Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Troisième partie : sur la dualité de la poétique

19. Poétique du survenir

Texte intégral

1On a vu que Jakobson privilégiait la grammaire aux dépens du lexique. Par contrainte de structure, le déni du parvenir conduit à une sémantisation et à une valorisation du lexème, mais ce revirement suppose que ce dernier chiffre une complexité, une richesse virtuelle remarquable :

  • 189 Greimas (1983, p. 225).

Il est notoire que les lexèmes se présentent souvent comme des condensations recouvrant, pour peu qu’on les explicite, des structures discursives et narratives fort complexes189.

2Ce qui revient à postuler qu’une grandeur systémique implique le système dont elle dépend. Cette hypothèse admet deux conséquences : (i) une figure de rhétorique, sans doute sous-estimée, la synecdoque ascendante qui exprime un tout par une de ses parties, indique que cette opération est courante ; (ii) les catégories, qui sont la signature de la théorie, deviennent les définissantes des grandeurs signifiées par le discours.

3Pour l’illustrer, nous avons choisi un extrait de la Neuvième Promenade des Rêveries du promeneur Solitaire de J.J. Rousseau pour la qualité et la profondeur de l’analyse qu’il conduit :

  • 190 Rousseau (1964, p. 155).

Le bonheur est un état permanent qui ne semble pas fait ici-bas pour l’homme. (…) Le bonheur n’a point d’enseigne extérieure ; pour le connaître, il faudrait lire dans le cœur de l’homme heureux ; mais le contentement se lit dans les yeux, dans le maintien, dans l’accent, dans la démarche et semble se communiquer à celui qui l’aperçoit. Est-il une jouissance plus douce que de voir un peuple entier se livrer à la joie un jour de fête, et tous les cœurs s’épanouir aux rayons expansifs du plaisir qui passe rapidement, mais vivement à travers les nuages de la vie190 ?

4Selon l’état d’avancement de l’analyse, nous pratiquons l’analyse modale à partir des modes sémiotiques, ou bien l’analyse valencielle à partir des sub-valences, c’est-à-dire des grandeurs afférentes à l’espace tensif. À ce jour, la hiérarchie des sub-valences décline :

  • le tempo confrontant la vitesse et la lenteur ;
  • la tonicité confrontant la tonicité et l’atonie ;
  • la temporalité confrontant la longévité et la brièveté ;
  • la spatialité confrontant l’ouverture et la fermeture.

5Le tableau suivant résume l’analyse de Rousseau :

6En constituant ce tableau, nous ne faisons pas autre chose que rédiger les recettes respectives du /bonheur/ et du /contentement/ selon Rousseau. Du point de vue tensif, le /bonheur/ et le /contentement/ se placent ainsi dans l’espace tensif : le /bonheur/ est intense mais restreint : il est “personnel”, “privé”, tandis que le /contentement/ est modéré, mais « expansif » : « il semble se communiquer à celui qui l’aperçoit ».

7Les sub-valences sont en somme les harmoniques du lexème /bonheur/.

8Cet avènement du mot a d’abord été le fait des poètes et singulièrement de Mallarmé :

  • 191 Mallarmé (1954, p. 366). Valéry rapporte à propos de Mallarmé l’anecdote suivante : « Un jour m’a- (...)

L’œuvre pure implique la disparition élocutoire du poète, qui cède l’initiative aux mots, par le heurt de leur inégalité mobilisés191.

9Mais le mot emporte avec lui la langue comme l’indique Bachelard dans La Poétique de l’espace :

  • 192 Bachelard (1973, p. 184.)

Oui, qui sait choyer les mots, choyer un mot, découvre que la perspective verbale interne est plus lointaine que toute pensée. En méditant un mot, on est sûr de trouver un système philosophique. La langue est plus riche que toute intuition. On entend dans les mots plus qu’on ne voit dans les choses. Or, écrire c’est réfléchir aux mots, c’est entendre les mots avec toute leur résonance192.

10Dans le chapitre intitulé L’immensité intime, Bachelard analyse la mise en discours de la configuration de l’immensité dans le texte baudelairien :

Il y a des moments de l’existence où le temps et l’étendue sont plus profonds, et le sentiment de l’existence immensément augmenté.

11L’analyse de Bachelard est conduite tant dans le plan du contenu que dans celui de l’expression. À propos de la voyelle /a/ dans le lexème « vaste », Bachelard écrit :

  • 193 Bachelard (1981, p. 1 80).

Quand je continue ainsi sans fin mes rêveries de philosophe indocile, j’en viens à penser que la voyelle a est la voyelle de l’immensité. C’est un espace sonore qui commence en un soupir et qui s’étend sans limite193.

12Dans le plan du contenu, le texte de Baudelaire soulève la question du superlatif en exigeant sa récursivité. Du point de vue tensif, l’/immense/ relève de la syntaxe intensive des augmentations et des diminutions et il se présente comme le terme de l’ascendance tensive :

13L’« immensément augmenté », qui est comme un redoublement du redoublement, peut être qualifié de dépassement. Selon l’imaginaire baudelairien, il n’est pas de grandeur qui ne soit augmentable.

14L’abandon du vers métrique, du vers mesuré par le nombre de ses syllabes, a permis l’adoption d’une autre prosodie, une prosodie dynamique, avant tout soucieuse du tempo, muni de ses deux figures capitales : l’accélération et le ralentissement, figures qui sont évoquées dans la préface du poème Un coup de dés jamais n’abolira le hasard :

  • 194 Mallarmé (1954, p. 456).

L’avantage, si j’ai droit à le dire, littéraire, de cette distance copiée qui mentalement sépare des groupes de mots ou les mots entre eux, semble d’accélérer tantôt et de ralentir le mouvement, le scandant, l’intimant même selon une vision simultanée de la Page : celle-ci prise pour unité comme l’est d’autre part le Vers ou ligne parfaite194.

15La tension entre le survenir et le parvenir concerne la nature de la compétence exigée. La poésie métrique comme intégration réussie du vers, de la rime et de la forme poétique requiert le sujet comme sujet d’un devoir-faire rigoureux. La versification ne se présente-t-elle pas comme un ensemble de règles à observer et de normes à considérer ? Le sujet d’un univers de discours dirigé par le survenir est un sujet bien différent. Il est le sujet d’un pouvoir-défaire le jeu des contraintes, qui est pour certains un carcan. Mais il est aussi le sujet d’un laisser-faire qui est l’envers du survenir. Baudelaire n’hésite pas à qualifier de « miracle » cet abandon créateur :

  • 195 Ibid., p. 281.

Quel est celui de nous qui n’a pas, dans ses jours d’ambition, rêvé le miracle d’une prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience195 ?

16Pour ce qui regarde la valeur, sa problématique est du ressort de la syntaxe extensive qui procède par des opérations de tri et des opérations de mélange. D’une manière générale, lorsque deux styles artistiques succèdent l’un à l’autre, les opérations de mélange défont les partitions établies par les opérations de tri antérieures ; le familier dénonce le solennel. Exclusives et hautaines, les valeurs d’absolu font place aux valeurs d’univers accommodantes et raisonnables. La distance énonciative n’est pas la même.

  • 196 Aristote (1991, p. 337).

17Si la poétique du parvenir dispose d’un répertoire de formes bien maîtrisées, il n’en va pas de même pour la poétique du survenir. D’aucuns pourraient même soutenir qu’elle est amorphe ou polymorphe. Il n’en est rien : la poétique du survenir a disposé d’une forme adéquate aux prémisses adoptées : c’est l’image, non pas l’image aristotélicienne qui est une hypotypose, puisqu’il s’agit de « mettre sous les yeux », opération qu’Aristote définit ainsi : « J’entends par “mettre une chose devant les yeux” indiquer cette chose comme agissant196. » La conception de P. Reverdy est bien différente :

L’image est une création pure de l’esprit.

  • 197 Reverdy, Revue Nord-Sud, mars 1918.

Elle ne peut naître d’une comparaison, mais du rapprochement de deux réalités plus ou moins éloignées.
Plus l’image sera forte, plus elle aura de puissance émotive et de réalité poétique197.

18Breton cite et critique, en partie injustement, l’analyse de Reverdy. Il lui reproche de rabattre la poétique de l’image du côté du parvenir :

Si l’on s’en tient, comme je le fais, à la définition de Reverdy, il ne semble pas possible de rapprocher volontairement “deux réalités distantes”, le rapprochement se fait ou ne se fait pas, voilà tout. Je nie, pour ma part, de la façon la plus formelle, que chez Reverdy des images telles que :

Dans le ruisseau il y a une chanson qui coule.

Ou :

Le jour s’est déplié comme une nappe blanche.

Ou :

  • 198 Breton (1963, pp. 50 – 51).

Le monde rentre dans un sac.
offrent le moindre degré de préméditation198.

  • 199 « Les mots, les groupes de mots qui se suivent pratiquent entre eux la plus grande solidarité » Ib (...)

19Selon Breton, l’image est tout entière du côté du survenir : c’est une image-événement. Le reproche de Breton est en partie injuste, car Breton et Reverdy affirment l’un comme l’autre le protocole concessif qui consiste dans le rapprochement de deux réalités éloignées ; la différence tient au fait que pour Reverdy c’est un sujet qui effectue le rapprochement, tandis que pour Breton c’est un non-sujet. Dans les termes du mode d’existence, l’image pour Reverdy procède, selon une mesure qui reste à préciser, de la visée, pour Breton exclusivement de la saisie. Du point de vue analytique, la concession est interprétable comme une dominance de la solidarité199 sur la distance :

20Breton précise sa conception en ces termes :

  • 200 Breton (1977, p. 129).

Comparer deux objets aussi éloignés que possible l’un de l’autre, ou, par toute autre méthode, les mettre en présence d’une manière brusque et saisissante, demeure la tâche la plus haute à laquelle la poésie puisse prétendre. En cela doit tendre de plus en plus à s’exercer son pouvoir inégalable, unique, qui est de faire apparaître l’unité concrète des deux termes mis en rapport et de communiquer à chacun d’eux, quel qu’il soit, une vigueur qui lui manquait tant qu’il était pris isolément200.

21La définition de l’image est solidaire de son affirmation comme valeur suprême, mais de façon inattendue, cette conception est avant tout syntaxique et anti-saussurienne. Selon l’enseignement de Saussure, les grandeurs sont différentielles et une grandeur reçoit son sémantisme du système dont elle participe, mais pour Breton c’est là relever l’inanité de la grandeur « prise isolément ».

Notes

189 Greimas (1983, p. 225).

190 Rousseau (1964, p. 155).

191 Mallarmé (1954, p. 366). Valéry rapporte à propos de Mallarmé l’anecdote suivante : « Un jour m’a-t-il confié, dînant chez Berthe Morisot avec Mallarmé, il [Degas] se plaignit du mal extrême que lui donnait la composition poétique : “Quel métier ! criait-il, j’ai perdu toute ma journée sur un sacré sonnet, sans avancer d’un pas… Et cependant ce ne sont pas les idées qui me manquent… J’en suis plein… J’en ai trop…”
Et Mallarmé, avec sa douce profondeur : Mais, Degas, ce n’est point avec des idées que l’on fait des vers… C’est avec des mots que l’on fait des vers.
C’était le seul secret. Il ne faut pas croire qu’on en puisse saisir la substance sans quelque méditation » Valéry (1960, p. 1208).

192 Bachelard (1973, p. 184.)

193 Bachelard (1981, p. 1 80).

194 Mallarmé (1954, p. 456).

195 Ibid., p. 281.

196 Aristote (1991, p. 337).

197 Reverdy, Revue Nord-Sud, mars 1918.

198 Breton (1963, pp. 50 – 51).

199 « Les mots, les groupes de mots qui se suivent pratiquent entre eux la plus grande solidarité » Ibid., p. 47.

200 Breton (1977, p. 129).

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search