Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Deuxième partie : note sur la structure des paradigmes

8. Première approche

Texte intégral

1Les récurrences du plan de l’expression indiquent assez que les termes retenus « expriment des idées voisines ». Toutefois une première opération de tri permet de distinguer entre un principe de conservation garant de l’appartenance isotopique et un principe de renforcement garant du déplacement, c’est-à-dire de la non-synonymie. Pour le premier principe mentionné, nous notons : (i) la grandeur /avoir peur/ passe de définie à définissante, de même pour /craindre/ ; (ii) le /danger/ est attesté dans /avoir peur/, /craindre/ et /appréhender/, et par implication dans /redouter/ ; (iii) l’actualisation signifiée par /envisager/ est retenue dans /craindre/ et /appréhender/. Au titre du renforcement, plusieurs points sont à remarquer : (i) une série ascendante simple :

qqn ou qqc. → danger → menace

2(ii) /avoir peur/ avec le syntagme /prise de conscience/ est renvoyé à la saisie, /craindre/ et /appréhender/ à la visée, à l’actualisation, renforcement qui aboutit à la série ascendante :

prendre conscience → envisager → s’inquiéter par avance

3Ce paradigme n’est pas neutre : il présuppose que la rencontre avec autrui s’effectue au moins sous le signe de la méfiance ; (iii) le renforcement est explicité entre /appréhender/ et /redouter/.

4La composition de ces deux dynamiques aboutit à une série ascendante ayant pour assiette la distinction canonique propre à toute ascendante reconnue : [relèvement vs redoublement]

5La question qui se présente maintenant est double : est-il possible d’aller plus loin ? ensuite et à titre personnel les ascendantes notées peuvent-elles être décrites en recourant aux distinctions mises en avant dans les Éléments de grammaire tensive ? Si nous admettons que l’un des faire sémantiques consiste dans la traversée d’un paradigme établi, la reconnaissance du parcours menant de [s1 selon] à [non s1 parcours] la perspective greimassienne, ce peut être effectué selon la vitesse ou la lenteur. Compte tenu du fait que la lenteur est analytique, le parcours effectué selon la lenteur comportera davantage d’arrêts que le parcours effectué selon la rapidité. En vertu de l’homogénéité postulée, les Éléments de grammaire tensive, nous considérons que le relèvement et le redoublement participent du système figurant déjà dans la partie 4.5 de La structure tensive :

6On le voit : la méthode consiste à saisir une relation manifestée, explicite comme celle qui est indiquée, dans le dessein de formuler la différence entre “craindre” et “appréhender”, entre “craindre” et “redouter”, puis à l’étendre, en vertu d’une homogénéité risquée, aux autres grandeurs. Le postulat en vertu duquel les grandeurs sont “au fond” sérielles et orientées conduit à les concevoir comme des compteurs intimes, des mesureurs suffisants.

7La première constatation qui s’impose à nous concerne la complémentarité des notions de hiérarchie et d’analyse. Un niveau dominé analyse le niveau dominant : la notion d’ascendance est analysée par la mise en place aspectuelle du relèvement et du redoublement. À leur tour, ces notions de relèvement et de redoublement sont respectivement analysées par les couples [amorce-progression] et [amplification-saturation]. Enfin, ces notions sont résolubles en une combinaison syntaxique d’incréments, les uns positifs, les autres négatifs.

  • 117 Nous portons /diminuables/ entre guillemets parce que, si les dictionnaires retiennent /augmentabl (...)
  • 118 Selon Sémiotique 1 : « (…) le terme de “contradiction” désigne en même temps une relation entre de (...)

8Il reste à établir la pertinence de ces demandes. La solidarité de la morphologie et de la syntaxe est ici déterminante. Le paradigme examiné se présente du point de vue morpho logique comme l’analyse sémiotique d’un continuum orienté, un [from → to]. Comment (se) représenter cette intrication ? Soit le couple [V → non V], la question est simple : comment à partir de [V] “se rendre en” [non V] ? Le carré sémiotique suppose le problème résolu, autrement dit le carré sémiotique relève du questionnement. Nous supposons que [V] et [non V] sont des grandeurs, des entités complexes et discrètes : (i) au titre de la complexité, elles sont décomposables en incréments positifs et négatifs, en plus et en moins ; (ii) au titre de la discrétion, elles sont augmentables ou “diminuables”117, au gré. Selon la direction élue, ces incréments se présentent comme des plus et des moins qui interviennent tantôt comme des opérations, tantôt comme des objets118. Si, en sa singularité, l’hypothèse tensive suppose que [V] ne contient que des plus et [non V] que des moins, comment analyser le procès conduisant de tel état à l’état contraire ? En continuité avec ces demandes préalables, la décadence de [V] comporte plusieurs phases que nous imaginons ainsi : (i) si [V] ne contient que des plus, l’opération indubitablement prioritaire consiste dans le retrait d’au moins un plus, lequel met un terme à la plénitude de [V] ; au titre de la dénomination, de l’étiquette, nous dirons que nous sommes en présence de la modération ; (ii) pour que le procès ne s’en tienne pas arbitrairement là, pour que, en somme, nous soyons bien en présence d’une pause et non d’un arrêt, il convient d’admettre que cette opération puisse être réitérée ; nous concevons la diminution comme la possibilité du retrait de plus d’un plus. Le bilan, après ces deux phases constitutives de l’atténuation, se présente ainsi : il n’y a plus de plus et encore aucun moins. Afin de consolider l’actualisation de [non V] et la virtualisation corrélative de [V], il convient de fournir [non V] en moins.

  • 119 La catégorie de l’aspect a, si l’expression est permise, été confisquée par le verbe, mais il est (...)

9L’opération suivante concordant avec la visée décadente consiste dans l’ajout, lui aussi discrètement concessif, d’au moins un moins, opération que nous désignons comme une réduction. Cette dernière, comme la modération précédemment examinée, marque la possibilité d’une pause. La continuation119 de la décadence suppose le dépassement de la réduction, c’est-à-dire l’ajout de plus d’un moins, opération que nous désignons comme une exténuation. Si cette exténuation atteint le terme qu’elle vise : que des moins, la positivité postée en amont est virtualisée, la décadence est accomplie, la tonicité de la /non-peur/ dans notre diagramme est consommée.

Notes

117 Nous portons /diminuables/ entre guillemets parce que, si les dictionnaires retiennent /augmentables/, ils ignorent /diminuables/.

118 Selon Sémiotique 1 : « (…) le terme de “contradiction” désigne en même temps une relation entre deux termes, et la négation d’un terme qui provoque l’apparition de l’autre » in Greimas & Courtés (1979, p. 380).

119 La catégorie de l’aspect a, si l’expression est permise, été confisquée par le verbe, mais il est clair que dans une perspective dynamique, cette réservation est tout à fait arbitraire ; la généricité de l’aspect se présente à nous en ces termes : engagement → continuation → accomplissement. Pour reprendre une distinction fameuse due à M. Weber, l’éthique de conviction valorise et favorise l’/engagement/ et l’éthique de responsabilité l’/accomplissement/.

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search