Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Glossaire

Texte intégral

Amenuisement : L’amenuisement est avec l’atténuation un des analysants de la décadence tensive. Soit la série décadente simple de la tonicité [1 → 0] :

L’amenuisement a pour marque l’intervalle [s3 + s4], c’est-à-dire qu’il est constitué par le sous-contraire atone [s3] et le sur-contraire atone [s4]. Du point de vue valenciel, l’amenuisement pour autant qu’il succède à l’atténuation, ne comporte que des moins, c’est-à-dire plus rien. L’amenuisement est le corrélat de l’atténuation.
(voir atonisation, atténuation, tonalisation)

Analyse : L’analyse occupe une place centrale dans la théorie hjelmslevienne. Elle occupe la première place sur la liste des définitions. L’analyse est indissociable de la notion, elle-même indéfinissable, de dépendance : “Une dépendance qui remplit les conditions d’une analyse sera appelée fonction.” (Prolégomènes, p. 49) Alors que l’analyse saussurienne vise une différence instauratrice, le binarisme une opposition, l’analyse hjelmslevienne fait choix de la dépendance (voir réseau, intersection, définition).

Ascendance : L’ascendance est avec la décadence un des termes du paradigme de la direction tensive. Du point de vue analytique, l’ascendance est le passage d’un état initial ne comportant que des moins à un état final ne comportant possiblement que des plus. L’ascendance est analysable en deux vecteurs “discourus” : (i) le relèvement qui éloigne le “curseur” de la nullité ; (ii) le redoublement qui conjoint à l’autre extrémité de l’axe sémantique.
(voir décadence, direction)

Atonisation : Ce terme, emprunté d’une part à la terminologie de la prosodie et du rythme, d’autre part à l’œuvre chaleureuse de G. Bachelard, désigne l’aboutissant atone de l’amenuisement. L’atonisation forme couple avec la tonalisation.
(voir tonalisation)

Atténuation : L’atténuation est un des analysants de la décadence tensive. Soit la série décadente simple de direction [1 → 0], l’atténuation de la tonicité par exemple associe le sur-contraire tonique (s1) et le sous-contraire tonique [s2] ; l’atténuation suppose l’“addition” d’un moins. L’atténuation est le corrélat ab quo de l’amenuisement.
(voir amenuisement, extensif)

Catégorie : Le terme de catégorie est particulièrement embarrassant dans la mesure où la philosophie et les sciences du langage continuent de se le disputer. Ceci dit, la visée demeure néanmoins pour Hjelmslev une “science des catégories” (ibid., p. 128) régissant l’approche philosophique : “La langue est la forme par laquelle nous concevons le monde.” (Essais linguistiques, p. 173) Selon l’hypothèse tensive, les catégories directrices sont l’intensité immanente aux états d’âme et l’extensité inhérente aux états de choses.

En concordance avec son épistémologie générale, laquelle voit dans les objets des “points d’intersection de faisceaux de rapports”, Hjelmslev situe la catégorie au point de recoupement de la paradigmatique et de la syntagmatique, comme le stipule Le langage : “Catégorie, paradigme dont les éléments ne peuvent être introduits qu’à certaines places de la chaîne et non pas à d’autres.” (p. 173).
(voir intensité, extensité)

Complexité : La complexité est capitale pour l’hypothèse tensive. À partir des développements majeurs que Cassirer consacre au “phénomène d’expression” dans La Philosophie des formes symboliques, nous recevons la tensivité comme le lieu imaginaire où l’intensité et l’extensité, respectivement le sensible et l’intelligible, effectuent leur jonction. En second lieu, si le tri et le mélange ressortent comme les opérations prévalentes sur la dimension de l’extensité, cela tient nécessairement à la complexité canonique des objets accédant au champ de présence.
(voir définition, tri, mélange, phorème)

Concession : La concession est assurément l’un des chapitres majeurs de la sémiotique de l’événement, que l’on peut recevoir comme le produit des sub-valences de tempo et de tonicité lorsqu’elles sont portées à leur paroxysme, c’est-à-dire à la démesure. Pour les grammairiens, la concession est du côté du survenir : “(…) quand une action ou un état semblent devoir entraîner une certaine conséquence, l’opposition naît de ce qu’une conséquence contraire, inattendue, se produit ; c’est ce qu’on nomme la concession ou la cause contraire : Type : Bien qu’il eût une forte fièvre, il sortit.” (Wagner & Pinchon, Grammaire du français classique et moderne, p. 600). Le bien que met en échec le parce que attendu : Il ne sortit pas parce qu’il avait une forte fièvre.
(voir événement, survenir, récursivité)

Corrélation : Dans la perspective hjelmslevienne, la corrélation, c’est-à-dire la fonction “ ou… ou…”, fait couple avec la relation, c’est-à-dire la fonction “et… et…”. Le point de vue tensif déplace cette disposition et distingue entre la corrélation converse : “ plus… plus…” et “ moins… moins…”, et la corrélation inverse : “ plus… moins…” et “moins… plus”.
(voir diagramme)

Décadence : Entre la décadence et l’ascendance, la balance est loin d’être égale. Dans les analyses concrètes, la décadence prévaut largement. Nous ferons état de trois suggestions : (i) la place que le point de vue tensif accorde à la détonation saisissante de l’événement est en concordance avec la décadence prochaine de l’éclat immanent à l’événement ; (ii) selon G. Deleuze dans Différence et répétition, toute intensité est promise, si aucun contre-programme efficace n’est prévu, à son annulation ; (iii) la corrélation inverse, laquelle a pour limites le moins de plus et le plus de moins, est manifestement sous l’autorité d’un mystérieux principe de constance en vertu duquel l’intensité décroît en se divisant, en se distribuant, comme si la valeur était un quotient, l’intensité un dividende et l’extensité un diviseur.
(voir ascendance, direction)

Définition : La définition occupe une place à part puisque, dans le cas des sciences dites humaines, la théorie, incapable dans l’état actuel de la recherche de formuler des lois autorisant de bonnes prévisions, en est réduite à proposer des définitions pertinentes des grandeurs qu’elle retient. Mais en même temps, dans la perspective hjelmslevienne, la définition relève de la théorie, si bien que la définition de la définition est à envisager, : “Définition : division du contenu ou de l’expression d’un signe.” (Déf. 42 dans les Prolégomènes).
(voir diagramme, analyse, interdéfinition)

Démarcation : La démarcation et la segmentation sont les deux fonctifs présupposés par l’analyse pour autant que le dégagement d’une dépendance entre a et b doit d’abord isoler a et b : Par convention, si la démarcation traite des limites, la segmentation s’occupe des degrés. Dans l’approche tensive, les limites deviennent des sur-contraires, les degrés des sous-contraires.
(voir phorème, direction, intervalle)

Diagramme : Par diagramme, nous entendons la représentation graphique conventionnelle de l’espace tensif pour laquelle l’axe des ordonnées correspond à l’intensité et l’axe des abscisses à l’extensité. Les minima respectifs de l’intensité et de l’extensité sont /faible/ et /concentré/, les maxima, /éclatant/ et /diffus/, soit :

Dimension : Du point de vue tensif, l’intensité et l’extensité sont, par commodité, désignées comme des dimensions [Di] et [De]. L’analyse d’une dimension dégage des sous-dimensions que nous désignons par des minuscules. L’analyse de l’intensité a, sous bénéfice d’inventaire, pour aboutissantes le tempo [d1] et la tonicité [d2] ; celle de l’extensité, la temporalité [d3] et la spatialité [d4], soit simplement :

Le principe est le suivant : les relations entre sous-dimensions sont contrôlées par la relation, plus précisément la rection, entre les dimensions.

Efficience : Voir mode d’efficience.

Espace tensif : L’espace tensif se présente à la fois comme un modèle hiérarchique pour les catégories supposées pertinentes et comme une représentation spatiale commode des états et des événements advenant dans le champ de présence. Nous l’envisagerons du point de vue paradigmatique et du point de vue syntagmatique.

Du point de vue paradigmatique, l’espace tensif comprend deux axes : (i) en ordonnées, un axe de l’intensité sur lequel sont portés les états d’âme affectant les sujets ; (ii) en abscisses, un axe de l’extensité sur lequel est portée la consistance variable des états de choses. Du point de vue syntagmatique, l’axe de l’intensité, tourné vers le sujet, est régissant, l’axe de l’extensité, régi.
(voir extensif, extensité, intensité, diagramme, réseau)

Événement : La relation de l’événement au discours est pour ainsi dire tautologique : qu’est-ce qui est à communiquer à l’énonciataire, en un mot à discourir, sinon ce survenu qu’il ignore ? En effet, l’événement est le corrélat objectal du survenir. L’appartenance de l’événement au champ catégoriel de la tensivité est double : (i) eu égard au paradigme des modes d’efficience confrontant le survenir au parvenir, l’événement présuppose le survenir ; (ii) rapporté à l’alternance entre l’implication et la concession, l’événement a pour assiette la concession, de sorte que la supériorité attribuée à la concession doit également être étendue, aux dépens du prosaïsme des états, à l’événement.
(voir concession, survenir)

Existence : Voir mode d'existence.

Extensif : Le couple (intensif vs extensif) apparaît dans les dernières pages de La catégorie des cas, mais non dans les Prolégomènes : “Ce choix d’un seul terme de la zone comme base du système dépend d’un principe selon lequel une seule case doit être choisie comme intensive, alors que les autres cases sont extensives. La case qui est choisie comme intensive a tendance à concentrer la signification, alors que les cases choisies comme extensives ont une tendance à répandre la signification sur les autres cases de façon à envahir l’ensemble du domaine sémantique occupé par la zone.” (La Catégorie des cas, pp. 112 – 113).
(voir extensité, intensité, intensif, tensivité)

Extensité : Du point de vue tensif, la dimension de l’extensité a pour tension génératrice : [concentré vs diffus] ; elle subsume deux sous-dimensions : la temporalité et la spatialité selon l’“accent de sens” que le point de vue tensif leur accorde.
(voir intensité, extensité, intensif)

Implication : Pour la sémiotique greimassienne, l’implication relève des structures profondes et elle est l’une des trois opérations requises pour faire “tourner” le carré sémiotique. Plus précisément, les implications [non-s1 → s2] et [non-s2 → s1] sont convoquées pour mettre un terme à la contradiction et revenir à la contrariété. Sémiotique 1 rabat l’implication sur la présupposition et identifie le si comme présupposant et le alors (ou le donc) comme présupposé. Ce qui a été contesté.

Pour le point de vue tensif, l’implication fait couple avec la concession et établit par là-même le mode de jonction.
(voir mode de jonction, concession)

Incréments : Les incréments sont définis par le recoupement de deux caractéristiques, d’une part la prise en compte d’une quantité non numérique en devenir à défaut de laquelle bien des contenus resteraient difficilement pensables, d’autre part par le fait que l’analyse rencontre tôt ou tard une limite de fait ; ces grandeurs sont ici le plus et le moins qui sont manipulés par la syntaxe intensive laquelle opère par augmentation et diminution.
(voir atténuation, amenuisement, relèvement, redoublement)

Intensif : Voir extensif.

Intensité : Du point de vue tensif, la dimension de l’intensité a pour tension génératrice : [éclatant vs faible] ; elle subsume deux sous-dimensions : le tempo et la tonicité ; nous définissons l’éclat comme le produit des sub-valences saturées de tempo et de tonicité. Faut-il l’avouer : il est bien des cas où il est malaisé de distinguer l’intensité et la tonicité.

Intervalle : Sans l’avoir recherché, le point de vue tensif est amené par diverses voies à user de la notion d’intervalle. Au moins en trois circonstances ; (i) la dépendance des unités signifiantes à l’égard des phorèmes (la direction, la position, l’élan) nous a conduit à préférer la notion de vecteur à celle de trait, et cette substitution est en concordance avec la notion d’intervalle ; (ii) la tension entre la démarcation, “mère” des limites, et la segmentation, “mère” des degrés, affirme d’emblée la pertinence du concept d’intervalle ; la tension entre les surcontraires et les sous-contraires va dans le même sens, puisque les sous-contraires sont compris “dans” les sur-contraires ; (iii) les analysantes respectives des dimensions sont transitives et projettent des intervalles simples et “stabilisables” :

décadence

atténuation [s1] + [s2]
amenuisement [s
3] + [s4]

ascendance

relèvement [s4] + [s3]
redoublement [s
2] + [s1]

La notion d’intervalle concourt à l’inconciliation des points de vue et des formes de vie : le monde “médiocre” des sous-contraires [s2 s3] s’oppose, sous le double rapport de l’intensité et de l’extensité, c’est-à-dire du vécu et du conçu, au monde “exaltant” des sur-contraires [s4 <=> s1] ; les valeurs immanentes au monde des sous-contraires ne sont pas recevables dans le monde des sur-contraires, comme ce raccourci de Valéry l’indique : “Le monde ne vaut que par les extrêmes et ne dure que par les moyens. Il ne vaut que par les ultras et ne dure que par les modérés.” (Cahiers, tome 2, p. 1368).
(voir phorème, démarcation, événement, segmentation)

Jonction : Voir mode de jonction.

Mélange : Emprunté à la langue courante, le mélange est une notion qui intervient en deux circonstances très différentes. Le mélange est, avec le tri, l’une des deux grandes opérations de la syntaxe extensive, c’est-à-dire de la syntaxe qui intéresse les états de choses. Un objet valant d’abord par son indice de composition élevé ou nul avec d’autres objets, le sujet, selon la visée qui est la sienne, opère des tris ou des mélanges. La solidarité des deux opérations a cette conséquence qu’un tri a nécessairement pour objet un mélange antérieur, dans l’exacte mesure où un tri n’est envisageable que s’il porte sur un mélange antérieur stabilisé.
(voir tri, valeur d’univers)

Mode d’efficience : Par mode d’efficience, nous désignons la manière dont une grandeur est susceptible de pénétrer dans le champ de présence, ce qui suppose le contraste entre un avant et un après, mais structuré de façon telle que l’après précède l’avant. Le paradigme des modes d’efficience distingue, pour le moment, entre le survenir et le parvenir. L’axe sémantique commun aux deux modes est l’advenir.
(voir survenir et parvenir)

Mode d’existence : Le mode d’existence est sous l’autorité du mode d’efficience puisqu’il est clair que personne ne contrôle sérieusement le survenir. Plus précisément, le mode d’existence détermine pour le sujet et par catalyse une saisie-saisissement qui est l’affect même. Si le survenir contrôle la saisie, le parvenir autorise pour le sujet la visée, c’est-à-dire l’anticipation et les préparatifs adéquats.
(voir mode d’efficience, mode de jonction)

Mode de jonction : Le mode de jonction contrôle les conséquences de l’exercice du mode d’efficience sur la composition du champ de présence. Le survenir intervient de deux façons différentes : si une grandeur qui a pénétré dans le champ de présence est en concordance avec celles déjà installées, nous dirons qu’il y a implication ; si tel n’est pas le cas, nous dirons qu’il y a concession.
(voir mode d’efficience, mode d’existence)

Objet : La langue française ne dispose pas comme la langue allemande d’un couple de termes : Gegenstand/Objekt, permettant de prévenir certains malentendus.

La conception de l’objet avancée par la sémiotique greimassienne est tributaire du primat accordée à la narrativité. Mais si l’on convient, ainsi que le recommandait Greimas lui-même, de “sortir de Propp”, la problématique de l’objet se présente sous un jour nouveau. La démarche consiste à rapatrier l’objet dans l’espace tensif et à observer ce qui se passe en intensité et en extensité. En intensité, l’objet de valeur est détenteur de l’“accent de sens” (Cassirer) : “Le mythe s’en tient exclusivement à la présence de son objet, à l’intensité avec laquelle celui-ci assaille la conscience à un instant déterminé et prend possession d’elle.” (La Philosophie des formes symboliques, tome 2, p. 57) Corrélativement, l’objet se définit par le quantum d’imprévu qu’il projette en se manifestant : “Le seul noyau un peu ferme qui semble nous rester pour définir le mana est l’impression d’extraordinaire, d’inhabituel et d’insolite.” (ibid., p. 103)

Parvenir : Couplé avec le survenir, le survenir est l’un des deux modes d’efficience, c’est-à-dire l’une des deux manières pour une grandeur d’accéder au champ de présence et de s’y établir.

La physionomie du parvenir est tributaire de sa relation au survenir, c’est-à-dire des écarts valenciels que l’on enregistre. Le tempo dirige l’aspectualité et le nombre : la célérité virtualise la segmentation, tandis que la lenteur permet la divisibilité et la progressivité “à vue”. L’opposition entre les deux modes d’efficience ressort ainsi :

(voir survenir, démarcation)

Phorème : Il s’agit d’appréhender les figures élémentaires de la phorie, dont il faut rappeler qu’elle a le mérite de dynamiser le carré sémiotique. Ces figures, nous les recevons plutôt comme des participes présents que comme des participes passés, plutôt comme des vecteurs que comme des traits. Nous avons trouvé sous la plume de Binswanger une triade que nous avons jugée prometteuse : “La forme spatiale avec laquelle nous avons eu jusqu’à présent affaire, était ainsi caractérisée par la direction, la position et le mouvement.” (Le Problème de l’espace en psychopathologie, p. 79) Nous nous sommes permis de remplacer “mouvement” par “élan” afin de disposer d’un terme présentant le classème “animé”. Sous bénéfice d’inventaire, l’inventaire des phorèmes est, comme il se doit, réduit et aligne la direction, la position et l’élan. Disposant de cette grille nullement exorbitante, nous l’avons projetée d’abord sur les deux sous-dimensions intensives : le tempo et la tonicité, ensuite sur les deux sous-dimensions extensives : la temporalité et la spatialité.
(voir dimension, définition, valence)

Récursivité : La plupart des théories ne font pas grand cas de la récursivité et n’y voient qu’un effet, bientôt comique, de rallonge : a de b, b de c, c de d, d de e… qui se détruit de lui-même. Et, de fait, cette figure par elle-même ne signifie pas grand-chose. Nous aimerions montrer que, rapportée à l’espace tensif, la récursivité a des vertus cachées.

Nous commencerons par rappeler que la syntaxe intensive enchaîne en ascendance le relèvement et le redoublement, en décadence l’atténuation et l’amenuisement. Nous savons par ailleurs que la syntaxe est contrôlée par la tension entre l’implication et la concession. Si nous rabattons l’une sur l’autre ces deux données, nous sommes fondé à dire qu’en ascendance l’on passe par implication doxale du relèvement au redoublement, comme l’on passe de l’imperfectif au perfectif dans le dessein de pallier une insuffisance. La suffisance étant réalisée, il est clair que tel qui entend pousser au-delà le fait par concession, défi ou provocation ; c’est dire qu’il exerce, en redoublant le redoublement, ce que l’on pourrait appeler son “droit imprescriptible” à la récursivité ; en se comportant de la sorte, il entend accomplir un dépassement. Soit le système suivant :

Redoublement : Le redoublement est avec le relèvement l’un des deux analysants de l’ascendance tensive menant de “0” à “1”. Si l’on interprète le relèvement comme une opération consistant à expulser, à soustraire un à un les moins, le redoublement s’inscrit comme l’opération consistant à ajouter un à un les plus. Dès l’instant que le discours distingue résolument entre le relèvement et le redoublement, nous sommes fondé à dire que le procès relève du parvenir.
(voir relèvement, parvenir)

Relèvement : Le relèvement est avec le redoublement qu’il précède l’un des deux analysants de l’ascendance tensive menant de “0” à “1”. Du point de vue syntagmatique, si la nullité est assimilée à l’inertie, c’est-à-dire à un contre-programme, le relèvement devient un contre (contre-programme) dominant. L’effectuation du relèvement, c’est-à-dire la traversée de [s4] puis de [s3] rend possible le redoublement.
(voir redoublement, atonisation, tonalisation)

Réseau : Dans l’étude intitulée Structure générale des corrélations linguistiques, Hjelmslev considère que le paradigme de l’analyse comprend deux possibles : “l’analyse par dimensions” et “l’analyse par subdivision” (Nouveaux essais, p. 49) ; la première, qui visiblement a sa préférence, “consisterait à reconnaître, à l’intérieur d’une catégorie, deux ou plusieurs sous-catégories qui s’entrecroisent ou se compénètrent.” Les aboutissants diffèrent : “En un mot : d’après l’analyse par dimensions les sous-catégories forment un réseau ; d’après l’analyse par subdivision, les sous-catégories forment une hiérarchie.” Soit le réseau le plus simple :

Selon Hjelmslev, les lettres capitales constituent une catégorie, les lettres minuscules, une sous-catégorie ou une dimension. Mais surtout les capitales ont pour définition les couples de minuscules obtenus par “entrecroisement et compénétration”.

Dans l’état actuel de la recherche, le réseau résultant de l’analyse par dimensions peut être projeté sous forme de diagramme. Soit d’abord le paradigme de l’espace :

Si /hermétique/ est posé comme porteur de la tonicité, comme dans la sémiotique du secret, il est aisé de l’organiser en réseau :

Mais ce même réseau peut être présenté sous forme de diagramme :

La disposition en réseau au titre de procédure exécutée par le sujet et la complexité attribuée à l’objet se présupposent l’une l’autre. Les sur-contraires /hermétique/ et/ béant/ composent une sub-valence plénière et une sub-valence que nous dirons nulle, tandis que les sous-contraires /fermé/ et /ouvert/ composent des valences que nous dirons mitigées
(voir complexité, définition, objet, sur-contraire, sous-contraire)

Saisie : Voir mode d’existence.

Segmentation : Voir démarcation.

Sous-contraire : La notion de contrariété entre en réseau en deux temps : (i) en distinguant maintenant entre “sur-contraires” et “sous-contraires” ; (ii) en opposant entre eux les termes de chaque paire selon la sous-dimension jugée pertinente ; ainsi à propos de l’amenuisement nous avons choisi la tonicité, mais la même procédure s’applique identiquement aux trois autres sous-dimensions. La projection en réseau et le diagramme présupposent la distinction entre “sur-contraires” et “sous-contraires”.
(voir réseau, diagramme, sous-dimension, phorème)

Sous-dimension : Voir dimension.

Spatialité : Comme pour la temporalité, nous adoptons la perspective de l’agir, c’est-à-dire que nous supposons que le sujet est d’abord sensible à ce qu’il peut faire de l’espace. La morphologie élémentaire, la plus simple est, nous semble-t-il, celle qui confronte l’ouvert et le fermé ; ce couple peut être traité selon l’implication ou selon la concession ; ces traitements génèrent des morphologies dérivées :

(voir implication, concession, dimension, sous-dimension)

Structure : La notion de structure appartient davantage à Hjelmslev qu’à Saussure. La définition de la structure est formulée dans les premières lignes de l’étude intitulée Linguistique structurale : “On comprend par linguistique structurale un ensemble de recherches reposant sur une hypothèse selon laquelle il est scientifiquement légitime de décrire le langage comme étant essentiellement une entité autonome de dépendances internes, ou, en un mot, une structure.” (Essais linguistiques, p. 28) La définition avancée dans Sémiotique 1 présente deux écarts qui ne sont certainement pas le fait du hasard : “(…) on considérera la structure comme une entité autonome de relations internes, constituées en hiérarchies.” (Sémiotique 1, p. 361). La première différence porte sur la substitution de “relations” à “dépendances”. L’œuvre de Hjelmslev étant de loin la principale référence théorique de Sémiotique 1, n’est-il pas surprenant que cet ouvrage ignore par ailleurs le terme de “dépendance” ? Greimas se méfie du terme de “dépendance” dans l’exacte mesure où Hjelmslev se méfie de celui d’“opposition”… La seconde différence consiste dans l’ajout du segment : “constituées en hiérarchies”.
(voir parvenir, survenir, espace tensif)

Sub-valence : La différence entre les valences et les sub-valences est d’abord positionnelle : les sub-valences sont à une sous-dimension ce que les valences sont à une dimension. La seconde différence concerne le nombre des unes et des autres : les valences étant solidaires des dimensions, on enregistre deux classes de valences : les unes intensives, les autres extensives. Au nom du même principe, à savoir que les sub-valences sont solidaires des sous-dimensions, le nombre des sub-valences est plus élevé puisqu’il est le produit de l’aspectualisation des directions tensives et des phorèmes.
(voir dimension, direction, phorème)

Sujet : Dans les limites de ce glossaire, nous nous en retiendrons à deux remarques, la première relative au sujet d’état, la seconde relative au sujet opérateur.

Ce que nous avons en vue dans les limites de cette entrée, c’est la physionomie du sujet au quotidien, dans son quotidien, vaquant à la production ordinaire du sens, non pas entre deux exploits, mais entre deux événements, ce qui est fort différent. Sur ce point précis, nous assumons la question de Deleuze dans Pourparlers (p. 218) : “Chez Leibniz, chez Whitehead, tout est événement. Ce que Leibniz appelle prédicat, ce n’est surtout pas un attribut, c’est un événement, “passer le Rubicon”. D’où ils sont forcés de remanier complètement la notion de sujet : qu’est-ce que doit être un sujet si ses prédicats sont des événements ? : Quel est ce sujet qui, parfois, à son corps défendant, voit l’événement faire irruption et bouleverser son champ de présence ? C’est un sujet sensible, par catalyse : un sujet sensible à l’ardeur extrême des sub-valences de tempo et de tonicité qui subjectivent la survenue de l’inattendu et précipitent le sujet de la sphère familière de l’agir dans celle extatique du subir.
(voir événement, récursivité, parvenir, survenir, implication, concession)

Sur-contraire : Voir sous-contraire

Survenir : Couplé avec le parvenir, le survenir est l’un des deux modes d’efficience, c’est-à-dire l’une des deux manières pour une grandeur d’accéder au champ de présence et de s’y établir. Le survenir est pour le sujet bouleversant, mais les raisons de ce “tumulte” ne se laissent pas dire aisément, puisque la clarification suppose, selon la doxa, l’absence même de ce qui est à analyser !

Le survenir doit sa véhémence affective à l’ardeur des sub-valences de tempo et de tonicité qu’il met en jeu : l’accélération “folle” et la saturation tonique vécues à son corps défendant par le sujet n’entrent pas dans une “somme”, mais bien – sans qu’on puisse en fournir la démonstration à ce jour – dans un “produit” qui les décuple. Sans ce postulat indémontrable, comment comprendre le caractère extatique du survenu ? Sans s’annoncer, sans surtout prévenir, le survenir virtualise la contenance modale du sujet dont il anéantit ex abrupto les compétences validées. Il arrête le temps et peut-être même l’inverse en ce sens que le sujet s’emploie à reconstituer le temps de l’actualisation, le temps des préparations et des calculs que le survenir a justement anéanti. Le sujet est ravi de la sphère familière de son agir et projeté dans celle étrange du subir.
(voir événement, parvenir, tempo)

Syntaxe extensive : la syntaxe extensive a pour objet les opérations de tri et les opérations de mélange
(voir tri, mélange)

Syntaxe intensive : la syntaxe intensive a pour objet les opérations d’augmentation et de diminution.
(voir amenuisement, atténuation, redoublement, relèvement)

Syntaxe jonctive : Procédant par inclusion et exclusion la syntaxe jonctive traite des implications et des concessions affectant le champ de présence.
(voir mode de jonction)

Tempo : Le tempo, autrement dit la vitesse, est une sous-dimension de l’intensité. L’opposition basique est (vif vs lent). Au titre de sous-dimension de l’intensité, le tempo entre en corrélation converse avec l’autre dimension intensive : la tonicité. Cette corrélation fonctionnerait comme un produit. Cette demande exorbitante de la part d’une discipline humaniste se fonde sur deux considérations : (i) si, comme on le répète à l’envi, le tout est supérieur à la somme des parties, le produit est une façon réglée de dépasser la somme ; (ii) la démesure de certains affects, de certains “transports” demande un multiplicateur immanent.

Tandis que l’affirmation de l’efficacité subjectale de la tonicité est admise sans grande difficulté, le rôle du tempo demeure sous-estimé, malgré cet avis autorisé de Valéry : “Cette vitesse joue dans toutes nos pensées, elle est impliquée dans toutes nos pensées – et il ne peut pas en être autrement.” (Cahiers, tome 1, p. 805)
(voir dimension, tonicité)

Temporalité : Le corpus des réflexions et des analyses relatives à la temporalité appelle une décision, peut-être un parti-pris. Nous avançons l’hypothèse que la temporalité est dans la dépendance des modes d’efficience, ce qui revient à dire qu’il y a un temps du parvenir et un temps du survenir. La morphologie et la syntaxe sont ici indissociables. Le temps du parvenir étant long, le sujet est porté à l’abréger dans l’exacte mesure où le temps du survenir étant bref, voire instantané, le sujet est désireux de l’allonger.
(voir mode d’efficience, tempo)

Tensivité : La tensivité n’est rien d’autre que la relation de l’intensité à l’extensité, des états d’âme aux états de choses. Pour autant qu’on puisse l’entrevoir, la raison d’être d’un système, sémiotique ou non, réside dans le contrôle, la grammaticalisation d’une altérité : entre procès et système pour Hjelmslev, entre syntaxe et sémantique pour Greimas. Il est question d’établir entre deux entités plurielles, nombreuses, des échanges, une circulation, de fixer les règles grammaticales d’une bonne “communication”.

C’est en ce sens que, par raccourci, il nous est arrivé d’écrire que la tensivité n’était que le commerce de la mesure intensive et du nombre extensif. En effet, à l’instar des notes en musique, nos affects sont d’abord, peut-être seulement, la mesure des transformations que les événements provoquent en nous, tandis que sur la dimension extensive, celle des états de choses, nous procédons, à partir des classifications propres à notre univers de discours, à des transferts d’une classe à l’autre conduisant à des dénombrements plus ou moins précis : par exemple, faut-il inclure, comme beaucoup de sociétés se sont posé la question, les insectes dans la classe des animaux ? le vent dans la classe des êtres animés ?
(voir intensité, extensité)

Tonalisation : Le terme peu courant de tonalisation appelle deux remarques : (i) il est emprunté à l’œuvre de G. Bachelard et ce n’est certainement pas par hasard : la faculté d’empathie, l’enthousiasme communicatif qui lui était propre lui imposait de créer sa propre “langue” ; (ii) dans le plan de l’expression, le lexique de la tonicité a servi à caractériser l’intensité, et conduit, pour notre entreprise personnelle, à effacer la distinction entre la dimension de l’intensité et la sous-dimension de la tonicité. Le recours au terme de tonalisation évite, nous semble-t-il, cet inconvénient.
(voir extensif, extensité, intensif, intensité, survenir)

Tonicité : Le terme de tonicité est emprunté au plan de l’expression et nous fournit l’opposition basique (tonique vs atone). La tonicité est la seconde sous-dimension de l’intensité et contracte une corrélation converse avec le tempo.
(voir, atonisation, tonalisation, tempo)

Tri : Le tri est, avec le mélange, l’une des deux grandes opérations de la syntaxe extensive, c’est-à-dire de la syntaxe qui intéresse les états de choses. La coexistence et la collaboration des deux types d’opérations rend compte du processus de configuration du monde décrit par Cassirer : “La distinction spatiale primaire, (…) est la distinction entre deux provinces de l’être : une province de l’habituel, du toujours-accessible, et une région sacrée, qu’on a dégagée et séparée de ce qui l’entoure, qu’on a clôturée et qu’on a protégée du monde extérieur.” (La Philosophie des formes symboliques, tome 2, p. 111) Ainsi sont mises en place deux sphères, celle du sacré et du profane.

Si une opération de tri parvient à son terme, elle aboutit à l’information d’une valeur d’absolu éclatante et exclusive, pour ceux qui sont persuadés de leur bien-fondé, mais que leurs contempteurs s’empresseront de dire : éclatante mais exclusive.
(voir mélange, spatialité)

Valence : Comme le terme d’isotopie, forgé à partir de l’adjectif “isotope” courant en chimie, le terme de valence est importé du vocabulaire de la chimie. À notre connaissance, cet emprunt est d’abord le fait de Cassirer dans La Philosophie des formes symboliques : “Cette transformation a lieu lorsque des significations — ou des “valences” — différentes sont attribuées aux différents moments du devenir fuyant.” (La Philosophie des formes symboliques, tome 3, p. 178). Grosso modo les valences occupent dans l’hypothèse tensive la place dévolue aux sèmes jusque-là. Toutefois, les valences se distinguent des sèmes sous trois rapports au moins. Les valences seraient en nombre fini, ce qui n’est pas le cas des sèmes, même si dans les années 70 il était admis, par analogie avec les succès de l’analyse phonologique, qu’une vingtaine de paires de sèmes suffirait pour décrire la totalité des micro-univers sémantiques existants. L’affirmation de la finitude de l’inventaire des sèmes se heurte au fait que pratiquement les sèmes se confondent avec l’inventaire ouvert des adjectifs dits qualificatifs en langue. En second lieu, les valences sont interdéfinies, isomorphes et solidaires les unes des autres en vertu de relations de dépendance strictes. En troisième lieu, les valences s’inscrivent dans l’espace tensif, lequel est une “image” plausible du champ de présence, ce qui n’est pas le cas des sèmes.
(voir valeur)

Valeur : Le concept de valeur demeure quelque peu déroutant : en effet à peine sa centralité est-elle affirmée que le concept se dérobe et se disperse. Dans le Cours de linguistique générale, Saussure identifie valeur et différence et pose la signification comme différentielle. Hjelmslev ignore pratiquement le terme et la négativité foncière que Saussure lui impute. Pour Greimas, le terme intéresse les structures narratives de surface à un double titre : la quête de l’objet de valeur par le sujet de quête au principe du récit et du mythe et la constitution de l’objet de valeur qui est l’une des tâches de la culture. À partit de ces acquis, le point de vue tensif avance deux propositions : dans le plan du contenu, une valeur est analysable-définissable comme intersection de deux valences distinctes : une valence intensive et une valence extensive. En second lieu, un paradigme est ébauché lequel distingue, sous bénéfice d’inventaire, entre des valeurs d’absolu visant l’exclusivité et des valeurs d’univers visant la diffusion, donc symétriques et inverses des précédentes : ici priorité accordée au mélange, là au tri.
(voir valence, intersection, définition)

Visée : Voir mode d’existence

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search