Version classiqueVersion mobile

Aux sources des liturgies indo-iraniennes

 | 
Céline Redard
, 
Juanjo Ferrer-Losilla
, 
Hamid Moein
, 
et al.

Archéologie d’un mantra védique

Philippe Swennen

Résumé

Les sūtras enseignent que le premier mantra du Yajurveda, iṣé tvorjé tvā, doit être récité au début du darśapūrṇamāsa, quand le prêtre choisit et coupe une branche destinée à séparer les veaux de leurs mères. L’examen des commentaires en prose les plus archaïques insérés dans les collections du Yajurveda noir montrent qu’il s’agit pourtant d’un aménagement secondaire. Le mantra ne concernait originellement pas la branche, mais bien l’attribution au sacrifiant du bénéfice de l’échange rituel entre hommes et dieux intervenant au point du jour.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je souscris avec beaucoup de conviction à la contribution que Naoko Nishimura donne au présent volume. La méthode qu’elle emploie pour trouver l’accès à l’interprétation originelle de la première section mantra largement commune à toutes les collections du YV est remarquablement solide.

L’érudition occidentale dédiée à l’analyse de la littérature védique a pris l’habitude, dès le xixe siècle, d’appréhender l’étude des rites brahmaniques anciens sous l’angle d’une strate textuelle particulière. En dépit de la qualité des travaux initiaux par lesquels des auteurs aussi différents que Martin Haug1 ou Albrecht Weber2 montraient l’unité thématique fondamentale de cette littérature, qui parle inlassablement de cultes auxquels elle donne des noms stables tout en enregistrant discrètement les transformations des actes qui les constituent, les maîtres qui suivirent ces pionniers tendirent à privilégier une approche fragmentaire du corpus védique. Ainsi Hermann Oldenberg3 ou Sylvain Lévi4 part...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search