Version classiqueVersion mobile

Nourrir les dieux ?

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Francesca Prescendi

Entre deux éclats de rire. Sacrifice et représentation du divin dans le De sacrificiis de Lucien

Nicole Belayche

Résumé

La lecture proposée ici du De sacrificiis prend ce texte peu étudié au sérieux, car derrière les sarcasmes, Lucien offre une représentation du divin, qui est cynique de ton et épicurienne de conception. L’ouverture des premières lignes sur les principales formes rituelles, dont les sacrifices, est un moyen de conduire à une réflexion sur le βίος τῶν θεῶν (Sacr., 10). Au travers de la contestation des offrandes sacrificielles se révèle une critique plus ample et plus radicale que chez les philosophes, prêts à composer avec le culte établi pour le ‘vulgaire’ : celle du système ritualiste dans son ensemble, donc de la représentation théologique qu’il exprime – socialement imaginée selon les valeurs d’échange qui régissent la société des hommes – et des croyances dont il témoigne. La critique est originale dans le panorama de la pensée grecque et romaine sur le rituel, et plus encore au sein du courant de la Seconde Sophistique, si attentive à la piété civique identitaire et aux relations avec les dieux.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Son rire (ou celui qu’il fait naître en nous) n’est pas vain ou nihiliste. Le Samosate […] nous soumet à des expériences de pensée.
A. Essen & M. Briand1

Bien que Lucien de Samosate soit parmi les auteurs les plus prisés de la recherche actuelle, le De sacrificiis n’a guère été étudié récemment, sinon par Fritz Graf à l’occasion d’une conférence consacrée au sacrifice sanglant dans la Méditerranée antique2. L’étude la plus complète remonte au livre de Marcel Caster : Lucien et la pensée religieuse de son temps, publié en 19373.

Le De sacrificiis, un humour sans conséquence ?

Le De sacrificiis appartient au genre de la satire ménippéenne pour l’attaque sarcastique et burlesque que l’auteur y porte contre la représentation dominante des dieux et les pratiques rituelles, avec des accents tout à la fois cyniques de ton et épicuriens de conception. Bien que l’opuscule n’ait pas les implications historiques d’Alexandre ou le faux prophète ou du traité Sur la déesse syrienne4, il est étonnant...

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search