Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Presses universitaires de Liège Kernos suppléments Idia kai dèmosia Εὔχετ’ ἔπειτα στὰς μέσῳ ἕρκεϊ

Idia kai dèmosia

 | 
Véronique Dasen
, 
Marcel Piérart

Εὔχετ’ ἔπειτα στὰς μέσῳ ἕρκεϊ

(Iliade Π 231, Ω 306)

Guy Donnay

Texte intégral

  • 1  Cf. la communication de Pierre Brulé ici-même, p. 46, n. 85.

1Lors du colloque de Fribourg, Françoise Letoublon et Pierre Brulé ont, l’une et l’autre, évoqué cette expression, qui apparaît à deux reprises dans l’Iliade (Π 231, Ω 306)1. Elle m’a inspiré quelques réflexions qui, bien entendu, ne prétendent nullement épuiser le sujet.

Le contexte

21. Achille, toujours retiré dans sa baraque à cause de son différend avec Agamemnon, vient néanmoins d’autoriser Patrocle à prendre la tête des Myrmidons pour repousser une attaque troyenne qui menace les vaisseaux achéens et, à cette fin, lui a prêté ses armes. L’attaque sera repoussée, mais Hector tuera Patrocle et s’emparera des armes d’Achille.

32. Priam s’apprête à quitter son palais en compagnie d’un vieux héraut pour tenter de racheter à Achille le cadavre d’Hector.

4Les deux scènes, en quelque sorte, se répondent en un parallélisme apparemment voulu par le poète, car chacune d’elles prélude à un épisode-clé : la mort de Patrocle va inciter Achille à reprendre le combat pour venger son compagnon, mettant ainsi fin à la longue bouderie qui constitue la trame du poème, tandis que l’entrevue de Priam et du meurtrier de son fils en constitue le dernier moment fort, que prolonge seulement le récit des funérailles du héros troyen.

L’action

51. Après avoir stimulé l’ardeur de ses guerriers, Achille est rentré dans sa baraque. Il a extrait d’une malle un vase à boire (δέπας). « Il l’a d’abord purifié avec du soufre. Puis, il l’a lavé à belle eau courante. Lui-même s’est lavé (νίψατο) les mains. Il a puisé le vin couleur de flamme. Il a prié ensuite, debout au milieu de l’enclos, et répandu le vin en regardant vers le ciel (εὔχετ’ ἔπειτα στὰς μέσῳ ἕρκεϊ, λεῖβε δὲ οἶνον οὐρανὸν εἰσανιδών) » (Π 220-232).

62. Alors que Priam et son héraut achevaient d’atteler le char qui devait les emmener auprès d’Achille, Hécube est survenue, « portant de la main droite du vin doux comme miel dans un vase à boire (ἐν δέπαϊ) en or, afin qu’ils en fissent libation avant de s’en aller ». Elle a conjuré son époux de prier Zeus de lui envoyer son aigle comme gage du succès de son entreprise. Priam a acquiescé. « Le vieillard a pressé la servante intendante de lui verser de l’eau pure sur les mains. La servante est venue près de lui, tenant dans ses mains un bassin et une aiguière. Une fois lavé (νιψάμενος), il a reçu la coupe de son épouse. Il a prié ensuite, debout au milieu de l’enclos, et répandu le vin en regardant vers le ciel (εὔχετ’ ἔπειτα στὰς μέσῳ ἕρκεϊ, λεῖβε δὲ οἶνον οὐρανὸν εἰσανιδών) » (Ω 281-307).

7L’identité du vocabulaire souligne l’identité des rituels : l’orant se lave les mains avant de répandre le vin contenu dans un vase à boire en formulant sa prière les yeux tournés vers le ciel. À ceci près qu’Achille agit seul, tandis que Priam est assisté de son épouse et d’une servante, une différence que les circonstances suffisent à expliquer : la prière de Priam a lieu dans un cadre domestique où les femmes peuvent jouer leur rôle ; Achille, au contraire, se trouve loin de chez lui, dans un camp militaire, où les seules présences féminines sont celles des captives et des esclaves. On relève d’ailleurs des différences analogues entre les funérailles de Patrocle et celles d’Hector.

8Le parallélisme des rituels est encore renforcé par celui des actions qui les précèdent. En effet, la description du contenu de la malle d’où Achille extrait le vase qui servira à la libation annonce, sur un mode mineur, l’énumération des objets précieux que Priam extraira de ses coffres pour constituer la rançon de son fils.

91. « Il ouvrit le couvercle de la malle façonnée avec art que Thétis aux pieds d’argent avait mise dans son vaisseau pour qu’il l’emmène, pleine de tuniques, de manteaux coupe-vents, de tapis de laine. Là se trouvait un vase à boire ouvragé… » (Π 221-225).

102. « Cela dit, il ouvrit les beaux couvercles des coffres. De là, il retira douze robes magnifiques, douze manteaux simples et autant de tapis, autant de pièces de toile blanche et autant de tuniques. Il pesa et emporta en tout pour dix talents d’or, dont deux trépieds flamboyants, quatre bassins, un magnifique vase à boire, que les Thraces lui avaient offert lorsqu’il était allé chez eux en ambassade… » (Ω 228-235).

Le cadre : essai de topographie d’une demeure princière

  • 2  Cf. les remarques pertinentes de A. Heubeck, St. West, J. B. Hainsworth, A commentary on Homer’s O (...)

11La prière d’Achille a lieu dans son campement, celle de Priam dans son palais. L’un et l’autre lieu constituent des variantes extrêmes de la demeure princière telle que l’auteur de l’Iliade l’imagine. Une image apparemment sté­réotypée d’après les bribes de description qu’il donne çà et là et le vocabulaire réduit qu’il utilise à cet effet, image que je vais tenter de reconstituer en évitant volontairement toute référence à des formes architecturales attestées par l’archéologie, étant donnée notre ignorance des modèles qui l’ont inspi­rée, sans parler des contraintes du genre épique, qui se doit de doter ses héros de demeures extraordinaires, au sens littéral du terme2.

  • 3  Opinion partagée notamment par W. Burkert, Griechische Religion der archaischen und klassischen Ep (...)

12Dans la mesure du possible, je me limiterai au témoignage de l’Iliade. En effet, une longue familiarité avec les poèmes homériques m’a amené à me ranger parmi ceux qui estiment qu’ils ne sauraient être du même auteur, ni s’adresser au même public3. L’Odyssée contient d’ailleurs de nombreux passa­ges imités de l’Iliade, parfois avec une intention parodique évidente, ce qui risque d’en fausser l’interprétation.

13Évoquant la construction de la « belle demeure » (δώματα καλά) de Pâris à Troie, le poète en énumère les principales composantes : θάλαμος, δῶμα, αὐλή (Ζ 313-316). On notera d’emblée l’ambiguïté du terme δῶμα qui, au pluriel, désigne ici l’ensemble de la demeure et, au singulier, une de ses par­ties. Le nombre a néanmoins peu d’importance : dans l’Iliade, δῶμα et son équivalent δόμος, de même que leur synonyme μέγαρον, s’emploient indiffé­remment au singulier et au pluriel pour désigner la demeure d’un dieu ou d’un prince. C’est là leur acception la plus fréquente. Plus rarement, il leur arrive de désigner, tant au singulier qu’au pluriel, la partie de la demeure où l’on mange et reçoit les hôtes (Ο 85, 95, 143, Σ 374, Ω 647) : telle est sans doute la signification du δῶμα de Pâris.

14Le sens premier de δῶμα/δόμος semble être celui du français « maison », c’est-à-dire une construction destinée au logement (Ι 382, Π 213, Σ 290, Υ 713) ; par analogie, δόμος peut désigner un nid d’abeilles (Μ 169) ou une bergerie (Μ 301). Ce qui explique que ces deux mots soient utilisés pour signifier tantôt l’ensemble de l’habitation, tantôt plus particulièrement la pièce principale où l’on vit, par opposition avec la partie non couverte, la cour (αὐλή), et la partie plus intime qu’est le θάλαμος.

15Celui-ci est plus qu’une simple chambre à coucher, plutôt un appartement privé. La demeure en compte normalement plusieurs, un pour chaque couple qu’elle héberge. C’est là que les femmes vivent et travaillent. Précédé d’une antichambre (πρόδομος), il est muni de portes solides et de bons verrous (Ι 473 et 475, Ξ 166, Ω 317). C’est pourquoi la « chambre parfumée au haut plafond de cèdre » que partagent Priam et Hécube sert aussi de chambre forte où l’on conserve les objets les plus précieux (Ζ 288, Ω 191-192).

16Quant à l’αὐλή, elle est tantôt un parc à bestiaux (Δ 433, Ε 138, 142, Κ 183), tantôt la cour d’un palais. Dans l’un et l’autre cas, elle est conçue comme un espace clôturé. En Ι 471-477, la cour du palais où Amyntor retient prisonnier son fils Phénix est qualifiée de « bien clôturée » (εὐερκής) et, pour s’échapper, le héros doit en sauter la « clôture » (ἑρκίον). De même, c’est « dans l’enceinte de la cour » (αὐλς ἐν χόρτῳ ou ἐν χόρτοισι) que Pélée offre un sacrifice (Λ 774) ou que Priam en deuil se roule dans la fange (Ω 640).

  • 4  C’est à tort que Lorimer, o.c. (n. 2), p. 415, distingue « the αἴθουσα αὐλς …, outside which lay (...)
  • 5  Ainsi, en Υ 13, les dieux assis sous le portique du palais de Zeus sont dits assemblés à l’intérie (...)
  • 6  Dans l’Odyssée, πρόδομος est toujours synonyme de αἰθούση (δ 302, ξ 5, ο 5 et 466, υ 1 et 143).

17Cet espace clôturé entoure les divers bâtiments qui constituent la demeure : δῶμα, θάλαμοι, auxquels il faut ajouter les indispensables locaux utili­taires, tels qu’écuries, remises, magasins, que l’Iliade passe sous silence. On y accède depuis l’extérieur par une porte unique (θύρη, θύραι) percée dans le mur de clôture. Le porche (πρόθυρον) qui la précède s’ouvre vers la cour sous un portique (αθουση) adossé au mur de façade4. Ce portique assure, en quel­que sorte, la transition entre le dedans et le dehors5, ce pourquoi sans doute il lui arrive d’être appelé πρόδομος δόμου, « antichambre de la demeure » (Ω 673)6.

Les lieux de l’action

18Tentons à présent de préciser, dans ce cadre, le lieu exact des prières d’Achille et de Priam.

191. Du campement d’Achille, le poète donne une description sommaire, mais relativement précise. L’élément principal en est une « haute baraque » (κλισίη ὑψηλή), « que les Myrmidons ont faite pour leur seigneur en poutres de pin équarries. Or, par-dessus, ils ont jeté un toit duveteux d’herbes coupées dans la prairie et, autour, ils ont fait pour leur seigneur une grande cour (αὐλή) avec des pieux serrés. Une seule barre de pin en tient la porte : il faut trois Achéens pour la mettre en place et trois pour ouvrir l’énorme verrou ; par contre, Achille, lui, le met en place seul » (Ω 448-456). Il est aussi fait mention d’un portique (αθουση), où Priam et son héraut prendront quelque heures de repos avant de repartir pour Troie avec le corps d’Hector (Ω 644 et 673).

20Nous avons affaire ici à une sorte de palais de campagne, dont le confort s’apparente à celui des demeures en dur. Toutefois, la baraque, qualifiée de δώματα en Ω 512 et de μέγαρον en Ω 647, y tient lieu à la fois de δῶμα et de θάλαμος : le héros y prend ses repas, assis sur un trône ouvragé (Ω 475-476, 597), et y reçoit ses visiteurs, mais il y dort aussi aux côtés de Diomèdè (Ι 663-665) ou de Briséis (Ω 675-676) et y conserve ses objets précieux.

21L’action débute dans cette baraque, où Achille est rentré pour y prendre le vase qui servira à la libation (Π 220-221 : αὐτὰρ Ἀχιλλεύς β ῥ’ ἴμεν ἐς κλισίην). Le lieu des phases suivantes du rituel n’est pas précisé mais, la libation et la prière achevées, le héros entre à nouveau dans la baraque pour remettre le vase dans la malle (Π 254 : ἄψ κλισίην εἰσλθε). La prière a donc été dite hors de la baraque, c’est-à-dire dans la cour.

222. Les déplacements de Priam sont moins aisés à reconstituer (Ω 160 sq.). Lorsqu’Iris arrive à Troie, elle le trouve en train de mener grand deuil à l’inté­rieur de la cour (ἔνδοθεν αὐλς), entouré de ses fils survivants. Dès réception du message, il ordonne à ceux-ci de préparer un chariot attelé de mules, puis « descend dans la chambre odorante au haut plafond de cèdre » où il annonce à Hécube ce que Zeus lui commande et réunit la rançon. Ensuite, sans transi­tion, il expulse du portique (αἰθούση), à coups de canne et d’invectives, les Troyens qui s’y sont rassemblés et ceux-ci s’empressent de déguerpir.

23Pour ce faire, il a dû quitter le thalamos et traverser la cour en direction du porche d’entrée. Après quoi, il houspille ses fils qui traînent à exécuter ses ordres. Ceux-ci doivent se trouver encore dans la cour, où il les avait laissés. Pris de peur, les traînards s’activent. Après avoir attelé les mules, ils amènent, déjà mis sous le joug, les chevaux destinés au char de leur père. Celui-ci les attelle lui-même avec son héraut ἐν δώμασιν ὑψηλοσι, formule qui a tout l’air d’une cheville et signifie sans doute simplement « à l’intérieur du palais » (pris dans son ensemble). Arrive alors Hécube, portant le vase pour la libation. Elle se place devant les chevaux (στ δ’ ἵππων προπάροιθεν) pour exhorter son époux, déjà prêt au départ. Enfin, après la prière et l’apparition attendue de l’aigle de Zeus, « le vieillard impatient monta sur son char et s’élança hors du porche et du portique sonore (ἐκ δ’ ἔλασε προθύροιο καὶ αἰθούσης ἐριδούπου) ». Le chariot, conduit par le héraut, l’avait précédé.

24Bien que le poète ne le précise pas, ce doit être dans la cour que Priam et son héraut attellent le char et c’est donc là aussi qu’Hécube vient à leur rencontre, alors qu’ils s’apprêtent à partir. D’ailleurs, dès la prière achevée, le vieux roi s’élance « hors du porche et du portique sonore », dont il devait donc être proche. Il s’ensuit que la cour est également le lieu le plus probable de la prière de Priam.

Αὐλή et ἕρκος

25Cependant, le poète ne dit pas qu’Achille et Priam prient et offrent une libation ἐν αὐλ ou ἔνδοθεν αὐλς, mais μέσῳ ἕρκεϊ. Que signifie au juste cette expression ? Les deux passages étudiés ici sont les seuls où elle apparaît dans l’Iliade, ce qui renforce leur parallélisme. Cependant, d’autres attestations du mot ἕρκος se rencontrent au fil du poème.

26À deux reprises, il désigne une barrière matérielle, la clôture d’un vignoble en l’occurrence (Ε 90, Σ 564), ce qui semble bien être son sens originel. Tel est encore le sens de l’ἕρκος ὀδόντων, la « barrière des dents », d’où s’échap­pent les paroles (Δ 350, Ξ 83) ou l’âme d’un guerrier frappé à mort (Ι 409) : à l’instar d’une clôture, les dents marquent la limite entre l’intérieur et l’extérieur du corps ; elles forment une barrière qu’il faut ouvrir pour laisser passer les « paroles ailées » (ἔπεα πτερόεντα) ou le souffle vital (ψυχή). De là, on passe aisément au sens de protection matérielle : le couvre-ventre de Ménélas (Δ 137), le bouclier d’Hector (Ο 646), voire le pan de robe qu’Aphrodite tend devant Énée (Ε 316) font barrière aux traits (ἕρκος ἀκόντων ou βελέων). Puis, à celui de rempart humain : les fantassins constituent un « rempart contre la bataille » (Δ 229 : ἕρκος πολέμοιο), les guerriers cuirassés entourent les vais­seaux d’un « rempart de bronze » (Ο 567 : ἕρκεϊ χαλκείῳ). Enfin, à l’épi­thète du héros dont la vaillance écarte le danger des siens : Achille (Α 284) et Ajax fils de Tydée (Γ 229, Ζ 5, Η 211) sont qualifiés l’un et l’autre de « rem­part des Achéens » (ἕρκος Ἀχαιοσι ou Ἀχαιῶν).

  • 7  Cf. les scholies à Π 231 et Ω 306 citées plus loin.

27Le sens général est donc « barrière qui protège contre les intrusions ». L’ἕρκος au milieu duquel Achille et Priam prient est donc un espace protégé, en l’espèce, l’εὐερκής αὐλή, la « cour bien clôturée », de la baraque ou du palais. Ainsi, μέσῳ ἕρκεϊ, « au milieu de l’enclos », équivaut à ἐν μέσω τς αὐλς, « au milieu de la cour », voire à ἐν μέσῳ το οἴκου, « au milieu de la maison »7. Un tel espace séparé du monde extérieur par une clôture est, selon nos critères actuels, un espace « privé ». Il s’ensuit que les rites exécutés par Achille et Priam relèvent a priori de la dévotion privée, au sens actuel du terme.

Un parallèle iconographique : le départ du guerrier

  • 8  W. Wrede, « Kriegers Ausfahrt in der archaich-griechischen Kunst », MDAI(A) 41 (1916), p. 261. Cra (...)

28Dans l’étude fondamentale qu’il a consacrée au motif du départ du guerrier dans l’art grec archaïque, Walther Wrede rapprochait de la scène du départ de Priam celle du départ d’Amphiaraos sur un cratère corinthien à figures noires8. La scène se lit de gauche à droite ; tous les personnages sont nommés. Au centre, Amphiaraos, cuirassé, casqué et armé d’une épée, se dirige à grandes enjambées vers le quadrige sur lequel l’attend son cocher, Baton, rènes et aiguillon en main. Il se retourne vers un groupe de femmes et un enfant qui agitent les bras en signe d’adieu. Leur font pendant, à droite, deux hommes, l’un assis sur le sol dans une attitude de deuil, l’autre debout devant les chevaux. À côté de ceux-ci, une femme nommée Léontis, tend une coupe à Baton.

29La fougue avec laquelle Amphiaraos saute sur son char n’est pas sans évoquer l’impatience de Priam montant sur le sien. Ici aussi, une libation accompagne le départ. Cependant, elle n’est pas proposée au personnage principal par son épouse, mais au cocher par une femme pour nous incon­nue. Il est vrai que le peintre avait de bonnes raisons ne pas confier ce rôle à l’épouse d’Amphiaraos qui, par traîtrise, avait forcé son mari à prendre part à l’expédition de Polynice contre Thèbes dont, étant devin, il connaissait d’avance l’issue désastreuse et dans laquelle il laissera d’ailleurs la vie. D’où peut-être le choix d’autres personnages pour offrir la libation rituelle, person­nages dans lesquels Wrede reconnaissait des protagonistes de la Thébaïde, épopée perdue dont, selon lui, le cratère illustrerait un passage précis.

  • 9  Que l’auteur de l’Odyssée semble avoir apprécié, puisqu’il le reproduit encore en ο 191 et déjà en (...)

30À l’arrière-plan du départ d’Amphiaraos, deux portiques séparés par un espace vide suggèrent que la scène se déroule devant le palais plutôt que dans la cour. Wrede évoque un parallèle tiré de l’Odyssée, où Ménélas pro­pose la libation d’adieu à Pisistrate et Télémaque après qu’ils aient déjà franchi « le porche et le portique sonore » (ο 143 sq.). Mais, d’une part, il est probable que le peintre du cratère a condensé en une seule image des moments successifs. De l’autre, le passage de l’Odyssée est un patchwork, dont la cohérence est sujette à caution. L’imitation du départ de Priam dans l’Iliade, quoique maladroite, y est évidente et se traduit notamment par deux emprunts textuels : ο 146 reprend Ω 3239, tandis qu’ο 148-149 et le premier hémistiche d’ο 150 reprennent Ω 284-286. L’inversion de la séquence a toute chance d’être un bricolage de l’« arrangeur » du passage et n’est donc pas significative.

  • 10  Le motif est signalé au passage par Fr. Lissarague in La cité des images. Religion et société en G (...)

31En outre, l’iconographie du cratère de Berlin est isolée. Dans les autres représentations de libations précédant le départ d’un guerrier, celui-ci est à pied, comme le sont Achille et même Priam, qui ne monte en char qu’après. Relativement rares dans la céramique à figures noires, les scènes de ce genre se multiplient dans la seconde moitié du ve siècle sur les vases attiques à figures rouges. Il est regrettable que, peut-être à cause de leur banalité même, elles n’aient pas fait à ce jour l’objet d’une étude exhaustive10.

  • 11  Sur un canthare du Museo Nazionale de Tarente (LIMC IV, p. 486, n° 4), la femme qui tend la coupe (...)

32Dans les représentations les plus fréquentes, le personnage central est un guerrier debout, équipé en hoplite, qui élève une phiale en présence d’une femme qui, debout devant lui, tient à la main l’œnochoè avec laquelle elle a versé le vin. Parfois, le guerrier est nu, seulement armé d’une lance et portant casque et bouclier, parfois aussi, il ne tient pas encore la phiale, que la femme lui tend. Cette femme peut être soit l’épouse, soit la mère11. Une autre femme, qui doit être la mère lorsque l’officiante est l’épouse, et un vieillard, auquel il arrive que le guerrier serre la main en signe d’adieu et qui doit être le père, assistent à la scène. Le rôle important joué par la femme, épouse ou mère, et la présence des parents évoquent un contexte domestique.

  • 12  Risque souligné par le poète en Ω 328 : ὡς εἰ θάνατον δὲ κιόντα.

33La comparaison avec le rite qui nous occupe est-elle pertinente ? Certes, Priam ne part pas au combat, mais son entreprise comporte des périls du même ordre : bien que sans armes, ne s’en va-t-il pas traverser les lignes ennemies au risque de se faire tuer ?12 Quant à Achille, s’il n’y part pas en personne, il y envoie un substitut de lui-même, revêtu de ses armes afin de passer pour lui aux yeux des Troyens (Π 40-42, 44). Il est donc naturel qu’il joue un double rôle : celui de l’épouse, en préparant la coupe de vin, et celui du guerrier, en versant la libation et en priant pour que son substitut revienne sain et sauf (Π 247 : ἀσκηθὴς ἵκοιτο).

34Le parallèle entre les deux scènes de l’Iliade et les représentations du départ du guerrier sur les vases conforte l’idée que les libations et les prières d’Achille et de Priam ont lieu à l’intérieur de l’espace domestique et relèvent de la dévotion privée. On m’objectera le danger de comparer un rite « homé­rique » à un rite attesté aux époques archaïque et classique. N’oublions pas, cependant, que le texte de l’Iliade qui nous est parvenu a été mis en forme à Athènes au temps de Pisistrate et que l’épopée contient bien d’autres « ana­chronismes ». N’oublions pas non plus le conservatisme des rites.

La divinité invoquée : Zeus Herkéios ?

35Actes de dévotion privés, accomplis dans l’espace domestique, les prières d’Achille et de Priam, de même que les libations précédant le départ du guerrier qu’évoquent les représentations sur les vases, s’adressent-elles pour autant à une divinité domestique ? Nous ignorons à quelle divinité étaient dédiées les secondes. Achille et Priam s’adressent, l’un et l’autre, à « Zeus Père » (Π 253 : εὐξάμενος Διὶ πατρί ; Ω 287 : σπεσον Διὶ πατρί), ce qui est, dans l’Iliade, la manière la plus fréquente et, en quelque sorte, passe-partout de nommer le dieu : sur trente-trois invocations de Zeus au vocatif, vingt-et-une ont la forme Ζευς πατέρ !

  • 13  Selon Pausanias, IV, 17, 4 et X, 27, 2, l’égorgement de Priam par Néoptolème sur l’autel de Zeus H (...)

36La scholie au vers Π 231 rapproche l’expression μέσῳ ἕρκεϊ de l’épiclèse Μεσέρκειος attribuée à Zeus « parce qu’un autel de Zeus Herkéios est installé au centre de la maison » (ἐπεὶ ἐν μέσῳ τοῦ οἴκου Ἑρκείου Διὸς βωμὸς ἵδρυται, Μεσέρκειον καλοῦσι τὸν Δία). La scholie au vers Ω 306 la glose par « au milieu de la cour, où il y avait aussi un autel de Zeus Herkéios, près duquel, après la prise (de Troie), (Priam) se réfugia et fut égorgé » (ἐν τῷ μέσῳ τῆς αὐλῆς, ὅπου καὶ βωμὸς τοῦ Ἑρκείου Διὸς ἦν, πρὸς ὃν μετὰ τὴν ἅλωσιν φυγὼν ἀπέσφακται)13. Vu le contexte, l’évocation de l’autel de Zeus Herkéios postule, dans l’esprit des deux scholiastes, un lien implicite entre cet autel et les libations offertes μέσῳ ἕρκεϊ.

  • 14  P. Brulé, ici-même, p. 46-48.
  • 15  χ 334-336 : ἐκδὺς μεγάροιο Διὸς μεγάλου ποτὶ βωμὸν | Ἑρκείου ἕζοιτο τετυγμένον, ἔνθ’ ἄρα πολλὰ | Λ (...)
  • 16  Λ 773-774 : πίονα μηρία καε βοὸς Διὶ τερπικεραύνῳ | αὐλς ἐν χόρτῳ.

37Un autel dédié à Zeus Herkéios se dressait, on le sait, dans la cour des demeures grecques aux époques archaïque et classique14. Qu’en était-il dans les demeures « homériques » ? L’Odyssée mentionne un tel autel dans le palais d’Ulysse : après le massacre des prétendants et de leurs complices, l’aède Phèmios, craignant de subir le même sort, songe à « sortir de la grand-salle pour s’asseoir près de l’autel bien appareillé du grand Zeus Herkéios, sur lequel Laërte et Ulysse avaient brûlé maints cuisseaux de bœufs »15. Nulle mention, en revanche, dans l’Iliade. Néanmoins, le passage où Pélée « brûl(e) les gras cuisseaux d’un bœuf pour Zeus que charme la foudre dans l’enceinte de la cour »16 suppose dans ladite cour la présence d’un autel, dont le dédicataire pourrait être Zeus Herkéios – quoique le Zeus auquel Pélée sacrifie n’ait pas davantage d’épiclèse que celui que prient Achille et Priam.

38L’expression μέσῳ ἕρκεϊ ferait-elle donc référence à un autel de Zeus Herkéios et les prières d’Achille et de Priam s’adresseraient-elles à cet aspect spécifique de la divinité ? Notons d’abord qu’ils ne procèdent pas à un sacrifice, mais à une simple libation, laquelle ne requiert pas la présence d’un autel. Ensuite, Zeus Herkéios est-il compétent pour exaucer leurs prières ?

  • 17  Voir les textes cités par P. Brulé, ici-même, p. 46.

39Ses compétences sont malheureusement mal connues. Elles semblent néanmoins confinées à l’espace domestique que délimite l’ἕρκος et à ceux qui l’habitent17. Or, que demandent Achille et Priam ? Le premier implore Zeus d’abord de donner à Patrocle gloire et courage pendant le combat, ensuite « que, après avoir repoussé loin des vaisseaux la clameur de la bataille, il lui revienne … sain et sauf, avec toutes ses armes et tous ses compagnons » (Π 241-248). De son côté, Priam réclame de Zeus un signe qui lui garantisse d’« arriver chez Achille en ami digne de pitié » (Ω 309). La protection qu’ils demandent vise clairement des dangers courus hors de l’enceinte de l’οἶκος, sur le champ de bataille ou sur la route qui mène au camp ennemi.

  • 18  Θ 69-72 ; Χ 208-213.
  • 19  Cf. ci-dessous, p. 10.

40D’évidence, pour conjurer de tels périls, Zeus Herkéios ne saurait être d’un grand secours. Le sort de Patrocle n’est-il pas davantage entre les mains du Père qui, sur les plateaux d’or de sa balance, dispose les verdicts de mort pour décider de l’issue des combats ?18 ce Père qui, finalement, accordera au compagnon d’Achille de repousser l’ennemi avec éclat, mais pas de regagner sain et sauf les vaisseaux achéens, et bientôt scellera de même le destin d’Hector ? Quant à Priam, l’accueil qu’il recevra chez Achille n’est-il pas plutôt du ressort de Zeus Xénios, un des rares aspects spécifiques du maître des dieux mentionnés dans l’Iliade ?19 et, pendant le trajet, n’est-ce pas à Hermès, le protecteur attitré des voyageurs, que celui-ci déléguera la protection rapprochée du vieux roi ?

Sur la quasi-absence d’épiclèses fonctionnelles dans les poèmes homériques

  • 20  Π 233-235 : Ζεῦ ἄνα, Δωδωναῖε, Πελασγικέ, τηλόθι ναίων, | Δωδώνης μεδέων δυσχειμέρου · ἀμφὶ δὲ Σελ (...)

41Force est pourtant de constater que le Zeus que prient les deux héros n’est pas autrement spécifié. Achille s’adresse au « Seigneur Zeus, Dodonéen, Pélasgique, qui demeures au loin, gouverneur de Dodone au climat rigoureux », en précisant qu’« autour d’elle demeurent les Selles, tes interprètes aux pieds non lavés, qui couchent à même le sol »20. La formule est originale : la double référence à Dodone, qui passait pour le plus ancien oracle de Zeus en Grèce, l’épithète Πελασγικέ, qui évoque le passé préhellénique, l’allusion à l’étrange mode de vie des interprètes sont autant d’insistances sur la haute antiquité de la divinité invoquée, divinité qui, par ailleurs, est dite demeurer au loin. Rien, là-dedans, qui ressemble à une épiclèse fonctionnelle.

  • 21  Ω 308 : Ζεῦ πάτερ, Ἴδηθεν μεδέων, κύδιστε, μέγιστε.

42Rien non plus dans l’invocation de Priam à « Zeus père, gouverneur de l’Ida, Très-Glorieux, Très-Grand »21, qui est davantage convenue. Elle apparaît à trois autres reprises dans l’Iliade, en relation avec les deux tentatives manquées de mettre fin au conflit par un duel entre Ménélas et Pâris d’abord, puis entre Hector et un champion achéen tiré au sort, qui sera Ajax fils de Tydée : la première mention (Γ 276) introduit la prière par laquelle Agamemnon prend Zeus, le Soleil, les Fleuves, la Terre et les divinités infernales « qui punissent quiconque viole un serment » à témoin de l’engagement pris de part et d’autre de respecter le verdict du premier duel, la seconde (Γ 320), la prière des guerriers des deux camps pour une issue loyale de ce même duel, la troisième (Η 202), enfin, la prière analogue qui précède le second duel.

43Ces trois invocations, de même que celles, plus brèves, à « Zeus Très-Glorieux, Très-Grand » (Β 412, Γ 298) sont prononcées dans un contexte public et s’adressent, de toute évidence, au dieu suprême du panthéon homé­rique, « père des dieux et des hommes ». Il serait étrange que, dans la bouche de Priam en Ω 308, la même formule désigne un autre aspect de la divinité, à savoir Zeus Herkéios. De même, quel rapport établir entre ce dernier, divinité domestique, donc proche, et le dieu lointain, venu du fond des âges, qu’invo­que Achille ?

  • 22  Aux deux dernières, on peut ajouter la formule ἐπιτιπήτωρ ἱκετάων τε ξείνων τε en ι 270 (le vers s (...)

44Ici se pose la question de la pertinence de projeter dans la société « homérique » des croyances et des comportements attestés à l’époque classique. Les aèdes composaient pour un public panhellénique, les mythes qu’ils racon­taient se devaient de transcender les particularismes locaux et il en allait de même des dieux qu’ils mettaient en scène. Les épithètes qui accompagnent le nom d’une divinité sont d’ailleurs le plus souvent sans rapport avec les compétences qu’elle est censée exercer dans l’épisode considéré. Ainsi, des soixante-quatre épithètes de Zeus recensées dans l’Iliade et l’Odyssée, seules trois sont fonctionnelles : ἕρκειος (χ 335), ἱκετήσιος (ν 213) et ξείνιος (Ν 625, ξ 284 et 389).22

45Les héros d’Homère semblent donc ignorer le culte d’aspects particuliers de la divinité attestés à l’époque classique. Seule, la mention incidente d’un autel de Zeus Herkéios dans l’Odyssée pourrait être un écho – isolé – de ce genre de pratiques, à moins qu’il s’agisse d’un enjolivement tardif.

Conclusion

46En situant les prières d’Achille et de Priam μέσῳ ἕρκεϊ, l’auteur de l’Iliade indique clairement qu’il s’agit de rites accomplis à titre privé dans l’enceinte de l’espace domestique. Rites comparables, par ailleurs, à ceux qui accompagnent le départ du guerrier aux époques archaïque et classique et qui, eux aussi, ressortissent à la sphère privée : comme l’hoplite athénien partant pour la guerre, Achille et Priam attendent de la divinité qu’elle accorde au substitut de l’orant, dans le premier cas, et, dans le second, à l’orant lui-même de revenir sain et sauf.

47Néanmoins, il est peu probable que la divinité invoquée ait été, elle-même, une divinité domestique telle que Zeus Herkéios, dans la mesure où la protection demandée s’exerce hors de l’ἕρκος. Il convient donc de séparer, méthodologiquement et en fonction de nos critères actuels, actes de dévotion privés et cultes domestiques comme il convient de séparer ces derniers des cultes célébrés à d’autres niveaux (phratrie, dème, cité, sanctuaire panhellénique), même si, pour les Anciens, de telles distinctions n’avaient sans doute pas beaucoup de sens.

Notes

1  Cf. la communication de Pierre Brulé ici-même, p. 46, n. 85.

2  Cf. les remarques pertinentes de A. Heubeck, St. West, J. B. Hainsworth, A commentary on Homer’s Odyssey I, Oxford, 1988, p. 88 (ad α 103-104) et 312-313 (ad ζ 303 et 304). Sur les comparaisons tentées avec l’architecture des palais mycéniens et des maisons d’époque géomé­trique: H. L. Lorimer, Homer and the monuments, Londres, 1950, p. 406-451; H. Drerup, « Griechische Baukunst in geometricher Zeit » in Fr. Matz, H.G. Buchholz (éds), Archaeologia Homerica, II, O, Göttingen, 1969, notamment p. 128-133; en dernier lieu, A. Mazarakis Ainian, Όμηρος και αρχαιολογία, Athènes, 2000, notamment p. 102-104; voir aussi, du même, From ruler’s dwellings to temples: architecture, religion and society in Early Iron Age Greece (110-700 b.c.), Jonsered, 1997.

3  Opinion partagée notamment par W. Burkert, Griechische Religion der archaischen und klassischen Epoche, Stuttgart / Berlin, 1977, p. 194: « Der Name ,Homer’, ,Homerisch’ kann … in Gebrauch bleiben, auch wenn Ilias und Odyssee in Konzeption, Aufbau und Ausgestaltung so gut wie sicher nicht auf dem gleichen Sänger zurückgehen. »

4  C’est à tort que Lorimer, o.c. (n. 2), p. 415, distingue « the αἴθουσα αὐλς …, outside which lay the gates of the αὐλή, and another in the immediate neighbourhood of the megaron, in which guests are lodged for the night ».

5  Ainsi, en Υ 13, les dieux assis sous le portique du palais de Zeus sont dits assemblés à l’intérieur (Διὸς ἔνδον ἀγηγέρατ’), tandis que, en Ω 650, Achille situe « dehors » (ἐκτός) le portique où dormiront Priam et son héraut.

6  Dans l’Odyssée, πρόδομος est toujours synonyme de αἰθούση (δ 302, ξ 5, ο 5 et 466, υ 1 et 143).

7  Cf. les scholies à Π 231 et Ω 306 citées plus loin.

8  W. Wrede, « Kriegers Ausfahrt in der archaich-griechischen Kunst », MDAI(A) 41 (1916), p. 261. Cratère à colonnettes corinthien récent, autrefois conservé à Berlin, Antiquarium, inv. F 1655, aujourd’hui perdu : LIMC I (1981) p. 694, n° 7, et pl. 555.

9  Que l’auteur de l’Odyssée semble avoir apprécié, puisqu’il le reproduit encore en ο 191 et déjà en γ 493.

10  Le motif est signalé au passage par Fr. Lissarague in La cité des images. Religion et société en Grèce antique, Paris, 1984, p. 41 et fig. 61, et présenté brièvement par le même in G. Duby et M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, 1991, p. 196-200. Si les personnages sont généralement anonymes, il leur arrive d’être identifiés à des héros, en particulier pour illustrer les adieux d’Hector : O. Touchefeu, art. « Hektor » in LIMC IV (1988), p. 485-486, nos 19, 20, 24.a, 27, 28, et commentaire p. 497. Je remercie Athéna Tsingarida et Annie Verbanck-Piérard pour les renseignements qu’elles m’ont aimablement communiqués à ce sujet.

11  Sur un canthare du Museo Nazionale de Tarente (LIMC IV, p. 486, n° 4), la femme qui tend la coupe à Hector est nommée Cassandre.

12  Risque souligné par le poète en Ω 328 : ὡς εἰ θάνατον δὲ κιόντα.

13  Selon Pausanias, IV, 17, 4 et X, 27, 2, l’égorgement de Priam par Néoptolème sur l’autel de Zeus Herkéios figurait dans une des versions du Sac d’Ilion, tandis que celle de Leschéôs faisait mourir le roi dans le porche d’entrée du palais, conformément à la prophétie de Χ 66-71.

14  P. Brulé, ici-même, p. 46-48.

15  χ 334-336 : ἐκδὺς μεγάροιο Διὸς μεγάλου ποτὶ βωμὸν | Ἑρκείου ἕζοιτο τετυγμένον, ἔνθ’ ἄρα πολλὰ | Λαέρτης Ὀδυσεύς τε βοῶν ἐπὶ μηρί’ ἔκηαν.

16  Λ 773-774 : πίονα μηρία καε βοὸς Διὶ τερπικεραύνῳ | αὐλς ἐν χόρτῳ.

17  Voir les textes cités par P. Brulé, ici-même, p. 46.

18  Θ 69-72 ; Χ 208-213.

19  Cf. ci-dessous, p. 10.

20  Π 233-235 : Ζεῦ ἄνα, Δωδωναῖε, Πελασγικέ, τηλόθι ναίων, | Δωδώνης μεδέων δυσχειμέρου · ἀμφὶ δὲ Σελλοὶ | σοὶ ναίουσ’ ὑποφῆται ἀνιπτόποδες χαμαιεῦναι.

21  Ω 308 : Ζεῦ πάτερ, Ἴδηθεν μεδέων, κύδιστε, μέγιστε.

22  Aux deux dernières, on peut ajouter la formule ἐπιτιπήτωρ ἱκετάων τε ξείνων τε en ι 270 (le vers suivant, où apparaît l’épithète ξείνιος, est probablement interpolé). D’après J.H. Deen, Epitheta deorum apud Homerum, Hildesheim / Zurich / New York, 2001².

Auteur

3, allée de la Fragne,
B – 1400 Nivelles
Courriel : guy.donnay@skynet.be

© Presses universitaires de Liège, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search