Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Première partie : la structure tensive

1. Le moment théorique

Texte intégral

L’être est tour à tour condensation qui se disperse et dispersion qui reflue vers un centre.
G. Bachelard

  • 2 Zilberberg (2002, pp. 111–143).
  • 3 Zilberberg (2006).

1Il est deux sortes d’esprits, les premiers accèdent d’emblée à la maîtrise sans éprouver jamais le besoin d’y revenir ; les seconds se reconnaissent volontiers dans le vers de Boileau Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ; jamais satisfaits, mais voulant, osant croire que le dernier essai est moins mauvais que le précédent. C’est notre cas personnel, et c’est la raison pour laquelle nous avons après le Précis de grammaire tensive2 et les Éléments de grammaire tensive3 , intitulé cet essai La structure tensive.

2Après tout, la théorie est un genre théorique subsumant une classe de possibles, qui sont pour les uns exclusifs, pour les autres conjugables. Les thèmes de l’alternance sont connus, et sans la moindre prétention à l’exhaustivité, nous distinguerons trois couples : (i) le couple immanence vs transcendance : la théorie hjelmslevienne est l’exemple même de l’option immanente : l’analyse du langage est en droit exhaustive et le langage ne doit rien à quoi que ce soit ; en revanche, la théorie psychanalytique ressortit au point de vue transcendant en l’acception épistémologique du terme ; (ii) le couple diachronie vs synchronie : le point de vue diachronique a longtemps prévalu ; conduire l’analyse d’un régime de sens revenait à en retracer l’histoire ; le point est connu : c’est à Saussure que l’on doit la distinction entre deux linguistiques : une linguistique diachronique traitant des transformations et une linguistique synchronique traitant des états systémiques ; cette séparation est le principal mérite de Saussure aux yeux de Cassirer. Dans l’Essai sur l’homme, qu’il écrivit à la fin de sa vie, ce dernier écrit :

  • 4 Cassirer (1991, p. 176).

En réalité, l’étude du langage ne constitue pas l’objet d’une science, mais de deux sciences. Dans une telle étude, il faut toujours distinguer deux axes, l’“axe de la simultanéité” et l’“axe de la succession”. La grammaire, par nature et par essence, relève du premier4 . ;

  • 5 Saussure (1962, p. 168).

3(iii) le couple formalisme vs humanisme : ce couple concerne la place du sujet ; le sujet avec ses soucis, ses attentes et ses affects est-il un intrus pour un système qui n’a pas besoin de lui ? ou bien occupe-il une place dont la teneur est à définir ? La tentation “algébriste” existe chez Saussure, sans doute entretenue par l’audace du fameux Mémoire : « La langue est pour ainsi dire une algèbre qui n’aurait que des termes complexes5 . » Elle est également latente dans l’œuvre de Hjelmslev avec la notion de « schéma » ; Hjelmslev choisit pour exemple le r français :

  • 6 Hjelmslev (1971, p. 81).

L’r français est ainsi défini comme une entité oppositive, relative et négative ; la définition donnée ne lui attribue aucune qualité, quelle qu’elle soit6 .

4Hjelmslev ne fait aucune difficulté pour avouer la visée algébrique de sa démarche :

  • 7 Ibid., p. 83.

Cette conception de la langue a, en effet, été reprise et développée par M. Sechehaye qui, dans son travail de 1908, soutient avec raison qu’on peut concevoir la langue sous un aspect algébrique ou géométrique et symboliser ses éléments arbitrairement de façon à en fixer l’individualité, mais non pas leur caractère matériel7 .

5Cette préconisation a été sévèrement critiquée par Jakobson :

  • 8 Jakobson (1963, p. 115).

En fait cependant, entreprendre de réduire le langage à ses invariants ultimes, au moyen d’une simple analyse de leur distribution dans le texte et sans référence à leurs corrélats empiriques, c’est courir à un échec certain. Si, en anglais, on compare les deux séquences /ku/ et /uk/, on n’obtiendra aucune information sur l’identité du premier segment dans l’un de ces exemples avec le second segment dans l’autre, à moins de mettre en jeu les propriétés sonores communes aux /k/ initial et final dans les deux positions8 .

6La sémiotique greimassienne, dans la mesure où elle a favorisé la narrativité proppienne et le parcours du sujet, se présente comme une sémiotique humaniste :

  • 9 Greimas & Courtés (1979, p. 245).

En effet, le schéma narratif constitue comme un cadre formel où vient s’inscrire le “sens de la vie” avec ses trois instances essentielles : la qualification du sujet, qui l’introduit dans la vie ; sa “réalisation” par quelque chose qu’il “fait” ; enfin, la sanction — à la fois rétribution et reconnaissance — qui seule garantit le sens de ses actes et l’instaure comme sujet selon l’être9 .

7Toutefois, à cet égard, une difficulté se fait jour : la sémiotique, pour autant qu’elle a pour objet la construction de la signification, relève, selon Hjelmslev non de la forme du contenu mais de la substance du contenu, laquelle concerne seulement le système des « évaluations » propres à une culture, si bien que, à la lettre, la sémiotique applique, référée à la conception hjelmslevienne, une méthode qui ne la concerne pas…

  • 10 Lévi-Strauss (1962, p. 95).

8À partir de ces trois couples d’oppositions, il est possible d’esquisser le “profil” sommaire d’une théorie reconnue. Ainsi la psychanalyse peut, en raison du statut accordé à l’inconscient, être caractérisée comme transcendante, diachronique, enfin comme humaniste. Mais la théorie lacanienne, qui considère que « l’inconscient est structuré comme un langage », est, dans certaines limites, formaliste. Bien entendu, en l’état actuel, chacun de ces couples fonctionne sur le mode du « ou… ou… », c’est-à-dire de l’alternance, alors qu’une théorie suffisante demande le mode du « et… et… », c’est-à-dire la coexistence des deux modes, à l’instar de ce que préconise Lévi-Strauss à propos du second couple en souhaitant disposer d’« un schème unique (…) permettant d’intégrer le point de vue de la structure et celui de l’événement10. »

9Si nous nous limitons à la théorie sémiotique proprement dite, la théorie est susceptible de deux orientations. Selon Hjelmslev, la théorie doit revêtir la forme d’une hiérarchie, que le système des définitions à la fin des Prolégomènes formule ainsi : « classe de classes » (quatrième définition) ; à vrai dire, les cinq premières définitions forment un complexe, de sorte que chacune de ces définitions constitue un point de vue pour ce complexe. Cette décision entraîne plusieurs conséquences : (i) le point de départ, la première schizie, dans la mesure où elle est conservée dans les phases ultérieures, décide de toute l’affaire ; c’est la raison pour laquelle Hjelmslev s’attache, notamment dans l’étude intitulée La Stratification du langage, à préciser l’ordre des schizies fondatrices :

  • 11 Hjelmslev (1971, p. 52).

La distinction entre contenu et expression est le premier carrefour, celle de forme et substance le second, et la distinction de forme et de substance est subordonnée à celle entre les plans11.

10(ii) l’opération majeure, l’analyse, porte sur une dépendance et non sur une opposition comme le recommandaient les Pragois ; en effet, si l’on choisit comme objet une opposition, l’analyse, superflue, devient une sorte de pléonasme ; (iii) l’analyse étant pour ainsi dire exclusive, elle est nécessairement transitive, c’est-à-dire que l’analysant devient “au coup suivant” l’analysé ; il y a un paradoxe vertueux dans la conception hjelmslevienne de l’analyse : cette dernière sépare pour réunir, divise pour lier ; en ce sens, pour Hjelmslev, la théorie est « déductive ».

  • 12 Greimas & Courtés (1979, p. 158).
  • 13 Greimas souligne lui-même que les formes syntaxiques ne sont pas moins signifiantes que les formes (...)

11Tout en se réclamant de Hjelmslev, la conception greimassienne de la théorie en est à plusieurs titres l’antithèse. En raison du crédit accordé à l’analyse, la démarche hjelm slevienne va du complexe vers le simple, les « figures », tandis que pour Greimas elle se présente comme un « parcours qui va du plus simple au plus complexe, du plus abstrait au plus concret12. » En second lieu, Greimas, dans l’article relatif au parcours génératif figurant dans Sémiotique 1, distingue pour chaque niveau une composante sémantique, ou morpho logique, et une composante syntaxique13, alors que l’un des objectifs déclarés de Hjelmslev est la récusation de la césure immémoriale entre la syntaxe et la morphologie :

  • 14 Hjelmslev (1971, p. 94).

(…) la classification des fonctifs en invariantes et variantes que nous sommes en train d’établir ébranlera la base de la bifurcation traditionnelle de la linguistique en morphologie et syntaxe14.

12En troisième lieu, la position de Greimas jusqu’à Sémiotique des passions est caractérisée par la prévalence de la rationalité :

  • 15 Greimas & Courtés (1979, p. 158).

(…) les instances génératives les plus profondes apparaissent constituées par des formes logico-sémantiques (ce qui permet de faire l’économie du concept d’interprétation) (…)15.

13De l’imperfection revient sur cette orientation intellectualiste en introduisant le concept d’esthésie définie comme « fusion totale du sujet et de l’objet ». Toutefois, si nous élargissons le cadre, la direction adoptée par De l’imperfection peut être interprétée comme une catalyse de grande ampleur laquelle pose l’ordre de la signification comme présupposante et l’affectivité, notamment sous les espèces du survenir, comme présupposée ; nous reprenons à notre compte les belles analyses de Cassirer relatives à ce qu’il appelle dans La Philosophie des formes symboliques le « phénomène d’expression ». Ce « phénomène d’expression » signifie pour le sujet un certain style modal marqué par la passivité, sinon la passibilité (A. Hénault) :

  • 16 Cassirer (1988, pp. 91–92).

Car toute expérience vécue d’expression n’est d’abord rien d’autre qu’une épreuve subie ; c’est un être-saisi bien plus qu’un saisir, (…)16

14Pour l’objet, l’intensité vécue du « phénomène d’expression » impose la secondarité modale de la perception :

  • 17 Ibid., pp. 82–83.

Elle [la perception] ne se résout jamais en un simple complexe de qualités sensibles — comme clair ou sombre, froid ou chaud —, mais s’accorde chaque fois à une tonalité d’expression déterminée et spécifique ; elle n’est jamais réglée exclusivement sur le “quoi” de l’objet, mais saisit le mode de son apparition globale, le caractère du séduisant ou du menaçant, du familier ou de l’inquiétant, de l’apaisant ou de l’effrayant qui réside dans ce phénomène pris purement comme tel indépendamment de son interprétation objective17.

15Cassirer exclut formellement que l’affectivité puisse être greffée sur une objectivité qui la précèderait :

  • 18 Ibid., p. 89.

Elle [cette interprétation] doit au préalable ôter la vie à la perception, la convertir en un complexe de simples contenus de l’impression sensible pour ensuite ranimer ce “matériau” mort de la sensation grâce à l’acte de pénétration affective. Mais la vie qui lui échoit ainsi en partage reste en dernière analyse une simple apparence, l’œuvre de l’illusion psychologique18.

16Sous ce préalable, les structures profondes sont plutôt “thymico-sémantiques” que “logico-sémantiques”. Cette antériorité fonctionnelle autant qu’existentielle du « phénomène d’expression », c’est-à-dire de l’affect, permet de comprendre pourquoi sa manifestation préférentielle reçoit la forme de la soudaineté et de l’événement. Nous y reviendrons à propos du mode sémiotique de l’efficience. En dernier lieu, Greimas envisage le passage d’un niveau dit “profond” à un niveau dit “superficiel” comme une « conversion ». Ce passage s’effectue selon deux modalités : (i) un principe de conservation, ou de persistance, en vertu duquel la schizie entre la sémantique et la syntaxe est présente à tous les niveaux ; (ii) un principe d’« enrichissement », d’augmentation du sens, déjà mentionné, qui va du simple vers le complexe :

  • 19 Greimas & Courtés (1979, p. 72).

(…) il faut bien reconnaître que la génération de la signification, en introduisant de nouvelles articulations à chaque étape de son parcours, apporte en même temps un “enrichissement” ou une “augmentation” du sens, si tant est que la signification n’est autre chose qu’articulation19.

17Le passage du niveau fondamental où n’interviennent que l’interdéfinition sémantique et l’interaction syntaxique vers le niveau superficiel ne laisse pas d’être problématique : tout ne semble-t-il pas se passer comme si le parcours génératif était le mal et le remède : le développement du parcours génératif ne réintègre-t-il pas les grandeurs qu’il avait suspendues pour justement constituer le niveau fondamental, notamment le temps et l’espace, ces gardiens du sens ?

18L’étendue des divergences entre les démarches respectives de Hjelmslev et de Greimas suscitent la perplexité. Sont-elles surmontables ? La démarche greimassienne suppose, sous bénéfice d’inventaire : (i) la tripartition des niveaux ; (ii) la direction ascendante du simple vers le complexe ; (iii) la réciprocité de la sémantique et de la syntaxe à la hauteur de chaque niveau. Pour que cette approche entre en concordance avec la primauté et la continuité de l’analyse préconisées par Hjelmslev, il suffit, nous semble-t-il, de postuler, à la suite de Hjelmslev, une direction descendante du complexe vers le simple qui est, du point de vue métalinguistique, le plan de l’expression de la prééminence de l’analyse. Notre position est susceptible de deux interprétations-évaluations en divergence ; soit une interprétation péjorative généralement identifiée à l’éclectisme, soit une interprétation positive, celle de la métaphore du bricolage dans la lecture qu’en propose Lévi-Strauss dans les premières pages de La Pensée sauvage.

Notes

2 Zilberberg (2002, pp. 111–143).

3 Zilberberg (2006).

4 Cassirer (1991, p. 176).

5 Saussure (1962, p. 168).

6 Hjelmslev (1971, p. 81).

7 Ibid., p. 83.

8 Jakobson (1963, p. 115).

9 Greimas & Courtés (1979, p. 245).

10 Lévi-Strauss (1962, p. 95).

11 Hjelmslev (1971, p. 52).

12 Greimas & Courtés (1979, p. 158).

13 Greimas souligne lui-même que les formes syntaxiques ne sont pas moins signifiantes que les formes sémantiques.

14 Hjelmslev (1971, p. 94).

15 Greimas & Courtés (1979, p. 158).

16 Cassirer (1988, pp. 91–92).

17 Ibid., pp. 82–83.

18 Ibid., p. 89.

19 Greimas & Courtés (1979, p. 72).

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search