Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Deuxième partie : note sur la structure des paradigmes

10. Tempo et contrôle du sens

Texte intégral

  • 128 L’adjectif “modal” est à rattacher ici non pas à la “modalité”, mais au mode linguistique.

1L’autorité du tempo n’est pas décalquée de la pratique musicale qui nous présente un chef d’orchestre veillant à ce que l’orchestre respecte scrupuleusement le tempo exigé par le compositeur. C’est par l’intercession des catégories modales128 que le tempo exerce son autorité sur le sens. Afin de rendre compte de l’état du champ de présence à un moment donné, nous avons avancé l’hypothèse que le contenu de ce champ de présence était, sous bénéfice d’inventaire, l’aboutissant du concours de trois modes : le mode d’efficience, le mode d’existence et le mode de jonction. Le premier mode mentionné, le mode d’efficience, oppose le tempo élevé du survenir à la lenteur du parvenir, l’événement à l’exercice, la surprise à la routine. Le survenir comme tel étant par nature imprévisible et intermittent, si aucun événement ne survient, le sujet se porte vers le parvenir lequel ajuste raisonnablement des fins et des moyens, des objectifs et des recettes éprouvées. Ce mode est plutôt objectal puisqu’il voit telle grandeur envahir le champ de présence, ou au contraire s’en échapper subitement.

2Le second mode, le mode d’existence, oppose la saisie et la visée. La saisie est ici plutôt le saisissement qui voit le sujet ému, touché, perdre pied :

  • 129 Valéry (1973, p. 1268).

La surprise est la cessation brusque d’un régime permanent = un coup de bélier. La prévision immédiate continuelle est déjouée. Le moi n’avait rien préparé — le moi organe des commencements, des préparations, des mises en train est devancé129.

3Le surgissement de l’événement découvre au sujet son « manque de proportion », son déficit définitif ; il fait sans ménagement connaître au sujet la limitation qu’il ignore et qui pourtant le constitue. Sous ces préalables, le mode d’existence est plutôt subjectal.

4Le troisième mode, le mode de jonction, oppose la concession à l’implication, le bien que au parce que. Factuelle, subite, brutale, la concession désavoue la légalité fiduciaire, la solidité réitérée des diverses dépendances qui “tapissent” le champ de présence. La concession est comme l’accusé de réception de l’événement et, sanctionnant l’événement comme une intrusion, elle marque ainsi l’hétérogénéité nouvelle du champ de présence. Le tempo n’est pas un ornement, mais un principe structurant. Soit graphiquement :

Notes

128 L’adjectif “modal” est à rattacher ici non pas à la “modalité”, mais au mode linguistique.

129 Valéry (1973, p. 1268).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search