Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liège et l’Église impériale aux XIe-XIIe siècles

 | 
Jean-Louis Kupper

Quatrième partie. La terre

Chapitre  II. Évêque et duc

Texte intégral

« ut retinerem uires atque uectes huius terre, Bulo
nium dico Castrum et alia nonnulla ex quo nobilissi
mus dux Godefridus et alii principes Iherosolimam
profecti sunt », charte d’Otbert pour Notre-Dame
de Maastricht, éd. Gysseling et Koch, Dipl. Belg.,
t. i, n° 236 (1096).

  • 1 La politique des empereurs saliens vis-à-vis de la race des Flamenses, de même que celle des Stauf (...)
  • 2 Cfr H. Franz-Reinhold, Die Marken Valenciennes, Eename und Antwerpen. – G. Despy, La fonction duca (...)

1Dans un travail consacré au système de l’Église impériale en Basse-Lotharingie, ne pas parler du duc serait un défi au bon sens. Il est absurde d’imaginer que le pouvoir royal, ait été entièrement subjugué par la remarquable efficacité de sa Reichskirche, au point de négliger les formes plus traditionnelles de l’exercice du pouvoir. On n’insistera jamais assez sur le fait que, d’une part, les évêques et les grands de la terre n’étaient pas nécessairement des ennemis et que, d’autre part, le roi n’a jamais imaginé un instant qu’il pût se passer de l’appui des seigneurs laïcs, qu’ils fussent d’ailleurs grands ou petits1. Les trois principaux piliers sur lesquels, aux xe et xie siècles, le pouvoir de l’État en Basse-Lotharingie s’est simultanément appuyé, furent l’Église impériale, les trois marches d’Anvers, d’Eename et de Valenciennes, le long de l’Escaut, enfin, l’autorité ducale2.

  • 3 Le diocèse de Liège était compris tout entier dans le duché de Basse-Lotharingie qui s’étendait gr (...)

2Cette situation particulière nécessitait que l’on clarifiât les rapports de droit entre évêque et duc qui avaient reçu, l’un et l’autre, leur pouvoir du souverain et qui étaient tenus de collaborer au maintien de l’autorité royale dans deux ressorts différents, certes, mais qui se superposaient en partie3.

  • 4 « quasi inde totam urbem et universas episcopii facultates contra hostiles insidias defensaturus » (...)
  • 5 Kurth, Notger, t. i, p. 139-141, 204.
  • 6 Comme nous l’a suggéré M. le Professeur Joris, dont le point de vue est confirmé par une source ta (...)
  • 7 Vers 1130 le comte Renaud de Bar construisit une tour au centre de la Cité de Verdun et « per earn (...)
  • 8 « ad satisfaciendum ei, cuius moribus habebat deservire, in tali temporis necessitate ». Anselme, (...)
  • 9 Vita Balderici, ch. 27, p. 735. – Cfr Lays, Étude critique, p. 131-133.
  • 10 Continuatio Reginonis, éd. Fr. Kurze, 1890, p. 162 (944). – Cfr Köpke et Dümmler, Kaiser Otto der (...)

3Le quilibet in armis praepotens qui voulut, sous l’épiscopat de Notger (972-1008), construire une tour à l’extrémité est du Publémont « sous prétexte de défendre toute la ville [de Liège] et tout le patrimoine de l’évêché contre les surprises de l’ennemi »4 n’était probablement pas l’avoué, comme le pensait G. Kurth5, mais plutôt le duc en personne, auquel, d’ailleurs, était confiée la protection des églises du duché6. L’évêque, selon Anselme, dut employer la ruse pour faire obstacle à la construction de cette forteresse qui l’aurait empêché d’être maître chez lui7. Pour autant que l’identification proposée soit exacte, le prélat nous paraît donc, dans le domaine du temporel, en état d’infériorité par rapport au duc8. Cette impression est confirmée par d’autres sources. Selon la Vita Balderici, qui fut rédigée vers 1100, le duc Godefroid Ier s’en serait pris très vivement à Baldéric II, qui montrait peu d’enthousiasme à participer à l’expédition militaire entreprise en 1018 contre Thierry de Frise : Godefroid aurait même accusé l’évêque d’être infidèle au roi9. Cette anecdote mérite certainement considération. Elle rappelle en effet l’événement survenu en 945 au « plaid » de Duisbourg, au cours duquel, devant Otton Ier, le duc Conrad avait également taxé d’infidélité l’évêque de Tongres Richer10.

  • 11 Gothelon reçoit des serments d’évêques à Liège (Leodii). Il est douteux que l’évêque Durand s’y so (...)
  • 12 Ed. A. Joris, La ville de Huy, p. 483.
  • 13 Cantatorium, ch. 28-29, p. 86-88 (1075). – Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 7, p. 494-495 (...)

4En 1024, on vit le duc Gothelon Ier recevoir de l’évêque de Liège Durand le serment — bientôt rompu d’ailleurs — de ne pas reconnaître le nouveau roi Conrad II11. En 1066, le duc de Lotharingie Godefroid le Barbu se porte garant de la charte octroyée par Théoduin aux Hutois : le duc s’engage à « assister efficacement » ces derniers dans le cas où l’évêque ou ses successeurs viendraient à enfreindre les libertés accordées12. Enfin, on n’ignore pas le rôle essentiel que joua Godefroid le Bossu dans l’élection de son parent Henri de Verdun à l’évêché de Liège. C’est, du reste, le duc en personne qui intronisa le prélat13.

  • 14 « dux Godefridus miles effectus est domini episcopi Dietwini, accepto ab eo hoc beneficio » C.S.L. (...)
  • 15 Triumphus S. Remacli, lib. I, ch. 13, M.GH., SS., t. xi, p. 443 (écrit peu après 1071). – Cfr Cant (...)
  • 16 Évoquant le conflit qui opposa en 1037 le duc Gothelon Ier à Odon de Champagne, le Chronicon sanct (...)
  • 17 Jusqu’au début du xie s., d’ailleurs, le prestige du duc à Liège nous paraît incontestable : en 10 (...)

5Quelques années auparavant un événement d’une portée considérable avait précisé — sinon modifié — les rapports juridiques établis entre l’évêque et le duc : en effet, lors du rattachement féodal du comté de Hainaut à l’église liégeoise, en 1071, Godefroid le Bossu était devenu le vassal de Théoduin pour l’honor hennuyer14. De 1071 à 1076, date de la mort de Godefroid, un lien féodal, portant sur un fief de dignité — une haute charge publique — fut donc établi entre l’évêque et le duc. Cette nouvelle situation qui ne dura pas plus de cinq ans, contribua, croyons-nous, à inverser le rapport de subordination établi entre l’évêque et le duc. Magister militiae Lotharingiae15, le duc avait été en mesure, jusque-là, d’astreindre l’évêque à certaines obligations militaires16. En fait, il avait exercé sur le prélat une « supériorité » mal définie mais dont l’existence ne nous paraît pas devoir être mise en doute17.

  • 18 Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. ii, p. 63-69, dont nous admettons le point de vue q (...)
  • 19 Le témoignage de l’abbé Raoul de Saint-Trond est tout à fait significatif : « mortuo episcopo Heyn (...)

6Or dans le courant du dernier tiers du xie siècle l’évêque, à la faveur d’une série de circonstances favorables, prend véritablement le dessus. De 1076 à 1087 la charge ducale de Basse-Lotharingie fut détenue par un absent : Conrad, le jeune fils de l’empereur Henri IV. Il y eut certes, pendant cette période, un « vice-duc » en la personne du comte Albert III de Namur († 1102), mais ce dernier, obligé qu’il fut de combattre Godefroid de Bouillon qui revendiquait l’héritage de son oncle le duc Godefroid, épuisa l’autorité ducale18. L’évêque, par contre, renforçait considérablement sa position en instituant la paix de Dieu qui faisait de lui le gardien de l’ordre public dans toute l’étendue de son vaste diocèse (1081)19.

  • 20 Comme l’a définitivement démontré G. Despy, La date de l’accession de Godefroid de Bouillon au duc (...)
  • 21 Godefroid « avunculi sui destitutus auxilio, ejusdem episcopi tuebatur patrocinio » Cantatorium, c (...)
  • 22 Cantatorium, ch. 83, p. 208, ch. 85, p. 213. – Otbert et Godefroid de Bouillon, qui restaura parti (...)

7Henri de Verdun devait son siège épiscopal au duc Godefroid le Bossu († 1076). Mais Godefroid de Bouillon, à qui la charge ducale fut conférée en 108720, devait tout à Henri de Verdun qui lui avait accordé, pendant les années qui suivirent la mort du Bossu, — leur parent commun, — aide et protection21. Enfin, neuf ans plus tard, le duc de Basse-Lotharingie partait reconquérir Jérusalem en laissant à l’entreprenant Otbert les mains entièrement libres22.

  • 23 Cfr P. Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant, p. 1148, 1162. – Lors des évé (...)
  • 24 « neminem qui tuende reipublice causam suscipere posset invenire potuimus » C.S.L., t. i, n° 49, p (...)
  • 25 La sentence prononcée à la diète royale de Schwäbisch-Hall en 1190 est bien connue : « dux Lovanie (...)
  • 26 Renier, Annales, p. 57-58.

8La mort prématurée du duc Godefroid II, en 1142, fut à l’origine d’un nouvel affaiblissement de l’autorité ducale, son jeune fils, Godefroid III, étant bien incapable d’assumer les responsabilités de la charge23. Dans un acte de 1154-1155, Henri II de Leez, qui s’éloigne de son diocèse pour le service du roi, déclare froidement : « nous n’avons pu trouver personne qui puisse se charger, [en notre absence], de protéger la chose publique »24. En réalité, l’évêque est bien devenu, dans tout le pays mosan, le seul vrai gardien de la paix : il a évincé le duc. Alors même que l’autorité ducale se dilue25, les structures diocésaines résistent : l’âpreté de la lutte entre l’évêque Albert de Cuyck et la duchesse Mathilde de Brabant en 1197 le montre suffisamment26.

***

  • 27 Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 128-132, 208-209 (avec bibl.).
  • 28 L’évêque exerce également le droit de conduit qui est, à ce qu’il semble, une prérogative ducale : (...)

9Par la juridiction de la paix, qui lui donne le droit d’exercer la « justice du sang » dans le diocèse tout entier, l’évêque de Liège a créé à son profit une sorte de « duché épiscopal », comparable à ces « duchés » qui seront attribués à quelques grands dignitaires ecclésiastiques de l’Empire tel l’archevêque de Cologne (1151 et 1180) ou l’évêque de Wurtzbourg (1168)27.. Au terme d’une longue évolution que nous avons suivie, pas à pas, dans ces chapitres consacrés à la « terre », nous avons vu le seigneur immuniste du xe siècle se transformer peu à peu, sous l’impulsion royale et par ses propres forces, en « duc »28.

  • 29 M.G.H., SS., t. xxv, p. 134 (cette chronique qui aurait été rédigée vers 1250 n’est connue, dans s (...)

10Un curieux passage des Gesta abbreviata prend dès lors toute sa signification. Il concerne la participation de l’évêque de Liège Hugues de Pierrepont au quatrième concile œcuménique du Latran en 1215 : « À cette occasion il y eut trois jours de synode. Le premier jour de synode, dit-on, Hugues de Liège s’est assis, parmi les prélats, en habits laïcs, comme un comte, en manteau et en tunique écarlate, avec sur la tête un bonnet vert. Le second jour, comme un duc, revêtu d’une cape verte munie de longues manches. Le troisième jour, comme un évêque, coiffé de la mitre. Il fit cela parce que le pape, trois ans auparavant, avait convoqué tous les princes séculiers et les dignitaires ecclésiastiques »29. Or Hugues, muni des deux glaives, était bien évêque et prince.

Notes

1 La politique des empereurs saliens vis-à-vis de la race des Flamenses, de même que celle des Staufen vis-à-vis des comtes de Looz et, surtout, du comte Baudouin V de Hainaut († 1195), est très caractéristique à cet égard : Vanderkindere, La formation territoriale, t. ii, p. 320-325. - P.C. Boeren, De oorsprong van Limburg en Gelre. – Kupper, Raoul de Zähringen, p. 88-89, 100-127, 181-187.

2 Cfr H. Franz-Reinhold, Die Marken Valenciennes, Eename und Antwerpen. – G. Despy, La fonction ducale en Lotharingie puis en Basse-Lotharingie de 900 à 1100, Revue du Nord, t. xlviii, 1966, p. 108 et Godefroid de Bouillon et l’abbaye de Saint-Hubert en 1095, Saint-Hubert d’Ardenne. Cahiers d’histoire, t. i, 1977, p. 45-50. – W. Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen.

3 Le diocèse de Liège était compris tout entier dans le duché de Basse-Lotharingie qui s’étendait grosso modo de l’Escaut au Rhin.

4 « quasi inde totam urbem et universas episcopii facultates contra hostiles insidias defensaturus ». Anselme, ch.26, p. 203-204.

5 Kurth, Notger, t. i, p. 139-141, 204.

6 Comme nous l’a suggéré M. le Professeur Joris, dont le point de vue est confirmé par une source tardive, le Chronicon sancti Laurentii, ch. 9, p. 265 (ce passage ne proviendrait pas de l’œuvre de Rupert (ca 1100) mais du travail d’un compilateur écrivant à la fin du xiie s. ou dans la première moitié du xiiie s. [van Engen, Rupert von Deutz]). – Sur le rôle du duc comme protecteur des églises, voir H.W. Goetz, « Dux » und « ducatus »..., Bochum, 1977, p. 376-379. – Cette mission lui est encore reconnue au xiie s. : Kurth, Chartes de Saint-Hubert, n° 48, p. 61 (1084 : faux du xiie s.).

7 Vers 1130 le comte Renaud de Bar construisit une tour au centre de la Cité de Verdun et « per earn toti urbi totique episcopio imperare coepit ». Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 28, p. 507.

8 « ad satisfaciendum ei, cuius moribus habebat deservire, in tali temporis necessitate ». Anselme, ibid.

9 Vita Balderici, ch. 27, p. 735. – Cfr Lays, Étude critique, p. 131-133.

10 Continuatio Reginonis, éd. Fr. Kurze, 1890, p. 162 (944). – Cfr Köpke et Dümmler, Kaiser Otto der Grosse, p. 143.

11 Gothelon reçoit des serments d’évêques à Liège (Leodii). Il est douteux que l’évêque Durand s’y soit soustrait. – Gesta episc. Cam., lib. III, ch. 50, p. 484-485.

12 Ed. A. Joris, La ville de Huy, p. 483.

13 Cantatorium, ch. 28-29, p. 86-88 (1075). – Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 7, p. 494-495 : « illi urbi pontificem assignavit ».

14 « dux Godefridus miles effectus est domini episcopi Dietwini, accepto ab eo hoc beneficio » C.S.L., t. vi, n° 3, p. 240 (1071). – Lambert de Hersfeld, Annales, éd. Holder-Egger, p. 125 (1071).Cfr Ganshof, Note sur le rattachement féodal, p. 513.

15 Triumphus S. Remacli, lib. I, ch. 13, M.GH., SS., t. xi, p. 443 (écrit peu après 1071). – Cfr Cantatorium, ch. 10, p. 28, ch. 23, p. 64. – Werner, Heeresorganisation und Kriegführung, p. 792-813. – G. Despy a souligné le caractère essentiellement militaire (maintien de la justicia et pax, défense de la frontière sur l’Escaut) de la fonction ducale lotharingienne du xie s. : La fonction ducale en Lotharingie, p. 108.

16 Évoquant le conflit qui opposa en 1037 le duc Gothelon Ier à Odon de Champagne, le Chronicon sancti Laurentii raconte que le duc vint supplier l’évêque de Liège Réginard de lui apporter son aide : « dux Gozelo Leodium venit, domnum Reginardum episcopum rogat plurimum et obtestatur, ut non solum sibi, verum etiam omni Lotharingiae, immo vero, universo subveniret imperio ». L’évêque, qui tient décidément le beau rôle, accepte et se voit attribuer tout le mérite de la victoire : « domnus Reginardus ab universis praedicatur, qui tantum imperii hostem protrivisset » (ch. 29, p. 272). Ce texte a toutes les apparences d’un écrit de propagande destiné à mettre en valeur l’éminente position de l’évêque : aussi doutons-nous qu’il puisse être attribué à l’œuvre perdue de Rupert, farouche adversaire de l’évêque Otbert. Peut-être fut-il écrit par le compilateur de Saint-Laurent qui travailla à la fin du xiie s. ou dans la première moitié du xiiie s. (van Engen, Rupert von Deutz), au moment des conflits qui opposèrent l’évêque de Liège au duc de Brabant. – La version que Renier de Saint-Laurent donne de ces mêmes faits est différente : le duc exige pratiquement une aide de l’église liégeoise : « Gozelo dux [...] Leodium venit, et aggregato undeunde exercitu, episcopum, quod erat magnanimus et rerum perspicax disponendarum, pro fidelitate imperii ac defensione ecclesiarum expeditionem inire secum ammonuit. » Gothelon retire de sa victoire un incomparable prestige, qu’il accepte de partager avec l’évêque : « Dux magnifice victor reversus est, apud imperatorem et aulicos non minimam victorie partem episcopo Leodiensi attribuens. » (Vita Reginardi, ch. 17, p. 577 [écrite après 1182]). Le texte de Renier, qui dénonce, semble-t-il, des sentiments favorables au duc de Lotharingie, provient peut-être de l’œuvre perdue de Rupert de Deutz écrite vers l’an 1100. Il va de soi, en effet, qu’une pareille démarche de la part du duc eut été impensable dans la seconde moitié du xiie s. – À propos de l’exercice de l’autorité ducale sur les évêques en matière militaire, voir les remarques de L. Auer, Der Kriegsdienst des Klerus, p. 330-331, 357-358, 56-58.

17 Jusqu’au début du xie s., d’ailleurs, le prestige du duc à Liège nous paraît incontestable : en 1065, Théoduin est au chevet du duc Frédéric : Triumphus S. Remacli, lib. I, ch. 7, p. 441. – Voir ci-dessus n. 12 (1066). – L’évêque mentionne le duc dans la date de ses chartes et il arrive même qu’il le cite avant lui : « me Theoduino presule, duce Frederico » (1064) ; « duce Godefrido Gothilonis filio, me Theoduino episcopo » (1067) : Berlière, Documents inédits, t. i, n° 11, p. 17-18. – Une charte de la collégiale liégeoise de Saint-Martin est datée de 1101 « duce Godefrido Hierosolimis defuncto » B.U.Lg, ms. 1972, f° 315 R°. – « dux noster Godefridus Ierosolimis sumit principatum ». Annales S. Jacobi, éd. Alexandre, p. 14 (1100). – Les ducs Charles († 995), Otton († 1005), Godefroid Ier († 1023), Gothelon Ier († 1044), Godefroid II († 1069), Godefroid III († 1076) et Godefroid IV († 1100), sont commémorés dans l’O.S.L., f° 60R°, 55R°, 90V°, 38V°, 120V°, 20V°, 68R°. – Sur la subordination des évêques au duc aux xe et xie s., voir R. Parisot, Les origines de la Haute-Lorraine..., Paris, 1909, p. 142, 146-148, 156-161. – Dans une récente étude, H. Maurer montre bien comment le duc de Souabe, jusqu’au début du xie s., s’est efforcé de placer l’Église impériale sous sa domination en obligeant les évêques à participer aux assemblées qu’il présidait et à ses expéditions militaires, en présentant son candidat lors des élections épiscopales, en soumettant les églises à un servitium ducal, en distribuant les biens ecclésiastiques à ses vassaux : Der Herzog von Schwaben, Sigmaringen, 1978, p. 153-161, 236-237, 303, 305, 308. – Depuis le milieu du xie s., le duc de Basse-Lotharingie participe régulièrement aux assemblées synodales liégeoises présidées par l’évêque. Cfr ci-dessus, p. 277 et n. 381.

18 Mohr, Geschichte des Herzogtums Lothringen, t. ii, p. 63-69, dont nous admettons le point de vue qui est confirmé par un passage du Cantatorium, ch. 31, p. 90-91. - E. Boshof, Lothringen, Frankreich und das Reich, p. 119-120 admet que l’autorité ducale de Lotharingie s’était déjà considérablement affaiblie au moment de la guerre entre Henri III et Godefroid le Barbu (1044-1049). Un passage de la chronique d’Anselme confirme ce point de vue et, trait significatif, considère l’évêque Wazon comme le sauveur de la Lotharingie : « rueret procul dubio, rueret inquam tunc temporis inclita Lotharingia, aut inrecuperabili excidio, quippe quae sine defensore esset, aut quod peius est, in regem infidelitatis periurio, nisi Dominus suum Iosue ad resistendum hostibus aecclesiae confortaret, et a bonis iusticiae partes contra factiosos defendendas esse insinuaret. » Anselme, ch. 54, p. 22-1.

19 Le témoignage de l’abbé Raoul de Saint-Trond est tout à fait significatif : « mortuo episcopo Heynrico [Henri de Verdun] nulloque alio ei substituto, non erat qui aeccle-siastice ei [Henri, comte de Louvain] resisteret, viribus autem saecularibus neque ipse etiam dux eum offendere auderet » Gesta abb. Trud., lib. IV, ch. 10, p. 61 (1091). - Voir également le texte reproduit n. 18.

20 Comme l’a définitivement démontré G. Despy, La date de l’accession de Godefroid de Bouillon au duché de Basse-Lotharingie.

21 Godefroid « avunculi sui destitutus auxilio, ejusdem episcopi tuebatur patrocinio » Cantatorium, ch. 32, p. 91-92, ch. 43, p. 106-107. – Cfr H. Dorchy, Godefroid de Bouillon duc de Basse-Lotharingie, p. 965, 967.

22 Cantatorium, ch. 83, p. 208, ch. 85, p. 213. – Otbert et Godefroid de Bouillon, qui restaura partiellement l’autorité ducale (cfr Despy, La fonction ducale, p. 109. – Dorchy, op. cit., p. 991-998. – Mohr, op. cit., t. ii, p. 69-73), s’entendaient fort mal : à plusieurs reprises, la question des abbayes de Saint-Hubert et Saint-Laurent les opposa l’un à l’autre (Cantatorium, ch. 77, p. 185-186, 191-192, ch. 78, p. 195-196 : le duc fait alors partie des « fideles sancte Marie sanctique Lamberti ») ; néanmoins Godefroid, qui avait besoin d’argent, fut forcé de céder la forteresse de Bouillon à Otbert (1096). Nous croyons devoir insister sur l’impact psychologique de l’acquisition par l’église de Liège de ce château dont le nom était effectivement associé à la fonction ducale de Basse-Lotharingie : Laurent de Liège, Gesta episc. Vird., ch. 12, p. 498. – Gisl. Chron., ch. 7, p. 9-10, ch. 8, p. 11,ch. 10, p. 15, ch. 170, p. 251.– Cfr W. Kienast, Der Herzogstitel in Frankreich und Deutschland, Münich-Vienne, 1968, p. 395, 401-402 et le texte cité en manchette au début de ce chapitre.

23 Cfr P. Bonenfant, Du duché de Basse-Lotharingie au duché de Brabant, p. 1148, 1162. – Lors des événements de 1106, qui aboutirent à la bataille de Visé (22 mars), Otbert apparaît comme le maître de la situation : le duc agit sous l’impulsion de l’évêque (Cantatorium, ch. 97, p. 252-253) ; Otbert, notons-le, venait de se réconcilier avec le duc Henri (Raoul, Gesta abb. Trud., lib. VI, ch. 15, p. 86). - Lorsqu’à Duras, le 7 août 1129, l’évêque Alexandre Ier et le duc Waleran écrasent l’armée de l’ex-duc Godefroid de Louvain, c’est encore le prélat, semble-t-il, qui prend l’initiative (Gesta abb. Trud., Cont Ia, lib. XII, ch. 8, p. 217-219 : la plupart des sources ne mentionnent même pas le duc). – Rappelons-nous, cependant, qu’en 1119-1122 le duc Godefroid est encore intervenu efficacement dans les élections liégeoises : Bonenfant, La Basse-Lotharingie avant et après le Concordat de Worms, p. 102-104. – Ci-dessus, p. 147-150, 153, 155-156.

24 « neminem qui tuende reipublice causam suscipere posset invenire potuimus » C.S.L., t. i, n° 49, p. 85. – Bien que sollicité, le duc n’a pas participé au siège de Bouillon entrepris par l’évêque Albéron II en 1141 : Triumphus sancti Lamberti de Castro Bullonio, ch. 5, p. 502 1. 8.

25 La sentence prononcée à la diète royale de Schwäbisch-Hall en 1190 est bien connue : « dux Lovaniensis ducatum non habebat, nisi in comitatibus quos tenebat vel qui ab eo tenebantur ». Gisl. Chron., ch. 170, p. 252. – Cfr Bonenfant, Du duché, p. 1162-1164 et les remarques de Mohr, op. cit., t. ii, p. 113-116. – La position du duc n’est guère plus enviable en Haute-Lotharingie où son pouvoir, au xiie siècle, accuse la plus grande faiblesse : M. Parisse, Les ducs et le duché de Lorraine au xiie siècle : 1048-1206, Blätter für deutsche Landesgeschichte, t. cxi, 1975, p. 94-96.

26 Renier, Annales, p. 57-58.

27 Cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 128-132, 208-209 (avec bibl.).

28 L’évêque exerce également le droit de conduit qui est, à ce qu’il semble, une prérogative ducale : Gilles d’Orval, lib. III, ch. 13, p. 90 1. 23-24 (1081). – Hillin, Miracula S. Foillani, ch. 18, p. 928 (1086). – Cantatorium, ch. 77, p. 186, 191-192 (1095-1096). – Cfr Chr. de Craecker-Dussart, L’évolution du sauf-conduit dans les principautés de la Basse-Lotharingie, p. 203-206, 213.

29 M.G.H., SS., t. xxv, p. 134 (cette chronique qui aurait été rédigée vers 1250 n’est connue, dans sa version complète, que par un ms. du xvie s.). – Cfr J. Lejeune, Liège et son pays, p. 47, 81.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540