Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Première partie : la structure tensive

3. Les modes sémiotiques

Texte intégral

1Nous désignons par modes sémiotiques trois couples de fonctions rendant compte de l’entrée des grandeurs dans le champ de présence. Sous bénéfice d’inventaire, nous distinguons : le mode d’efficience, le mode d’existence et le mode de jonction. Nous nous attacherons d’abord à la description des modes sémiotiques.

3.1. INVENTAIRE

2Pour notre recherche qui porte sur le dégagement des conditions au principe du surgissement de l’événement, le mode d’efficience requiert d’abord notre attention.

3.1.1. Le mode d’efficience

  • 59 « Car toute réalité effective que nous saisissons est moins, dans sa forme primitive, celle d’un m (...)

3Le mode d’efficience — terme que nous empruntons à Cassirer59 — désigne le style, la manière en vertu de laquelle une grandeur s’installe dans le champ de présence. L’alternance posée est entre le survenir et le parvenir : selon le survenir, c’est-à-dire en pénétrant comme par effraction dans le champ de présence du sujet ; selon le parvenir, c’est-à-dire selon la progressivité et pour le sujet selon la patience. En effet, le survenir et le parvenir diffèrent d’abord par leur tempo : « vif et subit » dans le cas du survenir, ralenti dans le cas du parvenir. Du point de vue énonciatif, le survenir a pour plan de l’expression l’exclamation dans les termes retenus par Fontanier :

  • 60 P. Fontanier (1968, p. 370).

L’Exclamation a lieu lorsqu’on abandonne tout-à-coup le discours ordinaire pour se livrer aux élans impétueux d’un sentiment vif et subit de l’âme60.

  • 61 Dans son essai Charles Baudelaire, un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, W. Benjamin cite le (...)

4L’analyse des rapports entre le jeu et le travail dans l’imaginaire de Baudelaire reproduit, on l’a vu, les termes du mode d’efficience : le jeu, en raison de l’intensité des affects incomparables qu’il détermine61, est du côté du survenir, tandis que le travail quotidien est en concordance avec ce que Baudelaire appelle, dans Mon cœur mis à nu, « l’universelle et éternelle loi de la gradation » :

Étudier dans tous ses modes, dans les œuvres de la nature et dans les œuvres de l’homme, l’universelle et éternelle loi de la gradation, des peu à peu, du petit à petit, avec les forces progressivement croissantes, comme les intérêts, en matière de finances.

  • 62 Baudelaire (1954, pp. 1226 – 1227) (c’est l’auteur qui souligne).

Il en est de même dans l’habileté artistique et littéraire ; il en est de même dans le trésor variable de la volonté62.

5Notre second exemple sera emprunté à l’œuvre pénétrante de Wölfflin. Celle-ci ne laisse aucun doute sur le fait que l’art de la Renaissance, en raison du tempo modéré qu’il adopte, est sous le signe du parvenir, de l’apparaissant, tandis que l’art baroque, en raison du tempo vif, enlevé, qui est le sien, est du côté de l’apparu. Si nos analyses de ces deux analyses sont jugées valides, il est clair que le faire sémiotique, poïétique, inventif des sujets ne porte pas sur le plan du contenu, qui formule les possibles existentiels à la disposition des sujets, mais sur le plan de l’expression retenu : toutes choses étant égales, le travail comme forme de vie n’est-il pas au jeu ce que l’art de la Renaissance est à l’art baroque ?

  • 63 Voir note 57.

6La mise en récit des procès gêne souvent le discernement du mode d’efficience. Nous retenons le terme de “procès” au titre de terme générique qui admet — nous venons de le voir —comme dérivés, selon Cassirer, des “activités” et des “processus”63. Il est clair que la reconnaissance de l’événement fait prévaloir le processus au titre de réalisation concessive d’un improbable. Mais la mise en récit, jamais contemporaine du survenir qu’elle retrace, peut présenter un processus comme une activité, ce qui est la pente du discours historique ou, à l’inverse, présenter une activité comme un processus en retirant aux sujets leurs prérogatives en alléguant que les faits ressortissent à des causes étrangères et à des finalités autres que celles que les sujets s’attribuent.

3.1.2. Le mode d’existence

7Le mode d’existence formule les corrélats subjectifs du mode d’efficience. Toujours sous bénéfice d’inventaire, le mode d’existence concerne la tension entre la visée et la saisie. La visée est par définition du côté du parvenir. Selon le Micro-Robert : “Avoir en vue, s’efforcer d’atteindre (un résultat). Il visait ce poste depuis longtemps.”, définition en concordance avec la définition de “parvenir“ : “3o Arriver à (tel résultat qu’on se proposait).” De son côté, la saisie est, moyennant une catalyse que les analyses de Cassirer déjà citées autorisent :

  • 64 Cassirer (1988, pp. 91 – 92).

Car toute expérience vécue d’expression n’est d’abord rien d’autre qu’une épreuve subie ; c’est un être-saisi bien plus qu’un saisir, et cette “réceptivité” même contraste nettement avec la “spontanéité” sur laquelle se fonde toute conscience de soi en tant que telle64.

8la saisie est ici un subir, un passif.

9Le second corrélat est relatif au paradigme du “procès” que nous venons d’ébaucher. La visée est solidaire de l’“activité” dans l’exacte mesure où la saisie est en consonance avec le “processus”. La langue française propose sur ce point un indice précieux, puisque le verbe survenir admet une tournure impersonnelle, ce qui n’est pas le cas de parvenir : “S’il survient un visiteur, dites que je ne suis pas là.” Le troisième corrélat porte sur le mode de présence, proche du mode d’existence sans pourtant se confondre avec lui. La temporalité de la visée est anticipatrice, projective, tandis que celle de la saisie est rétrospective et conservatoire. À ce titre, la visée est associée à l’actualisation, la saisie à la potentialisation. La tension entre la visée et la saisie se décline ainsi :

mode d’efficience

survenir

parvenir

procès

processus

activité

mode d’existence

saisie

visée

temporalité

rétrospective

prospective

mode de présence

potentialisation

actualisation

3.1.3. Le mode de jonction

10Par mode de jonction, nous entendons un survenir additionnel qui voit telle grandeur jusque-là étrangère s’installer parmi les grandeurs déjà établies dans le champ de présence ; de deux choses l’une, ou bien la grandeur entrante se trouve en concordance avec ces grandeurs, ou bien en discordance. Ces grandeurs étant réparties en classes homogènes, si la grandeur possède les caractéristiques d’une classe attestée, le protocole syllogistique s’exerce de droit, et le mode de jonction sous cette condition se présente comme une implication ayant pour ressort le si… alors… Si, par contre, la grandeur survenant n’entre dans aucune classe, elle peut être rejetée ou bien se maintenir comme classe “as one” en faisant appel à la concession pour le plan du contenu et au bien que pour le plan de l’expression. La concession fait prévaloir, du moins dans l’immédiat, le fait sur le droit.

11L’œuvre de Wölfflin fournit, à propos du traitement de la couleur, un exemple relatif à la différence entre l’art de la Renaissance et l’art baroque qui lui a succédé. L’art classique a une pratique implicative fondée sur le rappel de la même couleur en différents endroits avec de légères variations, tandis que l’art baroque « émancipe la couleur », la traite pour elle-même et fait en sorte que certaine couleur survenant crée un événement chromatique suffisant :

  • 65 Wölfflin (1989, pp. 231 – 232).

Dans la Suzanne de Rembrandt, face au vêtement que la baigneuse a mis à terre avec son rouge éclatant, rehaussé encore par le voisinage du corps d’une tonalité ivoire et qui étincelle de loin comme s’il était projeté hors de la toile, on ne peut se méprendre quant à la signification objective de cette tache de couleur ; (…) Sans doute, cette masse rouge est difficile à saisir ; on éprouve “picturalement” la présence de ce rouge de braise qui semble s’égoutter dans les rubans qui tombent pour se recueillir plus bas dans les chaussures en une flaque de feu ; mais ce qui décide de l’effet, c’est le caractère unique de cette couleur qui s’ordonne pour elle-même, par rapport à l’ensemble du tableau65.

12La dynamique jonctive de cette « masse rouge » est concessive et son éclat, — « rouge éclatant », « étincelle », « masse rouge », « rouge de braise », « flaque de feu », — a valeur de raison. Au passage, la lecture de ce tableau par Wölfflin quand il souligne le « caractère unique de cette couleur » est conforme à la structure basique de la tensivité :

13Le moment historique analysé par Wölfflin voit une pratique concessive succéder à une pratique implicative au titre de la manifestation : comment l’interpréter ? Littéralement, en affirmant que sur le plan pictural nous sommes en présence d’une quête de l’éclat qui pallie l’affaiblissement résultant de la dispersion prochaine. Cette quête ne peut aboutir sans mettre en cause l’homogénéité contrôlant le champ de présence :

  • 66 Ibid., p. 234.

(…) le résultat est toujours une image qui surprend par sa nouveauté et son étrangeté, quelque familières que puissent être les formes des choses prises une à une66.

  • 67 Selon Wölfflin : « Son intention est d’atteindre non pas à une perfection du corps architectonique (...)

14Sensible à la détonation de l’événement67, le tableau baroque se présente quasiment comme une concession dans la concession. Plus près de nous, la même configuration peut être relevée sous la plume de Baudelaire. Ce dernier note lui-même la dysphorie d’une pratique esthétique stabilisée, sinon paralysée :

  • 68 Baudelaire (1954, p. 691).

Tout le monde conçoit sans peine que, si les hommes chargés d’exprimer le beau se conformaient aux règles des professeurs-jurés, le beau lui-même disparaîtrait de la terre, puisque tous les types, toutes les idées, toutes les sensations se confondraient dans une vaste unité, monotone et impersonnelle, immense comme la nuit et le néant68.

15Pour suspendre ce programme, qui voit l’entropie croître, Baudelaire fait appel à un contre-programme qui a pour ressource l’irruption du « bizarre » :

  • 69 Ibid.

Le Beau est toujours bizarre. (…) Je dis qu’il contient toujours un peu de bizarrerie, de bizarrerie naïve, non voulue, inconsciente, et que c’est cette bizarrerie qui le fait être particulièrement le Beau69.

16Cette irruption du « bizarre » doit être « naïve, non voulue, inconsciente », c’est-à-dire échapper au parvenir et à la visée volontaire qui le sous-tend. Dans les deux cas, nous assistons à la survenue d’une figure « difficile à saisir ». Le fait prime le droit.

17La balance entre l’implication et la concession est circonstancielle et non principielle. La distribution en classes sémantiques est culturelle et non ontologique ; elle a pour assiette, le plus souvent non déclarée, la fiducie, le crédit que les sujets lui accordent. Dans sa Théorie générale de la magie, M. Mauss a formulé « trois lois dominantes » :

  • 70 Mauss (1960, p. 57).

Ce sont les lois de contiguïté, de similarité, de contraste : les choses en contact sont ou restent unies, le semblable produit le semblable, le contraire agit sur le contraire. (…) On pourrait réunir les trois formules en une seule et dire : contiguïté, similarité et contrariété, valent, simultanéité, identité, opposition, en pensée et en fait70.

18Il est clair que ces trois « lois » fournissent à la concession un vaste champ d’application. Que la pensée magique soit concessive par rapport à la pensée scientifique ne fait aucun doute, mais l’est-elle aussi pour la pensée magique elle-même ? Dans un premier temps, la lecture des bons auteurs donne à penser que la pensée magique fait un usage abusif de l’implication, notamment à propos de l’identification de la partie au tout. Selon Mauss :

  • 71 Ibid.,

La partie vaut pour la chose entière. Les dents, la salive, la sueur, les ongles, les cheveux représentent intégralement la personne ; (…). La séparation n’interrompt pas la continuité, (…)71.

19Cassirer lui fait écho :

  • 72 Cassirer (1986, p. 75).

Le tout et ses parties sont intimement entrelacés et pour ainsi dire attachés l’un à l’autre par le destin, — et ils le demeurent, même s’ils sont arrachés à l’autre dans les faits72.

20Cependant, on peut risquer une interprétation tensive qui ne procède pas de la comparaison entre la pensée magique et la pensée scientifique, mais de la considération des fins visées par la pensée magique. Celle-ci est préoccupée par la déperdition de la puissance et, eu égard à la narrativité canonique, moins soucieuse de la résorption du manque que de sa prévention ; elle voit dans l’éloignement spatial et/ou temporel les fauteurs de cette déperdition. D’où la question : comment faire échec à une implication fâcheuse ? Par la concession : bien que A soit distant dans l’espace ou révolu dans le temps, il ne laisse pas d’agir sur B. La pensée magique tournée vers l’événement et la pensée rationnelle tournée vers le système n’habitent donc pas la même région de l’espace tensif :

  • 73 Ibib., p. 71.

La première [la pensée rationnelle] est satisfaite quand elle parvient à saisir l’événement individuel dans l’espace et le temps comme cas d’espèce d’une loi universelle, tandis qu’elle ne s’interroge pas plus avant sur l’individualisation, le “pourquoi” de l’ici et du maintenant en tant que tel. La seconde [la pensée magique] au contraire dirige précisément cette question du “pourquoi ?” sur le particulier, le singulier et l’instant unique73.

21Pour le cas examiné, la concession a pour condition de possibilité ce partage valenciel, puisque l’incomplétude de chaque démarche procure à l’autre son espace légitime de dé ploiement.

3.2. MODES SÉMIOTIQUES ET MANIFESTATION

  • 74 Selon H. Arendt : « Ce ne sont pas les idées, ce sont les événements qui changent le monde » (2004 (...)

22Chaque mode sémiotique a son vécu particulier. Le mode d’existence concerne le style que revêt la relation du sujet à l’objet lorsqu’elle prend corps. De notre point de vue, cette question des modes d’existence est inséparable de celle des modes d’efficience. Ce qui nous oblige à un détour. Les modes d’efficience s’attachent à la manière dont les grandeurs signifiantes prennent pied dans le champ de présence. Sous bénéfice d’inventaire, les modes d’efficience sont définis par l’alternance du survenir au principe des événements74 pourvoyeurs intempestifs de sens, et du parvenir au principe des états subjectifs qui les entérinent et les prolongent. Ces modes d’efficience prennent en charge la détermination despotique de la durée par le tempo : le survenir a pour définition tensive la bivalence concordante : [vivacité + brièveté], le parvenir la bivalence concordante, mais inverse : [lenteur + longévité]. Soit :

23Nous sommes en mesure de placer les modes d’existence, définis par l’alternance de la visée et de la saisie, et plus couramment du pas encore interrogatif et du déjà exclamatif, dans la dépendance des modes d’efficience :

24Par continuité valencielle, sous le terme de saisie, nous entendons la voix passive : être saisi et le saisissement qu’émeut chez le sujet un survenir intense et subit. L’intensité et l’extensité, tout en collaborant incessamment l’une avec l’autre, diffèrent donc à un triple point de vue : la manifestation, l’objet et le mode d’existence :

25À ces singularités s’en ajoutent d’autres plus résistantes. En principe, la corrélation converse, laquelle fait “rimer” ensemble les accroissements et les diminutions, n’a pas moins de titres à faire valoir que la corrélation inverse. Pourtant, les analyses concrètes, mais cet argument vaut par défaut, montrent que la corrélation inverse, peut-être parce qu’elle est conforme à un principe de finitude, qui serait la signature de l’humain, prévaut largement sur la corrélation converse qui convient à l’utopie. Cette asymétrie n’est pas sans rappeler dans l’œuvre de Hjelmslev l’aveu de la prévalence de la « détermination » sur la « présupposition réciproque » :

  • 75 Hjelmslev (1971, p. 39).

Les cas de sélection [dans un processus] sont cependant plus frappants. Certains sont depuis longtemps connus sous le nom de rection, bien que ce concept reste mal défini75.

Notes

59 « Car toute réalité effective que nous saisissons est moins, dans sa forme primitive, celle d’un monde précis de choses, érigé en face de nous, que la certitude d’une efficience vivante, éprouvée par nous. » in Cassirer (1988, p. 90).

60 P. Fontanier (1968, p. 370).

61 Dans son essai Charles Baudelaire, un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, W. Benjamin cite le livre de Gourdon intitulé Les Faucheurs de la nuit, joueurs et joueuses (Paris, Librairie nouvelle, 1860) : « Je soutiens que la passion du jeu est la plus noble de toutes les passions, parce qu’elle les comprend toutes. Une suite de coups heureux me donne plus de jouissances que ne peut en avoir, en plusieurs années, l’homme qui ne joue pas. Je jouis par l’esprit, c’est-à-dire de la façon la mieux sentie et la plus délicate. Vous croyez que je ne vois que le gain dans l’or qui m’arrive ? Vous vous trompez. J’y vois les joies qu’il procure et je les savoure véritablement. Ces joies, vives et brûlantes comme des éclairs, sont trop rapides pour me donner du dégoût, et trop diverses pour me donner de l’ennui. J’ai cent vies dans une seule. Si je voyage, c’est à la façon de l’étincelle électrique. (…) Si je tiens la main fermée et si je garde mes billets de banque, c’est que je connais trop bien le prix du temps pour le dépenser comme les autres hommes. Un plaisir que je prendrais me ferait perdre mille autres plaisirs. (…) J’ai les jouissances en esprit et je n’en veux pas d’autres. »

62 Baudelaire (1954, pp. 1226 – 1227) (c’est l’auteur qui souligne).

63 Voir note 57.

64 Cassirer (1988, pp. 91 – 92).

65 Wölfflin (1989, pp. 231 – 232).

66 Ibid., p. 234.

67 Selon Wölfflin : « Son intention est d’atteindre non pas à une perfection du corps architectonique, à la beauté de la “plante”, (…) mais à l’événement, à l’expression d’un certain mouvement dans ce corps tandis que la Renaisssance (…) vise partout à la permanence et à l’immobilité. » (1989, p. 134).

68 Baudelaire (1954, p. 691).

69 Ibid.

70 Mauss (1960, p. 57).

71 Ibid.,

72 Cassirer (1986, p. 75).

73 Ibib., p. 71.

74 Selon H. Arendt : « Ce ne sont pas les idées, ce sont les événements qui changent le monde » (2004, p. 343).

75 Hjelmslev (1971, p. 39).

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search