Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Deuxième partie : note sur la structure des paradigmes

12. Analytique de la décadence et de l’ascendance tensives

Texte intégral

1Revenons à notre système de la tonicité. Plus compliqué, il requiert deux fois trois composantes. Afin de ménager la continuité de la lecture, nous reprenons les analyses présentées dans La structure tensive. Établissons-en d’abord le lexique :

retrait = a1

ajout = a2

d’au moins = b1

plus d’un = b2

un moins = c1

un plus = c2

2Sous cette convention simple, nous pouvons établir la formule des opérations élémentaires que nous avons reconnues :

3pour l’ascendance :

amorce :

retrait d’au moins un moins →

a1 b1 c1

progression :

retrait de plus d’un moins →

a1 b2 c1

amplification :

ajout d’au moins un plus →

a2 b1 c2

saturation :

ajout de plus d’un plus →

a2 b2 c2

4pour la décadence :

modération :

retrait d’au moins un plus →

a1 b1 c2

diminution :

retrait de plus d’un plus →

a1 b2 c2

réduction :

ajout d’au moins un moins →

a2 b1 c1

exténuation :

ajout de plus d’un moins →

a2 b2 c1

5Nous sommes en mesure de dégager un certain nombre de “rimes” intensives à partir de leurs formules tensives. L’appariement suppose l’efficience de deux principes : (i) le couplage se fait à quantité égale, ou ce qui revient au même : à tempo égal ; concrètement, la grandeur [b] doit être identique pour chacun des termes du couple ; (ii) comme pour la rime poétique, c’est la grandeur [c] qui en position terminale fixe la pertinence. Soit maintenant :

6L‘intégration diagrammatique se présente ainsi :

7Ce diagramme établit à vue la complexité des unités traitées, mais cette complexité n’est pas simplement constatée, mais déduite de la nature même de l’objet sémiotique, à savoir sa vocation à manifester une intersection :

  • 131 Hjelmslev (1971, p. 36).

Les “objets” du réalisme naïf se réduisent alors à des points d’intersection de ces faisceaux de rapports ; cela veut dire qu’eux seuls permettent une description des objets qui ne peuvent être scientifiquement définis et compris que de cette manière131.

8En nous fondant sur la convergence entre l’analyse, la définition au titre des opérations et la complexité au titre des grandeurs traitées, nous pouvons revenir aux définitions tensives des grandeurs constitutives de notre paradigme de référence :

avoir peur ≈

moderation de la non-peur
+
amorce de la peur

apprehender ≈

diminution de la non-peur
+
progression de la peur

craindre ≈

reduction de la non-peur
+
amplification de la peur

redouter ≈

extenuation de la non-peur
+
saturation de la peur

  • 132 Nous empruntons ce balancement au fragment suivant des Cahiers de Valéry :
    « Notion des retards.
    Ce (...)
  • 133 « La Gradation consiste à présenter une suite d’idées ou de sentiments dans un ordre tel que ce qu (...)

9Il reste à envisager la concordance entre les définitions “romanesques” des dictionnaires et les définitions “algébriques” propres à l’hypothèse tensive. Les limites de ce rapprochement sont manifestes : l’hypothèse tensive se donne un nombre limité de termes en principe interdéfinis et vise une homogénéité aussi consistante que possible ; les dictionnaires n’ignorent pas complètement l’interdéfinition, mais ils la réduisent à la seule mention des synonymes. Pour indiquer que l’entreprise n’est pas tout à fait désespérée, nous envisagerons le terme atone de la série ascendante “amorce” ; il ne paraît pas exorbitant de le mettre en relation avec le syntagme “prise de conscience” dans la définition du Petit Robert ; ce syntagme inchoatif est en résonance avec le terme atone de la série ascendante “amorce”, reçu à son tour même comme “retrait d’au moins un moins”, comme si cette définition apportait une réponse à la question : comment enclencher une dynamique ? et de fait la définition d’“amorce” est bien “manière d’entamer, de commencer” Dans ces conditions, la définition du dictionnaire se présente comme un syncrétisme résoluble, justement résolu par la définition tensive. Le terme suivant /craindre/ comporte deux traits opératoires ; (i) il installe l’actualisation, équilibre instable entre le déjà et le pas encore132 ; (ii) il restaure la chronologie en rétablissant la liaison d’antécédent à subséquent brouillée dans /avoir peur/” ; Le troisième terme /appréhender/ porte l’actualisation à un degré supérieur, ou « enchérit » comme le demande Fontanier dans l’article qu’il consacre à la “gradation” syntagmatique133 ; le dernier terme /redouter/ traite l’objet et sature la série ascendante amorcée par /avoir peur/ : dangereux, nuisible → menaçant → très menaçant. Du point de vue analytique, l’ascendance projette dans la chaîne une suite ordonnée de superlatifs, laquelle, pour emprunter à Fontanier, sa formule, « fortifie les traits » en capitalisant le précédent dans le suivant.

10La relation entre l’hypothèse tensive et le fonctionnement du carré sémiotique peut être précisée. Trois différences doivent, nous semble-t-il, être retenues : (i) le carré sémiotique traite de la seule syntaxe intensive, celle qui procède par augmentation(s) et diminution(s) et ne prend pas en compte les opérations de tri et de mélange afférentes à la syntaxe extensive ; (ii) tous les termes dans l’hypothèse tensive sont — on vient de le voir — complexes sous une condition, à savoir que la valence d’une des composantes puisse être nulle ; (iii) selon le carré sémiotique, les devenirs sont successifs : la non-peur doit d’abord être défaite, et c’est ensuite seulement que la peur “s’épanouit” ; on le sait : le carré sémiotique traite cet enchaînement comme une implication. Selon les termes de l’hypothèse tensive, il en va différemment : une grandeur tensive est le lieu d’ajustement de deux valences dont le produit mental tendrait vers la constance, soit par exemple :

modération x amorce ≈ diminution x progression

  • 134 Hjelmslev (1971, p. 28).

11Cette constance, pour l’instant seulement entrevue, rend compte de deux énigmes : l’inter dépendance et la définition hjelmslevienne de la structure : (i) cette hypothèse du produit laisse entendre que les deux grandeurs sont liées l’une à l’autre par une corrélation inverse : l’accroissement de l’une entraîne, éventuellement avec retard, la décroissance de l’autre ; les devenirs ne sont plus successifs comme dans le cas du carré sémiotique, mais synchrones, et la dépendance n’est pas seulement positionnelle, mais active, effective, c’est-à-dire produisant des effets manifestes ; (ii) cette interdépendance, profondément régulatrice, inspire la définition de la structure avancée par Hjelmslev : « une entité autonome de dépendances internes134. » La constance, la corrélation inverse comme modèle relationnel et le produit comme modèle d’intelligibilité sont manifestement des caractéristiques de notre “machine à vivre”, et cette dépendance des concepts majeurs de la théorie sémiotique à l’égard des modalités de notre présence au monde apparaît fort raisonnable. En concordance avec l’hypothèse selon laquelle une grandeur sémiotique serait d’abord un produit, la valeur n’est pas sans ressemblance avec la notion de quotient qui fournit au sujet un intervalle à mesurer d’abord, à situer ensuite, une fois l’orientation tensive ascendante ou décadente reconnue.

12Envisager les termes comme des « intersections » tendues, susceptibles de renversement, n’est pas sans conséquence pour le sujet contraint de se diviser ; par exemple, le sujet craintif est-il plutôt un sujet sensible à la décadence croissante de la non-peur, ou plutôt un sujet sensible à l’ascendance de la peur ? un sujet qui reste confiant en constatant que sa résolution n’est que légèrement diminuée ? ou bien un sujet mesurant, à l’instar de nombreux personnages dans les nouvelles de Maupassant, le progrès intime et irréfrénable de la peur ? Ce disant, nous retrouvons par d’autres voies une intuition de Greimas :

  • 135 Greimas (1983, p. 102).

On dira plutôt que les sujets d’état sont par définition des sujets inquiets et les sujets de faire des sujets velléitaires135.

13L’ambivalence des structures tensives est soldée par ces oscillations que les sujets subissent sans bien les démêler.

Notes

131 Hjelmslev (1971, p. 36).

132 Nous empruntons ce balancement au fragment suivant des Cahiers de Valéry :
« Notion des retards.
Ce qui est (déjà) n’est pas (encore) – voici la Surprise.
Ce qui n’est pas (encore) est (déjà) – voilà l’attente. »
in Valéry (1973, p. 1290).

133 « La Gradation consiste à présenter une suite d’idées ou de sentiments dans un ordre tel que ce qui suit dise toujours ou peu plus ou un peu moins que ce qui précède, selon que la progression est ascendante ou descendante » in Fontanier (1968, p. 333).

134 Hjelmslev (1971, p. 28).

135 Greimas (1983, p. 102).

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search