Version classiqueVersion mobile

Les dieux d’Homère II – Anthropomorphismes

 | 
Renaud Gagné
, 
Miguel Herrero de Jáuregui

Introduction. Sauver les Dieux

Renaud Gagné et Miguel Herrero de Jáuregui

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’adjectif anthrōpomorphos apparaît dans nos sources à l’époque hellénistique pour désigner la représentation erronée ou imparfaite du divin. C’est un terme aux connotations généralement négatives. Hécatée d’Abdère, sous le règne de Ptolémée Ier, l’utilise peut-être déjà pour faire référence au refus de Moïse de façonner les agalmata de l’idolâtrie, puisqu’« il ne considérait pas que Dieu est anthropomorphe, mais que le ciel qui entoure la terre seul est Dieu et le maître de toutes choses1 ». Épicure s’en sert (probablement) pour postuler une origine des eidola divines dans les phantasiai oniriques2. Les Stoïciens opposent leur dieu cosmique au theos anthrōpomorphos3. Diodore montre Brennus, le roi des Galates, se moquer à Delphes des dieux anthropomorphes des Grecs, faits de pierre et de bois4. Philon d’Alexandrie se sert abondamment de ce terme tout au long de son œuvre apologétique5. Les chrétiens de l’époque patristique, héritiers de toute une tradition, en feront un usage encor...

Auteurs

Professeur (Reader) de littérature et religion de la Grèce ancienne à l’Université de Cambridge, où il enseigne depuis 2009. Il a notablement publié Ancestral Fault in Ancient Greece (Cambridge, 2013) ; Sacrifices Humains (avec Pierre Bonnechere, Liège, 2013) ; Choral Mediations in Greek Tragedy (avec Marianne Hopman, Cambridge, 2013) ; et Regimes of Comparatism : Frameworks of Comparison in History, Religion and Anthropology (avec Simon Goldhill et Geoffrey Lloyd, Brill, 2018).

Professeur titulaire (maître de conférences) de philologie grecque à l’Université Complutense de Madrid. Il est l’auteur de plusieurs études sur la religion et littérature de la Grèce archaïque et classique, et sur la réception chrétienne de la culture hellénique, notamment Orphism and Christianity in Late Antiquity (De Gruyter, 2010). Récemment il a édité et traduit en espagnol la version latine de la Politique d’Aristote publiée en 1548 par Juan Ginés de Sepúlveda et les Sentences atribuées à Phocylide.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search