Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Deuxième partie : note sur la structure des paradigmes

9. Dynamique des valeurs systémiques

Texte intégral

  • 120 Saussure (1962, pp. 60 – 95).

1Nous venons de reconnaître l’une des finalités d’un système validé, à savoir la possibilité de se déplacer “horizontalement” selon les deux modalités de l’ascendance et de la décadence, déplacement que nous désignons nous-mêmes comme la traversée du paradigme. Est-ce la seule finalité ? S’il est bien constitué, un système permet également de se déplacer “verticalement” de haut en bas, du haut, c’est-à-dire l’étendu, vers le bas, c’est-à-dire le local. Pour entrevoir la portée de cette proposition, il convient de la rapporter à des tentatives du même ordre. La première concerne l’effort de Saussure dans les Principes de phonologie120 pour formuler à partir du couple [implosion vs explosion] des propriétés proprement syllabiques d’étendue augmentée. Comme nous en avons fait état à différentes reprises, nous n’insisterons pas.

  • 121 Brelet (1949).

2Une entreprise moins connue est due à la musicologue G. Brelet dans son beau livre : Le temps musical121. Dans le chapitre qu’elle consacre au rythme, elle retient comme incréments basiques : le posé (thésis) et le levé (arsis) ; selon la terminologie courante, le posé correspond au temps fort, le levé au temps faible. Cependant, le mérite de G. Brelet consiste à ne pas se satisfaire de cette mise en place admise. La raison ? parce que cette mise en place n’apporte pas de réponse à la question que s’est donnée G. Brelet : comment passer d’une hiérarchie au mouvement ? d’une morphologie à une syntaxe ? La réponse est telle : par une conversion des valences intensives, ici toniques, en valences temporelles :

  • 122 Ibid., p. 282.

L’opposition du posé au levé, ce n’est pas celle, brutale, du temps fort et du temps faible, mais l’énoncé discret d’une prédominance qualitative du temps métrique “pur” sur le temps métrique altéré. Le posé n’est pas en effet une sèche percussion, mais la prévalence d’une certaine zone temporelle où se trouve dégagée en sa pureté la forme essentielle du rythme122.

3L’avantage ? tandis que les grandeurs accentuelles sont contrastives, les grandeurs temporelles sont associatives et, à ce titre, elles permettent de projeter des grandeurs d’envergure inégale :

  • 123 Ibid., p. 284.

Ainsi finalement nous trouvons à la base même du rythme, de petits pas (la plus petite synthèse rythmique), faits chacun d’un départ et d’une arrivée, d’un élan et de sa retombée, petites unités formées de deux ou trois sons (ou syllabes) et qui, en s’emboîtant les unes dans les autres, donnent naissance aux incises, unités plus grandes qui, en se groupant, toujours en relation d’élan à retombée, forment progressivement les membres, les phrases, la période, faite elle-même comme le reconnaissaient jadis les Grecs, d’une grande protase et d’une grande apodose123.

4Les grandeurs ne diffèrent donc pas par leur structure, mais par leur étendue et leur sémiose : G. Brelet a soin de souligner elle-même la parenté systémique entre la musique et la langue, geste qui nous autorise nous-même à requalifier l’ascendance comme une « grande protase » et la décadence comme une « grande apodose » procédant l’une et l’autre par « échelons et paliers successifs ».

  • 124 Selon Valéry : « La vitesse de la pensée devrait être tenue comme aussi significative que celle de (...)

5Si la sous-dimension de la tonicité ressort comme garant inattendu de la structure hiérarchique, la sous-dimension du tempo répond de ce que nous désignerons, faute de mieux, comme la physionomie différentielle du sens. Alors que le tempo affecte l’être et le paraître des grandeurs au milieu et à l’aide desquelles nous circulons124, il serait bien étrange que le sens échappât à cette détermination par le tempo. Selon G. Brelet, c’est la texture musicale elle-même qui se plie à l’autorité du tempo :

  • 125 Brelet (1949, p. 378).

L’on peut dire que la rapidité du mouvement est en relation avec un rythme uniforme, simple, aisément perceptible, qu’elle exprime une harmonie simple elle aussi, sans trop d’irrégularités tonales et modales, ou encore une polyphonie sans grande complexité. Tout se passe comme si la vivacité devait remédier à une faible densité musicale, s’accorder au mouvement de l’attention qui glisse avec abandon et facilité sur des harmonies et des rythmes immédiatement intelligibles125.

6L’incidence de la vitesse sur le contenu est symétrique et inverse de celle de la lenteur :

  • 126 Ibid.

De la lenteur l’on peut dire inversement qu’elle est en rapport avec la complexité harmonique et rythmique, avec la densité musicale de l’œuvre, sa subtilité et sa richesse. Car le tempo lent nous donne tout loisir de nous attarder aux subtilités de la forme, d’en suivre pas à pas la sinueuse aventure, et de pénétrer en les profondeurs de l’harmonie126.

7Trois remarques s’imposent à nous : (i) cette détermination de la physionomie du sens par le tempo n’est pas de l’ordre de la nuance ; elle concerne la sémiose, c’est-à-dire la relation du plan de l’expression au plan du contenu, relation qui échappe ainsi à l’arbitraire et à la divagation, tant il est vrai que, si les niveaux ultimes de l’analyse débouchent sur l’arbitraire, il n’en va pas de même des niveaux supérieurs qui sont motivés, accordés, selon une mesure à déterminer, à notre “machine à vivre” : (ii) les propriétés du sens : du côté de l’objet, l’alternance entre densité faible et densité élevée ; du côté du sujet, l’alternance entre accessibilité immédiate et accessibilité différée, ces alternances sont au moins une partie du sens — et peut-être davantage ; (iii) eu égard à l’hypothèse centrale de la sémiotique tensive, à savoir la relation entre une mesure intensive, proprioceptive et un nombre extensif, extéroceptif, l’ouverture se situe concessivement du côté de la lenteur :

8À partir des fragments reproduits, la sémiose présente la configuration suivante :

plan du contenu

densité élevée →
subtilité →
compréhension différée

densité faible →
simplicité →
compréhension immédiate

plan de l’expression

lenteur

vitesse

9G. Brelet insiste sur un point : que le rythme soir rapide ou lent, les constituants du rythme ne sont pas définis par leur étendue : l’articulation [posé vs levé] est pertinente localement, mais également dans les phases les plus étendues : l’intervalle le plus petit a la même “image” que l’intervalle de plus grande envergure :

  • 127 Brelet (1949, p. 284).

De plus, dans le rythme la partie, “totale” comme aurait dit Leibniz, préfigure le tout et la synthèse totale des parties, car elle est, comme le tout, relation d’un élan à une retombée ou à un repos127.

10Les micro-structures et les macro-structures se ressemblent et nous accueillons cette persistance comme le garant de l’homogénéité.

Notes

120 Saussure (1962, pp. 60 – 95).

121 Brelet (1949).

122 Ibid., p. 282.

123 Ibid., p. 284.

124 Selon Valéry : « La vitesse de la pensée devrait être tenue comme aussi significative que celle de la lumière (laquelle a mis de 1675 à 1905) environ, pour être mise en valeur). Cette vitesse, propriété de la sensibilité, et qui est relative à d’autres perceptions, entre lesquelles elle se situe, — jouerait un rôle dans une vraie “théorie de la connaissance », Valéry (1973, p. 1100).

125 Brelet (1949, p. 378).

126 Ibid.

127 Brelet (1949, p. 284).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search