Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Troisième partie : sur la dualité de la poétique

16. Les modes sémiotiques

Texte intégral

Mais, au fait, qui parle dans un poème ? Mallarmé voulait que ce fût le Langage lui-même.
Valéry

  • 150 Le terme d’“efficience” est emprunté à Cassirer : « Car toute réalité effective que nous saisisson (...)
  • 151 Voir Cl. Zilberberg (2011, pp. 10 – 16 & pp. 145 – 147).
  • 152 « “Être” pour une pensée, c’est gagner à la course — comme le spermatozoïde qui sera élu. Ainsi la (...)

1Les modes sémiotiques sont définis par la fonction qu’ils remplissent : rendre compte de la diversité, de la versatilité des discours tenus. Les discours tenus sont dans la dépendance des grandeurs occupant le champ de présence. Cette métaphore du champ de présence vaut par sa commodité : le champ de présence est constitué par les grandeurs qui entrent et/ou sortent avec ou sans l’accord du sujet. Parmi les alternances plausibles, celle relative au mode d’efficience150 paraît décisive ; elle concerne la modalité de la pénétration dans le champ de présence pour une raison que nous évoquerons dans un instant. Une grandeur peut faire irruption dans le champ de présence et, pour fixer les idées, déclencher de la part du sujet surpris, saisi, une exclamation, ou bien s’installer graduellement, progressivement. Dans le premier cas, nous parlerons de la modalité du survenir, dans le second, de la modalité du parvenir. Cette alternance doit son retentissement au chiffre élevé, possiblement extrême, du tempo : vif dans le cas du survenir, ralenti dans le cas du parvenir151. Le mode d’efficience doit sa pertinence à l’autorité du tempo. En effet, l’hypothèse tensive adopte comme postulat sans doute prioritaire que les grandeurs sémiotiques sont sous condition de tempo et de tonicité, ou encore à la suite de Valéry que la vitesse est un « facteur d’existence152. »

  • 153 « La conscience pure nous apparaîtra comme une puissance d’attente et de guet, (…) » in Bachelard (...)
  • 154 « Nous ne sommes qu’attente et détente » in Cahiers (1973, p. 1272).

2Pour une approche hiérarchique de la sémiosis, le mérite d’une grandeur est relatif aux grandeurs qu’elle contrôle. À cet égard, le mode d’efficience contrôle le mode d’existence qui formule l’alternance propre au sujet : visée ou saisie ? et par catalyse : la saisie-saisissement. La visée est le corrélat subjectal du parvenir dans la mesure où la lenteur de ce parvenir rend possible pour le sujet l’anticipation, la prévision et d’une manière générale l’attente, puisque aussi bien pour Bachelard153 que pour Valéry154 l’attente est comme le fond de notre être au monde. La saisie est le corrélat subjectal du survenir dans la mesure où la vitesse opère une syncope de la durée laquelle retire au sujet la faculté d’actualiser, d’anticiper la réalisation de tel programme jugé fâcheux. Le mode d’existence mesure le poids respectif de l’attendu et de l’inattendu. Enfin, le mode d’efficience contrôle le mode de jonction qui est lui relatif à l’objet : si une grandeur pénétrant dans le champ de présence fait figure d’intruse, d’étrangère rapportée à celles qui sont déjà installées, nous dirons que nous sommes en présence de la modalité de la concession, tandis que le cas contraire, à savoir la concordance, sera désigné comme implication. Le mode de jonction est défini par l’alternance entre la concession et l’implication.

3Il convient d’insister maintenant sur la dissymétrie du parvenir et du survenir. Ce dernier, en raison des sub-valences élevées de tempo et de tonicité qui lui sont propres, est à même de projeter un événement. En effet, l’événement est un syncrétisme du survenir pour le mode d’efficience, de la saisie pour le mode d’existence, de la concession pour le mode de jonction. La structure de l’événement se présente comme l’intersection entre le mode d’efficience et le mode de présence lui-même défini ici par la tension entre l’actualisation et la virtualisation ; soit graphiquement :

4L’événement n’a toujours pas, nous semble-t-il, la place qu’il mérite. Cela tient en partie au fait que les sous-dimensions, les ressorts qu’il présuppose, à savoir le tempo et la tonicité, sont eux-mêmes jugés négligeables. Dans les Cahiers, Valéry installe l’événement comme “constante concentrique” existentielle :

  • 155 Valéry (1974, p. 322).

Chaque chose que tu vois est un événement et chaque idée, un événement, et toi-même qui te perçois par événements (et qui en es un à cet instant) tu es aussi capacité d’événements, — qui elle-même en est un…155 »

5L’événement est promu comme prédicat directeur :

  • 156 Valéry (1973, p. 1168).

Sensibilité est propriété d’un être d’être modifié passagèrement, en tant que séparé, et en tant qu’il comporte de n’exister que par événements. C’est l’existence par événements — au moyen de, pendant l’événement156.

6Deleuze lui fait écho :

  • 157 Deleuze (1990, p. 218).

(…) qu’est-ce que doit être un sujet, si ses prédicats sont des événements157 ?

7Le mode d’efficience, en raison de la schizie intime qu’il chiffre, rend compte du partage versatile de l’existence et de la possibilité du bonheur-état et de la joie-événement :

  • 158 Jakobson (1963, p. 121).

8Si la relation du mode d’efficience au tempo est facilement admise, la relation du mode d’efficience à la tonicité est rarement prise en compte. Le seul modèle apparemment disponible pour commencer à penser la tonicité est l’accent, à un détail près, à savoir que le consensus ne reconnaît l’accent que dans le plan de l’expression. Si, dans le plan de l’expression, l’accent est un syncrétisme résoluble en « hauteur de la voix, éclat de la voix et durée subjective (protensité)158 », il n’en va pas de même pour le plan du contenu. Si nous adoptons l’hypothèse hjelmslevienne de l’identité de la forme dans les deux plans, nous pouvons avancer les propositions suivantes : (i) l’intensité ne pose pas de problème si nous admettons à la suite de Cassirer :

  • 159 Cassirer (1986, p. 100).

[que l’impression sensible] s’affirme et se confirme par la simple intensité de sa présence, par l’impression irrésistible qui l’impose à la conscience159.

9(ii) la longueur peut être renvoyée à ce que Cassirer appelle le « processus d’“accentuation” de l’existence » :

  • 160 Ibid., pp. 105 – 106.

(…) ce processus qui s’exprime dans la notion de sacré s’accomplit intégralement et ne cesse de toucher de nouveaux domaines et de nouveaux contenus de la conscience160.

  • 161 « C’est du rapprochement en quelque sorte fortuit des deux termes qu’a jailli une lumière particul (...)
  • 162 « Le seul noyau un peu ferme qui semble nous rester pour définir le mana est l’impression d’extrao (...)

10Ce devenir est conforme à la structure générale bipolaire de l’extensité laquelle est fondée sur la tension entre le /concentré/ et le /diffus/, entre le /concentré/ qui abrège la durée et le /diffus/ qui l’allonge, (iii) bien plus épineuse est la question de la fréquence, puisque cette catégorie ne présente pas de correspondance immédiate. Le traitement de la hauteur de la voix par Jakobson fait appel à la notion de fréquence. Sur cette base, la fréquence peut être rapprochée de la notion de rareté : l’événement relèverait de la rareté si l’on en croit ceux qui ont abordé ce point : le thaumazein des penseurs grecs, le sublime pour Longin, l’admirable pour Descartes, le bizarre pour Baudelaire, le fortuit pour Breton161 l’insolite pour Cassirer162. Cette correspondance supposée valide, l’événement devient un accent dans le plan du contenu, dans l’exacte mesure où l’accent devient un événement dans le plan de l’expression. Dans le second volume de La Philosophie des formes symboliques intitulé La Conscience mythique, Cassirer envisage en ces termes la verbalisation de l’affect :

  • 163 Ibid., p. 104.

Le mana et le tabou ne servent pas à désigner certaines classes d’objets ; ils ne font que présenter l’accent particulier que la conscience magique et mythique met sur les objets163.

11L’affect lui-même est identifié à l’interjection :

  • 164 Ibid.

Il s’agit, dans ces deux notions, [le mana et le tabou] de ce qu’on pourrait appeler des interjections primaires de la conscience164.

12À partir de cette reconnaissance de la centralité de l’affect-événement, un point de vue devient accessible à partir duquel la verbalisation de l’affect et la sensibilisation du verbe entrent en réciprocité l’une à l’égard de l’autre.

13Les remarques qui précèdent concernent le métalangage. Nous devons maintenant envisager des sémiotiques dont le plan de l’expression est bien caractérisé. Nous examinerons d’abord l’analyse exemplaire de l’art de la Renaissance et de l’art baroque par Wölfflin. Concrètement il s’agit d’évaluer la part qui revient au mode d’efficience dans la réflexion de Wölfflin.

Notes

150 Le terme d’“efficience” est emprunté à Cassirer : « Car toute réalité effective que nous saisissons est moins, dans sa forme primitive, celle d’un monde précis de choses, érigé en face de nous, que la certitude d’une efficience vivante, éprouvée par nous » in Cassirer (1988, p. 90).

151 Voir Cl. Zilberberg (2011, pp. 10 – 16 & pp. 145 – 147).

152 « “Être” pour une pensée, c’est gagner à la course — comme le spermatozoïde qui sera élu. Ainsi la vitesse est un facteur d’existence » in Valéry (1973, p. 1091).

153 « La conscience pure nous apparaîtra comme une puissance d’attente et de guet, (…) » in Bachelard (1993, p. VI).

154 « Nous ne sommes qu’attente et détente » in Cahiers (1973, p. 1272).

155 Valéry (1974, p. 322).

156 Valéry (1973, p. 1168).

157 Deleuze (1990, p. 218).

158 Jakobson (1963, p. 121).

159 Cassirer (1986, p. 100).

160 Ibid., pp. 105 – 106.

161 « C’est du rapprochement en quelque sorte fortuit des deux termes qu’a jailli une lumière particulière, lumière de l’image, à laquelle nous nous montrons infiniment sensibles » in Breton (1963, p. 51).

162 « Le seul noyau un peu ferme qui semble nous rester pour définir le mana est l’impression d’extraordinaire, d’inhabituel et d’insolite. L’essentiel ici n’est pas ce qui porte cette détermination, mais cette détermination même, ce caractère d’insolite » in Cassirer (1986, p. 103).

163 Ibid., p. 104.

164 Ibid.

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search