Version classiqueVersion mobile

La structure tensive

 | 
Claude Zilberberg

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Thom (1981, p. 170).

1Le texte présenté se propose d’établir la centralité des modes sémiotiques et plus particulièrement celle du mode d’efficience c’est-à-dire de celui qui concerne la tension entre le survenir et le parvenir. Mais le survenir n’est pas une grandeur comme les autres : inconditionné, il est sa propre référence et il transmet cette qualité à la grandeur qui le manifeste : l’événement. À défaut de pouvoir produire l’événement, il nous incombe d’avancer une théorie qui en réponde dans les termes indiqués par R. Thom : « créer une théorie de la signification dont la nature soit telle que l’acte même de connaître soit une conséquence de la théorie1. » L’événement existe comme possibilité pure, mais « inexiste » comme lettre. Après coup, il reçoit du discours dominant la caution dont il porte l’absence. Le survenir et le parvenir munis de leurs dérivées valent donc aussi pour l’hypothèse elle-même. Le survenir impose sa thématique, c’est-à-dire les interrogations qu’il projette, et le parvenir tant bien que mal avance ses réponses.

2L’ordre de l’événement et l’ordre du discours sont mal assortis l’un à l’autre. L’événement surgit et rompt avec la temporalité ambiante : dans l’ordre de l’événement il n’y a pas d’antériorité. C’est l’ordre du discours qui invente, imagine une antériorité qu’il juge raisonnable ; c’est le discours qui transpose l’événement dans l’ordre qui est le sien. Dans ses manifestations les plus exigeantes, l’art moderne se propose justement de revenir à ce moment imprévu du jaillissement qui rend le discours superflu ou impropre.

3Le survenir et le parvenir participent d’une grammaire de l’affect qui se cherche. Le survenir affectionne les sub-valences de tempo et de tonicité portées à leur paroxysme, tandis que le parvenir tempère cette phorie ardente en la distribuant dans un temps et dans un espace augmentés. Ces fonctionnements sont au principe de la dualité des valeurs : valeur d’absolu concentrée et exclusive ou valeur d’univers diffuse et distribuée.

4C’est à Hjelmslev que revient le mérite d’avoir identifié, d’une part l’analyse et la déduction, d’autre part la hiérarchie et le complexe d’analyses. Modestie gardée, c’est une démarche comparable que nous avons esquissée dans la quatrième partie. En divergence avec Sémiotique 1 qui procède par enrichissement d’un couple appauvri [s1 vs s2], nous procédons par analyse d’une tension capitale, celle qui confronte les valeurs d’absolu visant l’unicité, l’incomparable, et les valeurs d’univers visant l’universalité. Ces deux classes de valeurs à leur tour sont analysables en valences respectivement intensives et extensives. Les valences intensives sont résolues en sub-valences de tempo et de tonicité, les valences extensives résolues en sub-valences de temps et d’espace. Les sub-valences sont analysées en phorèmes qui structurent les vécus des sujets. Enfin les phorèmes font place aux incréments qui sont à la fois la limite actuelle de l’analyse et la “menue monnaie” de la signification.

5L’hypothèse de la matrice s’est imposée à nous à partir d’un constat, à savoir l’autorité de l’aspectualité sur la structure sémiotique. En deçà des sèmes se tiennent au titre de manifestées des degrés et des limites, au titre de manifestantes d’une part des relèvements et des redoublements, d’autre part des atténuations et des amenuisements. Ces prises en compte aboutissent à la distinction entre sur-contraires et sous-contraires, La matrice résume un ensemble de relations structurantes.

6Le dernier point concerne la relation entre l’axe paradigmatique et l’axe syntagmatique et le choix de la monotonie. L’écho rencontré par la sémiotique greimassienne tient à ce qu’elle proposait pour la syntaxe un modèle simple et efficace : le carré sémiotique. Cette syntaxe était tacitement reçue comme exclusive et par suite comme universelle. Si nous voyons en elle un style syntaxique, nous savons que les grands styles vont par deux. Dans leurs travaux, Jakobson et Lévi-Strauss retenaient une dualité : la tension entre la contiguïté et la similarité, d’où la question-objection : mais de quelle dualité le carré sémiotique participe-t-il ?

7À partir de cette ouverture, nous proposons de distinguer trois styles syntaxiques : la syntaxe intensive des augmentations et des diminutions, la syntaxe extensive des tris et des mélanges, et la syntaxe jonctive des implications et des concessions. Nous faisons de même pour la composante sémantique. Ce disant, nous ne nions pas la syntaxe propre au carré sémiotique : seulement nous voyons en elle une syntaxe marquée par la nécessité et nous la recevons comme une possibilité parmi d’autres.

8Un travail prospectif ne saurait éviter la question de l’homogénéité : tous ces couples coexistent-ils sans frictions les uns avec les autres ? Il est difficile de répondre avec netteté, car c’est la durée qui généralement opère ce travail de décantation. La trinité des modes sémiotiques et la trinité des styles syntaxiques et sémantiques peuvent être aménagées ainsi :

Notes

1 Thom (1981, p. 170).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search