Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Annexe IV. Wazon de Liège avant son épiscopat

Texte intégral

  • 1 Cfr S. Balau, Quelques dates concernant Wazon, Leodium, t. iii, 1904, p. 53-56. -R. Huysmans, Wazo (...)

1La carrière de Wazon antérieure à son élection à l’évêché de Liège en 1042, a posé, jusqu’à présent, des problèmes d’ordre chronologique assez complexes1. Une découverte récente permet de les résoudre définitivement.

  • 2 L. Boschen, Die Annales Prumienses. Ihre nähere und ihre weitere Verwandtschaft, Düsseldorf, 1972, (...)
  • 3 Annales Prumienses, éd. L. Boschen, ibid., p. 83-84.
  • 4 Boschen, p. 235-241.

2En examinant le manuscrit des Annales de Prüm, L. Boschen découvrit deux notices assez énigmatiques, écrites à l’époque où le codex se trouvait à Liège2 : 1013. W. dec. et 7029. W. pp.3. Boschen démontra, de manière assez convaincante, que ces notes contemporaines se rapportaient vraisemblablement à Wazon4.

3Le contrôle de la démonstration de Boschen nous a suggéré de nouveaux arguments en faveur de cette hypothèse que nous pourrons, dorénavant, élever au rang des certitudes.

***

4Négligeons momentanément les documents diplomatiques — car leur valeur est sujette à caution — et attachons-nous à confronter les Annales de Prüm à notre meilleure source, la chronique d’Anselme.

5Selon les Annales de Prüm, un certain W., que nous croyons être Wazon de Liège, serait donc devenu doyen (decanus) en 1013 et prévôt (praepositus) en 1029.

  • 5 Anselme, ch. 30, p. 206, ch. 40, p. 210-211. – Cfr Vita Balderici, ch. 6, p. 726.
  • 6 Dans sa lettre au prévôt, Wazon déclare qu’il a été apprécié par quatre évêques. Il ne peut s’agir (...)
  • 7 Anselme, ibid.
  • 8 Anselme, ch. 45, p. 216.
  • 9 Ibid., p. 216-217.-H. Bresslau, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Konrad II., t. i, Leipzig, 1 (...)
  • 10 Anselme, ch. 45, p. 217, ch. 49, p. 219.
  • 11 Entre 1013 et 1029, on compte juste 16 années. Il y en a 13 entre 1029 et 1042. Anselme se serait (...)

6Au dire du chroniqueur Anselme, le chapelain épiscopal Wazon, devenu écolâtre de Saint-Lambert sous l’épiscopat de Notger (972-1008), fut élevé au décanat de la cathédrale sous Baldéric II, c’est-à-dire entre 1008 et 10185. Alors qu’il était doyen, Wazon se brouilla avec le prévôt Jean : le conflit éclata sous l’épiscopat de Réginard, savoir entre 1025 et 10376. Cette rivalité entraîna le départ de Wazon qui se réfugia à la cour impériale où il devait faire la connaissance des archevêques Aribon de Mayence (1021-1031) et Pélegrin de Cologne (1021-1036)7. Le séjour de Wazon auprès du roi ne va pas se prolonger au-delà de neuf mois. Il revient à Liège dès qu’il apprend le décès du prévôt Jean et l’installation de son successeur l’archidiacre Lambert. Le retour de Wazon a lieu dans le courant de l’automne. Mais bientôt la prévôté redevient vacante par la mort de son titulaire qui a désigné Wazon comme exécuteur testamentaire. Lambert n’aura été prévôt que pendant trois mois8. Ces événements inattendus mettent le doyen de Liège dans l’impossibilité de se rendre à Paderborn où le roi célèbre la fête de Noël. C’est au même moment que Wazon est appelé à remplacer Lambert à la tête du chapitre cathédral. Selon les Annales de Prüm cette nomination interviendrait donc en 1029. Or l’empereur Conrad II a précisément passé la Noël 1029 à Paderborn9. Enfin, d’après le calcul d’Anselme, Wazon serait resté doyen pendant 16 ans et prévôt pendant 14 ans avant de monter, en 1042, sur le siège de saint Lambert10. Ces données correspondent relativement bien à la chronologie proposée par les Annales de Prüm11.

7De l’examen des sources narratives nous pouvons conclure, momentanément, que les deux notices des Annales de Prüm concernent bien Wazon de Liège et qu’il est donc devenu doyen de la cathédrale en 1013 et prévôt en 1029. Voyons dans quelle mesure le témoignage des sources diplomatiques pourrait confirmer cette chronologie.

  • 12 La tradition manuscrite de ce document laisse à désirer. Il nous est parvenu sous la forme d’une c (...)
  • 13 « Ego Waso, archicapellanus, recognovi sigillum domini Reginaldi, Leodiensis episcopi ». – Sur ce (...)
  • 14 Dans une charte de Baldéric II du 29 novembre 1011 pour la collégiale Sainte-Croix on lit : « Ego (...)
  • 15 Comme le prouve la bulle du pape Léon IX pour l’abbé Gonzon et l’abbaye de Florennes, datée du 12 (...)
  • 16 Anselme, ch. 45, p. 216-217.
  • 17 Voir ci-dessus, n. 12. – Cette erreur se comprend d’autant plus facilement qu’un certain Lanzon fu (...)
  • 18 Nous nous rangeons donc à l’avis de Boschen, op. cit., p. 239-240 et n. 82-83 qui identifie Lancho (...)

8Une charte de l’évêque Réginard de 1029, en faveur de l’église Saint-Jean-Baptiste de Florennes12, porte la récognition de l’archi-chapelain Wazon13. Il s’agit, sans aucun doute, du futur évêque de Liège. Même s’il évoque un séjour récent à la chapelle impériale, le titre ronflant que porte Wazon correspond vraisemblablement à sa qualité de chef de la « chancellerie » liégeoise14. Parmi les témoins de cette charte apparaît un certain Lancho, prepositus et archidiaconus, frater abbatis Gontonis. On a cru que ce Lancho était un second frère de Wazon puisque ce dernier était lui-même le frère de l’abbé Gonzon de Florennes15. En réalité, Lancho n’a jamais existé. Le successeur immédiat du prévôt Jean, avec lequel Wazon eut maille à partir après 1025, fut Lambert, auquel Wazon va lui-même succéder trois mois plus tard. La chronique d’Anselme est formelle sur ce point16. Nous sommes donc en présence d’une erreur paléographique qui n’est pas anormale étant donné la mauvaise tradition manuscrite de la charte épiscopale17. Lancho est donc une leçon erronée pour Lambertus ou pour Wazo. Mais comme Wazon était effectivement le frère de l’abbé de Florennes, il nous faut admettre que Wazon apparaît à deux reprises dans le document, la première fois parmi les témoins en tant que prévôt et archidiacre de l’église liégeoise et la seconde fois en tant que « chancelier ». Cette forme rédactionnelle assez insolite n’est pas de nature, croyons-nous, à jeter la suspicion sur le document. De toute manière, la charte de 1029 ne contredit nullement les résultats auxquels l’étude du texte d’Anselme et dès Annales de Prüm nous avait conduit, à savoir que Wazon est devenu prévôt de Liège en 102918.

  • 19 A.G.R., Chambre des Comptes, n° 12, f° 19 V°-20 R° (copie du xve s.) – B.U.Lg, ms. 1972, f° 20 R° (...)

9Plus épineux est le problème de l’apparition du prévôt Jean et du doyen Wazon dans une charte de 1031 par laquelle l’évêque Réginard donne et confirme différents biens à la collégiale liégeoise de Saint-Barthélemy19.

  • 20 Ces chartes ont été étudiées dans un mémoire de licence dactylographié présenté à l’Université de (...)
  • 21 A.Év.L., B VIII 6, Cartularium Sancti Bartholome !, f° 39 V° (xve s.). – B.U.Lg., ms. 1972, f° 19 (...)
  • 22 « Testes sunt de clericis : Johannes, Wazo ». Le rang occupé par les deux témoins et la comparaiso (...)

10Il n’est pas lieu d’entreprendre ici l’étude critique des premières chartes de Saint-Barthélemy20. Nous croyons utile, cependant, de rapprocher la charte de Réginard d’une autre charte de la collégiale, datée également de 1031 et dont l’auteur serait l’évêque Hézelon de Toul21. Le (prévôt) Jean et le (doyen) Wazon figurent en bonne place dans la liste des témoins de ce document qui a toutes les apparences d’un faux22.

  • 23 Ci-dessus, n. 19.

11La tradition manuscrite de la charte de Réginard est loin d’être satisfaisante. Ce document est parvenu jusqu’à nous par l’édition de B. Fisen et par deux copies, mais, assez curieusement, il ne figure pas dans le cartulaire de Saint-Barthélemy23.

  • 24 Bresslau, op. cit., T. i, p. 116-117.
  • 25 Ibid., p. 240.
  • 26 Boschen, op. cit., p. 240 n. 86.

12La charte est datée de 1031, indiction 14. Ces données chronologiques figuraient sans aucun doute sur l’original, puisqu’elles correspondent parfaitement. Le document aurait été délivré Henrico filio [Cuonrardi imperatoris] designato rege. Cette indication, très précise, est problématique. En effet, Henri, fils du roi Conrad II, a été « désigné » comme successeur de son père au mois de février 102624. Or le titre de designatus rex dans un document de 1031 est tout à fait aberrant, puisque Henri a été couronné le 14 avril 102825 et qu’à partir de cette date il fut, dans toute la force du terme, le roi. Cette anomalie, qui a été relevée par Boschen26, doit nous faire considérer la charte de Réginard pour Saint-Barthélemy comme un document faux fabriqué sans doute au moyen d’un document de 1026-1028. Cette source ne doit donc pas entrer en ligne de compte pour l’établissement de la carrière de Wazon avant son épiscopat.

  • 27 Ci-dessus, n. 21.
  • 28 Bresslau, op. cit., T. i, p. 190.
  • 29 Conrad a été couronné empereur le 26 mars 1027. Ce titre ne pose pas de problème si l’on admet que (...)
  • 30 Dans les deux copies, on lit Durandus et non pas Reginardus comme l’imprime Daris.
  • 31 Si nous lui attribuons cette date, la charte de Hézelon ne contredit plus les indications que les (...)
  • 32 Comme l’a très bien remarqué G. Nemery, op. cit., t. i, p. 53.
  • 33 Cfr P. Bonenfant, Les chartes de Réginard... pour l’abbaye de Saint-Laurent.

13L’original de la charte de Hézelon de Toul est perdu. Son texte nous a été transmis par le cartulaire de Saint-Barthélemy et par une copie moderne27. Comme la charte de Réginard, elle porte l’année 1031 et l’indiction 14 : toute erreur de copiste est pratiquement exclue. Or, Hézelon ou Herman, devenu évêque de Toul en 1019, mourut en 102628. En outre, la charte a été délivrée sous le règne de l’« empereur »29 Conrad II (1024-1039), à l’époque où Gothelon était duc de Basse-Lotharingie (1023-1044) et pendant l’épiscopat de Durand de Liège (1021-1025)30. Ces données chronologiques correspondent aux années 1024-102531 et contredisent donc la date du document. Si l’on ajoute que la charte de Hézelon de Toul se préoccupe de limiter les droits de l’avoué32 dont les malversations ont souvent entraîné la rédaction de documents faux33, le doute n’est plus permis : nous sommes en présence d’un acte apocryphe fabriqué vraisemblablement au moyen d’un document de 1024 ou de 1025. De notre point de vue, la charte de Hézelon est donc inutilisable. Par conséquent :

  1. Wazon est devenu doyen de Saint-Lambert sous l’épiscopat de Baldéric II, en 1013.
  2. Au temps de l’évêque Réginard, c’est-à-dire après 1025, un conflit opposa le doyen Wazon au prévôt Jean et entraîna le départ du premier à la cour impériale. Le séjour de Wazon auprès de Conrad II dura 9 mois : il commença à la fin de l’année 1028 ou au début de 1029 et prit fin dans le courant de l’automne 1029.
  3. À la fin de l’année 1029, Wazon devenait prévôt de Liège.
  4. Par conséquent, comme le supposait Boschen, Wazon était déjà prévôt de Saint-Lambert et avait donc quitté la cour impériale quand l’empereur voulut lui attribuer le siège épiscopal de Mayence laissé vacant par le décès de l’archevêque Aribon († 6 avril 1031)34.

Notes

1 Cfr S. Balau, Quelques dates concernant Wazon, Leodium, t. iii, 1904, p. 53-56. -R. Huysmans, Wazo van Luik..., Nimègue-Utrecht, 1932, p. 39-60. – J. Closon, Wazon, évêque de Liège (1042-1048), Chronique archéologique du pays de Liège, 28e année, 1937, p. 56-70. – E. Hoerschelmann, Bischof Wazo von Lüttich..., Düsseldorf, 1955, p. 14-23.

2 L. Boschen, Die Annales Prumienses. Ihre nähere und ihre weitere Verwandtschaft, Düsseldorf, 1972, p. 183 n. 5, p. 227 n. 2. Le manuscrit fut vraisemblablement transféré à Liège sous l’épiscopat de Farabert (947-953), ancien abbé de Prüm.

3 Annales Prumienses, éd. L. Boschen, ibid., p. 83-84.

4 Boschen, p. 235-241.

5 Anselme, ch. 30, p. 206, ch. 40, p. 210-211. – Cfr Vita Balderici, ch. 6, p. 726.

6 Dans sa lettre au prévôt, Wazon déclare qu’il a été apprécié par quatre évêques. Il ne peut s’agir que de Notger, Balderic II, Wolbodon et Durand. Les événements se passent sous le successeur de Durand, Réginard, dont Wazon, par pudeur ou par précaution, évite de parler : Anselme, ch. 41, p. 214, ch. 43, p. 216.

7 Anselme, ibid.

8 Anselme, ch. 45, p. 216.

9 Ibid., p. 216-217.-H. Bresslau, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Konrad II., t. i, Leipzig, 1879, p. 280-281.

10 Anselme, ch. 45, p. 217, ch. 49, p. 219.

11 Entre 1013 et 1029, on compte juste 16 années. Il y en a 13 entre 1029 et 1042. Anselme se serait donc trompé d’une unité en calculant le nombre d’années pendant lesquelles Wazon assuma les fonctions de prévôt. Il n’est pas impossible, cependant, que Wazon ait été consacré en 1043. Dans ce cas. le calcul d’Anselme pourrait s’expliquer. -Anselme semble dire que Wazon décéda « sextum ab ordinatione sua [...] annum » (ch. 69, p. 231 1.39-40) : la consécration eut donc lieu en 1042 ou 1043 puisque l’évêque mourut en 1048. Cfr Annexe i, n. 24.

12 La tradition manuscrite de ce document laisse à désirer. Il nous est parvenu sous la forme d’une copie du xviie s. d’un vidimus de 1409 : éd. A.H.E.B., t. xxi, 1888, n° 2, p. 390-393. – Sur cette charte, cfr C. Dereine, Les origines du chapitre de S.-Gengulphe de Florennes, dans Études... dédiées à F. Courtoy, t. i, 1952, p. 287-293.

13 « Ego Waso, archicapellanus, recognovi sigillum domini Reginaldi, Leodiensis episcopi ». – Sur ce titre, voir les remarques de S. Haider, Das bischöfliche Kapellanen. t. i, p. 108-116.

14 Dans une charte de Baldéric II du 29 novembre 1011 pour la collégiale Sainte-Croix on lit : « Ego Wazo recognovi et subscripsi », éd. A. Walters, Géographie et histoire des communes belges, Arr. de Louvain, Cant, de Tirlemont (Comm. rurales, 1re partie), Bruxelles, 1875, p. 167. L’écolâtre de Liège remplissait parfois les fonctions de chancelier (Cfr E. Reusens, Les chancelleries inférieures en Belgique..., A.H.E.B., t. xxvi, 1896, p. 180-182. – E. Poncelet, Les sceaux et les chancelleries des princes-évêques de Liège, Liège, 1938, p. 83-86). En 1029, cependant, pour autant que notre chronologie soit exacte, Wazon n’était plus écolâtre. Il avait abandonné sa charge à l’époque de sa brouille avec le prévôt Jean (Anselme, ch. 40, p. 211, ch. 41, p. 215).

15 Comme le prouve la bulle du pape Léon IX pour l’abbé Gonzon et l’abbaye de Florennes, datée du 12 janvier 1051 : « Memores etiam in hac tua petitione fuimus fratris tui domini Wassonis Tongrensis ecclesiae uigilantissimi pastoris... » J. Ramackers, Papsturkunden in den Niederlanden..., t. ii, 1934, n° 2, p. 87. – Cfr Aubry de Troisfontaines, Chronica, M.G.H., SS., t. xxiii, p. 786. – Gilles D’orval, Gesta episcoporum Leodiensium, lib. II, ch. 84, M.G.H., SS., t. xxv, p. 71. – Chronicon Sancti Laurentii Leodiensis, ch. 39, M.G.H., SS., t. viii, p. 275.

16 Anselme, ch. 45, p. 216-217.

17 Voir ci-dessus, n. 12. – Cette erreur se comprend d’autant plus facilement qu’un certain Lanzon fut effectivement prévôt de Saint-Lambert en 1044-1046 : de Marneffe, Tableau, t. xxv, 1895, p. 439.

18 Nous nous rangeons donc à l’avis de Boschen, op. cit., p. 239-240 et n. 82-83 qui identifie Lancho avec Wazon. – Nous ne voyons pas en quoi la présence d’un archidiacre Jean parmi les témoins de la charte de Réginard peut embarrasser Boschen. Il ne s’agit pas du prévôt Jean mais d’un archidiacre du même nom encore mentionné en 1036 : de Marneffe, ibid., p. 438.

19 A.G.R., Chambre des Comptes, n° 12, f° 19 V°-20 R° (copie du xve s.) – B.U.Lg, ms. 1972, f° 20 R° V° (copie du xvie s.). – Éd. Fisen, Sancta Legia, 1696, Ire partie, p. 198-199. – Cfr J. Paquay, La collégiale Saint-Barthélemy à Liège, Liège, 1935, n° 2, p. 91-92. – A. Verkooren, Inventaire des chartes et cartulaires des duchés de Brabant et de Limbourg..., IIe partie, Cartulaires, T. i, Bruxelles, 1961, p. 6-7. – Sur le ms. 1972, voir J. Deckers et J.L. Kupper, Les manuscrits 1971 (dit de Langius) et 1972 (dit de Wachtendonck) de la Bibliothèque de l’Université de Liège..., B.C.R.H., t. cxxxvii, 1971, p. 39-56, part. p. 47 n. 2, p. 50 n. 2, p. 55 n. 1. – Sur la charte, voir : J. Baerten, Les origines des comtes de Looz..., R.B.P.H., t. xliii, 1965, p. 461 n. 6.Boschen, op. cit., p. 240 et n. 85-86.

20 Ces chartes ont été étudiées dans un mémoire de licence dactylographié présenté à l’Université de Liège par G. Nemery, Étude critique et diplomatique sur les actes de la collégiale Saint-Barthélemy à Liège aux XIe-XIIe siècles (1031-1203). – Les chartes de la collégiale de Saint-Barthélemy à Liège aux xie-xiie siècles (1031-1203). Édition critique, 2 vol., Liège, 1967-1968. – La tradition manuscrite des premières chartes doit être revue en fonction des résultats de notre étude citée n. 19.

21 A.Év.L., B VIII 6, Cartularium Sancti Bartholome !, f° 39 V° (xve s.). – B.U.Lg., ms. 1972, f° 19 R° (xvie s.). – Éd. J. Daris, Notices historiques sur les églises du diocèse de Liège, t. vi, 1875, p. 178-179. – Cfr Paquay, op. cit., n° 1, p. 90.Boschen, op. cit., p. 239 n. 80. – L’auteur du document n’est pas Hézelon évêque de Cologne, comme on le lit dans les deux copies, mais Hézelon de Toul. Cfr Paquay, ibid., p. 91 n. – « Hescelo Tolensis episcopus » est commémoré dans l’O.S.L. à la date du 3 avril (f° 33 V°).

22 « Testes sunt de clericis : Johannes, Wazo ». Le rang occupé par les deux témoins et la comparaison de la charte de Hézelon avec celle de Réginard permettent d’affirmer que ces personnages sont bien le prévôt et le doyen de la cathédrale de Liège.

23 Ci-dessus, n. 19.

24 Bresslau, op. cit., T. i, p. 116-117.

25 Ibid., p. 240.

26 Boschen, op. cit., p. 240 n. 86.

27 Ci-dessus, n. 21.

28 Bresslau, op. cit., T. i, p. 190.

29 Conrad a été couronné empereur le 26 mars 1027. Ce titre ne pose pas de problème si l’on admet que la charte a été délivrée en 1031. Cependant, tous les autres éléments de la date se rapportent aux années 1024-1025.

30 Dans les deux copies, on lit Durandus et non pas Reginardus comme l’imprime Daris.

31 Si nous lui attribuons cette date, la charte de Hézelon ne contredit plus les indications que les sources narratives nous apportent sur la carrière de Wazon.

32 Comme l’a très bien remarqué G. Nemery, op. cit., t. i, p. 53.

33 Cfr P. Bonenfant, Les chartes de Réginard... pour l’abbaye de Saint-Laurent.

34 Anselme, ch. 44, p. 216. – Le chroniqueur place cet événement pendant le séjour de Wazon à la cour impériale. En réalité, Anselme a été la victime de son bon sens. Comme l’empereur attribuait volontiers des églises aux clercs de son entourage, Wazon, aux yeux d’Anselme, devait nécessairement avoir été pressenti alors qu’il vivait auprès de Conrad II ! Le chroniqueur, du reste, se contredit puisque, d’après son propre récit, la succession de l’archevêché de Mayence aurait eu lieu 14 ans au moins avant l’élection de Wazon à Liège (1042), c’est-à-dire vers 1028 (voir ci-dessus n. 10). – La lettre de l’évêque Fulbert de Chartres à Réginard de Liège (1025-1028) (Cfr Boschen, op. cit., p. 238-239) ne nous paraît pas suffisamment précise pour intervenir dans le débat qui nous occupe. Cette lettre vient d’être rééditée par F. Behrends, The letters and poems of Fulbert of Chartres, Oxford, 1976, n° 127, p. 228 qui la date, sans raison valable, de 1027-1028.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540