Version classiqueVersion mobile

La fabrique du divin

 | 
Maria Vamvouri Ruffy

Préface

Texte intégral

Préface

1Ce travail de thèse a bénéficié d’un certain nombre de structures mises en place par l’Université de Lausanne et par l’institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité en particulier. Le séminaire interdisciplinaire de 3e cycle en anthropologie des cultures, anthropologie des discours, et le D.E.S. sur lequel il débouchait m’ont permis de me familiariser avec d’autres disciplines, telles que l’anthropologie et la linguistique. Je tiens à remercier leurs organisateurs.

2Grâce aux rencontres internationales CorHaLie et P.A.R.S.A., auxquelles l’institut est associée, j’ai eu l’occasion de dialoguer avec des chercheurs venant d’autres horizons. Que leurs responsables trouvent ici l’expression de toute ma gratitude.

3Je tiens en outre à remercier la Fondation Théodore Lagonico dont la bourse m’a aidé à entamer cette étude. Je remercie aussi l’Association des Femmes Universitaires et le Fonds national suisse de la recherche scientifique qui a financé mes séjours aux Universités de Lille III Charles de Gaule et de Princeton, aux États-Unis. Toute ma gratitude va à la Commission des publications de l’Université de Lausanne, dont le subside a permis la publication de cette thèse.

4Mes remerciements s’adressent surtout aux membres du jury de ma thèse. Je remercie vivement le Professeur Claude Calame, directeur de thèse, qui a suivi l’élaboration de ce travail avec une attention qui n’a jamais failli tout au long de ces années. D’une grande disponibilité, il a su guider ma réflexion en m’apportant chaque fois des conseils précieux. Ma reconnaissance va aussi aux Professeurs Herwig Maehler, de London University, et Richard Martin, de Stanford University. Leur lecture minutieuse du manuscrit et leurs remarques pointues ont affûté mon analyse.

5Je remercie Louis-Philippe pour sa solidarité et son soutien quotidiens. Je lui suis reconnaissante d’avoir lu cette thèse en profondeur et de m’avoir initiée aux subtilités de la langue française. Je remercie mes parents, mes sœurs et ma famille suisse d’avoir toujours été présents.

Précisions pratiques

6Les textes que cette thèse étudie sont nombreux et pas forcément tous connus par le lecteur. C’est pour cette raison que souvent je cite et je traduis les passages importants pour mon analyse. Je me suis fondée sur les éditions de T.W. Allen, W.R. Halliday, E.E. Sikes pour les Hymnes homériques, de L. Käppel pour les hymnes cultuels épigraphiques et de R. Pfeiffer pour les Hymnes de Callimaque. L’édition critique des Hymnes cultuels de W.D. Furley et J.M. Bremer a été publiée alors que j’étais en train de terminer ce livre. C’est la raison pour laquelle je n’en ai pas tenu compte s’agissant des textes. Par contre, je me suis inspirée de leurs remarques.

7Les abréviations des titres de périodiques sont celles adoptées par L’Année Philologique. Les abréviations des noms d’auteurs et des œuvres grecques et latines sont celles indiquées dans l’Oxford Classical Dictionnary, complétées, si besoin est, par celles du Liddell-Scott. Dans les notes, je propose l’abréviation H.h. pour les Hymnes homériques, et h.c.é. pour les hymnes cultuels épigraphiques. S’agissant des notes toujours, le chiffre romain qui suit l’année de parution du livre ou de l’article entre parenthèses, (1990 I), désigne l’ouvrage concerné parmi ceux dus à l’auteur la même année. Par contre, le chiffre romain en dehors de la parenthèse, (1990) I, indique le volume de l’œuvre.

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search