifiants dans la logique du désir9.

21La fusion entre des parties distinctes nous offre un autre mode d’unification. La fusion se distingue du tourbillon en cela qu’elle ne conserve pas aux parties fusionnées leur identité première. La fusion a son équivalent abstrait dans l’idée de synthèse, même si toutes les synthèses ne sont pas des fusions. La condensation dont nous avons fait état précédemment en est une autre version. Les plans d’expression des diverses sémiotiques en sont des lieux de manifestation constants, depuis les mots-valises jusqu’aux mélanges de couleurs et de matières. Soulignons une fois encore le fait que les opérations unifiantes que nous cherchons à décrire se rencontrent aussi bien au plan abstrait qu’au plan figuratif. En outre, ce qui est particulièrement important pour le problème présent, elles ne semblent pas être spécifiques à des sémiotiques particulières. On peut supposer pourtant, comme le cas des fusions le montre aisément, que les grandeurs concernées par chacune de ces opérations peuvent être différentes selon les sémiotiques. Des prédicats de couleur ne fusionnent pas linguistiquement même s’ils peuvent être liés ensemble (le « rouge orangé » par exemple). Ils fusionnent aisément iconiquement. Nous reviendrons sur ce point central.

22Il nous reste finalement à considérer deux formes d’unification qui ont un statut un peu à part et sans doute essentiel.

23La première est l’unification notionnelle (ou conceptuelle). Une notion rassemble une diversité de réalités individuelles (l’extension de la notion) et leur donne une unité (en compréhension). Ces opérations appartiennent à la logique des noms et relèvent d’un usage, nécessairement particulier, du langage. Il n’en reste pas moins que cet usage a une fonction paradigmatique dans la mesure où il nous indique comment un prédicat linguistique quantifié peut rassembler une diversité et par là exprimer un phénomène d’ordre général (tous les X ont telle propriété). En l’absence de cette possibilité, l’image ne semble pas exprimer autre chose que la singularité ou, pour être plus exact, ne pas pouvoir distinguer à elle seule entre un énoncé général et un énoncé portant sur un cas particulier. C’est le plus souvent l’usage qui décide si nous prenons tel visage peint pour le portrait d’une personne parti culière ou pour la représentation d’un exemple prototypique de visage, comme on peut le voir dans certains livres de voyage ou d’ethnographie. Mais quelquefois l’image peut aussi, comme dans les livres médicaux, représenter une propriété tenue pour générale (ce qui ne veut pas nécessairement dire prototypique).

24La dernière fonction d’unité que nous voudrions signaler nous est offerte par les référentiels. Un référentiel autorise la mise en scène d’une diversité d’événements parce qu’il permet de les situer, sans que ce dernier terme ait une nécessairement une dimension spatiale ou temporelle. Il s’agit d’une notion générale qui peut s’appliquer à beaucoup de circonstances particulières. Le rôle d’un référentiel est essentiellement sémiotique. L’exemple de la vitesse est le plus connu. Une vitesse ne peut se mesurer que par rapport à un référentiel mais, ce qui est beaucoup plus important pour nous, elle n’a de sens que sous cette condition (le référentiel fait exister la vitesse comme telle). Comme le référentiel est le plus souvent présupposé, on ne rend généralement pas compte de sa nécessité.

25Les fonctions d’unité que nous avons inventoriées peuvent souvent coïncider avec un référentiel mais ne le constituent pas à elles seules. Ainsi un tourbillon ou un écran peuvent, dans certains cas, avoir cette fonction sans pour autant se confondre avec elle.

26Les quelques fonctions d’unité que nous venons d’explorer sont sans doute loin d’épuiser le problème. Il est clair que l’inventaire n’est pas complet. On peut penser par exemple à la notion physique de champ, qui fut utilisée en sociologie par P. Bourdieu et à laquelle on reconnaît parfois un statut phénoménologique qui autorise à parler de « champ de conscience ». On peut également évoquer la notion de nœud, celui-ci possédant la propriété essentielle de pouvoir lier ensemble des relations, comme on le voit dans les différentes formes de réseaux. Mais il ne s’agit là que de fonctions très générales qui cachent de nombreuses variétés possédant des particularités souvent essentielles. Il en va ainsi de la notion de règle qui recouvre de trop nombreuses espèces pour que l’on puisse espérer en faire l’inventaire. De même, la notion abstraite de référentiel peut prendre des formes figuratives très nombreuses. On notera que les principes classiquement définis par les théoriciens de la gestalt possèdent également un pouvoir unificateur (principes de proximité, de similitude, de destin commun, de bonne continuation, etc.). Ces principes cependant présupposent ce que nous avons appelé un référentiel mais ne l’établissent pas.

27Nous avons simplement cherché, par ce bref inventaire de quelques fonctions, à nous procurer des ressources pour concevoir ce que pourraient être d’autres formes de liaisons unifiantes que celle attribuée à la prédication linguistique. Revenons donc à ce problème. Nous admettrons, par une convention terminologique qui nous semble justifiée, que les différentes formes de liaison que nous avons envisagées peuvent recevoir le nom de « prédication ». La prédication n’est-elle pas en effet l’opération par laquelle un flux continu de qualités trouve leur unité dans une fonction d’arrêt, de capture, de support, que l’on peut bien appeler un sujet. Cependant, à cet ensemble restreint mais déjà complexe, il est nécessaire d’ajouter les formes de liaisons envisagées à la fin du chapitre 3, relevant du vaste domaine de l’analogie.

4. PRÉDICATION SYMBOLIQUE ET PRÉDICATION ICONIQUE

  • 10 Il n’existe pas d’image qui ne soit à la fois indicielle, iconique et symbolique. Par conséquent l (...)
  • 11 Groupe µ (1992, p. 274).

28Dans les exemples de liaisons que nous venons d’inventorier, on remarque aisément que certaines sont plus spécifiquement d’ordre symbolique, comme les règles grammaticales et les notions. D’autres apparaissent immédiatement comme iconiques. Ainsi en va-t-il des écrans, des tourbillons et, dans une certaine mesure, des champs. Les autres fonctions sont plus ontologisantes dans la mesure où elles font apparaître (comme c’est le cas des référentiels) ou disparaître (comme c’est le cas des fusions) les éléments qu’elles unifient. Il importe d’observer que ces fonctions ne sont pas pour autant spécifiquement propres à telle ou telle sémiotique. Il n’y a aucune raison de principe pour refuser au langage une dimension iconique ni pour priver les images d’une dimension symbolique10. Par conséquent les fonctions de liaison que nous cherchons à comprendre ne sont pas a priori le propre d’une sémiotique ou d’une autre. Il faut cependant souligner qu’il n’est pas nécessaire non plus que ces fonctions concernent des grandeurs du même ordre lorsqu’on les transpose d’une sémiotique à une autre. Ainsi le Snark de Lewis Carroll et la chafetière étudiée par le groupe Mu11 correspondent bien à la même fonction de fusion mais selon des ordres de grandeur différents (l’icône de la chafetière étant plutôt de l’ordre d’un énoncé).

29Rappelons l’objet de notre quête. Nous cherchons à comprendre pourquoi, selon notre hypothèse de départ, l’image se prête avec plus de facilité à exprimer les idées, par ailleurs concevables, qui nous feraient dire que « la nage poissonne » ou que le « vert arborise ». Rappelons également que nous avons reconnu là un problème en premier lieu grammatical et non un problème strictement logique. Il peut sembler d’abord que l’un des obstacles à l’acceptation simple de ces expressions linguistiques provient de l’inversion qu’elles semblent opérer entre le prédicat verbal et le substantif en position de sujet. Plus spécifiquement, notre étonnement devant le poissonnement de la nage proviendrait du fait que le verbe, étant supposé signifier un procès et le nom un objet, les énoncés en donneraient comme une image inversée. Benveniste cependant s’est opposé vigoureusement à cette vision trop simple des fonctions attachées aux morphologies nominales et verbales lorsqu’il écrit :

  • 12 Benveniste (1966, p. 152).

Une opposition entre « procès » et « objet » ne peut avoir en linguistique ni validité universelle, ni critère constant, ni même sens clair. La raison en est que des notions comme procès ou objet ne reproduisent pas des caractères objectifs de la réalité, mais résultent d’une expression déjà linguistique de la réalité, et cette expression ne peut être que particulière. Ce ne sont pas les propriétés intrinsèques de la nature que le langage enregistrerait, ce sont les catégories formées en certaines langues et qui ont été projetées sur la nature. La distinction entre procès et objet ne s’impose qu’à celui qui raisonne à partir des classifications de sa langue native et qu’il transpose en données universelles ; et celui-là même, interrogé sur le fondement de cette distinction, en viendra vite à reconnaître que, si « cheval » est un objet et « courir » un procès, c’est par ce que l’un est un nom, l’autre, un verbe12.

30Nous ne chercherons pas à discuter la thèse, souvent énoncée par Benveniste, et souvent discutée, avant et après lui, selon laquelle les catégories, comme ici celles d’« objet » et de « procès », sont d’abord des catégories de langue « projetées » ensuite sur la nature. Notre problème est autre. Il ne s’agit pas de chercher un statut aux catégories, ni de savoir si leur origine se situe dans l’être, le jugement ou la langue. Nous voulons comparer deux sémiotiques dans l’usage qu’elles font des formes générales de la liaison. Comme nous l’avons noté, en accord en cela avec toute une tradition, les catégories sont bien des formes de la liaison. Mais l’usage qui en est fait ne peut pas être seulement pensé en fonction du seul vis-à-vis du langage et du monde, chacun cherchant à savoir lequel est le miroir de l’autre. Les conclusions qui s’en suivent sont invariablement tautologiques. Nous essayons au contraire de déplacer le problème en convertissant le rapport spéculaire du langage et du monde en une question de traduction. Benveniste, sur ce point, nous aide à poser la question le plus clairement possible. Le fragment de texte que nous venons de citer distingue nettement deux choses que l’on aurait sans doute tendance à confondre. D’une part, une forme de liaison particulière qui nous fait regrouper une diversité d’êtres et d’événements sous les catégories d’« objet » et de « procès » et d’autre part deux catégories appartenant à la morphologie, celles de « nom » et de « verbe ». La confusion entre les deux nous place dans un cercle vicieux qui nous conduit à voir dans le cheval un objet parce que « cheval » est un nom. Mais si, renonçant à croire à la prééminence soit de la catégorie de « verbe » soit de celle de « procès », nous remarquons simplement qu’il existe des formes de liaisons dont certaines peuvent être plus caractéristiques de la perception et qui nous donnent des objets ou des procès, d’autres plus propres à une lange particulière et qui offre des noms ou des expressions verbales, nous pouvons essayer de comprendre comment se fait le passage de l’une à l’autre. On constate alors, comme le fait Benveniste à la suite de la citation précédente, que le « procès » ne correspond pas nécessairement à un verbe mais peut être marqué par des noms, des adjectifs, voire des pronoms, et que finalement il n’y a aucune correspondance nécessaire entre procès et verbe sauf à privilégier des cas particuliers à certaines langues. Mais cette absence de lien nécessaire n’implique en aucune façon qu’il ne puisse y avoir dans une langue, quelle qu’elle soit, une traduction assez exacte de ce qui serait, pour notre perception, un objet ou un procès. Le mystère ne réside donc pas dans une correspondance terme à terme entre le langage et le monde perçu, à l’évidence fallacieuse, mais dans la possibilité de passer d’un domaine à un autre comme paraissent l’exiger les besoins vitaux les plus élémentaires.

  • 13 Ibid., pp. 63 à 87.

31Prenons un autre exemple, peut être plus proche de notre propos. Il se trouve traité dans le texte célèbre de Benveniste « Catégories de pensée et catégories de langue »13. Après avoir relevé les particularités de la langue grecque quant à l’usage du verbe être, en particulier la capacité de ce dernier à devenir une expression nominale s’il est précédé d’un article, l’auteur se propose de comparer le verbe grec avec ce que pourraient être ses traductions dans la langue Ewe du Togo. Il découvre ainsi cinq verbes Ewe qui peuvent traduire des usages particuliers du verbe grec. Bien sûr, ces verbes n’ont pas pour autant de liens nécessaires entre eux, de telle sorte que la comparaison se fait nécessairement du point de vue grec :

  • 14 Ibid., pp. 72, 73.

Cette description de l’état des choses en Ewe comporte une part d’artifice. Elle est faite au point de vue de notre langue, et non, comme il se devrait, dans les cadres de la langue même. À l’intérieur de la morphologie ou de la syntaxe Ewe, rien ne rapproche ces cinq verbes entre eux14.

32On ne peut cependant en conclure que le passage de l’une à l’autre langue soit non-pertinent. Il faut plutôt remarquer que ce que l’une rend immédiatement disponible, l’autre ne peut le construire sans un certain subterfuge. Plus exactement, la langue Ewe ne peut regrouper ses cinq verbes que dans le miroir du grec, ce qui est à l’évidence un artifice mais certainement pas une absence radicale de traductibilité. Il est dommage que nous ne sachions pas quel élément morphologique Ewe pourrait poser un problème symétrique pour la langue grecque.

33Ces exemples empruntés à Benveniste nous conduisent à la réflexion suivante. Il n’est pas certain que ce qui, dans la sémiotique des images, se présente comme un « objet » doive toujours être traduit par un nom dans la langue (française en l’occurrence). Si nous revenons à notre exemple, nous voyons que Sartre a essayé de traduire par un verbe, sans doute judicieusement, une réalité iconique que l’usage aurait plutôt rendue sous une forme nominale. Dans d’autres cas, il faudrait peut être avoir recours à un adjectif ou un adverbe. Le passage de la langue à l’image poserait le même problème, ce qu’on admettra sans doute plus facilement. Il nous paraît ainsi justifié de dire que la difficulté de la traduction en langue française des tableaux de Rebeyrolle est du même ordre que celui posé par la traduction de l’« être » grec en langue Ewe. Mais l’essentiel nous paraît être dans l’acte de traduction lui-même et non dans ses termes aboutissants. Comment se fait le passage de l’une à l’autre sémiotique, du moins dans le cas où la traduction est pensable ? Nous ferons l’hypothèse selon laquelle ce passage repose essentiellement sur les postulats ontologiques que chaque sémiotique pose plus ou moins implicitement et qui n’apparaissent jamais si évidemment que dans l’exercice de la traduction.

5. ONTOLOGIE ET LIAISON

  • 15 W.V. Quine a défendu cette thèse dans son texte célèbre « Relativité de l’ontologie » in Relativit (...)
  • 16 On peut bien sûr contester le terme même d’« ontologie », puisqu’il est lié à une tradition cultur (...)

34Parler d’ontologie dans un contexte sémiotique présente en général quelques risques de confusion. Les protestations s’élèvent inévitablement, qui veulent que le sens ne s’occupe que de lui-même, enfermé qu’il serait dans l’immanence de la langue. Pourtant un lecteur de textes devrait se rendre compte que ces textes supposent, invariablement et quels que soient leurs genres, l’existence d’entités de diverses natures qui dessinent certaines configurations d’un monde, réel ou fictionnel. Ces entités, étant dépendantes de la sémiotique qui les introduit, ne nous semblent pas étrangères à la possibilité même qu’il y ait un sens. Plus précisément, notre hypothèse est que ces deux domaines, le sémiotique et l’ontologique, se nourrissent de l’écart que chacun d’eux pose avec l’autre, instituant ainsi des dépendances réciproques. Prenons un exemple simple pour mieux fixer le point en question. Nous avons vu plus haut que l’une des formes essentielles de la liaison était illustrée par l’idée de référentiel. Cette notion, très générale, possède de nombreuses applications dont la plus simple consiste sans doute à faire émerger la notion de vitesse. On admettra sans peine que la vitesse puisse être un fait sémiotique puisqu’elle dépend, dans son existence même, de la position arbitraire d’un référentiel, c’est-à-dire d’une structure symbolique. Mais on ne peut refuser, sans assumer un irréalisme extrême, d’admettre qu’un objet, quel qu’il soit, appartient à un système de réalités qui n’est pas d’ordre symbolique. Ainsi, que notre référentiel le situe comme objet immobile ou comme objet d’une certaine vitesse, cet objet aura, quant à son être, le même destin (par exemple se heurtera avec un autre). Ceci montre simplement que le sens ne peut se concevoir sans que soit posée, selon la même intention, une altérité au sens. C’est là sa condition d’existence. La réciproque est d’ailleurs vraie car il n’y aurait pas de sens à vouloir dire ce qui est, l’ontologie, en dehors de tout langage15. Notre hypothèse est que les formes de liaison, donc les formes de prédication, comportent des contraintes ontologiques plus ou moins implicites et que celles-ci génèrent des difficultés considérables lorsque l’on veut traduire une sémiotique dans une autre. L’énoncé de Sartre pose exactement ce genre de problème16. Rappelons que selon Saussure, si les mots se comparent à d’autres mots, ils s’échangent aussi contre des réalités différentes, ce qui fait en un sens leur mystère. La question de l’ontologie est une façon particulière de poser la question de Saussure : contre quoi s’échangent les mots ? C’est légalement la question que nous posons aux images.

  • 17 Nous suivons en cela Bitbol (1996). Les chapitres 4 et 5 concernent les changements d’ontologie. B (...)

35S’il y a des formes diverses de la liaison c’est-à-dire de la prédication, on peut demander ce qui par elles se trouve lié. Une toile peut nous donner dans une unité un ensemble de couleurs sans figures. Nous dirons qu’elle lie ensemble des qualités sensibles. D’autres fois, nous serons à même de voir se constituer des objets, des mouvements, des procès, des entités de différentes natures. Il ne s’agit pas de revenir à une théorie de la représentation ou de la mimétique, même si ces conceptions sont nettement moins naïves qu’on ne le dit d’ordinaire. Nous cherchons plutôt à tracer l’horizon défini par toute prédication, tout au moins dans le contexte de ce que nous appellerons plus loin une économie. Prédiquer, c’est toujours faire être dans un espace défini par une forme de liaison. Comment comprendre ce qui vient ainsi à l’existence ? Il existe à cet égard plusieurs perspectives possibles dont trois nous intéressent plus particulièrement17. Elles se caractérisent chacune par une compréhension particulière de la notion d’objet.

36La première se caractérise par le fait d’admettre qu’une chose est en quelque façon le support d’un ensemble de qualités parmi lesquelles il est permis de distinguer les propriétés essentielles, accidentelles et dispositionnelles. On reconnaît la vieille opposition entre substance et accident. Cette conception vénérable pose de multiples problèmes, en particulier celui de savoir ce que peut bien être ce support, ou cette substance, une fois celui-ci séparé de ses propriétés. Il est courant, bien que contestable, de rapprocher ce schéma de celui de la prédication comprise selon le rapport du sujet au prédicat. Mais, quoi qu’il en soit, cela revient toujours à distinguer deux types d’entités, le support et ses qualités. Même si la tradition philosophique a plutôt vu dans ce support une réalité substantielle, rien n’interdit de l’imaginer selon les formes de liaisons que nous avons décrites plus haut. On aurait ainsi un support écran qui viendrait agréger des propriétés ou encore un support en forme de nœud reliant des propriétés relationnelles, etc. Dans tous les cas cependant, nous serions conduit à distinguer des éléments stables et des éléments changeants. Or c’est bien ce que suggère une phrase comme « le poisson nage » et cela parce que nous sommes traditionnellement enclins à penser que le poisson est une entité stable à laquelle il arrive, mais pas toujours, de nager. Par contre, « la nage poissonne » ne nous donne pas le même sentiment de stabilité. On ne peut sans doute pas conclure de cette remarque que la langue impose, strictement parlant, une ontologie car, comme nous l’avons dit plus haut, il est essentiel de distinguer ce qui relève de la morphologie d’une part, de la forme prédicative d’autre part, et enfin des entités propres à l’ontologie choisie. Mais il faut bien reconnaître que notre langage a hérité, au moins dans sa sémantique, des conceptions qu’il a servi à défendre pendant des siècles et que celles-ci sont, la plupart du temps, substantialistes.

37Un autre style d’ontologie nous présente le monde comme un faisceau de perceptions liées entre elles. À l’opposé de la position substantialiste, qui repose d’abord sur une substance unificatrice, nous avons ici affaire à une multiplicité pour laquelle il faut chercher des principes de liaison. Le problème est l’inverse du précédent. Nous n’avons plus affaire à une trop grande stabilité mais au contraire à une mobilité extrême. Cette conception phénoméniste convient sans doute mieux à la sémiotique de la perception et à certains genres d’image. Si nous suggérons sur une toile une multiplicité de mouvements, on peut comprendre que, de ceux-ci, émerge l’unité d’un poisson. Ainsi pouvons nous penser que le passage de l’énoncé « Le poisson nage » à l’énoncé « La nage poissonne » signifie la conversion d’une ontologie substantialiste en une ontologie phénoméniste. Cette dernière semble convenir aux phénomènes esthétiques car elle laisse l’imagination libre de lier et de délier les qualités prégnantes. Mais, soulignons-le une fois encore, il ne s’agit pas là d’une règle nécessaire mais plutôt d’une convenance, d’une tendance, à laquelle nous pouvons nous fier sans que pour autant une transgression soit exclue.

  • 18 Simondon (1989).

38Évoquons pour finir le type d’ontologie que l’on nomme « hylémorphisme ». On suppose qu’une entité est donnée par l’union d’une matière et d’une forme. L’une des difficultés engendrées par cette conception est de savoir comment matière et forme peuvent réellement s’unir. L’image du moule ne suffit pas car, comme l’a fait remarquer G. Simondon18, jamais une matière et une forme ne s’associeront si un savoir technique ne vient pas gouverner l’opération. L’hylémorphisme bien compris nous oblige à mettre en avant la question de la technique, ce qui rapproche cette conception de la rhétorique (qui est elle-même une technique). Il y a une rhétorique des choses qui concerne tous les arts du faire. Le monde n’est alors ni un univers substantiel et stable, ni un composé résultant de la multiplicité des qualités sensibles, il est un procès de transformations. L’avantage de cette ontologie est d’être compatible avec une problématique des formes énonciatives dans la mesure où elle privilégie les faits de transformation. On remarquera que l’ontologie substantialiste a pour sa part tendance à considérer les objets comme des perceptions débrayées, le phénoménisme choisissant la solution opposée.

39Concluons de ces remarques que les formes de liaison selon lesquelles les diverses sémiotiques organisent la prédication ont une affinité évidente avec des dispositifs ontologiques qui paraissent entrer en résonance avec elles. Mais le rapport entre ces deux registres n’est pas rigoureux au point de pouvoir s’exprimer par des règles. Par contre, le passage d’une sémiotique à une autre, lors d’une traduction, rend la correspondance manifeste. C’est là le point que nous avons cherché à fixer.

40Une fois établie une certaine liaison entre une forme prédicative est une ontologie, il est troublant de constater qu’elle n’est pas absolument déterminée. Comment le comprendre ? La réponse à cette question est en un sens simple : les sémiotiques ne sont pas des systèmes formalisés exigeant une correspondance stricte entre les éléments du langage et les entités que l’on suppose exister. Les sémiotiques sont partie prenante d’économies beaucoup plus vastes qui rendent illusoires de telles exigences. C’est la question que nous voudrions maintenant envisager.

6. IMAGES ET ÉCONOMIES

  • 19 La notion d’« horizon » souligne le fait que l’ontologie, dans notre perspective, est une visée di (...)
  • 20 Nous pensons en particulier au livre de Mondzain (1996).

41Nous avons jusqu’ici rencontré trois niveaux d’analyse propres à définir une sémiotique, en ayant plus spécifiquement en vue la sémiotique des images. À un premier niveau, une image peut être comprise comme une composition de parties, la rhétorique jouant sur les déplacements et condensations que cette structure autorise. À un second niveau, l’image offre des faits de liaison, d’une tout autre nature, dont nous avons illustré quelques possibilités et que nous avons compris comme relevant de la prédication. Ces faits entrent plus ou moins en résonance avec des hypothèses de nature ontologique qui forment un troisième niveau. Ce dernier point se comprend mieux si l’on remarque que, quelle que soit l’ontologie postulée, il s’agit finalement de comprendre comment des multiplicités peuvent être données dans des unités, ce qui, en un certain sens, est aussi un problème de liaison. Nous dirons donc que trois niveaux d’analyse se dégagent : des compositions méréologiques, des liaisons prédicatives, des horizons ontologiques19. À ceci il faut ajouter le domaine des analogies, comme nous l’avons déjà souligné. Ces niveaux ne sont pas nécessairement hiérarchisés mais établissent cependant des rapports entre eux à l’intérieur de complexes plus vastes que l’on appellera des économies. Le terme d’« économie », tout à fait classique dans le cadre de l’analyse des images20, se justifie aisément si l’on songe à la difficulté suivante. Considérons quelques éléments de base d’une image (en simplifiant, la surface, la texture, la couleur et la forme). On peut à première vue les considérer comme des invariants. Il n’en est pas moins vrai que ceux-ci n’ont pas le même sens, et même, très littéralement, ne sont pas la même chose, quand bien même ils seraient strictement identiques matériellement, si l’on considère un tableau du XVIIe siècle français, une icône byzantine, une image publicitaire ou une peinture aborigène. La raison en est que ces images ne procèdent pas de la même économie et qu’il serait pour cette raison absurde de croire que le plan de l’image, pour nous en tenir à cet exemple, est la même chose dans tous les cas, ou même que ce qui est désigné par là sera toujours à comprendre comme un plan. Il y a plusieurs économies comme il y a plusieurs langues.

  • 21 Wartelle (éd. trad. 1968).
  • 22 Ibid. (L.I 1343 a). L’économie prise en ce sens doit être distinguée de la chrématistique, terme u (...)
  • 23 Marin (1994).
  • 24 Malevitch (1986, p. 179).
  • 25 Ibid., p. 201.

42Pourquoi parler ici d’économie et quel sens exact donner à ce terme ? L’économie désigne en premier lieu l’ordonnancement qui fonde la possibilité des valeurs et leur éventuelle circulation. Il peut donc s’agir, comme chez Aristote21, de la gestion de la vie domestique, littéralement de « […] l’acquisition et la mise en valeur de la maison »22. Dans la théologie chrétienne, on parle couramment de l’économie de la création, de l’incarnation, du salut. Le terme peut paraître polysémique parce qu’il désigne des réalités très diverses. On peut pourtant considérer qu’une même préoccupation fondamentale gouverne les différents usages de ce terme : comment concevoir un ordre dans lequel puissent se comprendre les rapports si divers qu’ont entre eux les êtres de toutes natures ? Interroger l’économie d’une image revient ainsi à se demander dans quel ordre global elle s’inscrit, quelle articulation fondamentale est présupposée pour qu’on puisse la comprendre. Il ne s’agit donc pas pour nous de reprendre, sur un mode qui serait nécessairement ana chronique, les théories économiques de l’iconisme byzantin, mais d’essayer de situer la question de la visibilité des images dans un cadre suffisamment vaste pour éviter les illusions des descriptions trop littérales. L’économie de la représentation nous offre un exemple connu. Dans ce cas, l’image se situe entre deux instances, instance sujet et instance objet, entre lesquelles se joue la représentation et même la représentation de la représentation23. Peut-on dire que toute économie présuppose un jeu d’instances ? L’économie de l’incarnation, si fondamentale pour la problématique de l’image, semble bien être dans ce cas puisqu’elle présuppose deux ordres, le divin et le mortel, liés entre eux par la question de la chair. La présence d’une fin, marque d’un destinateur et source d’une valorisation, est également caractéristique de ces deux exemples. La thématique de la libération, si spécifique des avant-gardes picturales, se présente moins comme une volonté de peindre autrement que comme l’affirmation d’une nouvelle économie. Ainsi Malevitch écrit : « J’ai brisé l’anneau de l’horizon, je suis sorti du cercle des choses, de l’anneau de l’horizon qui emprisonne le peintre et les formes de la nature »24. Ou encore : « Comme des poissons, vous êtes pris dans les filets de l’horizon. Nous les suprématistes, nous vous ouvrons le chemin »25. C’est le terme même d’économie qui vient sous la plume de Malevitch en 1920 dans un texte intitulé Des nouveaux systèmes dans l’art :

  • 26 Ibid. p. 323.

Ayant pris position sur le plan économique du carré suprématiste, en tant que perfection de l’époque contemporaine, je le laisse vivre et être la base du développement économique de son action26.

43On peut considérer que le suprématisme, en tant que pensée artistique, est précisément une tentative pour renouveler l’économie de l’art et, tout particulièrement, d’inventer l’économie dans laquelle s’inscrit ce que Malevitch nomme le « plan absolu ».

44L’économie régit donc les différents niveaux dont nous avons fait état précédemment. Les niveaux méréologique, prédicatif, ontologique, analogique dépendent essentiellement de l’économie dans laquelle ils s’inscrivent et qui gouverne la visibilité des images. Remarquons également que les pratiques dans lesquelles les images sont prises s’expliquent, pour une grande part, par l’économie. Cela s’entend immédiatement au niveau des modalités sensorielles de l’interprétation. On ne regarde pas selon la même temporalité des images inscrites dans ce que Mallarmé appelait l’« éternel reportage » et celles dont l’économie suppose des instances transcendantes. Dans le contexte d’une activité de connaissance, comme celle d’un laboratoire, d’un bureau d’étude, d’un observatoire, la vérité gouverne l’économie quels que soient les moyens rhétoriques mis en œuvre. C’est elle qui gouverne l’échange entre le domaine des images et une autre chose dont la nature est justement ce qui est en question.

  • 27 La genèse raconte une succession de partages qui commence ainsi : « Lorsque Dieu commença la créat (...)

45Est-il possible finalement de trouver une définition de l’économie suffisamment précise pour avoir quelque contenu formel ? En dehors de la problématique de l’image, le terme d’économie désigne un jeu d’instances, présupposant une opération de partage qui les institue dans leurs différences et par là dans leurs relations possibles. Ainsi en est-il de l’économie des richesses dans laquelle il est classique de distinguer les instances que sont le travail, l’usage et l’échange. Il est manifeste que le terme d’économie apparaît dès lors que se pose la question des grandes instances constitutives d’un domaine et de la façon dont elles peuvent fonctionner dans un certain ordre dynamique. Tout commence donc par un partage27.

46Nous avons distingué cinq ordres d’opérations que l’on peut considérer comme nécessaires à la compréhension des images (ce qui ne veut pas dire que notre inventaire soit exhaustif).

  • Le premier concerne leur architecture méréologique et s’exprime dans la rhétorique et dans la composition. Pour la rhétorique, il s’agit fondamentalement, comme nous l’avons vu en lisant le Groupe µ, d’adjonction, de suppression, de substitution et de permutation. Mais il va de soi que ces opérations peuvent jouer bien des rôles dans la composition des images.
  • Le second ordre d’opérations consiste en des formes de liaison dont nous avons fait un inventaire succinct à seule fin de comprendre le problème de la prédication iconique et les énigmes que pose la traduction éventuelle de celle-ci en une prédication linguistique.
  • Le troisième ordre nous est donné par les postulats ontologiques qui consistent dans le choix de certaines entités plutôt que d’autres (objets, états de chose, événements, etc.), l’essentiel s’exprimant par la dialectique de l’un et du multiple qui engendre ces entités.
  • L’analogie s’est présentée comme le nom commun de plusieurs formes de regroupement des qualités sensibles entre elle selon le principe kantien de l’analogie des phénomènes.
  • Finalement, la notion d’économie nous a paru nécessaire pour exprimer les grands partages instaurant les jeux d’instances à l’intérieur desquels se situe toute image.

47Il n’est pas nécessaire de concevoir des liens de dépendance stricte entre ces ordres. Il est manifeste cependant, comme nous l’avons vu à propos des formes de liaison, que certaines d’entre elles suggèrent des choix ontologiques sans pour autant y contraindre.

48L’indépendance relative de ces ordres explique sans doute le fait que certains régimes d’images peuvent attirer notre attention vers l’un ou l’autre. Les images à problématique théologique, comme les images avant-gardistes, posent surtout des problèmes d’économie. Les images surréalistes paraissent essentiellement articulées au plan rhétorique. Nous avons essayé de montrer pourquoi certains tableaux de Rebeyrolle se situaient à l’intersection de la prédication et de l’ontologie. Nous verrons plus loin l’économie particulière des images mathématiques.

Notes

1 Voir « Ouverture », ici-même.

2 Groupe µ (1992).

3 Perelman (1997).

4 Groupe µ (1982).

5 Nous nous référons ici à l’axiomatique de Lesniewski (1989).

6 Pour un développement de ce sujet voir Bordron (2000b et 2011a).

7 Groupe µ (1992, p. 141).

8 Sartre et al. (2000).

9 Pour une analyse du texte de Proust, voir Bordron (2011a, de pp. 121-144).

10 Il n’existe pas d’image qui ne soit à la fois indicielle, iconique et symbolique. Par conséquent les notions d’image et d’iconicité ne se recouvrent pas.

11 Groupe µ (1992, p. 274).

12 Benveniste (1966, p. 152).

13 Ibid., pp. 63 à 87.

14 Ibid., pp. 72, 73.

15 W.V. Quine a défendu cette thèse dans son texte célèbre « Relativité de l’ontologie » in Relativité de l’ontologie et quelques autres essais. Par exemple : « Ce qui prive de sens les questions d’ontologie quand on les pose dans l’absolu, ce n’est pas l’universalité, c’est la circularité. On ne répond à la question « qu’est-ce qu’un F ? » qu’en recourant à un nouveau terme : « un F est un G ». La réponse n’a qu’un sens relatif : relatif à l’admission naïve de « G » (1997, p. 66).

16 On peut bien sûr contester le terme même d’« ontologie », puisqu’il est lié à une tradition culturelle. Mais il en va ainsi de tout terme, fut-il technique. Après tout, la « sémantique » et la « syntaxe » ne sont pas moins grecques que l’« ontologie ».

17 Nous suivons en cela Bitbol (1996). Les chapitres 4 et 5 concernent les changements d’ontologie. Bitbol se réfère explicitement à un texte d’Heidegger (1962).

18 Simondon (1989).

19 La notion d’« horizon » souligne le fait que l’ontologie, dans notre perspective, est une visée dialectique et non une finalité rhétorique.

20 Nous pensons en particulier au livre de Mondzain (1996).

21 Wartelle (éd. trad. 1968).

22 Ibid. (L.I 1343 a). L’économie prise en ce sens doit être distinguée de la chrématistique, terme utilisé par Aristote pour désigner l’économie monétaire.

23 Marin (1994).

24 Malevitch (1986, p. 179).

25 Ibid., p. 201.

26 Ibid. p. 323.

27 La genèse raconte une succession de partages qui commence ainsi : « Lorsque Dieu commença la création du ciel et de la terre… ».

© Presses universitaires de Liège, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search