Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Deuxième partie : note sur la structure des paradigmes

Note sur la structure des paradigmes

Texte intégral

Il cherche à placer convenablement cet excès et à vivre avec. Comment placer convenablement de l’excès ?
Michaux

1Ceux qui ont assisté aux séminaires de Greimas se souviennent sans doute de la question assez perfide qu’il adressait souvent à l’intervenant qui venait de conclure : Est-ce généralisable ? Cette question avait un effet immédiat sur l’intervenant, celui de le dérouter, de le rendre balbutiant : peut-être, je n’en sais rien, certainement pas… Je sentais confusément que cette question n’était pas loyale, mais sans être en mesure de dire exactement pourquoi. C’est d’ailleurs sans doute la raison pour laquelle je me souviens de cet épisode récurrent.

2Pourquoi cette question est-elle récusable et au moins prématurée ? Elle revient à projeter la rationalité propre aux sciences exactes, aux sciences de la matière, en un mot : la rationalité scientifique sur la rationalité sémiotique. Autrement dit, “derrière” la question se tenait un syllogisme implicite : la rationalité scientifique et la rationalité sémiotique sont grosso modo identiques, or la rationalité scientifique est reconnaissable à l’observance du critère de généralité ; donc la rationalité sémiotique doit être également contrainte par le critère de généralité. Dans ce raisonnement, c’est la majeure qui est fautive : la rationalité scientifique n’est pas la rationalité sémiotique, parce que son objet n’est ni la conservation, ni la répétition, ni la reproduction du même, mais une sémiotique des cultures, de la variation indéfinie, une sémiotique des singularités personnelles ou partagées. Cette quête de l’universel est même dénoncée par Hjelmslev comme une impasse :

  • 115 Hjelmslev (1971, p. 99).

Le vieux rêve d’un système universel de sons et d’un système universel de contenu (système de concepts) est de fait irréalisable, et n’aurait de toute façon aucune prise sur la réalité linguistique115.

3La visée de l’universel a été contaminée par le souci de l’exhaustivité. Cette demande est partie prenante du « principe d’empirisme » qui réunit l’exhaustivité, la non-contradiction et la simplicité. L’exhaustivité fait référence à un corpus donné, l’universalité à la totalité des corpus, c’est-à-dire en l’état actuel, à une chimère.

Notes

115 Hjelmslev (1971, p. 99).

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search