Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Troisième partie : sur la dualité de la poétique

17. Wölfflin

Texte intégral

1Dans Renaissance et baroque, Wölfflin note la divergence suivante :

  • 165 Wölfflin (1989, p. 82).

Il [le baroque] n’évoque pas la plénitude de l’être, mais le devenir, l’événement, non pas la satisfaction, mais l’insatisfaction et l’instabilité165.

2Au titre du mode d’efficience, l’art de la Renaissance opte pour le parvenir, le baroque pour le survenir :

  • 166 Ibid.

L’un [le style linéaire] est l’art de ce qui est, l’autre [l’art baroque] est l’art de ce qui paraît166.

3L’opposition concerne la différence de tempo, mais cette opposition n’est pas exactement entre la vitesse et la lenteur, mais entre l’accélération et l’uniformité, accélération pour l’art baroque attaché au « bondissement », au « jaillissement en avant », uniformité pour l’art de la Renaissance :

  • 167 Ibid., p. 81.

Elle [la Renaissance] nous offre cette beauté libératrice que nous ressentons comme un bien-être général et un accroissement régulier de notre force vitale167.

  • 168 « Qu’est-ce que l’événement ? Nous venons de le dire : une brusquerie efficace » in Focillon (1996 (...)

4Au titre du mode d’existence, les propriétés sémiotiques de l’événement, que le mode d’existence et le mode de jonction explicitent, sont relevées : au titre du saisissement, l’art baroque présente ce qu’on aimerait appeler à la suite de Focillon un “coefficient de brusquerie168” lequel décide de l’orientation de la phorie :

  • 169 Wölfflin (1989, p. 24).

Là où la nature montre une courbe, nous trouverons peut-être un angle, et au lieu d’une régression ou d’un accroissement continus et réguliers de la lumière, le clair ou l’obscur apparaîtra brusquement, par masse et sans transition169.

5Soit graphiquement :

  • 170 Wölfflin (1989, p. 82).

6Le mode d’existence partage la temporalité en accordant la « durée » à l’art de la Renaissance : « (…) l’action d’une œuvre de la Renaissance est plus lente et plus douce, mais d’autant plus durable170 », alors que l’art baroque a droit seulement à l’« instant ».

7Au titre du mode de jonction, l’art de la Renaissance est implicatif, puisque la figure qui le résume est celle de l’« accroissement régulier » ; la relation du sujet à l’art baroque est paradoxale, puisque selon Wölfflin la relation du sujet à l’œuvre baroque est sous le signe d’une « sorte de nausée » ; sous cette condition inattendue, la relation du sujet à l’art baroque s’avère concessive ; il convient de recevoir l’art baroque, bien qu’il provoque « (…) l’insatisfaction et l’instabilité ». Les tensions relatives aux modes sémiotiques se déclinent ainsi :

Notes

165 Wölfflin (1989, p. 82).

166 Ibid.

167 Ibid., p. 81.

168 « Qu’est-ce que l’événement ? Nous venons de le dire : une brusquerie efficace » in Focillon (1996, p. 99).

169 Wölfflin (1989, p. 24).

170 Wölfflin (1989, p. 82).

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search