Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nourrir les dieux ?

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Francesca Prescendi

Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! Vases à boire monumentaux et célébrations divines

Athéna Tsingarida

Résumé

Durant les périodes archaïque et classique, les potiers attiques ont façonné un nombre restreint de vases à boire, coupes, phiales, skyphoi ou kanthares de très grande taille, qui se distinguent du reste de la production contemporaine. Malgré l’interprétation commune, qui voit dans les exemplaires venant de sanctuaires des offrandes votives, il est possible de montrer que ces pièces exceptionnelles possédaient une fonction liturgique. La prise en compte attentive d’un ensemble d’éléments comme les objets eux-mêmes, leur provenance mais aussi l’iconographie attique qui représente parfois ces pièces permet de préciser l’usage de ces grandes céramiques. L’étude indique qu’elles sont manipulées pour certains rituels, tels que les Théoxénies, les Anthéstéries ou les Grandes Dionysies, qui mettent en présence la divinité et les hommes. La conception même de ces vases semble, dès lors, liée à la valeur particulière accordée à la monumentalité dans son rapport au divin. Attribut du dieu et du héros, elle matérialise sa présence dans le monde des hommes.

Drink and be merry’. Outsized drinking vessels and divine celebrations. During the 6th and 5th centuries B.C., a few drinking vessels – kantharoi, cups, skyphoi and phialai – were produced in Athens, all large, some huge, the diameter of which varies from ca. 25 to 56 cm. In Greek contexts, most pieces were yielded in sanctuaries, and were seen as votive offerings in previous literature. In this paper, I am taking into account the objects, their archaeological context and iconographical representations to demonstrate that they were rather used for specific ritual practices. According to the evidence, large-sized drinking vases were exhibited or handled to suggest the presence of gods or heroes during religious celebrations such as Theoxenia, Anthesteria or the Great Dionysia. Their distinctive monumental size must be therefore seen as an attribute of the divine, a feature that gives body to heroes and gods when they share celebrations with mortals.

Texte intégral

Je voudrais remercier les organisatrices du colloque Figura 9, Francesca Prescendi et Vinciane Pirenne-Delforge, pour leur accueil chaleureux à Liège ainsi que pour l’invitation à participer à ces deux jours de discussions stimulantes. Toute ma gratitude va également à Vinciane pour sa patience et sa compréhension durant la rédaction de cet article. Un ensemble de collègues ont bien voulu partager leur savoir sur les pratiques rituelles grecques et le matériel archéologique ; que soient remerciés G. Ekroth, G. Kavvadias, R. Parker et S. Sarti. Je voudrais également exprimer ma reconnaissance à Nathalie Bloch (CReA-Patrimoine, ULB) pour son aide, toujours indéfectible, dans la réalisation des cartes de distribution.

  • 1 Tsingarida (2009a), p. 185-201; Tsingarida (2011), à paraître. Pour les contextes étrusques, voir a (...)
  • 2 Scheibler (2000), p. 17-43.
  • 3 Voir en dernier lieu Schmidt (2000), p. 433-442.

1Durant les périodes archaïque et classique, les potiers attiques ont façonné un nombre restreint de vases à boire, coupes, phiales, skyphoi ou kanthares de très grande taille, qui se distinguent du reste de la production contemporaine. Deux articles, consacrés plus particulièrement aux coupes et aux phiales dont le diamètre oscillait entre 35 et 56 cm, ont retracé l’organisation de leur production et leur usage dans le monde grec et étrusque1. Malgré l’interprétation commune, qui voit dans les exemplaires venant de sanctuaires des offrandes votives, j’ai proposé de les associer aux fêtes des Théoxénies. D’autres chercheurs ont également suggéré un lien possible entre certains vases à boire de grande taille et des pratiques rituelles. Dans ce dernier cas, la recherche s’est soit limitée à un type de vase, les skyphoi appartenant à la Classe de Héron2, ou à une étude des représentations iconographiques du skyphos et du kanthare3.

2Dans le cadre de cet article, je voudrais reprendre l’examen de l’ensemble des vases à boire de taille exceptionnelle, datés des vie et ve siècle av. J.-C. et découverts en contexte grec, pour proposer une approche globale du phénomène. La prise en compte attentive d’un ensemble d’éléments tels que les objets eux-mêmes, leur provenance mais aussi l’iconographie attique qui représente parfois ces pièces devrait nous permettre de préciser les fonctions de ces grandes céramiques, très vraisemblablement manipulées lors d’un certain nombre de pratiques rituelles mettant en présence les dieux et les hommes.

Les objets

  • 4 Pour la liste complète des vases de provenance inconnue, voir l’annexe infra, p. 76.

3Le caractère monumental de chaque forme est défini par sa taille – hauteur de l’objet et diamètre de la lèvre – qui dépasse largement celle communément adoptée par le reste de la production. Suivant ce critère, on distingue plusieurs groupes typologiques de grande dimension, quantitativement rares4 :

  • Les coupes à figures noires et à figures rouges de ca 35 à 56 cm de diamètre.

    • 5 Pour la définition du groupe constitué des coupes et des phiales, voir Tsingarida (2009a), p. 186.

    Les phiales entre 40 et 45 cm de diamètre5.

  • Les kanthares à figures noires et à figures rouges dont le diamètre oscille entre 25 et 44 cm.

    • 6 Pour les skyphoi à figures noires, voir la définition du 3e groupe de « très grands skyphoi », attr (...)

    Les skyphoi à figures noires et quelques exemplaires à figures rouges dont le diamètre se situe entre 28 et 33 cm6.

Fig. 1. Mariage de Thétis et Pélée.

Fig. 1. Mariage de Thétis et Pélée.

Athènes, Musée National 15214 (coll. Acr.) : mariage de Thétis et Pélée, fragment de coupe à figures rouges.

© Athènes, Musée National

  • 7 Athènes, Musée National 15155 (Coll. Acr.), Beazley (1956), p. 82.1; Barch 300767.

4Le gigantisme de ces pièces exclut un usage quotidien pour au moins deux raisons. D’une part, il rend toute manipulation fréquente difficile et, d’autre part, la capacité de liquide à contenir est tellement importante qu’elle invalide toute fonction en tant que vase à boire dans le banquet des hommes. Citons comme exemple le grand kanthare signé par le potier Néarchos et découvert sur l’Acropole d’Athènes, qui atteint les 44 cm de diamètre et qui pouvait contenir une très grande capacité de vin7. Parallèlement à ces échelles surdimensionnées, il existe une série d’autres éléments – techniques spéciales (rouge corail, détails en relief), présence de signatures, iconographie rare ou originale – qui font de ces pièces des produits particulièrement élaborés.

  • 8 On ne s’attardera pas beaucoup sur les caractéristiques des grandes coupes et des phiales car elles (...)
  • 9 Moscou, Musée national des Beaux Arts Pushkin M1012, Sidorova (1996), pl. 48.
  • 10 Ex. : Munich, Antikensammlung F2620 : Beazley (1963), p. 16-17.17; Barch 200080
  • 11 Cohen (2006), p. 43-53.
  • 12 Sur cette pièce, voir en dernier lieu : Mommsen (2009), p. 51-61.

5Parmi les techniques particulières adoptées sur les coupes, phiales ou kanthares8, on notera la présence de détails vestimentaires ou ornementaux rendus en relief. Lorsque ce résultat, obtenu par ajout d’argile, est recouvert de dorure, il rappelle le travail d’orfèvrerie et accentue le caractère précieux de l’objet (Fig. 1). Lorsqu’il accorde une présence plastique à une figure plus importante de la scène, comme le serpent qui s’échappe de l’égide d’Athéna sur un kanthare de Panticapée9, il accentue l’aspect peu usuel et extraordinaire de la pièce. Sur les mêmes formes, les potiers utilisent d’autres techniques spéciales. Sur les coupes et les phiales on observe l’application du « rouge corail », qui confère une couleur vive aux parois rappelant l’aspect brillant et contrasté du métal10. Même si le procédé précis mis en œuvre par les artisans pour parvenir à ce résultat n’est pas encore véritablement connu, les chercheurs s’accordent sur la difficulté à maîtriser une cuisson complexe, pratiquée seulement par un petit nombre d’ateliers, actifs de la fin du vie à la première moitié du ve siècle11. Le kanthare monumental de Néarchos, découvert sur l’Acropole d’Athènes, constitue, quant à lui, le plus ancien exemple connu employant la technique à blanc fond12.

  • 13 Tsingarida (2009a), p. 193-194.
  • 14 Athènes, Musée National 15155 (Coll. Acr. 611) : Beazley (1956), p. 82.1; Barch 300767; Athènes, Mu (...)
  • 15 Odessa, Musée Archéologique 26.338 : Beazley (1963), p. 77.88; Barch 200614.
  • 16 Banded In and Out suivant l’appelation proposée par Beazley (1932), p. 188.

6On a relevé ailleurs le nombre important de coupes à figures rouges signées, qui indique le statut particulier de ces pièces13. Il en va de même pour les kanthares. Alors qu’il y a très peu d’exemplaires signés qui soient connus pour cette forme, 5 sur les 11 vases monumentaux portent des signatures14, dont un doté d’une version double, la plus rare, à la fois en egrapsen et en epoiesen15. Par contre, à l’instar des coupes BIO16, aucun des grands skyphoi à figures noires et à figures rouges n’est signé.

  • 17 Pour l’iconographie particulière des coupes et des phiales, voir Tsingarida (2009a), p. 194-195.
  • 18 Athènes, Musée National, Coll. Acr. 556 : Beazley (1963), p. 21.2; Athènes, Musée de l’Agora P4952  (...)
  • 19  Shapiro (1989), p. 35; Torelli (2004), p. 211-227.
  • 20 Athènes, Musée National 15156 (Coll. Acr.).
  • 21 Mommsen (2009), p. 51-60.
  • 22 Odessa Musée Archéologique 26.338.
  • 23 Paléothodoros (2004), p. 97.

7Les choix iconographiques sont tout aussi significatifs pour les kanthares et les skyphoi que pour les coupes et les phiales, déjà étudiées17. Les kanthares présentent une même prédilection pour des thèmes rares avec une préférence pour des sujets représentant des assemblées divines, souvent dans le cadre du mariage de Thétis et Pélée18. Sur d’autres exemplaires, les peintres optent pour un traitement original d’un thème déjà connu ou pour l’introduction de scènes nouvelles. Un kanthare, signé Néarchos, est orné d’une Gigantomachie, qui constitue la plus ancienne représentation connue de ce thème. Il fut consacré sur l’Acropole19. Sur un deuxième kanthare20, également destiné à l’Acropole d’Athènes, Néarchos choisit un épisode tiré de l’Iliade mais rarement représenté (Fig. 2). Il a peint Achille préparant ses chevaux avant son départ pour le combat qui l’opposera à Hector21. Un très grand kanthare, découvert sur l’île de Leuké en Mer Noire, est décoré d’un étrange komos22. Sur le fragment, signé Epiktetos egrapsen et Nikosthenes epoiesen, sont représentés trois komastes, couronnés de lierre. Un participant porte son chiton jeté sur l’épaule alors que les deux autres sont habillés d’un chiton court et d’un manteau. La présence du lierre, les vêtements et les deux kanthares, tenus par le personnage central, sont des éléments qui renvoient certainement à un rituel de caractère dionysiaque23.

Fig. 2. Achille harnachant ses chevaux.

Fig. 2. Achille harnachant ses chevaux.

Athènes, Musée National 15155 (coll. Acr.) : Achille harnachant ses chevaux pour le combat.

© Athènes, Musée National

  • 24 Scheibler (2000), p. 23.
  • 25 Voir en dernier lieu, pour une discussion de la thèse de Scheibler, Borgers (2004), p. 129-131.
  • 26 Délos, Musée archéologique B 6140 : Haspels (1936), p. 249.7; B6142 : Haspels (1936), p. 249.8.
  • 27 Tiverios (2007), p. 5-7.
  • 28 Florence, Museo Archeologico 4218 : Beazley (1963), p. 191.102; Barch 201750.
  • 29 Simon (1982), p. 125-129; pour la face B, voir Williams (1997), p. 195.
  • 30 Williams (1997), p. 195.

8Dans un article consacré aux skyphoi à figures noires de grande taille de la Classe de Héron, I. Scheibler relevait le choix constant de scènes dionysiaques, de représentations d’Héraklès, de Thésée ou d’Hermès24. La grande fréquence de ces figures dans le répertoire attique de la deuxième moitié de vie siècle ne permet pas de les associer avec certitude à un contexte rituel, comme le suggérait l’auteur25. Il faut, cependant, remarquer que, parmi la production du Peintre de Thésée, au moins deux skyphoi monumentaux de l’Héraion de Délos intègrent des scènes cultuelles dans l’espace du sanctuaire d’Athéna26. Sur une des faces de ces deux pièces, figure l’apothéose d’Hérakles. Le héros est reçu par Athéna dans son sanctuaire athénien, identifié par la présence de deux colonnes surmontées d’un coq sur B6142 et d’une chouette sur B6140. De même, la deuxième face de B6140 est décorée d’une scène de libation effectuée par Iris et Hermès, encadrés de colonnes couronnées de chouettes alors que B6142 montre Athéna entourée de colonnes surmontées de coqs. Même si on discute le sens précis de ces éléments, on s’accorde pour dire qu’ils renvoient au sanctuaire de l’Acropole et qu’ils sont caractéristiques des amphores panathénaïques27. Une même prédilection pour des thèmes rares s’observe sur certains skyphoi à figures rouges. Sur une pièce conservée à Florence et attribuée au Peintre de Kléophradès, on trouve un thème inconnu par ailleurs : Iris attaquée par des centaures28. Selon E. Simon, ce sujet serait tiré d’un drame satyrique de Pratinas, vraisemblablement mis en scène lors d’un festival en l’honneur de Dionysos29. Sur un autre skyphos à figures rouges du même peintre apparaît de nouveau une assemblée de dieux dans le cadre du mariage de Thétis et Pélée et l’on remarque aussi une scène peu connue, extraite de l’Iliade, identifiée par D. Williams à la visite du prêtre troyen Chrysès à Agamemnon pour demander le retour de sa fille30.

Les contextes archéologiques

  • 31 Voir Tsingarida (2011), à paraître.
  • 32 Les kanthares : 12 sur les 15 exemplaires de provenance connue ont été mis au jour dans le monde gr (...)

9Même si la carte de distribution des vases à boire monumentaux est fortement tributaire des progrès des fouilles et de leur publication, son étude permet néanmoins de mettre en évidence des réseaux très certainement significatifs pour la compréhension des usages de cette céramique. En contexte grec, ces produits attiques sont distribués presque exclusivement dans les sanctuaires (Fig. 3-6), un profil qui suggère clairement une fonction pour le moins votive mais aussi très vraisemblablement liturgique. Une concentration importante apparaît sur l’Acropole d’Athènes (10) alors que d’autres lieux de culte ont également livré quelques exemplaires. On relèvera leur présence aux Héraia de Samos (3) et de Délos (3), à l’Artémision de Thasos (2), au sanctuaire d’Aphaia à Égine (1) mais aussi dans des sanctuaires d’emporia étrusques, tels que ceux de Gravisca (3) ou de Cerveteri (1). La découverte de grands vases à boire attiques (coupes et kanthares) dans ces derniers endroits doit certainement s’expliquer par leur caractère mixte, qui combine des pratiques dédicatoires et rituelles liées aux cultures grecque et étrusque31. Par ailleurs, la carte de diffusion des formes montre que certaines d’entre elles semblent destinées plus exclusivement au monde grec. Les grands kanthares et les skyphoi sont surtout présents à Athènes et, dans une moindre mesure, dans d’autres contextes grecs (Fig. 3 & 6)32, alors que les coupes, une forme considérée comme représentative du banquet à la grecque, sont largement diffusées dans des sites étrusques à l’exception des coupes BIO, également très présentes dans le monde égéen (Fig. 4-5).

Fig. 3. Carte de distribution des kanthares monumentaux, ca 570-500 av. J.-C.

Fig. 3. Carte de distribution des kanthares monumentaux, ca 570-500 av. J.-C.

Carte de distribution des kanthares monumentaux, ca 570-520.

Réalisée par l’auteur, mise en forme N. Bloch – CReA-Patrimoine.

  • 33 Phira, Musée Archéologique 1773 : Malagardis (2009), p. 253-290.
  • 34 Généralement composé de deux vases attiques, des coupes de Siana ou des Petits Maîtres : Zapheiropo (...)
  • 35 Ibid., p. 268-271, pl. 329-330; ead., Praktika 1964 (1961), 201-206, pl. 157-159.
  • 36 Odyssée XI, 491; Iliade XVI, 526

10Contrairement au monde étrusque où ces grands vases se retrouvent souvent dans les tombes, on ne connaît qu’un seul exemple, une coupe BIO33, provenant d’un contexte funéraire grec. Situé dans la nécropole de Sellada sur l’île de Théra, la tombe présente un profil très particulier. Alors que les autres sépultures du cimetière constituent de simples fosses où le défunt, accompagné d’un mobilier pauvre, est directement déposé au sol34, la coupe BIO a été mise au jour dans une tholos, en partie creusée, en partie construite. Suivant un rapport de fouille préliminaire, le monument a livré un riche matériel35. Il est composé de deux aryballes en bronze doré, d’importation attique – un cratère à volutes monumental et une amphore à figures noires – et d’un grand cratère laconien.L’absence de tout reste osseux indiquerait, selon les fouilleurs, que l’ensemble fonctionnait comme un cénotaphe. Par ailleurs, l’inscription « Nekys », incisée sur le cratère, renvoie très vraisemblablement au terme homérique de Nékyia et fait clairement allusion au caractère héroïsé du défunt auquel était destinée la sépulture36.

Fig. 4. Carte de distribution des coupes BIO, ca 560-510 av. J.-C.

Fig. 4. Carte de distribution des coupes BIO, ca 560-510 av. J.-C.

Carte de distribution des coupes BIO, ca 560-510.

Réalisée par l’auteur, mise en forme N. Bloch – CReA-Patrimoine.

  • 37 Odessa, Musée archéologique 26338.
  • 38 Pour une synthèse sur l’ensemble des témoignages archéologiques et littéraires : Hedreen (1991), p. (...)
  • 39 Plus ancienne mention du lieu dans l’Aithiopis si on en croit la mention chez Proclos, Chrest., 2; (...)

11Cette association exceptionnelle entre un vase à boire monumental attique et un culte héroïque est également illustrée par le kanthare de très grande taille découvert sur l’île de Leuké, située au Pont Euxin (Fig. 7)37. L’endroit est connu pour un culte rendu à Achille, attesté par le matériel archéologique au moins depuis la moitié du vie siècle av. n. è.38. Les sources antiques rapportent que le héros, devenu immortel, fut emporté par sa mère et déposé à Leuké où il vit toujours en bienheureux39.

  • 40 Sparte, Musée Archéologique 6133,6115 : diam. rec. 40 cm; Ht. Rec. 30 cm, Stibbe (1978), p. 31-32, (...)
  • 41 Un certain nombre d’auteurs mentionnent ces fêtes : Hérodote, IX, 7; IX, 11; Thucydide, V, 23, 4-5; (...)
  • 42 Moreno Conde (2008), p. 13-58. Cf. Pettersson (1992), p. 9-41.

12Un autre exemple, constitué cette fois d’un vase à boire laconien, s’insère dans ce lien qui semble rapprocher le monumental au culte funéraire héroïque40. Un kanthare de très grande taille, environ 40 cm de diamètre, a été mis au jour au sanctuaire d’Amyclées près de Sparte. L’Amyklaion est non seulement associé à Apollon mais aussi au tombeau du jeune Hyakinthos, dont la mémoire était honorée lors de célébrations annuelles importantes, les Hyakinthia41. M. Moreno Conde propose une double fonction pour cette fête, à la fois hommage au héros défunt et rituel marquant le passage de l’enfance vers la maturité42.

Fig. 5. Carte de distribution des coupes monumentales (vieve s.).

Fig. 5. Carte de distribution des coupes monumentales (vie – ve s.).

Carte de distribution des coupes monumentales (vieve s).

Réalisée par l’auteur, mise en forme N. Bloch – CReA-Patrimoine.

  • 43 Athènes, Musée National 15931 (à figures noires), Beazley (1956), p. 380.295; Barch 302376; Athènes (...)
  • 44 Voir en dernier lieu, Boehringer (2001), p. 47-131.
  • 45 Pour le matériel : Wolters (1899), p. 103-135.
  • 46 Athènes, Musée National 19174 : Barch 9116 et en dernier lieu Alexandridou (2011), p. 18, p. 51.
  • 47 Sur l’ensemble du matériel : Karouzou (1963), (1982), p. 33-44 et (1985), p. 67-76; plus récemment (...)
  • 48 Alexandridou (2007), p. 65 (avec la bibliographie antérieure).

13La présence, voire même la manipulation, de vases à boire monumentaux lors de célébrations marquant le passage d’une tranche d’âge à une autre semble se confirmer par des sources iconographiques et textuelles également pour Athènes dans le cadre des Dionysies, un cas que nous examinerons plus loin dans cet article. En revanche, l’association entre contexte funéraire héroïsé et vase monumental ne semble pas attestée par le matériel archéologique connu en Attique. Il est néanmoins important de noter la découverte de kanthares de taille moyenne dans deux ensembles funéraires, où l’on pratique un culte des ancêtres. Trois kanthares font partie du matériel déposé dans le dromos, qui mène à la tombe à tholos de Ménidi43. Le caractère spécifique de cette sépulture mycénienne est reconnu depuis longtemps44. Le dépôt funéraire du dromos, qui s’échelonne de la fin du viiie au milieu du ve siècle, et le profil typologique du matériel, composé de pièces à caractère votif – petites terre-cuites, des boucliers miniatures ou encore « louteria »45, – suggèrent une pratique rituelle adressée à un défunt héroïsé, identifié selon toute vraisemblance à un ancêtre commun. À Vari, un kanthare à figures noires du Peintre d’Anagyronte appartient à un dépôt d’offrandes46, constitué de pièces aux formes et à l’iconographie distinctives, daté de la fin du viie au milieu du vie siècle47. La découverte de ce matériel dans une tranchée, associée au tumulus I de la nécropole Nord de Vari, et sa chronologie étendue attestent également une pratique rituelle destinée à honorer le défunt, qui devait posséder, comme à Ménidi, le statut d’ancêtre héroïsé48. Dans ces deux cas, c’est la forme du vase et non sa taille qui renvoie à une pratique rituelle et au statut particulier du mort.

Fig. 6. Carte de distribution des skyphoi monumentaux, ca 520-440 av. J.-C

Fig. 6. Carte de distribution des skyphoi monumentaux, ca 520-440 av. J.-C

Carte de distribution des skyphoi monumentaux, ca 520-440.

Réalisée par l’auteur, mise en forme N. Bloch – CReA-Patrimoine.

Fig. 7. Fragment de kanthare.

Fig. 7. Fragment de kanthare.

Fragment de kanthare : Odessa, Musée Archéologique 26.338

Dessin d’après D. Paléothodoros [2004], ill. 1, p. 8.

  • 49 Athènes, Musée de l’Agora P. 1544; P1545; P1546; P1547; P1548; P1549 : pour le catalogue complet de (...)
  • 50 Vanderpool (1946), p. 266.
  • 51 Athènes, Musée de l’Agora P1547.
  • 52 Voir en dernier lieu Fritzilas (2006), p. 47-48.

14La découverte dans un dépôt de l’Agora d’un groupe de grands skyphoi à figures noires49, attribués à l’atelier du Peintre de Thésée, suggère également une production clairement conçue dès le départ pour un usage spécifique, très vraisemblablement rituel. L’ensemble du matériel mis au jour dans ce contexte a été associé par le fouilleur à des résidus d’ateliers de potier50. Les vases, issus de l’atelier du Peintre de Thésée, se distinguent non seulement par l’adoption d’une forme unique, le skyphos, mais aussi par celle d’une iconographie commune, composée d’une procession d’hommes couronnés de feuilles de vigne, parfois associés à des boucs51, et à des femmes musiciennes. Ces représentations sont généralement identifiées aux défilés prenant part aux Grandes Dionysies52. La production ponctuelle de ce groupe de skyphoi, cohérents tant du point de vue formel qu’iconographique, le choix pour des scènes aux connotations rituelles, ne peuvent s’expliquer que par le besoin d’un tel produit dans le cadre d’un banquet ou d’un komos rituel.

L’iconographie des usages

  • 53 Je voudrais remercier très chaleureusement Gunnel Ekroth de m’avoir indiqué ces travaux sur l’icono (...)

15Parallèlement aux objets eux-mêmes et à leur contexte d’utilisation, on possède un ensemble de représentations qui mettent en scène la manipulation de vases à boire monumentaux53. Comme une partie importante de ce répertoire iconographique attique a déjà été étudiée, je voudrais reprendre seulement les conclusions de ces études en les complétant par d’autres scènes le groupe déjà constitué.

Fig. 8. Lécythe à fig. noires. Deux femmes tenant une grande coupe devant une table chargée de viande.

Fig. 8. Lécythe à fig. noires. Deux femmes tenant une grande coupe devant une table chargée de viande.

Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig BS 1447 : deux femmes tenant une grande coupe devant une table chargée de viande, lecythe a figures noires.

© Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig.

  • 54 Piniatoglou (1994), p. 39-51.
  • 55 Pour les discussions sur la participation des femmes à certaines fêtes comme les Grandes Dionysies, (...)

16S. Piniatoglou a rassemblé un petit corpus de vases décorés de femmes portant de très grands skyphoi54. Assises sur des diphroi à côté de tables remplies de lanières de viande, les figures tiennent non seulement des vases à boire mais aussi de la viande. La manipulation de cette nourriture et des grands récipients ainsi que la présence des tables remplies d’aliments carnés ont poussé l’auteur à reconnaître des représentations de banquets rituels ou cultuels tels qu’ils sont attestés dans les textes pour de nombreuses divinités. Tenant compte du caractère exclusivement féminin et de l’attitude hiératique des participantes, Piniatoglou suggère d’y voir une pratique liée aux Thesmophories55.

  • 56 Pour une synthèse sur cette fête, voir Burkert (1985), p. 237-246.
  • 57 Frontisi-Ducroux (1991).
  • 58 Berlin, Antikensammlung F2290, Bealzey (1963), p. 462.48; 481; 1654; Barch 204730; Kunisch (1997), (...)
  • 59 Pour une discussion sur l’iconographie de l’ensemble de ce corpus, voir Frontisi-Ducroux (1991).
  • 60 Pour un résumé de l’historiographie, qui se divise entre les partisans de l’identification des scèn (...)
  • 61 Pour le corpus, voir Frontisi-Ducroux (1991).
  • 62 Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig BS 1447.
  • 63 Schmidt (2000), p. 433-442.

17Cette association des grandes céramiques, de la viande et du banquet rituel semble extrêmement convaincante. Il est cependant important de noter que l’usage de ce type de récipients ne devait sans doute pas se limiter à une seule pratique rituelle. Le répertoire iconographique à notre disposition livre, en effet, d’autres contextes cultuels possibles, souvent liés à Dionysos et, plus particulièrement, à des célébrations faisant partie des Grandes Dionysies, aux Anthestéries56 ou encore aux Lénéennes, cette fête d’hiver vénérant le dieu sous forme de pilier57. Dans ce cadre, on cite souvent la scène qui décore une coupe de Makron58. Une femme participant à une danse extatique devant une statue pilier de Dionysos tient en main un immense skyphos, décoré de rinceaux de vigne et d’un satyre à figures noires. Cette représentation a été fréquemment intégrée au corpus céramique des « Lénéennes »59. On n’entrera pas ici dans le long débat sur l’identification de la fête représentée60, mais on voudrait souligner que les grands skyphoi, à l’instar des kanthares et des phiales, apparaissent fréquemment dans les mains de femmes rendant hommage, en portant du vin ou en dansant, à un xoanon ou à un masque de Dionysos61. Cette diversité des formes, constituées de coupes, phiales, kanthares et skyphoi monumentaux, manipulées lors de certaines pratiques rituelles trouve un écho dans une autre scène. Sur un lécythe à figures noires62, publié par M. Schmidt63, on observe deux femmes assises à nouveau de part et d’autre d’une table couverte de lanières de viande (Fig. 8). Sur une face, l’officiante tend un énorme kanthare à sa compagne alors que, sur l’autre face, elle passe une très grande coupe.

La monumentalité comme un indice de la présence du divin ?

  • 64 Athénée, Deipnosophistes XI, 494f

18Parallèlement aux données examinées ci-dessus, il existe d’autres témoignages littéraires et iconographiques qui confirment l’éventail étendu d’usages liturgiques pour l’ensemble de ces vases à boire. Dans un article consacré à un groupe de skyphoi de très grande taille de la deuxième moitié du vie siècle, S. Scheibler les lie à une autre fête, celle des Apatouries durant laquelle, selon Athénée, les éphèbes offrent du vin à Héraklès dans un μέγα ποτήριον64.

  • 65 Pour les textes et l’iconographie : Tsingarida (2009a), p. 195-197.
  • 66 Par ex. Hérodote, I, 51.
  • 67 Scholie Pindare, Neméennes VII, 68.
  • 68 Pour ces différentes appellations : BruitLissarrague (2004), p. 225. Sur le rituel des Théoxénie (...)
  • 69 Hdt, I, 51.
  • 70 Pindare Ol. III, 1. : pour une Théoxénie des Dioscures à Agrigente.
  • 71 Voir Pfister (1934), col. 1177.
  • 72 Jameson et al. (1993), lignes 14-15, p. 14, commentaire p. 67-68.
  • 73 Hdt, I, 51.
  • 74 Rotroff (1978), p. 196-209.
  • 75 Lignes 19-21.
  • 76 Athénée, Deipn. XI, 467; 470e-472 (pour une liste d’auteurs et de significations). Pour une discuss (...)
  • 77 Athénée, Deipn. XI, 471d; 472b; 472d.
  • 78 Ancienne collection Joly de Bammeville, connu seulement par un dessin, Beazley (1963), p. 429.25.

19Dans un article précédent65, j’avais proposé d’associer les grandes coupes et les phiales à la pratique des théoxénies. Cette célébration de l’hospitalité divine consiste à inviter les dieux à table dans les sanctuaires, les espaces publics ou les lieux privés. Selon nos sources, cette pratique, généralement désignée comme theoxenia66 ou heroxenia67, s’adresse à la fois à des dieux et à des héros68. Parmi les divinités clairement nommées, on peut mentionner Apollon à Delphes69, les Dioscures à Athènes ou à Agrigente70, Héraklès mais aussi Dionysos dans le cadre de la theodaisia71. Les sources littéraires et épigraphiques décrivent la préparation de couches, d’un repas mais aussi de vaisselle placée sur les tables pour accueillir la divinité. Certains textes nous fournissent des détails plus précis sur la nature des récipients utilisés et soulignent leur caractère neuf et leur grande taille. Ainsi, la Lex Sacra de Sélinonte, datée du mileu du ve s. av. n. è., mentionne la présence de melikraton dans de nouveaux vases à boire (ἐν καιναῖς ποτερίδεσι)72. Dans un passage consacré aux offrandes de Crésus à Delphes, Hérodote décrit deux grands cratères, l’un en or et l’autre en argent73. L’exemplaire en argent possédait une telle capacité qu’il pouvait contenir 600 amphores. C’est dans ce vase que les Delphiens mélangeaient l’eau au vin pendant les Théophanies qui avaient lieu au sanctuaire. Par ailleurs, une inscription de l’Agora d’Athènes, dédiée à un héros anonyme, fait également allusion à l’usage combiné de vaisselle miniature et de grande taille à l’occasion d’une Héroxénie74. Parmi les objets repris pour le banquet rituel, on relèvera à la fois un κύμβον (une petite coupe) et des κύλικες θηρίκλειοι75. L’usage de ce dernier adjectif se rencontre parfois pour décrire un cratère mais son emploi le plus fréquent est associé à un vase à boire, le therikleion (θηρίκλειον)76. Même s’il est souvent difficile d’identifier avec certitude une céramique décrite dans les textes à une forme rencontrée dans le matériel archéologique, la majorité de nos sources attestent l’usage du therikleion pour désigner des vases de grande taille77. Cette manipulation et l’exposition de pièces de grande taille pendant un banquet rituel destiné aux dieux pourrait trouver un écho dans une scène décorant le médaillon d’un vase aujourd’hui perdu (Fig. 9)78.

Fig. 9. Vase disparu, attribué à Douris.

Fig. 9. Vase disparu, attribué à Douris.

Dessin d’après Buitron-Oliver [1995], pl. 25.

  • 79 Schauenburg (1974), p. 101-107; Shapiro (1999), p. 100-101.
  • 80 Plovdiv, Musée régional d’archéologie 1527, Beazley (1963), p. 1187.36; p. 1686; Barch 215726. Pour (...)
  • 81 Arrien Peripl. M. Eux., 23.

20On y voit une jeune femme debout tenant d’une main une œnochoé et de l’autre une grande phiale en métal. La combinaison de ces deux formes renvoie généralement à la pratique de la libation. Dans ce cadre, la phiale possède une fonction rituelle bien connue et est fréquemment associée à un autel dans l’iconographie attique. Sur cette coupe, elle apparaît cependant devant une table basse. Cette juxtaposition originale ne pourrait indiquer une pratique bien spécifique, la préparation de la table destinée à une théoxénie. On possède d’autres scènes qui illustrent cette cérémonie. Dans l’iconographie attique, elles montrent généralement l’arrivée des Dioscures devant une couche et une table préparées79. Peu d’exemples indiquent les aliments ou la vaisselle. Il faut cependant mentionner une hydrie du Musée de Plovdiv80, qui détaille à la fois les klinai, richement disposées mais aussi la table, fournie d’un thymiatérion et de deux kanthares, prêts pour les Dioscures, représentés sur les côtés. L’emploi des kanthares pour cette cérémonie tel qu’on le voit sur ce vase pourrait, par ailleurs, se trouver confirmé par la découverte du kanthare de grande taille au sanctuaire d’Achille à Leuké. Il est intéressant de relever à ce propos la proximité attestée par certains textes entre les Dioscures et Achille pour leur fonction protectrice des marins81.

  • 82 Héraklès : Athénée, Deipn. XI, 469d; Nestor : Iliade XI, 637.

21À la lumière de l’ensemble des vases à boire monumentaux mais aussi des autres documents mis en œuvre, il semble désormais clair qu’il ne faut pas limiter la manipulation de ces objets aux seuls théoxénies. Ces céramiques sont également destinées à d’autres banquets rituels, mais aussi à des tombes liées à un culte d’ancêtre héroïsé, comme celles trouvées à Sellada, Amyklées ou Leuké. Deux passages bien connus d’Athénée confirment ce lien entre certains héros grecs, Héraklès et Nestor, soulignant à la fois leur capacité à boire beaucoup et la force qui leur permet de soulever ces récipients avec aisance82. Cet usage du vase à boire, destiné au héros, pourrait être double : à la fois dans un contexte funéraire mais aussi cultuel lors de banquets dressés à l’occasion de héroxénies.

  • 83 Athènes, Musée National BS319 (ancienne coll. Vlasto) : voir Lezzi-Hafter (1988), p. 201-201; 339, (...)

22Cette variété des contextes rituels indique que la conception de ces vases devait être liée à la valeur particulière accordée à la monumentalité dans son rapport au divin. Attribut du dieu et du héros, elle concrétise sa présence. Ce rôle à mon avis primordial du vase monumental est parfaitement illustré par un chous, décoré d’une scène qui représente vraisemblablement le rituel de la Balançoire, pratiqué le jour des Chytroi, pendant la fête des Anthestéries (Fig. 10)83. À droite du groupe de figures principal, on voit une chaise couverte d’une riche draperie, destinée à matérialiser la présence du dieu. Devant elle, on a dressé une table qui porte une phiale monumentale. Ce n’est pas une offrande. Par son emplacement, elle se destine à désaltérer le dieu mais aussi et surtout à évoquer sa présence physique.

Fig. 10. Chous attique à fig. rouges.

Fig. 10. Chous attique à fig. rouges.

Athènes, Musée National BS319 (National Archaeological Museum, Athens).

© Hellenic Ministry of Culture and Tourism/Archaeological receipt Funds

Annexes

Liste des vases repris dans les cartes de distribution

Distribution des kanthares (Fig. 3) – diamètre supérieur à 25 cm

Athènes, Acropole (5)

Athènes, Musée National 15155 (coll. Acr. 611) : Barch 300767 

Athènes, Musée National 15156 (coll. Acr. 612) : Barch 300769 

Athènes, Musée National (coll. Acr. 614) : Barch 300772

Athènes, Musée National (coll. Acr. AP67) : Barch 300768

Athènes, Musée National (coll. Acr. 2.553) : Barch 200615.

Athènes, Agora (1)

Athènes, Musée de l’Agora P4952 : Leslie Shear (1938), n° 1226, p. 345, pl. 116 ; Barch 5970

Thèbes, Béotie (1)

Boston, Museum of Fine Arts 95.36 : Beazley (1963), 381.182 ; Barch 204081.

Thasos, sanctuaire d’Artémis (2)

Musée Archéologique 59658 : Fritzilas (2006), p. 80, n° 138.

Musée Archéologique 77.59 : Fritzilas (2006), p. 80, n° 140.

Leuké, sanctuaire d’Achille (Mer Noire) (1)

Odessa, Musée Archéologique 26338 : Beazley (1963), 77.87 ; Barch 200614.

Kerch (ancienne Panticapée, esplanade) (1)

Moscou, Musée des Beaux-Arts Pushkin M1012 : CVA Pushkine 1, p. 195, fig. 17 ; Barch 45287.

Tarquinia (1)

Boston, Museum of Fine Arts 00.334 : Beazley (1963), 126.27 ; Barch 201055.

Vulci (1)

Boston, Museum of Fine Arts 95.61 : Beazley (1963), 132 ; Barch 201063.

Gravisca (2)

Fouilles II 7766 : Torelli (2004), 213-227.

Fouilles 74.5923 : Huber (1999), p. 40-41, n° 87.

Distribution des coupes à figures noires BIO (Fig. 4) – diamètre supérieur à 35 cm

Thèra (1)

Phira, Arch. Mus. 1773 : Malagardis (2009), p. 254-256, n° 1.

Naucratis

Boston, Museum of Fine Arts 88.846 : Malagardis (2009), p. 261 ; Barch 340465.

Samos (3)

Musée de Vathy K 6972 : Beazley (1956), p. 265, n° 3 ; Kreuzer (1998), p. 191, n° 306.

Musée de Vathy K 930, K 6793, K 6971 : Kreuzer (1998), 31, n. 280, 190, n° 305a-g, pl. 47-48.

Berlin, Staatl. Museen Sa 488 x : Malagardis (2009), p. 261.

Athènes (2)

Musée National (Coll. Acr 2477) : Beazley (1956), p. 265, n° 1 ; Malagardis (2009), p. 260.

Musée National (Coll. Acr 1632 a-g) : Malagardis (2009), p. 260 ; Johnston (2011), à paraître.

Égine (1)

Arch. Mus. K 20, K 35 et K 38 : Malagardis (2009), p. 262.

Himère (1)

Fouilles H 70.129,1 : Malagardis (2009), p. 263.

Gravisca (2)

Fouilles inv. 79/7571, 79/7568 : Iacobazzi, vol. 2 (2004), p. 343, n° 1061, pl. XXI.

Fouilles inv. 73/17713 : Iacobazzi, vol. 2 (2004), p. 344, no 1072.

Vulci (2)

Rome, Museo Nazionale di Villa Giulia 50712 (M610) : Mingazzini (1930), pl. 91, n° 2 ; pl. 92, n° 8 ; Beazley (1956), p. 196 ; Barch 302564.

Berlin, Staatl. Museen F 1800 : Beazley (1956), p. 265 ; Malagardis (2009), p. 256 – 257, n° 2.

Chiusi (1)

Betolle, Perdu (Ex–marché de l’Art à New York) : Malagardis (2009), p. 259 – 260, n° 4.

Distribution des coupes et phiales à figures noires (fn) et à figures rouges (fr) (Fig. 5) – diamètre supérieur à 35 cm

Athènes (1)

Acropole : Athènes, Musée National, Coll. Acr. 15214 (fr) : Beazley (1963), p. 17, n° 18 ; Euphronios, peintre à Athènes au vie s. av. J.-Chr., Paris, 1991, p. 191-194, n° 44.

Nola (1)

Londres, British Museum B 426 (fn) : Bealzey (1956), p. 256, n° 20.

Pyrgi (1)

Fouilles (phiale) : Baglione (1987), p. 17-24.

Caere (3)

Paris, Cab. Med. 322 (fn) : Beazley (1956), p. 38°, n° 296.

Paris, Musée du Louvre G104 : Beazley (1963), p. 318, n° 1 ;

Rome, Museo Nazionale di Villa Giulia 121110 (ex-Getty) : Rizzo (1999), p. 12-19.

Tarquinia (4)

Tarquinia, Museo Archeologico RC 6848 : Beazley (1963), p. 60, n° 66 ;

Paris, Cabinet des Médailles 570, 578, 580 : Beazley (1963), p. 399.

Paris, Cabinet des Médailles 535, 699 : Beazley (1963), p. 191, n° 103.

Paris, Cabinet des Médailles 536, 647 : Beazley (1963), p. 191, n° 104.

Vulci (19)

Berlin, Antikensammlung F2048 (fn) : Beazley (1956), p. 262, n° 48.

Berlin, Antikensammlung F2049 (fn) : Beazley (1956), p. 390.

Munich, Antikensammlung 2244 (fn) : Beazley (1932), pl. 4.

Londres, British Museum E13 : Beazley (1963), p. 109.

Londres, British Museum E10 : Beazley (1963), p. 90, n° 33.

Londres, British Museum E15 : Beazley (1963), p. 136, n° 1.

Munich, Antikensammlung 2620 : Beazley (1963), p. 16, n° 17 ; 1619.

Berlin, Antikensammlung 3251 (+ Florence) : Beazley (1963), p. 113, n° 7.

Berlin, Antikensammlung 2264 : Beazley (1963), p. 60, n° 64.

Berlin, Antikensammlung 2283 : Beazley (1963), p. 429, n° 21.

Berlin, Antikensammlung 2284 : Beazley (1963), p. 429, n° 22.

Munich, Antikensammlung 2619 : Beazley (1963), p. 146, n° 2.

Paris, Musée du Louvre G15 : Beazley (1963), p. 91, n° 51.

Munich Antikensammlung 2688 : Beazley (1963), p 879, n° 1.

Munich Antikensammlung 2689 : Beazley (1963), p. 879, n° 2.

Munich Antikensammlung 2690 : Beazley (1963), p. 880, n° 6 ; Barch 211570.

Berlin, Antikensammlung F2531 : Beazley (1963), p. 1318, n° 1 ; Barch 220533.

Londres, British Museum E72 : Beazley (1963), p. 885, n° 93 ; 1703 ; Barch 211658.

Paris, Musée du Louvre G452 : Beazley (1963), p. 921, n° 33 ; Barch 211205.

Vienne, Kunsthistorisches Museum 3700 : Beazley (1963), p. 882, n° 42 ; Barch 211606.

Marzabotto

N° d’inv. Inconnu : Beazley (1963), p. 108, 18.

Fojano

Florence, Museo Nazionale Archeologico 74624 : Beazley (1963), p. 262, n° 46.

Spina

Ferrara, Museo Nazionale di Spina 18C (Nécropole Valle Pega) : Beazley (1963), p. 882, n° 35 ; Barch

Ferrara, Museo Nazionale di Spina 9351 (T212BVP - Nécropole Valle Pega) : Beazley (1963), p. 880, n° 12 ; 891, n° 3 ; 1673 ; Barch 211576.

Distribution des skyphoi (Fig. 6) – diamètre supérieur à 28 cm

Athènes (8) - fn

Acropole, Athènes Musée National (coll. Acr. 1280) : Fritzilas (2006), p. 83, n° 153.

Acropole, Athènes Musée National (coll. Acr.137) : Borgers (2004), p. 155, n° 85. 

Agora, Musée de l’Agora P1544 ; Agora, Musée de l’Agora P1545 ; Agora, Musée de l’Agora P1546 ; Agora, Musée de l’Agora P1547 ; Agora, Musée de l’Agora P1548 ; Agora, Musée de l’Agora P1549 : Vanderpool (1946), p. 289-298.

Délos (3) - fn

Temple d’Héra, Musée archéologique de Délos B6.140 : Fritzilas (2006), p. 83, n° 155.

Temple d’Héra, Musée archéologique de Délos B6.142 : Fritzilas (2006), p. 84 , n° 161.

Temple d’Héra, Musée archéologique de Délos B6.138 : Fritzilas (2006), p. 81, n° 144.

Caere (4)

Florence, Museo Archeologico 4218 : Beazley (1963), p. 191, n° 102 ; Williams (1997), p. 195.

Leipzig, Archäeologisches Institut der Karl Marx Universität T3840b : Williams (1997), p. 195.

Paris, Musée du Louvre G425 : Beazley (1963), p. 929, n° 88.

Paris, Musée du Louvre G426 : Beazley (1963), p. 888, n° 153.

Notes

1 Tsingarida (2009a), p. 185-201; Tsingarida (2011), à paraître. Pour les contextes étrusques, voir aussi Guggisberg (2009), p. 111-125.

2 Scheibler (2000), p. 17-43.

3 Voir en dernier lieu Schmidt (2000), p. 433-442.

4 Pour la liste complète des vases de provenance inconnue, voir l’annexe infra, p. 76.

5 Pour la définition du groupe constitué des coupes et des phiales, voir Tsingarida (2009a), p. 186.

6 Pour les skyphoi à figures noires, voir la définition du 3e groupe de « très grands skyphoi », attribués au Peintre de Thésée, telle qu’elle a été établie par Fritzilas (2006), p. 58. Pour les rares skyphoi à figures rouges de très grande taille, voir Batino (2002), p. 16 (avec bibliographie).

7 Athènes, Musée National 15155 (Coll. Acr.), Beazley (1956), p. 82.1; Barch 300767.

8 On ne s’attardera pas beaucoup sur les caractéristiques des grandes coupes et des phiales car elles sont déjà étudiées dans Tsingarida (2009a), p. 185-201.

9 Moscou, Musée national des Beaux Arts Pushkin M1012, Sidorova (1996), pl. 48.

10 Ex. : Munich, Antikensammlung F2620 : Beazley (1963), p. 16-17.17; Barch 200080

11 Cohen (2006), p. 43-53.

12 Sur cette pièce, voir en dernier lieu : Mommsen (2009), p. 51-61.

13 Tsingarida (2009a), p. 193-194.

14 Athènes, Musée National 15155 (Coll. Acr. 611) : Beazley (1956), p. 82.1; Barch 300767; Athènes, Musée National 15156 (Coll. Acr. 612) : Beazley (1956), p. 83.3; Barch 300769; Athènes, Musée National, Coll. Acr. 553 : Beazley (1956), p. 77.88; Barch 200615; Odessa, Musée Archéologique 26.338 : Beazley (1963), p. 77.88; Barch 200614.

15 Odessa, Musée Archéologique 26.338 : Beazley (1963), p. 77.88; Barch 200614.

16 Banded In and Out suivant l’appelation proposée par Beazley (1932), p. 188.

17 Pour l’iconographie particulière des coupes et des phiales, voir Tsingarida (2009a), p. 194-195.

18 Athènes, Musée National, Coll. Acr. 556 : Beazley (1963), p. 21.2; Athènes, Musée de l’Agora P4952 : Moore (1997), n° 1226, pl. 116.

19  Shapiro (1989), p. 35; Torelli (2004), p. 211-227.

20 Athènes, Musée National 15156 (Coll. Acr.).

21 Mommsen (2009), p. 51-60.

22 Odessa Musée Archéologique 26.338.

23 Paléothodoros (2004), p. 97.

24 Scheibler (2000), p. 23.

25 Voir en dernier lieu, pour une discussion de la thèse de Scheibler, Borgers (2004), p. 129-131.

26 Délos, Musée archéologique B 6140 : Haspels (1936), p. 249.7; B6142 : Haspels (1936), p. 249.8.

27 Tiverios (2007), p. 5-7.

28 Florence, Museo Archeologico 4218 : Beazley (1963), p. 191.102; Barch 201750.

29 Simon (1982), p. 125-129; pour la face B, voir Williams (1997), p. 195.

30 Williams (1997), p. 195.

31 Voir Tsingarida (2011), à paraître.

32 Les kanthares : 12 sur les 15 exemplaires de provenance connue ont été mis au jour dans le monde grec; les skyphoi : 11 sur les 15 viennent de contextes grecs.

33 Phira, Musée Archéologique 1773 : Malagardis (2009), p. 253-290.

34 Généralement composé de deux vases attiques, des coupes de Siana ou des Petits Maîtres : Zapheiropoulos (1961-1962), p. 268.

35 Ibid., p. 268-271, pl. 329-330; ead., Praktika 1964 (1961), 201-206, pl. 157-159.

36 Odyssée XI, 491; Iliade XVI, 526

37 Odessa, Musée archéologique 26338.

38 Pour une synthèse sur l’ensemble des témoignages archéologiques et littéraires : Hedreen (1991), p. 313-330.

39 Plus ancienne mention du lieu dans l’Aithiopis si on en croit la mention chez Proclos, Chrest., 2; Mention suivante chez Pindare, Nem. IV, 49; Euripide IT, 435-438; Euripide, Andr., 1260-1262. Pour des textes plus tardifs, qui fournissent une série de détails sur le culte et la présence du héros : Philostrate, Her., 54, 9; Arrien, Peripl. M. Eux., 21 et 23; Philostrate, Her., 55, 2-3 – 56, 2-4.

40 Sparte, Musée Archéologique 6133,6115 : diam. rec. 40 cm; Ht. Rec. 30 cm, Stibbe (1978), p. 31-32, fig. 12 et pl. 18.2, 19.1.

41 Un certain nombre d’auteurs mentionnent ces fêtes : Hérodote, IX, 7; IX, 11; Thucydide, V, 23, 4-5; V, 41, 3.

42 Moreno Conde (2008), p. 13-58. Cf. Pettersson (1992), p. 9-41.

43 Athènes, Musée National 15931 (à figures noires), Beazley (1956), p. 380.295; Barch 302376; Athènes, Musée National 275212, Beazley (1963), p. 1649; Barch 275212; Athènes, Musée National 2038, Beazley (1963), p. 558.142; Barch 206386.

44 Voir en dernier lieu, Boehringer (2001), p. 47-131.

45 Pour le matériel : Wolters (1899), p. 103-135.

46 Athènes, Musée National 19174 : Barch 9116 et en dernier lieu Alexandridou (2011), p. 18, p. 51.

47 Sur l’ensemble du matériel : Karouzou (1963), (1982), p. 33-44 et (1985), p. 67-76; plus récemment Alexandridou (2007), p. 65-67 et (2011), p. 18 et p. 87-88.

48 Alexandridou (2007), p. 65 (avec la bibliographie antérieure).

49 Athènes, Musée de l’Agora P. 1544; P1545; P1546; P1547; P1548; P1549 : pour le catalogue complet de ces skyphoi, Vanderpool (1946), p. 289-298.

50 Vanderpool (1946), p. 266.

51 Athènes, Musée de l’Agora P1547.

52 Voir en dernier lieu Fritzilas (2006), p. 47-48.

53 Je voudrais remercier très chaleureusement Gunnel Ekroth de m’avoir indiqué ces travaux sur l’iconographie. Nos discussions et ses conseils sur le sujet m’ont été d’une aide précieuse.

54 Piniatoglou (1994), p. 39-51.

55 Pour les discussions sur la participation des femmes à certaines fêtes comme les Grandes Dionysies, voir Osborne (1993), p. 392-405; Sourvinou-Inwood (1994), p. 271-287. Pour la présence des femmes dans les banquets rituels liés au culte de Déméter et aux Thesmophories, Kron (1992), p. 611-650.

56 Pour une synthèse sur cette fête, voir Burkert (1985), p. 237-246.

57 Frontisi-Ducroux (1991).

58 Berlin, Antikensammlung F2290, Bealzey (1963), p. 462.48; 481; 1654; Barch 204730; Kunisch (1997), p. 197-198, pls. 116-117.

59 Pour une discussion sur l’iconographie de l’ensemble de ce corpus, voir Frontisi-Ducroux (1991).

60 Pour un résumé de l’historiographie, qui se divise entre les partisans de l’identification des scènes sur le groupe des vases dits des Lénéennes à la fête des Lénéennes (Frickenhaus [1912]; Parke [1977], p. 105) et ceux qui y voient un rituel pratiqué le jour des Choes, le deuxième jour des Dionysies (Nilsson [1967]), p. 572; Burkert [1975], p. 362), voir Peirce (1998), p. 59-60.

61 Pour le corpus, voir Frontisi-Ducroux (1991).

62 Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig BS 1447.

63 Schmidt (2000), p. 433-442.

64 Athénée, Deipnosophistes XI, 494f

65 Pour les textes et l’iconographie : Tsingarida (2009a), p. 195-197.

66 Par ex. Hérodote, I, 51.

67 Scholie Pindare, Neméennes VII, 68.

68 Pour ces différentes appellations : BruitLissarrague (2004), p. 225. Sur le rituel des Théoxénies voir Jameson (1994), p. 36; Ekroth (2002), p. 177-179.

69 Hdt, I, 51.

70 Pindare Ol. III, 1. : pour une Théoxénie des Dioscures à Agrigente.

71 Voir Pfister (1934), col. 1177.

72 Jameson et al. (1993), lignes 14-15, p. 14, commentaire p. 67-68.

73 Hdt, I, 51.

74 Rotroff (1978), p. 196-209.

75 Lignes 19-21.

76 Athénée, Deipn. XI, 467; 470e-472 (pour une liste d’auteurs et de significations). Pour une discussion sur Therikles et le Therikleion, voir « Therikleion », RE V.2 (1934), col. 2367-2369; Gill (1985), p. 19-25 (même si je ne suis pas l’hypothèse de l’auteur qui voit un modèle métallique pour cette forme).

77 Athénée, Deipn. XI, 471d; 472b; 472d.

78 Ancienne collection Joly de Bammeville, connu seulement par un dessin, Beazley (1963), p. 429.25.

79 Schauenburg (1974), p. 101-107; Shapiro (1999), p. 100-101.

80 Plovdiv, Musée régional d’archéologie 1527, Beazley (1963), p. 1187.36; p. 1686; Barch 215726. Pour une illustration du vase, voir la couverture du présent volume.

81 Arrien Peripl. M. Eux., 23.

82 Héraklès : Athénée, Deipn. XI, 469d; Nestor : Iliade XI, 637.

83 Athènes, Musée National BS319 (ancienne coll. Vlasto) : voir Lezzi-Hafter (1988), p. 201-201; 339, n° 214; et en dernier lieu, Kaltsas, Shapiro (2008), p. 265, n° 123. Je voudrais remercier mon ami et collègue G. Kavvadias pour cette dernière référence.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Mariage de Thétis et Pélée.
Légende Athènes, Musée National 15214 (coll. Acr.) : mariage de Thétis et Pélée, fragment de coupe à figures rouges.
Crédits © Athènes, Musée National
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 2. Achille harnachant ses chevaux.
Légende Athènes, Musée National 15155 (coll. Acr.) : Achille harnachant ses chevaux pour le combat.
Crédits © Athènes, Musée National
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Fig. 3. Carte de distribution des kanthares monumentaux, ca 570-500 av. J.-C.
Légende Carte de distribution des kanthares monumentaux, ca 570-520.
Crédits Réalisée par l’auteur, mise en forme N. Bloch – CReA-Patrimoine.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 4. Carte de distribution des coupes BIO, ca 560-510 av. J.-C.
Légende Carte de distribution des coupes BIO, ca 560-510.
Crédits Réalisée par l’auteur, mise en forme N. Bloch – CReA-Patrimoine.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 5. Carte de distribution des coupes monumentales (vie – ve s.).
Légende Carte de distribution des coupes monumentales (vie – ve s).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 6. Carte de distribution des skyphoi monumentaux, ca 520-440 av. J.-C
Légende Carte de distribution des skyphoi monumentaux, ca 520-440.
Crédits Réalisée par l’auteur, mise en forme N. Bloch – CReA-Patrimoine.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 7. Fragment de kanthare.
Légende Fragment de kanthare : Odessa, Musée Archéologique 26.338
Crédits Dessin d’après D. Paléothodoros [2004], ill. 1, p. 8.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 8. Lécythe à fig. noires. Deux femmes tenant une grande coupe devant une table chargée de viande.
Légende Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig BS 1447 : deux femmes tenant une grande coupe devant une table chargée de viande, lecythe a figures noires.
Crédits © Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 9. Vase disparu, attribué à Douris.
Crédits Dessin d’après Buitron-Oliver [1995], pl. 25.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-9.png
Fichier image/png, 104k
Titre Fig. 10. Chous attique à fig. rouges.
Légende Athènes, Musée National BS319 (National Archaeological Museum, Athens).
Crédits © Hellenic Ministry of Culture and Tourism/Archaeological receipt Funds
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1680/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 673k

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540