Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Annexe VII. La terre de saint Lambert en 1155

Texte intégral

  • 1 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 15, p. 91-92.
  • 2 M.G.H., DD., Heinrich II, n° 184, p. 218 (1008).
  • 3 Lauer, Actes de Charles III le Simple, t. i, n° 81, p. 181 (915).
  • 4 Cfr P. Bonenfant, À propos des limites médiévales, dans Hommage à L. Febvre, t. ii, Paris, 1953, p (...)

1Dresser la carte d’un « territoire » médiéval est une entreprise particulièrement difficile. Cela tient, en partie, à la grande indigence de notre documentation, mais aussi — et surtout — à la structure même de la principauté féodale, qui ne ressemblait en rien à nos États modernes dont les frontières sont nettes et à l’intérieur desquelles l’autorité publique s’exerce uniformément. Non pas que le moyen âge ait ignoré les limites précises. Ainsi, par exemple, nous sommes relativement bien renseignés sur le ressort territorial du comté de Brugeron1, de même que sur celui des « forêts » du Condroz2 et de Theux3. Mais dès lors que l’on s’élève au niveau de la « principauté », tout se complique : elle apparaît comme un enchevêtrement complexe de droits d’origines diverses qui se superposent en partie — droits régaliens, féodaux ou domaniaux, avoueries, terres usurpées ou revendiquées... — et qui défient la représentation cartographique4.

  • 5 On verra la carte de la « principauté » liégeoise en 1095 dressée par P. Bonenfant Le duché de Lot (...)
  • 6 C.S.L., t. i, n° 44, p. 72-73, t. vi, p. XV-XVI, n° 15, p. 4.
  • 7 C.S.L., t. i, n° 45, p. 74-76.
  • 8 Ibid., n°46, p. 76-80. - M.G.H., DD., Friedrich I, n° 123, p. 206-208.
  • 9 Gilles D’orval, lib. III, ch. 30, p. 104.
  • 10 C.S.L., t. i, passim. - A.E.L., Cathédrale, Secrétariat, n° 295.

2Notre seule ambition fut de dresser, uniquement d’après les sources contemporaines, une carte schématique des principales possessions de l’église liégeoise, telles qu’elles apparaissent vers le milieu du xiie siècle5. Il existe, en effet, pour cette période, une précieuse série de documents qui forment la base même de notre carte : une charte épiscopale de 1154 consignant les acquisitions de Henri II de Leez6, deux confirmations générales de 1155 délivrées respectivement par le pape Adrien IV7 et l’empereur Frédéric Ier8, enfin, un curieux texte que le chroniqueur Gilles d’Orval a vraisemblablement découvert dans les archives de la cathédrale et qui donne un aperçu de la politique territoriale de Henri II de Leez9. Nous avons complété notre documentation par des renseignements puisés, pour l’essentiel, dans les chartes de la cathédrale et dans l’Obituaire de Saint-Lambert10.

3À chaque possession mentionnée dans la liste alphabétique, un numéro d’ordre est attribué qui est reporté sur la carte où la nature du bien est précisée par un symbole. Les possessions excentriques n’ont pas été représentées. Elles ont cependant pris place dans la liste.

4Nous insistons sur le fait que les localités indiquées sur la carte doivent être tenues pour des centres autour desquels d’autres biens, non mentionnés, se regroupaient. C’est ce que les actes indiquent clairement par des expressions telles que cum omnibus appenditiis suis ou cum omnibus pertinentiis suis. Le cas des abbayes ou celui du château de Bouillon, auquel était rattaché un énorme fief tenu de l’église de Reims, sont très caractéristiques à cet égard.

51. Aigremont

62. Aix-la-chapelle

73. Aldeneik

84. Alken

95. Amay

106. Ans

117. Argenteau

128. Aulne

139. Averbode

1410. Avroy

1511. Beaumont

1612. Beauvechain

1713. Bechtheim

1814. Bockenheim

1915. Bodegnée

2016. Born

2117. Bouillon

2218. Braives

2319. Brogne

2420. Celles-lez-dinant

2521. Charleville (Arches)

2622. Chaumont-gistoux

2723. Ciney

2824. Clermont-lez-nandrin

2925. Condroz (forestis)

3026. Cornillon (Mont-)

3127. Corroy-le-château

3228. Couvin

3329. Diepenbeek

3430. Dinant

3531. Duras

3632. émeville

3733. Esneux

3834. Ferrières

3935. Fleurus

4036. Flawinne

4137. Flône

4238. Florennes

4339. Fontaines-l-évêque

4440. Fosses

4541. Franchimont

4642. Fronville

4743. Gembloux

4844. Givet (Agimont)

4945. Goesnes

5046. Grand-hallet

5147. Hainaut (comté)

5248. Haspinga (comté)

5349. Havelange

5450. Heist-op-de-berg

5551. Herewaarden

5652. Herzogenrath (RoldUC)

5753. Heugem

5854. Hierges

5955. Hilvarenbeek

6056. Hoegaarden

6157. Hoeselt

6258. Huy (avec le comté)

6359. Incourt

6460. Jambes

6561. Julémont

6662. Kanne

6763. Kessenich

6864. Kobern

6965. Lan aye

7066. Landen

7167. Lantershofen

7268. Leernes

7369. Liège

7470. Lobbes

7571. Loverval

7672. Lustin

7773. Maastricht

7874. Maidières

7975. Malines

8076. Malonne

8177. Marbais

8278. Marchienne-au-pont

8379. Meeffe

8480. Meer

8581. Merlemont

8682. Mettet

8783. Mirwart

8884. Mont-sur-marchienne

8985. Morialmé

9086. Moustier-sur-sambre

9187. Namur

9288. Nivelles-sur-meuse

9389. Nodrenge

9490. Opheilissem

9591. Op-et-neeritter

9692. Orchimont

9793. Ouffet

9894. Pannerden

9995. Pont-de-loup

10096. Presles

10197. Repen

10298. Revogne

10399. Rochefort

104100. Saint-gilles-en-publémont

105101. Saint-Hubert

106102. Saint-jacoues

107103. Saint-laurent

108104. Saint-pierre (MaastrichT)

109105. Sautour

110106. Seraing-sur-meuse

111107. Simpel veld

112108. Theux (forestis)

113109. Thuin

114110. Thynes-lez-dinant

115111. Tihange

116112. Tirlemont

117113. Tongres

118114. Torn

119115. Tourinnes-la-grosse

120116. Trognée

121117. Ver viers

122118. Vierves

123119. Villers-le-bouillet

124120. Villers-l’évêque

125121. Villers-la-ville

126122. Visé

127123. Vreren

128124. Walcourt (securitas castri)

129125. Waremme

130126. Waroux

131127. Warsage

132128. Waverwald (forestis)

133129. Wavre

134130. Witterschlick

135131. Xhendremael

136132. Zuilichem

137133. Zussen

LA TERRE DE SAINT LAMBERT EN 1155

LA TERRE DE SAINT LAMBERT EN 1155

Notes

1 Gilles d’Orval, lib. III, ch. 15, p. 91-92.

2 M.G.H., DD., Heinrich II, n° 184, p. 218 (1008).

3 Lauer, Actes de Charles III le Simple, t. i, n° 81, p. 181 (915).

4 Cfr P. Bonenfant, À propos des limites médiévales, dans Hommage à L. Febvre, t. ii, Paris, 1953, p. 73-89. - B. Guenée, La géographie administrative de la France à la fin du moyen âge : élections et bailliages, M. A., t. lxvii, 1961, p. 293-323. - L. Génicot, Ligne et zone : la frontière des principautés médiévales, dans Études sur les principautés lotharingiennes, 1975, p. 172-185. - B. Demotz, La géographie administrative médiévale : l’exemple du comté de Savoie, M.A., t. lxxx, 1974, p. 261-300 et La frontière au moyen âge d’après l’exemple du comté de Savoie (Début xiiie-début xve siècles), dans Les Principautés au moyen âge, Bordeaux, 1979, p. 95-116, qui montre la précision croissante de la frontière, à partir du xiiie s. – P. Tucoochala, Principautés et frontières. Le cas du Béarn, ibid., p. 117-126. — C. Gauvard, L’opinion publique aux confins des États et des principautés au début du xve siècle, ibid., p. 127-152.

5 On verra la carte de la « principauté » liégeoise en 1095 dressée par P. Bonenfant Le duché de Lothier et le marquisat de Flandre à la fin du xie siècle, 1932.

6 C.S.L., t. i, n° 44, p. 72-73, t. vi, p. XV-XVI, n° 15, p. 4.

7 C.S.L., t. i, n° 45, p. 74-76.

8 Ibid., n°46, p. 76-80. - M.G.H., DD., Friedrich I, n° 123, p. 206-208.

9 Gilles D’orval, lib. III, ch. 30, p. 104.

10 C.S.L., t. i, passim. - A.E.L., Cathédrale, Secrétariat, n° 295.

Table des illustrations

Titre LA TERRE DE SAINT LAMBERT EN 1155
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 617k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540