Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Première partie : la structure tensive

4. La déduction tensive

Texte intégral

1Dans la conception hjelmslevienne, le terme de “déduction” fonctionne comme un pluriel de celui d’“analyse” :

  • 76 Ibid., p. 46.

Nous appellerons une telle totalité de procédure une déduction et définirons formellement la déduction comme une analyse continue ou un complexe d’analyses avec détermination entre les analyses qui y entrent76.

2Nous nous attacherons maintenant aux différents degrés de l’analyse.

4.1. LES VALEURS

3Dans un dispositif hiérarchique conservatoire, les premières schizies sont décisives. Nous l’avons mentionné : la première schizie concerne la scission en intensité et extensité, plus couramment en état d’âme et en état de choses. L’intensité renvoie à l’inégalité et à la labilité de l’affect comme réponse inappropriée et malencontreuse aux événements, aux soubresauts, aux foucades émanant du survenir par définition excessif. Le sujet, ici simple hypostase, est un actant syncrétique : il est à la fois celui qui mesure et ce-je-ne-sais-quoi qu’il mesure : il se mesure, il mesure sa propre affection ; l’articulation élémentaire est [fort vs faible]. L’extensité a une texture bien différente : elle n’est pas de l’ordre de la mesure, mais du décompte, du dénombrement ; elle évalue la densité du champ de présence : si le nombre des grandeurs est réduit, la phorie est concentrée sur quelques unités ; si, en revanche, le nombre des grandeurs est élevé, la phorie est diffuse et l’articulation élémentaire est [concentré vs diffus]. Bien entendu, dans le cas où la phorie est concentrée, plusieurs partis sont envisageables : la concentration est maximale si une grandeur confisque à elle toute seule la phorie ; si un petit nombre de grandeurs se partagent la phorie, motivée ou non, cette répartition peut être inégale. Le rabattement de ces deux articulations élémentaires sur l’espace tensif se présente ainsi :

4Quatre régions aux propriétés distinctes apparaissent, mais seulement deux possibilités de parcours. La première possibilité joint, c’est-à-dire oppose : S1 et S3

5En concordance avec leur appartenance à l’espace tensif, les valeurs sont des « inter sections » de l’intensité et de l’extensité ; elles sont par convention complexes et, en raison de leur prise en charge par le même espace tensif, homogènes ; du point de vue analytique et définitionnel, les valeurs d’absolu sont fortes et concentrées, les valeurs d’univers faibles et diffuses. La mise en discours résidant dans le fait pour un sujet énonçant d’affirmer une prévalence, le faire argumentatif adoptera selon le cas tantôt un protocole causatif, tantôt un protocole concessif explicite ou implicite :

prévalence des valeurs d’absolu et de la mesure

prévalence des valeurs d’univers et du nombre

protocole causatif →

les valeurs d’absolu sont fortes parce qu’elles sont concentrées

les valeurs d’univers sont faibles parce qu’elles sont diffuses.

protocole concessif →

bien qu’elles soient concentrées, les valeurs d’absolu sont fortes

bien qu’elles soient faibles, les valeurs d’univers sont diffuses

6Le sujet persuadé de l’excellence des valeurs d’absolu passera outre leur concentration et placera l’« accent de sens » sur leur /force/ : bien qu’elles soient /concentrées/, les valeurs d’absolu ne laissent pas d’être bonnes ; le sujet persuadé de la supériorité des valeurs d’univers aboutira au même résultat en renversant les termes : bien qu’elles soient /faibles/, les valeurs d’univers sont /diffuses/. En soi, une articulation reste virtuelle : elle ne prend sens que si elle est prise en charge par une énonciation singulière, c’est-à-dire une idiosyncrasie conjuguant un placement et un point de vue. Un partage des tâches s’esquisse : si l’intensité se préoccupe du titre de l’éclat dispensé par le champ de présence, l’extensité administre la densité de ce même champ ; en raison de la latence de cette quantité non numérique que nous présupposons, le sujet incessamment arbitre entre le trop et le trop peu.

7Le second parcours joignant les régions S4 et S2 de l’espace tensif se présente ainsi :

8Si le jeu des valeurs d’absolu et des valeurs d’univers repose sur l’exercice d’une corrélation inverse qui est en somme la caution du principe de constance dont nous avons fait état plus haut, ce schéma est bien différent puisqu’il repose sur une corrélation converse aboutissant à une polarisation extrême des valeurs. Si le premier schéma formule les conditions d’un “ou… ou…” raisonnable, c’est-à-dire négociable, les valeurs d’apogée sont l’assiette d’un “et… et…”, les valeurs d’abîme l’assiette d’un “ni… ni…”. Si du point de vue de l’arbitraire, les valeurs sont sur le même rang, du point de vue de l’adéquation les choses se présentent sous un jour bien différent : est-ce l’effet du filtre culturel ou d’une cécité personnelle, mais dans les corpus que nous avons envisagés, l’alternance que nous rencontrons concerne l’ambivalence systémique des valeurs d’absolu et des valeurs d’univers.

4.2. LES VALENCES

  • 77 Dans l’analyse des structures linguistiques, le concept de “direction” est au principe de la premi (...)

9Les unités solidaires de l’intensité et de l’extensité sont désignées comme des valences, intensives ou extensives. Complexe, une valeur est l’« intersection » d’une valence intensive d’éclat et d’une valence extensive d’étendue. La combinaison d’une valence intensive et d’une valence extensive est reçue comme la définition de la valeur. Le niveau des valences est celui où les valeurs sont converties en directions77. La transition d’un type de valeur à un autre suppose l’ascendance ou la décadence de ses constituants. Par exemple, pour substituer une valeur d’univers à une valeur d’absolu, il convient de ralentir et de distribuer la phorie sur un nombre supérieur de grandeurs. Les valences sont la réponse à la question suivante : que se passe-t-il si les analysantes de la tensivité, c’est-à-dire l’intensité et l’extensité, sont posées comme analysables ? À l’égard de l’intensité, nous formulons deux hypothèses : (i) l’intensité des vécus est analysable par l’« intersection » du tempo et de la tonicité ; (ii) l’extensité des vécus est analysable par l’« intersection » de la temporalité et de la spatialité. Du point de vue terminologique toujours à la peine, l’intensité et la tonicité dont les sémantismes sont voisins, n’occupent pas le même rang dans la hiérarchie.

  • 78 Voir note 37.

10Sans que nous l’ayons cherché, la vitesse et la lenteur ont pour la sphère noologique une importance comparable à celle qui est la leur dans la sphère cosmologique ; la vitesse et la lenteur nous affectent hautement, directement et indirectement : directement à travers la prédication qualificative et indirectement par la médiation des modes d’existence : la soudaineté, qui détermine pour le sujet une rupture du régime, une interruption du train dans lequel il se reconnaît78, est la condition de la saisie, de la stupeur. À l’inverse, la lenteur a cet avantage insigne pour le sujet de rendre possible la visée, c’est-à-dire l’actualisation, plus couramment l’anticipation et l’attente qui assistent le sujet dans son vouloir-être ou son vouloir-faire.

4.3. LES SUB-VALENCES

11Chaque dimension, dans l’état actuel du développement de l’hypothèse tensive, est elle-même au principe de deux sous-dimensions. L’intensité est pour l’instant analysable en tempo et tonicité, lesquels ont rang de sous-dimensions. Le tempo et la tonicité ne sont connaissables que par leurs effets et leurs excès : comme il a déjà été cité plus haut : « “Normalement” n’existe pas » (Valéry). Redoublés, le tempo et la tonicité emportent et transportent le sujet “hors de ses gonds”. Ces effets sont hors de proportion, à l’image de l’enthousiasme fou que ressent le supporter d’une équipe de football qui voit son équipe égaliser contre toute attente dans les dernières minutes d’un match qu’il jugeait il y a un instant encore perdu ! Le tempo voit le /vif/ contraster avec le /lent/. La tonicité a pour intervalle basique [tonique vs atone]. Pour l’extensité, elle se partage en temporalité et spatialité, puisque ce qui est à dire d’un état de choses défini, c’est de mesurer sa durée, son extension temporelle, et sa diffusion dans l’espace. En effet, il nous semble que le sujet en matière de temporalité a deux soucis prioritaires : la date et la longévité du procès, mais si le sujet ne peut rien changer à une date définitive, il peut agir sur la longévité en allongeant ou en abrégeant la présentation du procès en cours. Pour la spatialité, la distinction prioritaire nous semble celle de l’/ouvert/ et du /fermé/, c’est dire qu’en matière d’espace ce qui importe, c’est la circulation de l’actant ou de l’ant-actant. Les unités solidaires de ces quatre sous-dimensions sont désignées comme des sub-valences.

12Ces couples ne constituent pas des exclusivités, mais seulement des prévalences raisonnables. Les sub-valences intensives et extensives sont les unes pour les autres des harmoniques, des rections qui pour certaines d’entre elles semblent évidentes, ou encore motivées : comment récuser sérieusement la concordance, la connivence de la vivacité et de la brièveté ? celle de la tonicité et de la fermeture dénonçant l’ouverture comme une déperdition certaine ?

4.4. LES PHORÈMES

13L’étage suivant est celui de l’intervention des phorèmes. Pour formuler les analysantes des sub-valences, nous faisons appel à la notion de phorèmes qui sont des syncrétismes composant les sub-valences et l’appareil aspectuel des dynamiques tensive abordé en 2.6. Nous avons, en l’adaptant, emprunté cette notion à Binswanger :

  • 79 Binswanger (1998, p. 79).

La forme spatiale avec laquelle nous avons eu jusqu’à présent affaire, était caractérisée par la direction, la position et le mouvement79.

  • 80 Zilberberg (2002, p. 219) ; (2006, pp. 70 – 71).

14Nous substituons l’/élan/ plus parlant au “mouvement”. Nous avons croisé cette tripartition avec l’aspectualisation de la décadence selon [atténuation → amenuisement] et celle de l’ascendance selon [relèvement → redoublement], ce qui aboutit à la table des quarante-huit grandeurs élémentaires80 conformes à cette épistémologie de l’intersection comme antécédent de la définition des unités ; nous enregistrons ces grandeurs comme des sub-valences de rang deux.

4.4.1. Le tempo

4.4.2. La tonicité

4.4.3. La temporalité

4.4.4. La spatialité

4.5. LES INCRÉMENTS

  • 81 Saussure (1962, pp. 38 – 88).
  • 82 Zilberberg (2006, pp. 45 – 51).

15Enfin, ces sub-valences de rang deux peuvent prendre en charge des incréments, c’est-à-dire des intervalles ténus qui sont la limite actuelle de l’analyse et qui créent pour l’observateur un effet de loupe en principe plaisant. Nous prenons comme modèle les réflexions de Saussure relatives à la constitution de la syllabe dans les Principes de phonologie. Dans le dessein de surprendre le secret de la syllabe, Saussure fait appel aux quatre combinaisons possibles de l’implosion et de l’explosion81. Par décalque volontaire de cette démarche, qui n’a pas, nous semble-t-il, reçu l’attention qu’elle méritait, nous avons reconnu dans le plus et le moins ces fractions mentales qui viennent s’ajouter ou se soustraire à la grandeur traitée. D’autant que ces incréments ont leur syntaxe et leur lexique propres dans la mesure où, sous le contrôle des modulations aspectuelles, ils proposent au sujet des opérations courantes : plus de plus, moins de moins, plus de moins, moins de plus82, que nous devons soumettre à l’analyse. Établissons-en d’abord le lexique :

retrait = a1

ajout = a2

d’au moins = b1

plus d’un = b2

un moins = c1

un plus = c2

16Sous cette convention simple, nous pouvons établir la formule des opérations élémentaires que nous avons reconnues :

17• pour la décadence :

amorce :

retrait d’au moins un moins →

a1 b1 c1

progression :

retrait de plus d’un moins →

a1 b2 c1

amplification :

ajout d’au moins un plus →

a2 b1 c2

saturation :

ajout de plus d’un plus →

a2 b2 c2

18• pour l’ascendance :

modération :

retrait d’au moins un plus →

a1 b1 c2

diminution :

retrait de plus d’un plus →

a1 b2 c2

réduction :

ajout d’au moins un moins →

a2 b1 c1

exténuation :

ajout de plus d’un moins →

a2 b2 c1

19Nous sommes en mesure de dégager un certain nombre de “rimes” intensives à partir de leurs formules tensives. L’appariement suppose l’efficience de deux principes : (i) le couplage se fait à quantité égale, ou ce qui revient au même : à tempo égal ; concrètement, la grandeur [b] doit être identique pour chacun des termes du couple ; (ii) comme pour la rime poétique, c’est la grandeur [c] qui en position terminale fixe la pertinence. Soit maintenant :

20La structure hiérarchique devient manifeste dans le diagramme suivant :

21La correspondance entre les étendues différentielles et leurs analysantes s’établit ainsi :

Notes

76 Ibid., p. 46.

77 Dans l’analyse des structures linguistiques, le concept de “direction” est au principe de la première schizie départageant les grandeurs qui sont directrices et celles qui ne le sont pas.

78 Voir note 37.

79 Binswanger (1998, p. 79).

80 Zilberberg (2002, p. 219) ; (2006, pp. 70 – 71).

81 Saussure (1962, pp. 38 – 88).

82 Zilberberg (2006, pp. 45 – 51).

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search