Version classiqueVersion mobile

Idia kai dèmosia

 | 
Véronique Dasen
, 
Marcel Piérart

Qui enterre-t-on ?

δίον et δημοσίον vus au travers des tombes argiennes d’époque géométrique

Isabelle Ratinaud-Lachkar

Texte intégral

  • 1  F. de Polignac, P. Schmitt-Pantel, « Public et privé en Grèce ancienne : lieux, conduites, pratiqu (...)
  • 2  de Polignac – Schmitt-Pantel, l.c., p. 8.
  • 3  Casevitz, l.c., p. 41.
  • 4  Ibid. ; P. Ceccarelli, F. Létoublon, M. Steinrück, « L’individu, le territoire, la graisse : du pu (...)
  • 5  Casevitz, l.c. (n. 1), p. 45 et Ceccarelli et al., l.c., p. 48.
  • 6  Od. III, 82 et IV, 314.
  • 7  A. Fouchard, « Dèmosios et dèmos : sur l’Etat grec », Ktèma 23 (1998), p. 59-60. L’auteur voit en (...)
  • 8  Il ne s’agit pas bien évidemment ici de faire de l’épopée un reflet fidèle de la société d’époque (...)
  • 9   Je plagie ici à dessein F. de Polignac dans la phrase introductive de la communication qu’il liv (...)

1Le colloque « Public et privé en Grèce ancienne », tenu en 1995 au Centre Louis Gernet à Paris, a eu le grand mérite de proposer des définitions claires et précises des deux termes ici en présence : est dèmosios « ce qui émane d’une autorité publique ou ce qui appartient collectivement à une communauté politique »1 ; est idios le « détenteur d’un statut social déterminé par sa position dans l’espace de distribution »2 qu’est le dèmosion. Les études précises de vocabulaire livrées à l’occasion de ce colloque fondateur ont également mis en évidence l’ancienneté de ces notions. L’idios, chez Homère, désigne déjà « le particulier en tant que personnage social, qui tient sa place dans la société par ce qu’il possède et gère »3. En cela, idia et oikeia sont alors synonymes et désignent le patrimoine familial qui permet à l’individu de tenir cette place4. Le privé, au sens où nous l’entendons, est absent des poèmes homériques5. À l’opposé de l’idios, Homère mentionne le dèmios6 et non le dèmosios qui n’apparaît pour le première fois dans les textes qu’avec Solon7. Si le texte d’Homère se prête à l’étude de ces deux notions, il devient légitime de se pencher, pour un même questionnement, sur les vestiges archéologiques d’époque géométrique, les valeurs sociales et les institutions décrites dans les poèmes trouvant nécessairement un écho parmi leur auditoire8. Le monde grec des ixe et viiie siècles n’apparaît ainsi plus inapproprié à une étude de l’articulation entre l’idios et le dèmosios9.

  • 10  Ibid., et plus particulièrement les pages 96-99 consacrées aux tombes de l’Attique.
  • 11  B. D’Agostino, A. Schnapp, « Les morts entre l’objet et l’image », in G. Gnoli, J.-P. Vernant (éds (...)
  • 12  Vernant, « Introduction », ibid., p. 6 et D’AgostinoSchnapp, ibid., p. 21.

2Les tombes constituent ici un matériel riche de promesses qui a déjà partiellement fait ses preuves10 : on y saisit aisément l’individu tout à la fois dans ce qui lui est propre, dans sa fonction sociale et dans son insertion au sein d’une communauté culturelle, pour peu que l’on soit attentif à l’ensemble du matériel fourni par la tombe et à la polysémie de celui-ci. Il est en effet maintenant admis, tant par les anthropologues que par les historiens, que les documents funéraires peuvent être interrogés sur la structure sociale, sur la façon dont les membres d’une communauté peuvent se voir eux-mêmes. Les tombes, prises dans leur complexité, étant « le résultat d’actes intentionnels, de conduites réfléchies qui ont pour fonction de signifier », « se prêtent à l’enquête sociale »11. Il convient cependant de rester prudent, la tombe par sa nature ne constituant qu’un miroir déformant de la société qui l’a produite12. La lecture de ces images dépend ensuite, d’une part de ce que chaque communauté, au travers de ses rituels, donne à lire d’elle-même, et, d’autre part, de notre aptitude à interroger, déchiffrer et comprendre.

  • 13  I. Morris, Burial and Ancient Society. The Rise of the Greek City-State, Cambridge, 1987.
  • 14  I. Morris répondit à ces critiques in « Burial and Ancient Society after ten years », in S. Marche (...)
  • 15  Allusion à J. Mc K. Camp, « A Drought in the late 8th century B.C. », Hesperia 48 (1979), p. 397-4 (...)
  • 16  Au Géométrique Récent, la forte proportion de tombes d’enfants est ainsi celle qui est attendue da (...)
  • 17  P. Courbin, La céramique géométrique de l'Argolide, Paris, 1966 (BEFAR, 208), p. 177.

3Dans le domaine de l’archéologie funéraire, les travaux les plus novateurs de ces deux dernières décennies se trouvent certainement sous la plume de Ian Morris qui doit beaucoup à la « New Archaeology » de l’école de Cambridge. Dans son premier ouvrage13, Ian Morris étudia notamment des tombes d’époque géométrique et se pencha entre autres sur l’exemple argien. Son argumentation, qui tend à expliquer les brusques variations du nombre de sépultures depuis la période sub-mycénienne (xie siècle avant notre ère) jusqu’à la fin de l’époque archaïque par une succession de périodes d’ouverture et de fermeture du droit à la sépulture aux éléments les moins en vue de la société, n’emporte pas toujours l’adhésion14. I. Morris a cependant permis de poser les questions autrement, de saisir la complexité des phénomènes en jeu et de rompre avec les explications ne portant que sur de brusques augmentations de la population et de non moins brusques reculs aux causes variées, explications pour lesquelles le nombre des sépultures mises au jour serait en corrélation immédiate et exclusive avec le nombre des vivants15. Le combat théorique autour de ces questions est donc loin d’être achevé. L’accord se fait cependant pour la période du Géométrique Récent : le grand nombre de tombes et la variété du matériel retrouvé, tant du point de vue qualitatif que quantitatif, dans l’ensemble des sites grecs concernés, nous donnent en effet pour ces décennies une certaine sécurité16. La société que l’archéologie funéraire nous rend alors accessible, si elle n’est précisément celle de cette deuxième moitié du viiie siècle, n’en est malgré tout pas totalement éloignée. C’est une des raisons pour lesquelles je m’en tiendrai, ici, sauf exception, au Géométrique Récent, soit les décennies 740-700 selon la chronologie établie par P. Courbin17.

  • 18  P. Courbin, Tombes géométriques d'Argos I (1952-1958), Paris, 1974 (Etudes Péloponnésiennes, VII), (...)
  • 19  R. Hägg, Die Gräber der Argolis in submykenischer, protogeometrischer und geometrischer Zeit, Upps (...)
  • 20  Plus du quart d’entre elles est seulement signalé dans les publications comme étant d’époque géomé (...)
  • 21  C’est là un des points communs des études citées (TGA, tableau récapitulatif p. 5 ; Foley, o.c. [n (...)

4C’est en effet à travers l’exemple précis, et nécessairement limité, des sépultures mises au jour dans le sous-sol argien que je tenterai cette étude. La première tombe géométrique d’Argos a été découverte en 1952, dès le début des fouilles françaises. Quarante-cinq de ces tombes ont été découvertes au cours des six premières campagnes de fouilles : elles furent publiées avec beaucoup de minutie par P. Courbin18. Leur nombre ne fit ensuite que croître très rapidement : R. Hägg puis A. Foley travaillent sur un corpus de 190 tombes environ19. Il n’est plus possible aujourd’hui d’en déterminer le nombre exact. Les données qui accompagnent la publication de ces tombes étant souvent insuffisantes et imprécises20, dans la perspective qui m’occupe ici, les travaux de P. Courbin, R. Hägg et A. Foley demeurent des outils de travail aussi commodes qu’efficaces. À l’intérieur de ce vaste corpus, les tombes du Géométrique Récent représentent presque la moitié des tombes d’époque géométrique réellement exploitables21.

5Pour l’ensemble de la période, seule la pratique de l’inhumation est connue pour Argos. Trois types de tombes y sont utilisés : la tombe à fosse, la tombe à ciste et l’enchytrismos, généralement en pithos pour les adultes et en amphore pour les enfants. Ces trois types de tombes ont connu des fortunes diverses. Les tombes à fosse sont de loin les plus rares, ce qui peut en partie s’expliquer par leur nature même : moins bâties, plus fragiles, elles ont vraisemblablement moins bien résisté au temps. Bien que simple trou dans la terre, la plupart d’entre elles ont, malgré tout, reçu une couverture, sous la forme de dalles de pierre mises bout à bout, exactement comme une ciste. Dans ces cas-là, les deux types se ressemblent étrangement, la tombe à fosse apparaissant comme une ciste faite avec une économie de moyens. Le reste des inhumations est à peu près équitablement réparti entre tombe à ciste et enchytrismos.

  • 22  L’orientation des tombes de la plaine argienne a fait l’objet d’une étude spécifique de R. Hägg, « (...)
  • 23  Sur les rites funéraires d’Argos, TGA, chap. III passim. Les travaux de R. Hägg ne modifièrent pas (...)
  • 24  Foley, o.c. (n. 19), p. 45.
  • 25  Cette unité culturelle de la plaine argienne, souvent remise en cause, a été réaffirmée, à propos (...)

6Dans tous les cas, ce que l’on peut deviner des rites funéraires est identique et ne dépend donc en rien du type de tombe choisi. La préparation de la tombe était achevée lorsqu’un cailloutis blanc était réparti au fond : cette pratique, quasi systématique pour les tombes à ciste et les tombes à fosse, est également attestée, quoique plus rarement, pour les pithoi. Le défunt est inhumé dans un linceul, retenu au niveau des épaules par une ou deux épingles, qui sont la plupart du temps retrouvées, parfois en place : l’épingle, de fer ou de bronze, est le mobilier funéraire minimum et caractéristique des tombes argiennes d’époque géométrique. Le corps est placé sur le dos, recroquevillé, même si la place disponible dans la fosse ou le pithos serait suffisante pour qu’il soit allongé. Au Géométrique Récent, la tête du défunt est généralement placée à l’ouest ou au sud-ouest, regardant l’orient22. Après dépôt des offrandes, la tombe était refermée23. Les coutumes funéraires qui s’affirment ici sont indiscutablement non seulement locales mais aussi régionales, communes aux habitants de l’Argeia ou plaine argienne24. Elles permettent de reconnaître l’existence d’une communauté culturelle vivant sur ce territoire, mais ne suffisent pas pour affirmer que cette communauté connaissait la moindre organisation de type politique ni même se reconnaissait en temps que telle25.

  • 26  Pariente – Touchais, Argos et l’Argolide. Topographie et Urbanisme, o.c. (n. 20), pl. IX (désormai (...)
  • 27  N° 68. N.B. : Tout terrain mentionné ici est accompagné d’un numéro en gras, le même que celui qui (...)
  • 28  Ces regroupements de tombes ont été étudiés par P. Courbin, in TGA, p. 101-104 et pl. 5.
  • 29  Phlessas-Makris : n° 77 ; Papoulessis : n° 434.
  • 30  BCH 102 (1978), p. 783. Deux inhumations de jeunes enfants avaient de même été pratiquées dans le (...)
  • 31  Vink, l.c. (n. 20), fig. 2 p. 57. Voir également G. Touchais, N. Divari-Balakou, « Argos du néolit (...)

7Il n’existe pas à Argos, au Géométrique Récent, de cimetière à la dimension de la communauté humaine, mais il existe des regroupements de tombes et, surtout, des sépultures isolées qui affectent l’ensemble du territoire de l’actuelle ville d’Argos, sans épargner aucun quartier, même si certains secteurs furent visiblement privilégiés26. Parmi les regroupements, certains prennent un caractère particulier. Un bon exemple est fourni par les sépultures retrouvées lors des fouilles du terrain Bonoris27. Cinq tombes y ont été mises au jour ; quatre d’entre elles datent du Géométrique Récent (d’ouest en est, les tombes T 179, 172, 173 et 175) cependant que la T 174, inscrite dans la T 173, date de la fin de l’époque archaïque. Sur ces quatre tombes d’époque géométrique, trois sont datées plus précisément, en fonction de la céramique qu’elles contenaient, de la décennie 725-715 (GR2a) : il s’agit des tombes T 179, 172 et 175. La quatrième est légèrement plus récente mais, au cours des quinze dernières années du viiie siècle, elle a servi deux fois, pour un homme d’abord, pour une femme ensuite. On remarque rapidement que ces quatre tombes pour cinq sépultures adoptent toutes le même type (il s’agit de tombes à ciste) et exactement la même orientation, trois d’entre elles étant même parfaitement alignées, séparées les unes des autres par moins d’un mètre. Les tombes isolées étant par ailleurs courantes à Argos à l’époque géométrique, de tels regroupements ne sauraient être fortuits. On y voit de petits cimetières familiaux. L’étude de la richesse comparée des tombes du terrain Bonoris ne vient par ailleurs en rien contredire une telle hypothèse28. La présence d’un enclos autour d’un tel regroupement est au demeurant présumée dans deux cas : ceux des terrains Phlessas-Makris et Papoulessis29. Le lien de la sépulture avec l’oikos trouve ainsi des arguments, renforcés par l’exemple, isolé à Argos mais ayant des corollaires dans la plaine argienne, de l’inhumation d’un jeune enfant pratiquée dans le sol même d’une maison, là où plus tard s’installa l’agora30. Le lien entre les sépultures et l’habitat ne se laisse autrement pas saisir : la dispersion prime dans les deux cas31.

  • 32  N° 118 = Su 80.
  • 33  N° 66 ; TGA, p. 75-84 et pl. 18, 47-48.
  • 34  N° 52 ; TGA, p. 27-32 et pl. 8, 25-26.
  • 35  N° 52 ; TGA, p. 14-22 et pl. 7, 21-23.
  • 36  Sur la réutilisation en général, TGA, p. 144-146 et Hägg, l.c. (n. 22), p. 119-122.

8Les tombes à ciste, fosses dont les quatre parois, mais non le fond, sont aménagées à l’aide de dalles posées sur champ, utilisées durant la totalité de l’époque géométrique à Argos, se caractérisent dans la plaine argienne par les réutilisations qui en sont faites. Ces dernières sont à ce point courantes qu’il n’y a, en fait, pratiquement pas de cistes neuves au Géométrique Récent, alors que le nombre d’inhumations y demeure important. Dans une même ciste, on peut ainsi retrouver plusieurs squelettes, les plus anciens accompagnés de leurs offrandes ayant été malmenés, repoussés dans un coin pour faire place au suivant. Le record est celui des tombes à ciste du terrain Papaparaskeuas32 : 4 cistes pour 25 inhumations ; le tout n’est hélas pas daté avec précision. Une centaine d’années peut séparer deux inhumations successives. Je cite pour exemple la T 176, creusée au GM1 (820-760) pour l’inhumation d’un adulte, dont le sexe est demeuré indéterminé, et réutilisée au GR2c (715-700) pour l’inhumation d’un homme33. Le cas de la T 14 est également intéressant : elle est creusée au GA1 (900-860) pour l’inhumation d’une femme, puis ouverte au GM1, plus d’un demi-siècle plus tard, pour l’inhumation d’un homme et enfin réouverte au GR1 (740-725) pour une femme à nouveau34. Jamais ces réutilisations n’endommagent les parois de la ciste. Elles semblent donc tout à fait intentionnelles. Cela ne peut s’expliquer de façon vraiment cohérente que si un souvenir était conservé du lieu de l’inhumation, l’ensemble de ces réutilisations ne pouvant être expliqué seulement par des découvertes fortuites liées à un souci qui pourrait être d’ordre économique. De fait, certains indices laissent à penser que la tombe pouvait être signalée. Ainsi, dans le terrain Phlessas-Makris mentionné ci-dessus, deux des cistes antérieures au Géométrique Récent semblent avoir été signalées par un vase déposé au-dessus de leur plaque de couverture. Sur la dalle obturant la T 14, à l’issue de l’ultime inhumation datée du GR1, fut placé un ensemble de cinq vases, des tasses, des coupes et un skyphos. Les offrandes céramiques de la T 6/2 datée du GR2b (720-715), avaient été disposées à l’extérieur de la tombe, sur des plaques surajoutées aux dalles de couverture35. L’ensemble de ces données semble indiquer que la tombe est une affaire de famille et de mémoire familiale, transcendant les générations et une éventuelle séparation des sexes36.

  • 37  N° 72 ; TGA, p. 87-93 et pl. 51-52.
  • 38  A. Foley, « Ethnicity and the topography of burial practices in the Geometric Period », Topographi (...)
  • 39  Il faudrait notamment reprendre les considérations topographiques de ces études en les pondérant p (...)
  • 40  Les exemples abondent in TGA.
  • 41  Ainsi par exemple dans le terrain Kympouropoulos (n° 129).
  • 42  On peut inclure dans ce raisonnement tout grand vase qui servit de sépulture : la production de la (...)
  • 43  Sur le site d’Asiné, I. Ratinaud-Lachkar, « Insoumise Asiné ? Pour une mise en perspective des sou (...)

9Les pithoi, très peu utilisés au Géométrique Ancien et Moyen, deviennent au Géométrique Récent aussi courants que les tombes à ciste avant de les supplanter totalement au viie siècle. Ces vases sont de taille parfois exceptionnelle : 2 m de haut pour 1 m de diamètre. La capacité qui en découle les rapproche de fait des cistes : on comprend alors aisément que les pithoi, dont l’embouchure était consciencieusement obturée par une dalle de pierre ou un autre vase, aient aussi été l’objet de réutilisations, quoique de façon beaucoup moins fréquente que les cistes. Nous disposons d’un exemple-type avec la tombe T 190, un pithos du GR1 qui fut utilisé, en l’espace d’une vingtaine d’années, pour l’inhumation de trois adultes37. La très faible durée de la coexistence entre l’usage de la réutilisation, qui prend fin avec le début de l’époque archaïque, et la mode du pithos qui ne prend véritablement son essor qu’aux alentours de 740, explique le petit nombre de pithoi réutilisés. On a beaucoup glosé sur ce remplacement relativement rapide des cistes par les pithoi. Des explications diverses ont été proposées, les dernières en date s’appuyant sur des considérations relevant de la problématique de « l’ethnicité »38. Ce n’est pas ici le lieu de les discuter in extenso39. Ces études posent cependant le problème de l’existence du sentiment d’appartenance à une communauté humaine locale, ancrée sur un territoire. Le fait que l’enchytrismos ait de tout temps été pratiqué dans la plaine argienne, notamment pour les inhumations d’enfants40, et que cistes et pithoi puissent cohabiter au Géométrique Récent dans les cimetières familiaux ou petites nécropoles41 rend, me semble-t-il, d’emblée caduque toute théorie ethnique, ici très manichéenne. Voilà pourquoi il me semble préférable de parler de la mode des pithoi. La fabrication de ces grands vases demande un savoir-faire de la part du potier qui peut aussi expliquer beaucoup de choses42 : le phénomène de mode en lui-même ; la relative pauvreté des tombes en pithoi par rapport aux cistes, le pithos devant représenter en lui-même un certain investissement que ne représente pas la ciste ; l’absence de pithos dans certains petits sites de la plaine argienne tel Asiné dont on peut penser que le potier local n’avait pas la même maîtrise technique que ceux d’Argos43. Plutôt que d’envisager l’arrivée d’une nouvelle ethnie à Argos pour expliquer ce phénomène de l’utilisation massive des pithoi au Géométrique Récent, il me semble plus judicieux de parler de conservatisme de la part de ceux qui continuent d’utiliser les cistes et, comme pour les rites funéraires en général, d’une profonde unité culturelle régnant parmi les Argiens de l’époque géométrique.

10Quel que soit le type de tombe choisi, l’inhumation dans tous ses aspects est donc, à Argos comme ailleurs, du ressort de l’oikos. Jusqu’à présent, tous les indices rassemblés concordent pour nous laisser penser que le mort, les honneurs qui lui sont accordés au cours de son inhumation et la tombe relèvent de la sphère du privé, bien qu’ils soient aussi l’occasion, très certainement à l’insu des Argiens qui les pratiquent, d’affirmer leur appartenance à une communauté culturelle précise.

  • 44  Ces offrandes funéraires, classées par matériau, font l’objet d’une présentation d’ensemble, sous (...)
  • 45  Les traces d’usure et de réparations sont répertoriées par P. Courbin, o.c. (n. 17), p. 461-463.
  • 46  TGA, p. 127.
  • 47  J.-F. Bommelaer, « De la spécialisation artisanale en Argolide d’après l’étude de la céramique géo (...)

11La quasi-totalité des tombes contient des offrandes. Ces offrandes sont extrêmement variées, quantitativement et qualitativement44. En plus d’une épingle, la tombe contient généralement au minimum un vase, exception faite des tombes d’enfants. Tournés ou montés à la main, ces vases présentent toutes les formes. On trouve généralement parmi ces offrandes céramiques au moins un vase à boire, tasse ou coupe, accompagné d’un vase à verser (oenochoé le plus souvent), plus rarement d’un vase de stockage, amphore ou cratère. Les formes et les décors de ces vases n’ont à Argos rien de spécifiquement funéraire. Certains de ces vases portent des traces d’usure. Citons, bien que ces exemples soient antérieurs au Géométrique Récent, la tasse C 29, trouvée dans la T 6/1, datée du GM2 (760-740) et dont la lèvre corrodée prouve un usage prolongé avant de trouver sa destination finale qu’est l’accompagnement du mort. L’assiette C 843 provenant de la tombe T 90/1 et remontant au GA1 (900-860) présente des perforations, traces d’une réparation antique45. Ces vases, comme tous les autres, deviennent donc funéraires par affectation et non par destination initiale. « D’une manière générale, ces vases ne sont “votifs” que dans la mesure où ils sont attribués ou laissés au mort. Ils étaient utilisés ou utilisables dans la vie courante. Les représentations qu’ils portent sont les mêmes qu’on retrouve dans les niveaux d’habitat, ou les sanctuaires. »46 Tout juste peut-on noter que, d’un quartier à l’autre, les vases trouvés dans les tombes sont analogues, mais non identiques. Ceci tendrait à prouver que l’on se procurait les vases de qualité courante dans des échoppes ou des ateliers de quartier. P. Courbin, dans son étude de la céramique géométrique argienne, ne constitue en effet de groupes relevant d’une même main qu’avec des vases trouvés ensemble ou à proximité les uns des autres47.

  • 48  TGA, p. 64.
  • 49  N° 52 ; TGA, p. 11 et pl. 20.
  • 50  TGA, p. 11-13.
  • 51  On a pu retrouver, dans le remplissage des tombes à crémation athéniennes, des restes alimentaires (...)
  • 52  Il. XXIII, 29 (funérailles de Patrocle) et XXIV, 802-803 (funérailles d’Hector). Dans ces épisodes (...)
  • 53  J.-M. Luce, « Le banquet, l’amour et la mort de l’époque géométrique à l’époque classique », in C. (...)

12Disposés le plus souvent à la tête du mort, ces vases ont pu remplir plusieurs fonctions. Certains, parfois teints par un long séjour de l’aliment, parfois encore emplis de l’aliment durci, non identifiable, avaient visiblement servi de contenant à des mets laissés au défunt dans la tombe. La coupe C 2303, provenant de la tombe T 163 et datée du GR2b (720-715), contenait ainsi, au moment de sa mise au jour, un dépôt de couleur verdâtre48. Dans la T 1, la coupe C 26, posée horizontalement au fond de la tombe, était soigneusement obturée par un éclat de pierre49. On peut, sans trop de risques d’erreur, imaginer dans ces vases des dépôts alimentaires liquides (eau, vin, huile, lait ou miel) ou solides (céréales ou viandes). D’autres vases, généralement des tasses et/ou des coupes, des vases à boire presque exclusivement, ont été retrouvés empilés les uns dans les autres, proprement rangés à la tête du mort. Pour reprendre l’exemple de la T 1, une ciste du GR2b, les offrandes céramiques se composaient d’un cratère, d’une amphore, d’une grande oenochoé, d’une grande coupe et d’une dizaine de petites coupes dont certaines étaient empilées les unes sur les autres50. On voit généralement dans ces ensembles la vaisselle qui servit au moment du banquet funéraire et que le mort, ensuite, emporte avec lui, ou tout au moins les vase qui continrent, dans cet ultime repas, la part revenant au défunt. Cette pratique de banquet funéraire ne trouve aucun indice décisif dans les vestiges archéologiques d’Argos. Elle s’appuie cependant, dans d’autres sites tels Athènes, sur des vestiges d’époque géométrique qui peuvent être considérés, à cet égard, comme bien plus éloquents51 et sur des témoignages littéraires, au premier rang desquels se trouvent les poèmes homériques52. On peut aussi considérer que, lorsqu’ils étaient pleins, ces vases étaient justifiés par les offrandes alimentaires alors que, lorsqu’ils étaient vides, voire empilés, ils avaient une tout autre utilité et permettaient en fait de célébrer en la personne du défunt le convive ou le banqueteur53.

  • 54  N° 66 ; TGA, p. 75-78, 83 et pl. 48.
  • 55  N° 52 ; TGA, p. 14-16, 20 et pl. 23.

13On peut proposer la même interprétation pour un certain nombre d’objets métalliques, la distinction des objets en fonction du matériau dans lequel ils ont été élaborés, chère aux archéologues, n’étant pas opérante ici. Aux offrandes de vases à boire en terre cuite se rajoutent alors ici, dans de rares cas, des offrandes de vases à boire en métal. Il s’agit de bols et coupes en bronze qui, vis-à-vis du défunt, ont le même rôle que les vases en terre cuite mais en y ajoutant une dimension supplémentaire, celle de la richesse et/ou du prestige. Deux bols de bronze, un petit et un grand, de forme hémisphérique, ont été trouvés associés à la T 176/2 datée du GR2c (715-700)54. Un exemplaire de grand bol de bronze, déposé avec les autres vases, figurait également parmi les offrandes de la T 1. Cas unique, une coupe de bronze, sans pied, munie d’une seule anse, enrichissait la T 6/2 datée du GR2b55. Ces offrandes de vases métalliques ne sont en rien l’apanage du Géométrique Récent puisqu’on en trouve, tout comme leurs homologues en terre cuite, dès le Géométrique Ancien.

  • 56  N° 52 ; TGA, p. 27-29 et 32 (F 50). Il s’agit en fait d’un fragment d’une tige en fer dont l’appar (...)
  • 57  N° 66 ; TGA, p. 75-78 et 84 (F 70). Même analyse que ci-dessus, dans un ensemble de trois objets f (...)
  • 58  Phlessas-Makris : n° 77 ; Kympouropoulos : n° 129.
  • 59  N° 224.
  • 60  N° 52 ; TGA, p. 11-13 et pl. 20 (F 1-6).
  • 61  La T 45, découverte au cours du printemps 1953, a été publiée par P. Courbin, « Une tombe géométri (...)

14Dernière catégorie d’objets relevant de la vaisselle, les broches ou obéloi et les chenets qui les accompagnent dans le cas tout à fait exceptionnel de la T 45. Ces broches sont une spécificité de l’archéologie funéraire argienne. Rares cependant sont les tombes qui en contiennent : un fragment d’obélos a peut-être accompagné les inhumations T 14/ 3 du GR1 (740-725)56 et T 176/2 du GR2c (715-700)57. Un exemplaire semble mieux assuré dans la tombe 1 du terrain Phlessas-Makris, tombe datée du GM2 (760-740) et deux dans une tombe du Géométrique Récent du terrain Kympouropoulos58. Mais surtout 6 obéloi ont été mis au jour respectivement dans les tombes T 1, datée du GR2b, et XVII, datée du GR1, du terrain Théodoropoulos59. Dans la T 1, les obéloi mesuraient 1,65 m de long60. Mais il y en avait deux fois plus dans la T 45 (GR2a, 725-715), accompagnés de deux chenets de fer dont le rôle comme support au cours de la cuisson des viandes embrochées ne demande pas d’éclaircissement61. Tous ces obéloi ne se trouvent que dans de riches tombes de guerriers, inhumés en ciste en compagnie d’au moins une arme, tombes du Géométrique Moyen et surtout du Géométrique Récent. Ils contribuent bien évidemment à faire de ces tombes des inhumations que l’on appelle aristocratiques. Ils n’en restent pas moins des objets destinés à faire cuire commodément des morceaux de viande sur la braise avant consommation. D’un point de vue strictement pratique, ce sont donc des ustensiles culinaires et complètent ainsi le service funéraire qui accompagne le défunt dans sa tombe, assez logiquement plus prestigieux dans une tombe dite riche, à considérer l’ensemble des objets qu’elle contient, que dans une tombe plus humble.

  • 62  TGA, p. 127.
  • 63  N° 54 ; TGA, p. 34-35 et pl. 28.
  • 64  Cf. ci-dessus, n. 56.

15Rien dans ces services ne vient distinguer les tombes masculines des tombes féminines. Les pyxides, les aryballes, les flacons ne sont pas rares dans les tombes masculines même s’ils sont plus fréquents dans les tombes féminines62. Un cratère a par ailleurs été utilisé pour boucher l’orifice d’une pyxis dans le cas de la T 23 ; or cette pyxis, datée du GR1, mesurant plus de 1 m de haut et intégralement ornée de motifs géométriques ou de scènes animées, constituait la sépulture d’une femme inhumée au cours du GR2b63. Le fragment d’une tige en fer qui pourrait bien être un reste d’obélos, retrouvé dans la T 14/3, accompagne une femme64. La vaisselle contenue dans les tombes n’a donc rien à voir avec le sexe du défunt, pas plus qu’elle n’est marquée par une quelconque connotation funéraire. Mais elle est visiblement représentative de la place du défunt et de son oikos dans la hiérarchie sociale argienne d’époque géométrique.

  • 65  Il s’agit des T 38, 43, 131, 134 et 195.
  • 66  N° 63 ; TGA, p. 63-64.
  • 67  N° 54 ; TGA, p. 36-37 et pl. 29 (s. n. et C 194). Sur le matériel découvert dans les tombes d’enfa (...)

16Reste à examiner les objets qui personnalisent le mobilier funéraire, objets particuliers qui, ayant accompagné le défunt de son vivant, continuent leur route à ses côtés. Quelques exemples clairs sont donnés par le matériel trouvé dans les tombes d’enfants. La plupart du temps, ces dernières en fait ne contiennent que le squelette : c’est le cas des cinq enchytrismoi d’enfants étudiés par P. Courbin pour le GR2c65. On a cependant de rares exemples de tombes d’enfants avec matériel : la T 152 du GR1 a livré 7 vases, dont 3 tasses hautes, 3 tasses basses et une oenochoé miniature66. On est ici à la limite entre objets personnels et vaisselle funéraire, cette vaisselle miniature ayant pu jouer auprès de l’enfant les deux rôles. Plus net est alors l’exemple d’objets provenant de la T 32 datée du GM2 : quatre perles de faïence, peut-être aux vertus apotropaïques, et une figurine d’oiseau, terre cuite de 13 cm de long sur moins de 10 de haut, représentant le monde de l’enfance et certainement un jouet ou l’image symbolique d’un compagnon, riche donc d’une véritable valeur affective pour l’enfant67. Nous sommes bien ici en présence d’effets personnels du défunt, témoins de l’attention particulière dont il fut l’objet de la part de ses proches de son vivant puis au moment de son inhumation.

  • 68  1 bague en bronze en T 6/2 (GR2b), notée B 20 (TGA, p. 21 et pl. 23).
  • 69  2 bagues de bronze en T 106/2 (GR2c), notées B 50 et 53 (TGA, p. 57 et pl. 35).

17En ce qui concerne les adultes, l’effet personnel le plus courant est constitué par des bagues, de bronze et/ou de fer, souvent encore en place autour de la phalange. On les trouve aussi bien dans les tombes masculines68 que dans les tombes féminines69.

  • 70  R.P. Charles, Étude anthropologique des nécropoles d’Argos. Contribution à l’étude des populations (...)
  • 71  Il en était de même à Athènes. Coldstream, o.c. (n. 51), p. 81.
  • 72  N° 52 ; TGA, p. 38-39 et pl. 29.
  • 73  N° 54 ; TGA, p. 52-58 et pl. 36 (fusaïole : C 899 ; lames de couteau, F 33 et 34).
  • 74  N° 153.

18Tout autre effet personnel est absent des tombes féminines que l’on ne saurait donc distinguer à Argos, du moins au Géométrique Récent, s’il n’y avait eu une étude anthropologique menée sur les squelettes exhumés dans les années 5070. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Certes, on ne peut tirer aucune conclusion des trop rares tombes du Géométrique Moyen. Celles du Géométrique Ancien sont plus nombreuses et parfois tout aussi riches que celles du Géométrique Récent, mais d’une richesse qui s’exprime autrement. Les plus riches tombes du Géométrique Ancien sont toujours les tombes féminines71. Le matériel qu’elles contiennent les désigne comme telles. La T 37 du GA2 est la plus riche en bijoux : plusieurs bagues de bronze, certaines adoptant la forme de torsades, des spirales et rondelles d’or qui, vu leurs dimensions et leur situation dans la tombe, avaient dû servir d’ornement aux vêtements ou aux cheveux de la défunte72. La T 106/1 du GA1, inhumation d’une femme âgée de 20 à 25 ans, a livré, en temps qu’effets personnels, deux spirales d’or à 4 spires de 1,2 cm de diamètre déposées dans une assiette. Une fusaïole et les fragments d’au moins deux couteaux pouvaient avoir été placés là pour rappeler le rôle social de la défunte au sein de son oikos73. La tombe du terrain Livaditis ne contenait pas moins de 40 vases intacts et les bijoux de la défunte74.

  • 75  N° 52 ; TGA, p. 27-32 et pl. 26 (F 48-49).
  • 76  N° 68 ; TGA, p. 85 et pl. 49 (F 74).
  • 77  N° 224.
  • 78  N° 66 ; TGA, p. 78 et 83-84, pl. 48 (F 66-68).
  • 79  N° 52 ; TGA, p. 16 et 22, pl. 23 (F 9).
  • 80  N° 160.
  • 81  N° 77.
  • 82  N° 68 ; TGA, p. 85 et pl. 49 (F 75). Il pourrait tout aussi bien s’agir ici d’un poignard.
  • 83  N° 66 ; TGA, p. 78 et 84, pl. 48 (F 69).
  • 84  N° 129.
  • 85  Étudiées par P. Courbin, l.c. (n. 61), p. 367-368.

19Tout ceci disparaît à la fin du Géométrique Ancien. Une nouvelle catégorie d’offrande funéraire apparaît alors, au cours du GM1, pour devenir de plus en plus fréquente au fur et à mesure que l’on avance dans le viiie siècle : il s’agit des armes. L’exemple le plus ancien, à Argos, provient de la T 14/2. Dans une ciste, un homme d’environ 35 ans avait été inhumé avec une coupe, une petite pyxis et une oenochoé de terre cuite, ainsi qu’une lance, ou du moins son fer qui a seul été retrouvé75. Au Géométrique Récent, les exemples se multiplient. Les armes sont en règle générale offensives. Aucune lame d’épée ne figure pour le moment parmi les trouvailles argiennes. Il s’agit toujours soit de fers de lance (à titre d’exemples, un de ces fers a été mis au jour dans la T 17976, deux dans la tombe XVII du terrain Théodoropoulos77 et trois dans la T 176/278), soit de lames courtes en fer, de type poignard (38 cm de long pour la lame du poignard de la T 6/2, présentant encore les restes d’un manche en bois ou en os fixé par des rivets79, une lame dans la tombe du terrain Stavropoulos80, trois dans la tombe 2 du terrain Phlessas-Makris mais associées à deux squelettes81) ou dague dont la lame est un peu plus courte (l’exemplaire de la T 179 avait un manche d’ivoire82, celui de la T 176/2 portait encore deux de ses rivets83, une lame pour chacune des deux inhumations de la ciste du terrain Kympouropoulos84). La liste n’est pas exhaustive. À cela s’ajoutent les deux doubles-haches en fer de la T 4585.

  • 86  N° 224. Matériel illustré dans E. Protonotariou-Deilaki, ASAA 44 (1982), fig. 3-5 et fig. 8-10. Vo (...)
  • 87  N° 160. Matériel illustré dans Protonotariou-Deilaki, l.c. (n. 86), fig. 2 et fig. 6-7.

20Les armes défensives restent exceptionnelles. Trois tombes ont livré des casques, tous de bronze. Toutes trois sont datées du Géométrique Récent. Un casque orné de deux yeux gravés au niveau du front se trouvait dans la tombe XVII du terrain Théodoropoulos, datée du GRI, accompagné de 6 obéloi, 2 têtes de lance, des menus restes d’une cuirasse en cuir en plus d’un certain nombre de vases86. Un autre a été découvert dans la ciste du terrain Stavropoulos, situé comme le précédent au pied de l’Aspis. Celui-ci est en tout point comparable à celui de la T 45, le cimier en moins. Il était associé à de maigres restes d’une cuirasse en bronze et à la poignée d’un poignard87. Dans aucune de ces tombes n’a été trouvée une trace quelconque de bouclier. L’exemple le plus accompli de ces tombes avec armes reste cependant la T 45 dite tombe à la cuirasse qui se signale tant par la richesse des objets qui accompagnèrent le jeune guerrier dans la mort que par l’exceptionnel état de conservation de ces derniers.

  • 88  Si cela tend à prouver que les aristocrates argiens avaient le même mode de vie que les héros de l (...)

21Il est alors intéressant de noter, dans la problématique qui nous intéresse ici, que la présence d’armes offensives dans une tombe du Géométrique Récent ne la signale pas nécessairement comme riche. Certes la totalité des tombes les plus riches contient des armes, mais l’inverse n’est pas vrai. La présence d’armes ne constitue donc pas un critère suffisant pour distinguer les tombes les plus riches : les obéloi sont de ce point de vue beaucoup plus opérants, associés à des armes défensives, casque de bronze et cuirasse de cuir ou de bronze. On retrouve associés ici les éléments caractéristiques de l’aristocratie homérique : le bronze étincelant et la consommation de viandes88. Mais nul rite spécifique ne distingue ces tombes, rien n’y vient nous renseigner sur le rôle précis de ces nantis au sein de la société argienne d’époque géométrique, notamment en terme d’autorité politique.

22Après ces tombes à obéloi et éventuellement cuirasse, sur l’échelle de la richesse des offrandes funéraires, se présentent les tombes ayant révélé des armes offensives. La présence d’armes dans ces tombes indique qu’il était important que, à partir du GM1 (820-760), non seulement le statut social mais aussi la fonction sociale du défunt, le rôle qu’il avait joué au sein de la communauté, lorsqu’il s’agissait d’un guerrier, transparaisse au travers des offrandes qui l’accompagnaient dans la mort. Cette fonction guerrière n’était donc pas l’apanage de ceux que l’on peut qualifier d’aristocrates. Elle était partagée entre une grande partie des membres de la communauté. Ici, ce n’est plus le membre d’un oikos, mais un membre de la communauté qui est donc inhumé.

  • 89  Mes remerciements vont ici à F. de Polignac auquel je dois ces remarques formulées lors de la tenu (...)

23Il y a ce que les tombes montrent. Nous avons rappelé en introduction qu’elles ne sauraient constituer qu’un miroir déformant de la société qui les a produites. Elles représentent, mais ne sont pas. Toute évolution constatée au sein du système de représentation qu’elles donnent à voir n’implique pas une évolution parallèle de la société89. Il convient donc de rester prudent et de ne pas tirer trop de conséquences du déplacement des objets que l’on va appeler de prestige des tombes féminines au Géométrique Ancien aux tombes masculines à partir du Géométrique Moyen ou du brusque engouement que les Argiens manifestèrent pour les pithoi au Géométrique Récent, par exemple.

  • 90  Luce, l.c. (n. 53), p. 65.
  • 91  Ibid., p. 67.
  • 92  N’oublions pas en effet que la plupart des habitants de la plaine argienne d’alors étaient de peti (...)
  • 93  Voir déjà les remarques de F. de Polignac, La naissance de la cité grecque, Paris, 1995², p. 156-1 (...)
  • 94  De même que le statut des femmes continue ici d’échapper à l’analyse.

24L’examen des tombes argiennes d’époque géométrique permet cependant de confirmer, par l’archéologie, ce que les sources littéraires laissaient entendre. Il faut bien admettre que, dans un élémentaire réflexe de survie, les vivants ne confiaient aux défunts que ce qui ne leur était pas absolument indispensable ou qu’ils pouvaient aisément remplacer. On doit alors pouvoir tirer des conclusions de la richesse relative des tombes et de l’étude de la composition des dépôts funéraires. Ces offrandes, faites au mort comme s’il pouvait encore en jouir, fixent de façon définitive cet être qui n’est plus, maintiennent son identité jusque dans la mort90. Même si l’on tient compte du fait que ces ensembles donnent une image du mort, image définie par les vivants et qui peut donc laisser une place au désir de paraître et à tout autre déformation91, leur analyse permet de mettre en évidence que l’Argien d’époque géométrique évolue d’ores et déjà au sein de trois cercles concentriques qui lui servent de cadres de vie. Pour tout ce qui relève des funérailles, le premier, l’oikos, semble le plus déterminant de prime abord puisque c’est à lui que revient le soin de la pratique des rites et de l’entretien de la tombe. Cependant, en cela, l’oikos n’est jamais que le vecteur d’une culture, ce que l’on pourrait appeler ici une koinè argienne dont l’aire d’extension s’étend bien au-delà de l’Argos d’époque géométrique et qui serait le cercle le plus vaste des trois, celui dont on peut penser qu’il n’est qu’inconsciemment vécu par la plupart de ses membres92. La marge d’initiative dont dispose véritablement l’oikos est donc très limitée. Elle se limite au choix du type de tombe et des offrandes funéraires. Or même dans ce choix ultime, la personnalité de l’oikos ne donne guère d’écho archéologiquement perceptible. Ce n’est finalement que parmi les offrandes faites aux enfants qu’une vraie diversité s’exprime, que l’intimité du défunt apparaît vraiment. Pour les adultes par contre, toutes les offrandes entrent dans des catégories prédéfinies. Or, dans les tombes masculines argiennes du viiie siècle, ces catégories relèvent du banquet et de la guerre, à l’exclusion de toute autre, donc du rôle que le défunt jouait au sein de la communauté93. C’est ensuite la position sociale de chaque oikos, le patrimoine familial, qui détermine avec précision, à l’intérieur de ces catégories, les offrandes faites au mort. Inévitablement, cela tend à prouver que la communauté prime sur l’individu et que la fonction guerrière est partagée entre un certain nombre de membres de la communauté selon des modalités qu’ils revendiquent, condition indispensable à la naissance de la cité grecque. C’est dans cette communauté où le défunt détient un statut social dont il est parfaitement conscient que se trouve le deuxième cercle, qui peut, ou pas, se superposer à la koinè, les éléments disponibles ne permettant pas de trancher sur cet aspect94. Les termes d’idia et d’oikeia, tels qu’ils ont pu être analysés dans l’épopée homérique, trouvent donc ici un écho tout particulier. L’Argien du viiie siècle est effectivement inhumé en tant qu’idios, personnage social, détenteur d’un statut déterminé par ses possessions, loin de toute considération plus personnelle, membre d’un dèmosion qui, dans l’état actuel de nos connaissances, nous demeure très largement inaccessible.

Notes

1  F. de Polignac, P. Schmitt-Pantel, « Public et privé en Grèce ancienne : lieux, conduites, pratiques. Introduction », Ktèma 23 (1998), p. 8, s’appuyant sur la communication de M. Casevitz, « Note sur le vocabulaire du privé et du public », ibid., p. 39-45. Voir également, dans le présent volume, l’introduction de l’article de V. Pirenne-Delforge.

2  de Polignac – Schmitt-Pantel, l.c., p. 8.

3  Casevitz, l.c., p. 41.

4  Ibid. ; P. Ceccarelli, F. Létoublon, M. Steinrück, « L’individu, le territoire, la graisse : du public et du privé chez Homère », Ktèma 23 (1998), p. 48-49.

5  Casevitz, l.c. (n. 1), p. 45 et Ceccarelli et al., l.c., p. 48.

6  Od. III, 82 et IV, 314.

7  A. Fouchard, « Dèmosios et dèmos : sur l’Etat grec », Ktèma 23 (1998), p. 59-60. L’auteur voit en dèmosios un terme peu poétique, plus technique que dèmios sans que le sens en soit fondamentalement différent.

8  Il ne s’agit pas bien évidemment ici de faire de l’épopée un reflet fidèle de la société d’époque géométrique mais bien un texte poétique où l’on peut puiser, avec discernement, des éléments de réflexion sur la société des ixe et viiie siècles. Cf. I. Morris, « The use and abuse of Homer », ClAnt 5 (1986), p. 81-138.

9   Je plagie ici à dessein F. de Polignac dans la phrase introductive de la communication qu’il livra au colloque de 1995 : « Mémoire et visibilité : la construction symbolique de l’espace en Grèce géométrique », Ktèma 23 (1998), p. 93-101.

10  Ibid., et plus particulièrement les pages 96-99 consacrées aux tombes de l’Attique.

11  B. D’Agostino, A. Schnapp, « Les morts entre l’objet et l’image », in G. Gnoli, J.-P. Vernant (éds), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Cambridge University Press, Cambridge & Ed. de la Maison des Sciences de l'Homme, 1982, p. 17.

12  Vernant, « Introduction », ibid., p. 6 et D’AgostinoSchnapp, ibid., p. 21.

13  I. Morris, Burial and Ancient Society. The Rise of the Greek City-State, Cambridge, 1987.

14  I. Morris répondit à ces critiques in « Burial and Ancient Society after ten years », in S. Marchegay, M.-T. Le Dinahet, J.-F. Salles (éds), Nécropoles et pouvoir. Idéologies, pratiques et interprétations. Actes du colloque Théories de la nécropole antique, Lyon, 21-25 mars 1995, Paris, 1998 (Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen, 27), p. 21-35.

15  Allusion à J. Mc K. Camp, « A Drought in the late 8th century B.C. », Hesperia 48 (1979), p. 397-411 et A.M. Snodgrass, « Two Demographic Notes », in R. Hägg (ed.), The Greek Renaissance of the Eight Century B.C. : tradition and innovation, Proceedings of the 2nd International Symposium at the Swedish Institute in Athens, 1-5 June 1981, Stockholm, 1983, p. 167-171.

16  Au Géométrique Récent, la forte proportion de tombes d’enfants est ainsi celle qui est attendue dans une société agricole de ce type. Cf. S. Ledermann, Nouvelles tables types de mortalité, Paris, 1969 et Morris, o.c. (n. 13), p. 57-62.

17  P. Courbin, La céramique géométrique de l'Argolide, Paris, 1966 (BEFAR, 208), p. 177.

18  P. Courbin, Tombes géométriques d'Argos I (1952-1958), Paris, 1974 (Etudes Péloponnésiennes, VII), désormais noté TGA.

19  R. Hägg, Die Gräber der Argolis in submykenischer, protogeometrischer und geometrischer Zeit, Uppsala, 1974, tab. 1 p. 13 et A. Foley, The Argolid 800-600 B. C. An Archaeological Survey, Göteborg, 1988 (SIMA, 80), p. 35 et table 6 p. 265. Sur le nombre réel de tombes, voir note suivante.

20  Plus du quart d’entre elles est seulement signalé dans les publications comme étant d’époque géométrique, sans précision supplémentaire ni illustration. A. Foley faisait la même remarque en 1988, seules 191 tombes géométriques sur les 250 répertoriées étant alors précisément datées et donc exploitables par l’historien (o.c. [n. 19], p. 35 et table 6 p. 265). Voir également, M.C.V. Vink, « Sanctuaries and Cults in an Early Urban Context : Argos c. 900-500 BC », in R. Hägg (ed.), Peloponnesian Sanctuaries and Cults, Proceedings of the Ninth International Symposium at the Swedish Institute at Athens, 11-13 June 1994, Stockholm, 2002, n. 7, p. 54. Plus récemment, à titre d’exemple, 45 tombes d’époque géométrique ont été découvertes dans le sous-sol argien durant la seule année 1991 et signalées en 1996 (AD 46 (1991) [1996], p. 88-103), sans autre indication chronologique. Voilà pourquoi « the corpus of published Protogeometric and Geometric tombs has not grown very much in the years that have passed since then » (i.e. 1974) : R. Hägg, « Argos and its Neighbours : Regional Variations in the Burial Practices in the Protogeometric and Geometric Periods », in A. Pariente, G. Touchais (éds), Argos et l’Argolide. Topographie et Urbanisme, Actes de la Table Ronde internationale, 24/4-1/5 1990, Athènes-Argos, Paris, 1998 (Recherches franco-helléniques, 3), n. 5, p. 131.

21  C’est là un des points communs des études citées (TGA, tableau récapitulatif p. 5 ; Foley, o.c. [n. 19], table 6 p. 265).

22  L’orientation des tombes de la plaine argienne a fait l’objet d’une étude spécifique de R. Hägg, « Some aspects of the burial customs of the Argolid in the Dark Ages », AAA 13 (1980), p. 122-126.

23  Sur les rites funéraires d’Argos, TGA, chap. III passim. Les travaux de R. Hägg ne modifièrent pas ensuite sensiblement nos connaissances dans ce domaine.

24  Foley, o.c. (n. 19), p. 45.

25  Cette unité culturelle de la plaine argienne, souvent remise en cause, a été réaffirmée, à propos de l’Héraion, de manière tout à fait convaincante par M.-F. Billot, « Recherches archéologiques récentes à l’Héraion d’Argos », in J. de La Genière (éd.), HERA. Images, espaces, cultes. Actes du colloque international du Centre de Recherches Archéologiques de l’Université de Lille-III et de l’Association P.R.A.C, Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997 (Collection du Centre Jean Bérard, 15), p. 11-56.

26  Pariente – Touchais, Argos et l’Argolide. Topographie et Urbanisme, o.c. (n. 20), pl. IX (désormais noté Topographie et Urbanisme) localise l’ensemble des vestiges d’époque protogéométrique et géométrique découverts dans le sous-sol argien. Voir aussi Vink, l.c. (n. 20), fig. 2, p. 57.

27  N° 68. N.B. : Tout terrain mentionné ici est accompagné d’un numéro en gras, le même que celui qui lui a été affecté dans « Argos. Index numérique des terrains fouillés », in Topographie et Urbanisme, p. 483-496, avec localisation précise et bibliographie.

28  Ces regroupements de tombes ont été étudiés par P. Courbin, in TGA, p. 101-104 et pl. 5.

29  Phlessas-Makris : n° 77 ; Papoulessis : n° 434.

30  BCH 102 (1978), p. 783. Deux inhumations de jeunes enfants avaient de même été pratiquées dans le sol d’une maison du Géométrique Récent à Asiné (I. & R. Hägg, Excavations in the Barbouna Area at Asine – Fasc. 1 : General Introduction. Bibliography. Geological Background and a Report of the Fieldwork in the Levendis Sector (1970-1972), Uppsala, 1973, p. 34-37).

31  Vink, l.c. (n. 20), fig. 2 p. 57. Voir également G. Touchais, N. Divari-Balakou, « Argos du néolithique à l’époque géométrique : synthèse des données archéologiques », in Topographie et Urbanisme, p. 17-18.

32  N° 118 = Su 80.

33  N° 66 ; TGA, p. 75-84 et pl. 18, 47-48.

34  N° 52 ; TGA, p. 27-32 et pl. 8, 25-26.

35  N° 52 ; TGA, p. 14-22 et pl. 7, 21-23.

36  Sur la réutilisation en général, TGA, p. 144-146 et Hägg, l.c. (n. 22), p. 119-122.

37  N° 72 ; TGA, p. 87-93 et pl. 51-52.

38  A. Foley, « Ethnicity and the topography of burial practices in the Geometric Period », Topographie et Urbanisme, p. 137-143. Voir également R. Hägg, « Burial Customs and Social Differentiation in 8th- Century Argos », », in Hägg, The Greek Renaissance, o.c. (n. 15), p. 27-31, qui met en avant des clivages économiques pour expliquer la répartition des inhumations entre ciste et pithos.

39  Il faudrait notamment reprendre les considérations topographiques de ces études en les pondérant par l’ampleur du phénomène de réutilisation dont les cistes sont l’objet au Géométrique Récent : c’est en nombre d’inhumations, et non en nombre de tombes nouvellement creusées, que l’on devrait ici raisonner.

40  Les exemples abondent in TGA.

41  Ainsi par exemple dans le terrain Kympouropoulos (n° 129).

42  On peut inclure dans ce raisonnement tout grand vase qui servit de sépulture : la production de la pyxis C 209, qui orne aujourd’hui l’entrée du musée d’Argos, est un tour de force technique tant de la part du potier (la cuisson d’un tel vase n’est pas sans poser des problèmes) que de celle du peintre. Cf. TGA, p. 34-35, avec bibliographie, et pl. 28.

43  Sur le site d’Asiné, I. Ratinaud-Lachkar, « Insoumise Asiné ? Pour une mise en perspective des sources littéraires et archéologiques relatives à la destruction d’Asiné par Argos en 715 avant notre ère », OAth (à paraître).

44  Ces offrandes funéraires, classées par matériau, font l’objet d’une présentation d’ensemble, sous la plume de P. Courbin, in TGA, p. 125-136. A. Foley fait de même, en réactualisant les données : o.c. (n. 19), passim. Les interprétations de ces deux chercheurs demandent cependant aujourd’hui à être revues. Cf. infra pour certains aspects.

45  Les traces d’usure et de réparations sont répertoriées par P. Courbin, o.c. (n. 17), p. 461-463.

46  TGA, p. 127.

47  J.-F. Bommelaer, « De la spécialisation artisanale en Argolide d’après l’étude de la céramique géométrique », Ktèma 3 (1978), p. 44.

48  TGA, p. 64.

49  N° 52 ; TGA, p. 11 et pl. 20.

50  TGA, p. 11-13.

51  On a pu retrouver, dans le remplissage des tombes à crémation athéniennes, des restes alimentaires calcinés et des ossements d’animaux. J.N. Coldstream, Geometric Greece, London, 2003, p. 122 avec bibliographie.

52  Il. XXIII, 29 (funérailles de Patrocle) et XXIV, 802-803 (funérailles d’Hector). Dans ces épisodes, notons cependant que, si le banquet a bien un lien intime avec les funérailles, à aucun moment n’y est mentionnée la présence du mort.

53  J.-M. Luce, « Le banquet, l’amour et la mort de l’époque géométrique à l’époque classique », in C. Orfanos, J.-C. Carrière (éds), Symposium. Banquet et représentations en Grèce et à Rome. Actes du colloque international de Toulouse-Le Mirail, mars 2002, Toulouse, 2003 (Pallas, 61), p. 55-69.

54  N° 66 ; TGA, p. 75-78, 83 et pl. 48.

55  N° 52 ; TGA, p. 14-16, 20 et pl. 23.

56  N° 52 ; TGA, p. 27-29 et 32 (F 50). Il s’agit en fait d’un fragment d’une tige en fer dont l’appartenance à un obélos n’est pas assurée et qui pourrait tout aussi bien être attribué à l’inhumation 14/2.

57  N° 66 ; TGA, p. 75-78 et 84 (F 70). Même analyse que ci-dessus, dans un ensemble de trois objets fragmentaires en fer (F 70, 71 et 79) dont l’identification reste problématique.

58  Phlessas-Makris : n° 77 ; Kympouropoulos : n° 129.

59  N° 224.

60  N° 52 ; TGA, p. 11-13 et pl. 20 (F 1-6).

61  La T 45, découverte au cours du printemps 1953, a été publiée par P. Courbin, « Une tombe géométrique d’Argos », BCH 81 (1957), p. 322-386, et n’est pas reprise dans TGA. Sur les obéloi de la T 45, voir p. 368-370 ; sur les chenets, p. 370-385. Broches et chenets sont associés dans Il. IX, 210-214 dans un contexte très précis de cuisson de viandes en vue de la prise d’un repas sous la tente d’Achille.

62  TGA, p. 127.

63  N° 54 ; TGA, p. 34-35 et pl. 28.

64  Cf. ci-dessus, n. 56.

65  Il s’agit des T 38, 43, 131, 134 et 195.

66  N° 63 ; TGA, p. 63-64.

67  N° 54 ; TGA, p. 36-37 et pl. 29 (s. n. et C 194). Sur le matériel découvert dans les tombes d’enfants, J.H. Oakley, « Death and the Child », in J. Neils, J.H. Oakley (éds), Coming of Age in Ancient Greece. Images of Childhood from the Classical Past, New Haven, 2003, p. 174-179. Sur l’importance de l’animal favori auprès des enfants en Grèce, et tout particulièrement l’oiseau, J. Neils, J.H. Oakley, « Catalogue », ibid.., n° 91 p. 280 avec bibliographie.

68  1 bague en bronze en T 6/2 (GR2b), notée B 20 (TGA, p. 21 et pl. 23).

69  2 bagues de bronze en T 106/2 (GR2c), notées B 50 et 53 (TGA, p. 57 et pl. 35).

70  R.P. Charles, Étude anthropologique des nécropoles d’Argos. Contribution à l’étude des populations de la Grèce antique, Paris, 1963 (Études péloponnésiennes, 3).

71  Il en était de même à Athènes. Coldstream, o.c. (n. 51), p. 81.

72  N° 52 ; TGA, p. 38-39 et pl. 29.

73  N° 54 ; TGA, p. 52-58 et pl. 36 (fusaïole : C 899 ; lames de couteau, F 33 et 34).

74  N° 153.

75  N° 52 ; TGA, p. 27-32 et pl. 26 (F 48-49).

76  N° 68 ; TGA, p. 85 et pl. 49 (F 74).

77  N° 224.

78  N° 66 ; TGA, p. 78 et 83-84, pl. 48 (F 66-68).

79  N° 52 ; TGA, p. 16 et 22, pl. 23 (F 9).

80  N° 160.

81  N° 77.

82  N° 68 ; TGA, p. 85 et pl. 49 (F 75). Il pourrait tout aussi bien s’agir ici d’un poignard.

83  N° 66 ; TGA, p. 78 et 84, pl. 48 (F 69).

84  N° 129.

85  Étudiées par P. Courbin, l.c. (n. 61), p. 367-368.

86  N° 224. Matériel illustré dans E. Protonotariou-Deilaki, ASAA 44 (1982), fig. 3-5 et fig. 8-10. Voir également Foley, o.c. (n. 19), p. 86-87.

87  N° 160. Matériel illustré dans Protonotariou-Deilaki, l.c. (n. 86), fig. 2 et fig. 6-7.

88  Si cela tend à prouver que les aristocrates argiens avaient le même mode de vie que les héros de l’épopée, cela ne signifie pas qu’il y avait identification des premiers aux derniers.

89  Mes remerciements vont ici à F. de Polignac auquel je dois ces remarques formulées lors de la tenue du colloque.

90  Luce, l.c. (n. 53), p. 65.

91  Ibid., p. 67.

92  N’oublions pas en effet que la plupart des habitants de la plaine argienne d’alors étaient de petits paysans qui ne devaient guère avoir de contacts rapprochés avec les membres d’autres communautés grecques où s’exprimaient d’autres coutumes, notamment funéraires.

93  Voir déjà les remarques de F. de Polignac, La naissance de la cité grecque, Paris, 1995², p. 156-157 et « Entre les dieux et les morts. Statut individuel et rites collectifs dans la cité archaïque », in R. Hägg (éd.), The Role of Religion in the Early Greek Polis. Proceedings of the Third International Seminar on Ancient Greek Cult, organized by the Swedish Institute at Athens, 16-18 October 1992, Stockholm, 1996, p. 31.

94  De même que le statut des femmes continue ici d’échapper à l’analyse.

© Presses universitaires de Liège, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search