Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Cinquième partie. Les pouvoirs supérieurs

Chapitre premier. L’empereur

Texte intégral

« quatinus auctoritas imperatoria felicibus actis contra invidos esset tutela » Anselme, ch. 43, p. 216.

§ 1. Le « service du roi »

  • 1 Santifaller, Zur Geschichte, p. 31, 35. – W. Metz, Das Servitium regis, Darmstadt, 1978 et Quellen (...)
  • 2 « iuvenem, agilem et promtum executionibus imperialis serviţii ». Anselme, ch. 49, p. 219.

1Le souverain germanique exerçait sur les églises de son royaume des droits d’origine publique (Hoheit) et des droits d’origine privée (Eigenkirchenherrschaft) dont il retirait une série de prestations et de revenus que l’on appelait le servitium regis. La générosité des empereurs ottoniens et saliens envers les églises épiscopales, eut pour résultat d’augmenter considérablement les moyens d’action des évêques et, par conséquent, le « service du roi » qui devint, à partir du règne de Henri II (1002-1024), de plus en plus lourd1. Ces obligations, en effet, étaient particulièrement pénibles. D’autant qu’elles n’affligeaient pas seulement les ressources de l’évêché ; elles accablaient aussi les hommes ; la bonne exécution du « service » exigeait, dans la mesure du possible, que l’évêque fût « jeune, agile et résolu »2.

  • 3 « bona sua episcopalia » C.S.L., t. i, n° 66, p. 93 (1177). – Ce qui explique les mesures prises p (...)
  • 4 Anselme, ch. 34, p. 208. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 69-79.
  • 5 Voir ci-dessous, p. 479.

2Le servitium royal — qui pesait, en principe, sur la mense épiscopale3 — comportait de multiples aspects. En premier lieu, des obligations financières qui pouvaient prendre la forme de « cadeaux » ; ainsi l’évêque Wolbodon (1018-1021) eut-il un jour l’intention d’offrir une somme d’argent à Henri II qui était irrité contre lui ; en 1174, Raoul de Zähringen engageait une partie de la mense épiscopale pour être en mesure de prêter à Frédéric Ier Barberousse la somme de 1000 marcs4. C’est l’évêque, également, qui se charge des frais d’hébergement du souverain lorsque ce dernier vient à séjourner dans la Cité épiscopale5.

  • 6 Anselme, ch. 61, p. 225-226. – Cfr J. Dhondt, Henri Ier, l’Empire et l’Anjou.
  • 7 Anselme, ch. 54-55, p. 221-223 : Godefroid dirigea précisément ses attaques contre les cités épisc (...)

3À l’évêque incombe l’obligation de servir partout les intérêts du souverain. Ainsi Wazon, en 1047, écrit-il au roi de France pour le persuader de renoncer à son projet d’envahir la Lotharingie6 ; la même année le prélat prend toutes les mesures qui s’imposent pour résister à la grande révolte de Godefroid le Barbu7.

  • 8 Ibid., ch. 24, p. 201-202. – Cantatorium, ch. 89, p. 223 (1097-1098). – C.S.L., t. i, n°49, p. 84 (...)

4Le service du roi obligeait le prélat à quitter souvent Liège, qu’il se dirige ad palatium ou qu’il parte in expeditionem8.

  • 9 Anselme de Gembloux, Continuatio Sigeberti, M.G.H., SS., t. vi, p. 376 (1115). – Même en l’absence (...)
  • 10 « super his iudicium episcoporum exquiritur » Anselme, ch. 58, p. 224 (1046), ch. 65, p. 228-229 ( (...)
  • 11 En 1187, par exemple, l’évêque Raoul est assesseur (judicator) dans un jugement rendu par la cour (...)
  • 12 « Albero [...] regiam auctoritatem precabatur ; magnis et gravibus expensis eius frequentans curia (...)
  • 13 « ad ministerium domini regis profectus de corpore », charte de Henri II de Leez : C.S.L., t. i, n (...)

5Apparaître régulièrement à la curia royale était, pour l’évêque, une impérieuse obligation. Tous les prélats liégeois des xie et xiie siècles ont régulièrement accompli le « service de cour », en particulier lorsque le roi séjournait à Aix-la-Chapelle ; l’évêque se faisait alors un devoir de l’y précéder et de l’accueillir9. La participation du prélat aux assemblées plénières du royaume lui permettait de rendre compte au roi de l’administration du diocèse, de conseiller le souverain lorsque des choix importants s’imposaient à lui10, de l’éclairer lorsqu’une sentence devait être rendue11 et, bien sûr, d’obtenir de lui différentes faveurs12. L’importance que revêtaient, à l’époque médiévale, les contacts humains directs est trop connue pour qu’il soit besoin d’insister sur le rôle essentiel que jouait, dans le bon fonctionnement du système de l’Église impériale, la présence physique de l’évêque auprès du maître13. L’Empire était gouverné par un groupe relativement restreint de personnes qui se connaissaient, se voyaient, se parlaient, s’aimaient ou se détestaient.

  • 14 Anselme, ch. 29, p. 205. – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 109-111.
  • 15 F. Güterbock, Zum Schisma unter Alexander III., dans Papsttum und Kaisertum (Festschrift P. Kehr), (...)
  • 16 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 34-35, 67.

6L’évêque participait également à diverses missions diplomatiques remplies au nom du souverain ; pour le compte de Henri II, Notger se rendit à Paris dans l’intention de conclure une alliance entre le roi de Germanie et le roi de France Robert II14 ; le 16 février 1167, l’évêque de Liège Alexandre II et l’abbé Erlebald de Stavelot, qui participaient à la quatrième expédition italienne de Frédéric Barberousse, entraient à Faenza en Emilie, avec pour mission de contraindre les habitants de la ville à jurer obéissance à l’antipape Pascal III15. En octobre 1168, sur l’ordre de l’empereur, avec les archevêques de Cologne et de Mayence et Henri le Lion, l’évêque Raoul de Zähringen se rendit auprès de Louis VII de France, — qu’il connaissait déjà personnellement, — et de Henri II d’Angleterre, dans le but de réconcilier les deux rois et, semble-t-il, de les écarter du pape Alexandre III16.

  • 17 Cfr L. Auer, Der Kriegsdienst des Klerus. – R. Knussert, Die deutschen Italienfahrten 951-1220, Mü (...)
  • 18 Wazon l’apprit à ses dépens en 1046-1047 lorsque, pour avoir refusé de participer à l’expédition i (...)
  • 19 Cfr L. Halphen, Charlemagne et l’Empire carolingien, réimpr., 1968, p. 153-154.
  • 20 Ainsi, en 1075, Théoduin est exempt « preter decrepitam aetatem longa etiam egritudine ». Mais on (...)
  • 21 Wazon l’apprit à ses dépens en 1046-1047 lorsque, pour avoir refusé de participer à l'expédition i (...)
  • 22 F. Weigle, Die Briefe des Bischofs Rather, n° 10, p. 49-50 (955-956). – Anselme, ch. 24, p. 201-20 (...)
  • 23 Il mourut au cours de l’expédition — qui se termina par la déconfiture de l’armée impériale à Vlaa (...)
  • 24 Herman de Reichenau, Chronicon, éd. Buchner, p. 688.
  • 25 Gesta Galcheri, éd. De Smedt, p. 64.
  • 26 M.G.H., DD., Heinrich IV, n° 469, p. 635. – Cfr Meyer von Knonau, t. v, p. 115.
  • 27 Dans une lettre de 1167, Jean de Salisbury le considère comme tel, éd. W.J. Millor et C.N.L. Brook (...)
  • 28 Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 398-399 et Alexandre II, évêque de Liège, col (...)

7Mais pour l’évêque, le service le plus lourd et le plus pénible — et de loin — était incontestablement l’expeditio, l’ost17. Refuser de le prester faisait encourir au récalcitrant les sanctions les plus graves18. Comme aux temps carolingiens19, seules l’incapacité physique ou l’extrême vieillesse dispensaient de participer personnellement aux expéditions militaires ordonnées par le roi20. Les évêques de Liège — Wazon mis à part21— ne paraissent pas s’être dérobés à leurs obligations militaires. À l’instar des évêques Rathier, Éracle et Notger22, l’évêque Baldéric II, en 1018, s’embarque à Maastricht avec le contingent liégeois pour aller combattre, sur l’ordre de l’empereur, le comte Thierry III de Frise23. En 1049, à Vlaardingen, Thierry IV et son armée tombent dans le piège que leur ont tendu les évêques de Liège, d’Utrecht et de Metz et sont impitoyablement massacrés ; toute la « province » est placée sous la domination impériale24. En 1101, sur l’ordre de Henri IV, Otbert et 300 milites vont prêter main forte à l’évêque Gaucher de Cambrai qui vient d’être victime d’une agression de la part du comte de Flandre25 et la même année, dans les rangs de l’armée impériale, l’évêque participe au siège de Limbourg-sur-Vesdre26. Henri II de Leez — dont nous allons parler — et Alexandre II prennent part aux Italienzüge de Frédéric Ier et le dernier des deux est présent, le 29 mai 1167, à la bataille de Tusculum au sud-est de Rome. Avec d’autres consiliarii27 de Barberouse, il meurt à Rome même, le 9 août suivant, victime de l’épidémie catastrophique qui s’abattit alors sur l’armée impériale28.

  • 29 Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. III, ch. 11, p. 50.
  • 30 À savoir 9 diplômes de Conrad III (1145-1151) et 49 diplômes de Frédéric Ier (1152-1164) : M.G.H., (...)
  • 31 Stumpf, n° 4095, 4113, 4126a, 4127-4129, 4157-4158, 4301-4303, 4482 (1168-1187). Nous remercions l (...)

8Consignant par écrit vers 1180 les événements qui s’étaient déroulés au milieu du siècle, le second continuateur de la Chronique de Saint-Trond raconte qu’à ce moment-là, en raison du conflit qui opposait le Sacerdoce et l’Empire, Frédéric Ier Barberousse « fut forcé de faire plus souvent appel aux évêques et aux grands du royaume, avec le conseil desquels il prenait les mesures qui s’imposaient »29. Sans doute le chroniqueur songeait-il à Henri II de Leez (1145-1164) à qui le souverain confia des charges et des responsabilités particulièrement lourdes. Depuis le temps de Notger, on n’avait, à Liège, plus jamais rien vu de pareil. Songeons, par exemple, que l’évêque Henri II a souscrit ou est intervenu dans 58 diplômes impériaux au cours d’un épiscopat de 19 ans et quatre mois30. Chiffre exceptionnel, assurément, si on le rapproche — pour comparer des données semblables — de celui qui fut atteint par son successeur, l’évêque Raoul (1167-1191) qui n’a souscrit, pour un épiscopat de près de 24 ans, que 12 diplômes31.

  • 32 C.S.L., t. I, n° 49, p. 84-85 (1154-1155). – Sur ce doc. voir ci-dessus, p. 208 n. 516.
  • 33 La présence de Henri de Leez sur le sol italien est signalée pour la première fois par un diplôme (...)

9Au début de l’année 1155, Henri de Leez confiait à quatre dignitaires ecclésiastiques de l’évêché les vices episcopales et la disponendi et agendi potestas32 puis prenait la route de l’Italie pour rejoindre le roi et lui apporter son aide dans le Romzug33. Cette expédition, qui prit fin dès le mois de septembre 1155 correspond à la première campagne militaire italienne de Barberousse qui sera suivie, du vivant de l’évêque, de deux autres (1158-1162 et 1163-1164) auxquelles Henri II va chaque fois participer. C’est à Pavie, du reste, pendant la troisième expédition impériale, que Henri de Leez devait trouver la mort, le 4 septembre 1164.

  • 34 G.L. Barni, dans Storia di Milano, t. iv, 1954, p. 62-68.
  • 35 Gesta Federici I. imperatoris in Lombardia, éd. Holder-Egger, p. 54-58 (1162-1164). – Acerbus More (...)
  • 36 L’évêque de Liège se fit représenter par des sous-ordre, un certain Pierre de Cumignano puis un ma (...)

10Après la capitulation de Milan, en mars 1162, l’empereur décida de détruire la ville de fond en comble34. Vers le début du mois de mai, Frédéric confiait à l’évêque de Liège la « juridiction » sur Milan, dont la population devait être dispersée35. Le fait que Henri II soit devenu podestà de Milan — charge qu’il occupera jusqu’à la fin de sa vie36 — est la preuve la plus étonnante de l’estime et de la confiance que Barberousse eut dans cet homme hors du commun qui supporta toutes les charges d’un « service » particulièrement éreintant, sans négliger, pour la cause, les intérêts d’une église dont il fit la première puissance politique de la Meuse moyenne.

11Avec Henri de Leez, le système de l’Église impériale, tel qu’il a subsisté après le Concordat de Worms, confine à la perfection.

§ 2. La présence impériale sur la Meuse

  • 37 Voir ci-dessus, p. 152 et n. 232.

12Imperator Leodium venit. Dans toute leur sécheresse, ces trois mots que nous empruntons aux annales de l’abbaye de Lobbes se rapportent aux moments les plus intenses de l’autorité impériale dans le pays mosan aux xie et xiie siècles. Il ne suffisait pas, en effet, que l’évêque de Liège se montrât régulièrement à la curia regalis pour que la domination du souverain sur toute la région se fût solidement assise. Il importait, aussi, que l’empereur fît, de temps à autre, une apparition — en chair et en os —dans la ville du prélat. Mort à Liège en 1106, l’empereur Henri IV, — détrôné par son fils et excommunié par le pape, — fut pourtant vénéré comme un saint37. Lui aurait-on rendu ce culte s’il n’avait déjà séjourné à six reprises dans la Cité de saint Lambert, ce que, de mémoire d’homme, aucun souverain germanique n’avait fait avant lui ?

  • 38 « quam inutile sit pauperes regibus subiacere [...], cum ab auxilio eorum cor regis avertat aut te (...)

13Dans la société médiévale où le pouvoir, à tous les niveaux, — qu’il s’agisse du pouvoir temporel ou du pouvoir spirituel, — était perpétuellement menacé par le processus de médiatisation, le roi n’exerçait véritablement son autorité que là même où il se trouvait. « Il est inutile que les faibles soient soumis aux rois... les distances sont trop longues, les responsabilités du roi trop nombreuses et trop écrasantes, pour que leur protection lui tienne à cœur ». Ces paroles, étonnantes, sont placées dans la bouche de l’évêque Notger par le moine Sigebert de Gembloux38 ! Elles sont tout à fait significatives. C’est évidemment parce qu’ils ne pouvaient pas être partout à la fois que les souverains germaniques ont développé le système de l’Église impériale.

  • 39 « rex [...] in palacium proripuit » Lambert de Hersfeld, Annales, éd. Holder-Egger, p. 126 (1071). (...)
  • 40 Cfr C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis, t. i, 1968, p. 207-214. – Metz, Servitium regis, p. (...)
  • 41 En dépit de l’ambiguïté du texte des Annales Egmundenses, éd. O. Oppermann, p. 155 (1150 : écrites (...)
  • 42 Les dates de ces séjours sont les suivantes : Henri II : 1003, 1012, 1018. – Conrad II : 1024, 102 (...)
  • 43 Voir les cartes établies par Th. Mayer, Mittelalterliche Studien, Brühl, Fodrum, t. ii, Opll, op. (...)
  • 44 Le nombre des séjours royaux à Aix est mentionné ci-dessus, p. 414 n. 72.
  • 45 Les souverains apparurent assez régulièrement à Maastricht où, notons-le, l’église de Liège avait (...)

14Lorsque l’empereur descendait à Liège, il s’installait dans le palais épiscopal39. C’est l’évêque, conformément à l’usage, qui supportait le poids financier de l’hébergement du souverain et de sa suite ; c’était un des aspects du servitium regis40. Tous les empereurs des xie et xiie siècles ont visité, ne serait-ce qu’à une seule reprise, la Cité mosane. Henri II (1002-1024) y séjourna 3 fois, Conrad II (1024-1039) et Henri III (1039-1056), 2 fois, Henri IV (1056-1106), 7 fois, Henri V (1105-1125), 5 fois, Lothaire III (1125-1137), 1 fois, Conrad III (1138-1152), 2 fois41, Frédéric Ier (1152-1190), 2 fois et Henri VI (1190-1197), 4 fois42. Replacés dans le circuit des itinéraires royaux, les séjours des souverains germaniques à Liège ne sont certes pas très nombreux43. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que le palais d’Aix-la-Chapelle était tout proche et que, du point de vue qui nous occupe, sa proximité même défavorisait Liège. Aussi, dès lors que l’on additionne les séjours du roi à Liège et à Aix44, — sans même tenir compte de ceux qu’il fit à Maastricht45, Stavelot ou Saint-Trond, — on s’aperçoit que le diocèse de Liège tient une place considérable dans l’itinéraire royal.

  • 46 Noël : 1027. – Pâques : 1012, 1043, 1064, 1080, 1101, 1106, 1109, 1125. – Pentecôte : 1040. – Cfr (...)
  • 47 Annales Hildesheimenses, éd. Waitz, p. 61 (1110). – Chronica regia, éd. Waitz, p. 49 (1110). – Hér (...)
  • 48 Anselme, Continuatio Sigeberti, p. 383. – Gesta abb. Lobb., ch. 23, p. 325. – Suger, Vita Ludovici (...)

15À plusieurs reprises, les empereurs franconiens célébrèrent à Liège de grandes fêtes religieuses — Noël, Pâques et Pentecôte. Il est même évident que sous les deux derniers empereurs saliens la Cité de saint Lambert devint un véritable « palais pascal » ; elle devait remplir ces fonctions à 4 reprises sous Henri IV et à 2 reprises sous Henri V46. Certaines de ces grandes « journées » furent marquées par des événements importants, ce qui ne pouvait, bien sûr, que renforcer leur impact psychologique sur les habitants de l’endroit. C’est pendant son séjour à Liège en 1110 que Henri V épousa la fille du roi d’Angleterre47. En 1131, la Cité mosane fut le théâtre d’un événement extraordinaire ; la rencontre du roi Lothaire III et du pape Innocent II. Devant la population en liesse, le souverain pontife parcourut solennellement la longue allée qui descendait de la collégiale Saint-Martin vers le centre de la ville. Devant la cathédrale, Lothaire prit le cheval du pape par la bride. Ensuite le chef de l’Église célébra la messe dans la cathédrale et couronna le roi et la reine48.

***

  • 49 Elle eut effectivement lieu la même année, à Pâques.
  • 50 Despy, Chartes de Waulsort, t. i, n° 22, p. 352. – Ci-dessus, p. 271 n. 352.
  • 51 Gisl. Chron., ch. 121, p. 188-189. – Nous remercions M. le Professeur Joris d’avoir bien voulu att (...)
  • 52 Cfr A. Suhle, Das Münzrecht des deutschen Königs in Bischofsstädten, dans Festschrift P.E. Schramm(...)

16Lorsque le souverain séjournait à Liège, l’exercice de la puissance publique, qu’il avait déléguée, retombait, semble-t-il, entre ses mains. C’est ainsi qu’en 1125 le comte Lambert de Montaigu s’empressa de se réconcilier avec l’abbaye de Waulsort, — dont il avait usurpé certains revenus, — lorsqu’il apprit qu’une regalis curia devait bientôt se tenir à Liège49 ; comme il craignait que les moines ne portent plainte devant la juridiction royale, il préféra renoncer à ses prétentions devant la « Paix »50. En 1185, le roi Henri VI, qui séjourne dans la Cité, exerce pleinement le droit de conductus et accorde sa protection au comte de Hainaut qui redoutait une agression de l’archevêque de Cologne, du comte de Flandre et du duc de Louvain51. Nous ignorons si l’empereur, présent dans la Cité, s’emparait des revenus de la monnaie et du tonlieu comme cela se pratiquait ailleurs52.

17Il y aurait probablement beaucoup à dire et à écrire sur l’exercice de l’autorité royale en Basse-Lotharingie jusqu’à la fin du xiie siècle. Mais ce n’est pas l’objet de ce livre. Quelques remarques suffiront à éclairer notre propos.

  • 53 L. Génicot, Monastères et principautés en Lotharingie du xe au xiiie siècle.

18Dans un article récent, M. le Professeur L. Génicot procède à l’étude systématique des diplômes délivrés par l’autorité publique en faveur des monastères lotharingiens. La question qu’il pose à la documentation réunie est simple et cruciale ; à partir de quand les établissements ecclésiastiques, pour défendre ou récupérer leurs biens, vont-ils se tourner vers le prince territorial, puissant et proche, plutôt que vers l’empereur trop lointain sinon trop faible. En d’autres termes ; depuis quelle époque les seigneurs de la terre ont-ils remplacé le souverain dans sa mission primordiale ; le maintien de l’ordre public53.

  • 54 Ibid., p. 84, 93.

19De cette enquête, tout à fait remarquable, l’auteur retire essentiellement les conclusions que voici ; « Trois souverains du xiie siècle ont manifesté un intérêt à nos régions ; Henri IV, Conrad III et, durant quelques mois, Frédéric Ier [...] ; c’est au xiie et plus précisément dans la seconde moitié du xiie siècle que, dans la réalité comme dans les mentalités, nos princes ont pris la place de l’empereur »54. À vrai dire, nous ne saurions entièrement partager ce point de vue.

Fig. II. La « curia » royale réunie à Liège en 1071. – En transportant dans la Cité épiscopale les chasses de saint Remade et de saint Symètre, les moines de Stavelot décidèrent le roi Henri IV à leur restituer l’abbaye de Malmédy. La scène est représentée sur un panneau du toit de la châsse de saint Symètre qui date de la seconde moitié du xiiie s. – Lierneux, Église paroissiale Saint-André.

20En ce qui concerne d’abord le dénombrement des diplômes impériaux il convient d’être attentif au fait suivant ; lorsqu’un souverain prenait un établissement ecclésiastique sous sa protection, il s’établissait entre la personne physique du premier et la personne morale du second une sorte de contrat qui était évidemment rompu à la mort du prince.

  • 55 Le xiie siècle connut 18 papes (sans tenir compte des 10 antipapes) et 8 empereurs (y compris Phil (...)
  • 56 Nombre de diplômes vrais délivrés par l’autorité publique comme telle : 1101-1150 : 18. - 1151-120 (...)

21C’est ce qui explique, par exemple, que les bulles pontificales adressées aux maisons religieuses du diocèse de Liège — et, probablement, de la Germanie tout entière — soient beaucoup plus nombreuses que les diplômes impériaux ; le pape, si l’on peut dire, mourait plus souvent que le roi55. Il fallait par conséquent renouveler plus fréquemment le contrat de protection. Or Frédéric Ier Barberousse eut un règne remarquablement long. Aussi, les engagements pris dès 1152 gardèrent-ils leur validité jusqu’en 1190, date de la mort de l’empereur. Autrement dit, si le chiffre des diplômes royaux se tasse à partir de la seconde moitié du xiie siècle n’est-ce pas, en partie, parce que la Germanie connut 3 souverains de 1106 à 1152 et deux seulement de 1152 à 119756 ?

  • 57 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 100-127, 181-187.

22En fait, ce qui nous paraît vrai dans les conclusions de M. Génicot, c’est le développement progressif de l’autorité des princes territoriaux. Mais l’empereur ne fut pas évincé pour autant et il ne renonça certainement pas à vouloir jouer un grand rôle dans les affaires politiques de la Basse-Lotharingie ; la création, par le souverain, du marquisat de Namur au profit du comte Baudouin V de Hainaut († 1195) est très caractéristique à cet égard57.

  • 58 « imperatoris feros animos non posse mitigari, eius potentie non posse resisti, non eius iracundia (...)
  • 59 Ramackers, Papsturkunden in den Niederlanden, t. ii, n° 114, p. 249-250. – Cfr Kupper, Notes sur l (...)
  • 60 Gaier, B.C.R.H., t. cxxvii, 1961, n°4, p. 189-193. – Cfr Kupper, p. 395.
  • 61 Kupper, Raoul, p. 87-88, 90-93, 98.
  • 62 Gisl. Chron., ch. 141, p. 214. – Cfr L. Génicot, Le premier siècle de la « curia » de Hainaut, p. (...)
  • 63 « quem Lotharingie dudum prefecerat imperator ». Vita Alberti, ch. 18, p. 151. – Kupper, Raoul, p. (...)

23Par ailleurs, pendant la seconde moitié du xiie siècle — pour ne pas parler de la période précédente — l’autorité impériale nous paraît encore fort considérable. Une source monastique de la fin du xiie siècle constate « qu’il n’est pas possible de résister à la puissance de l’empereur »58. En 1162-1164, sur l’ordre de ce dernier, l’archidiacre Philippe de Heinsberg chasse Gosuin de la prébende qu’il occupait de force à la prévôté de Meerssen59 et en 1164, à la prière de l’abbé de Saint-Denis, près de Paris, Barberousse force l’archidiacre Alexandre à régler le litige qui oppose le monastère français à son curé de Grand-Axhe, en Hesbaye60. En 1179, le comte de Looz, dont la terre vient d’être ravagée par Raoul de Zähringen, fait appel à l’empereur qui, bien sûr, se prononcera en faveur de l’évêque61. En 1188, l’autorité impériale casse une sentence de la curia hennuyère qui révoque alors son propre jugement62. Il convient aussi de rappeler que vers 1190, l’empereur dispose en Basse-Lotharingie d’un représentant direct en la personne du ministerialis Hugues de Worms63.

  • 64 Voir par exemple : Despy, Chartes de Waulsort. – Halkin et Roland, Chartes de Stavelot-Malmédy. – (...)
  • 65 Il semble bien, du reste, que la suppression du nom de l’empereur dans la date des chartes soit le (...)
  • 66 Voir par exemple : Poncelet, Saint-Pierre, n° 10, p. 4 (1147). – Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 1 (...)

24Il suffit de parcourir les chartriers des monastères du diocèse de Liège, pour se rendre compte que, pendant la seconde moitié du xiie siècle, la mention du règne de l’empereur dans la date des documents, est généralement maintenue64. Encore ces indications pourraient-elles bien être le résultat de l’utilisation « mécanique » d’un formulaire65. Il n’en est pas de même évidemment lorsque le rédacteur de la charte fait allusion à certains événements précis, qu’il juge assez importants pour être insérés dans la formule de date. Or nous constatons que les scribes mosans de la seconde moitié du xiie siècle sont précisément fort attentifs aux exploits des empereurs et à leurs entreprises et qu’ils ne résistent pas au désir de mentionner ces hauts faits66.

  • 67 Cfr G. Rotthoff, Studien zur Geschichte des Reichsguts in Niederlothringen, p. 157-161. – E. Wadle(...)
  • 68 C.S.L., t. i, n° 66, p. 93-94. – Stumpf, n° 4557. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 69-79.
  • 69 D. Flach, Untersuchungen zur Verfassung und Verwaltung des Aachener Reichsgutes..., Göttingen, 197 (...)
  • 70 Deeters, Servatiusstift, p. 86-90. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 77. – Les Staufen tentèrent d’ (...)

25Le pouvoir impérial en Basse-Lotharingie comportait cependant un grave handicap qui le rendait particulièrement fragile. Dès le début du xiie siècle, le domaine du fisc, qui ne cessait de se dégrader depuis l’époque ottonienne, se trouvait considérablement réduit67. Rien de plus significatif à cet égard que le diplôme de 1177 par lequel Frédéric Barberousse engage à l’église de Liège la plus grande partie du Reichsgut de la rive gauche de la Meuse68. Ce domaine comportait alors les biens suivants ; le burgus et Saint-Servais de Maastricht, l’abbaye de Nivelles, les villae de Rotem, Wolder, Vroenhoven-Montenaken, Vreren et Veulen, le burgus de Saint-Trond. Bien peu de choses finalement. En fait, lorsqu’on a mentionné le Reichsgut d’Aix-la-Chapelle69 et le fisc de Maastricht70, on est pratiquement fixé sur l’étendue du domaine immédiat de l’Empire dans le pays mosan au xiie siècle.

  • 71 « imperatori iam nichil esse tutum ultra Mosellam fluvium » Vita Alberti, ch. 4, p. 142.

26C’est dire l’importance que l’église de Liège — qui avait d’ailleurs absorbé une grande partie des terres royales — devait revêtir aux yeux du souverain. Elle était, croyons-nous, la seule base vraiment solide de la puissance impériale dans la région de la Meuse moyenne. Les gens du xiie siècle ne s’y sont pas trompés ; en perdant Liège, l’empereur risquait de voir disparaître toute son influence au nord de la Moselle71.

Notes

1 Santifaller, Zur Geschichte, p. 31, 35. – W. Metz, Das Servitium regis, Darmstadt, 1978 et Quellenstudien zum Servitium regis (900-1250), Archiv für Diplomatik, t. xxii, 1976, p. 187-271. – M. Minninger, Von Clermont zum Wormser Konkordat, Cologne-Vienne, 1978, p. 54-79. – Th. Schieffer, Heinrich II. und Konrad II., p. 397-399, 412-413. – Cfr E.N. Johnson, The secular activities of the german episcopate, p. 189-205. – L.Auer, Der Kriegsdienst des Klerus, p. 53-59 : les devoirs de l’évêque reposent également sur le lien vassalique qui l’unit au roi ; la dépendance de droit public est « féodalisée ». – Ci-dessus, p. 202-203.

2 « iuvenem, agilem et promtum executionibus imperialis serviţii ». Anselme, ch. 49, p. 219.

3 « bona sua episcopalia » C.S.L., t. i, n° 66, p. 93 (1177). – Ce qui explique les mesures prises par l’empereur pour maintenir la mense episcopale dans son intégralité : M.G.H., DD., Friedrich I., n° 59, p. 100-102 (1153). – Constitutions, t. i, n° 300, p. 425 (1184), n° 336, p. 479 (1191). – Cfr Auer, Der Kriegsdienst des Klerus, p. 51-52. – Metz, Servitium regis, p. 77-78, 95-96, 104. – Ci-dessus, p. 434-435.

4 Anselme, ch. 34, p. 208. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 69-79.

5 Voir ci-dessous, p. 479.

6 Anselme, ch. 61, p. 225-226. – Cfr J. Dhondt, Henri Ier, l’Empire et l’Anjou.

7 Anselme, ch. 54-55, p. 221-223 : Godefroid dirigea précisément ses attaques contre les cités épiscopales de Liège et Verdun.

8 Ibid., ch. 24, p. 201-202. – Cantatorium, ch. 89, p. 223 (1097-1098). – C.S.L., t. i, n°49, p. 84 (1154-1155).

9 Anselme de Gembloux, Continuatio Sigeberti, M.G.H., SS., t. vi, p. 376 (1115). – Même en l’absence du roi, le palais d’Aix est qualifié de « curia regalis » Cantatorium, ch. 96, p. 248 1. 14 (1104). – L’évêque de Liège possédait dans cette ville une domus que Henri II de Leez fit reconstruire : Gilles d’orval, lib. III, ch. 30, p. 104 1. 30. – Das älteste Aachener Totenbuch, éd. E. Teichmann, p. 148 (18 déc). – Sur le rôle d’Aix, voir en dernier lieu E. Meuthen, Barbarossa und Aachen, Rheinische Vierteljahrsblätter, t. xxxix, 1975, p. 28-59.

10 « super his iudicium episcoporum exquiritur » Anselme, ch. 58, p. 224 (1046), ch. 65, p. 228-229 (1047). – Gesta abb. Trud., Cont. IIa , lib. III, ch. 8, p. 43 (1160), ch. 11, p. 50 (1164-1167).

11 En 1187, par exemple, l’évêque Raoul est assesseur (judicator) dans un jugement rendu par la cour impériale : Gisl. Chron., ch. 136, p. 202.

12 « Albero [...] regiam auctoritatem precabatur ; magnis et gravibus expensis eius frequentans curiam omniumque potentium exorans clementiam ». Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 3, p. 501. – « facile se id impetraturum a regia munificentia » Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 23, p. 534, à propos de Notger.

13 « ad ministerium domini regis profectus de corpore », charte de Henri II de Leez : C.S.L., t. i, n°49, p. 84 (1154-1155).

14 Anselme, ch. 29, p. 205. – Cfr Kurth, Notger, t. i, p. 109-111.

15 F. Güterbock, Zum Schisma unter Alexander III., dans Papsttum und Kaisertum (Festschrift P. Kehr), Münich, 1926, p. 376-397. – Kupper, Notes sur l’évêque Alexandre II, p. 398 n. 47.

16 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 34-35, 67.

17 Cfr L. Auer, Der Kriegsdienst des Klerus. – R. Knussert, Die deutschen Italienfahrten 951-1220, Münich, 1931.

18 Wazon l’apprit à ses dépens en 1046-1047 lorsque, pour avoir refusé de participer à l’expédition impériale dirigée contre la Frise, il fut obligé de se jeter aux pieds de l’empereur Henri III et de lui verser 300 livres d’argent : Anselme, ch. 66, p. 229.

19 Cfr L. Halphen, Charlemagne et l’Empire carolingien, réimpr., 1968, p. 153-154.

20 Ainsi, en 1075, Théoduin est exempt « preter decrepitam aetatem longa etiam egritudine ». Mais on lui confie la protection de la reine et il est tenu de fournir un contingent, « amplissimo numero » Lambert de Hersfeld, Annales, éd. Holder-Egger, p. 215. – Cfr Auer, op. cit., p. 54-55, 59, 66.

21 Wazon l’apprit à ses dépens en 1046-1047 lorsque, pour avoir refusé de participer à l'expédition impériale dirigée contre la Frise, il fut obligé de se jeter aux pieds de l'empereur Henri III et de lui verser 300 livres d'argent : Anselme, ch. 66, p. 229.

22 F. Weigle, Die Briefe des Bischofs Rather, n° 10, p. 49-50 (955-956). – Anselme, ch. 24, p. 201-202 (968). – Kurth, Notger, t. i, p. 58-59, 67-68, 87-88, 96-104, 111-114. – C’est de l’époque de Notger (980) que date l’Indiculus loricatorum selon lequel l’évêque de Liège était tenu de fournir un contingent de 60 cavaliers lourds pour l’expédition italienne d’Otton II : Constitutiones, t. i, n° 436, p. 633. – Ci-dessus, p. 449-450.

23 Il mourut au cours de l’expédition — qui se termina par la déconfiture de l’armée impériale à Vlaardingen – dans le domaine que son église possédait à Herewaarden sur le Waal : Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 19, p. 471. – Anselme, ch. 31, p. 207. – Vita Balderici, ch. 27, p. 734-735. – O.S.L., f° 71 V° : « Comm. dom. Baldrici n. ep. [...] et illorum omnium qui pro fidelitate eccl. occisi sunt in bello Flardenges » (29 juillet).

24 Herman de Reichenau, Chronicon, éd. Buchner, p. 688.

25 Gesta Galcheri, éd. De Smedt, p. 64.

26 M.G.H., DD., Heinrich IV, n° 469, p. 635. – Cfr Meyer von Knonau, t. v, p. 115.

27 Dans une lettre de 1167, Jean de Salisbury le considère comme tel, éd. W.J. Millor et C.N.L. Brooke, The Letters of John of Salisbury, t. ii, Oxford, 1979, n° 225, p. 392, 394.

28 Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 398-399 et Alexandre II, évêque de Liège, col. 34-35. – Il n’est pas exclu que l’évêque Raoul de Zähringen ait participé aux premières opérations de la cinquième expédition italienne de Frédéric Ier (l 174-1178) : Kupper, Raoul de Zähringen, p. 81 n. 90.

29 Gesta abb. Trud., Cont. IIa, lib. III, ch. 11, p. 50.

30 À savoir 9 diplômes de Conrad III (1145-1151) et 49 diplômes de Frédéric Ier (1152-1164) : M.G.H., DD., Konrad III., n°142-144, 146-148, 182, 186, 251. – Friedrich I., n° 1-2, 4, 34, 40, 42-43, 83, 100-102, 107, 109, 111-112, 116, 119, 134, 137, 141-142, 328, 333-334, 337, 347-350, 353, 356, 359-360, 367-368, 370, 372, 374, 382, 384, 388, 397-398, 441-442, 454-457 : les n° 328 et sv. sont ceux de la prochaine édition du Prof. H. Appelt. Ils nous ont été aimablement communiqués par son collaborateur le Dr. R.M. Herkenrath.

31 Stumpf, n° 4095, 4113, 4126a, 4127-4129, 4157-4158, 4301-4303, 4482 (1168-1187). Nous remercions le Dr. Herkenrath d’avoir bien voulu vérifier nos informations.

32 C.S.L., t. I, n° 49, p. 84-85 (1154-1155). – Sur ce doc. voir ci-dessus, p. 208 n. 516.

33 La présence de Henri de Leez sur le sol italien est signalée pour la première fois par un diplôme du 20 avril 1155 délivré à Tortona : M.G.H., DD., Friedrich I., n° 100, p. 170. – Barberousse se trouvait dans les pays transalpins depuis le mois d’octobre 1154. – Les évêques étaient obligés de participer aux expéditions italiennes de l’empereur : Knussert, op. cit., p. 38-41.

34 G.L. Barni, dans Storia di Milano, t. iv, 1954, p. 62-68.

35 Gesta Federici I. imperatoris in Lombardia, éd. Holder-Egger, p. 54-58 (1162-1164). – Acerbus Morena, Historia Frederici I., éd. Güterbock, p. 161-162 (1162). – Gilles d’orval, lib. III, ch. 30, p. 104. – Cfr Barni, op. cit., p. 69-76. – G.P. Bognetti, La condizione giuridica dei cittadini Milanesi..., Rivista di storia del diritto italiano, t. i, 1928, p. 311-336 et part. p. 317, 322-324 (nous remercions M. le Professeur Stiennon d’avoir attiré notre attention sur cet article).

36 L’évêque de Liège se fit représenter par des sous-ordre, un certain Pierre de Cumignano puis un magister Frédéric qui était probablement un Liégeois (un maître Frédéric est mentionné dans une charte de la collégiale de Saint-Paul à Liège en 1169 : A.H.E.B., t. xviii, 1882, p. 57. – Ci-dessus, p. 247). – En 1164 Henri de Leez, qui séjourne à Pavie, est chargé, avec l’archevêque de Mayence notamment, de négocier le versement d’une somme de 4 000 marcs d’argent que les Génois ont accepté de donner à l’empereur pour le couronnement de Barison de Sardaigne : Obertus, Annales lanuenses, éd. L.T. Belgrano, p. 163-164. – Gilles d’orval, lib. III, ch. 30, p. 104 affirme que Henri de Leez a consacré le nouveau roi de Sardaigne. Obertus, qui est contemporain des événements, ne dit rien de tel. – Le 7 septembre 1155, Barberousse, à la demande de Henri de Leez, confirme les biens de l’église de Liège ; à propos de l’évêque il déclare : « corone imperii nostri Rome fideliter interfuerit et in Italica expeditione seipsum suaque pro nostro honore sepissime exposuerit » : ce ne sont certes pas de simples mots : M.G.H., DD., Friedrich I., n° 123, p. 206.

37 Voir ci-dessus, p. 152 et n. 232.

38 « quam inutile sit pauperes regibus subiacere [...], cum ab auxilio eorum cor regis avertat aut terrarum longinquitas, aut acriorum curarum, quae semper regio lateri incumbunt, multiplicitas ». Sigebert, Gesta abb. Gembl., ch. 23, p. 534.

39 « rex [...] in palacium proripuit » Lambert de Hersfeld, Annales, éd. Holder-Egger, p. 126 (1071). – « regem [...] abeuntem sequi in palatium », « ad regis palatium » etc. Triumphus sancti Remacli, lib. II, ch. 10, p. 453, ch. 26, p. 458, ch. 29, p. 459, etc. (1071). – Vita Alberti, ch. 17, p. 150 (1192).

40 Cfr C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis, t. i, 1968, p. 207-214. – Metz, Servitium regis, p. 99-103 : cet auteur constate que certaines cités épiscopales supportaient le poids de l’hébergement du roi et de sa suite. – Lorsqu’Otton IV, en 1199, tente de se faire recevoir à Liège, l’évêque Albert, resté fidèle à Philippe de Souabe, prend des mesures pour que rien ne soit vendu aux gens d’Otton, « negata sunt ei venalia in civitate » Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 62.

41 En dépit de l’ambiguïté du texte des Annales Egmundenses, éd. O. Oppermann, p. 155 (1150 : écrites au début du xiiie s.), nous admettons la réalité d’un séjour de Conrad III à Liège en 1151, probablement au mois de juillet (cfr Bernhardi, Konrad III., t. ii, p. 885-886 et n. 8). L’arrivée de Conrad à Liège n’est vraisemblablement pas sans rapport avec la victoire que l’évêque venait de remporter sur le comte de Namur à Andenne (1 février 1151).

42 Les dates de ces séjours sont les suivantes : Henri II : 1003, 1012, 1018. – Conrad II : 1024, 1027. – Henri III : 1040, 1043. – Henri IV : 1064, 1071, 1080, 1101, 1103, 1104, 1106. – HenriV : 1107, 1109, 1110, 1122, 1125. – Lothaire III : 1131. – Conrad III : 1139, 1151. – Frédéric Ier : 1156, 1171. – Henri VI : 1182, 1185, 1189, 1192. – Il n’est pas possible de citer toutes les sources. On les retrouvera facilement grâce aux Jahrbücher des deutschen Reiches mentionnés dans notre bibliographie. – Pour Frédéric Ier, voir Kupper, Raoul de Zähringen, p. 190 et n. 2. – Opll, Das Itinerar Kaiser Friedrich Barbarossas, p. 138-139.

43 Voir les cartes établies par Th. Mayer, Mittelalterliche Studien, Brühl, Fodrum, t. ii, Opll, op. cit., et celles qui figurent dans Die Zeit der Staufer, t. iv.

44 Le nombre des séjours royaux à Aix est mentionné ci-dessus, p. 414 n. 72.

45 Les souverains apparurent assez régulièrement à Maastricht où, notons-le, l’église de Liège avait des possessions et exerçait des droits. L’existence d’un palatium royal est attestée en 1154 (M.G.H., DD., Friedrich I., n° 83, p. 138). Les séjours du roi à Maastricht se répartissent comme suit : Henri II (1), Henri III (5), Conrad III (1), Frédéric Ier (2). Voir les travaux et les cartes cités n. 41-42. – Deeters, Servatiusstift, p. 35-36, 116. – Opll, op. cit., p. 139.

46 Noël : 1027. – Pâques : 1012, 1043, 1064, 1080, 1101, 1106, 1109, 1125. – Pentecôte : 1040. – Cfr H.W. Klewitz, Die Festkrönungen der deutschen Könige, Darmstadt, 1966, p. 51. – Brühl, op. cit., p. 134, 165 n. 203.

47 Annales Hildesheimenses, éd. Waitz, p. 61 (1110). – Chronica regia, éd. Waitz, p. 49 (1110). – Hériman de Tournai, Liber de restauratione, ch. 16, p. 282, ch. 85, p. 315. – Cfr Meyer von Knonau, t. vi, p. 117.

48 Anselme, Continuatio Sigeberti, p. 383. – Gesta abb. Lobb., ch. 23, p. 325. – Suger, Vita Ludovici Grossi, éd. Waquet, p. 260, 262. – Cfr Bernhardi, Lothar von Supplinburg, p. 353-365. – Klewitz, op. cit., p. 13. – W.M. Grauwen, Norbertus aartsbisschop van Maagdenburg (1126-1134), Bruxelles, 1978, p. 423-431.

49 Elle eut effectivement lieu la même année, à Pâques.

50 Despy, Chartes de Waulsort, t. i, n° 22, p. 352. – Ci-dessus, p. 271 n. 352.

51 Gisl. Chron., ch. 121, p. 188-189. – Nous remercions M. le Professeur Joris d’avoir bien voulu attirer notre attention sur ce texte. – Sur la curia de 1185, voir Kupper, Raoul de Zähringen, p. 115-118. – Sur le conductus royal, voir également : Gisl. Chron., ch. 149, p. 231 (1188). – Roger de Howden, Chronica, éd. Stubbs, t. iii, p. 234-235 (1194). – De Craecker-Dussart, L’évolution du sauf-conduit, p. 197, 200, 204, 221.

52 Cfr A. Suhle, Das Münzrecht des deutschen Königs in Bischofsstädten, dans Festschrift P.E. Schramm, t. i, 1964, p. 280-288. – Metz, Servitium regis, p. 103-112.

53 L. Génicot, Monastères et principautés en Lotharingie du xe au xiiie siècle.

54 Ibid., p. 84, 93.

55 Le xiie siècle connut 18 papes (sans tenir compte des 10 antipapes) et 8 empereurs (y compris Philippe et Otton IV).

56 Nombre de diplômes vrais délivrés par l’autorité publique comme telle : 1101-1150 : 18. - 1151-1200 : 11. – D’après Génicot, op. cit., p. 83.

57 Kupper, Raoul de Zähringen, p. 100-127, 181-187.

58 « imperatoris feros animos non posse mitigari, eius potentie non posse resisti, non eius iracundiam qui supra leges agit legibus posse cohiberi, gladio materiali non eum peccantem posse coherceri, qui gladii materialis summam habet potestatem ». Vita Alberti, ch. 9, p. 145. - Voir l’opinion de Gislebert de Mons sur Frédéric Ier Barberousse : Gisl. Chron., ch. 54, p. 94, ch. 152, p. 236.

59 Ramackers, Papsturkunden in den Niederlanden, t. ii, n° 114, p. 249-250. – Cfr Kupper, Notes sur l’évêque de Liège Alexandre II, p. 396.

60 Gaier, B.C.R.H., t. cxxvii, 1961, n°4, p. 189-193. – Cfr Kupper, p. 395.

61 Kupper, Raoul, p. 87-88, 90-93, 98.

62 Gisl. Chron., ch. 141, p. 214. – Cfr L. Génicot, Le premier siècle de la « curia » de Hainaut, p. 213-214 et n. 70.

63 « quem Lotharingie dudum prefecerat imperator ». Vita Alberti, ch. 18, p. 151. – Kupper, Raoul, p. 151-152, avec indic, des autres sources. – Des travaux récents montrent que l’influence impériale s’est également maintenue en Haute-Lotharingie et en Rhénanie jusqu’à la fin du xiie s. : H.J. Krüger, Zur Politik Heinrichs VI. in Oberlothringen, Rheinische Vierteljahrsblätter, t. xxxix, 1975, p. 60-98. – O. Engels, Grundlinien der rheinischen Verfassungsgeschichte im 12. Jahrhundert, ibid., p. 24-27.

64 Voir par exemple : Despy, Chartes de Waulsort. – Halkin et Roland, Chartes de Stavelot-Malmédy. – Piot, Cartulaire de Saint-Trond. Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flône. – Chartes de Heylissem, A.H.E.B., t. xxiv, 1893. – Paquay, Cartulaire de N.-D. de Tongres. Yans, Le cartulaire de l’abbaye de Saint-Laurent. – Schoonbroodt, Inventaire des chartes du chapitre de Saint-Martin. Thimister, Cartulaire de Saint-Paul. Paquay, Inventaire des chartes de Saint-Barthélemy. – Poncelet, Inventaire des chartes de Sainte-Croix. Lahaye, Inventaire des chartes de Saint-Jean. – Rousseau, Actes des comtes de Namur. Bormans et Schoolmeesters, Cartulaire de l’église Saint-Lambert, etc.

65 Il semble bien, du reste, que la suppression du nom de l’empereur dans la date des chartes soit le résultat d’une simplification générale des formulaires. Il nous paraît donc dangereux de vouloir donner à cette disparition éventuelle une interprétation politique. La question mériterait d’être étudiée de très près.

66 Voir par exemple : Poncelet, Saint-Pierre, n° 10, p. 4 (1147). – Miraeus-Foppens, O.D., t. i, p. 190 (1175). – Kurth, Chartes de Saint-Hubert, t. i, n° 123, p. 159 (1189). – Schoolmeesters et Bormans, B.C.R.H., 4e sér., t. i, 1873, n° 13, p. 122 (1189). – Roland, A.S.A.N., t. xix, 1891, n° 2, p. 278 (1197). – Piot, Saint-Trond, t. i. n° 117, p. 158 (1200). – A.E.L., Saint-Martin, chartrier, n° 15 (1204).

67 Cfr G. Rotthoff, Studien zur Geschichte des Reichsguts in Niederlothringen, p. 157-161. – E. Wadle, Reichsgut und Königsherrschaft unter Lothar III., Berlin, 1969, p. 42-43, 269-270.

68 C.S.L., t. i, n° 66, p. 93-94. – Stumpf, n° 4557. – Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 69-79.

69 D. Flach, Untersuchungen zur Verfassung und Verwaltung des Aachener Reichsgutes..., Göttingen, 1976.

70 Deeters, Servatiusstift, p. 86-90. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 77. – Les Staufen tentèrent d’agrandir le Reichsgut qu’ils possédaient dans la région mosane ; très caractéristique à cet égard est l’acquisition de Saint-Trond par Frédéric Ier en 1171 : Kupper, p. 83-87.

71 « imperatori iam nichil esse tutum ultra Mosellam fluvium » Vita Alberti, ch. 4, p. 142.

Table des illustrations

Légende Fig. II. La « curia » royale réunie à Liège en 1071. – En transportant dans la Cité épiscopale les chasses de saint Remade et de saint Symètre, les moines de Stavelot décidèrent le roi Henri IV à leur restituer l’abbaye de Malmédy. La scène est représentée sur un panneau du toit de la châsse de saint Symètre qui date de la seconde moitié du xiiie s. – Lierneux, Église paroissiale Saint-André.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 763k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540