Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Conclusion

Texte intégral

  • 1 F. Rousseau, L’expansion wallonne et lorraine vers l’Est, p. 105 n. 1 et La Meuse et le pays mosan (...)
  • 2 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. I, in-4°, p. 140, 142.

1« La tradition de l’Église impériale n’est pas morte au xiie siècle avec la Querelle des Investitures. Elle a connu une véritable renaissance sous les Hohenstaufen ». Pour celui qui vient de lire les pages qui précèdent, cette opinion, exprimée en 1937 par M. F. Rousseau, peut paraître banale1. Et pourtant, à l’époque, elle allait à rencontre des affirmations les plus nettes de Pirenne qui écrivait : « La mort de Henri V (1125) peut être considérée comme le point de départ du détachement de la Lotharingie d’avec l’Empire […]. Sous Conrad III, l’influence allemande acheva de disparaître »2.

2Notre première conclusion consistera donc à donner pleinement raison à M. Rousseau qui a si justement pressenti la survivance du système ottonien. Mais l’erreur de Pirenne reste néanmoins significative. L’historien belge se rendait compte, sans doute, que quelque chose avait changé. Ce changement s’était produit au cours de la Querelle des investitures et il avait, en quelque sorte, été sanctionné par le Concordat de Worms (1122). Au roi n’appartiendra plus désormais le droit de désigner l’évêque et de l’investir par la crosse et l’anneau. Lui restera cependant la possibilité d’intervenir et de peser sur le choix du clerus et du populus. Tant que le souverain sera fort, les églises épiscopales continueront d’être les instruments efficaces de son pouvoir. Mais la moindre faiblesse risque d’éprouver, beaucoup plus durement que jadis, l’autorité royale : l’Église impériale s’est maintenue jusqu’à la fin du xiie siècle, mais elle est devenue, comme nous l’avons dit, beaucoup plus fragile. Le danger a grandi de voir les évêques se transformer à leur tour en princes territoriaux. Or perdre Liège, en raison de l’exiguïté du domaine royal en Basse-Lotharingie, c’était, pour le souverain, perdre, à brève échéance, son autorité même dans la région de la Meuse moyenne. C’est précisément ce qui est arrivé dans le courant du xiiie siècle.

  • 3 « nos tarnen, in quos fines marchiae imperialis devenerunt, prae ceteris ampliora et graviora sust (...)

3Car une église impériale comme celle de Liège était un merveilleux instrument de domination. Lorsque l’on parle de Reichskirchensystem, on évoque en premier lieu les énormes domaines fonciers et les droits régaliens affectés par l’État à la dotation d’une église et sur lesquels le souverain conserve un droit de contrôle absolu. À la lisière de l’Empire, l’église de Liège, pour reprendre les termes mêmes d’un mandement épiscopal, « devait peiner et endurer plus que les autres »3. Aussi les empereurs ont-ils veillé à ce qu’elle fût très forte, pour dissuader les ambitions des Carolingiens puis des Capétiens de France et contrer les agressions des comtes de Flandre. Dans le but, également, de mieux maintenir dans l’obéissance l’aristocratie lotharingienne.

4Mais ce n’est là qu’un seul aspect de la question. À force d’étudier les rapports entre l’évêque et le roi, trop souvent, nous semble-t-il, les historiens négligèrent de regarder vers le bas et de s’interroger sur la nature même du pouvoir épiscopal. Or ce pouvoir, où se rencontraient, s’entrelaçaient et s’avivaient des prérogatives d’ordre spirituel et d’ordre temporel, s’étendait sur le diocèse tout entier qui resta, jusqu’à la fin du xiie siècle au moins, le véritable champ d’action des successeurs de saint Lambert. La circonscription ecclésiastique était même le seul corps administratif du pays mosan qui fût relativement bien structuré. Pour le roi, dominer l’église de Liège, c’était donc dominer aussi la lourde grille des archidiaconés, des doyennés et des paroisses, jetée entre la Semois et la Basse-Meuse, c’était dominer le chapitre de Saint-Lambert et sa population de nobles, c’était dominer les collégiales et les abbayes, c’était dominer, enfin, les fideles ecclesiae Leodiensis dont nous avons souligné l’importance des obligations envers l’évêque.

5Comment le souverain n’aurait-il pas retiré d’immenses profits d’une alliance étroite avec la plus éminente autorité spirituelle, morale et intellectuelle du pays mosan : avec celui qui était, dans son diocèse, le représentant du Christ lui-même ?

6Au vrai, quand on y réfléchit bien, une église impériale était presque un royaume en réduction. À la tête du Reich un roi sacré : à la tête de l’évêché, un « prince-évêque » ; sous le roi, des dignitaires laïcs et ecclésiastiques qui « participaient » à l’Empire en aidant le souverain à gouverner, voire en l’élisant : sous l’évêque, des fidèles de Saint-Lambert et des ecclésiastiques qui « participaient » à l’administration de l’église et à l’élection du chef, qui prenaient part à des assemblées synodales dans lesquelles nous avons retrouvé les traits du placitum generale carolingien.

  • 4 L.F. Génicot, Les églises mosanes du xie siècle, t. i, Louvain, 1972, p. 329-330.

7On ne saurait sous-estimer, en effet, l’importance des traditions carolingiennes dans l’ancien diocèse de Liège. Le maintien de la règle d’Aix dans les communautés canoniales liégeoises, la survivance de la notion carolingienne de « liberté », l’organisation des synodes mixtes et le particularisme lotharingien en sont certainement les manifestations les plus caractéristiques. Il y en eut d’autres. Une récente étude sur Les églises mosanes du xie siècle ne constate-t-elle pas que « l’architecture mosane donne l’impression d’être restée fort carolingienne, peut-être la plus carolingienne de toutes à l’époque »4. Sans doute, les empereurs des xie et xiie siècles — véritables héritiers de Charlemagne — lorsqu’ils tenaient leurs grandes « journées » dans la ville d’Aix-la-Chapelle, exerçaient-ils une action psychologique plus forte que partout ailleurs dans le royaume. Le moment culminant de l’exaltation de l’idéologie carolingienne et impériale eut précisément pour cadre le vieux palais : Charlemagne était canonisé le 29 décembre 1165 à Aix-la-Chapelle et ce jour-là, l’évêque diocésain, Alexandre II de Liège, officiait en présence de Frédéric Barberousse.

8Mais la plus grande leçon que nous ayons tirée de ce long et passionnant séjour dans les sources liégeoises des xie et xiie siècles, est, sans doute, le rôle de l’homme, de l’individu en chair et en os revêtu de sa personnalité. Le contact humain direct était beaucoup trop important au moyen âge pour qu’il n’occupât point dans le système de l’Église impériale une place essentielle. Le système ottonien ne donna pas, sous l’épiscopat de Wazon, tout ce que l’on était en droit d’espérer de lui : Wazon et Henri III, il est vrai, s’entendaient fort mal. Entre Otbert et Henri IV, entre Henri de Leez et Frédéric Ier Barberousse, il y eut, par contre, des affinités réelles, aussi bien l’énorme machine politique fonctionna-t-elle alors parfaitement.

9Dans le système de l’Église impériale, le choix des hommes, finalement, revêt une importance capitale. La Querelle des investitures, dans toute son âpreté, en fournit la preuve la plus éclatante.

Notes

1 F. Rousseau, L’expansion wallonne et lorraine vers l’Est, p. 105 n. 1 et La Meuse et le pays mosan, p. 78-79.

2 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. I, in-4°, p. 140, 142.

3 « nos tarnen, in quos fines marchiae imperialis devenerunt, prae ceteris ampliora et graviora sustinemus » Bormans, Recueil des ordonnances, Ière sér., p. 21 (1168-1189).

4 L.F. Génicot, Les églises mosanes du xie siècle, t. i, Louvain, 1972, p. 329-330.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540