Version classiqueVersion mobile

Image et vérité

 | 
Jean-François Bordron

Première partie. Vérité et immanence

Chapitre 2. La négation silencieuse

Texte intégral

1Nous avons vu qu’il peut paraître paradoxal de parler de la négation dans le contexte d’une théorie de l’image dans la mesure où cet opérateur a plutôt la réputation de relever de la linguistique et de prendre sa forme pure dans un contexte logique. D’autre part, malgré les nombreux travaux sémiotiques qui la concernent, l’image n’a pas encore acquis un statut équivalent à celui du langage comme mode d’expression susceptible de porter des contenus cognitifs. De ce fait, il nous semble nécessaire d’insister sur les raisons que l’on a d’accomplir cette confrontation entre image et négation.

2Certaines notions paraissent à l’évidence ne pas pouvoir trouver un mode d’expression équivalent dans l’image et dans le langage. On ne demandera pas la couleur d’une phrase ni quelle est la conjugaison d’une image. Cette évidence est cependant trompeuse car elle ne suffit pas pour délimiter ce qui peut ou ne peut pas avoir un rapport d’analogie reliant un mode d’expression à un autre. Si Christian Metz a pu écrire une syntagmatique du cinéma, c’est parce qu’il supposait que la syntagmation, notion linguistique, pouvait avoir quelque pertinence dans le cas de l’image animée. Il ne paraîtra pas choquant non plus de demander quel est le mode d’expression du temps dans l’image comme on peut le rechercher dans telle ou telle langue. Il en va de même pour l’expression de l’espace. De la sorte, on peut reconnaître que certaines notions sont exprimées dans l’image comme dans le langage, alors que pour d’autres il semble y avoir une grande difficulté à assumer une analogie de l’une à l’autre sémiotique. Comment situer la négation dans ce contexte, telle est la première question.

  • 1 Voir Philonenko (éd. trad. 1997).

3Distinguons ce qui relève de la morphologie de l’expression et ce qui relève du contenu. L’image peut exprimer le passé sans posséder une morphologie comparable à celle de l’imparfait d’une langue. Le niveau morphologique distingue rigoureusement une sémiotique d’une autre et ne peut se convertir de l’une à l’autre. La question de la négation, telle que nous l’envisageons, ne peut guère se poser autrement que du point de vue du contenu. Mais ne risque-t-on pas alors d’avoir une interprétation trop vague de ce que veut dire la négation puisque toutes les formes de la négativité peuvent alors s’entendre comme des négations ? En réalité la notion de « négativité », qui a sans doute de multiples emplois et beaucoup d’aspects, repose sur une idée commune : il s’agit de convertir la valeur d’une entité quelconque, et d’une seule, en une valeur contraire. On parlera en logique d’opérateur unaire ayant pour fonction de transformer la valeur de vérité d’une proposition. Mais, comme Kant1 l’a fait remarquer, la négation peut tout aussi bien porter sur des valeurs arithmétiques ou sur des forces. Pour illustrer l’idée de force négative, Kant donne l’exemple d’un vent contraire qui s’oppose à l’avancée d’un navire.

4D’autre part, la négation logique semble convertir une proposition en un autre qui lui est contradictoire. Mais rien ne nous semble pour autant lier l’interprétation de la négation au principe de non-contradiction. Celui-ci en effet suppose que le même énoncé puisse être dit, dans la même énonciation, positivement et négativement. On ajoute par là deux conditions supplémentaires à l’usage simple de la négation : il y a deux énoncés conjoints, ce qui dépasse le cadre strict de la négation ; on postule qu’il n’y a que deux valeurs de vérité. Le principe de non contradiction renferme donc un usage de la négation mais y ajoute des conditions qui dépassent sa définition première. Il ne dit pas ce qu’est la négation prise dans toute sa généralité.

5Partons donc d’une première définition : la négation est une opération qui transforme la valeur d’un terme en une valeur contraire (mais pas nécessairement contradictoire). Pour que l’opération apparaisse clairement dans toute sa généralité, il nous faut faire l’inventaire de ce que les termes de la définition peuvent recouvrir. Regardons donc successivement ce que sont les valeurs, puis les termes, et enfin l’opération elle-même.

1. NÉGATION ET VALEUR

6La notion de valeur peut concerner une multitude de domaines d’objets, de sentiments, d’intentions, de modalités dont l’extension paraît difficilement cernable. Mais, partant des notions les plus générales, c’est-à-dire des catégories, il nous semble qu’il est possible de distinguer trois grands genres de valeurs, celles-ci pouvant, selon des déterminations diverses, qualifier des domaines d’objets ou de forces.

  • 2 Pour un développement sur les catégories, et en particulier celles de Peirce, nous renvoyons à Bor (...)

7Nous retiendrons trois catégories primitives : la qualité, la quantité, la relation. Nous ne pouvons justifier ce choix ici. Contentons-nous de noter qu’elles appartiennent, bien que dans des contextes très différents, à toutes les tables de catégories, que ce soit celles d’Aristote, de Kant et même, sous une autre forme, de Peirce2.

  • 3 Nous développons ces points in Bordron (2011b).

8Les valeurs quantitatives se rencontrent essentiellement lors des opérations de mesure, quelle que soit leur précision, puisqu’elles peuvent être vagues, comme lorsque l’on dit d’un espace qu’il est grand ou petit. La mesure suppose une échelle. Le choix de celle-ci dépend essentiellement du point de vue adopté, de l’usage prévu. Une réalité étant donnée, sa quantité n’est cependant pas toujours une constante. L’exemple classique des structures fractales montre que la même chose peut varier quantitativement selon la précision de la mesure3. Mais le problème qui nous intéresse ici est celui des grandeurs négatives dans le contexte de l’image. Regardons tout d’abord la définition possible d’une grandeur négative.

9Kant, dans l’opuscule mentionné plus haut, distingue ce qu’il appelle la négation logique et la négation réelle.

10La négation réelle est exprimée ainsi :

  • 4 Ibid., p. 23.

Une grandeur est négative par rapport à une autre grandeur en tant qu’elle ne peut lui être réunie que par une opposition, c’est-à-dire que l’une fait disparaître dans l’autre une grandeur égale à elle-même. Nous avons bien affaire à un rapport d’opposition, et des grandeurs qui sont ainsi opposées se diminuent l’une l’autre d’une valeur égale, de telle sorte qu’aucune grandeur ne peut être qualifiée absolument de négative4.

11La règle fondamentale est alors celle-ci :

  • 5 Ibid., p. 25.

L’incompatibilité réelle ne se produit qu’en tant que, étant donné deux choses comme principe positif, l’une détruit la conséquence de l’autre5.

12La règle opposée étant :

  • 6 Ibid., p. 28.

Partout où il a un principe positif et où la conséquence est zéro, il y a une opposition réelle, autrement dit ce principe est lié à un autre principe positif qui en est la négative6.

13On voit que ce que Kant appelle une négation réelle correspond à une logique des forces. Un vent contraire est négatif, un courant opposé, etc. La négation est alors une soustraction ou une inhibition et nous semble relever des grandeurs intensives par opposition aux grandeurs extensives. Nous reviendrons plus loin sur les grandeurs intensives puisqu’elles relèvent de la catégorie de qualité. Mais qu’en est-il de la négation d’une grandeur extensive ? Il semble que pour l’image, la grandeur extensive concerne essentiellement l’espace. Peut-on penser un espace négatif ?

14La question de la négation se retrouve dans de multiples textes de Sartre mais j’en retiendrai deux, particulièrement intéressants en ce qui concerne l’image et son rapport à l’espace.

  • 7 Sartre (1961 p. 56, sq).

15Le premier se trouve dans L’Être et le Néant7. Sartre analyse la notion de distance. Il voit dans celle-ci un excellent exemple de négation dans l’être. Ainsi deux points sont séparés par une certaine longueur, celle-ci étant alors le moment négatif. Mais si l’on porte l’intuition sur la longueur elle-même, alors la négation apparaît comme la limite, c’est-à-dire les points eux-mêmes. Il y a toujours négation, soit comme séparation, soit comme limite (ce qui revient à la division et la soustraction ; la limite arrête et donc établit un manque). Sartre pense qu’une multitude de réalités, comme l’absence, l’altération, la répulsion, le regret, la distraction, et bien sûr l’angoisse, sont dans le même cas. Tout se jouerait donc entre distance et limite. Ainsi le point comme limite s’isole. La négation se trouve alors au cœur de la différence (la distance) et de l’identité (les deux limites sont constitutives de l’identité). La négation serait ce qui fait le jeu de l’identité et de la différence. Cet exemple est caractéristique de l’image et ne fait intervenir que des grandeurs extensives puisque c’est le même espace qui est à la fois séparation (distance) et lien (limite).

16Un autre exemple est donné dans L’imaginaire. Sartre analyse un schéma que l’on peut identifier à l’esquisse d’un visage. Un vide existe sur la partie droite de l’esquisse comme sur la partie gauche.

  • 8 Sartre [1940], (2005).

L’espace à droite des traits est accolé à la figure de façon que les traits en paraissent marquer la limite : pour cela j’embrasse des yeux une certaine quantité d’espace blanc, à droite de la figure, mais sans le poser comme papier. À vrai dire, je ne le pense pas non plus comme la chair d’un visage, mais plutôt comme volume, comme densité, milieu rempli. En même temps, le mouvement de mes yeux qui s’est commencé sans trop de précision, à droite de la figure, un peu en arrière du sourcil, à la hauteur de la pointe du nez, se termine net aux lignes ONM, qui fonctionnent, de ce fait, comme les limites d’une région pleine indéterminée. Au contraire, la partie du papier blanc qui est située à gauche de la figure fonctionne comme espace vide : c’est que je refuse d’en tenir compte8.

17Cette seconde partie sera donc perçue comme fond. Bien sûr, Sartre propose un certain type de lecture qui n’est sans doute pas universel. Mais il montre au moins que le passage du vide au plein est une affaire d’assertion, d’acte de conscience, et de temps. Il y a ce qui est (le plein) et ce qui n’est pas (le vide), même si, sur le papier, ils ne se distinguent pas matériellement. L’affirmation et la négation sont ici simultanément nécessaires. Elles peuvent se comprendre, comme dans l’exemple précédent, comme un jeu entre une double limite (l’esquisse) et deux distances (ce qui est le complémentaire de l’exemple précédent dans lequel il y avait deux limites et une distance).

18De toute façon nous avons toujours deux négations :

  • une négation par position d’une limite
  • une négation par ouverture d’une distance.
  • 9 Sartre (1961, p. 63).
  • 10 Ibid., p. 62.

19En réalité il y a chez Sartre trois types de négations en image puisque l’acte de poser une image est en soi une négation : « L’image doit enfermer dans sa structure même une thèse néantisante »9. Ou encore : « L’image n’est négative que parce qu’elle porte une absence »10.

20On pourrait dire que cette troisième négation relève de la négation énonciative que nous avons déjà envisagée et sur laquelle nous reviendrons.

21Retenons pour l’instant les faits élémentaires suivants : si tracer une ligne est une affirmation, l’arrêter est une négation. Il en va de même de toute figure dans l’espace, de telle sorte qu’il est possible de dire que si l’image ne possède pas d’opérateur de négation, elle effectue cependant les opérations qui y correspondent. Il y a la distance et la limite, le vide et le plein. Les exemples de Sartre évoquent irrésistiblement la peinture chinoise. Mais une autre opposition, plus occidentale, porte également le poids de l’affirmation et de la négation, celle de la lumière et de l’ombre.

22Hegel en a fait l’image même de la dialectique :

  • 11 Voir Jankélévitch (éd. trad. 1969), Tome I, première section, chap. 1, note 2.

Mais on se représente l’être sous l’aspect de la pure lumière, celui du jour en pleine clarté méridienne, et le néant sous celui de la nuit pure ; et l’on rapproche leur différence de celle qui existe entre ces images sensibles bien connues. En réalité, la clarté absolue ne diffère en rien de l’obscurité absolue, car dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de la vision pure, de la vision du néant. La lumière pure et l’obscurité pure sont deux vides qui, comme tels, ne diffèrent pas l’un de l’autre. On arrive à distinguer quelque chose que dans la lumière déterminée, (et la lumière est déterminée par l’obscurité), c’est-à-dire dans la lumière troublée, et dans l’obscurité déterminée (car l’obscurité est à son tour déterminée par la lumière), c’est-à-dire dans l’obscurité éclairée ; car la lumière troublée et l’obscurité éclairée sont séparées par une différence intrinsèque et représentent par conséquent un être déterminé, un être-là11.

23Ce que Hegel appelle ici des images sensibles représente bien le fond de toute image pourvu qu’elle soit considérée selon l’opposition de la lumière et de l’ombre. L’image est ici comprise, non plus dans l’ordre extensif de la distance et de la limite, mais sous celui intensif de deux qualités qui se déterminent mutuellement. Peut-on considérer que la négation de la lumière par l’ombre et de l’ombre par la lumière soit identique à la grandeur négative telle que Kant l’a décrite ou encore à l’opposition de la distance et de la limite, du plein et du vide, chez Sartre ? Il nous semble plutôt que ces auteurs invitent à distinguer trois sortes de négations dont il faut rechercher les natures exactes, d’une façon générale, mais aussi dans le cas particulier de l’image.

24Rappelons le sens de notre démarche. Nous sommes partis de l’idée selon laquelle la négation effectue une inversion de valeur, les valeurs de vérité étant un cas parmi d’autres. Nous avons distingué pour commencer les valeurs extensives et les valeurs intensives, les unes relevant de la catégorie de quantité, les autres de la qualité. Il nous faut maintenant chercher à comprendre ce que recouvre le terme, sans doute trop général, d’inversion de valeur dans les exemples que nous venons de prendre.

25La grandeur négative telle que la comprend Kant est manifestement une soustraction qu’une force fait subir à une autre force (le vent contraire) et, plus généralement, qu’une grandeur fait subir à une autre. Les deux termes mis en rapport sont chacun pour eux-mêmes positifs, mais l’un vient se soustraire à l’autre. La négation est donc le fait de l’opération et non des termes qu’elle relie.

26Chez Sartre, la négation n’est pas d’abord un jeu de forces mais un jeu de figures. La limite sépare un intérieur et un extérieur. La distance sépare deux entités. L’opération fondamentale est ici une division qui vient organiser un substrat spatial. Notons que cette division est constitutive d’entités, de formes, comme on le voit dans le cas de l’esquisse du visage. Il y a une différence radicale entre les opérations qui portent sur des forces et celles qui portent sur des figures ou sur des objets. Soustraction et division n’y ont pas la même nature, comme nous le verrons.

27Le texte hégélien pour sa part entend plutôt la négation de manière additive. L’ombre s’ajoute à la lumière pour la déterminer. La lumière fait de même avec l’ombre. Il ne s’agit pas d’objets mais, comme chez Kant, de forces.

28Ces trois exemples montrent que la négation convertit les valeurs selon les opérations fondamentales que sont la soustraction, la division et l’addition. Ces trois opérations portent soit sur des grandeurs intensives, soit sur des grandeurs extensives, soit sur des forces, soit sur des figures (ou objets).

  • 12 Saussure (2002, p. 77).

29On objectera sans doute que nos exemples sont pris dans des contextes philosophiques qui ne concernent pas, ou pas uniquement, le monde de l’image. Mais, pour comprendre les possibilités de l’image en matière de négation, ne faut-il pas d’abord rechercher ce que ce terme veut dire ? De quelle opération s’agit-il exactement ? Il ne suffit pas de noter que l’image ne possède pas d’opérateur de négation car cela ne prouve en rien qu’elle ne puisse pas en exprimer l’idée. Elle ne possède pas non plus de quantificateurs, ni de marqueurs temporels, ni de pré positions exprimant des relations spatiales, ce qui ne l’empêche pas de faire usage de la quantité, du temps et de la spatialité. Plus généralement, il faut reconnaître que l’expression d’une idée, d’un acte, d’un sentiment, ne dépend pas essentiellement de l’existence d’opérateurs spécifiques. Un texte peut exprimer une promesse sans dire « je promets », il peut être triste sans utiliser le lexique de la tristesse, etc. Il y a donc un écart considérable entre une idée ou une notion et ses expressions possibles, extrêmement variables, dépendantes d’énonciations singulières qui, le plus souvent défient toute tentative d’analyse exhaustive. Si Saussure a pu écrire12 qu’il faudrait plus que la vie d’un homme pour décrire le sens d’un seul mot, n’en va-t-il pas ainsi pour des opérations aussi complexes que celles enfermées dans l’idée de négation ? Nous essayons de comprendre les grandes lignes de partage qui séparent des usages de cette notion. Mais par là nous ne faisons que tracer ce que l’on pourrait appeler le paysage d’ensemble de la notion, ses lignes de forces. Il reste nécessaire, à chaque analyse particulière, dans la mesure de ses possibilités, de dire comment tel ou tel texte, telle ou telle image, aura finalement exprimé une possibilité de l’idée parmi une infinité d’autres possibles.

30Nous venons de fixer notre attention sur les inversions de valeurs telles que nous pouvons les envisager du point de vue de la quantité et de la qualité. Bien sûr, l’idée même d’inversion implique l’établissement d’une relation entre les termes opposés, de telle sorte que la négation, si elle n’est pas elle-même une relation, génère cependant des relations. Le texte de Hegel montre comment la relation entre deux qualités intensives, la lumière et l’ombre, détermine finalement l’existence possible d’un être. Comme tout existant, selon Hegel, il a « la différence en lui-même ». Même si ce texte est très suggestif, du point de vue de l’image, peut être est-il préférable, quant aux valeurs relationnelles, de prendre appui sur le texte d’un peintre. Ainsi Paul Klee a-t-il écrit :

  • 13 Klee (1964, p. 56).

En tant que pôle négatif, le chaos n’est pas, à proprement parler, le chaos intrinsèque, mais il représente une notion qui occupe un emplacement plus précis, défini par rapport à la notion de cosmos. Le chaos au sens propre du terme ne pourra jamais prendre place sur le plateau de la balance, il restera éternellement impondérable et incommensurable. Il peut n’être rien ou être “quelque chose” à l’état de demi-sommeil, mort ou naissance selon les données : intention ou absence d’intention, volonté ou négation de la volonté. Le symbole de cette “non-notion” est le point. Celui-ci n’est, à vrai dire, pas un point réel mais le point mathématique. Ce quelque-chose-néant, ou encore néant-matérialisé, est un concept inconcevable caractérisé par l’absence de contraste. Si on lui donne une signification perceptible (c’est-à-dire si l’on introduit une finalité à l’intérieur du chaos), on obtient le concept de Gris, point décisif, point décisif du devenir de l’évolution : en d’autres termes, le point gris. Ce point est gris parce qu’il n’est ni blanc ni noir et parce qu’il est aussi bien blanc que noir. Il est gris parce qu’il n’est placé ni en haut ni en bas et parce qu’il est placé aussi bien en haut qu’en bas. Il est gris parce qu’il n’est ni chaud ni froid ; il est gris parce que c’est un point non-dimensionnel, un point entre les dimensions et à leur intersection, au croisement des chemins. Établir un point dans le chaos, c’est le reconnaître nécessairement gris en raison de sa concentration principielle et lui conférer le caractère d’un centre originel d’où l’ordre de l’univers va jaillir et rayonner dans toutes les dimensions. Affecter un point d’une vertu centrale, c’est en faire le lieu de la cosmogénèse. À cet avènement correspond l’idée de tout Commencement13.

31Le point gris est donc à la fois le pôle négatif, ou du moins sa marque, et le croisement des chemins, le lieu de toutes les inversions et donc de toute les différences. Le point gris s’oppose donc au cosmos et en est en même temps le lieu d’émergence. La négation est en un sens la source d’une cosmogénèse. L’exemple de Klee en est un parmi beaucoup d’autres possibles. La peinture, en tant qu’acte, se réfère souvent à la création du monde qui suppose une négation préalable. Cézanne ou Malevitch ne disent pas autre chose. Cela suggère que la négation en image se comprend sans doute moins à partir de l’image elle-même, prise comme réalisée, qu’à partir du moment de son effectuation (ou énonciation), au temps où un chaos est d’abord posé, au titre d’un préalable absolu. Ce chaos est bien différent du statut négatif que Sartre attribue à l’image en général. Il s’agit pour Klee d’un préalable à la création, du moment originaire, et non du présupposé de son essence. Mais dans les deux cas il s’agit bien d’un acte, d’une position. Il nous faudra revenir sur la place de l’énonciation par rapport à la négation.

2. L’OPÉRATION DE NÉGATION ET SES TERMES

32Nous venons de rechercher les différentes figures de la négation selon les catégories. De cette première réflexion, nous pouvons tirer un ensemble de conséquences quant aux types de valeurs que l’opération de négation inverse. À partir de ce premier résultat, il nous semble possible de distinguer les opérations effectuées par la négation sur les différents termes niés.

33Nous avons noté en premier lieu les valeurs quantitatives qui concernent les grandeurs extensives, puis les valeurs qualitatives relevant des grandeurs intensives. Enfin, l’exemple de Klee nous a montré comment il était possible de comprendre la négation comme la source d’un processus de différenciation aux multiples effets.

  • 14 La négation au sens logique, telle qu’elle permet de formuler le principe de non-contradiction, pe (...)

34Nous avons également distingué trois sortes d’opérations relevant de l’inversion des valeurs, c’est-à-dire trois sortes de négations : par soustraction, par division et par addition. Il est donc important de noter que la négation peut être décomposée en opérations simples, comparables à celles de l’arithmétique élémentaire. En ce sens, on ne peut la considérer comme une opération inanalysable, comme un primitif14.

35Donnons maintenant des exemples de ces opérations dans le contexte de l’image. Nous reviendrons ensuite sur le rapport de la négation avec l’énonciation.

36Dans le tableau suivant, qui sert de fil conducteur pour nos exemples, nous distinguons les opérations qui portent sur des forces de celles qui portent sur des objets. La distinction entre force et objet est, de notre point de vue, fondamentale. On comprend aisément qu’il y a une grande différence entre soustraire une certaine grandeur à une force, comme dans l’exemple de Kant, et soustraire une partie à un objet. Dans ce dernier cas, on crée en général une lacune, un manque, alors que dans le premier cas on diminue simplement la force initiale. Forces et objets ne correspondent pas aux mêmes logiques, même si elles peuvent interagir. Diminuer un désir, c’est-à-dire une force, n’est pas la même chose que créer un manque (qui est une relation d’objet).

37Par ailleurs, les forces comme les objets sont susceptibles d’être comprises selon différents régimes de valeurs. Une force, par exemple, peut être comprise selon des valeurs intensives, extensives et relationnelles. Ce sont ces valeurs qui sont inversées par la négation. En résumé, nous avons trois opérations (soustraction, division, addition) portant sur deux types d’entités (force et objet) selon trois régimes de valeurs possibles (intensives, extensives, relationnelles). Le tableau suivant ne mentionne pas les régimes de valeurs qui devraient être marqués à la fin de chaque ligne comme trois possibilités. Il n’indique que les deux premiers niveaux (opération puis entités) :

NÉGATION par :

Soustraction

de force = inhibition, opposition, arrêt, etc.

d’objet = manque, privation, lacune, etc.

Division

de force = diffraction, dissémination, dilution, etc.

d’objet = séparation, dislocation, émiettement, etc.

Addition

• de force = transgression, renforcement, consolidation, etc.

• d’objet = liquidation d’un manque, saturation, accumulation, etc.

38Les termes utilisés à titre d’exemples sont pour partie arbitraires. Mais ils suffisent pour que nous puissions ainsi décrire un ensemble d’opérations qui sont autant de visages de la négation, comme nous allons le voir sur quelques images. Insistons encore sur le fait que dans tous les cas il s’agit d’inversion de valeurs selon les trois catégories signalées.

  • 15 Nicolas Poussin, Pyrame et Thisbé (1651, Städel, Francfort-sur-le-Main).

39Prenons comme premier exemple un tableau de Poussin intitulé Pyrame et Thisbé (1651)15.

40Il s’agit d’une histoire tragique au milieu d’un paysage de tempête. Le vent plie les arbres et les nuages fuient dans le ciel. Thisbé se précipite vers le corps sanglant de son amant mort. Au centre du tableau, un lac aux eaux parfaitement immobiles semble échapper à la fureur des cieux. En un sens, le lac se soustrait à la scène ; en un autre, il l’organise par un effet de structure qui veut qu’un lieu central et immobile distribue autour de lui les places des différents acteurs. Peut-on dire que le lac soit la marque d’une négation et, si oui, selon quelle opération parti culière ? Il nous semble que l’immobilité du lac inverse la valeur intensive du paysage par soustraction de force. Il s’agit bien de force parce qu’aucun objet ne semble par ailleurs affecté. Il s’agit d’autre part d’une valeur intensive, et non d’un effet d’extension, spatiale par exemple, comme cela pourrait être le cas. On peut naturellement ajouter à la soustraction un effet relationnel, mais c’est là une règle très générale qui veut que toute opération établisse ou modifie une relation.

41La négation telle que nous la décrivons possède ainsi trois paliers : opérations, entités, valeurs. Ces trois paliers ont tous une réalisation iconique manifeste de telle sorte qui nous paraît possible de dire qu’il y a bien une négation en image pourvu qu’on ne la comprenne pas comme l’effet d’un simple opérateur.

42La soustraction d’objet est une forme de négation très fréquente que l’on peut figurer par un masque, une tenture, une ombre portée. On imagine plus facilement une telle négation opérer sur des valeurs extensives parce qu’elles ont souvent une existence spatiale. Mais la soustraction d’objet, ou de partie d’objet, à valeur intensive est également fréquente. C’est le cas des parties du corps que l’on ne montre pas, le sexe par exemple, et également des objets phobiques ou énigmatiques dont la présence est rendue manifeste par leur soustraction même. Dans le film Blow-Up d’Antonioni, un objet (un revolver) reste caché un long moment sur les photographies mais est cependant présent parce qu’il motive la quête du photographe. On part d’une négation, conçue comme l’absence de ce qui inquiète, pour arriver à la révélation qui est une affirmation.

43Le jeu des valeurs et leur interchangeabilité laisseraient penser que l’on peut construire une combinatoire à partir du précédent tableau. C’est une possibilité, mais comme c’est souvent le cas pour les combinatoires, ce serait une possibilité factice. Il existe en réalité un spectre pratiquement continu de négations dont nous ne faisons que relever les points critiques les plus évidents.

44L’interprétation du point gris, telle que Klee la propose, laisse entendre que la négation est inséparable du jeu des affirmations. En réalité, si nous prenons un tableau de Klee dans lequel se distingue un tel point, on comprend qu’il offre une solution dialectique au sens où l’affirmation et la négation, comprises comme la lumière et l’ombre, se déterminent mutuellement pour faire surgir le monde du tableau.

  • 16 Paul Klee, Jardin du temple (1920, Metropolitan Museum of Art, New-York) et Blühendes (1934, Kunst (...)

45Observons deux tableaux de Klee16, l’un possédant un point gris en son centre, l’autre au contraire des points blancs. On peut comprendre, conformément à la description de Klee, que le mouvement chromatique part du centre vers la périphérie, le premier tableau faisant émerger la lumière à partir d’un centre gris, l’autre au contraire s’assombrissant à la périphérie. Nous avons ainsi un mouvement additif que l’on peut dire habité par la négation au sens où celle-ci permet le jeu du gris et de la couleur au sens donné par Klee.

3. NÉGATION ET ICONICITÉ

46Ces quelques exemples ne suffisent sans doute pas pour nous convaincre totalement de l’existence d’une négation proprement iconique. Il est toujours possible d’interpréter autrement une image, il est surtout possible de ne pas l’interpréter, préférant, non sans raison, la laisser dans un certain suspens du sens. Aussi nous faut-il interroger à nouveau l’idée de négation pour situer exactement ce qu’elle peut être au niveau iconique.

47Il nous semble qu’il existe d’abord une réalité physique, matérielle, de la négation, réalité sensible qu’il est impossible de ne pas reconnaître. Elle s’exprime lorsqu’une force s’oppose à une autre, dans un choc par exemple ou dans un conflit entre deux passions, entre deux volontés, etc. Nous parlons uniquement de l’aspect sensible, comme doit l’éprouver le navigateur soumis à l’insistance d’un vent contraire.

  • 17 Culioli (1990).
  • 18 Ibid., p. 95.

48À l’extrême opposé de cette négation première se situe la négation linguistique, dont la signification est cependant loin d’être aussi simple que le suggère la seule contra diction. Pour A. Culioli17, il existe deux opérations de négation, l’une qu’il appelle primitive, l’autre construite. Elles sont indissociables. Il y a d’un côté la négation qualitative de rejet par le sujet de ce qui est mauvais, nuisible, de l’autre la négation de localisation et d’existence18. La première correspond au niveau de la présence physique déjà mentionné. Dans le second cas, la négation suppose la création d’un domaine notionnel qui régule les échanges entre les sujets :

  • 19 Ibid., p. 100.

Pour qu’il y ait négation il faut qu’il y ait construction préalable du domaine notionnel. Quant à l’opération de négation, elle consiste à parcourir la classe d’occurrences de la notion considérée, sans pouvoir ou vouloir valider telle occurrence distinguée parmi les occurrences possibles du domaine19.

49La négation est alors un opérateur de tri qui, sur une base notionnelle (il faut une notion, un prédicat P), organise des représentations parfois simples (pas ça, autre chose, ni l’un ni l’autre), parfois complexes. Ainsi, dans le registre temporel : pas encore, déjà, ne plus. D’autres fois, la négation introduit un principe de différenciation : il ne mange pas, il dévore. L’opération primitive qui établit un domaine notionnel est bien celle de la prédication. Peut-on supposer que cette opération se rencontre telle quelle dans l’image ou faut-il comprendre l’image autrement ?

  • 20 Sur la notion de statut, voir Dondero (2011).

50Dans l’exemple précédent (Il ne mange pas, il dévore), on présuppose une catégorisation des usages de la nourriture de telle sorte que la négation de l’un puisse conduire à l’affirmation de l’autre. On observe ainsi une forme symbolique qui ordonne le rapport des prédicats entre eux. Cette forme est symbolique parce qu’elle dépend d’une catégorisation réglée dans un certain usage de la langue. Il est difficile de trouver dans les images ce qui pourrait être un équivalent de la notion de langue. On peut pourtant reconnaître un usage de structures symboliques dans les images, en particulier parce que beaucoup d’entre elles racontent des histoires. L’exemple de Pyrame et Thisbé le montre. De plus, les images acquièrent des statuts20 qui dépendent également de structures symboliques. Le tableau de Poussin est perçu comme une œuvre d’art, ce qui implique tout un univers dans lequel se pratiquent des tris, des partages de rôles, conformément à l’organisation rhétorique. Il nous semble pourtant que ces valeurs symboliques indéniables n’agissent pas de la même façon dans l’image et dans la langue, et que par conséquent la négation n’y est pas exactement du même ordre.

51Nous venons de distinguer deux niveaux opposés de la négation. Dans l’un, nous avons une opposition de forces, quelles que soient leurs natures. Dans l’autre, une opération de tri dans un domaine notionnel. Ce dernier relève de la prédication et suppose des structures symboliques, c’est-à-dire des règles organisant des univers sémantiques. L’image participe bien sûr de ces deux niveaux mais joue sa réalité à un troisième que nous appelons le niveau de l’iconicité. Le tableau de Poussin raconte sans doute une histoire. Mais il est non moins vrai que l’on peut ignorer cette histoire. On pourrait inventer une autre histoire pour le même tableau, voire la laisser dans un certain vague. Nous ne cherchons pas à minimiser l’importance des structures symboliques dont les histoires sont des formes de manifestation. Nous cherchons à reconnaître ce qu’est la négation au niveau proprement iconique.

52L’iconicité se caractérise par deux traits fondamentaux. Le premier est l’existence de formes, au sens morphologique et non au sens de règle. Le second est une certaine stabilité méréologique qui concerne aussi bien les valeurs intensives que les valeurs extensives. En ce sens, prise à son niveau strictement iconique, une image ne prédique pas mais compose. Il existe des usages de l’image qui l’inscrivent impérativement dans des structures symboliques. C’est le cas de l’usage scientifique qui, en quête d’un savoir, se réfère nécessairement à un domaine notionnel. C’est aussi le cas de toutes les images destinées à transmettre un message politique, une valeur commerciale, un sentiment religieux, etc. Remarquons une constante de ces images habitées par des structures symboliques : leur existence individuelle est invariablement subsumée sous une catégorie générale. Le niveau iconique, pour autant que l’on puisse l’isoler radicalement, est au contraire celui de l’individualité. Il s’agit de cette image. La structure méréologique concerne l’individualité. Mais les existants singuliers, présents sur une image, sont rapportés par la prédication à des notions nécessairement plus générales (des notions ou des structures).

  • 21 Lavigne (éd. trad. 1989).

53Il existe cependant une raison pour admettre une certaine forme de prédication propre au niveau iconique. Elle repose sur l’idée selon laquelle les qualités sensibles présentes sur une image sont toutes des déterminations particulières de l’espace. Dans Chose et espace21, Husserl note :

  • 22 Ibid, p. 323

Dans le flux continu des images, ce sont toujours les extensions d’image qui rendent possible et sauvegardent l’unité ; et en conséquence, c’est aussi, objectivement, le corps spatial qui est l’upokeimenon, le substrat pour toute qualité au sens spécifique, il est le support de la qualité, et ce de telle façon qu’il est partout recouvert par elle ; en tous ses points et fragments, le corps « porte » la qualité, et chaque point a sa qualité22.

54Il y a un lien de dépendance entre le corps spatial et les qualités sensibles. Même s’il ne s’agit pas formellement d’une prédication, du moins au sens que la logique moderne a donné à ce terme, il faut reconnaître pourtant que les qualités déterminent un espace support comme un prédicat détermine un sujet, donc une entité sous-jacente. On aurait du mal à comprendre comment il pourrait y avoir une lacune dans une image si le suspens d’une qualité sensible ne maintenait pas cependant la présence de l’espace. Si le rapport de l’iconicité à l’espace peut être compris selon une certaine alternance entre présence et absence des qualités sensibles, une première forme de négation y est manifeste. Elle entre dans la catégorie des négations par soustraction telle que nous l’avons décrite plus haut. Remarquons encore que cette soustraction n’a pas un sens notionnel, comme dans la négation linguistique, mais un sens individuel. Il est donc préférable de la comprendre comme la rupture d’une dépendance entre partie d’espace et partie d’une qualité sensible. Cette forme de négation n’a pas besoin d’exemple. Elle s’illustre aisément par toutes les images qui déçoivent une attente, présente une lacune, font échouer une stratégie rhétorique.

55Le niveau iconique nous semble donc caractérisé par l’absence de la prédication, prise au sens strict, mais aussi par une existence individuelle dans laquelle les opérations semblent difficilement intelligibles si on ne les rapporte pas à une instance qui les effectue. Dans le premier exemple que nous avons emprunté à Sartre, l’espace d’une ligne est nié par les deux points extrêmes qui la limitent. De même, les points sont niés par la ligne qui les sépare. Mais ces négations ne peuvent s’entendre véritablement si on les débraye de leur énonciation. Il faut un geste, physique ou mental, qui arrête la ligne dans son tracé, un autre qui pose deux points à distance pour que l’on éprouve leur séparation. Le point est un arrêt en acte, la distance une distanciation. Il nous semble qu’il en va ainsi pour les opérations iconiques fondamentales qui concernent le tracé des figures et de leurs contours, la liaison et la déliaison entre les parties, le mélange de la lumière et de l’ombre, la superposition et le mélange des matières, le vide et le plein, l’accumulation et la soustraction. La négation habite toutes ces opérations, elle leur est consubstantielle, mais elle ne se comprend comme telle que si on les rapporte à leur effectuation (ou énonciation).

4. SYNTHÈSE

56L’image est une réalité complexe qui doit se lire à plusieurs niveaux. Il nous semble au moins acquis qu’il n’y a guère de sens à parler de la négation sans dire à quel niveau on se situe. On lit en général les images en fonction des formes symboliques qui pour une part les organisent, comme le font les constructions en perspective, mais qui, d’autres fois, leur sont en partie extérieures, comme les données figuratives, les histoires, les statuts, les conventions. Il s’agit moins en fait d’intériorité ou d’extériorité que d’un régime notionnel qui tend à confondre la réalité de l’image avec ce que l’on peut en dire à l’aide de la prédication langagière ou de l’organisation structurale. Il y a un risque à les rendre trop chargées de sens, celui de laisser de côté le niveau proprement iconique de l’empreinte où se joue la réalité silencieuse des images. La négation y est invisible si l’on ne perçoit pas la main qui arrête une ligne, suspend un trait ou le prolonge mais, tout aussi bien, ouvre ou ferme plus ou moins un diaphragme, limite un champ visuel, éteint une lumière. Une image peut en ce sens être comprise comme un jeu d’acceptations et de refus dont il reste à comprendre pourquoi il existe. Dans cette perspective, nous allons chercher dans le chapitre suivant ce qu’il faut maintenant regarder, la trame de l’image et les différents niveaux de son immanence. Mais, du point de vue du développement d’une connaissance propre à l’image, nous pouvons considérer que la réflexion sur la négation nous a fourni l’exemple d’un développement essentiellement centrée sur l’énonciation, donc propre à la dimension dialectique. Rappelons que celle-ci se définit d’abord comme le temps de l’événement, celui qui ouvre une possibilité nouvelle parce qu’une marque attendue aura été effacée ou au contraire ampli fiée, une lumière estompée, etc. Nous verrons également l’importance de l’événement dans la démonstration mathématique. Mais si l’événement n’a pas de stratégie, comme en a la rhétorique, il a par contre un horizon d’attente, figure propre de la recherche.

Notes

1 Voir Philonenko (éd. trad. 1997).

2 Pour un développement sur les catégories, et en particulier celles de Peirce, nous renvoyons à Bordron (2010b, pp. 255-294).

3 Nous développons ces points in Bordron (2011b).

4 Ibid., p. 23.

5 Ibid., p. 25.

6 Ibid., p. 28.

7 Sartre (1961 p. 56, sq).

8 Sartre [1940], (2005).

9 Sartre (1961, p. 63).

10 Ibid., p. 62.

11 Voir Jankélévitch (éd. trad. 1969), Tome I, première section, chap. 1, note 2.

12 Saussure (2002, p. 77).

13 Klee (1964, p. 56).

14 La négation au sens logique, telle qu’elle permet de formuler le principe de non-contradiction, peut être considérée comme une division. Lukasiewicz, dans Du principe de contradiction chez Aristote, a soutenu que ce principe étant indémontrable, il devait être considéré de nature psychologique ou morale. Selon Lukasiewicz, ce principe affirme que si deux prédicats contradictoires sont attribués à la même chose, c’est qu’il y a en réalité deux choses. La négation divise la chose en deux pourvu que l’on accepte simultanément un de ses prédicats et sa négation.

15 Nicolas Poussin, Pyrame et Thisbé (1651, Städel, Francfort-sur-le-Main).

16 Paul Klee, Jardin du temple (1920, Metropolitan Museum of Art, New-York) et Blühendes (1934, Kunstmuseum, Liechtenstein).

17 Culioli (1990).

18 Ibid., p. 95.

19 Ibid., p. 100.

20 Sur la notion de statut, voir Dondero (2011).

21 Lavigne (éd. trad. 1989).

22 Ibid, p. 323

© Presses universitaires de Liège, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search