Version classiqueVersion mobile

La fabrique du divin

 | 
Maria Vamvouri Ruffy

III. Effets pragmatiques. Biographie divine et contexte d'exécution

Introduction

Texte intégral

  • 1  Sur la définition linguistique du processus d’énonciation et le repérage des indices textuels mani (...)
  • 2  La notion du péritexte a été développée par G. Genette (1981), p. 9-17. Elle renvoie aux éléments (...)

1Dans cette partie sera abordée la question de l’interaction entre la biographie divine et le contexte d’exécution des hymnes. Il s’agit, plus précisément, d’examiner dans quelle mesure le récit de l’hymne est influencé par les enjeux politiques, religieux et économiques de sa communication. Les faits et gestes du dieu font-ils l’objet d’une manipulation de la part du poète ? Servent-ils à soutenir son programme poétique ou celui, politique, de la cité qui a commandé la composition ? Pour répondre à ces questions, on doit reconstituer le contexte de communication des hymnes et ceci, par le biais de deux sources différentes. Il faut d’abord repérer dans le texte les marques énonciatives, c’est-à-dire les traces linguistiques des interlocuteurs, ainsi que celles du moment et du lieu particuliers dans lesquels l’acte énonciatif serait intervenu. Ces indices énonciatifs sont d’abord les verbes à la première et deuxième personnes. Ce sont aussi les pronoms personnels et possessifs des première et deuxième personnes ainsi que le vocatif. Ce sont enfin les pronoms démonstratifs (celui-ci, cette...), les adverbes de lieu (ici..) et les adverbes temporels (maintenant, hier...) à valeur déictique1. Lorsque les locuteurs sont dénommés dans le texte et qu’y figurent les références au cadre spatio-temporel de l’énonciation, on est autorisé à passer du domaine linguistique du texte au domaine empirique référé dans lequel sont aussi compris les sujets psycho-sociaux qui en ont été les protagonistes. Pour élargir l’accès aux circonstances extra-textuelles, il faut se pencher aussi sur les témoignages indigènes. Il s’agit plus précisément de témoignages d’auteurs antiques, ou pour les hymnes cultuels épigraphiques, d’éléments péritextuels. J’entends par là l’ensemble des données gravées sur la pierre où figurent les hymnes et qui, se référant à ceux-ci, ne font pas partie du « corps » du texte2. Très concrètement cela correspond aux titres et aux décrets honorifiques gravés autour du texte, qui mentionnent par exemple le nom du compositeur ou celui de l’instrumentiste chargé d’accompagner l’hymne. Le recours à ces deux sources, permet de multiplier les voies d’accès aux données contextuelles qui intéressent le propos. Par le fait même du recoupement des deux sources, les informations acquièrent une objectivité plus grande. Sera examinée, enfin, la relation entre la biographie divine et le contexte de communication.

Notes

1  Sur la définition linguistique du processus d’énonciation et le repérage des indices textuels manifestant l’empreinte dans l’énoncé de l’acte d’énonciation, voir E. Benveniste (1966), p. 225-266 ; J.-M. Adam / J.-P. Goldenstein (1976), p. 294-335 ; D. Maingueneau (1990), p. 1-7, ainsi que C. Calame (1986), p. 11-29, pour des précisions sur la situation de communication propre à la poésie grecque. Sur la deixis, cf. K. Bühler (1990), p. 137-157.

2  La notion du péritexte a été développée par G. Genette (1981), p. 9-17. Elle renvoie aux éléments « périphériques » du texte, tels que le titre, le nom de l’auteur, la couverture du livre, les annexes, la préface et les dédicaces. Pour Genette, le péritexte constitue le cadre idéal d’une pragmatique en ce sens qu’il prépare le meilleur accueil du texte. Sur la fonction pragmatique du péritexte, voir F. Hallyn / G. Jacques (1993).

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search