Version classiqueVersion mobile

Nourrir les dieux ?

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Francesca Prescendi

Les codes de l’adresse rituelle en Grèce : le cas des libations sans vin

Vinciane Pirenne-Delforge

Résumé

Tout processus sacrificel opère des choix dans un éventail de possibilités qui sont diversifiées sans être infinies. Ce constat a deux implications. D’une part, on peut faire l’hypothèse que ces choix font, d’une manière ou d’une autre, référence au destinataire du sacrifice et donnent des indications sur les attentes des sacrifiants. D’autre part, les limites concrètes du langage rituel laissent entendre qu’un même geste aura une portée différente selon le contexte. Identifier les énoncés non verbaux du sacrifice – ce qu’on appelle ici « l’adresse rituelle » – est une tâche délicate, dont le dossier des libations sans vin permet de montrer à la fois l’intérêt et les difficultés. Ces « offrandes sobres », que les Athéniens appelaient nèphalia ou nèphalioi thusiai ou spondai, étaient marquées négativement par l’absence de vin et positivement par la nature du liquide utilisé : de l’eau, du lait, un mélange miellé, voire de l’huile. L’étude dégage la portée du registre sémantique de la « sobriété » véhiculée par ce type de rituel et en analyse les implications dans l’identification d’un message et/ou du destinataire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction : « l’adresse rituelle »

Offrir un sacrifice, c’est notamment créer une communication entre le, ou les sacrifiants et un, ou des destinataires. La prière est là pour préciser à qui le rituel est destiné et cette adresse verbale est essentielle1. Elle est parfois redoublée par l’inscription que porte l’autel, mais une telle adresse écrite n’est pas dépourvue d’ambiguïté. Par exemple, il est des cas où l’offrande à un dieu se fait sur l’autel d’un autre2. Un tel glissement est aussi un message, mais il est d’une autre nature que l’écrit puisqu’il s’agit d’une manipulation concrète. Il convient dès lors d’affiner la notion « d’adresse rituelle » en y intégrant ce type d’action, qui forme un autre langage que les paroles ou les inscriptions.

Cette adresse particulière se construit sur les choix opérés dans l’éventail des possibilités qu’offre tout processus sacrificiel. On peut ainsi évoquer les qualités et spécificités de l’animal, la nature des offrandes complémentaires, l...

Auteur

F.R.S.-FNRS – Université de Liège
Département des Sciences de l’Antiquité
7, place du 20-Août
BE – 4000 Liège
Courriel : v.pirenne[at]ulg.ac.be

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search