Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nourrir les dieux ?

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Francesca Prescendi

À la table des dieux. Offrandes alimentaires et constructions rituelles des cultes de Pompéi

William Van Andringa

Résumé

Malgré ses limites, l’archéologie du culte peut apporter beaucoup à la connaissance de la religion de l’époque romaine. Depuis une vingtaine d’années, le développement de l’archéologie stratigraphique et des sciences appliquées à l’archéologie moderne (notamment l’archéozoologie et la carpologie) donne des informations nouvelles sur l’évolution des lieux de culte ainsi que sur l’activité sacrificielle organisée dans les sanctuaires, les maisons et les nécropoles. S’appuyant sur des vestiges cérémoniels provenant de lieux de culte publics et de contextes domestiques et funéraires de Pompéi, cet article propose d’évaluer l’apport de tels restes à notre connaissance des rituels et de leur organisation. L’état carbonisé des vestiges rencontrés oriente vers l’identification des parts du sacrifice réservées aux dieux et par conséquent brûlées sur la flamme de l’autel ou du foyer de la cuisine. Si les mêmes fruits (pomme de pin, figue, raisin, datte, noix et noisette) et les mêmes espèces animales (porc, mouton, coq domestique) reviennent d’un dépôt à l’autre, les quelques exemples présentés montrent surtout une grande variété dans les assemblages sélectionnés pour être enfouis. Cette variété renvoie de toute évidence à la richesse des constructions rituelles mises en œuvre dans les relations établies avec les dieux de la cité.

In spite of its limitations, the archaeology of cult can contribute significantly our knowledge of religion in the Roman period. During the last twenty years, progress in stratigraphic archaeology and modern archaeological science (especially archaeozoology and carpology) has provided new information on the development of cult places and on sacrificial activity in sanctuaries, houses and necropoleis. This article attempts to gain better understanding of the rites associated with and the manner of their organisation based on the evidence of ceremonial remains from public cult places as well as domestic and funerary contexts at Pompeii. The carbonized state of the finds points towards the identification of portions of the sacrifice that were offered to the gods and consequently burned on an altar or in a hearth. The same fruits (pine cones, figs, grapes, dates, hazelnuts and walnuts) and the same animal species (pig, sheep, domestic fowl) reappear in several deposits. However, the examples examined vary greatly as regards collections of elements selected for burial. The variety of such collections attests the diversity of the ritual constructions established in order to get in touch with the gods of Pompei.

Texte intégral

  • 1 Cf. Lepetz, Van Andringa (2008a) et (2008b).
  • 2 Sur les protocoles de collecte et d’analyse, voir par ex. Matterne (2008).

1Sur le sacrifice et les séquences rituelles qui rythmaient les fêtes religieuses à l’époque romaine, les textes sont en général peu loquaces – si l’on excepte bien sûr certains cas exceptionnels comme les comptes rendus des Arvales ou les préceptes de Caton sur les cultes célébrés dans les domaines ruraux. Ce constat force à prendre en considération les vestiges archéologiques susceptibles d’avoir laissé des traces dans les sanctuaires et les habitats1. Parmi ceux-ci, on retient essentiellement, parce qu’ils sont issus d’offrandes courantes de la pratique sacrificielle, les restes végétaux et animaux. Les premiers sont conservés grâce à la carbonisation (ou à la minéralisation) et nécessitent des pratiques de collecte adaptées, notamment le tamisage des sédiments2. Leur mise en évidence dans un contexte religieux amène ainsi à réfléchir à la question des offrandes végétales ou d’origine végétale, céréales, fruits, pain, galettes, etc. Il y a ensuite les ossements animaux découverts en abondance sur les sites archéologiques et qui permettent d’enquêter sur le sacrifice sanglant et les rites alimentaires qui lui sont associés, bref sur le contenu même du culte.

Plan de Pompéi (DAO C. Chevalier)

Plan de Pompéi (DAO C. Chevalier)

1. Temple de Vénus ; 2. Temple de Fortune Auguste ; 3. Caupona des Postumii (VIII, 4, 44) ; 4. Maison d’Amarantus (I, 9, 11-12) ; 5. Maison VI, 16, 27 ; 6. Enclos funériare 23/25 de la nécropole de Porta Nocera. NB. Le temple de Sant’Abbondio (Bacchus), situé à 1 km au sud de la ville, est hors plan.

  • 3 Comme en témoigne la documentation pléthorique qui caractérise ce site. Pour un état des lieux des (...)
  • 4 On trouvera un bilan succinct de ces fouilles dans Guzzo, Guidobaldi (2005) et (2007) ainsi que dan (...)
  • 5 Il est toutefois impératif que les fouilles donnent lieu à des publications exhaustives présentant (...)

2Pour apprécier l’apport de tels vestiges à l’étude de la religion à l’époque romaine, je prendrai un dossier archéologique parmi les plus complets du monde romain3. À Pompéi, en effet, il est possible de travailler sur une ville dégagée dans sa quasi-totalité et donc de prendre en compte des restes provenant d’activités rituelles célébrées dans le cadre de cérémonies diverses, publiques et privées, intervenues dans le cadre des sanctuaires, mais également dans les maisons, sur les autels de carrefour et dans les nécropoles. C’est donc l’ensemble des pratiques religieuses d’une communauté qui se trouve documenté, alors que les témoignages archéologiques des cérémonies religieuses se multiplient grâce aux centaines de sondages stratigraphiques réalisés depuis 1995 sur l’ensemble de l’espace urbain, mettant au jour une grande variété de contextes, des remblais contenant des restes cérémoniels (vases miniatures, fragments de fruits carbonisés, etc.) aux fosses accueillant des vestiges cérémoniels4. Certes, il est nécessaire d’attendre la publication exhaustive de ces différents travaux de terrain pour proposer une synthèse, mais les données publiées ou disponibles autorisent une première appréciation d’ensemble sur les constructions rituelles des cultes de Pompéi5.

  • 6 Van Andringa et al. (2008), p. 79-138. Pour l’architecture du temple, Wolf (2007).
  • 7 Je remercie T. Oueslati pour les os et V. Matterne pour les vestiges carpologiques de me laisser pu (...)
  • 8 Van Andringa, Lepetz (2006), p. 1148-1152. Voir également Matterne (2008).
  • 9 Cf. S. Lepetz, in Van Andringa, Lepetz (2006), p. 1148-1151.
  • 10 M. Robinson, in Dickmann, Pirson (2002), p. 304 sq. ; Robinson (2005), p. 117-118.

3Du point de vue méthodologique, il est d’abord indéniable que les vestiges en question fournissent une documentation autorisant un renouvellement de nos enquêtes sur les sacrifices et les séquences rituelles qui donnaient sens à une grande variété de cultes. Toutefois, si l’information est nouvelle et abondante, on doit noter le caractère encore incomplet des données publiées ou étudiées. Il manque en effet des analyses mettant en perspective les déterminations (des os ou des restes carpologiques) et les contextes archéologiques, cela dans le cadre d’études interdisciplinaires associant les archéologues de terrain aux spécialistes des restes étudiés et aux historiens du sacrifice. Dans l’ensemble des dossiers disponibles, le contexte des découvertes mérite d’être signalé. On distingue en effet généralement deux cas de figure importants. Dans le premier, les vestiges proviennent de niveaux de remblais, autrement dit de terres rapportées qui mélangent les restes erratiques à des éléments impliqués dans l’activité rituelle. Un premier exemple est donné par le temple de Sant’Abbondio consacré à Bacchus et situé en position extra-urbaine, à environ 1 km au sud de la ville6. Des sondages récents ont permis de fouiller des niveaux correspondant aux différentes phases d’aménagement du temple entre le iiie siècle av. J.-C. et l’époque augustéenne. Parmi les vestiges récoltés, on compte quelques os animaux appartenant à la triade domestique dont l’état d’érosion montre qu’ils peuvent difficilement être mis en relation avec une quelconque activité sacrificielle. Seuls deux types de restes renvoient finalement à l’activité religieuse : des vases miniatures que l’on retrouve à Pompéi à la même époque et dans tout type de contexte ainsi que quelques restes carpologiques étudiés par V. Matterne7. Le tamisage des sédiments a en effet permis de récolter un fragment par litre. Il ne s’agit pas là bien entendu de rejets directs d’une activité sacrificielle, mais l’assemblage est néanmoins caractéristique d’un lieu de culte : on brûlait sur la flamme de l’autel de Bacchus de la noisette, de la figue, du raisin et visiblement un peu de pomme grenade. Ces mêmes espèces ont d’ailleurs été mises en évidence dans la fouille des enclos funéraires 23 et 25 OS de la nécropole de Porta Nocera8. La figue et le raisin figurent en effet parmi les offrandes régulières avec les noisettes, les noix et certaines légumineuses, pois et pois chiches alors que les olives et la pomme grenade sont moins présentes. Dans ces contextes de nécropoles, favorables car une grande partie des vestiges sont piégés à l’intérieur des tombes et grâce à une pédogénèse très active, c’est la crémation des offrandes à destination du défunt ou des dieux infernaux qui permet d’identifier des vestiges rituels. En revanche, l’étude des os animaux non brûlés découverts dans les remblais de sol a montré qu’une bonne partie de ces vestiges portait les stigmates clairs d’une érosion établissant une distance chronologique entre l’occupation documentée par le niveau archéologique et l’implication des morceaux de viande dans quelque activité que ce soit : pour parler clair, une bonne partie de ces restes ont traîné sur les sols de la nécropole et peuvent être qualifiées d’intrusifs ou d’erratiques9. Dans la cuisine de la caupona des Postumii (VIII, 4, 44) en revanche, les niveaux d’occupation de la cuisine offrent un panel assez représentatif des offrandes faites sur la flamme du foyer à destination des dieux Lares, mais on est là sur un espace réduit et sur des niveaux peu remaniés10. Le tamisage du niveau en question a donné des fruits entiers dont la carbonisation permet de faire le lien avec l’activité sacrificielle. On brûlait sur la flamme du foyer des pignons et des cônes de pin, des noix et des noisettes, de la figue, du raisin, de l’olive et de la datte, autant de fruits que l’on peut d’ailleurs identifier sur les peintures pompéiennes montrant des autels de laraire.

  • 11 Bilan succinct des opérations dans Van Andringa et al. (2010a).
  • 12 Van Andringa (2009), p. 325 sq.
  • 13 Étude inédite de V. Matterne.
  • 14 Sur les rituels dans les maisons, voir Foss (1997) et Van Andringa (2009), p. 217-269.
  • 15 Fulford, Wallace-Hadrill (1995-1996) et (1999).
  • 16 Le contenu de ces fosses est décrit par Robinson (2002) et (2005), voir également G. Clark, A. Powe (...)
  • 17 Robinson 2002.

4L’autre contexte désormais documenté est celui de fosses délibérément aménagées dans la cour des sanctuaires ou dans les jardins. Certaines cérémonies étaient donc suivies par l’ensevelissement de produits calcinés qui ont de toute évidence un rapport avec les offrandes faites aux dieux. Un premier exemple provient des fouilles menées dans les annexes du temple de Fortune Auguste construit dans les deux dernières décennies avant le changement d’ère11. On sait que le culte est devenu public en 3 ap. J.-C., date qui marque la nomination des premiers ministres de Fortune Auguste. La fouille a montré que les salles situées au pied du podium ont été aménagées au même moment que le temple. Il s’agit bien par conséquent des annexes du sanctuaire composées de pièces d’habitation, d’une salle de repas et d’une cuisine. Rappelons qu’à Pompéi, les cuisines sont aménagées uniquement dans les sanctuaires où est attesté un collège de cultores12 : l’originalité de ces associations religieuses ou de ces collèges, Venerii, Isiaci, ministri Fortunae Augustae, était bien d’élire domicile dans le temple d’un dieu dont l’audience dépassait le cadre collégial. La construction du temple a eu pour conséquence la destruction d’une domus antérieure appartenant à l’évergète M. Tullius, puisqu’une inscription nous apprend que nous sommes sur son terrain privé. Les sols de mosaïques furent percés de trous de poteaux pour servir de calage aux engins de levage des blocs de parement du temple. Une fois le chantier terminé, on reboucha ces trous pour l’aménagement du sol de la cuisine. Au sommet du remplissage de l’un de ces orifices furent déposés, mélangés à des charbons de bois, des fruits complets carbonisés dont la composition ne laisse aucun doute quant à l’identification de ces restes : noisette, noix, poire, figue, datte et grappe de raisin13. Ces fruits ont été brûlés sur un foyer, dans le cadre d’un rituel précis intervenu entre la clôture du chantier du temple et l’aménagement du sol de la cuisine des annexes. Les fruits offerts à la divinité ont ensuite été ensevelis dans le niveau de comblement des engins de levage avant la pose du sol de la cuisine. L’interprétation d’un tel phénomène est compliquée par l’absence de documentation textuelle sur le sujet, mais on relève toutefois l’enfouissement volontaire des vestiges sacrificiels. Un traitement identique peut être déduit d’un certain nombre de fosses des jardins de la maison d’Amarantus (I, 9, 11-12). Ces témoignages relèvent cette fois de la sphère privée. Les maisons de Pompéi étaient équipées de sanctuaires, des édicules ou des niches disposés dans des endroits stratégiques. Des autels portatifs complétaient les aménagements religieux sans oublier les foyers des cuisines où l’on brûlait les offrandes faites aux dieux Lares, principaux dieux domestiques pompéiens14. La fouille des jardins de la maison d’Amarantus a mis au jour plusieurs types de fosses, des fosses dépotoirs, des fosses contenant des matériaux issus des réfections des maisons ainsi que des fosses particulières parce que remplies de matériel brûlé15. Le contenu de ces cavités associant des fruits carbonisés à des os animaux provenant de morceaux non consommés mais brûlés sur la flamme renvoie encore immanquablement à des offrandes alimentaires faites aux dieux domestiques16. On retient également, une fois encore, le geste volontaire de leur enfouissement, à proximité de la cuisine ou du laraire de la maison en remarquant toutefois que ce genre de dépôt n’était pas systématique, loin s’en faut : dans le jardin de la maison I, 9, 11, on compte une dizaine de fosses pour l’époque julio-claudienne, correspondant donc à une dizaine de cérémonies. La plupart des fêtes domestiques ne donnaient donc pas lieu à un enfouissement volontaire des restes. Le même constat peut être établi à propos du jardin d’une maison fouillée près de la porte du Vésuve, à l’autre bout de la ville17.

  • 18 Les os animaux sont étudiés par G. Clark et A. Powell, les restes végétaux par M. Robinson, voir su (...)
  • 19 Sur l’exemple d’une liste sacrificielle découverte à Rome, CIL VI, 820 : ce document frag­mentaire (...)

5On retient de ces quelques exemples une grande variété dans les assemblages carbonisés. Certes, ce sont les mêmes produits (des produits standard en quelque sorte) qui reviennent d’un dépôt à l’autre, des fruits au premier rang desquels la pomme de pin, la figue, le raisin, la datte, la noix et la noisette ; des os animaux au premier rang desquels le porc, le mouton et le coq domestique. En revanche, les combinaisons varient d’un dépôt à l’autre. Prenons la maison d’Amarantus. La fosse F287 contenait une boîte carbonisée dans laquelle ont été identifiés des os incinérés appartenant à trois jeunes agneaux (abattus avant sept mois) et à au moins dix-sept coqs domestiques (dont quinze mâles). Les fouilleurs ont sans doute raison de proposer d’identifier dans ces restes les vestiges d’un sacrifice exceptionnel célébré en l’honneur de Mercure, le dieu des gains et des profits18. Dans la fosse F252, on trouve les fragments incinérés d’une jeune chèvre abattue avant six mois, appartenant aux os de la tête et des bas de patte. Comme dans l’exemple précédent, l’animal est associé à des fragments d’extrémités d’ailes et de pattes de coqs domestiques mâles. La fosse F206/197 contenait sept os de porc jeune et de nouveau-né ainsi qu’un os de capriné avec un total de seulement cinq os brûlés et donc passés sur la flamme. La structure F206/196 a livré, elle, douze os de cochon dont six brûlés alors que la fosse F231/218 a livré 34 fragments de porcelet nouveau-né dont quatre brûlés, associés à des arêtes de poissons, à des fruits carbonisés et à huit vases miniatures, ces derniers confirmant au passage l’identification de vestiges rituels. Dans le même ordre d’idée, on peut mentionner l’extrême diversité des dépôts identifiés sur les bûchers de la nécropole de Porta Nocera : manifestement, mais ce ne peut être une surprise, il n’y a pas de « listes sacrificielles » qui préciseraient pour chaque culte le détail des offrandes attendues par la divinité honorée19. Il est probable en revanche que la diversité des assemblages soit un reflet de la variété des cultes et des cérémonies célébrées dans l’espace domestique : nous sommes ici en plein cœur du sujet, les compositions rituelles mises en évidence participant à la représentation du divin et à la définition de l’identité des cultes. Dans ce domaine, tout le travail d’interprétation reste à faire par un croisement de l’ensemble de la documentation textuelle, iconographique et archéologique.

  • 20 Fiorentino, Marino (2007). Pour le contexte archéologique, Curti (2007).
  • 21 G. Clark et A. Powell, in Fulford, Wallace-Hadrill (1999), p. 85-119.

6L’état carbonisé des vestiges rencontrés oriente évidemment vers l’identification des parts du sacrifice réservées aux dieux et par conséquent brûlées sur la flamme de l’autel ou du foyer de la cuisine. Les trouvailles faites dans le sanctuaire de Bacchus et de Fortune Auguste ont déjà été signalées. Ajoutons les contextes découverts dans le grand temple de Vénus qui montrent que les cultes publics se signalent par l’abondance et la quantité des offrandes. Des fosses et un foyer de l’époque samnite ont livré 1985 carporestes étudiés par G. Fiorentino et G. Marino20. Les déterminations ont donné une grande quantité de céréales (orge et blé), de légumineuses (vesces, fèves, pois chiches), de fruits (pommes, figues, raisins, noix, noisettes) ainsi que des préparations à base de farine identifiables à des restes de pains ou de galettes. Si l’on précise les données en fonction des structures, le foyer a livré les restes carbonisés de noix, noisettes, pommes, légumineuses, olives, céréales, figues avec une abondance de grains de raisin entiers ainsi que des baies et des graines de myrte commun. Neuf vases miniatures ont brûlé sur le foyer, contenant un grain de raisin associé à une baie de myrte complète, une graine d’amidonnier et une d’orge commune. Ces offrandes participent manifestement à la construction de la séquence rituelle et renvoient, selon J. Scheid, à la pars pro toto sacrifiée à la divinité, en l’occurrence ici la déesse qui a précédé Vénus Pompéienne (Mefitis ?). En contexte domestique, on relève dans les fosses F287 et F252/356 de la maison d’Amarantus que les restes en question concernent soit les os de la tête et les pattes, soit les extrémités des ailes et les pattes21. Cette offrande des bas morceaux dans la maison I, 9, 11, rappelle évidemment une critique acerbe de Tertullien (Apol., 14, 1) : « Je ne parle pas de votre attitude dans les sacrifices, lorsque vous immolez toutes les bêtes à demi-mortes et en décomposition, tandis que des victimes grasses et sans défaut vous n’offrez que les déchets, la tête, les ongles, les rognures de plumes et de soies, et tout ce que vous auriez jeté chez vous. » Les vestiges sacrificiels caractérisés à Pompéi offrent une liste de produits alimentaires servis à la table des dieux, utilisant certes les mêmes espèces et ingrédients, mais présentant en revanche une grande variété de combinaisons. Manifestement, c’est là un argument indiquant que ces offrandes jouaient un rôle précis dans les constructions rituelles, différentes selon les cultes et les cérémonies.

  • 22 Robinson 2005.
  • 23 M. Robinson, in Dickmann, Pirson (2002).
  • 24 Matterne (2008).
  • 25 Ces peintures sont présentées dans Boyce (1937), Bassani (2008) et Giacobello (2008).
  • 26 Sur les offrandes végétales, voir J. Scheid dans ce volume.

7Un autre constat est sans aucun doute la part prise par les fruits dans les offrandes faites aux dieux, cela dans tous les contextes envisagés, sanctuaires publics, domestiques et tombes. C’est même une constante. Certes, les céréales sont présentes dans le temple de Vénus comme dans cette fosse de la maison VI, 16, 27 qui a livré un morceau de pain brûlé associé à une substance carbonisée contenant de l’épeautre et de l’orge22, mais en quantité nettement moindre si on les compare aux nombreux fruits découverts dans les divers contextes mis au jour, publics et privés. Les fruits jouaient un rôle prédominant dans la plupart des cultes pompéiens : de la noisette, de la figue et du raisin chez Bacchus, de la noisette, des noix, de la figue, du raisin, de la pomme chez Vénus/Aphrodite, de la noisette, de la noix, de la figue, de la datte, du raisin chez Fortune Auguste, des pommes de pin, des dattes, des châtaignes, des noix et des figues chez Isis. En contexte domestique, les mêmes espèces reviennent invariablement : étaient sacrifiés sur la flamme de l’autel d’Amarantus de la pomme de pin, des noix, des noisettes, des figues, du raisin, de la datte (avec des combinaisons différentes d’une fosse à l’autre). Dans la caupona des Postumii, on brûlait aux Lares des pommes de pin, des noix et noisettes, de la figue, du raisin, de la datte23. Dans l’enclos funéraire des Vesonii, ce sont les vestiges de figues et de raisin qui dominent largement suivis par les fruits à coque24 (noisettes, noix). Arrêtons là l’énumération pour noter que figues, raisins, dattes, pommes de pin, noix, noisettes s’affichent avec une belle constance tout autant dans les vestiges archéologiques identifiés que sur les peintures religieuses25. Un tel constat montre que les sacrifices incluaient systématiquement ou peu s’en faut des fruits déposés sur la flamme de l’autel26. Les combinaisons étaient alors fonction des cultes. On a noté la présence de myrte et de céréales dans les dépôts du sanctuaire de Vénus ; on peut se demander si les céréales carbonisées découvertes dans une fosse de la maison proche de la porte du Vésuve (VI, 16, 27) n’a pas un lien avec le culte de Vesta, surtout représenté chez les boulangers, mais également en contexte domestique.

  • 27 Voir Van Andringa (2008b).
  • 28 Ces peintures sont présentées dans Van Andringa (2009), p. 230 sq.
  • 29 M. MacKinnon, in Dickmann, Pirson (2002), p. 308 sq.
  • 30 Dans Castren (2008), p. 147-148.

8Dans les assemblages osseux énumérés, une observation mérite d’être signalée à savoir l’absence ou la rareté des os de bovins découverts dans les maisons27. La raison en est que les restes osseux découverts dans les maisons relèvent plutôt des sacrifices privés célébrés en l’honneur des dieux domestiques, notamment des Lares. Dans les maisons de Pompéi, de nombreuses peintures de laraires montrent ainsi des quartiers de cochon préparés commémorant les sacrifices célébrés en l’honneur des Lares et du génie du paterfamilias, ainsi par exemple dans une ferme de Sant’Antonio Abate, dans les cuisines de la maison du “cochon” (IX, 9, c) et de Sutoria Primigenia28 (I, 13, 2). Le porc était abattu devant le laraire principal autrement dit dans l’atrium, parfois aussi selon les cas dans le péristyle ou le jardin, puis il était préparé dans la cuisine, toujours sous le regard des Lares et du génie du paterfamilias. Les viandes fraîches étaient cuites sous forme de brochettes ; le reste était préparé en salaison pour le reste de l’année. Pendaient alors dans le garde-manger jambons et saucissons, la hure dans laquelle on allait prélever la chair, toujours sous la surveillance des dieux. Des serpents gardent ainsi les celliers des maisons de l’Éphèbe (I, 7, 10), d’Ariane (VII, 4, 31-51) et des Noces d’Argent. De ces sacrifices domestiques, les restes osseux retrouvés dans les fouilles gardent parfois le souvenir : dans la maison des Postumii, l’étude archéozoologique de MacKinnon a montré que le cochon (qui représente 60 % des vestiges) et le mouton étaient bien découpés sur place29. Ces animaux pouvaient même être élevés dans la domus : un abreuvoir est en effet identifié dans une pièce proche de la cuisine. La présence conjointe de mouton et de porc rappelle un passage de Plaute (Rud., 120 sq.) où le propriétaire fait préparer des agneaux et des porcs pour le sacrifice aux dieux Lares. Dans une autre maison aristocratique, celle de Marcus Lucretius (IX, 3, 5), les restes de bœuf découverts dans les rejets domestiques n’atteignent pas 3 % des os à l’époque impériale alors que dominent largement (jusqu’à 85 %) les vestiges de porcs, notamment de jeunes porcs abattus vers 2-3 mois : n’a-t-on pas, dans ces proportions livrées par l’étude de MacKinnon, un reflet de la gestion des sacrifices30 ?

  • 31 Ciarallo, De Carolis 2001.

9Ces observations impliquent par conséquent que les bovins étaient plutôt sacrifiés et découpés dans les grands sanctuaires, la viande distribuée dans le macellum alors que les porcelets consommés dans la maison de Marcus Lucretius provenaient en partie au moins de l’élevage du propriétaire. Lors de la fête des Lares ou du génie du père de famille, le cochon amené de la campagne était abattu rituellement dans la maison, devant le laraire de l’atrium ou dans la cuisine (le foyer était le domaine privilégié des Lares). L’étude des ossements animaux provenant des niveaux de sol de la maison de Caius Iulius Polybius est sans doute un reflet de cette surreprésentation des ossements de porc dans l’espace domestique31. On pouvait également sacrifier des poulets comme dans la maison d’Amarantus où la part réservée aux dieux (les pattes et la tête) a été retrouvée carbonisée et déposée dans des fosses. Le reste de l’animal était consommé dans des banquets dont on a des témoignages précis dans les triclinia des maisons ou dans les peintures. Tous ces témoignages rendent compte des liens établis dans le domaine urbain entre la gestion des sacrifices et les pratiques alimentaires ; ils tendent notamment à faire le lien entre la viande consommée dans l’espace domestique et l’activité rituelle propre à la maison.

10Ces quelques observations suffisent à mettre en évidence l’apport que présentent la recherche et l’analyse des vestiges cérémoniels dans notre compréhension des stratégies rituelles qui fondent le système sacrificiel des populations antiques. C’est finalement toute la richesse des constructions rituelles que dévoilent les vestiges sacrificiels. Toutefois, pour aller plus loin, il est désormais essentiel de pouvoir travailler sur des contextes publiés de façon exhaustive. Une synthèse nécessiterait en effet de se fonder sur un nombre important de dossiers intégralement publiés où toutes les étapes de l’analyse sont maîtrisées, du terrain au laboratoire et à la phase interprétative.

Notes

1 Cf. Lepetz, Van Andringa (2008a) et (2008b).

2 Sur les protocoles de collecte et d’analyse, voir par ex. Matterne (2008).

3 Comme en témoigne la documentation pléthorique qui caractérise ce site. Pour un état des lieux des vestiges religieux à Pompéi, voir Van Andringa (2009).

4 On trouvera un bilan succinct de ces fouilles dans Guzzo, Guidobaldi (2005) et (2007) ainsi que dans les Fasti Online : www.fastionline.org.

5 Il est toutefois impératif que les fouilles donnent lieu à des publications exhaustives présentant les données brutes, autrement dit une description précise des contextes archéologiques associée à une détermination de l’ensemble des mobiliers et restes découverts. Ce type de publication qui devrait constituer une priorité absolue de la recherche archéologique ou même historique est encore beaucoup trop rare.

6 Van Andringa et al. (2008), p. 79-138. Pour l’architecture du temple, Wolf (2007).

7 Je remercie T. Oueslati pour les os et V. Matterne pour les vestiges carpologiques de me laisser publier ces observations encore inédites.

8 Van Andringa, Lepetz (2006), p. 1148-1152. Voir également Matterne (2008).

9 Cf. S. Lepetz, in Van Andringa, Lepetz (2006), p. 1148-1151.

10 M. Robinson, in Dickmann, Pirson (2002), p. 304 sq. ; Robinson (2005), p. 117-118.

11 Bilan succinct des opérations dans Van Andringa et al. (2010a).

12 Van Andringa (2009), p. 325 sq.

13 Étude inédite de V. Matterne.

14 Sur les rituels dans les maisons, voir Foss (1997) et Van Andringa (2009), p. 217-269.

15 Fulford, Wallace-Hadrill (1995-1996) et (1999).

16 Le contenu de ces fosses est décrit par Robinson (2002) et (2005), voir également G. Clark, A. Powell et M. Robinson, in Fulford, Wallace-Hadrill (1999), p. 85-119.

17 Robinson 2002.

18 Les os animaux sont étudiés par G. Clark et A. Powell, les restes végétaux par M. Robinson, voir supra, n. 16.

19 Sur l’exemple d’une liste sacrificielle découverte à Rome, CIL VI, 820 : ce document frag­mentaire est identifié à un tarif sacrificiel établissant les sommes d’argent à verser au sanctuaire en fonction des espèces abattues et des pratiques, holocauste ou sacrifice sanglant.

20 Fiorentino, Marino (2007). Pour le contexte archéologique, Curti (2007).

21 G. Clark et A. Powell, in Fulford, Wallace-Hadrill (1999), p. 85-119.

22 Robinson 2005.

23 M. Robinson, in Dickmann, Pirson (2002).

24 Matterne (2008).

25 Ces peintures sont présentées dans Boyce (1937), Bassani (2008) et Giacobello (2008).

26 Sur les offrandes végétales, voir J. Scheid dans ce volume.

27 Voir Van Andringa (2008b).

28 Ces peintures sont présentées dans Van Andringa (2009), p. 230 sq.

29 M. MacKinnon, in Dickmann, Pirson (2002), p. 308 sq.

30 Dans Castren (2008), p. 147-148.

31 Ciarallo, De Carolis 2001.

Table des illustrations

Titre Plan de Pompéi (DAO C. Chevalier)
Légende 1. Temple de Vénus ; 2. Temple de Fortune Auguste ; 3. Caupona des Postumii (VIII, 4, 44) ; 4. Maison d’Amarantus (I, 9, 11-12) ; 5. Maison VI, 16, 27 ; 6. Enclos funériare 23/25 de la nécropole de Porta Nocera. NB. Le temple de Sant’Abbondio (Bacchus), situé à 1 km au sud de la ville, est hors plan.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteur

Université de Lille 3
Halma-Ipel UMR 8164 (CNRS, Lille 3, MCC)
Domaine universitaire du Pont de Bois, BP 60149
FR – 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex
Courriel : william.va[at]free.fr

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540