Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Deuxième partie : note sur la structure des paradigmes

11. Poésie et systématicité

Texte intégral

1Nous aimerions maintenant montrer que les deux principes structurants mentionnés : (i) la récursivité des structures qui permet de comprendre que l’étendu soit à l’image du local, que, comme on vient de le voir, le jeu de l’« élan » et de la « retombée » soit à la fois localisé et délocalisé ; (ii) la prévalence de la dimension de l’intensité, tantôt en vertu du tempo, tantôt en vertu de la tonicité, est pertinente pour d’autres pratiques que celles que nous avons envisagées. Le domaine reconnu est celui de la forme poétique propre à la poésie française à travers la rime “française” et le sonnet “français” dit régulier.

2L’écrit à visée littéraire se partage, selon des modalités variables, entre poésie et prose, entre la prose, procédant par « sauts et gambades », et la poésie tenue de respecter des formes dites fixes ; bien entendu les poètes, notamment au XIXe siècle, se sont efforcé de détendre cette opposition en introduisant le vers dit libre et en promouvant tantôt le poème en prose, tantôt une prose dite poétique. Parmi ces contraintes que le poète était tenu de respecter, la rime occupe une place tout à fait considérable, tellement que s’interroger sur la systématicité de la poésie revient à s’interroger sur la systématicité de la rime française.

3L’analyse consensuelle de la rime retient deux dimensions : (i) la richesse dans le plan de l’expression ; l’analyse courante distingue deux degrés de richesse : la rime riche ou léonine et la rime pauvre ; (ii) pour la seconde dimension, laquelle intervient elle dans les deux plans, nous empruntons à Mallarmé, incomparable analyste du vers français, le terme d’éclat :

  • 130 Mallarmé (1953, pp. 182 – 183).

Le fait poétique lui-même consiste à grouper, rapidement, en un certain nombre de traits égaux, pour les ajuster, telles pensées lointaines autrement et éparses ; mais qui, cela éclate, riment ensemble130.

4Pour le plan de l’expression, les traités de versification stigmatisent par exemple le fait de faire rimer l’une avec l’autre des grandeurs composées des mêmes morphèmes comme, par exemple, deux adverbes se terminant par le suffixe “ment”. Deux rimes ainsi constituées manquent en somme d’éclat. Pour le plan du contenu, l’analyse courante de la rime identifie l’éclat à l’ampleur de la distance sémantique entre les grandeurs appelées à rimer, et le défaut d’éclat, la platitude même pour certains, à la trop grande proximité sémantique de ces mêmes grandeurs. Implicitement l’éclat est exigé dans les deux plans. La relation entre ces diverses possibilités est susceptible d’une interprétation tensive :

5Ce diagramme permet de dégager deux orientations : (i) si l’accent est placé sur la richesse phonétique de la rime, cela peut advenir aux dépens de l’éclat sémantique ; les vers seront irréprochables phonétiquement parlant, mais plats du point de vue sémantique ; (ii) si l’accent porte sur la recherche de l’éclat de sens, cela peut advenir aux dépens de la richesse de la rime laquelle peut régresser jusqu’à l’assonance ou même quasiment disparaître au profit de l’allitération dans l’espace du vers — allitération que Mallarmé recommandait de dissimuler.

6La relation entre le sonnet, qui domine et de loin la production française, et la rime a été mal comprise. Elle a été pensée, à l’exception de quelques-uns (Malherbe, Lamartine, Banville, Valéry, Aragon) comme une injonction formelle sans incidence sur le sémantisme. De notre point de vue, il convient de renverser l’ordre des données : il ne faut pas partir du sonnet pour aller vers la rime, mais partir de la rime comme intersection de la richesse et de l’éclat pour aller vers le sonnet. Ce dernier est une amplification de la structure immanente à la rime : (i) la recherche de la richesse conduit à taxer de pauvre la rime suffisante ; (ii) l’éclat est satisfait à moindres frais par l’alternance entre rimes dites masculines et rimes dites féminines, même si très fréquemment ces dernières sont seulement “pour l’œil” : en effet, sont féminines en toute rigueur les rimes terminées par une consonne prononcée et non pas, comme il est répété à l’envi, les rimes terminées par la voyelle /e/. Cette structure est le fait des quatrains pour le sonnet dit régulier, mais quelques poètes, et non des moindres, ont excédé cette limite : ainsi Ronsard dans un sonnet dont nous reproduisons le double système des rimes, en fin de vers et pour certains vers à l’hémistiche (nous les portons en italiques) :

Q1

Q2

T1

T2

la rose

repose

nouveauté

pleurs

fleur

d’odeur

beauté

fleurs

couleur

ardeur

tuée – reposes

mort – roses

pleurs – l’arrose

meurt – déclose

7Ce sonnet joue ainsi sur trois rimes seulement. Pour l’oreille, les rimes des quatrains sont féminines ; sont masculines malgré leur suffixe les rimes du distique, c’est-à-dire les rimes des vers 9 et 10. Mais c’est Mallarmé qui, avec le sonnet dit des “x”, a poussé le plus loin cette recherche :

onyx

ptyx

or

encor

lampadophore

sonore

décor

se fixe

Phénix

Styx

nixe

septuor

amphore

s’honore

8Pour l’œil, les rimes masculines dans les quatrains deviennent féminines dans les tercets et vice-versa. La tension entre deux couples de rimes, loin de se limiter à un quatrain, sature le sonnet tout entier. Là encore, une structure en principe locale est changée en structure étendue.

9Les différents modèles que nous venons de survoler présentent une analogie forte :

Notes

130 Mallarmé (1953, pp. 182 – 183).

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search