Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Deuxième partie : note sur la structure des paradigmes

13. Dualité des modèles

Texte intégral

1Le modèle immanent à la démarche saussurienne sur lequel nous nous sommes appuyé subordonne la valeur au nombre d’interdépendances relevées. La maxime de Saussure : « Faisant partie d’un système, il est revêtu non seulement d’une signification, mais aussi et surtout d’une valeur, » prend tout son sens si l’on définit la « signification » par la virtualisation des dépendances afférentes à l’appartenance à un système. Si ce nombre des dépendances est élevé, le contenu s’éloigne d’autant de la généricité à l’avantage de la spécificité, soit graphiquement :

2Cette dépendance du sens à l’égard du nombre n’est pas la seule. Dans le texte intitulé De la consistance, nous avons proposé un modèle à quatre termes fonctionnant également, sans que nous l’ayons visé, comme un quatrain régulier. Nous l’envisagerons à partir d’un exemple scolaire :

3L’analogie de ce système avec un quatrain s’établit ainsi : si le quatrain poétique retient deux qualités : le genre de la rime articulé selon [masculin vs féminin] et la richesse, le modèle de la matrice retient lui la quantité tonique [élevée vs faible] ainsi que la position sur un continuum articulée selon [médiane vs extrémale]. Dans notre exemple, cette présentation, que nous avons désignée comme une matrice, fait “rimer” d’une part /minuscule/ et /immense/ au titre de sur-contraires, d’autre part /petit/ et /grand/ au titre de sous-contraires. Dans les Cahiers, Valéry illustre ainsi ce système :

  • 136 Valéry (1974, p. 1368).

Le monde ne vaut que par les extrêmes et ne dure que par les moyens. Il ne vaut que par les ultras et ne dure que par les modérés136.

4Mais cette structure, qui a pour assiette l’identité des positions sur le continuum, n ‘ est pas la seule possibilité ; un autre arrangement est possible qui se fonde sur l’attribution de l’accent : [(s1 + s2) vs (s3 + s4)] ; dans ce cas les grandeurs atones [s1] et [s2] au titre de sur-contraires contrastent avec les grandeurs toniques [s3] et [s4]. Ainsi nous disposons en l’état actuel de deux modèles : un modèle diagrammatique, lequel propose un chemin, c’est-à-dire une certaine distance, et des opérations simples permettant de se rendre d’un point à un autre, puisqu’elles sont constituées d’augmentations et de diminutions, et un modèle matriciel lequel attribue à chaque terme une identité suffisante.

5La pertinence de cette dualité est double : (i) le modèle diagrammatique, adossé au texte de Saussure, est une analytique du même, l’aboutissement d’un jalonnement plus ou moins serré, tandis que le modèle matriciel traite l’altérité ; (ii) le modèle matriciel permet de générer des termes complexes, notamment des termes concessifs appréciés :

  • 137 Pascal (1954, pp. 1105 – 1113).
  • 138 Bachelard, 1981.

6Un lecteur de Pascal a tôt fait de reconnaître dans les combinaisons 2 et 3 les thèmes conjoints de l’« infini de grandeur » et l’« infini de petitesse », à savoir que, pour décrire avec une force perlocuoire la /grandeur/, Pascal fait appel au lexique de la /petitesse/ dans l’exacte mesure où pour décrire la /petitesse/ il fait appel au lexique de la /grandeur/137. Nous en dirons autant à propos du thème de l’« immensité intime » dans la Poétique de l’espace de Bachelard138. Il est clair que ces quatre combinaisons ne véhiculent pas les mêmes valeurs tensives : les combinaisons 2 et 3, indubitablement concessives puisqu’elles mélangent des grandeurs que la doxa tient pour inconciliables, sont de l’ordre de l’événement et de la détonation, au principe de cette « différentielle de nouveauté » que Bachelard exigeait de l’écrivain. Et l’on comprend en retour que les théoriciens clairvoyants de la rime poétique aient stigmatisé les rimes sémantiquement proches, puisque c’est également le tort des combinaisons 1 et 4. Ces dernières peuvent être rédimées si elles sont prises en charge, sous condition expresse de lenteur, c’est-à-dire de patience pour le sujet, par le modèle diagrammatique, c’est-à-dire le modèle ayant justement vocation à s’avancer dans l’univers spécial de la nuance, du camaïeu, du « dégradé ineffable ».

Notes

136 Valéry (1974, p. 1368).

137 Pascal (1954, pp. 1105 – 1113).

138 Bachelard, 1981.

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search