Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Deuxième partie : note sur la structure des paradigmes

15. Pour finir

Texte intégral

1Nous aimerions prévenir une objection qui se réclamerait de cette analyse de La Fontaine due à Fontanier :

[Ce charlatan] se vantait d’être
En éloquence un si grand maître,
Qu’il rendrait disert un badaud,
Un manant, un rustre, un lourdaud ;
Oui, messieurs, un lourdaud, un animal, un âne ;
Que l’on m’amène un âne, un âne renforcé,
Je le rendrai maître passé,
Et veux qu’il porte la soutane.

2Et Fontanier de préciser :

  • 147 Fontanier (1968, p. 334).

Quoi de plus charmant, en effet que cette Gradation ! comme elle est vive et pressée, et comme elle arrive tout-à-coup à son dernier degré147 !

3Tout en soulignant la prégnance du tempo et du survenir, cette affirmation contredit apparemment notre hypothèse. Nous estimons toutefois qu’il n’en est rien dans la mesure où notre propos porte sur la place du tempo dans le système, tandis que le propos de Fontanier concerne, nous semble-t-il, l’entretien d’un tempo soutenu dans le procès.

4En raison de la primauté qu’elle a accordée à la narrativité proppienne, la sémiotique a insisté explicitement sur la liquidation du manque et implicitement sur la proscription de l’excès, que l’on peut catégoriser comme un manque de mesure. Par ailleurs, du point de vue épistémologique, la sémiotique a fait sienne la relation entre le système et le procès telle que la conçoit Hjelmslev dans les Prolégomènes, à savoir que le procès est respectueux des contraintes et des limites posées par le système. Toutefois, dans certaines situations-conditions, le procès peut excéder le système en manifestant une grandeur que le système avait exclue ou bien en décalant un paradigme. La concession subvertit l’ordonnance du paradigme en projetant un au-delà de ce paradigme, par exemple en actualisant l’insuffisance de l’excès, comme le fait Bachelard dans ce passage :

  • 148 Bachelard (1988, p. 26).

Alors tout est positif. Le lent n’est pas du rapide freiné. Le lent imaginé veut aussi son excès. Le lent est imaginé dans une exagération de la lenteur et l’être imaginant jouit non pas de la lenteur, mais de l’exagération du ralentissement148.

5Fontanier dénomme « paradoxisme » cette figure et la commente en ces termes :

  • 149 Fontanier (1968, p. 137).

[les mots rapprochés] frappent l’intelligence par le plus étonnant accord, et produisent le sens le plus vrai, comme le plus profond et le plus énergique149.

6Pourvoyeuse d’éclat, la concession étaye la fiducie, fortifie la tonicité et accroît la profondeur paradigmatique. Soit :

Notes

147 Fontanier (1968, p. 334).

148 Bachelard (1988, p. 26).

149 Fontanier (1968, p. 137).

Table des illustrations

Légende [septembre 2009]
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search