Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Cinquième partie. Les pouvoirs supérieurs

Chapitre II. L’archevêque

Texte intégral

  • 1 E. Lesne, La hiérarchie épiscopale. – F.L. Ganshof, La Belgique carolingienne, p. 128. – Ci-dessus (...)

1Il n’était pas possible que dans le système de l’Église impériale le métropolitain archevêque conservât toutes les prérogatives qu’il avait acquises au ixe siècle après que Charlemagne eût rétabli la hiérarchie ecclésiastique1 .La domination que le roi entendait exercer sur les églises épiscopales laissait à l’archevêque un champ d’action fort limité. Il n’était pas question, surtout, qu’il soumît à sa loi les élections des évêques et qu’il réduisît à son profit les prérogatives royales en la matière. Non pas que l’envie lui ait manqué et qu’il ne s’y soit pas essayé. Comme nous l’avons vu, l’archevêque a probablement porté Réginard sur le siège de saint Lambert et il est intervenu lors de l’élection de Wazon. Enfin, au cours de la succession d’Otbert son influence fut particulièrement pesante. Mais au lendemain du Concordat de Worms, les pouvoirs du métropolitain s’estompent à nouveau et son rôle se limite, désormais, à consacrer l’élu.

  • 2 Anselme, p. 162, ch. 74, p. 234.
  • 3 Il n’est pas impossible que les conciles provinciaux aient normalement coïncidé avec les diètes im (...)
  • 4 Ci-dessus, p. 271 n. 350.
  • 5 Comme Otbert en 1104 (voir n. 3). L’évêque fut condamné par le métropolitain, mais Henri IV interv (...)
  • 6 W.E., n° 326, p. 455-456 (1151).

2Néanmoins, l’église de Cologne est la « vénérable mère » de l’église de Liège2 et les marques de sujétion de la seconde envers la première, ne manquent certes pas. Le suffragant est tenu de participer aux réunions provinciales qui sont, au demeurant, assez rares3. Par ailleurs, les sentences prononcées dans un synode épiscopal sont toujours susceptibles d’aller en appel auprès de la juridiction de l’archevêque de Cologne4. Enfin, l’évêque lui-même est parfois tenu de comparaître devant le tribunal de son supérieur hiérarchique5. En revanche, le suffragant participe à l’élection du métropolitain6.

  • 7 Le 28 octobre 1015 (Œdiger, t. i, n° 636, p. 189) et le 7 septembre 1189 (Knipping, t. ii, n° 1342 (...)
  • 8 Ainsi pour l’élévation des reliques de saint Guibert à Gembloux, en 1110 : Sigebert, Chronica, p. (...)
  • 9 Cantatorium, ch. 29, p. 88 (1075). – Lettre de Guibert de Gembloux à l’archevêque Philippe, éd. Wa (...)
  • 10 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 49 (1179). – Paquay, Saint-Barthélemy, n°9, p. 97 (1189). – P (...)

3L’archevêque est généralement convié aux cérémonies religieuses qui réclament un éclat particulier, — la consécration de la cathédrale, par exemple7, — il est consulté et il donne son accord lorsque l’évêque désire procéder à l’élévation de reliques8. À l’occasion, l’archevêque se réserve le droit d’intervenir dans la vie religieuse de l’église-fille9 et lorsque son suffragant est absent ou décédé, il exerce dans l’évêché les prérogatives spirituelles10.

  • 11 « nec audere domnum antistitem nostrum Theoduinum venerabile corpus sancti ut dignum erat susciper (...)
  • 12 Cfr H. Wolter, Arnold von Wied..., 1973, p. 105-108, 112.
  • 13 « illustris amici nostri domni Henrici venerabilis Leodiensis episcopi » Erens, Tongerloo, t. i, n (...)
  • 14 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 133-134.
  • 15 « Ex mandato domini imperatoris, hortatu domini Coloniensis » C.S.L., t. i, n° 62, p. 103 (1185). (...)

4En fait le métropolitain restait un homme influent, redoutable parfois11 avec lequel mieux valait rester en bons termes : ainsi Henri II de Leez entretint-il d’excellents rapports avec les archevêques Arnold de Wied (1151-1156)12 et Rainald de Dassel (1159-1167)13. Raoul de Zähringen fut un ami intime de l’archevêque Philippe de Heinsberg (1167-1191)14. Il arrivait, enfin, que le métropolitain exhortât son suffragant à mieux accomplir ses devoirs envers l’Empire15.

  • 16 Cette question a déjà été traitée dans notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 128-132, à laquelle (...)
  • 17 En 1151-1152, l’élu de Cologne Arnold de Wied écrivait à Henri II de Leez : « Hortamur etiam prude (...)

5En 1151, le roi Conrad III avait investi l’élu de Cologne, Arnold de Wied, du pontificatus et du ducatus16. Ce « duché », dont la nature est assez mal définie, comportait essentiellement le maintien de l’ordre public dans un ressort territorial assez flou mais que les archevêques voulurent le plus vaste possible. Il nous paraît certain, en tout cas, qu’ils cherchèrent à étendre cette juridiction sur le diocèse de Liège en superposant leur propre « paix » à celle qui avait été implantée par Henri de Verdun en 108117. L’évêque devenant « duc » dans son diocèse, n’est-il pas compréhensible que l’archevêque ait voulu, de son côté, devenir « archiduc » dans toute l’étendue de sa province ecclésiastique ?

Notes

1 E. Lesne, La hiérarchie épiscopale. – F.L. Ganshof, La Belgique carolingienne, p. 128. – Ci-dessus, p. 78-79, 200 et n. 479.

2 Anselme, p. 162, ch. 74, p. 234.

3 Il n’est pas impossible que les conciles provinciaux aient normalement coïncidé avec les diètes impériales, comme ce fut le cas en 1023 : un provincialis sinodus fut célébré dans la « chapelle » du palais d’Aix lors d’un séjour de l’empereur Henri II : Gesta episc. Camerac, lib. III, ch. 35, p. 479. Il est curieux de constater que le « tribunal » archiépiscopal chargé de régler le différend qui opposa l’évêque Otbert à son clergé siégea précisément dans le palais d’Aix-la-Chapelle : Cantatorium, ch. 96, p. 248 (1104). – Voir également ci-dessus, p. 260 n. 285.

4 Ci-dessus, p. 271 n. 350.

5 Comme Otbert en 1104 (voir n. 3). L’évêque fut condamné par le métropolitain, mais Henri IV intervint sans tarder pour suspendre la procédure : les intérêts de l’Empire, dont Otbert était un précieux soutien, passaient avant tout : Cant., ch. 97, p. 250. – Notons que Théoduin ne reconnaissait qu’au pape seul – donc pas à l’archevêque – le droit d’excommunier un évêque : Fredericq, Corpus documentorum, t. i, n° 5, p. 9 (1051). – Voir également ci-dessus, p. 269 n. 343.

6 W.E., n° 326, p. 455-456 (1151).

7 Le 28 octobre 1015 (Œdiger, t. i, n° 636, p. 189) et le 7 septembre 1189 (Knipping, t. ii, n° 1342, p. 268). – Le 3 novembre 1034 l’archevêque consacre l’abbaye de Saint-Laurent (Œdiger, t. i, n° 751, p. 221). – Le 10 avril 1165 l’archevêque et son suffragant posent la première pierre de l’abbatiale de Floreffe : Annales Floreffienses, M.G.H., SS., t. xvi, p. 624-625.

8 Ainsi pour l’élévation des reliques de saint Guibert à Gembloux, en 1110 : Sigebert, Chronica, p. 372. – Historia elevationis sancti Wicberti, ch. 3, p. 517. – Voir aussi Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 10, p. 504.

9 Cantatorium, ch. 29, p. 88 (1075). – Lettre de Guibert de Gembloux à l’archevêque Philippe, éd. Waitz, Chronica regia, p. 323 (1182). – Thierry Ier de Saint-Hubert s’adresse à l’archevêque Annon « pro utilitate sui monasterii » Vita Theoderici, ch. 24, p. 50 (1056-1075). – Cfr Cantatorium, ch. 11, p. 30, ch. 30, p. 89. – L’abbé de Heylissem s’adresse à l’archevêque de Cologne « leodij frequenter habita querimonia, cum videret se nichil proficere » A.H.E.B., t. xxiv, 1893, n° 26, p. 223 (ca 1173).

10 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 49 (1179). – Paquay, Saint-Barthélemy, n°9, p. 97 (1189). – Poncelet, Sainte-Croix, t. i, n° 31, p. 20 (1189). – Ernst, Hist, du Limbourg, t. vi, n° 4, p. 7-8 (1190). – Thimister, Saint-Paul, p. 20-21 (1193). – Roland, Gembloux, n° 74, p. 94 (1199). – Renier, p. 63 (1201) : « Successif domnus Theodoricus [...] quern, quia Leodiensis sedes suo carebat pastore, Coloniensis archiepiscopus ex sententia priorum investivit, et non multo post [...] benedixit ».

11 « nec audere domnum antistitem nostrum Theoduinum venerabile corpus sancti ut dignum erat suscipere, quia timebat id indignanti metropolitano displicere ». Triumphus sancti Remacli, lib. II, ch. 2, p. 451 (1071). – Cfr G. Jenal, Erzbischof Anno II. von Köln..., t. i, Stuttgart, 1974, p. 37-41. – L’évêque Durand, par contre, s’offre une « altercatio non parva » avec son métropolitain, à propos de la juridiction diocésaine sur le monastère de Burtscheid : Gesta episc. : Cam., lib. III, ch. 35, p. 479 (1023).

12 Cfr H. Wolter, Arnold von Wied..., 1973, p. 105-108, 112.

13 « illustris amici nostri domni Henrici venerabilis Leodiensis episcopi » Erens, Tongerloo, t. i, n° 20, p. 32 (1164). – Sur les liens entre Rainald et l’évêque Alexandre II, cfr Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 394 n. 33.

14 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 133-134.

15 « Ex mandato domini imperatoris, hortatu domini Coloniensis » C.S.L., t. i, n° 62, p. 103 (1185). – Cfr M.G.H., DD., Heinrich IV., n° 469, p. 635 (1101).

16 Cette question a déjà été traitée dans notre étude sur Raoul de Zähringen, p. 128-132, à laquelle nous nous permettons de renvoyer.

17 En 1151-1152, l’élu de Cologne Arnold de Wied écrivait à Henri II de Leez : « Hortamur etiam prudentiam uestram ut pacem in terra plantare modis omnibus studeatis », éd. J. Stiennon, M.A., t. lxii, 1956, p. 24. – Notons qu’en 1197, lorsqu’Albert de Cuyck lance l’interdit sur la terre brabançonne, dont la duchesse veut se soustraire à la juridiction liégeoise de la paix, il agit « Coloniensis ecclesiae consilio et auctoritate ». Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 57. – En 1194, l’archevêque de Cologne, au nom du roi semble-t-il, accorde à Richard Coeur de Lion le sauf-conduit (conductus) depuis Cologne jusqu’à Anvers : Roger de Howden, Chronica, éd. Stubbs, t. iii, p. 235.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540