Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Troisième partie : sur la dualité de la poétique

20. Pour finir

Texte intégral

  • 201 Bachelard (1981, p. 1).
  • 202 « C’est donc bien souvent, à l’inverse de la causalité, dans le retentissement, (…) que nous croyo (...)
  • 203 « (…) la vie de l’image est toute dans sa fulgurance, (…) » (ibid. p. 15).

1En guise de conclusion, on ne saurait trop souligner combien les conceptions de Breton sont proches de celles de Bachelard dans l’Introduction à La Poétique de l’espace de Bachelard, au point que les signatures de certains textes pourraient être échangées : « Il faut être présent, présent à l’image dans la minute de l’image : (…)201 » Si l’image n’a pas d’antécédent, elle chiffre une possibilité de « retentissement202. » La /soudaineté/, la « fulgurance203 » du survenir exclut à la fois le provenir et le devenir :

  • 204 Ibid., p. 1.

L’image poétique est un soudain relief du psychisme, (…) la philosophie de la poésie doit reconnaître que l’acte poétique n’a pas de passé, du moins pas de passé proche le long duquel on pourrait suivre sa préparation et son avènement204.

2Le survenir a pour corrélats la surprise du sujet et l’événementialité de l’objet :

  • 205 Ibid., p. 13.

Et c’est en cela que la poésie — dans l’ère poétique où nous sommes — est spécifiquement “surprenante”, donc ses images sont imprévisibles205.

3En second lieu, Bachelard insiste sur la suffisance de l’image :

  • 206 Ibid., p. 4.

L’image, dans sa simplicité, n’a pas besoin d’un savoir. Elle est le bien d’une conscience naïve. En son expression, elle est jeune langage206.

4Bachelard récuse les interprétants ordinaires : l’histoire littéraire, la psychanalyse et la psychologie :

  • 207 Ibid., p. 15. Il arrive à Bachelard d’être plus brutal : « Il [le psychanalyste] explique la fleur (...)

On voit bien alors que l’œuvre prend un tel relief au-dessus de la vie que la vie ne l’explique plus207.

5En vertu d’une hypotypose audacieuse, Bachelard admet un seul antécédent : l’émergence du langage :

  • 208 Ibid., p. 7.

Par sa nouveauté, une image poétique met en branle toute l ‘ activité poétique. L’image poétique nous met à l’origine de l’être parlant208.

6Comme la mélodie, l’image est hors de l’histoire, hors du temps. Et pourtant l’histoire semble se répéter : de même que l’art baroque a succédé à l’art de la Renaissance, la poétique du survenir a succédé à la poétique du parvenir, comme l’image a succédé au mètre.

7[Février 2012]

Notes

201 Bachelard (1981, p. 1).

202 « C’est donc bien souvent, à l’inverse de la causalité, dans le retentissement, (…) que nous croyons trouver les vraies mesures de l’être d’une image poétique » (ibid., p. 2).

203 « (…) la vie de l’image est toute dans sa fulgurance, (…) » (ibid. p. 15).

204 Ibid., p. 1.

205 Ibid., p. 13.

206 Ibid., p. 4.

207 Ibid., p. 15. Il arrive à Bachelard d’être plus brutal : « Il [le psychanalyste] explique la fleur par l’engrais » (ibid., p. 12).

208 Ibid., p. 7.

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search