Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Première partie : la structure tensive

2. L’espace tensif

Texte intégral

1Des concepts on attend qu’ils soient interdéfinis, mais cette demande suppose une condition qu’il est aisé de catalyser : il faut que ces concepts “communiquent” les uns avec les autres, c’est-à-dire qu’ils occupent le même espace.

2.1. UNE CIRCULARITÉ VERTUEUSE

2Le premier requis concerne donc notre recours à la notion d’espace tensif. Cette notion d’espace est polysémique et appelle une décision : la notion d’espace est, nous semble-t-il, essentiellement conjonctive, l’espace est l’horizon de toute pluralité saisie. Énoncer simplement : « un triangle et un carré », c’est dire que ces deux objets habitent le même espace :

  • 20 Steiner (2000, p. 48).

Que A et B ne forment pas chacun un monde en soi, mais qu’ils appartiennent à un ensemble, c’est ce que dit l’observation dans l’espace. Tel est le sens du côte à côte. Si chaque objet était un être en soi, il n’y aurait pas de côte à côte. Je ne pourrais absolument pas établir un rapport des êtres entre eux20.

3L’épithète “tensif” précise le contenu des grandeurs au contact ou au voisinage : la tensivité est le lieu, ou le front, où se joignent, se rejoignent l’intensité au titre de somme des états d’âme et l’extensité au titre de somme des états de choses. Cette projection des grandeurs dans un même espace présente le double avantage de virtualiser la linéarité du plan de l’expression et de visualiser les grandeurs de contenu en convergence l’une avec l’autre. Par convention, nous portons l’intensité en ordonnée et l’extensité en abscisse :

2.1.1. L’intersection

4La sémiotique greimassienne n’a jamais été indifférente aux questions épistémologiques et en intitulant son texte fondateur Sémantique structurale, Greimas marquait son attachement au structuralisme, même si le double patronage de Hjelmslev et de Lévi-Strauss masquait un malentendu dans doute peu discernable à l’époque. En effet, le structuralisme de Lévi-Strauss est étranger à celui de Hjelmslev ; pour ce dernier, le maître-mot est celui de dépendance :

  • 21 Hjelmslev (1971, p. 28).

On comprend par linguistique structurale un ensemble de recherches reposant sur une hypothèse selon laquelle il est scientifiquement légitime de décrire le langage comme étant essentiellement une entité autonome de dépendances internes, ou, en un mot, une structure.21

5Pour Hjelmslev, l’analyse-description d’un objet revient donc à dégager les dépendances dont l’objet, au titre de « point d’intersection », est le signifiant :

  • 22 Hjelmslev (1971, p. 36).

Les rapports ou les dépendances que le réalisme naïf tient pour secondaires et présupposant les objets, deviennent pour nous essentiels : ils sont la condition nécessaire pour qu’existent des points d’intersection22.

6D’inspiration jakobsonienne, le structuralisme de Lévi-Strauss met en avant le concept d’opposition, qui est absent de l’index des Prolégomènes. Ceci dit, la lecture de Sémiotique 1 ne laisse aucun doute : le structuralisme de Greimas est plus proche de Hjelmslev que de Jakobson, en dépit des premières pages de Sémantique structurale.

7L’intersection au titre de règle constitutive de l’objet fournit à l’analyse et à la définition qui la résume une complexité à démêler. L’intersection “mystique” de l’intensité et de l’extensité en [S] permet à l’analyste de proposer [s1] et [s2] comme définissantes de [S]. Simple, ce schéma graphique permet également de visualiser à la fois et l’objet [S] et sa résolution [s1 + s2]. Nous accédons à une double équivalence : (i) équivalence objectale de l’intersection et de la complexité, celle-ci au principe de celle-là ; (ii) équivalence opératoire de l’analyse et de la définition, équivalence autorisant deux énoncés majeurs : l’analyse est une définition, dans la mesure où la définition est une analyse.

8Il reste à identifier [s1] et [s2]. [s1] appartient à la dimension de l’intensité. L’intensité que nous retenons est l’intensité subjectale, l’intensité vécue, et après catalyse l’intensité mesurée. Qu’est-ce qu’éprouver un affect sinon d’abord en prendre personnellement la mesure ? Il convient, après lecture de ce fragment des Cahiers de Valéry, de renverser le protocole prédicatif habituel entre la norme et l’écart :

  • 23 Valéry (1973, p. 1204).

L’âme est l’événement d’un Trop ou d’un trop peu. Elle est par excès ou par défaut. “Normalement” n’existe pas23.

9La norme est virtualisée comme norme et ce sont les écarts par rapport à la norme qui accèdent à la pertinence selon deux modalités : la modalité objectale du plus et la modalité subjectale du trop. Pour fixer les idées, /chaud/ relève de la modalité objectale du “plus”, /brûlant/ de la modalité subjectale du “trop”. Nous examinerons plus loin le paradigme des possibles intensifs.

10Pour l’extensité, tournée vers les états de choses, elle a affaire à la densité du champ de présence : si les grandeurs sont peu nombreuses, nous dirons que c’est la modalité de la concentration qui est valide ; si c’est l’inverse, nous dirons que c’est la modalité de la diffusion qui sera retenue. Sous cette considération, l’espace tensif se trouve pourvu de deux régions dont les caractéristiques sont, selon une formule que nous empruntons à Lévi-Strauss, “symétriques et inverses” l’une de l’autre : (i) une région de l’éclat définie par l’intersection de la force et de la concentration ; (ii) une région de la dispersion définie par l’intersection de la faiblesse et de la diffusion. Soit :

11L’appréhension de l’objet comme intersection est l’une des clefs de l’ouverture du paradigme.

2.1.2. De la complexité à l’homogénéité

  • 24 Saussure (1962, p. 168).

12En matière d’épistémologie, il ne saurait être question en aucune façon de procéder à une table rase des acquis ni de tenir pour non avenue l’épistémé contemporaine. Il s’agit seulement d’opérer un transfert d’accent, de déplacer une pondération entre des grandeurs consacrées. Deux notions n’ont pas, nous semble-t-il, reçu l’attention qu’elles méritaient : ce sont la complexité et l’homogénéité. Nous commencerons par rappeler que la prise en compte de la complexité doit être rendue à Saussure : « La langue est pour ainsi dire une algèbre qui n’aurait que des termes complexes24 », et celle de l’homogénéité à Hjelmslev :

  • 25 Hjelmslev (1971, p. 43).

Le facteur particulier qui caractérise la dépendance entre la totalité et les parties, qui la différencie d’une dépendance entre la totalité et d’autres parties et fait que les objets découverts (les parties) peuvent être considérés comme intérieurs et non extérieurs à la totalité (c’est-à-dire au texte) semble être l’homogénéité de la dépendance : toutes les parties coordonnées résultant de la seule analyse d’une totalité dépendent de cette totalité d’une façon homogène25.

13Une certaine complémentarité se laisse entrevoir entre les deux notions : la complexité signifie la prééminence de la relation au détriment de l’illusion prédicative selon laquelle l’objet, tel un sac, contiendrait les prédicats que l’observation à force d’attention et de patience portera au discours ; de son côté, l’homogénéité intervient comme caution, garant fiduciaire que c’est bien la même dépendance qui est à chaque fois saisie. La complexité constitutive des grandeurs formule une localité, l’homogénéité, une continuité conservatrice.

  • 26 Ibid., p. 49.
  • 27 Ibid., p. 93.

14Par réflexivité et réciprocité, les notions d’intersection, de dépendance, de complexité, d’analyse et de définition s’assistent les unes les autres. En premier lieu, la complexité, l’intersection au titre de caractéristique générale et la dépendance au titre de constante non révocable fournissent à l’analyse son objet : « Une dépendance qui remplit les conditions d’une analyse sera appelée fonction26. » En second lieu, la définition, que Hjelmslev reçoit comme une « division27 », concerne à l’évidence une complexité dans le plan de l’expression, une dépendance dans le plan du contenu. Cette complexité n’a rien à voir avec la problématique du terme dit complexe obtenu par rapprochement concessif de [s1] et de [s2] : [s1] vs [s2] → [s1 + s2].

2.1.3. L’ancrage

  • 28 Nous adoptons le point de vue de Valéry qui place la structure phrastique au seuil du procès séman (...)

15Personne ne doute un seul instant que le sujet soit un être sensible, par catalyse : un être sensible à, mais la place de la sensibilité dans l’économie de la signification fait problème : le sens est-il la réponse aux questions28, aux soudainetés dont la sensibilité témoigne ? ou bien est-ce l’inverse : la sensibilité est-elle l’ensemble des réponses possibles aux questions que, le sens, en raison de ses manquements, de ses incertitudes propres, lui adresse ? Dans une certaine mesure, la prise en compte du sensible prend la narrativité sémiotique à contre-pied : si la narrativité voit dans le sujet un sujet de faire, un sujet actif, l’admission du sensible conduit à faire place à un sujet du subir, un sujet passivé. Le vécu intime du sujet d’état en la circonstance prend le pas sur les visées du sujet opérateur.

  • 29 Voir Fontanille & Zilberberg (1998) ; Zilberberg (2002, pp. 111 – 143) ; Cl. Zilberberg (2006).
  • 30 Hjelmslev (1971, p. 51 et p. 55).
  • 31 Valéry (1973, p. 1160).

16L’hypothèse tensive29 admet comme point d’ancrage, puisqu’il en faut bien un, la distinction entre les états d’âme et les états de choses. Toutefois cette dualité en tant que telle relève du plan de l’expression : elle fournit la scène, mais non la pièce. De notre point de vue, ce qui importe, c’est le type de relation qu’il convient de postuler. Aux yeux de Hjelmslev, la relation la plus “intéressante” est la « détermination30 », la rection dans la terminologie traditionnelle laquelle place en présence l’une de l’autre une « constante » et sa « variable » ; selon la formulation retenue par Hjelmslev : la « variable détermine la constante », ou plus simplement : la constante en position de régissante régit la variable en position de régie. Sous ces précisions, nous posons le sensible au titre de régissante, et l’intelligible au titre de régie, et nous recevons le déficit modal de celui-ci à l’égard de celui-là comme l’un des secrets de l’affect : « Le propre du monde intellectuel est d’être toujours bousculé par le monde sensible31. » Le sensible, selon la morphologie et la syntaxe qui lui sont propres, n’est peut-être seulement que cette accentuation, cette inégalité créatrice, ce contrôle tantôt despotique, tantôt libéral, qu’il exerce sur l’intelligible.

2.1.4. La terminologie

  • 32 Voir Greimas & Courtés (1986, pp. 81 – 84).
  • 33 L’une des préoccupations partagées de Saussure et de Hjelmslev est de penser la syllabe en tant qu (...)

17Pour Hjelmslev, les catégories de la forme de l’expression et celles de la forme du contenu sont identiques, mais il est clair que la terminologie qui les exprime a plutôt emprunté au plan de l’expression. La terminologie greimassienne privilégie, ce qui se comprend du reste, la narrativité, c’est-à-dire une possibilité située. Une terminologie doit être, autant que faire se peut, parlante, c’est-à-dire transparente : la coalescence du sensible et de l’intelligible, nous la désignons par le terme de tensivité, et, au titre de l’analyse et du couplage subséquent, nous empruntons à Hjelmslev le couple des préfixes in- et ex-, couple qui est un des ressorts de sa terminologie32, et nous désignons maintenant le sensible comme intensif et l’intelligible comme extensif. Sans cultiver le paradoxe, nous dirons que la tensivité n’est rien, rien que la jonction de l’intensité et de l’extensité, de même que la syllabe33 n’est rien sinon la jonction, l’espace de rencontre d’une grandeur vocalique et d’une grandeur consonantique. Le tableau suivant résume notre démarche :

  • 34 Hjelmslev (1971, p. 49).

18Une grandeur tensive —nous préciserons dans un instant sa conditionnalité— est donc une grandeur complexe, porteuse de deux traits : d’une part, d’un trait intensif, Cassirer dirait d’un « accent de sens », d’autre part, d’un trait extensif. Ce qui n’est pas sans conséquence. En effet, l’hypothèse tensive en l’état, la problématique hjelmslevienne de l’analyse et le statut de la définition dans les Prolégomènes sont des « variétés » d’un même fonctionnement. Cette convergence ressort des trois considérations suivantes : (i) la schizie de la tensivité conduit au vis-à-vis de l’intensité et de l’extensité ; (ii) une analyse a pour plan de l’expression une dualité et pour plan du contenu une dépendance : « Une dépendance qui remplit les conditions d’une analyse sera appelée fonction34 », ici la dépendance de l’extensité à l’égard de l’inten sité ; (iii) enfin, par réciprocité, nous sommes fondé à recevoir le couplage de l’intensité et de l’extensité comme la définition de la tensivité :

  • 35 Ibid., p. 93.

Ceci nous amène à la définition de la définition : par définition nous entendons une division soit du contenu d’un signe, soit de l’expression d’un signe35.

19En un certain sens, la définition, en substituant au défini une « chaîne de contenus de signes », disperse ce défini. Si l’on admet avec Cassirer que la démarche de la pensée est « circulaire », c’est-à-dire que

  • 36 Cassirer (1986, p. 53).

(la) connexion suppose la division, de même que la division de son côté n’a d’autre but que de préparer et de rendre possible cette connexion36,

20si, de plus, on reconnaît dans la définition le degré zéro de la prédication, alors l’isomorphisme des grandeurs considérées s’établit ainsi :

2.2. QUANTITÉ NON NUMÉRIQUE ET PRINCIPE DE CONSTANCE

21Le structuralisme considère les grandeurs qu’il soumet à l’analyse comme absolues et ignore le plus souvent la variabilité quantitative. À l’inverse, les peintres opposent le ton franc, porteur d’éclat, au ton dit rompu, atténué par le mélange avec un autre ton. Le point de vue tensif traite la qualité absolue comme un cas particulier et conçoit toute grandeur comme un objet que la syntaxe tensive selon l’un ou l’autre des trois styles syntaxiques dénombrés plus loin a vocation à traiter.

2.2.1. La valeur comme produit

22Cette asymétrie introduit la singularité de l’espace tensif. La corrélation inverse a pour syntaxe intime un principe de constance que l’on peut formuler ainsi : si l’intensité et l’extensité varient en raison inverse l’une de l’autre, alors le produit des valences respectives de deux valeurs distinctes serait tendanciellement constant et sa non-réalisation éventuelle, événementielle vaudrait pour le[s] sujet[s] comme visée à réaliser. Soit maintenant le diagramme suivant :

23Ce très raisonnable principe de constance, dont nous faisons maintenant l’hypothèse, signifie que les produits “mystiques” [V1 ≈ i1 x e1] et [V2 ≈ i2 x e2] tendent vers une constante virtuelle régulatrice. Pour la dimension de l’intensité, les valences se distinguent les unes des autres tantôt comme des augmentations, tantôt comme des contractions ; pour la dimension de l’extensité comme des tris et des mélanges. L’hypothèse du principe de constance autorise un pas supplémentaire vers la singularité de l’espace tensif : si le produit des valences /i/ et /e/ tend bien vers une constante, alors /i/ devient aussi définissable comme le quotient de / V1/ par /e/ : si /e/ augmente, /i/ diminue, de sorte que /e/ fonctionne maintenant comme un diviseur et /i/ comme un quotient. Selon la terminologie proposée dans nos Éléments de grammaire tensive un relèvement sur la dimension de l’extensité a pour corrélat immédiat ou prochain une atténuation sur la dimension de l’intensité ; la mesure intensive et le nombre extensif varient en raison inverse l’un de l’autre, comme le montre cet exemple pris dans Rousseau et que nous devons à D. Bertrand :

  • 37 Rousseau (1964, pp. 110 – 111). À ce désabusement du donateur répond selon Simmel, chez le donatai (...)

Durant mes courtes prospérités beaucoup de gens recouraient à moi, et jamais dans tous les services que je pus leur rendre aucun d’eux ne fut éconduit. Mais de ces premiers bienfaits versés avec effusion de cœur naissaient des chaînes d’engagements successifs que je n’avais pas prévus et dont je ne pouvais plus secouer le joug37.

24Cette analyse de Rousseau offre un double intérêt : (i) elle montre la dépendance d’un état d’âme, ici l’« effusion de cœur » du donateur, à l’égard d’un état de choses, le nombre des occurrences du don ; (ii) elle “fait voir” comment une multiplication sur une dimension se change “concessivement” en division pour la valeur, soit schématiquement pour le texte de Rousseau :

25Les augmentations et les diminutions intensives vécues, qui émeuvent au titre de manifestantes le champ de présence, ont pour manifestée le jeu réglé, la régulation actualisée des dimensions : d’une part, le sujet formule la valeur comme le produit des valences qu’elle conjoint, d’autre part, par homogénéité ou circularité vertueuse, il formule la mesure intime, proprioceptive de l’affect comme le quotient de la valeur par le nombre actuel du champ de présence. L’interdéfinition, qui est une demande épistémologique non négociable pour Hjelmslev, renvoie ici plutôt à la densité du réseau relationnel sous-jacent. De ce travail d’ajustement, de cette quête d’une exactitude quantifiable mais non comptable, H. Michaux présente, dans le beau texte intitulé Dessiner l’écoulement du temps, une analyse exemplaire centrée sur la justesse du tempo :

  • 38 Michaux (2001, p. 373).

Chacun cherche, sans que personne le lui ait indiqué, à maintenir son tempo. (…) Par une balance très savante et constante entre les entraînements qu’on accepte et les entraînements auxquels on tourne le dos, par un équilibre complexe, où les petits ralentissements et les petites accélérations se trouvent ingénieusement compensés38.

26Par ce jeu de renvois, la divergence subjectale de la mesure et du nombre, le principe de constance et la formulation de la valeur intensive comme quotient singularisent l’espace tensif.

  • 39 Selon Valéry (1973, p. 1283).

27L’hypothèse de l’« intersection » comme produit en appelle encore à deux autres motifs : (i) l’affirmation courante selon laquelle le tout est supérieur à la somme des parties, sans doute, mais comment le fonder ? Cela n’est pas dit. Sans prétendre le moins du monde épuiser la question, nous dirons par métaphore que le tempo et la tonicité sont les ingrédients et l’hypothèse du produit la recette ; (ii) il y a un mystère de l’accent, des pics d’intensité, des états paroxystiques, et plus généralement, comme nous avons reconnu dans la mesure une « intersection » : « Il s’agit de trouver la construction (cachée) qui identifie un mécanisme de production avec une perception donnée39 », il faut bien qu’il y ait “quelque part” un principe de démesure. La rhétorique n’est pas loin et nous tournons de fait autour de l’hyperbole que Fontanier aborde en ces termes :

  • 40 P. Fontanier (1968, p. 123).

L’Hyperbole augmente ou diminue les choses avec excès, et les présente bien au-dessus ou bien au-dessous de ce qu’elles sont, dans la vue, non de tromper, mais d’amener à la vérité même, et de fixer, par ce qu’elle dit d’incroyable, ce qu’il faut réellement croire40.

28Toutes les problématiques entretenant entre elles une connexité certaine, nous devons anticiper : l’hyperbole est à l’intersection de deux syntaxes, d’une part la syntaxe intensive qui procède par augmentation et diminution, d’autre part la syntaxe jonctive laquelle procède, selon le cas, par implication ou par concession. Le mérite de Fontanier est rare puisqu’il procède à la catalyse du trait concessif de l’hyperbole.

2.2.2. De la corrélation à l’implication

29La légitimité de l’arc joignant les deux régions en contraste de l’espace tensif est indirecte. Elle suppose l’autorité d’un principe de constance réglant cette quantité non numérique qui hante la différence. Cette caractéristique non numérique de la quantité sémiotique n’interdit en aucune façon d’effectuer certaines opérations élémentaires. Comme il a été indiqué, l’opération décisive est assurément celle-ci : si l’on multiplie mentalement le chiffre de l’intensité par celui de l’extensité, le produit actualisé serait tendanciellement constant. Soit naïvement : [i x e k].

30Pour l’illustrer, nous ferons appel aux réflexions de Baudelaire sur le jeu et le travail figurant dans Fusées. Soit le petit corpus suivant :

Le travail, force progressive et accumulative, portant intérêts comme le capital, dans les facultés comme dans les résultats.

  • 41 Baudelaire (1954, p. 1198).

Le jeu, même dirigé par la science, force intermittente, sera vaincu, si fructueux qu’il soit, par le travail, si petit qu’il soit, mais continu41.

Un peu de travail, répété, trois cent soixante-cinq fois, donne trois cent soixante-cinq fois un peu d’argent, c’est-à-dire une somme énorme. En même temps, la gloire est faite.

  • 42 Ibid., p. 1200.

De même, une foule de petites jouissances composent le bonheur42.

  • 43 Ibid., p. 1201.

… Le travail, n’est-ce pas le sel qui conserve les âmes momies43.

  • 44 Ibid., p. 1193.

La vie n’a qu’un charme vrai ; c’est le charme du Jeu44.

31Il est manifeste que l’antagonisme vécu du travail et du jeu est du ressort de la grammaire tensive : (i) le jeu sous l’angle de l’intensité est fort, mais sous l’angle de l’extensité intermittent, c’est-à-dire concentré sur quelques parties ; (ii) de manière symétrique et inverse, le produit du travail est, sous le rapport de l’intensité, de l’ordre de la “petitesse”, mais sous le rapport de l’extensité : quotidien. Soit :

32Ce qui est esquissé ici, c’est une grammaire prédicative, c’est-à-dire un réglage de la prédication. De la prédication ordinaire, nous relèverons qu’elle est tronquée et de ce fait incertaine ; non contrôlée, non dépendante, la prédication est hors-système et ne renvoie qu’à l’alternance, au “ou… ou…” basique. Revenons à notre schéma et inscrivons sur l’arc des équivalences : [S1] défini sur l’axe de l’intensité par [s1] et sur l’axe de l’extensité par [non s2], et [S2] défini sur l’axe de l’intensité par [non s1] et sur l’axe de l’extensité par [s2], soit :

  • 45 P. Valéry (1973, p. 1284).

33La logique de ce dispositif simple n’est pas celle du “ou… ou…”, mais bien celle du “si… alors…”, c’est-à-dire de l’implication ; ce qui définit [S1], c’est la contrainte actuelle : si [s1], alors [non s2], et autant vaut pour [S2] ; la problématique change de contenu puisqu’elle a maintenant pour objet la question : comment passe-t-on de [S1] à [S2] ? notre réponse est celle-ci : telle est précisément la fonction existentielle de l’événement, puisque selon Valéry : « La surprise est toujours possible45. » C’est d’ailleurs l’une des apories propres à la notion d’événement : il est à la fois singulier et sériel. Foncièrement improbable, l’événement fait passer sans transition, c’est-à-dire concessivement, d’une première implication à une seconde implication :

s1 → non s2

non s2 => s2

s2 → non s1

implication

concession-événement

implication

34La sémiotique de l’événement n’est pas une sémiotique de l’opposition, mais une sémiotique de l’interdépendance, de la solidarité et de l’inconciliation qui lui est associée :

Tout événement brusque touche le tout.

  • 46 Ibid., p. 1288.

Le brusque est un mode de propagation46.

35Un exemple emprunté à Balzac nous en convaincra aisément. Dans Les Illusions perdues, Balzac a saisi les effets thymiques soudains de la découverte de l’immensité du nombre par Lucien de Rubempré :

  • 47 H. de Balzac (1966, p. 177).

Surpris de cette foule à laquelle il était étranger, cet homme d’imagination éprouva comme une immense diminution de lui-même. Les personnes qui jouissent en province d’une considération quelconque, et qui y rencontrent à chaque pas une preuve de leur importance, ne s’accoutument point à cette perte totale et subite de leur valeur. Être quelque chose dans son pays et n’être rien à Paris, sont deux états qui veulent des transitions ; et ceux qui passent trop brusquement de l’un à l’autre, tombent dans une espèce d’anéantissement47.

36La première remarque qui s’impose concerne le fait que l’analyse de Balzac rejoigne celle de Valéry en ce sens que la grandeur qui décide du contenu des grandeurs est dans les deux cas le tempo, la prévalence du tempo, à savoir l’irruption de ce « brusque » que Balzac fort pertinemment couple avec la « transition », c’est-à-dire la lenteur et la progressivité qu’elle autorise. N’ajoutant rien à ces analyses magistrales, l’analyse tensive se contente de bien placer les grandeurs reconnues dans l’espace tensif, soit :

37Ce texte lumineux de Balzac comporte un autre enseignement relatif à l’autorité du tempo. La quête du sens se présentant comme la traversée de tel paradigme par le sujet, celle-ci peut advenir pas à pas ou d’un seul trait, dans le premier cas en procurant au sujet une satisfaction reposant sur le contrôle du procès par le sujet, dans le second une extase, éventuellement négative comme cela est le cas dans le texte de Balzac. La commutation vécue par Lucien de Rubempré peut être analysée ainsi :

s1 → non s2

non s2 => s2

s2 → non s1

“le pays” → “etre quelqu’un”

la province => Paris

“la foule” → “n’etre rien”

implication

concession-événement

implication

38Un second enseignement peut être tiré de l’analyse de Balzac à partir de la question : comment ce “n’être rien” est-il obtenu ? quelle est la recette de ce “n’être rien” si nous étendons cette notion de recette au-delà de ses limites habituelles. Le principe de constance que nous supposons propose une hypothèse : si nous pensons-évaluons le quantum imaginaire de charge thymique, de phorie, il est à Angoulême divisible par “un” si l’on admet que Mme de Bargeton le concentre, le résume en sa seule personne, par “n” si l’on désigne ainsi le nombre restreint de personnes qu’elle admet dans son salon. Cette charge thymique, dont Lucien porte le souvenir, est divisible à Paris par “∞”, puisque la “foule” est, du fait de son renouvellement, sinon en droit du moins en fait, infinie. Soit :

39Esprit profondément concessif, Baudelaire, dans le poème en prose Les foules, procède au retournement des termes de cette structure tensive :

  • 48 Baudelaire (1954, pp. 295 – 296).

Multitude, solitude : termes égaux et convertibles par le poëte actif et fécond. Qui ne sait pas peupler sa solitude, ne sait pas non plus être seul dans une foule affairée48.

40La qualification “n’être rien” se présente maintenant comme le quotient de la charge thymique par le nombre attribué à l’extensité. Par elle-même, cette structure est transcendante, d’où la question : comment accède-t-elle au discours ? Par la modalité, ici le ne pas pouvoir ne pas être, tellement que c’est cette reconversion modale qui installe en immanence, c’est-à-dire à la portée même du sujet, cette structure.

41Les deux exemples traités montrent les limites de la notion d’opposition. Ce qui est en cause, c’est le développement syntagmatique d’une double concession. À propos de la valeur respective du travail et du jeu pour Baudelaire : bien que « petit », le travail produit, répété jour après jour, une « somme énorme », tandis que le jeu, bien que « fructueux », « sera vaincu par le travail ». Il en va de même à propos de la notoriété personnelle selon Balzac : elle varie en raison inverse du nombre des sujets : elle diminue quand l’effectif des sujets s’accroît :

2.3. LA MANIFESTATION

42L’isomorphisme avancé à propos de la structure des dimensions et des sous-dimensions présente cependant des limites. La première singularité concerne la manifestation, c’est-à-dire le fait que l’appréhension de l’intensité par le sujet et celle de l’extensité diffèrent notablement l’une de l’autre : les sous-dimensions du tempo et de la tonicité demandent des médiations, des relais tangibles : ainsi la vitesse n’est connue que comme telle distance parcourue en telle durée ; c’est encore plus vrai de la tonicité. D’une façon générale, la qualité, qui tient de l’indicible, attend la quantité juste qui l’exprimera :

  • 49 Bachelard (1958, p. 66).

En effet, on doit comprendre désormais qu’il y a plus et non pas moins dans une organisation quantitative du réel que dans une description qualitative de l’expérience. (…) En étudiant les fluctuations de la quantité, nous aurons des moyens pour définir le caractère indéfinissable des qualités particulières49.

  • 50 Voir pour ces termes l’étude intitulée Langue et parole, in Essais linguistiques.

43En recourant à la notion hjelmslevienne de « manifestation », laquelle, non sans ressemblance avec la notion de “schématisme” chez Kant, assure la transition entre le « schéma » et l’« usage50 », nous dirons que l’intensité est en position de manifestée, l’extensité en position de manifestante.

44Si Hjelmslev pose une solution de continuité entre la manifestée et la manifestante, notre problématique est différente, nous supposons entre les deux ordres de grandeurs une différence seulement relative qui tient à la divergence des objets : (i) dans le cas de l’intensité, l’objet est une mesure proprioceptive descriptible en termes de sub-valences de tempo et de tonicité ; (ii) dans le cas de l’extensité, l’objet est un nombre extéroceptif descriptible en termes de subvalences de spatialité et de temporalité. Tellement que nous avons affirmé que, au bout du compte, le sens comme praxis s’identifiait au commerce, à l’ajustement “toujours recommencé” d’une mesure intensive et d’un nombre extensif. Cette divergence subjectale singularise l’espace tensif.

2.4. LA CONDITION TENSIVE DE LA PRÉDICATION

45L’hypothèse tensive intéresse forcément la question de la prédication. La place de la prédication dans la théorie du discours reste incertaine : du point de vue syntaxique, elle relève de la grammaire ; du point de vue sémantique, elle est plutôt du côté du lexique et de ses possibilités que nous dirons nombreuses. Le discours cherche la plupart du temps à motiver la prévalence de tel ou tel prédicat, par exemple : la mer reste dangereuse, la colère est mauvaise conseillère… La liste des topoï, des lieux communs à telle date ébaucherait l’univers doxal propre à telle culture. L’hypothèse tensive aborde cette question de manière différente. Le prédicat est duel : il compose, la plupart du temps après catalyse, deux sub-valences en corrélation et telles que la variation de la constante détermine une variation de la variable. La grandeur sémantique n’est pas un prédicat définitif de la “chose en soi” (das Ding an sich), mais une grandeur soumise à condition[s]. Quand, dans un de ses “propos”, Alain écrit : « Tout travail est un plaisir pour l’amateur, tout travail est pénible par sa durée », il est clair que la signification existentielle du travail entre dans la dépendance de l’aspectualisation pour la première proposition, de la temporalisation pour la seconde. Soit simplement :

46Au terme de cette analyse, dans un dispositif hiérarchique saturé, les grandeurs catégorisantes au niveau global deviennent par transitivité les définissantes au niveau local.

2.5. LA REPRÉSENTATION GRAPHIQUE

  • 51 Le poème de Mallarmé : Un coup de dés jamais n’abolira le hasard peut être envisagé comme le passa (...)

47Cette représentation nous apparaît comme une métaphore relative, car il n’y a pas d’un côté les mots, de l’autre l’espace, mais tantôt les mots dans l’espace, tantôt l’espace dans les mots51. Dans le livre III de la Rhétorique, Aristote traite des figures et notamment de l’image et de la métaphore qu’il rapproche davantage qu’il ne les oppose ; le point de vue retenu est celui de la persuasion, c’est-à-dire celui de l’efficacité discursive. À propos des enthymèmes, Aristote insiste sur la vitesse de la réception :

  • 52 Aristote (1991, p. 332).

Il s’ensuit nécessairement que l’élocution et les enthymèmes sont élégants lorsqu’ils sont promptement compris52.

48Le second trait est celui de l’éclat :

  • 53 Ibid., p. 335.

Cette expression, encore : “C’est au point que la Grèce poussa un cri”, est, à certains égards, une métaphore et met le fait devant les yeux53.

49Ce trait est donné comme présupposant la phorie :

  • 54 Ibid., p. 337.

J’entends par “mettre une chose devant les yeux” indiquer cette chose comme agissant54.

50Enfin, Aristote mentionne ce que nous proposons d’appeler la concessivité :

  • 55 Ibid., p. 338.

Il faut, quand on emploie la métaphore, comme on l’a dit précédemment, la tirer d’objets propres (au sujet), mais non pas trop évidents. En philosophie, par exemple, tu doit viser à considérer le semblable dans tels objets qui ont entre eux une grande différence55.

  • 56 Pour un traitement approfondi de cette question, voir S. Badir (2008, pp. 13 – 61).

51Ces quatre traits, ces quatre propriétés tensives : la vitesse, l’éclat, la phorie et la concessivité conviennent à la représentation graphique telle que nous l’envisageons56.

  • 57 Dans les Éléments de grammaire tensive, nous avons opposé le “coup”, mesure de la vitesse, à la “f (...)

52Le premier trait, la vitesse, tient au privilège indiscutable de la spatialité, à savoir la simultanéité. En effet, depuis Leibniz notamment, le temps est le référent des successions et l’espace celui des coexistences. Sachant que l’esprit ne peut envisager en même temps qu’un nombre très limité de grandeurs, la présentation diagrammatique et la présentation en réseau permettent d’embrasser d’un seul coup57 une pluralité restreinte. Toutefois, si l’effectif de la pluralité augmente, la temporalité virtualisée, comme par catalyse, est restaurée. Cette appréhension immédiate est porteuse d’éclat dans la mesure où, nous dit Aristote, “elle met sous les yeux”, c’est-à-dire au plus près ; la présentation diagrammatique vient au-devant de l’observateur en lui proposant sans réticence aucune, sans arrière-pensée un système foncièrement simple ; le sujet embrasse dans le même mouvement un champ et des accidents remarquables, doublement déterminés : déterminés par rapports aux axes postulés et déterminés les uns par rapport aux autres.

  • 58 Nous empruntons à Cassirer la distinction entre les processus et les activités : « Et dans ce dern (...)

53Le diagramme est comparable à une carte, c’est-à-dire une grandeur susceptible des deux approches canoniques : une approche paradigmatique distribuant des territoires distincts par leurs vécus, ou bien une approche syntagmatique précisant des chemins à parcourir. La présentation diagrammatique relève de l’approche syntagmatique en concordance avec l’une des hypothèses directrices de cet essai, à savoir que le sens comme effectuation consiste dans la traversée plus ou moins pressée d’un paradigme identifié. L’interpréter comme une transformation, c’est faire état d’un tempo vif qui virtualise la profondeur aspectuelle des processus et des activités58. Assurer que/ blanc/ et /noir/ sont en opposition, ce n’est pas dire grand-chose. La question sémiotique, c’est de se demander comment l’on se rend de /blanc/ à /noir/. Comment, selon le cas, accélérer ce déplacement ou bien le ralentir ? combien de pauses convient-il de programmer à l’avance ? Quels sont les freins, les résistances rencontrées ? En un mot, il s’agit de surprendre le sens comme « agissant ».

54Le dernier trait, avons-nous dit, concerne la concessivité. Aristote souligne que la philosophie doit dégager une ressemblance dans la différence, opération à laquelle il est aisé d’appliquer le protocole linguistique de la concession. L’hypothèse tensive considère, sans être en mesure d’en donner la preuve scientifique, que dans le cas de la corrélation inverse le renversement des signes est le plan de l’expression d’un principe de constance dans le plan du contenu. Des combinaisons différentes par leur manifestation relèvent de la même intelligibilité. Nous y reviendrons.

2.6. L’APPAREIL ASPECTUEL DES DYNAMIQUES TENSIVES

55Une grandeur, du point de vue tensif, est un continuum analysable en fonction de la direction ascendante ou décadente retenue. En ce sens, une grandeur est en devenir, est un devenir qui va tantôt de la plénitude vers la nullité notée “zéro”, tantôt de la nullité vers la plénitude notée “un”. Filtré par l’aspect, le devenir ascendant est scindé en [relèvement vs redoublement] et ne comporte alors qu’une seule césure. Lorsque le devenir est décadent, il est scindé en [atténuation vs amenuisement] et ne comporte également qu’une seule césure. Nous sommes en présence d’une structure très générale : celle des modulations aspectuelles, qui n’est pas liée à une strate particulière. Le réseau de ces modulations aspectuelles élémentaires s’établit ainsi :

56L’inscription de ces modulations aspectuelles dans un graphique présente une difficulté quant à l’orientation d’un axe. Pour l’établir, nous retenons une structure relative à la représentation des paysages dans la peinture dite classique : on sait que les peintres et les dessinateurs pour communiquer à l’observateur l’illusion de la profondeur ont adopté un code très général en vertu duquel la petitesse signifie l’éloignement et la grandeur relative la proximité, soit :

57Le relèvement signifié par /petit/ est solidaire de l’/éloignement/, qui atténue l’/infini/ au titre de virtualité, mais la poursuite du rapprochement qui augmente la taille de l’objet représenté signifie l’amenuisement de la distance ; pour rendre compte de la progression de cette quantité négative, il convient d’inverser la direction de l’axe des abscisses :

58La paraphrase de ce diagramme tient dans la proposition suivante : au passage de l’atténuation à l’amenuisement sur la dimension de la distance correspond sur la dimension de la taille le passage du relèvement au redoublement ; le passage de l’atténuation à l’amenuisement se réalisant comme un accroissement de la proximité, l’orientation de la flèche tient compte de cette positivité. Ce diagramme est un espace rapproché, comparable au détail dans les monographies consacrées aux peintres ; cet espace convient aux structures locales et notamment à la matrice dont il sera question plus loin.

Notes

20 Steiner (2000, p. 48).

21 Hjelmslev (1971, p. 28).

22 Hjelmslev (1971, p. 36).

23 Valéry (1973, p. 1204).

24 Saussure (1962, p. 168).

25 Hjelmslev (1971, p. 43).

26 Ibid., p. 49.

27 Ibid., p. 93.

28 Nous adoptons le point de vue de Valéry qui place la structure phrastique au seuil du procès sémantique : « Tout fait mental n’est que demande et réponse », in Valéry (1973, p. 891).

29 Voir Fontanille & Zilberberg (1998) ; Zilberberg (2002, pp. 111 – 143) ; Cl. Zilberberg (2006).

30 Hjelmslev (1971, p. 51 et p. 55).

31 Valéry (1973, p. 1160).

32 Voir Greimas & Courtés (1986, pp. 81 – 84).

33 L’une des préoccupations partagées de Saussure et de Hjelmslev est de penser la syllabe en tant que syllabe.

34 Hjelmslev (1971, p. 49).

35 Ibid., p. 93.

36 Cassirer (1986, p. 53).

37 Rousseau (1964, pp. 110 – 111). À ce désabusement du donateur répond selon Simmel, chez le donataire, du ressentiment : « Il est très commun que les mendiants à qui l’aumône est donnée en viennent à considérer celle-ci comme leur droit et devoir du donneur, et si celui-ci échoue à cette supposée obligation, ils l’interprètent comme un refus d’une contribution qui leur est due et ressentent une amertume qu’ils ne ressentiraient pas contre celui qui leur a toujours refusé l’aumône » in Simmel (1998, p. 63).

38 Michaux (2001, p. 373).

39 Selon Valéry (1973, p. 1283).

40 P. Fontanier (1968, p. 123).

41 Baudelaire (1954, p. 1198).

42 Ibid., p. 1200.

43 Ibid., p. 1201.

44 Ibid., p. 1193.

45 P. Valéry (1973, p. 1284).

46 Ibid., p. 1288.

47 H. de Balzac (1966, p. 177).

48 Baudelaire (1954, pp. 295 – 296).

49 Bachelard (1958, p. 66).

50 Voir pour ces termes l’étude intitulée Langue et parole, in Essais linguistiques.

51 Le poème de Mallarmé : Un coup de dés jamais n’abolira le hasard peut être envisagé comme le passage de l’espace dans les mots aux mots dans l’espace.

52 Aristote (1991, p. 332).

53 Ibid., p. 335.

54 Ibid., p. 337.

55 Ibid., p. 338.

56 Pour un traitement approfondi de cette question, voir S. Badir (2008, pp. 13 – 61).

57 Dans les Éléments de grammaire tensive, nous avons opposé le “coup”, mesure de la vitesse, à la “fois” qui présupose la temporalité et la lenteur, même si l’opposition [“coup” vs “fois”] est asymétrique.

58 Nous empruntons à Cassirer la distinction entre les processus et les activités : « Et dans ce dernier cas, on trouve à nouveau deux formes d’organisation linguistique, selon que l’expression verbale est saisie comme expression d’un processus ou comme expression d’une activité, selon qu’elle est plongée dans le cours des événements ou que le sujet agissant et son énergie sont mis en valeur et prennent une position centrale » (1985, p. 238). L’un des chapitres de la modernité réside assurément dans l’asynchronisme croissant des “processus et des” “activités”, les premiers étant “accélérables”, les secondes assujetties à une lenteur très peu élastique.

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search