Version classiqueVersion mobile

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Cinquième partie. Les pouvoirs supérieurs

Chapitre III. Le Pape1

Texte intégral

  • 1 Il ne sera pas question dans ce chapitre de la position adoptée par le diocèse de Liège pendant la (...)

« Illos vero legatos a latere Romani episcopi exeuntes et ad ditanda marsupia discurrentes omnino refuta mus »
Sigebert, Ep. Leod. adv. Pasch., Libelli, t. II, p. 459 (1102).

  • 2 Cantatorium, ch. 26, p. 78 (1074-1075).
  • 3 Caspar, Register Gregors VU., t. ii, n° VI, 4, p. 396 (1078). – Sigebert, Epistola Leodicensium ad (...)
  • 4 Anselme, ch. 30, p. 206.
  • 5 Vita Theoderici, ch. 15, p. 44-45. – Cantatorium, ch. 6, p. 18-19. – Sur la date de ce voyage, voi (...)
  • 6 En 1074-1075, au cours de son procès, l’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert fait à l’évêque Théoduin (...)
  • 7 P. Fournier et G. Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. i, 1931, p. 390-392.

1Lorsque, sous l’épiscopat de Théoduin, l’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert, accusé d’avoir placé son abbaye sous la juridiction immédiate de Saint-Pierre, proposa simplement à ses adversaires d’aller débattre l’affaire en cour de Rome, l’archidiacre Boson lui rétorqua qu’une pareille procédure léserait gravement les droits de l’évêque et de l’archevêque, devant la juridiction desquels il fallait, au préalable, se présenter2. Non pas que le respect strict de la hiérarchie — que Henri de Verdun lui-même et Sigebert de Gembloux continuent de revendiquer3 — interdise tout contact avec Rome. Vers le milieu du xie siècle Anselme se souvient volontiers que l’évêque Notger avait rendu de grands services au pape4. Théoduin lui-même a fait le voyage de Rome en 10545. Mais Liège restait fidèle aux principes énoncés par l’évêque Burchard de Worms qui ignorait l’exemption monastique, ne concevait pas le recours des fidèles au Saint-Siège contre la volonté de l’évêque — tout en admettant que l’on puisse, après avoir confessé ses péchés au prélat, se rendre au tombeau de l’apôtre orationis causa6bref, veillait à ce que l’autorité épiscopale ne supportât point de diminution7.

  • 8 Au xive siècle, cette évolution, à Liège, est achevée : J. Lejeune, Liège et son pays, p. 52.

2Au vrai, le conflit qui opposa l’archidiacre Boson à l’abbé de Saint-Hubert se place au début d’un long processus — tout à fait général — au terme duquel, comme on l’a très bien dit, « l’Église pontificale a supplanté l’Église impériale »8.

3Si l’on n’en est pas encore là vers 1200, terme que nous avons fixé à notre étude, force nous est, cependant, de constater que pendant toute la durée du xiie siècle l’influence du pouvoir pontifical dans le diocèse de Liège ne fit que se développer.

  • 9 Les bulles antérieures au pontificat de Léon IX sont extrêmement rares : c’est avec ce pape, ancie (...)
  • 10 Il n’est pas possible de mentionner toutes nos sources. Nous les avons réunies par le dépouillemen (...)
  • 11 Lemarignier, ibid. – Vers 1075, – au temps de l’archidiacre Boson, – l’écriture curiale romaine es (...)

4Il suffit de dénombrer les bulles pontificales adressées à l’évêque, aux établissements ecclésiastiques, aux dignitaires ou aux fidèles du diocèse de Liège, pour mesurer d’un coup d’œil l’ampleur du phénomène. Nous avons procédé à cette enquête pour la période qui s’étend de l’avènement de Léon IX, en 1048, à la mort de Célestin III, en 11989. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. De 1048 à 1100, la chancellerie pontificale expédia 16 bulles ; de 1101 à 1150, elle en expédia 49 et de 1151 à 1198, elle en expédia 10610. La judicieuse remarque de J.F. Lemarignier se vérifie donc pleinement pour le diocèse de Liège : « La centralisation grégorienne concorde avec un progrès du gouvernement par l’écrit »11.

5Mais le développement de l’influence romaine va se manifester sous d’autres formes encore. Il se caractérise par un effort de longue durée : travail en profondeur, patience pour laquelle le temps ne compte pas, qui transforment, lentement, les mentalités.

6À partir du xiie siècle, lorsque l’occasion se présente à lui, le pape intervient dans les élections épiscopales. Il arrive même qu’il dépose l’évêque. Souvenons-nous : en 1119, il consacre Frédéric de Namur, en 1135 il destitue Alexandre Ier, en 1145 il appuie la candidature de Henri II de Leez, en 1191-1195 il intervient dans la succession liégeoise à laquelle, d’ailleurs, il met le point final. Enfin, en 1192 et 1195, il a confirmé les élections d’Albert de Louvain et d’Albert de Cuyck. La mainmise de Rome sur l’élection du successeur de saint Lambert, après 1200, fut donc préparée de longue date.

  • 12 C.S.L., t. i, n° 37, p. 61-62. – Ci-dessus, p. 166-167.
  • 13 Ibid., n° 41, p. 68. – Ci-dessus, p. 171-172 et n. 343.
  • 14 G.Despy, Wibald de Stavelot, col. 821.
  • 15 Certes, en 1159, il passera du côté des schismatiques, mais il ne faut pas perdre de vue que dans (...)
  • 16 C.S.L., t. i, n° 45, p. 74-76. – Albéron II s’était vainement adressé à Rome pour tenter, avec l’a (...)
  • 17 « auctoritate beati Petri et banno domini pape et nostro ». de Marneffe, Cart. d’Afflighem, n° 100 (...)

7Pour permettre aux évêques de mieux supporter les interventions romaines dans les limites du diocèse, le pape ne manque pas de moyens de séduction : en 1135, il accorde l’usage du rational à l’élu Albéron II12 et en 1145 il engage le clergé et le peuple de Liège à aimer leur nouvel évêque comme un père13. Henri II de Leez — c’est de lui qu’il s’agissait — n’oubliera pas ce geste. Comme son contemporain Wibald de Stavelot14, il était sans doute persuadé que l’on avait tout intérêt à mettre Rome de son côté15. En 1155, il fit confirmer les possessions de son église par le pape Adrien IV16. Lorsqu’il menaçait de lancer l’excommunication, Henri ne manquait pas de rappeler, pour donner plus de poids à cette sanction déjà redoutable, qu’il agissait par l’autorité de Pierre17.

  • 18 En 1144-1145, l’église de Liège s’adresse au pape à propos d’une question d’hérésie : Fredericq, C (...)
  • 19 C.S.L., t. i, n° 40, p. 66-68, n° 47, p. 80-81, n° 67-68, p. 110-113. – Cfr V. Pfaff, Die deutsche (...)

8Le chapitre de Saint-Lambert, de plus en plus convaincu, lui aussi, des avantages de la protection romaine — ne serait-ce que pour faire pièce à l’évêque — noue contact avec le chef de la chrétienté18 et se fait confirmer ses possessions et ses privilèges par Rome en 1143, 1156-1158 et 118919.

  • 20 Caspar, Register, n° IV, 21, p. 329-330 (1077), n° VI, 4, p. 396-397 (1078). – Chronicon sancti La (...)
  • 21 Chronicon rythm., éd. de Clercq, p. 135 (1118). – Migne, P.L., t. clxvi, col. 1285-1286 (1128). – (...)
  • 22 Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 5-6, p. 213-216 (1128-1129), lib. XIII, ch. 1, p. 229-23 (...)
  • 23 Signalons également la présence des évêques Albéron II et Raoul aux conciles œcuméniques du Latran (...)

9Signe de l’influence et du prestige croissants du souverain pontife, l’habitude se prend d’adresser plaintes et appels, en cour de Rome. Déjà connus au xie siècle20, ces usages deviennent plus fréquents au siècle suivant21. Par ailleurs, l’évêque sait, désormais, qu’il est susceptible — comme Alexandre Ier et Albéron II22 — d’être un jour appelé à venir justifier sa conduite devant le successeur de Pierre23.

  • 24 Anselme, Continuatio Sigeberti, M.G.H., SS., t. vi, p. 383. – Gesta abb. Lobb., ch. 23, M.G.H., SS (...)
  • 25 O. Engelmann, Die päpstlichen Legaten in Deutschland…, Marbourg, 1913, p. 107, 119-120, 140. – Sig (...)
  • 26 Bachmann, op. cit., p. 72-73, 192, 224-225. – Cfr ci-dessus, p. 172 n. 344.
  • 27 Bachmann, op. cit., p. 95, 226. – La présence d’un légat est encore mentionnée à Stavelot en 1153  (...)
  • 28 Bachmann, op. cit., p. 119, 195, 230. – Cette légation n’eut pas lieu en 1155, comme le suppose ce (...)
  • 29 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 62 et n. 55.
  • 30 W. Ohnsorge, Päpstliche und gegenpäpstliche Legaten in Deutschland, Berlin, 1929, p. 82-84.
  • 31 Kupper, op. cit., p. 154-155, 158-159. – En 1188, le cardinal-légat Jordan, qui séjourne à Cologne (...)

10En 1131, le pape Innocent II a rencontré le roi Lothaire dans la Cité de saint Lambert et il y a fait belle impression24. À vrai dire, le séjour d’un pape à Liège était un événement trop exceptionnel pour laisser des traces vraiment durables. Il n’en fut pas de même, cependant, pour les légats pontificaux dont les apparitions commencèrent à se multiplier. Pour tout le xie siècle, la présence d’un légat pontifical à Liège n’est mentionnée qu’une seule fois : en 1034, sous Réginard, lors de la consécration de l’abbaye de Saint-Laurent25. Il faut attendre l’année 1145 pour qu’un nouveau légat fasse irruption dans la Cité26. Puis leurs séjours se succèdent : 115127, 115428, 117829, 118130, 118831.

  • 32 Voir deux passages remarquables dans les Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. II, ch. 3, p. 29-30 (11 (...)
  • 33 Gisl. Chron., ch. 138, p. 205-206. – Notons que l’évêque Raoul, en 1188 et 1168-1189, appliqua dan (...)

11Les légats pontificaux furent rarement bien accueillis : les lamentations qu’ils soulevèrent sur leur passage sont la preuve, sans doute, de l’efficacité de leur action32. Agents de la politique centralisatrice de la curie romaine, là où ils sont, ils agissent en maître. Ils tiennent des synodes, se mêlent de l’organisation intérieure des églises, prennent des mesures disciplinaires. Le séjour du cardinal-légat Henri d’Albano à Liège, en 1188, est particulièrement révélateur. Entre l’évêque Raoul et son hôte, la tension est forte. Le comte de Hainaut doit intervenir pour calmer le prélat qui assiste, presqu’impuissant, à cet étrange spectacle : le cardinal procédant à la redistribution de toutes les prébendes et de toutes les dignités ecclésiastiques souillées par la simonie33.

12Sans doute Théoduin et son archidiacre Boson eussent-ils été bien incapables d’imaginer chose pareille !

Notes

1 Il ne sera pas question dans ce chapitre de la position adoptée par le diocèse de Liège pendant la Querelle des investitures (1076-1122) puisque nous en avons parlé plus haut (IIIe partie, ch. II). Nous ne nous pencherons pas non plus sur l’attitude de l’évêque et de son diocèse devant le schisme de 1159-1177, ce problème ayant déjà été traité dans une précédente étude (Kupper, Raoul de Zähringen, p. 51-65). Rappelons simplement que, dans les deux cas, Liège est restée fidèle à César.

2 Cantatorium, ch. 26, p. 78 (1074-1075).

3 Caspar, Register Gregors VU., t. ii, n° VI, 4, p. 396 (1078). – Sigebert, Epistola Leodicensium adversus Paschalem papam, ch. 5, p. 457, ch. 7, p. 459 (1102). – Cfr Ch. Dereine, L’école canonique liégeoise, p. 87. – Ci-dessus, p. 389, 400.

4 Anselme, ch. 30, p. 206.

5 Vita Theoderici, ch. 15, p. 44-45. – Cantatorium, ch. 6, p. 18-19. – Sur la date de ce voyage, voir ci-dessus, p. 242 n. 164. Dans sa lettre au roi Henri Ier de France, Théoduin admet que « episcopum autem non oporteat damnationis subire sententiam praeter apostolicam auctoritatem. » Frederico, Corpus documentorum, t. i, n° 5, p. 9-10 (1051). – Henri de Verdun voulait se rendre à Rome « ad apostolorum limina » lorsqu’il fut capturé par Arnoul de Chiny : Caspar, t. ii, n° VII, 13-14, p. 477-479 (1080). – Martène et Durand, Ampl, coll., t. i, col. 654-655.

6 En 1074-1075, au cours de son procès, l’abbé Thierry Ier de Saint-Hubert fait à l’évêque Théoduin la déclaration suivante : « Causa orationis mihi fuit Romam vestra licentia, si recordari placet, ire ». Vita Theoderici, ch. 25, p. 51. – Voir aussi Cantatorium, ch. 90, p. 231 (ca 1099).

7 P. Fournier et G. Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. i, 1931, p. 390-392.

8 Au xive siècle, cette évolution, à Liège, est achevée : J. Lejeune, Liège et son pays, p. 52.

9 Les bulles antérieures au pontificat de Léon IX sont extrêmement rares : c’est avec ce pape, ancien évêque de Toul, que l’activité diplomatique de la chancellerie romaine dans le diocèse de Liège commence réellement. Il s’agit là d’un phénomène général constaté par J.F. Lemarignier, Hist, des institutions françaises, t. iii, 1962, p. 98-99 : la moyenne d’actes par an passe de 4, 6 pour la période 885-1048 à 26 pour la période 1049-1073. – Le pontificat d’Innocent III (1198-1216) déborde trop sur le xiiie s. pour être envisagé ici.

10 Il n’est pas possible de mentionner toutes nos sources. Nous les avons réunies par le dépouillement systématique de la Table chronologique de Walters, des Regesta pontificum Romanorum de Jaffé et Loewenfeld et des Papsturkunden in den Niederlanden de Ramackers.

11 Lemarignier, ibid. – Vers 1075, – au temps de l’archidiacre Boson, – l’écriture curiale romaine est encore considérée, à Liège, comme pratiquement illisible. Mais au début du xiiie s. l’écriture diplomatique liégeoise s’est métamorphosée sous l’influence de la minuscule pontificale ! Cfr J. Stiennon, L’écriture diplomatique, p. 49-50, 222-226, 288-293, 367-368.

12 C.S.L., t. i, n° 37, p. 61-62. – Ci-dessus, p. 166-167.

13 Ibid., n° 41, p. 68. – Ci-dessus, p. 171-172 et n. 343.

14 G.Despy, Wibald de Stavelot, col. 821.

15 Certes, en 1159, il passera du côté des schismatiques, mais il ne faut pas perdre de vue que dans l’esprit de cet évêque impérial, le pape légitime ne pouvait être que celui de Barberousse. C’est Henri de Leez qui a consacré, le 26 avril 1164, l’antipape Pascal III. Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 60 et n. 47.

16 C.S.L., t. i, n° 45, p. 74-76. – Albéron II s’était vainement adressé à Rome pour tenter, avec l’appui du pape, de récupérer la forteresse de Bouillon qui lui avait été dérobée en 1134 : Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 3, p. 501.

17 « auctoritate beati Petri et banno domini pape et nostro ». de Marneffe, Cart. d’Afflighem, n° 100, p. 157 (1156). – Daris, B.I.A.L., t. ix, 1868, p. 341 (1155). – Ce privilège lui avait été accordé par Eugène III en 1145 : voir le doc. cité n. 13.

18 En 1144-1145, l’église de Liège s’adresse au pape à propos d’une question d’hérésie : Fredericq, Corpus documentorum, t. i, n° 30, p. 32-33.

19 C.S.L., t. i, n° 40, p. 66-68, n° 47, p. 80-81, n° 67-68, p. 110-113. – Cfr V. Pfaff, Die deutschen Domkapitel und das Papsttum.

20 Caspar, Register, n° IV, 21, p. 329-330 (1077), n° VI, 4, p. 396-397 (1078). – Chronicon sancti Laurentii, ch. 44, p. 276-277. – Cfr Cantatorium, ch. 90, p. 232 (ca 1099).

21 Chronicon rythm., éd. de Clercq, p. 135 (1118). – Migne, P.L., t. clxvi, col. 1285-1286 (1128). – Gesta abb. Lobb., ch. 19, M.G.H., SS., t. xxi, p. 322-323 (ca 1130). – de Moreau, Chartes du xiie s. de l’abbaye de Villers, n° 1, p. 7 (1146) : « cum huic petitioni iam dicti fratres Romane ecclesie Privilegium niterentur opponere ». – Gesta abb. Lobb., ch. 26, p. 331-332 (ca 1150). – W.E., n° 240, p. 360 (1150), n° 298, p. 426 (1150), n° 463, p. 595-596 (1157). – Fayen, B.C.R.H., t. lxviii, 1899, n) 3, p. 328-330 (1169-1175)…

22 Gesta abb. Trud., Cont. Ia, lib. XII, ch. 5-6, p. 213-216 (1128-1129), lib. XIII, ch. 1, p. 229-230(1135) et Constitutiones, t. i, n°402, p. 578 (1135). – Ci-dessus, p. 161 n. 281, p. 170-171.

23 Signalons également la présence des évêques Albéron II et Raoul aux conciles œcuméniques du Latran de 1139 et 1179 : Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flône, n° 12, p. 29-31 (1139). – Hefele et Leclerco, Histoire des conciles, t. v, 1, 1912, p. 721-728. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 62-64.

24 Anselme, Continuatio Sigeberti, M.G.H., SS., t. vi, p. 383. – Gesta abb. Lobb., ch. 23, M.G.H., SS., t. xxi, p. 325 : le pape passa par Lobbes.

25 O. Engelmann, Die päpstlichen Legaten in Deutschland…, Marbourg, 1913, p. 107, 119-120, 140. – Signalons cependant les interventions de deux légats pontificaux en faveur de l’abbaye de Saint-Hubert pendant l’épiscopat d’Otbert (1093, 1104) : O. Schumann, Die päpstlichen Legaten in Deutschland zur Zeit Heinrichs IV., Marbourg, 1912, p. 78, 80, 132, 135, 190. – À propos de la prétendue légation de Henri de Magdebourg à Liège en 1106, voir ibid., p. 86-87. – En 1129, le cardinal Mathieu d’Albano suspend l’abbé de Lobbes : J. Bachmann, Die päpstlichen Legaten in Deutschland, 1913, p. 19, 218 et en 1134, avec l’accord de l’évêque, le cardinal Gérard de S. Croce dépose l’abbé de Rolduc : Bachmann, p. 38-40, 171, 187, 220. – Vers 1140, l’archevêque de Trêves, « apostolice sedis legatus », confirme les privilèges de l’église de Liège : C.S.L., t. i, n° 483, p. 595-596.

26 Bachmann, op. cit., p. 72-73, 192, 224-225. – Cfr ci-dessus, p. 172 n. 344.

27 Bachmann, op. cit., p. 95, 226. – La présence d’un légat est encore mentionnée à Stavelot en 1153 : ibid., p. 112, 229.

28 Bachmann, op. cit., p. 119, 195, 230. – Cette légation n’eut pas lieu en 1155, comme le suppose cet auteur, mais l’année précédente : voir ci-dessus, p. 208 n. 516.

29 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 62 et n. 55.

30 W. Ohnsorge, Päpstliche und gegenpäpstliche Legaten in Deutschland, Berlin, 1929, p. 82-84.

31 Kupper, op. cit., p. 154-155, 158-159. – En 1188, le cardinal-légat Jordan, qui séjourne à Cologne, délivre une charte en faveur de Sainte-Croix ; Ramackers, Papsturkunden, t. ii, n° 306, p. 451, n° 308, p. 452-453, suppose que Jordan est passé par Liège, ce qui n’est pas prouvé. Voir aussi ibid., n° 321, p. 464 (1190) et I. Friedländer, Die päpstlichen Legaten in Deutschland und Italien, Berlin, 1928, p. 55-56.

32 Voir deux passages remarquables dans les Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. II, ch. 3, p. 29-30 (1145), lib. III, ch. 7, p. 40 (1159) et le texte de Sigebert cité en manchette. Cfr Schumann, op. cit., p. 165-169.

33 Gisl. Chron., ch. 138, p. 205-206. – Notons que l’évêque Raoul, en 1188 et 1168-1189, appliqua dans son évêché des décisions pontificales : C.S.L., t. i, n° 71, p. 115. – Bormans, Recueil des ordonnances, Ier sér., p. 21 § 2. – Cfr Kupper, Raoul, p. 202-203 et n. 18.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search