Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Première partie : la structure tensive

5. Les structures tensives

Texte intégral

1Les modes sémiotiques examinés en 3 nous apparaissent analogues aux indications musicales placées en tête d’une pièce de musique : adagio, andante, allegro, rubato, legato, majestuoso, etc. qui sont suprasegmentales : elles contrôlent telle étendue, et modales : elles sont pour l’exécutant de l’ordre du devoir-faire. Une hiérarchie bien faite distribuant des échelles, si les modes sémiotiques régissent des étendues importantes, ils se tiennent à distance des énoncés, d’où la nécessité de disposer de structures fines permettant de se tenir au plus près des énoncés. C’est la fonction que nous confions à la matrice.

5.1. LA MATRICE

2Si nous faisons état de la sémantique dite tensive, comment désigner la sémantique existante dont à certains titres elle se distingue ? La qualifier de sémantique structurale donnerait à penser que la sémantique tensive n’est pas structurale, ce qui n’est pas. La notion de style est ici précieuse et nous ferons état de deux styles structuraux, à l’image de la dualité stylistique étudiée par Wölfflin dans ses ouvrages : l’art classique et l’art baroque ont en vue la représentation, mais le « mode de présentation » diffère sensiblement d’un style à l’autre.

3La sémantique structurale, qui a donné à l’ouvrage de Greimas son titre, nous la désignons comme “phono-logique”, puisque la dette de Greimas dans Sémantique structurale, quand il entend poser les structures élémentaires de la signification, est d’abord à l’égard de l’œuvre de R. Jakobson et dans une moindre mesure à l’égard de celle de V. Brøndal. Pour poser les structures élémentaires de la signification, Greimas fait bien appel au plan de l’expression, mais c’est là son seul emprunt : les catégories suivantes seront tirées de la relecture de l’analyse du conte populaire de Propp. Pour l’essentiel, cette approche est binaire et contrastive ; en effet, si les termes complexe et neutre sont mentionnés, ils ne jouent aucun rôle dans la théorie. Les structures élémentaires de la signification, puisque c’est de cela dont il est question, constituent — par homogénéité et circularité — une sémiose qui a pour substance du contenu un continuum procurant des degrés et des limites plausibles :

s1.............s2.............s3............s4

4Les limites [s1] et [s4] sont des interruptions symétriques et inverses l’une de l’autre : en [s1] quelque chose, un je-ne-sais-quoi commence ; en [s4] quelque chose prend fin ; bien entendu, en vertu de la possibilité de la syntaxe jonctive dont il sera question plus loin, toute limite peut être excédée, c’est-à-dire qu’une limite, si les conditions sont réunies, peut être changée en degré, ce qui, eu égard à la problématique de cet essai, à savoir la sémiotisation de l’événement, représente un type d’événement. Les termes [s2] et [s3] sont de simples pauses.

  • 83 Zilberberg (2007, pp. 35 – 45).

5La question s’énonce ainsi : comment forcer le binarisme ? La question est loin d’être simple. Nous retenons à titre d’hypothèse que les termes signifient moins par ce qu’ils sont que par ce qu’ils font. La sémantique “phono-logique” l’admet pour passer de /s1/ à /non s1/, mais n’a pas de solution pour passer de /non s1/ à /s2/, à moins de recourir à une aspectualité pour ainsi dire transcendante qu’elle n’a pas eu la prudence de déclarer dans ses prémisses. La sémantique tensive retient trois ordres de prémisses qui, nous semble-t-il, n’ont rien d’exorbitant : (i) les dimensions et les sous-dimensions sont des continuum ascendants ou décadents83 ; (ii) les augmentations et les diminutions produites par le sujet énonçant sont sécables, c’est-à-dire susceptibles d’une pause ; l’augmentation peut être scindée en [relèvement + redoublement], la diminution en [atténuation + amenuisement] ; en 2.6 nous avons choisi de désigner ces quatre termes interdéfinis comme des modulations aspectuelles ; (iii) enfin nous accordons à la remarque suivante de Bachelard une portée sans doute plus grande que celle que lui-même lui accordait :

  • 84 Bachelard (1993, p. 144).

(…) on peut invoquer deux sortes de cas suivant que les contraires se dressent en une hostilité décisive ou qu’on a affaire à des contrariétés minimes84.

  • 85 « C’est une chose étrange que le Jour. Étrange, c’est-à-dire étrangère. Étrangère à la pensée, qui (...)

6Comment produire simplement les éléments de la structure de base ? Que signifie ici cet adverbe ? Deux choses : (i) que leur morphologie et leur syntaxe soient en concordance l’une avec l’autre ; (ii) que ces grandeurs, qui sont des grandeurs du contenu, c’est-à-dire pour nous des moyens, soient absolument évidentes et dignes de foi, ou encore selon une formule insigne de Valéry que nous osons adapter : qu’elles « mesurent [ou dénombrent] ce qu’elles manifestent et qu’elles manifestent ce qu’elles mesurent [ou dénombrent]85. »

7De là deux conséquences. La remarque-analyse de Bachelard, qui fait de la sensibilité le juge et l’arbitre de ce qui survient, nous procure la pertinence souhaitable :

8Bien que Cassirer n’hésite pas à accorder au sacré un « accent de sens », nous avons délibérément évité le couple [tonique vs atone], dans la mesure où nous le réservons à la formulation de la tonicité.

  • 86 « La raison qu’il [Malherbe] disait pourquoi il fallait plutôt rimer des mots éloignés que ceux qu (...)

9La seconde conséquence tient à un fait simple : pour caractériser, “personnaliser” chacun des membres d’un groupe de quatre termes, il convient de disposer de deux distinctions : nous désignons /s1/ et /s4/ comme des sur-contraires, et /s2/ et /s3/ comme des sous-contraires, distribution conforme à l’épistémologie du structuralisme qui veut que les termes d’une tétrade non seulement s’opposent deux à deux au titre de paires, mais s’opposent encore entre eux au sein de chaque paire, comme dans le quatrain rimé “à la française86” : les rimes masculines s’opposent dans le plan de l’expression aux rimes féminines, mais les unes et les autres en principe devaient encore s’opposer entre elles dans le plan du contenu, puisque le grand art voulait que l’on fît rimer entre eux des mots de sens contraire. La composition des deux distinctions mentionnées nous procure, à propos de la taille des objets, la matrice suivante :

10La matrice fournit aux modulations aspectuelles un plan de l’expression en quelque sorte interne :

11À partir des dénominations proposées, différentes relations sémantiques peuvent être envisagées. Si nous convenons de désigner le passage de la sous-contrariété à la sur-contrariété comme une conversion de signe et que nous pointions, par exemple, /s2/, c’est-à-dire le terme /petit/, trois relations simples de terme à terme peuvent être formulées : (i) la relation [s2 → s3] est une conversion de degré proche du superlatif grammatical et de la gradation rhétorique ; (ii) la relation [s2 → s4] est une conversion de degré puis de signe proche de la sublimation par son amplitude ; (iii) la relation [s2 → s1] est une double conversion de direction et de signe proche de l’hyperbole. Ces relations sémantiques ne sont donc étrangères ni à la grammaire ni à la rhétorique.

12Ici nous touchons sans doute à la problématique récurrente de l’identité structurale : pour qu’une grandeur soit définie, deux renvois sont nécessaires : un indice de classe, d’appartenance à un groupe, et un indice d’individualité. La structure élémentaire de la signification a donc un chiffre ou un titre : quatre, c’est-à-dire deux paires de grandeurs : deux sur-contraires : [s1] et [s4] et deux sous-contraires : [s2] et [s3]. Pour chaque paire, nous distinguons entre une grandeur que nous disons tonique et l’autre atone. Du point de vue, l’opposition [tonique vs atone] désigne tantôt les sub-valences attachées à la sous-dimension de la tonicité, tantôt un trait structural différentiel ou encore rhétorique, puisque la rhétorique tropologique s’attache selon Fontanier « aux élans impétueux d’un sentiment vif et subit de l’âme ; ». Sous ces conditions-précautions, nous produisons la matrice résultant de l’inter section du phorème de la direction et de la sous-dimension du tempo :

13La grandeur /précipité/, que le Micro-Robert définit comme “très rapide dans son allure, dans son rythme”, a pour indice de classe la tonicité et pour indice d’individualité son statut de sur-contraire qui le distingue de /vif/. L’attribution de l’indice de classe est conditionnelle : nous le concevons comme un « accent de sens » (Cassirer) dépendant de l’univers de discours considéré. Dans notre univers de discours, la vitesse est devenue une exigence impérieuse, mais dans un univers de discours où les « vies à forme lente et inexacte » prévaudraient, ce serait le /ralentissement/ qui recueillerait l’« accent de sens » et serait qualifié de /tonique/.

  • 87 Dans La Maison du Berger on lit :
    La distance et le temps sont vaincus. La science
    Trace autour de l (...)
  • 88 Cette mise en place suppose admise la prévalence de la vitesse dans la compréhension de nos vécus  (...)

14À la différence de la plupart des approches sémiotiques et sémiologiques, nous recevons la formulation d’une matrice comme la “moitié” du sens, puisque nous concevons le sens comme une « intersection ». Sous ce préalable, la matrice du tempo que nous venons de produire ne prend sens que si elle est croisée avec celle de la dimensionnalité de l’espace, ainsi que le quatrain “naïf” de Vigny l’énonçait déjà en son temps87, la distance et la dimension sont fonction de la vitesse88, c’est-à-dire que l’immensité discursive est en concordance tensive avec la lenteur, soit :

15Pour le second point, la segmentation d’un continuum est tributaire du nombre de la récursivité, et ce nombre varie selon le point de départ adopté : la contrariété forte ou la contrariété faible.

5.2. LA SYNTAXE TENSIVE

16La syntaxe tensive est singulière et de ce fait parfois malaisée à saisir et à formuler. En effet, si, du point de vue sémantique, il suffit de dire que les grandeurs reconnues s’opposent l’une à l’autre, pour la syntaxe tensive les grandeurs considérées se polarisent et se différencient en sorte que ces grandeurs solidaires du point de vue paradigmatique deviennent tour à tour l’opérante et l’autre l’opérée ; du point de vue discursif l’opérante est posée comme actant-sujet et l’opérée comme actant-objet. Ainsi, dans la mesure où l’intensité traite des augmentations et des diminutions, à la question : mais sur “quoi” portent ces augmentations et ces diminutions ? nous répondons : selon le cas, sur des augmentations et des diminutions. C’est encore plus net pour la dimension de l’extensité laquelle traite des tris et des mélanges : un mélange a pour objet soit un tri antérieur ou un mélange que le discours a dénoncé comme insuffisants. C’est moins net pour la syntaxe jonctive, mais en apparence seulement : le système concessif suivant : je sors bien qu’il pleuve affirme le déni du système causatif latent : on ne sort pas parce qu’il pleut, qui à son tour est circulairement dénié par le système concessif. Cette circularité concourt à la tenue de l’homogénéité.

5.2.1. La syntaxe jonctive

17La syntaxe jonctive procède donc selon le cas par implication ou par concession. Ce palier syntaxique s’est imposé à nous pour rendre compte de cette grandeur capitale pour le discours : l’événement. Nous dirons d’un mot que l’événement dans le plan du contenu a pour plan de l’expression la surprise et pour manifestante discursive préférentielle l’exclamation que Fontanier décrit ainsi :

  • 89 Fontanier (1968, p. 370).

L’Exclamation a lieu lorsqu’on abandonne tout-à-coup le discours ordinaire pour se livrer aux élans impétueux d’un sentiment vif et subit de l’âme89.

18Le même Fontanier évoque une figure rarement mentionnée : l’abruption qui semble cor respondra à un micro-événement

  • 90 Ibid., p. 342.

Ensuite le nom d’Abruption convient mieux que tout autre, sans doute, à la figure que nous avons ici en vue. Ce nom exprime assez bien, si je ne me trompe, ce qu’on peut entendre par passage brusque, imprévu, par passage ex abrupto. Or, il s’agit précisément de désigner une figure par laquelle on ôte les transitions d’usage entre les parties d’un dialogue, ou avant un discours direct, afin d’en rendre l’exposition plus animée et plus intéressante90.

  • 91 Zilberberg, Pour saluer l’événement, NAS (http://revues.unilim.fr:nas/).

19Nous avons établi ailleurs la dépendance de l’événement à l’égard de la concession91, et son couplage avec l’exercice, ce non-événement, ce qui nous a permis de produire le graphique suivant :

20La syntaxe jonctive a pour objets les corrélations établies par la syntaxe intensive et la syntaxe extensive. Dans le premier cas, si, par exemple, deux augmentations sont corrélées ensemble par une implication admise, la syntaxe jonctive, si elle intervient, interviendra en confiant l’implicative causale à la proposition subordonnée concessive et placera la diminution ou l’augmentation ainsi découvertes dans la proposition principale. Il en ira de même à propos de la syntaxe extensive qui porte sur les tris et les mélanges.

21On aura déjà compris que, toutes choses étant égales, les énoncés concessifs l’emportent en fascination sur les énoncés implicatifs. Pour l’illustrer, nous ferons appel à Tocqueville. Dans le chapitre XI du second livre de De la démocratie en Amérique, qui traite de la relation entre la « perfection » des objets et le régime social, nous relevons le paradoxe suivant : si nous adoptons comme clef interrogative la relation entre le faire et l’être, nous pouvons dire que sans rien faire, en se contentant d’être « au point de grandeur où elle est placée », l’aristocratie demeure conjointe à la valeur en l’acception courante du terme. La relation de la bourgeoisie à la valeur est symétrique et inverse : la bourgeoisie est active, entreprenante et industrieuse et pourtant sa relation à la valeur est moins étroite, puisqu’elle se contente d’« objets imparfaits ». Le ne-rien-faire aristocratique est affirmatif, tandis que le savoir-faire et le vouloir-faire démocratiques sont déceptifs. Au titre de la syntaxe jonctive, le traitement de la valeur dans ce chapitre relève d’une double concession.

22Dans la mesure où elle est, comme il a déjà été dit, impliquée, il est malaisé de présenter la syntaxe jonctive pour elle-même. Nous adopterons une méthode inductive à partir d’un exemple heuristique emprunté à la sous-dimension de l’espace. L’intersection du phorème de la “direction” et l’aspectualisation de la tension [ouvert vs fermé] aboutit à la matrice suivante :

23À partir de cette mise en place paradigmatique, nous procédons à sa dynamisation, c’est-à-dire à la projection des syntagmes élémentaires obtenus par rabattement des sous-contraires les uns sur les autres, une première fois comme grandeurs verbales opérantes [a1] et [b1], une seconde fois comme grandeurs nominales opérées [a2] et [b2], c’est-à-dire selon la terminologie de Greimas, une fois comme “terme”, une fois comme “opération” ; afin de souligner les parentés structurales, nous attribuons à chaque grandeur un indice naïf :

24La donnée qui prévient toutes les autres, c’est le fait que nous dégagions d’une part des syntagmes réflexifs ] [a1/a2] et [b1/b2], d’autre part des syntagmes transitifs : [b1/a2] et [a1/b2] ; nous recevons cette polarité ordinaire comme un plan de l’expression dont le plan du contenu est à rechercher. C’est par ce biais que le concept de syntaxe jonctive pose sa nécessité et sa prévalence : les syntagmes transitifs [b1/a2] et [a1/b2] sont motivés : quoi de plus “normal” que de fermer l’ /ouvert/ et d’ouvrir le /fermé/ ? Nous dirons que les syntagmes transitifs [b1/a2] et [a1/b2] sont implicatifs et, reconnus comme des exercices, ils laissent le champ de présence de l’énonciataire en l’état. Par contre, les syntagmes réflexifs [a1/a2] et [b1/b2] sont concessifs ; événementiels, ils ne laissent pas, au moins dans un premier temps, d’être “bizarres” et donc inattendus ; leur mise en discours honnête donne à près ceci : bien que ce dispositf soit déjà ouvert, je l’ouvre ! De même, pour le /fermé/. Nous accédons ainsi à deux classes de syntagmes élémentaires, d’une part des syntagmes transitifs-implicatifs banals, d’autre part des syntagmes réflexifs-concessifs saillants.

25Cette mise en place appelle plusieurs remarques : (i) nous sommes témoin — et le cas n’est pas habituel — de la formation “sous nos yeux” d’un accent, c’est-à-dire d’un surcroît d’intensité à l’avantage du réflexif-concessif ; nous entrevoyons l’émergence de ce supplément d’energeia que les traités de rhétorique pointent tous, mais sans le maîtriser ; (ii) la dualité reconnue procure à l’énoncé une profondeur, manifeste dans les arts plastiques, mais moins nette ailleurs ; cette profondeur oriente et ordonne le champ de présence dans la mesure où le réflexif-concessif prévient le transitif-implicatif ; (iii) le réflexif-concessif précipite, compte tenu de son échelle, à savoir celle de l’énoncé, un événement, assomption qui confirme l’importance de la concession pour la compréhension de la portée énonciative de l’événement ; (iv) cet engendrement “à vue” des grandeurs est-il récursif, c’est-à-dire est-il légitime d’envisager la « gradation » (Fontanier) en ces termes : [(a1/a2) → (a1/a2) a1] ? Nous considérons que cette problématique n’est pas étrangère à la question pérenne du sublime telle qu’elle est développée dans l’analyse de Longin. Pour l’auteur du Traité du sublime, le sublime est de l’ordre du paroxysme, de la concentration et de la communication par contagion :

  • 92 Longin (1995, p. 74).

Car il (le sublime) ne persuade pas proprement, mais il ravit, il transporte, et produit en nous une certaine admiration mêlée d’étonnement et de surprise, qui est toute autre chose que de plaire seulement, ou de persuader. (…) Mais quand le Sublime vient à éclater où il faut, il renverse tout comme un foudre, et présente d’abord toutes les forces de l’orateur ramassées ensemble92.

26Comment alors penser le syntagme récursif ((a1/a2) a1) ? Sa lexicalisation donne ceci : J’allonge encore le déjà ouvert ! Si le déjà pose une limite, alors cette limite est emportée, dépassée par le encore. Pour traiter cette apodose ou cette emphase dans le plan du contenu, dont souvent pourtant il se méfie, Longin recourt au terme d’« enchérissement » :

  • 93 Ibid., p. 92.

Car quand la nature des sujets qu’on traite ou des causes qu’on plaide, demande des périodes plus étendues, et composées de plus de membres, on peut s’élever par degrés, de telle sorte qu’un mot enchérisse toujours sur l’autre93.

27Pour conserver à cette dynamique tensive sa portée événementielle, nous adoptons le terme de “dépassement”. Le sublime, si l’on nous pardonne cette métaphore inédite, se présente dans la description qu’en donne Longin comme un orage valenciel. L’étagement se présente ainsi :

28Nous retrouvons, sous la plume de Boileau, la dépendance du mode de jonction marqué, la concession, à l’égard du mode d’efficience, le survenir :

  • 94 Ibid., p. 71.

Il faut donc entendre par Sublime dans Longin, l’Extraordinaire, le Surprenant, et comme je l’ai traduit, le Merveilleux dans le discours94.

29À quoi fait écho Saint-John Perse :

  • 95 Saint-John Perse (1972, p. 444).

(…) et c’est la poésie alors, non la philo sophie, qui se révèle la vraie “fille de l’étonnement”, selon l’expression du philosophe antique à qui elle fut le plus suspecte95.

30On mesure en cette occurrence combien il est malaisé de dissocier l’une de l’autre la syntaxe et la morphologie. Remarquons au passage que la rhétorique occupe les espaces négligés par la linguistique et la sémiotique, reproche que ne mérite certainement pas Jakobson.

31Nous ne dissimulerons pas que l’hypothèse que nous avons adoptée pour la syntaxe intensive et la syntaxe extensive, à savoir que les fonctifs se constituent comme opérateurs et comme objets immanents l’un pour l’autre, cette hypothèse ne se présente pas avec la même netteté pour la syntaxe jonctive. D’un côté, la concession a bien pour objet une implication qu’elle défait. Plus précisément, ce que la concession vient défaire, c’est le trait extensif de l’implication. L’énoncé : bien qu’il soit excellent, il a échoué, présuppose la justesse de l’énoncé : tous ceux qui sont excellents gagnent. Cette extensité est défaite en français par ce petit mot : “sauf”, qui devient le marqueur d’une singularité ou d’un événement. D’un autre côté, la relation de l’implication à la concession prend la forme d’une actualisation de l’énoncé : il aurait dû gagner puisqu’il est excellent ; l’enthymème n’est pas loin, mais la concession entame à la marge la charge fiduciaire de l’implication doxale.

32La réciprocité des modalités jonctives est malaisée à établir. La négation de l’implication appelle le néologisme plausible de “désimplication”. Elle consiste à défaire la liaison admise entre deux grandeurs identifiées. De son côté, la négation de la concession est de direction inverse ; elle consiste à projeter un conditionnement et à relier ainsi les grandeurs que la concession a disjointes.

33Le carré sémiotique est une textualisation commode de ces tensions élémentaires :

34Les modalités jonctives traitant des relations de dépendance entre les grandeurs, il y a lieu de préciser le rapport de ces modalités à la définition de la structure avancée par Hjelmslev :

  • 96 Hjelmslev (1971, p. 28).

On comprend par linguistique structurale un ensemble de recherches reposant sur une hypothèse selon laquelle il est scientifiquement légitime de décrire le langage comme étant essentiellement une entité autonome de dépendances internes, ou, en un mot, une structure96

35La relation des modalités jonctives à la structure se présente ainsi ; nous indiquons dans une parenthèse le vécu de ces modalités :

  • 97 « Lors que la première rencontre de quelque objet nous surprend & que nous le jugeons estre nouvea (...)

36Dans la mesure où la concession, proche de l’analyse cartésienne de l’« admiration97 », est au principe de l’affect, il ne reste plus qu’un pas à franchir, à savoir admettre un lien entre l’affect et la dépendance. Ce pas est franchi par Valéry dans un fragment difficile des Cahiers :

  • 98 Valéry (1974, p. 842).

L’émotion n’est qu’un lien entre choses qui n’ont pas de lien. Cette idée effondre ce corps, ce vin dore, allège cette vie.
L’être rend dépendantes des choses que le connaître laisserait indépendantes. Les signes, donc, sont une déduction des émotions. Répondre à un mot par des signes98.

37La contribution de la concession à la production des énoncés est malaisée à démêler. Comment identifier la grandeur que la concession surmonte ? La réponse déroute par sa simplicité : l’altérité même toujours selon Valéry :

  • 99 Ibid., p. 354.

Toute émotion, tout sentiment est une marque de défaut d’adaptation. Choc non compensé. Manque de ressorts ou leur altération99.

  • 100 Ibid., p. 367.

38L’émotion dysphorique se manifeste lorsque deux grandeurs rapprochées refusent de se compénétrer, de “communiquer” l’une l’autre, tandis que l’émotion euphorique prend corps lorsque deux grandeurs coexistent en s’ouvrant l’une à l’autre. La concession permet alors de passer d’un régime à l’autre. L’émotion reçoit pour horizons l’accessibilité et l’obstruction. Comme l’indique toujours Valéry : « Être ému, c’est, après tout, être envahi100. »

5.2.2. La syntaxe intensive

39La syntaxe intensive a pour caractéristique, mais la syntaxe extensive est dans le même cas, la circularité, c’est-à-dire le fait que les augmentations et les diminutions effectuées interviennent et au titre d’opérations et au titre d’objets, soit simplement : si le sujet inter vient, il augmente ou diminue une augmentation ou une diminution ; cette strate constitue le plan du contenu, les grandeurs-objets traitées le plan de l’expression. C’est là notre première demande.

  • 101 Cité par Parret (1995, p. 46).

40L’intervention du sujet requiert un point d’appui, un levier efficace. Dans le Cours de linguistique générale de Saussure, c’est la différence, mais les Manuscrits de la Houghton Library précisent : « Différence terme incommode, parce que cela admet des degrés101. » Dans les Principes de phonologie, qui précèdent le Cours, Saussure fait appel — nous l’avons déjà mentionné — à deux grandeurs qui ne sont ni vocaliques ni consonantiques, mais à partir de la combinaison desquelles il projette des traits syllabiques constitutifs de la syllabe : ce sont l’explosion et l’implosion. Sur ce modèle, et mesure gardée, nous retenons, comme grandeurs indépassables de la syntaxe intensive le plus et le moins, que nous composons, que nous entrecroisons et qui nous procurent en somme quatre “syllabes” intensives ; plus de plus, plus de moins, moins de plus, moins de moins ; nous portons en caractères gras le terme régissant.

augmenter

diminuer

augmenter

augmenter une augmentation
dépassement
≈ ajout d’un plus

augmenter une diminution
exténuation
≈ ajout d’un moins

diminuer

diminuer une augmentation
modération
≈ retrait d’un plus

diminuer une diminution
comblement
≈ retrait d’un moins

41Les dénominations proposées restent sujettes à caution pour la raison suivante : pour être satisfaisante, une dénomination devrait se souvenir, c’est-à-dire conserver, potentialiser la trace de l’opération antérieure, ainsi que Greimas le préconisait :

  • 102 Greimas & Courtés (1979, p. 31).

En linguistique, les choses se passent autrement [qu’en logique] : le discours y garde les traces d’opérations syntaxiques antérieurement effectuées : (…)102.

42Une des propriétés remarquables de la syntaxe tensive réside donc dans le fait que chacun des termes du couple devienne objet pour l’autre — et réciproquement. Si nous nous donnons les questions : quel est l’objet de l’augmentation ? quel est l’objet de la diminution ? La première question n’a que deux réponses possibles : par l’ajout d’un plus, elle peut augmenter une augmentation antérieure et prendre la forme d’un dépassement, ou bien par l’ajout d’un moins augmenter une diminution antérieure et prendre la forme d’une exténuation qui sera dite nouvelle ou supplémentaire. Dans les mêmes conditions, une diminution peut par le retrait d’un plus porter sur une augmentation qu’ainsi elle modère, ou bien par le retrait d’un moins porter sur une diminution qu’elle comble. Baudelaire dans le poème Le poison compose le dépassement et le comblement :

L’opium agrandit ce qui n’a pas de bornes,
Allonge l’illimité,
Approfondit le temps, creuse la volupté,
Et de plaisirs noirs et mornes
Remplit l’âme au-delà de sa capacité.

  • 103 Voir supra note 24.

43Le dépassement étant profondément concessif, tout se passe comme si le sujet énonçant s’adressait tacitement à nous en ces termes : j’agrandis le déjà grand et par catalyse : bien que je possède déjà le grand, je l’agrandis encore ! À lui seul, le dépassement esquisse une sémiotique, souvent exaltante, du même si, du quand bien même, les superlatifs devenant par réciprocité des concessifs latents. De même pour l’exténuation. On le pressent : les opérations concessives doivent demeurer exceptionnelles, sous peine de voir la tonicité qu’elles chiffrent s’annuler dans les termes prévus par Deleuze dans Différence et répétition103.

5.2.3. La syntaxe extensive

  • 104 C’est sans doute à Lautréamont qu’est due la promotion de l’insolite dans le champ esthétique : «  (...)

44Selon l’ordre qui lui est propre, celui du nombre, la syntaxe extensive ne procède pas autrement. Là encore, il convient de reconnaître que la syntaxe est en concordance avec la morphologie basique de l’extensité, à savoir la tension [concentré vs diffus]. Ayant affaire aux séries, aux collections, aux agglomérats, et d’une façon générale à la disparité au milieu de laquelle nous évoluons, la syntaxe extensive peut soit la diminuer par des opérations récursives de tri, soit l’augmenter par des opérations réitérées de mélange, comme dans les collages chers aux surréalistes. Du point de vue figural, le tri et le mélange interviennent aussi, selon le cas, tour à tour comme opération et comme objet. Quel peut bien être l’objet d’une opération de tri sinon un mélange antérieur stabilisé, potentialisé ? quel est l’objet d’une opération de mélange sinon un tri antérieur ? Enfin, la concession a également son mot à dire et il y a lieu de distinguer d’une part des tris concessifs reçus d’abord comme choquants lorsqu’ils surviennent et que nous désignons comme des évictions, et des tris implicatifs, des purifications, approuvées de la doxa, d’autre part des mélanges concessifs, événementiels, irrespectueux104 quand ils apparaissent pour la première fois, en somme des intrusions, des amalgames, comme dans la grande cuisine laquelle s’attache à conjuguer des saveurs reçues jusque-là comme inconciliables, et des mélanges implicatifs, possiblement subtils, des unions. Le système des directions syntaxiques possibles se présente ainsi :

45Ce système élémentaire témoigne de la connivence “profonde” de la morphologie et de la syntaxe : la morphologie formule les sub-valences différentielles et orientées que nous avons confiées à la sémantique tensive, et la syntaxe reconduit, assume ces directions dans le cas de l’implication, les contrarie, les contredit dans le cas de la concession.

46Si la syntaxe intensive, préoccupée de l’éclat, procède par augmentation et diminution, la syntaxe extensive, soucieuse de la pureté, intervient par des opérations de tri et de mélange qui sont selon le cas transitives ou réflexives. Ces opérations sont transitives dans deux cas : lorsque le tri porte sur un mélange antérieur, ou bien lorsque le mélange porte sur un tri antérieur. Elles sont réflexives lorsque le mélange revient sur un mélange déjà effectué ; de même lorsqu’une opération de tri surenchérit sur un tri déjà accompli. Nous proposons les couvertures lexicales suivantes :

47Le Micro-Robert propose les définitions suivantes :

48Là encore, les définitions tensives accomplissent et accusent le “geste” esquissé par les définitions du dictionnaire, à savoir un devenir de l’objet : imperfectif dans le cas des définitions transitives, perfectif dans le cas des définitions réflexives. Ce qui est cohérent, puisque les syntagmes réflexifs-concessifs l’emportent en vigueur, en ardeur sur les transitifs-implicatifs : “fusionner” et “disséminer” ne sont-ils pas les superlatifs respectifs de “confondre” et de “séparer” ? “fusionner” ne demande-t-il pas, ne serait-ce que par sa place dans le procès, plus d’énergie que “confondre” ? De même pour “séparer” et “disséminer”. Le partage des syntagmes canoniques s’établit ainsi :

5.3. LA SÉMANTIQUE TENSIVE

49N’étant pas étrangère à l’espace tensif, en consonance avec les morphologies propres à la matrice, la sémantique tensive est triple, par concordance de structure avec la syntaxe tensive. Par voie de conséquence, nous sommes conduit à distinguer une sémantique jonctive, une sémantique intensive qui a pour objet la mesure et pour sub-valence directrice le suprême, enfin une sémantique extensive visant dans notre propre univers de discours tantôt l’universel, tantôt l’exclusif.

5.3.1. La sémantique jonctive

  • 105 « On discrimine l’action qui commence “brusquement” et l’action qui se développe peu à peu, celle (...)

50Comme la syntaxe jonctive, la sémantique jonctive est malaisée à saisir en raison de la place qu’elle occupe dans le dispositif. Elle est soumise à deux contraintes : (i) une contrainte externe : sa dépendance à l’égard des modes sémiotiques ; (ii) une contrainte interne : son organisation matricielle. Nous commencerons par rappeler que nous avons emprunté à la linguistique la notion de mode pour désigner des grandeurs discursives récurrentes relatives au fonctionnement du champ de présence. Les grandeurs peuvent pénétrer dans le champ de présence de deux façons différentes : selon le survenir, par effraction, c’est-à-dire subitement, ex abrupto, ou bien progressivement selon le parvenir, en ajustant subtilement l’actualisation, c’est-à-dire l’attente, et par extension : l’hypotypose, la réalisation hallucinée, bref en transformant le pas encore en déjà. Débiteur sur ce point en partie de Cassirer105, nous avons admis le survenir et le parvenir comme modes d’efficience et comme formes de vie. Ces modes d’efficience de grande fréquence et de grande envergure contrôlent les modes d’existence : le survenir détermine la saisie, c’est-à-dire le saisissement, la stupeur ; la grandeur objectale corrélée à cette détonation du survenir est l’événement, cette défaite tantôt désastreuse, tantôt salutaire pour le sujet ; le parvenir, en ménageant la temporalité, permet au sujet la visée, c’est-à-dire l’actualisation d’un énoncé le conjoignant à des grandeurs validées comme bonnes ; la grandeur subjectale corrélée au parvenir est l’exercice qui est avant tout répétitif. Les modes sémiotiques interviennent tantôt comme des ingrédients, tantôt comme conditions à l’égard des syntaxes et des sémantiques différenciées que nous examinons.

51La concession est couplée avec l’implication qu’elle désavoue. Pour les grammairiens, la concession est formulée comme “causalité inopérante”, c’est-à-dire comme divergence entre telle compétence reconnue et la performance, mieux la contre-performance constatée ; soit l’exemple scolaire : bien qu’il soit le plus adroit au tir, il a fini dernier ! Si l’enjeu est d’importance, cette survenue prendra valeur d’événement. La concession est l’un des visages de la complexité, c’est-à-dire de l’intersection de deux dimensions. Deux dimensions étant reconnues solidaires, ici celle de la compétence et celle de la performance, leur intersection produit quatre énoncés, deux implicatifs énonçant une concordance, deux concessifs énonçant une discordance :

  • 106 Valéry (1973, p. 1045).

52Mais ce réseau ne se soutient pas seul : il suppose une analytique de l’affect, qui bien évidemment ne va pas de soi. L’être du sujet engage le sentir et par catalyse le ressentir. L’affect présente deux caractéristiques prioritaires : (i) il procède d’une inégalité subite, ainsi que l’indique Valéry dans un fragment des Cahiers : « Le brusque, l’intense, le neuf sont les noms d’un effet de propagation plus rapide106. » Il y a donc, du point de vue tensif, comme une excitation, une mobilisation des sub-valences intensives de tempo et de tonicité (ii) mais cette inégalité se dirige vers sa dissipation prochaine, c’est-à-dire, selon la terminologie freudienne, vers le retour à la situation initiale. Cette vacance imminente est, nous semble-t-il, l’assiette de l’attente comme disposition générique du sujet, comme fond “toujours recommencé” de l’existence, duquel se détachent quelques moments de stupeur. Autrement dit, les constituants ontologiques basiques seraient eux également justiciables du fonctionnement tensif suivant :

53Cette pulsation fondamentale renvoie le quelque chose à l’événement, à l’accent, et le rien à la défection, à la désaffection. La diction de l’être serait moins déclarative qu’exclamative, et, pour autant que la linéarisation soit impérative, rythmique dans la mesure où l’attente est au principe de la cellule rythmique :

  • 107 Ibid., p. 1283.

Une note en attend une autre ou ne l’attend pas. (…) C’est cette construction qui est le rythme107.

54La matrice de la sémantique jonctive se présente ainsi :

55Rapportée à la sémantique jonctive, l’existence est partagée entre l’attente et la stupeur que la tragédie émeut en les joignant selon Aristote :

  • 108 Aristote (1961, p. 1452a).

(…) ces passions [la crainte et la pitié] sont émues surtout lorsque ces faits se produisent contre notre attente, tout en découlant les uns des autres, car ils auront alors le caractère du merveilleux plus que s’ils étaient dus au hasard et à la fortune (…)108.

  • 109 Valéry (1973, p. 533).

56La profondeur de la concession mesure l’émotion tragique pour Aristote et pour Valéry l’étonnement, l’exorbitance d’être : « Toute chose qui est, si elle n’était, serait énormément improbable109. »

5.3.2. La sémantique intensive

57La sémantique intensive est d’abord à l’écoute de la syntaxe intensive. Cette dernière a pour tension initiale [fort vs faible]. En ascendance, elle procède par augmentation et diminution si le tempo est rapide ; le ralentissement du tempo est la condition d’une aspectualisation bivalente qui permet au sujet de distinguer deux zones, de discerner deux plages : (i) dans le cas de l’augmentation, le relèvement inchoatif, puis le redoublement culminatif ; (ii) dans le cas de la diminution, d’abord l’atténuation constrictive, puis l’amenuisement annulatif ; mais sous la plume des plus grands, on vient de le voir, la mise en œuvre de la récursivité repousse les limites admises par la doxa tellement que ces limites deviennent, du fait de leur audace, seulement des degrés.

58L’intensité a son paradigme propre qui tient à la prévalence du mode d’efficience : il y a une intensité selon le parvenir, intensité que nous dirons cumulative dont Michaux nous livre l’arcane :

  • 110 Michaux (2001, p. 377).

(…) Mais, sans une certaine extrême, extrême concentration, il n’y a pas action directe, massive sur celui qui l’a pensée. Intensité, intensité, intensité dans l’unité, voilà qui est indispensable110.

59Et il y a une intensité selon le survenir que nous dirons culminative ; elle présuppose un événement, un “happening” que M. Leiris reconnaît dans les toiles de Fr. Bacon :

  • 111 Leiris (1995, p. 109).

(…) l’on peut dire qu’une toile de ce genre est avant tout un lieu où il se passe quelque chose, où quelque chose se produit, arrive, en une sorte de happening qui n’est somme toute que le surgissement de cette présence à quoi, semble-t-il, tend chacune des œuvres en question et faute de quoi l’activité ouvertement manuelle dont elle résulte resterait nulle et non avenue111.

  • 112 L’étendue de la dette de la sémiotique à l’égard de la rhétorique est difficile à évaluer. Selon J (...)

60À la lecture des analystes les plus pénétrants, le sentiment naît que l’intensité n’est pas un prédicat de l’être, mais que c’est l’être qui est un prédicat de l’intensité. Dans la même perspective, la prégnance de la sémantique intensive est telle que l’hypothèse tensive se présente sur plusieurs points comme une laïcisation sinon de la rhétorique tropologique tout entière, du moins de ses figures directrices112.

61Comment appréhender la sémantique intensive ? Nous concevons telle sémantique particulière comme la projection de la matrice imaginée dans le point 5.1 sur chacune des dimensions constitutives de la tensivité. Que nous procure exactement la matrice ? des positions et des intervalles à parcourir et à mesurer. La projection de la matrice sur la dimension de l’intensité produit les sub-valences suivantes :

62Nous avons adopté le terme /suprême/, alors que Michaux fait appel à /extrême/ : en faveur de ce déplacement, nous ferons valoir l’argument suivant : la direction sémantique est la même, toutefois /extrême/ est objectal, tandis que /suprême/ est subjectal et nous avons noté que les sous-contraires étaient plutôt objectaux, les sur-contraires plutôt subjectaux Parmi les possibles qui se proposent à nous, le plus remarquable est assurément celui qui substitue à l’intervalle mineur des sous-contraires [s2 <=> s3] l’intervalle majeur, tendu des sur-contraires [s1 <=> s4], et réciproquement :

63Et nous disposons aussitôt d’un jeu de quatre termes couplés deux à deux : les sous-contraires /faible/ et /fort/, et les sur-contraires/nul/et/suprême/ ; ce jeu attire aussitôt l’attention du point de vue des orientations politiques sur la tentation pour les uns et les autres à contracter des alliances en fonction de leur place dans le paradigme ainsi ménagé :

  • 113 Valéry (1974, p. 1368).

Le monde ne vaut que par les extrêmes et ne dure que par les moyens. Il ne vaut que par les ultras et ne dure que par les modérés113.

5.3.3. La sémantique extensive

64La sémantique extensive a deux références internes : (i) le nombre, pour autant que nous avons admis que l’intensité avait pour objet la détermination de sa mesure, et l’extensité la détermination de son nombre ; (ii) la sémantique extensive ne saurait être étrangère à la distension [concentré vs diffus] qui est constitutive de l’extensité en tant que dimension. Le rabattement du modèle de la matrice sur ces deux données produit le paradigme élémentaire :

65La sémantique extensive présente une propriété remarquable qui est incertaine en son principe, certaine par ses effets : le traitement sémiotique du nombre apparaît comme une multiplication dans le plan de l’expression, mais comme une division dans le plan du contenu, tout se passe en effet comme si le quantum de valeur confié à une grandeur d’expression était constant, de sorte que si une seconde grandeur d’expression est posée, le quantum de valeur est à diviser par deux, et ainsi de suite. C’est sans doute W. Benjamin qui a donné à cette disposition singulière sa portée la plus grande. La “reproductibilité”, aujourd’hui quasiment illimitée, c’est-à-dire gratuite, laisse intacte la valeur indivise de l’œuvre :

  • 114 Benjamin, (1997, pp. 21 – 22).

Une chose échappe même à la reproduction la plus parfaite : l‘ici et le maintenant de l’œuvre — son existence unique au lieu où elle se trouve. (…) L’ici et le maintenant de l’original constituent le concept de son authenticité. Tout le domaine de l’authenticité échappe à la reproductibilité technique — et naturellement à la reproductibilité en général114.

66Il y a sans aucun doute une effusion du nombre, mais notre propre univers de discours a jusques ici avantagé l’exclusif, et cette persistance fait tort, nous semble-t-il, à l’appréciation enthousiaste de l’universel.

5.4. INTÉGRATION DE LA SYNTAXE ET DE LA SÉMANTIQUE

67L’intégration des trois sémantiques et des trois syntaxes qui leur sont associées se présente ainsi :

68Dans la partie intitulée La Matrice, nous avons traité la structure sémantique indépendamment de toute considération syntaxique et, ce faisant, nous avons contrevenu à la recommandation de Hjelmslev rappelée dans la note 13 et qui insiste sur l’imbrication, la réciprocité de la morphologie et de la syntaxe. Le partage de la syntaxe en trois volets, d’une part une syntaxe intensive opérant par augmentation et diminution, d’autre part une syntaxe extensive opérant par tri et mélange, enfin une syntaxe jonctive opérant par implication et concession ce partage doit valoir également pour la sémantique. Envisageons d’abord la sémantique intensive : à partir de la tension initiale l’intervalle [faible vs fort], la conversion diminutive de signe produit à partir de /faible/ le /nul/, tandis que la conversion augmentative de signe produit à partir de /fort/ le /suprême/. Pour la syntaxe extensive, à partir de l’intervalle [concentré vs diffus] que nous requalifions pour la clarté du propos en [rare vs commun], la conversion de signe produit à partir de /rare/ l’ /exclusif/, et à partir de /commun/ l’/universel/.

69Sous ces conditions, la caractérisation d’un objet sémiotique est double. Eu égard à la sémantique intensive, un objet possède : (i) un indice d’éclat, d’affection, authentique ou feint, que les forçats du marketing ne cessent de relever ; (ii) eu égard à la sémantique extensive, un indice de composition : l’objet est-il unique en son genre ? incomparable ? ou bien fait-il partie d’une famille ? d’une lignée ? d’une série ? Ces questions sont lourdes de sens, car nous avons montré plus haut que le chiffre de l’extensité fonctionnait comme un diviseur à l’égard de l’intensité.

70Dans notre propre univers de discours, c’est le /suprême/ qui est couramment visé, mais dans la civilisation hindoue avec les thèmes de l’« extinction » (Cassirer) et du nirvâna, c’est l’inverse qui advient. Dans l’œuvre de Baudelaire, poète de la plénitude, sensible à « l’expansion des choses infinies », la tentation de la viduité existe :

Comme tu me plairais, ô nuit ! sans ces étoiles
Dont la lumière parle un langage connu !
Car je cherche le vide, et le noir, et le nu !

71Ce partage de la sémantique tensive appelle plusieurs remarques. En premier lieu, ce double ajustement explique que les opérations syntaxiques deviennent pour les sujets des pro grammes et, de fait, les valences identifiées sont efficientes dans le discours des grandes religions et des idéologies qui ont pris leur relève, mais ce n’est là qu’un signalement. En second lieu, la composition des deux sémantiques, si elle a lieu, produit des valeurs : les valeurs d’univers, “nos” valeurs depuis Tocqueville, lesquelles conjuguent la nullité et l’universalité, l’une et l’autre tendancielles, tandis que les valeurs d’absolu conjuguaient — mais chaque jour qui passe ne les affaiblit-il pas ? — l’exclusivité et la suprématie. À titre d’illustration sommaire, si l’on convient de voir aussi dans Proust le continuateur de Balzac, le snobisme dans son œuvre s’inscrit en continuité dérisoire avec l’esprit de caste d’une aristocratie désormais anachronique. Enfin, la collusion manifeste entre la rhétorique et la syntaxe tensive mérite réflexion : la grammaire tensive relève du seul savoir, tandis que la rhétorique en principe invite à faire, mais cette solution de continuité est tempérée, nous semble-t-il, par la disposition suivante : les définitions des figures, notamment dans l’ouvrage de Fontanier, constituent une médiation certaine entre la syntaxe tensive et la rhétorique, à un détail près, à savoir que la syntaxe tensive est pour l’instant très en retrait sur la rhétorique.

Notes

83 Zilberberg (2007, pp. 35 – 45).

84 Bachelard (1993, p. 144).

85 « C’est une chose étrange que le Jour. Étrange, c’est-à-dire étrangère. Étrangère à la pensée, qui semble raisonner, créer, spécifier, vivre à sa guise son désordre et son mode de pensée, sans égard à cette énorme horloge de lumière qui mesure ce qu’elle manifeste et manifeste ce qu’elle mesure… » in Valéry (1974, p. 810).

86 « La raison qu’il [Malherbe] disait pourquoi il fallait plutôt rimer des mots éloignés que ceux qui avaient de la convenance est que l’on trouveraient des plus beaux vers en les rapprochant qu’en rimant ceux qui avaient presque une même signification ; et s’étudiant fort à chercher des rimes rares et stériles sur la créance qu’il avait qu’elles lui faisaient produire quelque nouvelle pensée, outre qu’il disait que cela sentait son grand poète de tenter les rimes difficiles qui n’avaient point été rimées » in Racan, Mémoires pour servir à la vie de Malherbe, cité par R. de Souza (1892, p. 69).

87 Dans La Maison du Berger on lit :
La distance et le temps sont vaincus. La science
Trace autour de la terre un chemin triste et droit.
Le Monde est rétréci par notre expérience
Et l’équateur n’est plus qu’un anneau trop étroit.

88 Cette mise en place suppose admise la prévalence de la vitesse dans la compréhension de nos vécus : « La vitesse de la pensée devrait être tenue comme aussi significative que celle de la lumière (laquelle a mis de 1675 à 1905 environ pour être mise en valeur). Cette vitesse, propriété de la sensibilité, et qui est relative à d’autres perceptions, entre lesquelles elle se situe, — jouerait un rôle dans une vraie “théorie de la connaissance” » in Valéry (1973, p. 1100).

89 Fontanier (1968, p. 370).

90 Ibid., p. 342.

91 Zilberberg, Pour saluer l’événement, NAS (http://revues.unilim.fr:nas/).

92 Longin (1995, p. 74).

93 Ibid., p. 92.

94 Ibid., p. 71.

95 Saint-John Perse (1972, p. 444).

96 Hjelmslev (1971, p. 28).

97 « Lors que la première rencontre de quelque objet nous surprend & que nous le jugeons estre nouveau, ou fort différent de ce que nous connoissions auparavant, ou bien de ce que nous supposions qu’il devoit estre, cela fait que nous l’admirons & en sommes estonnez ; Et pour ce que cela peut arriver avant que nous connoissions aucunement si cet objet nous est convenable, il me semble que l’Admiration est la première de toutes les passions. Et elle n’a point de contraire, à cause que, si l’objet qui se présente n’a rien en soi qui nous surprenne, nous n’en sommes aucunement émeus, & nous le considérons sans passion » in Descartes (1991, pp. 108 – 109).

98 Valéry (1974, p. 842).

99 Ibid., p. 354.

100 Ibid., p. 367.

101 Cité par Parret (1995, p. 46).

102 Greimas & Courtés (1979, p. 31).

103 Voir supra note 24.

104 C’est sans doute à Lautréamont qu’est due la promotion de l’insolite dans le champ esthétique : « Il est beau comme la rétractilité des serres des oiseaux rapaces ; ou encore, comme l’incertitude des mouvements musculaires dans les plaies des parties molles de la région cervicale postérieure ; ou plutôt, comme ce piège à rats perpétuel, toujours retendu par l’animal pris, qui peut prendre seul des rongeurs indéfiniment, et fonctionner même caché sous la paille ; et surtout, comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie ! », (1970, pp. 224 – 225).

105 « On discrimine l’action qui commence “brusquement” et l’action qui se développe peu à peu, celle qui s’accomplit d’un bond et celle qui se déroule continûment, celle qui constitue un tout unique et celle qui peut se décomposer en phases identiques se répétant selon un certain rythme » in Cassirer (1985, pp. 181 – 182).

106 Valéry (1973, p. 1045).

107 Ibid., p. 1283.

108 Aristote (1961, p. 1452a).

109 Valéry (1973, p. 533).

110 Michaux (2001, p. 377).

111 Leiris (1995, p. 109).

112 L’étendue de la dette de la sémiotique à l’égard de la rhétorique est difficile à évaluer. Selon Jakobson, cette dette est considérable puisqu’il identifie la tension entre la similarité constitutive de l’axe paradigmatique et la contiguïté constitutive de l’axe syntagmatique à la tension entre la métaphore et la métonymie. Authentifié par Lévi-Strauss, ce modèle fait de cette « rhétorique restreinte » (Genette) la clef du sens. Nous n’allons pas aussi loin, mais le partage des dimensions semble bien obéir au même principe : la dimension de l’intensité est congrue à la métaphore, celle de l’extensité à la métonymie. La dimension de l’intensité est celle de la relation fiduciaire du sujet à la force, à l’éclat. Cette force, qui est forcément déjà là puisqu’on ne saurait ni la suspendre ni la reprendre, Durkheim la décrivait en ces termes : « (…) le totémisme est la religion, non de tels animaux, ou de tels hommes, ou de telles images, mais d’une sorte de force anonyme et impersonnelle, qui se retrouve dans chacun de ces êtres, sans pourtant se confondre avec aucun d’eux. Nul ne la possède tout entière et tous y participent. Elle est tellement indépendante des sujets particuliers en qui elle s’incarne, qu’elle les précède comme elle leur survit » in Durkheim (1994, p. 269). Le rapport à la force, à la phorie est donc l’assiette de la similarité. Du même coup, la dimension de l’extensité prend en charge la contiguïté des disparités résultant d’opérations de tri respectueuses des apparences.

113 Valéry (1974, p. 1368).

114 Benjamin, (1997, pp. 21 – 22).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2153/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search