Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Première partie : la structure tensive

6. Pour finir

Texte intégral

1Dans nos propositions, un point pourrait prêter à confusion : la présence répétée du chiffre “trois”, qui pourrait donner à penser que notre intention est de substituer au binarisme un ternarisme ou un triadisme. Il n’en est rien. Ce chiffre “trois” vaut dans notre esprit comme “un plus deux”. Le terme “un” vaut comme régissant, les termes “deux” et “trois” comme régis. À propos des modes sémiotiques, le mode d’efficience contrôlant le survenir et le parvenir contrôle le mode d’existence et le mode de jonction. Pour la syntaxe tensive, la syntaxe jonctive, héritière du mode d’efficience, contrôle la syntaxe intensive de l’éclat et de la vacuité et la syntaxe extensive opérant par tri et mélange. Pour la sémantique tensive, nous pourrions reproduire le même raisonnement, mais nous préférons une démarche inductive plus adéquate. Si nous envisageons les sur-contraires toniques, il est clair qu’ils sont en concordance avec l’univers de la tragédie tel qu’il ressort dans la Poétique d’Aristote : les ressorts du cas tragique : le /suprême/, l’/exclusif/, le /stupéfiant/ sont là qui attendent qu’un sujet frappe à la porte, vise une valeur et, à son corps défendant, connaisse le saisissement qui mesure la profondeur de la concession qui l’affecte. L’événement, figure maîtresse du survenir, devient la réciproque du sujet.

2[décembre 2009]

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search