Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nourrir les dieux ?

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Francesca Prescendi

Les offrandes végétales dans les rites sacrificiels des Romains

John Scheid

Résumé

Le sacrifice végétal est souvent opposé par les historiens modernes au sacrifice animal. En suivant certaines interprétations antiques, des théories modernes lui accordent une valeur religieuse épurée et supérieure. Si l’on examine de près les différents sacrifices végétaux, il apparaît qu’il n’existe pas de différence entre une offrande de viande et une offrande de végétaux. Comme les offrandes carnées, les végétaux sont cuits et transformés en aliment, de la même manière que la viande offerte est cuite ou rôtie, et comme elle, les végétaux sont consommés. Un texte de Plutarque (Questions romaines, 109 [289e-f]) commentant Homère assimile même la mouture de la farine à une mise à mort. À partir de ces données, les érudits de l’Antiquité organisaient leurs interprétations, qu’il faut toutefois éviter de prendre pour des dogmes.

Modern historians often consider vegetable sacrifices to be the opposite of animal sacrifice. Some interpretations provided by Greek and Roman authors assume that the first attested a purified and superior religious behavior, but one should not consider these interpretations as dogmas. Rather if one closely examines known elements of the rituals, the difference between the two ways of sacrificing appears to be slight. Vegetables were cooked and transformed into food, just as meat offerings were cooked or roasted, and the fromer were also eaten by worshippers. In his Roman Questions (109 [289e-f]) Plutarch even says, in relation with Homeric mulefatos, that wheat was “killed” by the millstone.

Texte intégral

  • 1 Par exemple dans Shatapata-Brahmana III, 9, 4.
  • 2 Malamoud (1989), p. 54 sq.
  • 3 Ibid., p. 218 sq. ; Malamoud (2005), p. 249-259.
  • 4 Malamoud (2005), p. 207.

1Fidèle auditeur des séminaires de l’indianiste Charles Malamoud à l’EPHE, je me suis longtemps demandé si l’on pouvait essayer de comprendre les sacrifices végétaux de la Rome antique en se référant à l’exemple de l’Inde antique. En lisant les Védas1, nous apprenons en effet que les tiges de soma sont écrasées avec des pierres, pour qu’elles donnent le jus d’offrande que consomment les dieux et les sacrifiants. Autrement dit, cette plante est détruite comme les autres victimes. Je renvoie à ce que Ch. Malamoud a écrit à ce sujet, d’un côté sur la crudité du soma2 et sur la fragmentation de victimes et du soma de telle manière qu’ils puissent revivre3. La production du soma apparaît donc comme une mise à mort du soma, quelles que soient par ailleurs les justifications indiennes qui sont données de cet acte. Dans la mesure où le soma est en fait le corps du dieu Soma, l’écrasement des tiges correspond en quelque sorte à une mise à mort du dieu et à une théophagie4. Dans les sources littéraires romaines, je n’ai pas trouvé des textes aussi explicites que dans le corpus védique, puisqu’elles n’entrent généralement pas dans de tels détails. En outre, l’arrière-plan cosmogonique et théologique est très différent dans la pensée romaine. Plutôt que de vouloir à tout prix retrouver à Rome les mêmes rites et les mêmes représentations de celui-ci, c’est en partant des suggestions que l’on peut retirer du paradigme védique, et en réunissant l’ensemble des sources, épigraphiques et littéraires, que l’on peut progresser un peu dans la compréhension du statut des offrandes végétales dans la religion romaine.

  • 5 Malamoud (1999), p. 27-40.

2À Rome, le discours sur les sacrifices végétaux est différent. Généralement, les Anciens, mais aussi les modernes, interprètent les sacrifices végétaux soit comme une forme archaïque, prépoliade de sacrifice, soit comme un refus du sacrifice animal, c’est-à-dire comme une forme évoluée de celui-ci. L’Inde aussi, rappelons-le, tenait ce type de discours, mais il lui arrivait de pratiquer et de légitimer le sacrifice animal, et même ce que les sources considèrent comme la forme la plus sublime de celui-ci : le sacrifice humain5.

3Avant d’aller plus loin, il faut rapidement rappeler deux ou trois points essentiels à propos des sacrifices romains. Pour commencer il faut faire le point sur ce qu’on entend par sacrifice végétal, et ajouter également quelques précisions sur les sacrifices que l’on appelle sanglants.

*

41. Généralement on considère comme des offrandes végétales la présentation ou la libation de gâteaux, de galettes, mais aussi de céréales, de fèves ou de fruits.

  • 6 Varr., ling. V, 105 ; Paul. Fest., p. 285 (éd. Lindsay) ; Plin., nat. XVIII, 8 ; 83 ; Val. Max., II (...)
  • 7 J. Scheid, Commentarii fratrum arualium qui supersunt, n° 114 (240 ap. J.-C.), col. II, lignes 17-2 (...)
  • 8 Cf. Wissowa (1912²), p. 532.

5L’offrande – et d’ailleurs l’aliment le plus archaïque – était d’après les Anciens le puls, un mélange d’eau et de farine6, qui était antérieur à la panification, vers la fin du iiie s. av. n. è. Cela n’empêcha pas le puls d’être employé dans le culte. Encore à l’époque impériale, il existe des témoignages de son utilisation cultuelle. Ainsi, les frères arvales offrent à Dea Dia et à Mater Larum des pultes en olla7. Le rite était peut-être utilisé parce qu’il donnait une touche archaïsante à ce culte fondé par Romulus et ressuscité par Auguste, ou bien c’était effectivement un trait fixé dans les rites de Dea Dia. On se rappellera aussi que les pulli divinatoires étaient censés manger des boulettes de puls8.

  • 9 Cat., agr., 134, 1 : Thure, uino Iano, Ioui, Iunoni praefato, priusquam porcum feminam immolabis ; (...)
  • 10 Fertum, Scheid, Commentarii …, n° 62b, 1, 2; n° 64, I, 40; n° 65, 23; n° 68, I, 43; n° 68a, 9. 13; (...)
  • 11 Festus, p. 408 L: Strues genera liborum sunt, digitorum coniunctorum non dissimilia, qui superiecta (...)
  • 12 Paul. Fest. p. 75 L: Ferctum genus libi dictum, quod crebrius ad sacra ferebatur, nec sine strue, a (...)
  • 13 Scheid (1990), p. 573-576.

6À côté de cette bouillie de céréales, il existait toutefois déjà à l’époque de Caton des gâteaux et galettes, strues et fertum. Caton les mentionne dans les offrandes préliminaires au sacrifice de la porca praecidanea9. Le terme est encore attesté dans les rites des arvales10. D’après les dictionnaires, les strues sont un type de gâteau, qui n’est pas sans ressembler à des doigts joints reliés par un chaume (panicula)11. Du fertum, nous savons seulement qu’il était toujours offert avec la strues12. J’ai noté, voici plus de 20 ans13, que le texte de Caton pourrait indiquer que les rites préliminaires du sacrifice, qui comportaient d’ordinaire de l’encens et du vin, étaient faits à l’époque ancienne par du vin ainsi que des strues et ferta, qui furent un jour doublés par l’encens. Strues et ferta seraient dans les rites sacrificiels l’équivalent de l’encens. Peut-être ces deux types de galettes possédaient-ils aux yeux des Romains la même qualité d’aliment typiquement divin que l’encens et le vin. Mais en dehors du fait qu’il s’agit d’offrandes préliminaires, et que le binôme strues et fertum est associé à l’offrande de vin, comme dans la praefatio, je n’ai aucun autre indice en faveur de cette hypothèse.

  • 14 Schnegg-Köhler (2002), p. 38, l. 115 sq. : Nocte autem ad Tiberim sa[c]rificium fecerunt deis <I>lithy</I> (...)
  • 15 Paul. Fest., p. 15 L : Arculata dicebantur circuli, qui ex farina in sacrificiis fiebant.
  • 16 Paul. Fest., p. 87 L : Glomus in sacris crustulum, cymbi figura, ex oleo coctum appellatur ; Fest., (...)
  • 17 Schilling (1982² [1954]), p. 91-155 ; Dumézil (1975), p. 87-97 ; Scheid (1990), p. 331-333 ; Presce (...)

7Il existe plusieurs autres variétés de gâteaux sacrificiels. On trouve par exemple dans les protocoles des Jeux séculaires un sacrifice avec des popana, des liba, des pthoes, qui mêlent comme c’est l’usage dans les sacrifices selon le ritus Graecus des pâtisseries latines (libum) à des gâteaux grecs14. Les érudits citent aussi les arculata, qui étaient des couronnes de pâte15, le glomus qui avait la forme d’un vase, ou le pastillum, qui ressemblait à un petit pain16. Mais plutôt que la nature, la composition et la forme de ces gâteaux sacrificiels, qui demeurent dans l’ensemble inconnus, il convient d’apprécier leur rôle et leur place dans les rites sacrificiels. Avant d’aller plus loin, il convient d’ajouter aux offrandes végétales celle du vin, qui est l’une des plus courantes et des plus importantes. Nous la trouvons non seulement lors des fêtes annuelles des Vinalia, mais également avant et pendant tous les sacrifices ou d’autres rites. R. Schilling, G. Dumézil et d’autres17 ont démontré que le vin pur était une boisson réservée aux dieux, et exprimant leur supériorité. Les humains ne pouvaient pas vendanger, dans le Latium, avant que le flamine de Jupiter n’ait cueilli la première grappe et ne l’ait offerte en sacrifice à Jupiter. De même, ils ne touchaient pas le vin nouveau avant d’avoir fait une libation à Jupiter, lors des Vinalia de printemps. Associé à un autre aliment divin, qui renvoie à l’immortalité divine : l’encens, le vin correspond si bien aux attentes des dieux que la libation d’encens et de vin est pratiquement homologue à un sacrifice de victime animale.

82. Quel est le rôle des offrandes végétales ? Sont-elles différentes des offrandes animales ? Avant de répondre à ces questions, il convient de souligner brièvement trois caractéristiques fondamentales du rite sacrificiel.

    • 18 Liv., XXIV, 27, 2 : cruda exta uictimae, uti mos est, in mare porricit ; cf. Verg., Aen. V, 237 ; C (...)
    • 19 C’est le rite observé à Velitrae, Suet., Aug., 1.
    • 20 Varr., lat. V, 98: haec (= ariugae) sunt, quorum in sacrufiis exta in olla, non in ueru coquuntur. (...)

    Dans un sacrifice sanglant, la viande offerte est toujours cuisinée, parfois à moitié, comme dans certains sacrifices à Neptune18 ou au sauvage Mars19, dans des marmites (les bovins) ou sur des broches20 (le petit bétail).

    • 21 Scheid, Commentarii …, n° 114 (240 ap. J.-C.), II, l. 26-33:Item de aede exierunt / et ante aram (...)
    • 22 Scheid (1990), p. 573-615.
    • 23 Vössing (2004), p. 53-59.
    • 24 Scheid, Commentarii …, n° 100 (218 ap. J.-C.), b, l. 13-18: (Ante diem tertium) kal(endas) Iun(ias) (...)

    D’autre part, les offrandes sacrificielles sont offertes dans le cadre d’un repas, d’un banquet formel, pendant lequel les dieux consomment leurs parts de l’offrande. Ce banquet des dieux est suivi d’une manière ou d’une autre d’une participation des humains, par un banquet sur place, ou par l’achat de viande sacrifiée en boucherie.
    C’est encore l’exemple du sacrifice à Dea Dia qui illustre ces pratiques. J’ai proposé de lire le rituel que les protocoles des arvales appellent sacrifice à Dea Dia comme une mise en scène de banquet. La déesse reçoit d’abord de la viande et des boulettes composées avec des morceaux de tous les sacrifices célébrés au bois sacré, avant d’être gratifiée de vin de raisin sec (vino passo), et enfin d’être couronnée et parfumée21. J’ai proposé d’y reconnaître le scénario, très formalisé, d’un banquet22. On a l’impression qu’après le service de viande, elle bénéficie d’une commissatio, à l’occasion de laquelle elle est parfumée et couronnée. Je ne veux pas entrer dans le détail des panificia que les arvales donnent près de l’autel, car il s’agit d’un problème compliqué dont nous n’avons pas la solution. Assimiler ces pâtisseries à des offrandes de dessert reste une pure hypothèse. Je ne suis toujours pas certain de son exactitude, d’autant plus que j’ai été convaincu par l’étude de notre collègue Konrad Vössing23 sur la place des desserts dans l’epulum romain. Le banquet ritualisé de Dea Dia paraît lui fournir un argument, puisque la commissatio est séparée des deux services du banquet. Le dernier jour du sacrifice, qui se célèbre à Rome, dans la résidence du président, les arvales sacrifient au cours d’un repas24. Ce qui nous intéresse est qu’ils offrent à Dea Dia des céréales, uniquement. Ce sont les céréales mûres récoltées la veille au cours du sacrifice in luco, et qui pour partie sont offertes à la déesse, pour énoncer qu’elle avait accompli ce qu’on lui demandait, et pour partie sont aussi déposées aux domiciles des arvales en vue des rites de l’année suivante.

    • 25 Scheid (2007).
    • 26 Van Andringa (2007a) et (2007b).

    Enfin, pour comprendre la logique des offrandes végétales, il ne faut jamais oublier qu’un sacrifice, quand il s’adresse à des divinités non infernales, est toujours un partage entre les humains et les dieux. Il est l’objet d’un repas. Ce partage peut être minimal, comme lors de l’offrande des prémices, ou alors, dans la variante sanglante des prémices, lorsqu’on abat du bétail sans grande cérémonie. J’ai proposé25 de considérer qu’il s’agissait en règle générale toujours d’un partage des victimes en question. Ce partage est énoncé par un geste lors de l’abattage, par une formule, ou par le sacrifice en règle du premier animal abattu. Nous en avons peu d’attestations. W. Van Andringa et S. Lepetz en étudient les traces dans les marchés du monde romain26. En tout cas, aucun document ne prouve que l’abattage n’a rien à voir avec un sacrifice.

93. Si nous revenons aux offrandes végétales, nous remarquons qu’elles correspondent à tous les critères qui nous habilitent à les assimiler à un abattage sacrificiel. Mais pour être en mesure de le faire, il ne faut pas raisonner à propos d’un seul végétal, comme les céréales. Il faut réunir toutes les offrandes végétales : les céréales, les légumes, les fruits, mais aussi le vin. Autrement, nous n’arriverons pas à comprendre la pratique. Séparer les végétaux et les aliments qui en sont tirés n’est en rien justifié.

  • 27 Plin., nat. XVIII, 8 : ne degustabant quidem nouas fruges aut uina, antequam sacerdotes primitias l (...)
  • 28 Voir note 17.

10Les végétaux offerts ne sont pas seulement des plantes, mais des êtres domestiqués, comme l’énorme majorité des victimes animales. Ils sont toujours cultivés et sont ensuite préparés en vue de l’offrande. Les végétaux crus sont également offerts, mais il s’agit de l’offrande des prémices27, qui anticipent sur la consommation de l’aliment et servent parfois, comme pour la première grappe, les fèves ou les épis de blé de Dea Dia, d’auspices favorables pour la récolte ou la vendange à venir. De la même manière que lors des abattages, les rites des prémices énoncent la nécessité du partage des aliments entre immortels et humains avant même le sacrifice proprement dit qui est fait au moyen de ces substances. Le mythe des Vinalia le souligne de façon expresse28.

11Je passe sur les offrandes les plus humbles qui se réduisent, par exemple, à un fruit ou à un grain de sel. Il s’agit généralement d’une modalité substitutive du sacrifice canonique avec des victimes animales. En outre, nous ne possédons aucune interprétation de ce type de sacrifice. En tout cas, ces offrandes ne s’opposent pas qualitativement aux sacrifices sanglants. Elles constituent une variante minimale du sacrifice tout court.

  • 29 Wissowa (1912²), p. 115.

12Pour ce qui concerne des produits finis – bouillies, gâteaux, vin – tous les végétaux offerts sont préparés. Quand les libations sont offertes, le vin est déjà pressé et a fermenté, et lorsqu’il s’agit de céréales, elles sont déjà sèches, grillées ou cuites, transformées en bouillie, galette ou pain. On peut donc considérer que lorsque les végétaux sont offerts dans des sacrifices, ils sont préparés, cuisinés à l’instar des viandes. D’ailleurs, quand il s’agit d’un sacrifice de vin, Caton le qualifie par le terme de daps, de « riche banquet », ou plutôt de riche commissatio : le dieu Jupiter, destinataire de la commissatio, boit en premier lieu, puis les sacrificants en font autant. Et lors des Vinalia de printemps (23 avril), le peuple romain peut désormais consommer tout le vin restant après la libation inaugurale29. Par conséquent, les végétaux ne sont pas traités autrement que le reste des offrandes, et il n’y a au fond pas d’opposition entre le sacrifice de végétaux et le sacrifices d’animaux. Ce sont les interprétations antiques et modernes qui les opposent, en faisant un choix parmi les rites sacrificiels, une opposition qui n’existe pas dans les rites eux-mêmes.

  • 30 Jupiter Latiar : Dion. Hal., Ant. IV, 49, 3 : les offrandes comprennent du lait, du fromage, des gâ (...)
  • 31  Wissowa (1912²), p. 411 ; cf. Plin., nat. XIV, 88 : Romulum lacte, non uino libasse iudicio sunt s (...)
  • 32 Cf. entre autres Alföldi (1965), p. 20 ; Pasqualini (1996).
  • 33 Terminus reçoit un sacrifice animal chez Ov., fast. II, 655 sq.; Hor., epod. II, 59.

13En outre les offrandes végétales ne sont pas séparées des viandes, elles sont souvent ajoutées aux sacrifices sanglants. Les exemples qui sont censés attester la primauté du sacrifice non sanglant, avec le lait par exemple, tel le sacrifice à Terminus ou à Jupiter Latiar, prouvent en fait qu’à l’époque historique, l’offrande de lait était mélangée aux offrandes de victimes animales30. Ici un mot sur le lait s’impose. Les Anciens spéculaient sur l’antiquité rituelle du lait, puisqu’il a peut-être précédé le vin dans les rites d’offrande. On utilise le lait et le fromage lors du sacrifice à Jupiter Latiar, et joint à quelques autres rites attribués à Romulus et Numa31, ce sacrifice de lait et de produits lactés sert d’habitude comme preuve de l’antiquité du rite32. Il est toutefois hautement improblable que la religion de l’époque archaïque n’ait pas connu de sacrifices sanglants. À l’époque historique, le lait n’est pratiquement plus utilisé que dans quelques vieux rites, comme le sacrifice annuel à Terminus, le sacrifice à Pales, à Rumina, Cunina ou aux Camènes. D’autant qu’il existe des rites pour lesquels les deux modalités sont attestées par les sources33. On doit aussi se demander si cette opposition entre lait et sacrifice animal existe réellement. Le lait et les produits laitiers paraissent occuper une place à part, dans ce débat, mais il s’agit toujours de l’offrande d’un produit provenant d’un être animé. On a donc nettement l’impression que la séparation des rites sacrificiels en deux catégories opposées est artificielle et a été faite pour les besoins des spéculations.

  • 34 Scheid (1990), p. 333.
  • 35 Pour ces rites : Scheid (2005), p. 97-110.

14Je n’ai pas encore parlé du rite qui ouvre et scande tous les sacrifices : l’offrande d’encens et de vin. Sans entrer dans les détails, je signale que ce rite possède la valeur d’un sacrifice, même s’il fonctionne souvent comme une salutation des divinités invitées au sacrifice, au point que sa représentation figurée peut signifier à elle seule : sacrifice34. Et cette offrande essentielle est en fait un sacrifice de végétaux, d’encens et de vin, avec la nuance suivante : comme cette offrande s’adressait exclusivement aux dieux, car l’encens et le vin pur étaient réservés aux dieux, il n’y avait pas de partage au cours de la libation. Or à chaque fois qu’un sacrifice sanglant est offert, il est accompagné de ce rite préliminaire qui ouvre la cérémonie. Ce n’est que dans certains rites du sacrifice à la grecque que la prothusia à la romaine est remplacée par l’offrande de poils de la victime et une aspersion d’eau35.

  • 36 Schnegg-Köhler (2002), p. 38, l. 90 sq. : Nocte insequenti in Campo ad Tib[erim deis Moeris Imp(era (...)
  • 37 Scheid, Commentarii…, n° 100 (218), b, l. 13-17 : (Ante diem tertium) kal(endas) Iun(ias) in domum (...)

15Enfin, dans certains cas, comme lors des sacrifices nocturnes du 3e jour des Jeux séculaires, l’offrande de galettes remplace le sacrifice sanglant36. Le premier jour des Jeux, les Moires reçoivent neuf brebis et neuf chèvres, le dernier jour, Terra mater est gratifiée d’une truie pleine. Le jour intermédiaire, en revanche, les Ilithyes sont honorées de neuf galettes, neuf pâtisseries et neuf gâteaux. Nous pouvons constater dans le protocole des Jeux que rien ne distingue le sacrifice des pâtisseries de ceux des brebis, des chèvres et de la truie, et que la formule employée pour décrire l’offrande est strictement la même : sacrificium fecerunt libeis, etc. De même le dernier jour de la fête, le matin, les prêtres offrent neuf galettes, neuf pâtisseries et neuf gâteaux à Apollon et Diane. Au contraire, pendant les deux premiers jours de la fête, Jupiter, le premier jour, et Junon reine, le deuxième, reçoivent respectivement un bœuf et une vache. Tout semble indiquer que le troisième sacrifice est simplifié, comme si dans une séquence de plusieurs sacrifices, on pouvait simplifier les offrandes. De nuit, c’est lors du deuxième sacrifice que cela se produit, puisque le troisième sacrifice, à Terra mater, était spécifique et devait concerner un animal plein et représenter en quelque sorte la nouvelle progéniture, la nouvelle génération (saeculum) dont les Jeux séculaires célébraient l’avènement. Les deux groupes de divinités précédentes ne sont pas différentes, et le sacrifice de pâtisseries doit être considéré comme une variante plus simple, moins luxueuse, des sacrifices les plus solennels. Même s’ils avaient comme fonction supplémentaire d’offrir un omen de l’engrangement heureux des récoltes, comme la cérémonie de la faba refriva ou la cueillette de la première grappe, les sacrifices de céréales qui étaient offerts à Dea Dia au cours des banquets au domicile du président des arvales37 représentaient également une version simplifiée de l’obligation sacrificielle. Dans le contexte « privé » de la confrérie, ils suffisaient. Au bois sacré, toutefois, c’est-à-dire dans un lieu public et au cours du moment culminant du sacrifice, le sacrifice animal était indispensable. Lors de la clôture des trois jours du sacrifice, un renvoi à l’obligation sacrificielle par le biais de végétaux était suffisant.

  • 38 Prescendi (2007), p. 88-89.

16L’offrande végétale et l’offrande carnée occupaient donc des degrés différents dans la gamme des sacrifices, mais il s’agit de deux rites équivalents. C’est pour cela que les commentateurs antiques peuvent, dans certains cas qui ont été relevés par Fr. Prescendi38, assimiler le vin au sang de la victime.

174. Si nous réunissons toutes ces données, nous constatons que sur le plan des rites, il n’existe pas de différence entre une offrande de viande et une offrande de végétaux. Les sacrifices se déroulent de la même manière, et surtout, des sacrifices végétaux accompagnent et scandent tous les sacrifices sanglants, soit par le rite de la praefatio soit par l’intercalation éventuelle d’un sacrifice de végétaux dans une série de sacrifices sanglants. Le sacrifice de Dea Dia et ceux des Jeux Séculaires le démontrent. Dans les faits, il est donc pratiquement impossible de séparer les deux catégories de sacrifices. À l’exception des prémices des vendanges et des récoltes, dont la logique est différente, toutes les offrandes végétales sont cuites et transformées en aliment, de la même manière que la viande offerte est cuite ou rôtie.

  • 39 Prescendi (2007), p. 207.
  • 40 Prescendi (2007), p. 202-251.

18Rien n’interdit évidemment aux érudits, poètes et antiquaires, d’interpréter la double nature des offrandes sacrificielles, en les distinguant rigoureusement. Ils peuvent considérer par exemple que les offrandes végétales renvoient aux origines modestes des Romains, quand les dieux et les humains se contentaient d’aliments simples39. Ils peuvent aussi expliquer que les offrandes végétales étaient comme une forme plus pure de sacrifice, puisqu’elles ne comportent ni mise à mort ni sang versé, et même que l’adoption du sacrifice végétal comme seul mode sacrificiel signale la volonté de rupture avec la violence des cités40. Mais ce ne sont là que des interprétations, qui ne deviennent des rites exclusifs que chez les Pythagoriciens et leurs successeurs, ce qui veut dire aussi que cette approche du sacrifice ne concernait somme toute qu’un nombre limité de personnes.

195. En revenant à la question posée au début, demandons-nous à nouveau s’il est réellement possible de comparer le sacrifice végétal au sacrifice animal, dans la mesure où il n’est apparemment pas question dans les sources de mise à mort dans l’offrande végétale.

20J’ai cité l’exemple du pressurage des tiges de soma, qui est parfois interprété dans les textes védiques comme une mise à mort de ces tiges et même du dieu Soma qui patronne le rite et l’offrande de soma. Jusqu’à présent je n’ai pu citer aucun texte qui attesterait que les Romains comprenaient de cette manière le traitement des végétaux dans le processus sacrificiel. Nous avons vu que les végétaux étaient cuisinés, préparés et consommés à l’instar des offrandes animales. Mais nous n’avons découvert aucune allusion, même métaphorique, à une mise à mort.

  • 41 Plutarque, Questions romaines, 109 (289e-f) : Διὰ τί τῷ ἱερεῖ τοῦ Διός, ὃν Φλάμινα Διᾶλιν καλοῦσιν, (...)

21Or, dans un texte bien connu, il existe une trace d’un raisonnement de ce type à Rome. Il se trouve sous le calame de Plutarque. C’est dans l’une des dernières Questions romaines, qui sont consacrées au flamine de Jupiter, que Plutarque parle en ces termes de la farine. Il s’agit de la 109e question41 :

Pourquoi n’était-il pas permis au prêtre de Zeus, qu’ils appellent flamen Dialis, de toucher de la farine ni du levain ?

Est-ce que la farine est une nourriture imparfaite et non cuite ? Car elle n’est pas restée ce qu’elle était, le blé, ni devenue ce qu’elle doit devenir, le pain, mais elle a perdu d’un côté la force de la semence sans avoir de l’autre l’utilité d’un aliment. C’est pourquoi le poète nomme la farine par une métaphore mulefatos (« tuée par la meule »), comme si elle avait été mise à mort et détruite durant la mouture. 

22Je n’ai même pas besoin de commenter longuement ce passage. Il existait manifestement une vieille tradition, reprise par le comparatiste Plutarque, qui concevait le processus de transformation des végétaux en aliment comme une mise à mort. Plutarque en parle un peu plus loin comme d’une transformation qui leur donne, au moment où on les offre et les consomme, comme à la viande, une forme différente, civilisée en quelque sorte. Certes, le texte explicite utilisé par Plutarque remonte à la poésie homérique, et rien ne nous dit que les Romains aient compris le sacrifice de végétaux de cette façon. C’est néanmoins au début du iie s. de n. è. que Plutarque utilise cet argument dans un ouvrage sur les coutumes romaines, pour rapprocher la farine de la viande crue.

23Je serais évidemment heureux de trouver d’autres témoignages, mais comme on le sait, un témoignage est déjà mieux que pas de témoignage du tout.

Notes

1 Par exemple dans Shatapata-Brahmana III, 9, 4.

2 Malamoud (1989), p. 54 sq.

3 Ibid., p. 218 sq. ; Malamoud (2005), p. 249-259.

4 Malamoud (2005), p. 207.

5 Malamoud (1999), p. 27-40.

6 Varr., ling. V, 105 ; Paul. Fest., p. 285 (éd. Lindsay) ; Plin., nat. XVIII, 8 ; 83 ; Val. Max., II, 5, 5.

7 J. Scheid, Commentarii fratrum arualium qui supersunt, n° 114 (240 ap. J.-C.), col. II, lignes 17-24 : Et inde in aede(m) introierunt et in mensa et / in caespite ante deam Diam in mensa offis coniunctis lac/tis iocinoris facinoris ter ternis fecer(unt). Item humis ( !) / bis ternis super caespite fecer(unt). Item foras ad ar(am) reuersi / offis tribus fertis tribus pr{a}ecati sunt, deinde in <aedem> re/uersi ollas cum pulte{s} precati sunt et conteg(erunt), et promag(ister) / et flam(en) et publ(ici) duo sacerdotes oll(as) acc(eperunt) et ianuis aper/tis per cliuum Matri Larum cenam iactauerunt. – « Ensuite ils entrèrent dans le sanctuaire et sur une table et sur une motte de gazon, devant (la statue) de dea Dia, sur la table, ils sacrifièrent chacun trois fois avec trois boulettes de foie liées avec du lait et de la farine ; de même, par terre, ils sacrifièrent chacun deux fois avec trois (boulettes) sur la motte. Revenus ensuite à l’extérieur, près de l’autel, ils prièrent à l’aide de trois boulettes et de trois galettes. De retour dans <le sanctuaire>, ils prièrent ensuite et touchèrent les marmites avec la bouillie (puls). Ensuite le vice-président, le flamine, les esclaves publics et deux prêtres reçurent les marmites, et après qu’on eut ouvert les portes, ils jetèrent sur la montée son repas à la Mère des Lares. »

8 Cf. Wissowa (1912²), p. 532.

9 Cat., agr., 134, 1 : Thure, uino Iano, Ioui, Iunoni praefato, priusquam porcum feminam immolabis ; 2. Iano struem ommoueto sic : » Iane pater, te hac strue ommouenda bonas preces precor uti sies uolens propitius mihi liberisque meis, domo familiaeque meae. » Fertum Ioui ommoueto et mactato sic: « Iuppiter, te hoc ferto obmouendo bonas preces precor… » 3. Postea Iano uinum dato sic: » Iane pater, uti te strue ommouenda bonas preces bene precatus sum, eiusdem rei ergo macte uino inferio esto. 4. Vbi exta prosecta erunt, Iano struem ommoueto mactatoque item uti prius ommoueris: Ioui fertum obmoueto mactatoque item uti prius feceris; item Iano uinum dato et Ioui uinum dato item uti prius datum ob struem obmouendam et fertum libandum. Postea Cereri exta et uinum dato. – « Avec de l’encens et du vin, invoque d’abord Janus, Jupiter, Junon, avant d’immoler la femelle de porc : 2. Fais ainsi l’offrande d’une strues à Janus : ‘Vénérable Janus ; en t’offrant cette strues, je te prie par de bonnes prières, d’être bienveillant et favorable à moi et à mes enfants, à ma maison et à mes esclaves’. Fais l’offrande d’un fertum à Jupiter, et honore-le ainsi : ‘Jupiter, en t’offrant ce fertum, je te prie…’ 3. Après cela, donne le vin à Janus : ‘Vénérable Janus, comme, en t’offrant une strues, je t’ai bien prié par de bonnes prières, pour la même raison, sois honoré par le vin inférial.’ Après cela, immole la truie précidanée. 4. Quand la fressure sera découpée, fais à Janus l’offrande d’une strues, et honore-le comme tu as fait la première offrande ; fais à Jupiter l’offrande d’un fertum, et honore-le comme tu l’as fait la première fois : donne le vin à Janus et donne à Jupiter le vin de la même façon qu’il a été donné précédemment pour l’oblation de la strues et la libation du fertum. Après cela donne à Cérès la fressure et le vin. »

10 Fertum, Scheid, Commentarii …, n° 62b, 1, 2; n° 64, I, 40; n° 65, 23; n° 68, I, 43; n° 68a, 9. 13; n° 69, 58. 61; n° 73, 3; n° 80, 70. 74; n° 94, III, 21. 24; n° 102, 12; n° 103c, 7; n° 107, I, 4; n° 114, II, 15. 21; n° 114, III, 12. Strues: n° 62b, 1, 2; n° 64, I, 40; n° 68, I, 43; n° 68a, 9; n° 69, 58. 61; n° 73, 3. 7; n° 80, 59. 70. 74; n° 94, III, 21. 24; n° 102, 12; n° 103c, 7; n° 105b, 23; n° 114, II, 15.

11 Festus, p. 408 L: Strues genera liborum sunt, digitorum coniunctorum non dissimilia, qui superiecta panicula in transuersum continentur.

12 Paul. Fest. p. 75 L: Ferctum genus libi dictum, quod crebrius ad sacra ferebatur, nec sine strue, altero genere libi, quae qui adferebant struferctarii appellabantur. Le terme fer(c)tum pourrait venir d’un radical *bhreg-to (« griller »), cf. Untermann (2000), p. 296. Je dois cette indication à J.-Cl. Lacam.

13 Scheid (1990), p. 573-576.

14 Schnegg-Köhler (2002), p. 38, l. 115 sq. : Nocte autem ad Tiberim sa[c]rificium fecerunt deis <I>lithyis libeis VIIII popan[i]s VIIII pthoibus VIIII… ; 42, l. 139 sq. : A(nte) d(iem III non(as) Iun(ias) in Palatio [Apollini et Dianae] sacrificium fecerunt Imp(erator) Augustus M. A[grippa libeis VIIII]/ popanis VIIII pthoibus VII[II…].

15 Paul. Fest., p. 15 L : Arculata dicebantur circuli, qui ex farina in sacrificiis fiebant.

16 Paul. Fest., p. 87 L : Glomus in sacris crustulum, cymbi figura, ex oleo coctum appellatur ; Fest., p. 246 L : Pastillus forma parui panis utique deminutiuum est a pane.

17 Schilling (1982² [1954]), p. 91-155 ; Dumézil (1975), p. 87-97 ; Scheid (1990), p. 331-333 ; Prescendi (2007), p. 87-94 ; Grandazzi (2008), 415-427 ; Scheid (à paraître).

18 Liv., XXIV, 27, 2 : cruda exta uictimae, uti mos est, in mare porricit ; cf. Verg., Aen. V, 237 ; Cic., nat. deor. III, 51.

19 C’est le rite observé à Velitrae, Suet., Aug., 1.

20 Varr., lat. V, 98: haec (= ariugae) sunt, quorum in sacrufiis exta in olla, non in ueru coquuntur. Cf. pour l’offrande des exta de bovins, Scheid, Commentarii … n° 55 (87 ap. J.-C.), col. I, lignes 19-21 : ture et uino in igne in foculo fecit immolauitq(ue) / uino mola cultroque Ioui o(ptimo) m(aximo) b(ouem) m(arem), Iunoni reginae b(ouem) f(eminam), Mineruae / b(ouem) f(eminam), Saluti publicae p(opuli) R(omani) Q(uiritium) b(ouem) f(eminam) ; exta aulicocta reddidit. – « Il sacrifia par l’encens et le vin dans le feu sur le foyer, et immola par le vin, la farine et le couteau, un bovin mâle à Jupiter très bon et très grand, un bovin femelle à Junon reine, un bovin femelle à Minerve, un bovin femelle à Salus publica du peuple romain des Quirites ; il offrit les fressures cuites dans des marmites. » Cf. Wissowa (1912²), p. 418.

21 Scheid, Commentarii …, n° 114 (240 ap. J.-C.), II, l. 26-33:Item de aede exierunt / et ante aram steterunt, et promag(ister) et flam(en) duos collegas / suos ad fruges petendas miser(unt). Et promag(ister) et flam(en) cum / scyfis uini reuersi cum frugib(us) dextra scyfos deder(unt) / laeua frug(es) acc(eperunt). Deinde carm(en) dixer(unt) et inde ad aram / omnes acerris ture scyfis uini mulsi lactis mellis / passi fecer(unt). Deinde corbul(is) cum panificia pro t<h>esauris ad /aram fecerunt. – « Ensuite ils sortirent du sanctuaire et se placèrent devant l’autel. Le vice-président et le flamine envoyèrent deux de leurs collègues chercher les céréales. Ensuite le vice-président et le flamine, quand ceux-là furent revenus avec les céréales, tenant les coupes de vin, donnèrent les coupes de la main droite et reçurent les céréales de la main gauche. Ensuite ils récitèrent une prière et puis, auprès de l’autel, tous sacrifièrent avec leurs boîtes <d’encens> par l’encens et avec les coupes de vin doux au lait. Ensuite, avec un panier, ils sacrifièrent par des gâteaux en guise de contribution près de l’autel. »

22 Scheid (1990), p. 573-615.

23 Vössing (2004), p. 53-59.

24 Scheid, Commentarii …, n° 100 (218 ap. J.-C.), b, l. 13-18: (Ante diem tertium) kal(endas) Iun(ias) in domum [– – – mag(istri)] / fratres aruales ad consummand[um sacrum deae Diae]/conuener(unt); in[ter cenam L. Alfenius Auitianus p]romag(ister), Fl(auius) Archelaus flam(en), Sulpic(ius) Po[llio,] / Armen(ius) Pereg[rinus, – – – di]scumbentes toralibus segmentat[is ture et uino fecerunt;]/ min(istrantibus) puer(is) patr[imis et matrimis senatorum filis isdem] /q(ui) s(upra). Frug(es) libat(as) cum calat(oribus) et public(is) ad aram [rettulerunt.] / Deinde lampa[dibus incensis pariter tuscanicas] contiger(unt) et per kalator(es) suos domi miserunt. [Item]/mens(am) sec(undam) bell[ariorum diuiserunt et coronas e]t ung(uenta) et sportul(as) / acc(eperunt) sing(uli) (denarios centenos). – « Le troisième jour avant les calendes de juin les frères arvales se réunirent dans la résidence [du président – – –] pour conclure [le sacrifice à dea Dia]. Pendant [le banquet Lucius Alfenius Avitianus,] le vice-président, Flavius Archelaus, le flamine, Sulpicius Pollio, Armenius Peregrinus, [– – –,] étendus sur des dessus-de-lit pourvus d’appliques [sacrifièrent par l’encens et le vin.] Les [mêmes] garçons ayant père [et mère, fils de sénateurs] que ci-dessus faisant le service, [ils firent porter] les céréales offertes à l’autel avec l’aide des calateurs et des esclaves publics. Ensuite, [après avoir allumé des torches,] ils touchèrent [également les tuscanicae] et les firent porter par leurs appariteurs chez eux. [Ensuite ils partagèrent] un second service de friandises, et reçurent [des couronnes,] des parfums et des sportules de cent deniers pour chacun. »

25 Scheid (2007).

26 Van Andringa (2007a) et (2007b).

27 Plin., nat. XVIII, 8 : ne degustabant quidem nouas fruges aut uina, antequam sacerdotes primitias libassent ; Fest., p. 344 L (refriua faba) ; cf. Wissowa (1912²), p. 409 sq. ; pour l’offrande de la première grappe au cours d’un sacrifice, qui sert aussi d’auspicatio uindemiae, Varr., lat. VI, 16.

28 Voir note 17.

29 Wissowa (1912²), p. 115.

30 Jupiter Latiar : Dion. Hal., Ant. IV, 49, 3 : les offrandes comprennent du lait, du fromage, des gâteaux et des brebis ; cf. Grandazzi (2008), p. 588-590.

31  Wissowa (1912²), p. 411 ; cf. Plin., nat. XIV, 88 : Romulum lacte, non uino libasse iudicio sunt sacra ab eo instituta, quae hodie custodiunt morem.

32 Cf. entre autres Alföldi (1965), p. 20 ; Pasqualini (1996).

33 Terminus reçoit un sacrifice animal chez Ov., fast. II, 655 sq.; Hor., epod. II, 59.

34 Scheid (1990), p. 333.

35 Pour ces rites : Scheid (2005), p. 97-110.

36 Schnegg-Köhler (2002), p. 38, l. 90 sq. : Nocte insequenti in Campo ad Tib[erim deis Moeris Imp(erator) Caesar Augustus inmolauit agnas feminasIX ] / prodigiuas Achiuo ritu eodem[que modo capras feminas IX prodigiuas ; precatus est hoc modo :] / Moerae, uti uobis in illies libr[eis scriptum est quarum rerum ergo quodque melius siet P.R. Quiritibus uobis IX] / agnis feminis et IX capris femi[ins propriis sacrum fiat…] ; ibid. 38, l. 115 sq. : Nocte autem ad Tiberim sa[c]rificium fecerunt deis <I>lithyis libeis VIIII popan[i]s VIIII pthoibus VIIII Imp(erator) Caesar /Augustus ; ibid. 40, lignes 134-137 : Noctu autem ad Tiberim [suem plenam propriam prodigiuam Terrae matri Achiuo ritu immolauit Imp(erator) (…) Terra mater, uti tibi in ill[is libris scriptum est, quarumque rerum ergo quodque melius siet p(opulo) R(omano) Quiritibus,] / uti tibi sue plena propri[a sacrum fiat…] ; ibid. 42, l. 139 sq. : A(nte) d(iem III non(as) Iun(ias) in Palatio [Apollini et Dianae] sacrificium fecerunt Imp(erator) Augustus M. A[grippa libeis VIIII]/ popanis VIIII pthoibus VII[II ;…].

37 Scheid, Commentarii…, n° 100 (218), b, l. 13-17 : (Ante diem tertium) kal(endas) Iun(ias) in domum [– – – mag(istri)] fratres aruales ad consummand[um sacrum deae Diae] / conuener(unt) ; in[ter cenam L. Alfenius Auitianus p]romag(ister), Fl(auius) Archelaus flam(en), Sulpic(ius) Po[llio,] / Armen(ius) Pereg[rinus, – – – di]scumbentes toralibus segmentat[is ture et uino fecerunt ;] / min(istrantibus) puer(is) patr[imis et matrimis senatorum filis isdem] q(ui) s(upra). Frug(es) libat(as) cum calat(oribus) et public(is) ad aram [rettulerunt.] / Deinde lampa[dibus incensis pariter tuscanicas] contiger(unt) et per kalator(es) suos domi miserunt. « Le troisième jour avant les calendes de juin les frères arvales se réunirent dans la résidence [du président – – –] pour conclure [le sacrifice à dea Dia]. Pendant [le banquet Lucius Alfenius Avitianus,] le vice-président, Flavius Archelaus, le flamine, Sulpicius Pollio, Armenius Peregrinus, [– – –,] étendus sur des dessus-de-lit pourvus d’appliques [sacrifièrent par l’encens et le vin.] Les [mêmes] garçons ayant père [et mère, fils de sénateurs] que ci-dessus faisant le service, [ils firent porter] les céréales offertes à l’autel avec l’aide des calateurs et des esclaves publics. Ensuite, [après avoir allumé des torches,] ils touchèrent [également les tuscanicae] et les firent porter par leurs appariteurs chez eux. »

38 Prescendi (2007), p. 88-89.

39 Prescendi (2007), p. 207.

40 Prescendi (2007), p. 202-251.

41 Plutarque, Questions romaines, 109 (289e-f) : Διὰ τί τῷ ἱερεῖ τοῦ Διός, ὃν Φλάμινα Διᾶλιν καλοῦσιν, οὐκ ἐξῆν ἀλεύρου θιγεῖν οὐδὲ ζύμης; ἦ τὸ μὲν ἄλευρον ἀτελὴς τροφὴ καὶ ἄπεπτός ἐστιν; οὔτε γὰρ ὃ ἦν μεμένηκεν ὁ πυρὸς οὔθ᾽ ὃ δεῖ γενέσθαι γέγονεν, ὁ ἄρτος, ἀλλὰ καὶ τὴν σπέρματος δύναμιν ἀπολώλεκεν ἅμα καὶ τὴν σιτίου χρείαν οὐκ ἔσχηκε· διὸ καὶ ‘μυλήφατον’ ὁ ποιητής ‘ἄλφιτον’ ἐκ μεταφορᾶς ὠνόμακεν ὥσπερ φονευόμενον ἐν τῷ ἀλέτῳ καὶ φθειρόμενον. Le poète cité est Homère, Odyssée II, 355. Le suffixe -φατος vient du verbe πέφνειν, qui signifie « tuer », mais les commentateurs d’Homère ont généralement hésité à traduire la métaphore par « tué par la meule ».

Auteur

Collège de France
11, Place Marcelin-Berthelot
FR – 75005 Paris
Courriel : john.scheid[at]college-de-france.fr

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540